Filtres

Questions / Réponses

Vous trouverez sur cette page les nombreuses questions adressées à Telme sur ces dernières années.

Faute de subventionnement nous ne pouvons plus répondre à de nouvelles demandes. Vous pouvez toutefois consulter ces échanges archivés en faisant une recherche par thème.

Bonsoir, Bonne année à vous Telme! Merci d'offrir cet espace aux questions. J'aimerais savoir quel positionnement adopter dans ma situation. Tout à...

Bonsoir,

Bonne année à vous Telme! Merci d'offrir cet espace aux questions.

J'aimerais savoir quel positionnement adopter dans ma situation.

Tout à l'heure, mon compagnon m'a dit qu'il avait répondu un peu sèchement à mes parents par message, pas du tout dans l'idée d'un conflit (ils s'entendent plutôt bien et s'apprécient réciproquement je crois), mais "comme ça". Il a toujours eu cette tendance à répondre très brièvement ou des choses un peu "à côté de la plaque" à tout le monde (moi y compris), ce qui me gênait terriblement au début de notre relation. En apprenant à le connaître, j'ai moins fait attention à ses manières un peu cavalières et peut-être a-t-il aussi fait des efforts de son côté.

Mais d'apprendre tout à l'heure qu'il avait eu ce genre de comportement vis à vis de mes parents m'a fait... pleurer.

Je me sens tellement triste, j'ai l'impression qu'il les a blessés (même si involontairement, même si apparemment il s'en est rendu compte), et je me sens tellement désolée pour eux. J'ai honte et je culpabilise.

Je me rend bien compte que cet épisode n'est pas si grave, mais pour moi j'ai l'impression qu'il prend des proportions énormes.

Pour éclairer un peu mon histoire, on peut dire que je suis une fille de 30 ans, en couple depuis 3 ans avec mon compagnon, qui est aussi la première relation sérieuse que je présente à mes parents.

J'ai toujours été très liée à mes parents, sûrement trop à l'adolescence. J'ai réussi à m'en détacher progressivement lorsque j'avais 25 ans, puis de manière plus franche depuis que je connais mon compagnon. Je vois cette prise de distance vis à vis de ma famille comme bénéfique, et je le dois en bonne partie à mon ami.

Mais là je trouve qu'il est allé trop loin, et je lui en veux. Je n'accepte pas qu'il les blesse.

Comment expliquer à quel point cette histoire me touche?

Quelle réaction avoir? En parler avec mon ami? L'excuser auprès de mes parents?

J'ai l'impression parfois que cette relation est trop pour moi et qu'il est difficile pour moi de gérer tous ces pans de ma vie. Pourtant il me rend heureuse la plupart du temps.

Merci et bon début d'année à vous.

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Tout d'abord merci pour vos paroles valorisantes et vos voeux qui nous touchent!

L'attitude de votre ami vous affecte, même si vous relativisez en disant que cela prend peut-être de trop grandes proportions...signe positif que vous arrivez à prendre du recul et à admettre que votre "décodage" n'est sans doute pas le seul possible...

Chercher la raison qui fait que vous êtes à ce point affectée me semble une démarche intéressante: est-ce le besoin de protéger vos parents? ou une insatisfaction présente dans votre couple et qui s'exprime de cette façon? ou encore une difficulté à concilier le lien avec vos parents et la relation avec votre ami? est-ce une peur du jugement face au comportement un peu "hors normes" de votre conjoint?

Dans tous les cas, si vous envisagez différentes réactions possibles, je pense qu'il est important d'en parler avec votre ami, de voir quel regard il porte sur son attitude et s'il juge nécessaire d'en parler à vos parents, voire de s'excuser auprès d'eux ? Je vous propose également d'envisager les ressources de vos parents face à ce qui s'est passé: vous semblent-ils impuissants, voire "victimes" ou leur faites-vous confiance pour oser dire à votre ami s'ils ont été blessés? 
Verbaliser certaines choses pourrait vous soulager et permettre à chacun-e de mieux comprendre les comportements de l'autre.

Bonne réflexion et à bientôt peut-être...Belle année à vous !

Telme

Bonjour, Je rencontre quelques difficultés dans ma vie sentimentale. En effet, à ce jour je n'ai jamais eu de petite amie excepté quelques flirts...

Bonjour,

Je rencontre quelques difficultés dans ma vie sentimentale.

En effet, à ce jour je n'ai jamais eu de petite amie excepté quelques flirts et, n'ai non plus jamais fait l'amour.

Plusieurs personnes de mon entourage (ami(e)s, connaissances, famille, etc ..) me disent et considèrent comme étant beau garçon, séducteur, devant plaire aux filles, intelligent, calme , réfléchi, qui impose et qui dégage un certain charisme! En outre, il m'est souvent reproché (façon de parler) d'être certainement trop pénible à l'encontre des filles / femmes à savoir qu'en quelques sortes que je mettrai la barre soit trop haute ou, que je chercherai la femme parfaite, le top modèle en quelques sortes. Je concède être un peu pénible ou du moins savoir ce qui je cherche ainsi que savoir quels types de filles me plaisent réellement.

Malgré tous ces points positifs ou à améliorer, je n'arrive pas à comprendre ma situation sentimentale actuelle alors que bon nombre d'ami et d'amies que ce soit de mon âge, plus jeune ou plus âgés sont soit en relation, en couple, mariés, divorcés ou ont ou viennent d'avoir des enfants.

Il m'est souvent arrivé (avec des filles qui me plaisaient) et ça m'arrive encore d'être considéré comme un ami voir un très bon ami mais sans sentiments amoureux réciproques (tomber ou être catégoriser dans la friendzone comme on peut parfois l'entendre ou le lire)

En fin de compte au vu des quelques explications, d'après vous où se situerait le problème ou point à améliorer, à travailler? Que me conseilleriez-vous pour sortir ou améliorer cette situation? Est-ce que je manque de confiance en moi pour aller de l'avant? Suis-je trop pénible comme on me le dit souvent? Ai-je un élément qui pourrait poser problème ou qui pourrait freiner ou faire peur la gente féminine? Suis-je uniquement attiré que par des filles / femmes inaccessibles malgré qu'il m'arrive d'estimer avoir un bon feeling avec ces dernières?

Merci d'avance pour le temps consacré à ma demande!

Notre réponse:

Bonjour et bienvenue,

Votre situation est étonnante et nous ne comprenons pas davantage ce qu'il se passe qui vous empêche de nouer une relation avec une fille.
Manquez- vous de confiance en vous?
Mettez-vous la barre trop haut?
Etes-vous trop pénible?
Vous êtes mieux placé que nous pour le savoir et y remédier.

Nous pouvons émettre quelques hypothèses:
Etes-vous vraiment attiré par les filles sur le plan affectif ou sexuel?
Pouvez-vous partager l'intimité avec quelqu'un sans avoir trop peur?
Pouvez-vous vous détendre dans la relation et lâcher le contrôle?

Nous n'avons pas d'éléments pour comprendre ce qu'il se passe. Vous, par contre, pouvez vous poser les bonnes questions et travailler à un changement. Par exemple, si vous mettez la barre trop haut, qu'est-ce qui vous empêche de devenir moins exigeant (à supposer que ce soit le problème)? Si vous êtes trop pénible, qu'est-ce qui vous empêche de l'être moins?

Si vous n'y voyez pas clair dans votre situation et sur le plan de la relation, nous pensons que vous pourriez consulter auprès d'un psychologue pour faire un travail sur vous-même.

Bonne suite

Telme

 

 

J’ai l’impression d’être acquise. J’ai seulement deux amies proches à qui je raconte tout. J’ai toujours fonctionné au feeling et eu très peu d’ami...

J’ai l’impression d’être acquise. J’ai seulement deux amies proches à qui je raconte tout. J’ai toujours fonctionné au feeling et eu très peu d’ami mais des amitiés très fortes et très complices. Seulement ce sont souvent des personnes à très fort caractère et je suis la plus « gentille » dans le sens « facile à vivre » je pense. Je suis toujours disponible pour elles et elles le savent et c’est ça le problème. Je me suis rendu compte avec le temps que lorsque je propose quelque chose (sortie), elles me disent non ou se font désirer, font les indécises, comme si elles savaient que je n’avais ps d’autre occasion/amis etc. Ça me fait beaucoup souffrir de me sentir négligée. C’est encore pire depuis que l’une d’elle est en couple et le met totalement en priorité dans sa vie, comme elle n’en la jamais fait pour moi qui ai toujours été là pour elle depuis 10 ans. Je suis peut être égoïste de dire ca, mais je me suis sentie délaissée. On passait tous nos week-end ensemble et depuis, elle ne vois que lui. J’ai fini par l’accepter mais avec un peu de rancoeur. À force j’ai arrêté de proposer quoique ce soit mais je n’arrive ps a leur dire non. L’une d’elle a bien voulu sortir l’autre fois et j’ai tout de suite dit oui, je ne peux pas m’en empêcher parce que l’on passe des trop bons moments, mais au fond Je me dis que je me rabaisse moi même en étant si disponible pour des personnes qui m’accorde une soirée tous les trois mois, alors que moi j’accepte une sortie qu’on me propose dans l’heure. Ca baisse Ma confiance en moi qui est déjà très basse. Je donne tant d’importance à des personnes qui ne m’en donne aucune, je me donne entièrement a mes amitiés et ça ne va ps toujours dans les deux sens. Je ne me sens ps valorisée du tout et importante aux yeux de personne. J’en viens presque à développer de la haine sans quelles s’en doutent... pour tous ces moments de solitudes que je vis et que j’ai vécu... sans que ces personnes s’en rendent comptent elles peuvent être blessantes... je me dis que j’ai encore ma famille et heureusement ...comment être indépendante et avoir des amitiés moins toxiques et plus valorisantes? Comment me détacher de certaines personnes malgré l’énorme complicité qu’il y a, les fous rires et moments incroyables auxquels je suis accro? Comment trouver la sérénité malgré ce sentiment de solitude et de manque d’attention?

Réponse de Telme: 

Bonjour,

Il existe parfois un certain déséquilibre dans les relations d’amitié, avec une personne qui s’implique plus que l’autre. Chaque personne se représente de manière différente l’engagement nécessaire dans un lien d’amitié. Peut-etre que vos amies ont une représentation de votre amitié qui diffère de la vôtre. Il se peut que pour elles votre relation est équilibrée et fonctionne bien. De plus, chacun selon ses autres relations (par exemple le fait d’avoir un copain ou pas), investit différemment chaque lien relationnel.  Ce n’est pas de la négligence mais une autre manière de voir les choses.

Vous semblez investir trop d’énergie dans ces personnes et elles doivent s’en apercevoir, ce qui amène à une relation peu équilibrée. Afin de prendre de la distance et de gagner plus d’indépendance, vous pourriez essayer d’investir d’autres domaines qui vous font également plaisir. Avoir des activités individuellement n’empêche pas de rester complices et de garder des bons moments, mais cela montre que vous avez une vie qui vous appartient en dehors de ces relations.

Il est important aussi de développer un réseau d’amitiés qui vous donnera davantage de possibilités, davantage de liberté. Ce n’est pas une bonne chose de rester centrée sur la même dynamique, sur les mêmes personnes. Un système qui se répète finit par s’éteindre.

Vous vous décrivez comme quelqu’un avec peu de confiance en soi. Depuis quand avez-vous ce sentiment ? Votre estime de vous-même semble dépendre beaucoup de vos relations avec les autres. Chacun doit s’accorder de la valeur et une confiance en soi par lui-même qui ne dépendrait pas d’une validation par les autres. Si vous ressentez cela durablement il serait utile d’entamer un suivi psychologique qui vous permettrait d’avancer dans une meilleure reconnaissance de vous-même.

Bonne suite,

Telme

Bonjour, j'ai besoin de comprendre le comportement de mes voisins qui sont des gens très bruyants. Ils font du bruit toute la journée de l'instant où...

Bonjour, j'ai besoin de comprendre le comportement de mes voisins qui sont des gens très bruyants. Ils font du bruit toute la journée de l'instant où ils se réveillent jusqu'à qu'ils se couchent .Ils adorent surtout claquer les portes (cela arrive même parfois la nuit), parler fort et souvent crier. Quand ils écoutent de la musique bien sur c'est à fond. Le pire était l'été avec fiesta et barbecue dans le jardin.

J'ai tenté de les raisonner et le propriétaire de l'immeuble à fait de même mais ils soutiennent qu'ils ne font pas de bruit et que si je ne suis pas contente je n'ai qu'à déménager .J'ai fait appel aux forces de l'ordre une nuit où ils faisaient la fête mais manque de chance pour moi le temps qu'ils arrivent sur place, le bruit avait cessé de plus les voisins ont raconté aux représentants de l'ordre que c'est moi qui les harcele et qui ment au sujet du bruit. C'est donc moi qui me suis faite remonté les bretelles par la gendarmerie, un comble. Le problème est que j'habite au-dessus d'eux et qu'il n'y a pas d'autre voisin proche, c'est ma parole contre la leur.

Donc à l'heure d'aujourd'hui, c'est moi qui passe pour une folle qui entend des voix et qui harcèle ses voisins. Je précise que c'est la première fois de ma vie que j'ai des problèmes de voisinage, j'ai 40 ans et je loue des appartements depuis l'âge de 18 ans. Je n'avais jamais eu à me plaindre de mes voisins jusque-là et réciproquement, d'autant plus que je suis quelqu'un de discret et très calme. Ce couple est plus jeune que moi (ils ont aux environs de 25 ans), nous n'avons visiblement pas du tout les mêmes caractères, moi très calme eux ont l'air exité du matin au soir. Je suis choqué qu'il ne fasse aucun cas des dérangements qu'ils peuvent caussé aux autres.

