Détail des actualités

Coaching Léman - Chemseddine Chelbi

Interview de M. Chemseddine Chelbi - psychologue, coach scolaire et fondateur de Coaching Léman

Bonjour M Chelbi et merci d'avoir accepté cette interview pour notre site. Pouvez-vous, pour commencer, nous décrire votre parcours professionnel et ce qui vous a amené à vous spécialiser comme coach scolaire ?

Merci pour votre invitation. Lors de mes études en psychologie du développement, j’ai travaillé pendant 4 ans comme professeur de français pour étrangers, à Berne. Puis, après avoir obtenu mon diplôme de psychologue, j’ai fait une première expérience dans un cabinet privé lausannois, spécialisé dans le haut potentiel intellectuel (HPI). Cette expérience m’a beaucoup apporté. Les enfants dits « surdoués » arrivent souvent très bien à expliquer leur comportement et ce qui les entoure. Ils m’ont donc beaucoup aidé à mon tour à comprendre les difficultés des enfants et la manière dont on peut les soutenir.

J’ai ensuite poursuivi ma carrière de psychologue au service psychologique pour enfants et adolescents de la ville de Bienne, où j’ai reçu des patients (familles et enfants) d’horizons plus divers. J’ai par ailleurs beaucoup collaboré avec les écoles (enseignants-tes, enseignants-tes spécialisés-ées et directeurs-trices), ce qui m’a permis d’aborder les problématiques des enfants sous différents points de vue. Etonnamment, les difficultés rencontrées à la maison sont parfois très différentes de celles de l’école… Peut-être une manière qu’ont les enfants de nous rappeler une évidence : un changement de contexte conduit à un changement de comportement.

Pour en venir au coaching scolaire à domicile, il s’agit d’une prise de conscience plus que d’une vocation réfléchie à l’avance. Avec des expériences dans l’enseignement, dans la psychologie pour enfants et dans la thérapie familiale, et après avoir façonné le concept de mes interventions comme coach scolaire, je me dis parfois « Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt?! ». Sans compter que j’étais un grand fan de Super Nanny qui passait sur M6 quand j’étais ado (la fameuse Cathy). Malheureusement, Super Nanno sonne beaucoup moins bien, alors je garde mon nom d’origine…

 

Le coaching est une discipline « tendance », directement importée des États-Unis, n'est-ce pas ? Pouvez-vous nous expliquer les spécificités du coaching scolaire et ce en quoi il se distingue de la psychothérapie ou du soutien scolaire ?

Oui. Le coaching se développe beaucoup. Plus sur le terrain que dans la recherche à vrai dire, ce qui rend sa pratique assez confuse car peu guidée par les universitaires et autres experts. Pour certains, le coaching est né d’une dérive actuelle qui pousse chacun-e à la performance, quel que soit le domaine, y compris dans le bien-être. Pour ma part, je remonterais bien plus loin dans le temps (sans pour autant nier que la popularisation actuelle du coaching a commencé par les Etats-Unis). Les athlètes des jeux olympiques antiques étaient également coachés au quotidien afin d’être « au top » de leurs capacités. Le terme provient du domaine sportif. « Coach » signifie en effet « entraîneur ». Généralement, il s’agit d’une personne expérimentée, pédagogue et experte dans le domaine qu’elle coache, qui guide le coaché afin qu’il libère tout le potentiel de ses capacités.

En ce qui concerne le coaching scolaire (qui est une discipline très jeune), je dirais que le terme d’ « accompagnement » serait plus approprié. D’abord, parce qu’il libère de l’idée de performance; très ambiguë, voire anxiogène, dans le domaine scolaire et avec les enfants et adolescents. D’autre part, parce que je me vois mal en marcel avec un short rouge et une serviette autour du coup  hurler dans l’oreille des parents « Allez-y! Dites à votre enfant de travailler! Vous pouvez le faire! Empêchez-le de jouer à la console et branchez-le sur ses devoirs! ». Plus sérieusement, dans un sens large, je dirais que le coaching a pour but d’aider le (ou les) coaché à trouver comment mieux accorder leurs compétences et leurs performances; c’est-à-dire à ce que la différence entre ce qu’ils peuvent faire, ce qu’ils pensent qu’ils pourraient faire et ce qu’ils font effectivement soit la plus petite possible. De cette manière, réconcilié avec ses capacités, on peut envisager l’avenir sereinement, et donc le (et se) construire en toute autonomie.

 

Sur quelle(s) approche(s) se base le coaching scolaire et comment trouve-t-il sa place dans les réseaux de professionnels existants ?

En dehors du domaine sportif, les coaches s’appuient très généralement sur la théorie de l’auto-détermination. Pour dire les choses simplement, il s’agit de ce sur quoi nous nous basons pour maîtriser notre destin et notre quotidien en prenant des décisions positives, orientées vers notre bien-être et le respect de nos valeurs individuelles. La psychologie y a donc toute sa place, particulièrement les interventions qui se centrent sur les facteurs de motivation et sur la recherche de solutions.

