Détail des actualités

Fleur de pavé - Sylvia Pongelli

Interview de Mme Sylvia Pongelli, directrice de "Fleur de pavé"

 

Fleur de pavé: lieu d’accueil, d’écoute et d’accompagnement pour les personnes travailleuses du sexe (TS)

 

Thème(s): prostitution, prévention

Merci de votre disponibilité pour cet interview !

Pour commencer, pourriez-vous vous présenter ? Comment arrive-t-on à travailler à la tête de l’association Fleur de Pavé ?

Dans mon cas, je suis arrivée ici, à ce poste, parce que je trouve un sens à être engagée au sein d'une association qui travaille auprès des personnes qui se prostituent. J'ai un côté engagé, militant, qui m'a motivé à postuler pour le poste de directrice. C'est une cause à laquelle je crois et dans laquelle j'ai souhaité m'engager : ces personnes méritent d'avoir une aide, et qu'on défende leurs droits.

 

Pourriez-vous nous présenter l'association Fleur de Pavé, sa création et son action ?

L'association est née en 1996, fondée par un groupe de femmes militantes, de divers horizons dont aussi la toxicomanie, intéressées par la prostitution.

L’association a pour mission :

- d’être un lieu d’accueil, d’écoute et d’accompagnement pour les personnes travailleuses du sexe (TS)

- de réduire les risques liés à l’exercice de la prostitution

- de promouvoir la santé

- de défendre les droits des personnes concernées par ce travail

Notre public cible est majoritairement composé de femmes issues de la migration. Aujourd’hui, nous souhaitons nous ouvrir à d'autres formes de prostitution, mais aussi à un autre public. On ne croise pas d'hommes sur nos points de rencontre. Le public des trans, on l’a toujours touché, il y a toujours eu des femmes trans qui travaillaient dans la rue ou les salons. La complexité qu'a une personne trans doit être prise en compte dans notre travail de prévention autant concernant les questions identitaires ou médicales par rapport à des traitements, que le contexte et les connaissances dont on doit tenir compte pour faire passer un message. On souhaite élargir notre champ d'action, être plus à même de pouvoir toucher le public des personnes trans qui se prostituent donc cela requiert des compétences dans l'équipe, et des connaissances spécifiques.

Les hommes qui se prostituent est un terrain qu'on a commencé à explorer, c'est un travail de réseau que nous faisons sur un projet spécifique.

Un des objectifs de Fleur de Pavé est d'être plus présent dans le canton avec des visites de prévention dans les établissements où s’exerce la prostitution.

L'association existe financièrement grâce à des subventions de la Ville de Lausanne, du Service de la Santé Publique du Canton de Vaud, de Lausanne Région et de la Ville de Morges, également de fonds privés, et grâce à la cotisation des membres.

 

Quelles sont vos prestations et quelle est votre zone d’action ?

C'est le canton de Vaud.

Nous avons trois prestations :

- les permanences d’orientation médico-sociales au bureau. Les demandes qu'on a ici peuvent être de l'ordre de l'administratif, de la santé autour de la prévention, de la diminution du risque par rapport à l'exercice de la prostitution, des demandes juridiques aussi. En fonction de la demande soit on y répond soit on oriente vers le réseau.

- les permanence de prévention dans le bus pour les personnes qui se prostituent dans la rue en ville de Lausanne : un camping-car est présent sur le périmètre où elles travaillent les soirs de la semaine du lundi au vendredi. C'est un lieu d'écoute, d'échange, de prévention. Elles viennent poser des questions, boire un thé ou un café. Au sein du camping-car nous distribuons des préservatifs, des listes de documents concernant le réseau et les adresses utiles.