Donc je voudrai savoir pourquoi ces personnes ont visiblement besoin de faire du bruit. Est-ce que certains individus aiment déranger les autres et qu'est-ce que cela leur apporte?

Je vous remercie par avance de votre réponse.

Cordialement.

 

Réponse de Telme: 

Bonjour,

Nous comprenons que cette situation soit difficile à vivre. Vous avez l’impression de ne pas avoir d’issue et que les autorités ne comprennent pas votre problème.

Pour répondre à votre question, nous ne fonctionnons pas tous de la même manière. Vos voisins ne semblent pas s’apercevoir du dérangement qu’ils vous causent. Ils peuvent en effet ne pas être conscients de ce que vous vivez. Nous pensons qu’ils ont probablement l’habitude de vivre ainsi et qu’ils ont des difficultés peut-être à s’adapter à un autre rythme. Par contre, cela ne veut pas dire qu’ils aient le droit de vous imposer leur mode de vie. Une certaine flexibilité est requise des deux côtés quand on vit dans un immeuble commun.

Vous dites en avoir parlé au propriétaire et il semble être d’accord avec vous. Pourriez-vous organiser une réunion tous les trois ensemble ? cela vous permettrait de leur montrer un autre point de vue que le vôtre et d’avoir un appui à vos propos. Une attitude correcte de leur part et une flexibilité de votre part va être nécessaire.

Dans tous les cas, vous avez le droit de sensibiliser le propriétaire de l’immeuble à cette problématique et de lui demander de vérifier ce que vous dites. Il est responsable de son immeuble et donc va devoir donner suite à votre demande. Quant aux autres habitants de votre immeuble, vous pouvez leur demander un avis sur la situation et avoir des renseignements sur leur point de vue.

Une association de locataires (ASLOCA ou autre) pourraient aussi vous informer sur les normes en vigueur .

Bien à vous,

 

Telme 

Bonjour, Je suis un peu inquiète pour un ami qui est assez deprimé et se pose beaucoup de questions sur sa manière d'être. Il a une très faible...

Bonjour,

Je suis un peu inquiète pour un ami qui est assez deprimé et se pose beaucoup de questions sur sa manière d'être. Il a une très faible estime de lui et n'est pas très sociable et n'arrive pas à exprimer ses sentiments. Récemment il m'a parlé que peut-être il pouvait être HPI et qu'il aimerait faire le test pour avoir réponse à ses questions. Malheureusement le test coûte cher et j'aurais aimé savoir si il existe des tests à prix raisonable ou remboursé par l'assurance? Je voudrais vraiment l'aider et je sais que ce test pour le faire avancer.

Merci pour votre réponse.

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Vouloir aider votre ami qui ne va pas très bien est une belle démarche et il a de la chance de vous avoir!

Les bilans psychologiques permettant de poser un "diagnostic" HPI sont en effet relativement coûteux, et ils ne sont généralement pas pris en charge par l'assurance maladie. La seule possibilité pour que l'assurance maladie entre en matière est lorsque le bilan est demandé par un médecin qui considère qu'il y a une indication. Ainsi dans le cas présent, votre ami pourrait parler à son médecin traitant de son mal-être et de ses inquiétudes et voir avec lui si un bilan psychologique peut être envisagé. Nous vous rendons tout de même attentive qu'il reste toujours à s'acquitter des frais de franchise.

De manière générale, vous pouvez encourager votre ami à s'adresser à des professionnels pour parler de ses difficultés et être accompagné dans ses questionnements, cela pourrait aussi l'aider. A l'association Telme nous ne proposons pas de bilans psychologiques, mais nous offrons des consultations à des tarifs accessibles (15.- pour les jeunes adultes), vous pouvez lui parler de nous.

Votre présence et le soutien que vous apportez à votre ami sont également très précieux, de vous savoir à ses côtés l'aide sûrement beaucoup. A vous ensuite de voir jusqu'où vous pouvez lui venir en aide, en n'oubliant pas d'également penser à vous, c'est important.

Bonne suite,

Telme

Bonjour, comment réagir quand sa copine qui souffre de dépression, ne répond pas au SMS, téléphone? La personne exprime clairement son désir d'être...

Bonjour,

comment réagir quand sa copine qui souffre de dépression, ne répond pas au SMS, téléphone? La personne exprime clairement son désir d'être seul, devons-nous quand même essayer de la contacter?

Merci pour votre réponse

Réponse de Telme:

Bonjour,

Même si vous savez que votre amie souffre il est important de respecter sa volonté et de lui faire confiance. Ce qui ne veut pas dire de la laisser tomber et de ne plus la contacter.
Vous êtes son ami et pas son thérapeute. Votre rôle est d'être présent pour elle et de lui permettre de mobiliser ses propres ressources afin que, elle-même, trouve la force de demander de l'aide si besoin.

Dans le cas extrême où vous sentez qu'elle peut être en danger pour sa vie ou celle d'autrui alors il sera nécessaire d'intervenir contre son gré.

Bien à vous, 

Bonjour, La meilleure amie de ma fille qui a 12 ans comme elle rencontre des problèmes importants et je ne sais pas quelle attitude adopter envers ma...

Bonjour,

La meilleure amie de ma fille qui a 12 ans comme elle rencontre des problèmes importants et je ne sais pas quelle attitude adopter envers ma fille, envers son amie et aussi envers les parents de celle-ci. L'amie de ma fille rencontre un certain mal-être depuis le mois d'octobre 2016. Le travaille bien à l'école et il y a deux semaines en arrière elle s'est scarifié les avants bras suite à une rumeur selon laquelle son petit copain a embrassé une autre fille.... Quand ma fille a appris cela en parlant sur son natel avec elle était en pleurs et le lendemain elle en a parlé à la médiatrice de son école. On pensait que les choses s'étaient arrangées mais aujourd'hui ma fille a appris qu'elle allait être placée dans un foyer en Suisse allemande à cause de son comportement........ Elle a dit à ma fille qu'elle n'était pas heureuse dans son école et qu'elle ne s'entendait pas avec ses parents.... Elle a aussi dit à ma fille que je ne devait pas appeler ses parents parce que sa mère faisait u e dépression et n'allait plus travailler à cause d'elle. Je connais un peu les parents mais superficiellement et c'est en apparence une famille normale : parents mariés, 2 enfants, une maison, 1 chat, les deux parents travaillent et s'entendent bien...... Ça a été une énorme surprise je suis tombée des nues je ne pensais pas qu'une fille de 12 ans pouvait être dans une situation pareille. Je vous demande comment me comporter avec cette fille? Est ce que je dois essayer de l'aider en l'invitant de temps en temps? Est-ce que je dois essayer de parler avec les parents? Et surtout comment aider ma fille à gérer tout cela? Est-ce qu'elle doit rester amie avec cette fille?

Merci d'avance

Notre réponse: 

Bonjour, 

Il est difficile de se situer avec quelqu’un qui nous décrit ses problèmes sans qu’on ne puisse rien faire…

 

Il s’agirait en effet de réfléchir aux limites de nos moyens à venir en aide, ainsi que de veiller à ne pas l’imposer à quelqu’un qui n’en demanderait pas… ou qui alarmerait les gens sans vouloir en dire plus.

La jeune fille et la famille dont vous nous faites la description se trouvent dans une situation difficile qui requiert les compétences de professionnels. Concrètement que pourriez-vous leur/lui apporter ?  

Vous nous demandez si votre fille doit rester amie avec elle. En tant que parents, vous aidez votre fille à établir les limites dont elle a encore besoin pour se protéger.

Il ne faudrait pas qu’elle se laisse envahir par des émotions et des problèmes qui ne sont pas les siens au risque que cela pèse sur son propre moral ou sur ses résultats scolaires. Vous pouvez aider votre fille dans ce sens en lui apprenant à gérer les confidences de son amie, sans porter le problème à son tour. Elle doit apprendre à faire la différence entre elle et les autres, et surtout à se protéger de ce genre de situation qui la met dans une position d’impuissance.

Il arrive en effet que des jeunes à travers certaines confidences alarment leurs amis, et ils ne semblent pas vouloir être aidés. Dans ce cas-là, on constate que la jeune fille refuse que vous téléphoniez à ses parents, de ce fait il n’y a pas grand-chose que votre fille et vous puissiez faire.

Pour que vous ne soyez pas trop inquiète, il serait bien de vérifier qu’une prise en charge a été mise en place.

Nous vous encourageons à discuter avec votre fille sur la manière d’entendre ce genre de message sans se laisser déborder par une situation qui n’est pas la sienne!

Bonjour, Je vous écris car je me questionne sur moi-même et sur ma relation aux autres.  J'ai vécu une enfance difficile (instabilité, gros manque...

Bonjour,

Je vous écris car je me questionne sur moi-même et sur ma relation aux autres. 

J'ai vécu une enfance difficile (instabilité, gros manque d'affection, violence, etc j'en passe) aujourd'hui la vie me sourit dans la plupart des domaines , j'ai disons de la chance.

Je ne sais pas si c'est du à mes souffrances passées mais je suis extrêmement sensible aux personnes plus "faibles" psychologiquement, qui ont aussi souffert ou qui ont ou subissent des injustices. Je peux en faire beaucoup pour ces personnes sans même les connaître et de manière spontanée. Jusqu'ici me diriez vous pas de problème, c'est bien.

Le souci c'est que j'ai peur de transférer ça sur ma vie privée, mon couple également ou mon enfant de 2 ans. J'ai peur de ne pas pouvoir assez aimer mon enfant du fait qu'il est épargné par les difficultés de la vie, ou de tomber amoureuse d'un autre homme qui souffre , si mon ami n'est plus malheureux (pourtant j'ai tout fait pour le rendre heureux et ne lui souhaite que ça). Je sais pas.comment m'expliquer. En gros j'ai l'impression qu'une fois que j'ai aidé ou apporter quelque chose à une personne en souffrance, que je lai aidé à aller mieux à être plus heureux, j'ai peur de ne plus rien ressentir et de vouloir en trouver "d autres " a aider.

Je ne sais pas si je me suis bien exprimée car ce que je ressens est complexe, et je me suis rendue compte de cela il n y a pas très longtemps. Je me suis parfois surprise à mépriser des personnes ( au fond de moi même) juste parce-qu ils n'ont jamais rien connu de difficile dans leur vie..

J'ignore d'où me provient ce problème psychologique et je ne souhaite pas que mes relations se résument a ça.

Savez vous d'où me vient ce problème, cette attirance a la souffrance finalement , pour la guérir chez les autres ? Mon message n'est pas prétencieux mais sincère, je souhaite juste que ce besoin n'affecte pas ma vie ou mes relations de manière negative .

Désolée pour le roman et merci de votre lecture et de votre regard professionnel.

Cordialement

 

Notre réponse:

Bonjour,

Il n'est pas simple d'évaluer la relation aidant/aidé. L'aidant reçoit effectivement beaucoup de l'aide qu'il apporte à l'autre... Qui a besoin de qui?

Les comportements altruistes sont propres aux humains. Vous pouvez être fière du fait que vos souffrances passées vous aient amenée à cette générosité, cela aurait pu être le contraire.
Ensuite, il est question de gérer cela autrement, en prenant de la liberté face à ce "besoin d'aider".

Concrètement, ressentez-vous moins d'amour pour votre enfant parce qu'il ne souffre pas? Etes-vous moins attirée par votre ami parce qu'il va bien?

Ou avez-vous peur que cela arrive plus tard?

Si c'est une réalité actuelle, il vaudrait la peine d'envisager un suivi psychologique ou une thérapie pour redevenir plus libre comme je le dis plus haut.
Si c'est juste une peur, je vous encourage à structurer ce besoin. Vous avez compris qu'on aide pas les gens malgré eux, et vous pouvez imaginer les problèmes qui adviennent dans une relation basée sur l'aide et qui prend la forme d'une co-dépendance.

Vous pourriez vous engager dans des causes plus larges (soutien à tel ou tel type de population par exemple) pour lesquelles vous garderez une meilleure distance relationnelle. Ainsi, vous faites bénéficier des personnes de votre altruisme, mais vous ne vous prenez pas les pieds dans des scénarios relationnels voués à l'échec.

N'hésitez pas à réagir à ce message

Bonne suite

Telme

Bonjour, j'aimerais reprendre notre discussion sur le sujet "Je n'arrive pas à être en couple avec quelqu'un"!! Pourriez vous être clairement...

Bonjour, j'aimerais reprendre notre discussion sur le sujet "Je n'arrive pas à être en couple avec quelqu'un"!! Pourriez vous être clairement précis?Ou voulez vous en venir? Et quelles solutions me proposez vus directement pour parvenir à être en couple avec quelqu'un et enfin avoir des amis fiables et vrais?

 

Notre réponse:

Bonjour,

Nous vous avions répondu cela:

Lorsque vous dites que vous ne savez pas si vous devez être simple ou chic, cela résume vos difficultés. Vous vous perdez en essayant d'être comme vous imaginez que les autres vous aimeraient. 
Vous ne correspondrez jamais à tout le monde.
C'est vous le critère, c'est ce qui vous correspond profondément.  En restant sur le même exemple, aimez-vous ce qui est chic ou simple?
Votre personnalité se constitue avec vos goûts, vos émotions, tout ce qui est à vous justement. C'est cela qui est intéressant pour l'autre, que ce soit dans une relation amicale ou amoureuse.