En psychothérapie avec les enfants et adolescents, l’école est naturellement un incontournable puisque nos patients y passent le plus clair de leur temps. Néanmoins, les résultats scolaires ne constituent pas le coeur de ce type d’intervention car ils sont trop restreints. Les thérapeutes y sont attentifs, mais on ne dit pas aux familles : « envoyez votre enfant chez nous et après 10 séances il aura des 5.5 partout ».  La démarche thérapeutique est bien plus large que cela. Dans le coaching scolaire, en revanche, le but est clair: réfléchir et agir ensemble de manière à ce que l’enfant ou l’adolescent parvienne à se saisir de sa carrière scolaire d’une part; et d’autre part trouver en chacun les moyens (chez le jeune autant que dans son entourage) de maintenir cet état. Selon moi, le coaching scolaire se combine parfaitement à toute aide déjà fournie à l’enfant (psychothérapie, enseignement spécialisé, logopédie,…) et il est primordial que le coach puisse collaborer avec les spécialistes qui entourent la famille ainsi qu’avec les enseignants. Je n’ai jusqu’ici jamais vu de coach scolaire dans les séances de réseau des écoles, mais j’ai bon espoir que cela évolue.

 

Quels sont les points fort du coaching scolaire ? Et ses points faibles ?

Tel que nous le pratiquons à CoachingLéman, le coaching scolaire a pour principal avantage de se dérouler au domicile familial. Le professionnel a donc directement accès au contexte dans lequel l’enfant ou l’adolescent évolue et il est possible d’installer des solutions immédiatement dans son environnement ordinaire. Les outils mis en place peuvent donc être essayés et remodelés très rapidement. D’autre part, cela permet de réunir les parents et leur enfant plus facilement qu’à l’extérieur. La famille, elle, garde ses marques et le coach est un invité à qui on permet d’explorer son quotidien pour être soutenu et pour tenter de faire face aux difficultés parfois très ancrées qui empêchent d’avancer. A la fin des séances, ces derniers peuvent avoir le sentiment de perdre pied de nouveau car il n’y a plus de tiers pour apporter du soutien à chacun. Il est donc important non seulement que les coaches soient capables de s’effacer progressivement de « la partie », mais aussi que les enfants et leur famille restent attentifs à ce qui leur ressemble - ou pas, de manière à ne pas adopter d’outils qu’ils ne s’imaginent pas pouvoir s’approprier par la suite.

 

Dans quelles situations est-ce utile de faire appel à un coach scolaire… et quand cela n'est l'est pas ?

C’est une très bonne question qui rappelle aussi que si tout professionnel peut être important, il n’est jamais indispensable. A mon sens, le fait de ressentir un besoin d’aide, chez les parents ou chez l’enfant, concernant le travail ou le vécu scolaire, est la principale motivation à contacter un coach scolaire chez nous. Plus spécifiquement, nous intervenons dans des cas de chutes de résultats « inexpliquées », de difficultés à organiser son travail à la maison et/ou à l’école, de remarques fréquentes sur le carnet au sujet du comportement en classe ou de manque d’assiduité, de mise à l’écart vis-à-vis des camarades, de crises lors des devoirs, d’exclusion scolaire, … en somme, lorsqu’il y a chez l’enfant, l’adolescent ou au sein de la famille une souffrance liée à l’école. Cependant, le coaching scolaire n’est pas une psychothérapie. Si l’enfant montre par exemple des signes de tristesse suite à un deuil ou une séparation des parents et que les résultats scolaires sont un des domaines touchés par un état excessivement inquiétant, nous conseillons aux parents de se rendre chez un thérapeute familial, qui sera plus à même de leur venir en aide que nous.

 

Existe-t-il un organisme fédérant tous les coach (scolaires) en Suisse, l'équivalent de la FSP (Fédération Suisse des Psychologues) ? Si ce n'est pas le cas, à quoi doivent être vigilants les parents, lorsqu'ils désirent prendre contact avec un coach scolaire pour leur enfant ?

Pour le cas du coaching scolaire, il n’existe purement et simplement aucune association ni fédération en Suisse Romande, ce qui ne saurait tarder au vu du développement de cette activité. Mais tout reste encore à établir. Peut-être cela émanera-t-il de l’un des deux organismes formateurs de coaching : l’académie romande de coaching ou la société romande de coaching, ou peut-être qu’une université romande proposera des cours ayant spécifiquement le coaching scolaire pour thème. Mais nous n’en sommes pas encore là. En l’absence d’organisme fédérateur et de réglementation, il est très important que les coaches à qui l’on fait appel :

- disposent de certificats de formations (préférentiellement des diplômes universitaires ou de hautes écoles) en lien avec leur pratique.

- ne se présentent pas comme les magiciens qui ont réponse à tout.

- soient capables d’expliquer clairement leur mode d’intervention.

- soient transparents sur leur parcours de formation et sur leurs expériences professionnelles.

- se montrent respectueux envers les autres corps de métiers liés à leur domaine d’activité.

 

Quelles perspectives d'avenir voyez-vous pour le coaching scolaire ?

Je suis déjà très flatté par l’intérêt qui m’est témoigné par Telme ainsi que par d’autre professionnels à qui j’ai présenté CoachingLéman. Je me positionne comme un défenseur du coaching scolaire qui intègre les parents à cette démarche d’aide et espère qu’à l’avenir, nous nous orienterons vers une pratique respectueuse de la sensibilité des enfants et de leur développement. Il est pour moi primordial de les considérer comme les acteurs principaux de leur cursus scolaire, tout en gardant à l’esprit que la trame du scénario, la mise en scène et le déroulement du spectacle impliquent toute une ribambelle… d’acteurs.

Pour plus de renseignements - www.coachingleman.com