- les visites de prévention dans les établissements situés dans le canton de Vaud où il y a de la prostitution : les salons de massage. Le but est de rencontrer les personnes qui travaillent, donner des infos par rapport aux infections sexuelles transmissibles, mais aussi par rapport au réseau. Les infos seront ciblées selon la région où on va, ce serait par exemple en cas d'urgence si elles devaient aller à l'hôpital de savoir où il se situe. Nous leur laissons des documents informatifs. On peut y accéder parce qu'elles nous connaissent ou elles ont entendu parler de nous. Ça peut arriver qu'elles ne nous connaissent pas, en général le propriétaire passe le message que quand Fleur de Pavé arrive, elles peuvent nous laisser entrer. Ou quand une collègue parle la même langue, ça aide aussi. Quand on n'arrive pas à entrer, soit on n'est pas les bienvenues, soit elles ne nous connaissent pas. Mais la plupart du temps on est assez bien reçu. Les difficultés sont liées aux aléas du terrain, parfois on ne peut pas entrer, parce que la femme est occupée ou travaille, car on arrive sur son lieu de travail. En un après-midi, même s'il s'agit qu'une seule personne avec laquelle on pourra échanger, c'est important. D'où l'idée de renforcer notre présence sur le terrain car elles se déplacent souvent d’une région à l’autre, d’un canton à l’autre, voire d’un pays à l’autre.

 

Comment se composent vos équipes ?

On travaille en équipe paritaire, cela signifie des équipes composées de personnes qui ont une formation dans le domaine du social ou équivalent : dans l'éducation spécialisée, le travail social, la psychologie, et des personnes qui ont eu une expérience dans le travail du sexe ou qui y sont encore. L'idée est de travailler plus sur la complémentarité pour aussi enrichir le travail des collègues. Notre équipe est pluriculturelle, on y trouve diverses origines : suisse, espagnole, bulgare, roumaine, polonaise, brésilienne, thaïlandaise. C'est grâce à ça qu'on peut très souvent tisser des liens avec la personne qu'on rencontre, la langue reste un facteur très important. On essaie d'avoir toutes les langues au sein de l'équipe. On essaie de faire attention à la langue, mais on essaie aussi d'être attentif au fait que la personne puisse se débrouiller un minimum en français, déjà pour communiquer avec les clients, ou appeler des urgences en cas de besoin. Il est important en matière de prévention d'aborder aussi ces questions.

Parmi les adresses que nous leur fournissons figure le réseau associatif où il existe la possibilité de prendre des cours de français.

 

Qu'est-ce qui est légal dans le domaine de la prostitution ?

La prostitution est une activité économique légale. Le canton de Vaud s’est doté d’une loi sur l’exercice de la prostitution en 2004. Concernant la prostitution de rue, en ville de Lausanne, on se réfère aux dispositions réglementaires sur la prostitution de rue dans la commune.

Par exemple dans le cadre de la prostitution de rue, des horaires sont définis, un périmètre également (où ça ne peut pas être exercé). Fleur de Pavé a un plan où le périmètre est clairement défini, si elles en sortent elles risquent des amendes. Le fait d'avoir une zone définie permet également à des associations d'être présentes là où ces personnes travaillent et de faire un travail de prévention.

 

Comment avez-vous réussi à vous faire une place dans le domaine de la prostitution et à être intégré sur le terrain ?

La force de l'association est qu'on travaille avec des personnes qui étaient et sont directement concernées par la prostitution. L'association a été fondé aussi par elles. En dehors d'un savoir-faire, et d'un savoir être dans le travail social, le plus ici c'est cette équipe partiaire. D’ailleurs la plupart des associations en Suisse dans ce domaine travaillent aussi avec des personnes concernées par la prostitution.

 

Connaissez-vous d'autres structures faisant un travail dans les mêmes buts que la vôtre ?

On fait partie du programme APIS : réseau d'aide suisse contre le SIDA dont le site est www.aids.ch. Ils éditent des brochures pour personnes travaillant dans le domaine du sexe avec les associations dans les autres cantons. Il existe aussi www.sexwork.ch qui est un site fait par Procore - un réseau regroupant des associations aux services comme la nôtre - et qui a une fonction de lobby politique. L'idée est d'avoir une vision exhaustive des lois pour la Suisse et pour chaque canton.

 

Fleur de Pavé va fêter ses 20 ans en 2016, l'association prépare-t-elle un anniversaire spécial ?

Oui nous préparons un programme riche en événements artistiques pour faire parler des prostitutions et sensibiliser un large public.  Ça va se fêter en automne 2016 ! Ce sera publié sur le site internet www.fleurdepave.ch


Je vous remercie pour cette rencontre, et vous souhaite un joyeux 20ème anniversaire !