Vous ne voyez pas ce que nous voulons dire? Et où nous voulons en venir (...?)

Pour rencontrer l'autre il faut être soi-même, c'est le point de départ. Ensuite, nous n'avons pas de recette qui permettrait en deux phrases de vous amener à résoudre ce problème. Nous constatons en fonction de ce que vous dites que vous essayez de correspondre aux attentes des autres, nous voyons aussi que vous semblez attendre des réponses des autres.

Nous vous encourageons à être naturelle, et surtout aimable, généreuse; soyez fiable et vraie comme vous l'attendez des autres. Essayez de ne pas trop vous demander de quoi vous avez l'air et manifestez votre intérêt pour les autres sans attendre qu'ils fassent tous les pas dans votre direction.

J'espère que cette réponse concrète vous aidera.

Bonne suite

 

 

Bonjour Telme, Cela fait longtemps que je ne vous ai plus écris. J'étais auparavant inscrit sous un autre pseudo, bien avant que vous ne remettez à...

Bonjour Telme,

Cela fait longtemps que je ne vous ai plus écris.

J'étais auparavant inscrit sous un autre pseudo, bien avant que vous ne remettez à jour votre site, qui est d'ailleurs magnifique et bien mieux que celui d'avant... !

Si je vous réécris, c'est parce que j'ai un souci qui me tracasse.

En fait, mon problème est que j'ai de la peine à m'intégrer ou à me socialiser dans un groupe.

J'ai commencé, il y a une année de cela, à chanter dans le chœur d'hommes de mon village. Je suis le seul de mon âge (25 ans en avril prochain) à y avoir débuté. Je me suis senti tout de suite intégré et dans mon élément. J'ai toujours du plaisir à aller aux répétitions ou aux concerts, malgré que je ne chante pas encore correctement.

Ensuite, je voulais également chanter dans un chœur de jeunes, avec des jeunes de mon âge et me faire des amis et ainsi étoffer mon peu de relations. Cependant, les choses ne se passent pas comme prévues.

J'ai précisé avant de m'y engager que je travaillais parfois les week-ends (hôtellerie) et que je manquais de confiance en moi (ce qui est malheureusement vrai).

J'ai donc été les rencontrer lors d'une grillade en été pour faire connaissance. Ils étaient tous en maillots de bain, sauf moi, qui ait oublié le mien (c'est malin !). Personne ne m'a parlé ou ne m'a dit ce qu'il faisait. J'avais l'impression qu'ils ne s'intéressaient pas à moi.

Comme je suis un peu timide (évidemment je ne connaissais personne), j'ai essayé un peu d'aller vers eux, mais que ce fut dur !!

Ensuite, ils organisaient un loto, 2 mois après cette grillade. Ils s'occupaient de la vente des sandwichs et des boissons.

J'y suis allé en espérant que je ne sois pas le seul du chœur à jouer. Malheureusement, ce fut le cas et j'ai quand même passé un bon moment, car on a bien rigolé avec les gens autour de moi (adultes) que je ne connaissais pas.

Après une répétition, ils avaient organisé une raclette. J'y suis resté et je suis d'ailleurs parti dans les derniers.

Eh bien ce fut la même chose, personne ne m'adressait vraiment la parole.

J'essayais de m'affirmer en m'exprimant sur certains sujets, mais à la longue, ça devenait pénible et j'en avais marre.

Ils organisent également pas mal d'activités via leur groupe "Whatsapp" où j'y suis aussi. Mais vu qu'ils ne me parlent pas tellement durant les répétitions ou durant les messes (car oui, on chante aussi les messes, tout comme avec mon choeur d'hommes), je ne me sens pas prêt d'aller m'amuser avec eux.

Je précise également que la majorité vient du même village et que c'est plus un groupe d'amis.

Je ne me sens pas à l'aise dans ce chœur de jeunes, alors que dans le chœur d'hommes, c'est tout l'inverse.

J'ai du plaisir à chanter (même aux messes), on rigole bien ensemble et tout le monde parle à tout le monde. Evidemment, pas tout le temps à toutes les répétitions, mais on est ensemble et je trouve cela magnifique.

Sachez également que c'est dur pour moi de vivre de telles expériences.

J'essaie de me socialiser, de me faire des amis et voilà le résultat.

Je suis quelqu'un qui essaie de voir les choses positives et qui croit en la Vie.

Je me sens seul, car je suis un homme sensible qui à de la peine à s'affirmer ou à se défendre.

Je ne suis pas le mec avec les gros pectoraux et qui a confiance en lui, ce que les femmes adorent en général.

Je suis différent, je suis comme je suis, et ceci est très, très difficile.

Donc voilà, si vous auriez des conseils à me donner pour intégrer un groupe, je vous en remercie d'avance.

Je vais d'ailleurs essayer le curling, car c'est un sport que je trouve fascinant, mais avec ce que je vous ai raconté, j'ai un peu peur...

 

Réponse de Telme:

 

Bonjour et bienvenue sur notre nouveau site! 

Merci tout d'abord pour votre commentaire à propos de notre site.

Rencontrer de nouvelles personnes et vous faire des amis est un objectif pour vous! La socialisation est décrite comme un défi, entre réussite d'intégration et beaux moments de partages, et entrée plus difficile dans un groupe sans pouvoir y prendre réellement du plaisir. La rencontre se fait à deux et chacun à un rôle à y jouer.

D'après votre message, la socialisation peut être facile ou non selon le groupe que vous cherchez à rejoindre. Le choeur d'hommes que vous mentionnez vous a accueilli, vous avez pu y prendre votre place, et vous profitez avec plaisir de cet environnement.

La rencontre avec des personnes en tant qu'individus et l'intégration dans un groupe sont deux choses différentes. Dans le cas du choeur de jeunes, tous se connaissent de longue date et il est vrai que s'intégrer dans un groupe qui est déjà bien formé est plus difficile selon son fonctionnement. Si le groupe est bien fourni et pense se suffire à lui-même, il peut fonctionner de manière relativement fermée et se faire sa place relève du défi! C'est ce que vous expérimentez actuellement. Chacun de ces jeunes peut avoir ses propres failles et difficultés ce qui rend la rencontre avec des nouvelles personnes difficile également de leur part. Dans une rencontre tout ne dépend pas de vous, ni de l'autre, c'est à deux ou à plusieurs que cela se passe. Evidemment que vous avez un rôle actif à jouer dans le fait d'entrer en contact avec les autres, si vous prenez une position passive et attendez la venue de l'autre, cela ne facilite pas la rencontre. Pensez à votre propre positionnement et votre responsabilité dans la rencontre! Qu'en pensez-vous?

Lorsque plusieurs personnes se réunissent autour d'un même intérêt et que le groupe se forme, les places et les rôles ne sont pas encore distribués, cela laisse une autre liberté. Réfléchissez au rôle que vous aimeriez avoir et comment vous pourriez le vivre au mieux dans une telle situation!

N'hésitez pas à poursuivre l'échange au besoin!

A bientôt!

 

 

bonjour. petit rappel si vous ne conaissiez pas mes derniers messages : je suis une maman celibataire de 30 ans, et je suis en couple depuis 4 mois...

bonjour. petit rappel si vous ne conaissiez pas mes derniers messages : je suis une maman celibataire de 30 ans, et je suis en couple depuis 4 mois avec quelqu'un. Je lui avais avoué mes sentiments il y a environ 2 mois, et lui ne m avait rien repondu mis à part "ca me fait plaisir"... Du coup, je ne savais pas ce quil pensait . Au début ça ne me gênait pas, je vivais au jour le jour... et puis jai voulu lui en parler, car ma patience commencait a gronder un peu, je ne savais pas s'il ressentait quelque chose ou non... (Je lui ai dis que quand je ne savais pas ce que quelqu un ressentait ça avait tendance a me freiner un peu dans mes sentiments à la longue, que je sais pas quoi penser, certes que je n attendais rien de lui et je ne lui demandais rien, mais que au bout de plusieurs mois javais quand meme besoin de quelqu un qui exprime ce quil pense (ou non).) // Et il m'a dit : "je suis pas tres expressif par la parole, mais je montre en general quand je tiens a quelqu'un, je viens vers toi, et si je ne tenais pas a vous je ne viendrai pas (il vit à 2h de route), il faudrait que tu cesses de te poser des questions et que tu profites de la relation etc.." . Ensuite la journée a passée, toujours dans la bonne entente (on a 2 caractères assez réservés et patients..) Et du coup, le Lendemain au soir, il a fini par me dire "je taime" a un moment où je ne m'y attendais pas forcément... Je lui ai dis "jespere que tu ne ma pas dit ca parce que je t'en avais parlé avant" et il m'a dit que non, qu'il le pensait vraiment. Ai je bien fait ou pensez vous que je lui ai forcé la main. ? pour vous, le pensait il vraiment ? (je pense que si on n'avait pas eu cette conversation, il aurait mis beaucoup + de temps a le dire , voire pas du tout..." Du coup je ne sais pas si il a dit ça pour me rassurer, ou sil le ressent vraiment... (sachant qu'il me l'a dit le lendemain soir de la conversation...) ?

 

Réponse de TELME

Bonjour,

Faire appel à notre cerveau nous rassure, mais parfois au risque de perdre de vue notre monde émotionnel...

Nous vous avons déjà répondu dans ce sens lors d'un précédent échange. Le dialogue rationnel est certes utile dans une relation, il permet de clarifier et de fluidifier la communication. 
Cependant, lorsqu'il s'agit de sentiments, le lâcher-prise permet d'être pleinement dans la relation à l'autre. D'ailleurs, il est probable que la remarque de votre ami "il faudrait que tu cesses de te poser des questions et que tu profites de la relation" sous-entendait cela...?!

Sentez-vous chez vous ce besoin d'être rassurée en analysant ce que vous vivez par une compréhension rationnelle? Nous vous laissons réfléchir aux situations dans lesquelles cette attitude vous est utile, et dans quelles autres circonstances vous pourriez vous en défaire afin d'être connectée à ce qui se passe en vous. Cette manière d'être présente à vous-même et à autrui vous en apprendra certainement davantage sur ce que vous êtes en train de vivre et sur l'authenticité de ce qui est exprimé que toute approche "raisonnable". 
D'ailleurs, la relation parent-enfant que vous vivez est en grande partie faite de cela.

Nous vous souhaitons de vous laisser vivre les choses plus que de les comprendre!

 

 

bonjour. je suis désolée mais j ai du re créer un compte parce que mon identification ne marchait plus, et de + j'ai changé d email pour raisons...

bonjour. je suis désolée mais j ai du re créer un compte parce que mon identification ne marchait plus, et de + j'ai changé d email pour raisons personnelles. je suis anciennement "maman20122013" . Je vous écris car j ai un questionnement. Pour rappel je suis maman celibataire , à l'aube de la trentaine, et je suis en couple depuis 2.5 mois avec un homme de mon age qui accepte bien mon jeune enfant. (je le conaissais un tout petit peu avant, car c est l ami d un cousin). Hier je lui ai avoué avoir des sentiments pour lui. Je ne suis pas non plus "folle amoureuse" mais j'ai quelques sentiments qui, petit à petit, se sont un peu développés, du coup je me suis dis "cela fait 2 mois passés, dis lui". Il m'a dit que ça lui faisait plaisir, et que c'était tant mieux si j'etais sincère. Par contre il ne m'a pas répondu. Du coup je ne sais pas ce quil ressent, mais je n ai pas envie non plus de lui "forcer la main" en lui demandant. En effet , il m'a expliqué un jour qu'il n'avait pas dit ce mot a certaines ex-compagnes lorsqu'il n était pas amoureux, pour ne pas être malhonnête justement. Donc j hesite : ne plus lui parler de mes sentiments et ne plus lui dire je t aime tant que LUI ne m'en parle pas ;// ou lui dire que je l'aime encore une fois (impression d etre collante) mais il va se sentir obligé de dire "moi aussi" et ça je ne veux pas... Je sais que je me pose peut etre pas mal de questions mais jai 30 ans et pour moi ce sujet n est pas un jeu. De + je me demande sil n'ose rien me dire car il n ose pas, ou bien sil ne me dit rien car tout simplement, il est attaché mais pas amoureux...,?


Réponse de TELME:

Bonjour,
La création d'un nouveau compte est une procédure normale dans le cadre de notre nouveau site.

Concernant votre question, en disant "je n'ai pas envie de lui forcer la main", vous tenez une piste de réflexion essentielle. ENVIE et LIBERTE sont sans doute des amorces de réponse...
Exprimer vos sentiments ne doit pas vous mettre dans une position d'attente de la réciproque de la part de cet homme, car vous risquez alors de perdre toute spontanéité et de calquer votre comportement sur l'autre en vous perdant de vue.
Or, la rencontre amoureuse ne peut se réaliser si on ne laisse pas la magie opérer, ce qui implique de lâcher prise.

Et si justement vous vous permettiez, avec l'expérience et la liberté de vos 30 ans, d'aborder l'amour comme un jeu sans gravité?!...qui sait, cela ouvrira peut-être des champs d'exploration et de découverte intéressants, sans pour autant perdre de vue vos valeurs....

Bonne réflexion!

Telme

Bonsoir Telme, Je me tourne vers vous car je pense que vous pourrez me comprendre et me donner peut-être un conseil. J'ai passé par plusieurs psy...

Bonsoir Telme,

Je me tourne vers vous car je pense que vous pourrez me comprendre et me donner peut-être un conseil.

J'ai passé par plusieurs psy avant de trouver la personne qui me convenait et me comprenait (moi qui ne suis pas du tout psy..comme bcp de personnes qui pensent ça la première fois je pense). J'ai chuté plusieurs fois, j'ai eu des doutes, des espoirs, etc.

Une page va se tourner, je vais continuer ma route mais cette fois je serai seule pour tracer mon chemin. Ca me fait bizarre quand j'y pense.

Je ne laisse pas facilement entrer une personne dans ma vie et lui accorder ma confiance.

J'ai bcp de respect pour tout ce qu'il a fait. Je sais que c'st son métier et que je ne suis ni la première ni la dernière.

Pour moi c'est pas facile...

est-ce qu'avec un psy on coupe les ponts "définitivement" ou on "reste" en contact si besoin?

Merci!

 

 

Réponse de TELME :

Bonjour,

Il n'y a pas raison que la rupture soit "définitive" avec une personne qui a eu un lien important avec vous.

Comme vous le dites c'est un professionnel qui voit défiler ses patients, émotionnellement il a davantage de recul sur la situation que vous et c'est normal.

Cela ne signifie pas pour autant que le sens de ce qu'il s'est passé se perde complètement, comme si cela n'avait pas existé pour lui. Cela reste une relation thérapeutique, mais elle se constitue aussi dans un lien, qu'on appelle d'ailleurs le "lien thérapeutique".

Un lien se produit de toute façon entre deux personnes.

Pour vous qui avez vécu une expérience plus forte, puisque vous n'avez pas ce recul professionnel, la "rupture" est plus intense à gérer; le thérapeute est habitué à cela. Si elle est trop difficile, cela signifie peut-être que le suivi aurait dû se poursuivre encore un peu (?).

J'espère vous avoir répondu, mais il aurait valu la peine de communiquer directement avec votre psy sur ce sujet. La dernière séance veut-elle dire qu'on ne peut plus se recontacter, est-ce qu'il y a une possibilité de reprendre le suivi ou pas en cas de besoin...?

C'est normalement le cas, mais il est juste important de se mettre au clair avec la personne concernée.

Bonne suite

Telme

Bonjour,  J'ai un problème, à l'école, on a un groupe sur une appli de tchat, je les ai souhaité un excellent fin de week-end, ils m'ont posé la...

Bonjour, 

J'ai un problème, à l'école, on a un groupe sur une appli de tchat, je les ai souhaité un excellent fin de week-end, ils m'ont posé la questions pourquoi je les ai envoyés ça... Je ne sais ni comment réagir face à ça, est-ce que prouvez m'aider à comment réagir.

Merci.

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

En fait, eux se demandent pourquoi ta question et toi, tu te demandes pourquoi la leur. Il s'agit sûrement d'un banal problème de communication! 

Tu ne donnes pas beaucoup de détails et nous ne pouvons pas deviner ce que tes camarades avaient dans la tête en te demandant pourquoi tu leur as écrit cette phrase. C'est donc difficile de te répondre, mais nous pouvons essayer de chercher ensemble.

Tes camarades peuvent-ils s'imaginer que ton souhait de "bon week-end" avait en fait un autre but que juste leur souhaiter une bonne fin de week-end? par exemple, pensent-ils que tu avais envie de leur proposer de les voir? ou ont-ils pu imaginer que tu as un souci et, du coup, s'inquiéter pour toi ? D'autres suppositions sont bien sûr possibles mais le mieux dans une situation comme la tienne est d'exprimer ce que tu ressens vraiment au fond de toi ou d'oser le dialogue avec les autres afin de dissiper un éventuel malentendu. Les contacts par sms ont plein d'avantages mais ils peuvent aussi être sources de malentendus car chacun interprète de son côté sans pouvoir vérifier en direct si sa compréhension est correcte ou non, tu vois ?

Avant de terminer ma réponse, je t'encourage à rejoindre le site www.ciao.ch qui est destiné aux ados si tu as envie de poser d'autres questions par la suite, car notre site s'adresse aux adultes dès 18 ans.

Sais-tu que tu peux aussi appeler le numéro 147 qui répond partout en Suisse aux appels des jeunes 24/24, gratuitement et confidentiellement ?

Bonne suite!

Telme

Re Bonjour!! Avant tout ,j'aimerais vous remercier pour l'aide que vous m'avez fourni précédemment! Cependant, à part ce problème que je vous ai...

Re Bonjour!!

Avant tout ,j'aimerais vous remercier pour l'aide que vous m'avez fourni précédemment! Cependant, à part ce problème que je vous ai exposé dernièrement , j'aimerais vous faire part d'un autre qui m'a miné depuis quelques temps:

Voila quelques mois, je suis devenue marraine d'une fillette de deux ans. C'était une véritable bénédiction autant pour elle que pour moi car elle m'a fait connaitre voire veillé pour la première fois en moi les sensations d’être une mère tellement que je me suis promis que je la protégerai, je l’appuierai, et je la soutiendrai à vie c'est -à-dire que je serai toujours là pour elle!! J'ai même déjà médité sur les valeurs que je lui enseignerai à elle et à mes propres enfants!! En global, je veux m'investir à fond dans ce parrainage!! Mais le premier problème est que j'ignore comment participer à son éducation et partager les moments de sa vie sans trop paraître envahissante aux yeux de ses parents? à quel fréquence dois je l'approcher ( combien de fois devrais je lui rendre visite!?)

Le deuxième problème est que comment mettre une équilibre entre le fait de s'occuper d'elle et de s'occuper de mes propres enfants lorsque j'en aurai un jour!! Puisque même si, j'aurais mes propres enfants un jour ,j'aimerais toujours partager ses moments et être toujours la pour elle et je ne désire en aucun cas que notre relation soit épisodique c'est à dire qu'on ne se voie que dans des circonstances marquantes.

Voila, mes questions pourraient sembler compliqué mais je désirerais tout de même que vous m'aidiez et me proposer des solutions s'il y en a!! merci beaucoup.

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Le fait d’avoir été choisie comme marraine pour cette petite fille montre que vous êtes quelqu'un en qui on peut avoir confiance et peut être un signe de l’importance que vous avez pour ses parents.

Vous semblez avoir déjà pris votre rôle très à cœur, en étant présente dans toutes les étapes de la vie de cette fillette et en voulant être là pour toutes celles qu’elle n’a pas encore vécues.

Vous dites que c'est "une bénédiction" pour vous ; qu'est-ce que cela veut dire pour vous ? Comment vous représentez-vous le rôle de marraine ? Y a-t-il un rôle lié à la religion ? 

S’il y a eu une époque où être parrain ou marraine impliquait le fait de pouvoir prendre le rôle de parent si celui-ci disparaissait, c'est plutôt un rôle symbolique aujourd'hui. Aussi, le rôle de marraine ne se substitue pas à celui d’un parent.

Il n’existe pas de consensus sur le nombre de fois que vous devriez lui rendre visite, ni sur l’implication que vous devriez avoir dans son éducation. Le mieux est d’en parler avec ses parents pour pouvoir savoir quelles sont leurs attentes vis-à-vis de vous.

N’hésitez pas à poursuivre notre échange !

Telme

Bonjour. Je vous renvoie un message avant que vous ne répondiez au précédent. J'ai fini par avouer a ma soeur le baiser qu'il y avait eu entre mon...

Bonjour. Je vous renvoie un message avant que vous ne répondiez au précédent. J'ai fini par avouer a ma soeur le baiser qu'il y avait eu entre mon beau frère et moi. Pas mal de querelle, des pleurs et de la culpabilité. Ils commencent a se reconstruire. Mais j'aimerais savoir, étant donné que je m installe comme "voisine" de leur maison, coment je peux cacher "mes sentiments pour lui, car ils sont toujours présents. Et par respect pour leur couple.

 

 

Réponse de TELME:

Re-bonjour,

Nous vous conseillons, comme dit dans nos précédentes réponses, de vous interroger sur les limites que vous voulez poser pour votre bien-être, ainsi que celui de votre soeur et de votre beau-frère.

Lorsque vous saurez quelles sont pour vous les limites à ne pas franchir, la situation deviendra plus claire pour vous et vous saurez sûrement quelles attitudes adopter.

Bonne suite,

L'équipe Telme

Bonjour. Je reviens vers vous concernant mes derniers postes. (pour synthétiser, mon beau frère m a avoué son attirance et je lui ai avoué la...

Bonjour. Je reviens vers vous concernant mes derniers postes.

(pour synthétiser, mon beau frère m a avoué son attirance et je lui ai avoué la mienne, et même mes sentiments. Sauf que j’ai posé une limite par respect pour ma sœur). (je suis une maman célibataire depuis presque deux ans.)

J’ai perdu 4 kilos et je suis très fatiguée. J’ai choisis de ne rien dire à ma sœur pour ne pas lui faire de mal, je me l’interdis, mais je culpabilise.

Même si n’y a « rien » entre mon beau-frère et moi, quand on est amenés à se voir tous les deux pour une raison ou pour une autre, il est arrivé qu’on se prenne dans les bras ou qu’on se tienne la main (sans aller plus loin..) Mes sentiments me poussent à me « laisser faire » sur ces gestes, je vais moi-même parfois vers lui pour lui poser un baiser sur la joue.. MAIS comme j’ai dis ça ne va pas plus loin. Chacun a sa vie et je ne veux rien faire de plus par amour pour ma soeur, et il le sait;

Sauf que je perds du poids par Culpabilité. Je ne suis pas au point d’être trop maigre et d’aller voir un médecin, mais je fatigue de plus en plus, et voilà « mentalement » j’aimerais avoir un conseil de votre part SI VOUS LE POUVEZ, car la situation devient de plus en plus lourde pour moi et je ne sais pas si j agis bien. Je tiens à ME rassurer et à vous rassurer, sur le fait que lorsque j’aurai retrouvé quelqu’un dans ma vie, que j'aimerais, je pense bien sur que j'oublierai mon beau-frere. Cette situation ne durera pas. Merci

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Comme nous vous avons déjà dit dans nos précédentes réponses, nous vous encourageons à vous positionner par rapport à cette situation et à vous questionner sur les limites que vous voulez vous poser.

Ces limites à ne pas dépasser seraient-elles considérées comme telles par votre sœur ?

Vous avez la réponse à cette question, comme vous avez aussi toutes les pistes pour savoir comment mettre vos propres limites bien mieux que nous. Nous vous encourageons donc à poursuivre votre réflexion dans ce sens.

Bonne suite à vous,

L’équipe Telme

Bonjour, je suis dans une période d'examen (comme tous le monde, bien sur). Je suis à 2 mois des examens (début juin) et ces derniers temps, je...

Bonjour,

je suis dans une période d'examen (comme tous le monde, bien sur).

Je suis à 2 mois des examens (début juin) et ces derniers temps, je sors plus vraiment le samedi soir avec les amis, j'ai plus envie de me reposer pour la semaine suivante. Pour aller au travail, je fais 2h30 aller-retour. Je rentre tous les soirs à 19h, je suis régulièrement épuisé. (sans oublier ma surdité, qui est une fatigue supplémentaire)

La chose qui m'inquiète, c'est que je sors moins, souvent les copains sortent vers 22h et moi à ce moment là, je n'ai plus envie de sortir. Je préfère sortir vers 20h, etc.

Un ami me dit : quand tu auras une copine, faudra bien te forcer à sortir, etc.

Je lui ai dit : oui, mais pour l'instant je n'ai pas de copine et je suis régulièrement fatigué à cause des trajets de toute la semaine. Le week-end je travail et je passe mon temps à me reposer pour la semaine suivante...

Et parfois, j'ai la peur de perdre mes amis à cause du fait que je sorte moins qu'avant... à cause du travail et la fatigue de la semaine.

Et de toute façon, après mon CFC je pars 2 semaines en séjour linguistique à Malte et 2 mois à San Francisco.

Donc, je ne les verrais plus vraiment non plus...

Je sais que c'est important de garder ses amis, mais si le fait de voyager on perd le contact avec ses amis... :/

Je ne sais pas ce que vous en pensez de tout cela ?

Merci d'avance :) et joyeuse pâques ;)

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous vous trouvez dans une étape spéciale de votre vie avec, à l'horizon, des examens et ensuite des séjours à l'étranger. De beaux projets pour vous !

Lorsque vous dites que le fait de moins sortir vous inquiète, je me demande si cette inquiétude concerne la manière dont vos amis vous perçoivent ou votre propre image de vous-même ? 

L'important est de vous sentir en accord avec vous-même dans cette situation: comme vous dites, vous n'êtes pas le seul à préparer des examens et vos amis peuvent comprendre votre fatigue et le fait que vous sortiez moins... Prenez le temps de leur expliquer!

Il n'y a pas de raison que les liens auxquels vous tenez disparaissent lors de vos voyages. Sans doute que vos amis tiennent aussi à garder contact avec vous, non ?!

Avec la distance, le maintien des contacts demande une certaine organisation, mais vous pourrez compter sur les moyens de communication actuels, blog (pourquoi pas ?), voire même des visites de certains amis qui ont peut-être envie de découvrir les endroits où vous serez....

L'important est encore une fois de communiquer et d'exprimer à vos proches ce que vous ressentez pour eux, c'est ainsi que les liens vivent!

Bonne préparation d'examens !

Telme

par rapport a mon dernier post, je voulais en fait savoir : 1-comment gérer cet "aveux" de mon beau frere , car cest assez culpabilisant pour moi...

par rapport a mon dernier post, je voulais en fait savoir :

1-comment gérer cet "aveux" de mon beau frere , car cest assez culpabilisant pour moi (sans le dévoiler a ma sœur pour ne pas lui faire de peine) ;

2- comment gerer mon attirance envers lui (que je cache bien sur par respect et amour pour ma sœur)

3-et ensuite je voulais savoir selon vous, si quelqu'un qui fait ce genre d'aveux peut tout de même aimer sa conjointe ou si c'est le commencement de "la fin" pour eux..

merci de votre aide, car c est une situation vraiment difficile pour moi en ce moment, je n en dors quasiment pas

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Nous remarquons, à travers vos messages précédents, que vous vous interrogez sur votre place au sein de votre famille et de votre réseau social. Approfondir ce questionnement vous permettra d'y voir plus clair dans votre situation.

Vous vous interdisez d'éprouver une attirance envers votre beau-frère. Quel rôle son "aveu" a-t-il sur les sentiments que vous ressentez à son égard ? Nous vous proposons de vous interroger sur vos propres limites pour pouvoir clarifier la situation délicate que vous vivez et vous positionner clairement par rapport à cela.

Nous ne pouvons pas savoir ce que votre beau-frère, ni ce que votre soeur pensent de leur propre relation. La vision de leur couple leur appartient, et c'est à eux de décider de la manière dont ils souhaitent gérer l'avenir de leur relation amoureuse.

Nous vous encourageons à vous questionner sur vos limites et de vous recentrez sur vous.

Bien à vous,

L'équipe Telme

Bonjour, Je vous remercie vraiment de votre réponse, vous avez raison je supporte pas être seul, j'ai réellement envie enfaîte de connaître une...

Bonjour,

Je vous remercie vraiment de votre réponse, vous avez raison je supporte pas être seul, j'ai réellement envie enfaîte de connaître une relation amoureuse, de découvrir ce que c'est être en couple, c'est vrai que je cherche a être en couple car je ne supporte plus trop d'être seul mais également j'ai envie de me sentir aimer et d'aimer.

je cherche aussi a ne pas tarder d'être en couple car si j'attend encore plusieurs années j'aurai l'impression de n'avoir jamais connu un amour en étant jeune, j'ai envie d'avoir une relation sérieuse et de vivre plusieurs année sans me soucier de quoique ce soit avant 'être plus âges et de devoir penser a l'avenir, en termes de relation amoureuse je cherche simplement une fille avec qui je serai bien, j'angoisse aussi car trop souvent je suis qu'un bon ami... et rien de plus, pourtant quand la fille me plait j’hésite pas a la draguer, a lui montrer qu'elle ne met pas indifférente, je me dit aussi que depuis toutes c'est années que je cherche et que je ne trouve pas qu'est ce qui ferai que demain ca changerai ?, et puis forcément tout ca mene aussi a une perte progressive de confiance, j'ai l'impression que je ne vais plaire a personne malgré que c'est faux ... ,j'ai le ressentiment que maintenant même si je vais parler / draguer une fille qui me plaît je me dis que c'est inutile que je vais encore me faire recaler , pourtant je ne pense pas être lourd avec les filles je me suis fais que très rarement recaler fortement , d'ailleurs souvent ces filles deviennent par la suite des amies proche, je ne sais plus ce que je dois faire, qu'est ce que je fais de mal ou de différent ? est-il simplement possible que certaine personne ne soit pas faite pour vivre en couple ?

pour certains être en couple peut être futile, mais je trouve ca important je sais que ca va pas tomber demain mais j'ai peur d'attendre encore longtemps...

en tout cas je vous remercie sincèrement de votre réponse et d'avoir la possibilité de parler a quelqu'un librement et gratuitement... sans ce faire juger et d'avoir des réponse aussi complète merci l’équipe de telme

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous semblez mettre tout en oeuvre afin de pouvoir satisfaire votre objectif, mais ressentez une "perte progressive de confiance" devant le manque de résultats. Cependant, même si les résultats ne sont pas précisément ceux que vous souhaiteriez avoir, votre approche ne semble pas être complètement "fausse", puisque cela vous permet de tisser des liens amicaux avec ces filles, et également d'être plus proche d'elles. Vos amies peuvent être une très bonne ressource pour mieux comprendre ce qui se joue pour vous et comment elles ont pu ressentir votre approche. Que pensez-vous d'échanger avec elles autour de ce sujet qui vous préoccupe?

L'envie de vivre l'amour, d'expérimenter le couple pour la première fois est très présente. Il est important dans la rencontre avec l'autre d'être soi-même, d'être authentique. Il n'existe pas de formule ou d'approche qui soit "juste", encore moins de mode d'emploi. Chaque personne se présente avec sa personnalité et son histoire de vie, c'est cela qui la rendra intéressante pour l'autre. C'est la singularité qui prime et qui sera attirante pour l'autre, donc ne vous souciez pas trop de si vous faites bien ou "comme il faudrait". Et peut-être vous ferez vous aborder par une fille la prochaine fois, qui sait?

Nous vous souhaitons une bonne suite,

Bien à vous,

L'équipe Telme

Bonjour,  J'ai 22 ans je suis un homme, célibataire depuis toujours,lorsque je sors j'essaye vraiment (depuis quelque mois) d'aller faire les filles...

Bonjour, 

J'ai 22 ans je suis un homme, célibataire depuis toujours,lorsque je sors j'essaye vraiment (depuis quelque mois) d'aller faire les filles maintenant ca va mieux j'arrive a parler au fille . Mon problème est que je vois tout le monde autour de moi être en couple , même mon meilleur ami qui est plus jeune (18 ans) ca fait 1 an qu'il est en couple et il vit une relation incroyable , et j'en vois d'autre aussi dans ce cas , je sais qu'il est inutile de regarder les autres ... sauf que depuis quelque jours j'ai des crises d'angoisse de rester seul peur de jamais trouver l'amour , je pleure plusieurs fois par jour... je me sens ridicule, c'est vrai que 22 ans c'est encore jeune sauf que je ressens un manque ... je me doute que je dois surement faire quelque chose de mal mais je n'arrive pas a m'en sortir seul , mes amis me disent qu'un jour ca va m'arriver tout ca mais je n'y trouve pas de reconfort.

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Nous vous encourageons à poser une question plus précise, pour que nous puissions vous répondre de manière plus ciblée. Cela vous permettrait également de pouvoir avoir des pistes de réflexion sur ce qui vous angoisse réellement.

Construire une relation avec quelqu'un est un processus qui prend parfois du temps, et chacun évolue à son rythme. Trouver un/e partenaire n'est pas une compétition, et le fait de vouloir avoir un/e copain/copine uniquement pour éviter d'être seul n'est peut-être pas la meilleure des motivations, qu'en pensez-vous ?

A travers votre discours, nous comprenons que vous "ressentez un manque" et que vous vous sentez envieux de vos amis qui se mettent en couple et vivent des histoires d'amour. Vous nous parlez également des "crises d'angoisse" que vous avez lorsque vous imaginez rester seul toute votre vie. Peut-être faudrait-il vous poser la question de vos attentes concernant une relation amoureuse? Que cela représenterait-il pour vous d'être en couple ?

L'important est de rester cohérent avec ses envies, de rester fidèle à ses sentiments et de respecter son rythme et celui des autres. Vous semblez mettre toutes les chances de vos côtés en faisant des rencontres et en allant parler aux filles. Trouver une personne qui nous corresponde ne se fait pas du jour au lendemain, et vous avez déjà trouvé un outil qui vous permettra certainement d'atteindre votre objectif.

N'hésitez pas à nous ré-écrire, au besoin.

Bonne suite,

L'équipe Telme

Bonjour, Je vous remercie pour votre première réponse au sujet de ma question par rapport à ma situation. Pour répondre à vos questions soulevées,...

Bonjour,

Je vous remercie pour votre première réponse au sujet de ma question par rapport à ma situation.

Pour répondre à vos questions soulevées, voilà ce que je peux vous dire.

Ma situation familiale est plutôt étrange à vrai dire. Mes parents sont divorcés depuis environ mes 6 ans, cependant je garde un excellent contact avec mon père. Cependant, quand j'avais 10 ans, ma mère s'est mise avec un homme avec qui nous avons déménagés ma soeur et moi. Depuis cette époque nous n'avions pas réellement de relation familiale proche à vrai dire. L'ex de ma mère avait un don pour nous éloigner les uns des autres et créer une certaines tension à la maison... Ca a duré comme ça jusqu'à mes 16 ans environ.

En 2009 m'a mère a eu un accident qui lui à laissé pas mal de séquelles encore à ce jour. En effet elle a été renversée par une voiture et a eu un traumatisme crânien avancé, donc autant dire qu'elle n'a pas pû être présente lors des moments difficiles et lorsque j'en avais besoin. Tout ces points fait que je n'ai jamais véritablement eux de relation proche ni avec ma mère, ni avec ma soeur. Nous n'avons jamais eu de conversation sincère sur nous même et encore moins par rapport aux relation amoureuse.

Il est vrai que durant toute mon adolescence je n'ai pas vraiment eu beaucoup d'amis. Et encore moins après notre déménagement lors de mes 10 ans. Aujourd'hui j'en ai quel qu’uns oui. Mais je me sens aussi pas mal seul à ce niveau là. J'ai toujours eu une tendance à mentir sur certains sujets de peur de paraitre bizarre aux yeux des autres (principalement au sujet des relations amoureuses). Aujourd'hui on peut dire que j'ai réellement 2 bon amis garçon et une meilleures amie également, mais j'ai vraiment du mal à m'ouvrir sur ce sujet qui m'amène aujourd'hui.

Comme dit dans mon premier message, j'ai déjà eux des relations physique avec des filles, mais des que je tombe sur une qui me plait vraiment je n'arrive pas à aller de l'avant. Soit je n'ose pas, soit je perds mes moyens et peu paraitre ridicule à ces yeux. Ce qui est étrange c'est que l'année passée je suis parti en voyage quelques mois et là bas j'étais totalement différents. Comme désinhibé par rapport à tous ces problèmes. J'étais l'une des personnes les plus populaires de mon école de langue. J'étais amis avec tout le monde, je connaissais tout le monde et j'arrivais à me rapprocher de filles (mais sur les quelques mois sur place je n'ai rien eu de vraiment concret en terme d'amour).

Tandit qu'au travail c'est un peu pareil. Je suis hyper social, je m'entends super bien avec tout le monde, je rigole avec tout le monde. Je suis assez proche également d'une collègue plus âgée que moi avec qui je passe pas mal de temps, mais j'ai comme l'impression que j'arrive uniquement à avoir des relations amicales avec des filles. Dès que j'espère plus avec, je n'y arrive pas. Je perds mes moyens et surtout étant donné que je n'ai aucune expérience dans la drague, j'ai peur de ne pas savoir quoi dire et surtout de ne pas savoir quoi faire pour plaire à une fille pour ne pas passer juste pour un chouette ami...

J'ai peu être été un peu confus sur la fin, mais je ne sais pas trop comment m'exprimer d'avantage par écris comme ça...

En tout cas je vous remercie et vous souhaite une bonne journée.

AskOne

 

 

Réponse de TELME:

Re bonjour,

On observe que dans le contexte dans lequel vous avez grandi, les liens précoces aux figures parentales ou aux adultes de référence ont pu être perturbés. Il y a pu y avoir des manquements dans la qualité et la sécurité des liens avec vos premières figures d'attachement. Ce qui a pu enjendrer une certaine insécurité à l'âge adulte dans la manière d'entrer en relation avec autrui et surtout les femmes. 

Aussi, vous ne semblez pas très à l'aise quand le lien peut devenir intime voir exclusif. N'y aurait-il pas une crainte chez vous de souffrir si vous vous laisssiez aller? Dans le sens où inconsciemment vous préférez ne pas tenter le coup de peur d'être rejeté et de souffrir.

En regard au contexte familial que vous décrivez, vous avez une relation satisfaisante avec votre père.

Avec votre mère et votre soeur, il se peut que vous n'avez que peu partagé et ainsi vous ne savez pas comment faire. Si vous n'avez pas reçu, il est souvent difficile de donner.

Les figures féminines ont fait défaut et vous n'avez pas appris comment vous situer par rapport aux femmes, quoi leur dire, comment entrer plus intimement en relation avec elles. 

C'est une compétence que vous allez devoir apprendre. Pour cela, il est possible que vous ayez besoin d'être aidé par un professionnel. 

Nous sommes certains que cette habileté va s'acquérir chez vous car vous avez des capacités relationnelles très développées dans votre milieu professionnel, entre amis ou en vacances quand vous vous sentez plus libre et lorsqu'il y a moins d'enjeux émotionnels. 

Comme vous le mentionnez, l'aide par internet a ses limites et l'écrit aussi, il est ainsi possible de nous appeler pour prendre un rendez -vous avec l'un de nos psychologues à l'association Telme au 021 324 24 15.

Il est aussi envisageable de poursuivre cet échange.

Bien à vous

Bonsoir,  Je vous écris ce soir car j'ai pas mal de choses qui me tracassent l'esprit depuis longtemps au sujet de ma vie amoureuse... En effet,...

Bonsoir, 

Je vous écris ce soir car j'ai pas mal de choses qui me tracassent l'esprit depuis longtemps au sujet de ma vie amoureuse...

En effet, j'ai bientôt 23 ans, mais je n'ai toujours pas eu de relation amoureuse... Enfin quelques amourettes étant petit, mais rien depuis bien 10 ans aujourd'hui.

Plus le temps avance, plus je me sens mal par rapport à cette situation. Je ne sais pas pourquoi je n'ai jamais pu trouver une fille avec qui être. Il y en a eu certaines qui m'ont beaucoup plus, mais entre ma timidité et mon manque d'expérience je ressens comme un blocage aujourd'hui à aborder une fille.

Je n'ai jamais été très doué pour la drague, loin de là. Dans mes quelques tentatives vers des filles qui me plaisent vraiment, j'ai toujours tout fait capoté à un moment donné.

J'ai certes déjà couché avec quelques filles (des relations d'un soir, ou même une sexefriend pendant quelques temps), mais jamais rien de plus.

Quand je regarde mes amis, tout parait simple. Ils arrivent à rencontrer des filles facilement, à parler avec, à les revoir et à sortir avec. Je ne comprends pas ce que je fais de faux. Pourtant je suis quelqu'un d'assez sociable, avec pas mal d'humour, gentil et je ne me considère pas comme en dessous de la moyenne physiquement, mais rien à faire je n'ai jamais réussi à entamer une seule relation avec quelqu'un.

Aujourd'hui c'est vraiment mon seul désir. Rencontrer une fille avec qui je pourrais partager mes sentiments, rigoler, voyager, s'amuser ! Etre enfin dans une relation réelle et plaisante.

Je sais que ça n'avancera surement pas à grand chose d'écrire sur ce site, mais j'avais juste besoin de l'extérioriser un peu.

Merci de m'avoir lu et bonne soirée.

AskOne

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour et bienvenue sur notre site,

Il est déjà bien de mettre en mots ce que vous ressentez.

En vous lisant on a envie de comprendre ce qui rend compliquées les relations amoureuses. Il peut y avoir plusieurs causes et on pourrait se lancer dans diverses hypothèses qui risquent de rester stériles si l'on n'a pas accès à davantage sur vous.

Vous ne posez pas de question et peut être que le fait d'avoir pu mettre par écrit votre souffrance vous a déjà fait du bien comme vous le mentionnez.

Si par contre vous souhaitez qu'on se penche de manière plus approfondie sur ce qui pourrait expliquer ou du moins rendre difficile les relations amoureuses alors nous vous serions reconnaissants de nous en dire davantage sur vous.

Par exemple: Dans quel contexte familial vous avez grandi? Quels sont vos intérêts, votre profession, vos passions? Comment cela se passe socialement? Comment ont été vécues les relations avec les filles?

Ceci nous permettra de vous connaître un peu plus et de réfléchir ensemble à quelques pistes de réflexions.

Bien à vous.

Bonjour,depuis le mois de septembre 2015, ma fille ne s'entend avec une camarade de classe, la maman étant à plusieurs reprises rentré dans l'école...

Bonjour,depuis le mois de septembre 2015, ma fille ne s'entend avec une camarade de classe, la maman étant à plusieurs reprises rentré dans l'école pour disputer ma fille, j'ai décidé d'interpeller cette maman un matin lui disant que les chamailleries d'enfants ne nécessite pas l'intervention des parents tout le temps.

Au vacances de Noël la maman demande à ce que l'on soit convoqué donc elle, sa fille, moi et ma fille étant d'un tempérament sanguin mon mari va au rendez-vous et une discussion et faite montrant que 'nos 2filles ne s'attendent pas et que chacune doit se tenir éloigné.

Sauf que cette petite fille agissant comme une véritable petite peste continue de venir embêter la même lui vidant tout son cartable, l'insultant et lui disant textuellement "tu peux le dire à tes parents j'en ai rien à branler "jolie mots dans la bouche d'une fillette de 8 ans, je décide donc de parler à la maman le 1/02/2016, et la elle se sent agressé défendant bec et ongles sa fille qui nie les fait le ton est monté entre nous, se ceux pour couper court à cette altercation je lui dit stop et je pars un peu plus loin,cette dame vociferant toujours, et miracle je ne l entends plus, sauf qu a ce moment là j entend ma fille aîné m'appeler en panique du portail de l'école me disant que cette maman et rentrer dans l'école et s'en prend à ma fille, mon sang ne fait qu'un tour et je rentre à mon tour dans la cour et la je laisse explosé ma colère sur cette maman, sur ce le corps enseignant intervient et nous fait sortir, d'autre maman essai de nous calmer et la je pars.

A 11h30 je récupère mes filles et ma fille de 8ans me dit exactement ce que la maman lui a dit textuellement: si tu touche à ma fille je te tue" et cela devant d'autre enfants de la classe de ma fille.

Donc question que dois-je faire vis à vis de cette maman ayant des propos extrêmement terrible pour un enfant, à savoir qu'il n'y a jamais eu de violence physique entre nos 2 filles, merci d'avance pour vos conseils.

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour et bienvenue sur notre site,

De manière générale, dans un conflit entre enfants, il est toujours mieux de ne pas trop intervenir en tant que parent parce que les parents sont, à juste titre, animés d'émotions très fortes quand il s'agit du bien-être de leur enfant.

Le conflit entre votre fille et cette camarade se déroule au sein de l'établissement scolaire, elles sont donc légalement sous la responsabilité de l'école (direction et enseignants). Dans ce contexte, il serait légitime de contacter à nouveau la direction et de demander une réunion de "médiation" afin de mettre les choses à plat. Cela permettrait de communiquer sur ce qu'il se passe calmement et avec l'aide d'un tiers neutre et responsable en la personne d'un membre de la direction. A l'issue de cette échange, des dispositions pourront éventuellement être prise par l'école pour que ce problème cesse.

En préliminaire, nous vous conseillons d'avoir une discussion authentique et sincère avec votre fille sur la façon dont elle vit ce conflit, comment elle le comprend, pourquoi tant de haine et comment cela l'affecte.

On est surpris par la violence des propos et la persistance de ses bagarres. On se demande ce qui peut en être la cause.

Il est nécessaire de comprendre ce qu'il se passe pour pouvoir se positionner de la manière la plus adéquate en tant que mère.

N'hésitez pas à poursuivre l'échange si besoin.

Bien à vous.

Bonsoir, je suis perdue.. Celle que je pensais être ma meilleure amie me dégoute je doute par a por a mon orientation je lui ai écris car on est...

Bonsoir, je suis perdue.. Celle que je pensais être ma meilleure amie me dégoute je doute par a por a mon orientation je lui ai écris car on est proche elle me fait je suis pas ta psy chacun ses problemes demmerde toi alors que je demandais juste un conseil.. comme quoi à mon âge on ce débrouille seule mais si je lui dit rien elle pette un câble en disant que je suis mystérieuse, que je cache que je me confie pas.. Que en pensez vous?

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Nous comprenons que les messages contradictoires ("je suis pas ta psy" / "tu ne te confies pas assez") qu'elle vous envoie puissent vous déstabiliser et que vous ne sachiez plus quelle attitude adopter avec elle. Vous êtes déçue par l'attitude de votre amie. Vous attendiez du soutien et un conseil de sa part, ce qu'elle ne vous a pas accordé. Selon vous qu'est-ce qui pourrait avoir provoqué cette réaction brusque de sa part ?

Vous ne nous donnez pas beaucoup d'informations sur votre relation et cette situation, c'est alors difficile pour nous de faire des hypothèses sur ce qui peut expliquer son attitude. Ce n'est pas très clair pour nous ce que vous entendez par "orientation".

Nous vous encourageons alors à ouvrir le dialogue avec elle là-dessus afin de mieux comprendre ce qu'elle attend de vous et que vous puissiez aussi lui faire part de votre ressenti.

Bien à vous.

Désolée si je n'ai pas posé de question. En fait je voulais savoir quoi faire et comment réagir face a ces situations car rie ne marche. Quand on lui...

Désolée si je n'ai pas posé de question. En fait je voulais savoir quoi faire et comment réagir face a ces situations car rie ne marche. Quand on lui répond ca s envenime encore plus et quand on ignore et bien elle se calme mais nous avons le remord de ne pas s etre défendus. Donc quel positionnement tenir justement je ne sais pas. Pareil il y a quelques semaines j'étais au téléphone avec ma mère et ma mamie n arrêtait pas de me demander qui c'était et quand j'ai dis c'est rien c'est maman on parle de quelque chose, elle m'a répondu "je n'aime pas les malhonnêtes" devant tout le monde ! De plus, je vois ma grand mère environ tous les 15 jours et elle me dit souvent qu'elle me voit rarement alors que pour moi 15 jours ce n'est rien. Même en lui expliquant elle continuen

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

 

Nous ne pouvons pas vous donner de formule magique qui règlera ces points que vous mentionnez dans votre message, qui comporte une question passablement large. Qu'avez-vous déjà essayé pour changer la relation avec votre grand-mère? Et sur quels points avez-vous buté si cela ne change pas?

 

Il est important que vous définissiez vos propres limites de ce qui vous est supportable et de ce qui ne l'est pas dans vos relations aux autres, de manière à pouvoir vous repérer par rapport à cela. En nous sollicitant pour cela, nous pouvons uniquement vous donner des pistes de réflexion. Et de nombreuses pistes pour cette même relation vous ont déjà été données par le passé. Qu'en avez-vous fait? A quoi vos réflexions ont-elles abouties? Il est intéressant pour nous d'avoir un retour pour savoir à quoi vous avez pu aboutir. Nous ne pouvons pas réfléchir pour vous et à votre place par contre, car c'est également par ce processus de pensée et de réflexion que vous vous construirez des repères internes sur lesquels vous vous appuierez pour prendre vos décisions.

 

Pourquoi ne pas commencer un travail personnel avec un-e psychothérapeute? L'avez-vous déjà considéré?

 

Bien à vous,

 

Telme

Bonsoir. Je vs écris car une fois de plus ns avons vécu une petite altercation avec ma grand mere enfin cest plutot ma mere mais jai vu la scene et je...

Bonsoir. Je vs écris car une fois de plus ns avons vécu une petite altercation avec ma grand mere enfin cest plutot ma mere mais jai vu la scene et je ne sais comment reagir car rien ne change. A la fin du repas ma GM nous a proposer des fromages périmés depuis 1 mois et demi. Elle navait pas fait attention. Ma mere lui a gentiement fait remarquer puis celle ci a repondu que elle le mangerait quand meme cetaitpas grave. Alors ma mere,qui a un caractere a ne pas se laisser faire,lui a lancer Etbien mange le toi si ca ne te gene pas ! Ma GM a repondu de facon agressive. Voila. Je raconte ca car ca nest pas la premiere fois que ma GM est comme ca et on ne supporte plus , même en se défendant rien ne marche. Elle a sans arrêt des réflexions, a chaque fête, chaque événement.

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

 

Nous lisons différentes choses à travers votre message, à divers niveaux, mais vous ne nous posez pas de question. Votre message relève plus de l'information ou d'un témoignage partiel d'un moment vécu. Il nous est difficile de vous répondre à cela, car sans question, nous ne pouvons pas cibler votre demande.

 

Nous comprenons bien que vous êtes agacée par des attitudes répétitives de votre grand-mère, et que malgré certaines tentatives de votre part de changer la situation, elle se perpétue. On ne change pas les gens même en les rendant attentifs à certaines choses que ce soit des remarques ou des attitudes qui nous sont désagréables... La piste de réflexion que nous vous proposons porte sur votre propre positionnement ainsi que votre attitude envers votre grand-mère, ainsi que les limites que vous posez. C'est aussi en modifiant votre position que vous pouvez avoir un impact sur votre entourage qui réagira à cela.

 

Bonne réflexion!

 

Et nous vous proposons de nous adresser une question concrète si vous souhaitez poursuivre l'échange.

Bonjour, J'ai remarqué dans mes relations, que quand je propose une activité à un(e) ami(e), cette dernière me répond souvent "Je ne sais pas....

 

Bonjour,

 

J'ai remarqué dans mes relations, que quand je propose une activité à un(e) ami(e), cette dernière me répond souvent "Je ne sais pas. Je te redis" et au final, c'est presque toujours moi qui doit le lui rappeler, lui demander si c'est ok pour lui...

 

Ces "Je te redis" commencent à m'énerver, car ça devient souvent le cas. J'ai l'impression que l'autre personne pensera que j'ai peu d'amis et donc peu d'activités ou que je ne fais pas partie de ses priorités.

 

Pour ma part, je pense avoir moins d'activités que les autres jeunes de mon âge. Je n'ai d'ailleurs jamais eu de copine à bientôt 21 ans. Est-ce que ces choses font "peur" à mes amis ?

 

Par ailleurs, que pourrais-je désormais répondre à un ami qui m'a souvent dit "Je te redis" ? Pourrais-je lui demander quand il me redira ? Ou autre chose ?

 

Meilleures salutations.

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

 

Vous vous demandez comment réagir face à un ami qui vous répond qu'il vous redira lorsque vous lui proposez une activité.

 

"Je te redis" est une expression fréquemment utilisée, et qui a une signification assez floue comme vous le mentionnez. Il est compliqué et peut-être pas usuel de demander à la personne si elle va vraiment revenir avec une réponse ou quand elle le fera, sans devenir insistant. La personne qui l'utilise est certainement de bonne foi au moment où elle prononce ces mots, elle peut être sincère et garder à l'esprit l'ouverture de fixer un moment que vous passerez ensemble en faisant une activité, et qu'elle l'oublie après. Mais il se peut aussi que la personne ne soit pas vraiment emballée par votre proposition. Si vous avez un doute, pourquoi ne pas lui poser la question si elle est intéressée par l'activité, ou alors que vous pourriez aussi faire autre chose après tout. Qu'en pensez-vous?

 

Cependant, si une demande est faite à plusieurs reprises et que la personne n'y donne pas suite peut-être est-ce là aussi une manière de "refuser" indirectement la proposition sans vouloir être blessant. Ca arrive, et ce n'est pas grave! Nous pouvons avoir des amis avec lesquels on ne partage pas les mêmes loisirs, et en rencontrer d'autres avec lesquels on a plus de points en commun!

 

Vous nous demandez quoi répondre à un ami qui vous dit "je te redis". Quelle formulation pourriez-vous trouver sans que cela ne devienne insistant (ça ne donnerait pas envie à la personne de s'engager)? Peut-être pourriez-vous dire à la personne que vous comptez sur elle pour vous redire vraiment, car ça vous ferait plaisir de passer du temps avec elle? Cela pourrait aussi valoriser votre relation.

 

N'hésitez pas à nous réécrire si vous le souhaitez!

 

Bonne suite!

 

Telme

 

 

 

Bonjour, Je réalise progressivement une situation qui me rend très triste et impuissante. Je ne sais pas trop vers qui me tourner, je ne sais pas si...

Bonjour,

Je réalise progressivement une situation qui me rend très triste et impuissante. Je ne sais pas trop vers qui me tourner, je ne sais pas si vous pourrez m'aider?

J'ai longtemps été très isolée et solitaire que ce soit en terme d'amis ou de relations amoureuses. J'ai une exigence très élevée pour moi, pour les autres, et pour ce que doit être une relation entre personnes. Sitôt que la relation ne me convient plus ou qu'elle n'est plus comme idéalement elle devrait l'être (selon moi), j'abandonne et je fuis. J'ai laissé passer sans doute un bon nombre d'amitiés ou d'histoires amoureuses de cette manière, faute d'avoir pu les laisser se développer.

Je réalise que j'ai très peur de l'échec, de l'abandon, d'être repoussée. Je prends très mal les refus des autres (p.ex. si je propose une activité).

J'aimerais vraiment changer cela, mais je ne sais pas comment. Il y a eu quelques changements ces derniers temps dans ma vie et j'en suis heureuse. J'ai davantage envie de voir des gens. J'agrandis doucement mon cercle de connaissances. J'ai quelques amis.

Depuis 2 mois, j'ai aussi un petit ami. La relation est compliquée, en partie dû à la communication je crois. Je prends très mal ses remarques. Si je propose qu'on se voit et qu'il refuse, je le prends comme une attaque personnelle. Du coup, je prends petit à petit un rôle passif, je n'ose plus rien proposer de peur de me faire "rejetée" et j'attends que lui propose. Je déteste ce rôle et la tournure que prend notre histoire.

C'est tout ça qui m'inquiète et qui me motive à essayer de changer, mais je ne sais pas comment.

Qu'en pensez-vous? Merci beaucoup pour votre aide (et votre site, très bien fait).

 

Réponse de TELME:

Bonjour et merci de votre remarque positive sur notre site!

Vous décrivez vos difficultés relationnelles avec les gens ainsi que votre peur d'être rejetée ou abandonnée. Nous comprenons que ce ne soit pas toujours évident à vivre.

Cependant, nous pouvons déjà vous féliciter car vous nous dîtes que petit à petit les choses bougent et évoluent et que vous êtes moins isolée. Cette avancée montre que vous avez les bonnes ressources pour que les choses continuent de changer.

Il semble que vous avez déjà bien analysé la situation mais peut-être serait-il utile pour vous d'entreprendre un suivi thérapeutique pour mieux comprendre les schémas dans lesquels vous êtes?

En effet, on est souvent pris dans des boucles répétitives dont on ne sait pas se défaire avant d'en avoir compris le fonctionnement.

Cela vous permettrait de mieux comprendre pourquoi vous vous sentez rejetée et qu'est-ce qui, dans votre comportement ou vos pensées, vous enferme parfois dans ce schéma.

Concernant la relation que vous avez avec votre copain, vous avez vous-même bien compris que la communication est importante dans le couple. Pourquoi ne parleriez vous pas à votre ami de vos peurs ou vos difficultés? Vous pouvez dire les choses avec la forme que vous voulez mais c'est en discutant que l'on avance dans la connaissance de soi et d'autrui, et qu'une confiance s'installe.

De plus, votre positionnement "passif" lié parfois à ce que vous percevez comme des attaques personnelles, laisse penser que votre lâcher prise n'est pas vraiment un choix libre mais s'apparente plutôt à une colère rentrée qui a pour effet d'amplifier les tensions en vous et entre vous. A réfléchir....

N'hésitez pas à récrire pour réagir à notre réponse ou approfondir l'un de ces points.

Bien à vous,

Telme

Bonjour, J'aimerais savoir si vous avez des pistes pour m'aider. J'ai tendance à me faire manquer de respect et à ne pas savoir me défendre, ce...

Bonjour,

J'aimerais savoir si vous avez des pistes pour m'aider.

J'ai tendance à me faire manquer de respect et à ne pas savoir me défendre, ce qui me rend assez honteuse.

J'essaie d'être plus concrète. Il arrive qu'on me fasse des remarques "méchantes" ou moqueuses et, alors que je me sens blessée ou attaquée, la seule chose que j'arrive à faire c'est rire comme si c'était une bonne blague. Ces remarques peuvent venir d'inconnus ou de proches (collègues, petit ami, coiffeuse...).

Je sais qu'il y a des gens avec plus ou moins de répartie, personnellement je n'en ai aucune.

Mais avez vous des trucs pour m'aider à me sentir moins nulle quand ça arrive, et à m'en sortir autrement qu'en me rabaissant encore plus en acceptant en souriant ces remarques? Au fond de moi je me sens profondément blessée quand ça arrive, alors que j'essaie de faire bonne figure en restant souriante, comme si ça ne me touchait pas. Ma mère me disait toujours, lorsque j'étais petite, que la meilleure façon de réagir face aux moqueries est de se faire une carapace et d'ignorer. Je n'en suis plus si sûre aujourd'hui.

Merci beaucoup

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Il est devenu habituel de vous faire manquer de respect et de ne pas réagir, vous en souffrez et je comprends que vous ne vouliez pas en rester là.

Comme vous, je mets en doute la position qui consiste à se faire une carapace. Je vous propose d'entrer dans une nouvelle dynamique, d'interpeller l'autre, il n'y a aucune raison que vous vous laissiez rabaisser par qui que ce soit, et quel que soit le sujet abordé, sans rien dire.

Mais il aurait été plus facile de vous répondre si vous aviez donné des exemples concrets sur le type de commentaires qu'on vous lance. Je suppose que ce ne sont pas forcément des choses très graves en soi, mais c'est ce qu'il se passe dans la relation à ce moment là qui pose problème.

Vous dites que vous n'avez aucune répartie, ne restez pas avec cette perception négative de vos compétences, savoir répondre est une chose qui se développe, mais il faut d'abord trouver le moyen de se débarrasser de la tension qui nous bloque et qui nous rend, justement, peu réactif.

Je vous propose d'abord de ne pas essayer de transformer ce que vous ressentez, avec un sourire par exemple. Au contraire, si quelque chose ne vous plaît pas, sentez-vous le droit de ne pas exprimer un pseudo-accord. Ensuite, comme il est évidemment difficile de trouver une répartie dans un état de stress, je vous propose de renvoyer à l'autre la responsabilité de ce qu'il vient de dire en lui demandant de reformuler:

Par exemple:      "Tu veux donc dire que... ... ... , c'est bien ça?"

Cela oblige la personne à se questionner sur sa propre attitude, une forme de "retour à l'expéditeur". Inévitablement, la personne sera moins à l'aise lorsqu'il s'agira pour elle de répéter sa moquerie ou méchante blague, elle essaiera peut-être de se justifier (mais même si ça a le ton d'une blague, l'attaque est sérieuse), peu importe, ce sera elle qui devra assumer, pas vous.

Pendant ce temps, vous observez votre interlocuteur/trice attentivement, il est même possible que vous trouviez une répartie, mais ce n'est pas indispensable..

J'espère que cette piste vous aidera, n'hésitez pas à réagir à ma réponse.

Telme

Bonjour Telme, La situation sentimentale de ma fille m'interpelle. Elle a 25 ans, a eu un parcours scolaire sans difficulté, termine maintenant...

 

Bonjour Telme,

 

La situation sentimentale de ma fille m'interpelle. Elle a 25 ans, a eu un parcours scolaire sans difficulté, termine maintenant son Bachelor, a trouvé un emploi et va bientôt quitter le domicile familial. Rien d'anormal ou d'inquiétant me direz-vous. Sauf que depuis quelques mois, elle est amoureuse d'une fille. J'ai toujours pensé être tolérante, ouverte, compréhensive. C'est facile quand ça se passe chez les autres...

 

J'ai bien senti depuis un moment que cette relation amicale avait évolué. J'en ai parlé à ma fille qui dit que c'est quelque chose qu'elle doit vivre, que c'est très fort, qu'elle n'est pas attirée sexuellement par les filles mais que c'est "elle". Elle a eu une longue relation avec un garçon, puis quelques autres petits copains. Avec le dernier, ça avait l'air sérieux. Maintenant, elle dit qu'elle s'est voilée la face en sortant avec ce garçon, qu'au fond d'elle même, il y avait toujours cette fille.

 

J'ai de la peine à comprendre. C'est sa vie, elle fait ses expériences, je n'ai pas à m'en mêler. Je ne souhaite que son bonheur. Mais je ne peux m'empêcher d'être chamboulée par cette histoire. Mon mari me disait que je me faisais des idées mais il sait maintenant que c'est la réalité. Ce n'est pas ainsi que nous imaginions l'avenir... Si cette histoire doit continuer, nous aurons un long chemin d'acceptation à faire.

 

Peut-on aimer à ce point une fille sans être lesbienne ? C'est une question à laquelle je ne pensais pas être confrontée un jour. La vie de parents nous réserve de sacrés défis !

 

Merci pour votre éclairage sur cette situation et pour l'excellent travail que vous faites sur ce site.

 

Cordialement.

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour, et merci de vos commentaires à propos de ce site,

 

Vous vous trouvez face à une révélation qui vous surprend bien plus que vous ne l'auriez imaginé, en effet, on ne perçoit jamais autant l'impact d'une situation qu'en la vivant de l'intérieur.

L'orientation sexuelle de votre fille est son affaire, vous le savez et vous aurez ce travail d'acceptation à faire. Vous pouvez tenter de vous rassurer dans le sens où ce serait une histoire passagère, mais cela pourrait vous mettre dans une situation inconfortable, avec le risque de vivre votre relation avec elle "en attendant mieux...".

Même s'il n'est pas inenvisageable que votre fille reprenne une relation avec un homme, ça n'est prévisible par personne, même pas par elle. Il vaut mieux entrer en matière avec ce qui est plutôt que de fuir le présent en rêvant d'une autre suite.

Vous pouvez envisager, en rejoignant votre fille, que son amie, comme le serait un ami, est avant tout une personne à découvrir. Vous pouvez vous laisser surprendre, comme nous pouvons l'être de toute façon par rapport à la venue d'un nouveau partenaire.

Cela n'enlève rien à la difficulté de ce que vous ressentez maintenant et je vous encourage à la sincérité. Il est légitime que cela ne soit pas si facile à vivre pour votre mari et pour vous, vous pouvez donc exprimer face à votre fille le besoin de temps pour assimiler cette situation nouvelle, toutefois sans dénier le fait qu'elle aime cette personne que cela lui appartient.

 

 

N'hésitez pas à réagir à cette réponse

 

Bien à vous

 

Telme

 

 

 

 

 

 

pour vous repondre, je pense que cest pas simple fierté que je lui ai menti. il y a eu pas mal de soucis entre nous avant et jai voulu lui montrer que...

pour vous repondre, je pense que cest pas simple fierté que je lui ai menti. il y a eu pas mal de soucis entre nous avant et jai voulu lui montrer que moi aussi jai une vie interessante. jai eu tort je le sais. mais jai deja reflechis et malgré m etre poser la question je ne sais pas ce qui serait le mieux a lui dire,sinon je ne vous poserais pas la question... merci

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

 

Encore une fois nous n'allons pas vous répondre à ce qu'il y a à dire ou pas à cette "amie". Cela ne vous sera pas utile. C'est à vous de décider quoi dire à cette personne.

Nous vous avons dit à maintes reprises que ce n'est pas notre rôle de nous positionner à votre place.

Par contre, qu'en est-il du questionnement sur lequel nous vous avons proposé de réfléchir lors de notre dernier message ?

N'oubliez pas que l'authenticité dans vos relations vous simplifiera la vie et les rendra plus intéressantes.

Telme

bonjour. Pour vous resituer, jai 28 ans et suis maman celibataire depuis l an dernier. J’ai une copine a qui je ne parle plus depuis 2 ans et à qui...

bonjour. Pour vous resituer, jai 28 ans et suis maman celibataire depuis l an dernier.

J’ai une copine a qui je ne parle plus depuis 2 ans et à qui j’ai re-ecris recemment, avec ma petite « fierté » et pensant quelle ne me repondrait pas forcément !

je lui ai marqué en gros « salut ca va, et bien moi je suis separée, et la jai retrouvé quelqu’un, il est ingénieur, ca devient serieux etc ». sauf que c est faux.

Et…elle m’a repondu « cool ca serait bien qu on se revoit ou qu’on discute etc ».

Je sais que jai fais une betise en « mentant », mais il y avait eu pas mal de coups de gueules, je me sentais délaissée par elle auparavant, et jai joué la fiere.

Je voudrais avoir une idée de quoi lui dire quand je la verrai (sans lui dire que je lui ai menti ca casserait tout) car elle va bien sur voir que je nai personne, ou si je rencontre quelqu’un, que la personne nest pas ingenieur. Que dois je lui dire ? (exemple : avec untel ca n’a pas marché du coup ? ou continuer dans mon mensonge?) je precise ne vouloir rien dire de mon mensonge. Ce nest pas une amie suffisamment proche et je ne veux pas lui dire. Merci de votre aide je me sens désemparée.

 

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Nous ne pensons pas que la réponse à votre question soit de notre ressort. C'est à vous de décider quoi dire à cette personne. Nous sommes surpris que vous nous demandiez de répondre à ce genre de questions alors que nous vous avons dit maintes fois que nous ne pouvions pas nous positionner à votre place.

Par contre, un autre questionnement serait intéressant à envisager. Pourquoi avez-vous senti le besoin de mentir à cette personne? Vous dites que c'est par fierté, mais y aurait-il autre chose? Un manque de confiance en vous? Pourquoi user du mensonge autour de vous? Avez-vous peur/honte de votre propre réalité? Surtout que, si nous comprenons bien, c'est vous qui recontactez cette personne. Avez-vous peur de ne pas intéresser les gens si vous n'avez rien de "spécial" à leur dire?

N'oubliez pas que plus vous êtes honnête et constante avec vous même, plus il vous sera facile d'être entière face à votre entourage, rendant ainsi vos relations moins complexes et même plus riches!

Bien à vous,

Bonjour, J'ai été voir dans les questions réponses s'il y avait quelque chose au sujet du harcèlement mais je n'ai rien trouvé et je ne sais...

 

Bonjour,

J'ai été voir dans les questions réponses s'il y avait quelque chose au sujet du harcèlement mais je n'ai rien trouvé et je ne sais absolument pas ou aller me renseigner.

Il y a bientôt deux ans, j'ai eu une "histoire" d'environ trois mois avec un homme âgé de 20 ans de plus que moi. J'avais alors 20 il en avait 40. Notre histoire a été un peu houleuse du début à la fin, sans que je comprenne vraiment les raisons. Je me rappelle avoir aimé notre histoire, son côté un peu fou sur le moment, mais vers la fin je trouvais qu'il avait une emprise trop forte sur moi et j'ai vite commencé à ne plus supporter la situation (entre lui qui m'en demandait beaucoup en terme d'investissement et mes parents qui n'acceptaient pas du tout cela) et nous avons mis fin à la relation.

Personnellement, j'ai très très vite passé à autre chose. Comme je l'ai dit, je ne regrette rien de ce que j'ai vécu et il a été correct avec moi durant ces trois mois. Les problèmes ont commencé après. Il m'écrivait sans cesse, soit pour me reprocher de ne pas revenir, avec des termes durs, soit pour s'excuser et me dire que j'étais formidable. Il y a eu deux épisodes ou il m'a raconté les expériences sexuelles qu'ils avait eu après moi. Au début je répondais pensant bien faire, mais j'ai vite compris que quoi que je dise il le retournait toujours les choses en fonction de son point de vue. J'ai commencé à avoir peur de lui car j'avais l'impression que rien ne le raisonnait, qu'il voyait ce que l'on avait vécu totalement différemment de moi et que du fait de son âge je devais lui donner raison. A ce moment là j'ai commencé une psychothérapie et ma psy m'a toujours conforté dans le fait que je n'avais pas à lui répondre, que c'était mon droit de couper cette relation. Je lui ai demandé à plusieurs reprises d'arrêter de me contacter, je lui ai dit que j'avais peur de lui. Au début de cette année j'ai décidé d'arrêter absolument totalement de lui répondre mais il continue à m'écrire. Je ne sais pas si je peux parler de harcèlement car en terme de "quantité" il ne m'écrit pas tous les jours mais peut-être 2-3 fois par mois. Ce qui me dérange c'est le contenu. Cela fait aujourd'hui plus de 4 mois que je ne lui écris absolument rien (je l'ai bloqué de tout, il me contact par mail et ne peut pas savoir si je lis les mails ou pas). Mais pas plus tard qu'hier il m'a écrit pour me dire "soit tu ne lis pas et je peux écrire peinard" (je ne comprends pas, pourquoi est-ce qu'il n'arrête pas s'il sait que je ne lis pas?) "soit tu lis et finalement tu répondras" ensuite il m'a, entre, autre, demandé si j'avais aimé notre sexualité en finissant avec "merci de répondre". Plus le temps passe plus j'ai l'impression qu'il est dérangé et cela me fait peur.

J'ai essayé de mettre ses mails sous spams mais apparemment cela ne fonctionne pas et j'ai peur. Quand il arrête d'écrire je n'y pense plus mais dès que cela lui reprend j'ai peur et je ne comprend pas comment il peut me poser des question sur ma sexualité alors que cela fait 2 ans que nous ne nous somme pas vu et 4 mois que je ne lui ai rien écrit (et avant cela je lui écrivais pour lui dire de me laisser tranquille)

BREF

En terme de harcèlement je pense que je ne peux rien faire car il ne m'écrit pas trop souvent, mais le contenu de ses mails me rendent mal et j'ai du le bloquer de facebook et watsapp sinon il me contactait par tous les biais possible.

Merci d'avance de votre réponse!!

 

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour et bienvenue sur notre site,

Nous observons que vous avez déjà pris les choses en main en coupant les contacts avec cet homme et en  cessant complètement de lui écrire.

Aussi vous n'êtes pas rester seule avec ce souci en en parlant avec votre psychothérapeute qui vous a confirmé dans le fait de maintenir une position ferme et sans contact avec cet homme. Nous soutenons aussi cette posture.

Concernant cet homme, il semble particulièrement inadéquat dans son comportement. Le harcèlement qu'il exerce sur vous ainsi que la nature de ce qu'il essaie de vous communiquer laisse présager chez lui quelque chose de bizarre voir de pathologique. On peut imaginer un fonctionnement pervers chez lui que vous devez éviter.

Dans ce contexte, on peut penser qu'une plainte pénale auprès de la police est envisageable. Vous pourriez répertorier tous les messages, mails, etc  qu'ils vous a envoyés et les apporter à la police. C'est ensuite la police qui évaluera s'il y a lieu d'aller plus loin et de déposer une plainte contre cet homme afin qu'il cesse tout contact avec vous.

Nous vous encourageons dans cette voie et n'hésitez pas à poursuivre cet échange si nécessaire.

Bien à vous.

Bonjour, en ce moment, j'ai le sentiment de ne pas avoir de vrais amis ici... J'aimerai tellement avoir un et une meilleur/e ami/e... Parfois,...

Bonjour,

en ce moment, j'ai le sentiment de ne pas avoir de vrais amis ici... J'aimerai tellement avoir un et une meilleur/e ami/e... Parfois, j'aimerais partir loin... Faire des rencontres, rencontrer de nouvelles personnes étranger. Je sais, je pars à Malte cet été, je me ferais de nouveau amis. Je serais un coté content :-D

Mais, ici, j'ai vraiment l’impression de pas avoir de vrai amis... C'est souvent moi qui doit demander, faire le pas... J'aimerais profiter de ''mes amis''... Parce que après on aura tous un avenir différent, donc on se verra plus... Et ça m'épuise à un moment donner de toujours devoir courir après tous le monde... Dans un groupe d'amis, ce n'est pas toujours le même qui doit faire le pas, etc. Déjà avec ma malentendance, ça me fatigue, alors toujours courir après les autres ça me demande de l'énergie en + et ça me fatigue à un moment donner... (donc, je pers la motivation de faire des efforts pour voir mes amis...)

et aussi, quand je regarde des films, je vois des couples se former de manière incroyable... Dommage que ce n'est qu'un film et que dans la vie réel c'est totalement différent ^^ et aussi des amitiés. Quand je regarde un film, je vois 2 personnes comme amis très proches, j'aimerais vraiment vivre cela... (je sais, ça reste un film) mais dans la vie réel, ça existe, j'aimerais vraiment avoir de vrais amis...

Je pense que vous aurez du mal à comprendre la vrai source de mon problème, je me suis un peu mal exprimer. Mais, je suis simplement fatigué,mentalement, de toujours devoir courir après les autres... J'appelle pas ça de vrai amis...

Je sais plus où j'en suis en ce moment, je me sens un peu perdu... Je sais plus quel chemin dois je prendre :

Faire des efforts pour garder mes amis... ? (même si je suis épuisé)

Ou faire des efforts pour mon avenir professionnel ?

Merci d'avance, pour votre aide. J'espère que vous trouverez un moyen pour m'aider à me remettre sur le bon chemin...

 

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Votre message nous ramène finalement à vous, à vos désirs, à votre manière de les exprimer à autrui et tout simplement à exister parmi les autres...

Je pense que nos précédents échanges ont déjà tracé des pistes pour clarifier ces points, n'hésitez pas à les relire!

Aujourd'hui, nous n'allons pas tenter des réponses miracles qui n'existent de toute façon pas car chacun de nous doit trouver sa façon d'être avec les autres, il n'y a pas de "juste" ou de "faux". Tout lien est fait d'une alternance entre DONNER et RECEVOIR...avez-vous l'impression que vos relations s'inscrivent dans cette logique et que la part active de chacun, vous et autrui, s'équilibre au bout du compte?

Le besoin d'entretenir les liens, le rythme des échanges, tout cela est personnel et ce n'est pas parce que vos amis interagissent moins souvent avec vous que vous ne le faites avec eux qu'ils ne tiennent pas à vous ou ne sont pas de vrais amis.

Au lieu de "faire des efforts pour garder vos amis", pourriez-vous envisager cette question sous un autre angle et simplement vous permettre d'être vous-même et de laisser vos liens avec les autres évoluer naturellement ? Si autrui a l'impression que vous vous accrochez à la relation comme à une "bouée de sauvetage" vitale pour vous, cela risque de mettre une pression et d'enlever au lien d'amitié sa dimension de plaisir et de spontanéité. Cela pourrait pousser les autres à s'éloigner ou à avoir le sentiment de ne jamais en faire assez par rapport à vos attentes à vous.

Pour finir, nous aimerions aussi vous dire que l'investissement dans votre formation ne doit pas empêcher l'entretien des liens d'amitié....les deux sont complémentaires et sources d'équilibre.

En espérant que ces pistes vous aideront, nous vous souhaitons une bonne suite!

Telme

Bonjour Telme, je vous remercie beaucoup de votre réponse ! Je ne suis presque jamais tombée amoureuse réellement dans ma vie, donc je n'ai pas...

 

Bonjour Telme, je vous remercie beaucoup de votre réponse !

Je ne suis presque jamais tombée amoureuse réellement dans ma vie, donc je n'ai pas d'antécédent de ce type, dans le sens que je ne suis pas tombée... Mais je sens depuis quelques années que je m'ennuie en général dans ma vie, j'ai du plaisir à faire les choses bien sûr, j'ai des amies, mais je ressens un ennui et un enfermement général, une sorte de vide. Je fais des études mais vu que je suis une personne très stressée et perfectionniste, ça me prend presque tout mon temps. J'ai des parents tout de même assez exigeants, pour eux une étude plus légères que celles que je fais actuellement leur serait inconcevable ou tout du moins les décevrait. J'ai une bonne vie, mais une vie bien rangée qui m'ennuie, la routine en général m'ennuie. J'ai beaucoup d'envies, dont écrire un livre (ma maman dit que ce que j'écris est violent et elle me dit que c'est nocif, elle me décourage), voyager, rester moins enfermée à étudier notamment, mais je sais que ce n'est pas possible et je ne suis pas du type à me résoudre à vivre dans un pays dans une cabane.

Mon hypothèse est que la "liberté" de ce garçon me fait envie. Il voyage dans beaucoup de pays et fait des missions humanitaires, et il a l'air très heureux. Il parcourt les festivals et vit comme il m'a dit qu'il voulait vivre, c'est-à-dire pas dans la structure traditionnelle de la société d'aujourd'hui. Je sais aussi qu'un jour il sera obligé sûrement de travailler réellement, qu'il a des problèmes d'addiction et qu'il se monte peut-être un monde. D'une certaine façon, j'admire son courage, ou folie?, à vivre comme il en a envie et à réaliser ses rêves.

Ca fait un certain temps que je l'ai compris, mais je ne sais pas comment faire pour changer ma situation, à part avancer dans mes études et gagner en indépendance pour vivre comme j'en ai envie et être indépendante. Je crois que je ne vais pas forcément recontacter ce garçon, mais faire en sorte que je le rencontre et je verrai tout de suite s'il me propose quelque chose ou n'en a pas envie.

Ce n'était pas vraiment une question, mais j'avais besoin de faire le point suite à votre réponse!

 

 

Je me permets de compléter ma réponse car je n'ai pas été tout à fait honnête dans la dernière... En effet c'est sûrement une sorte de challenge, d'avoir ce garçon qui semble n'avoir pas du tout envie de se mettre dans une relation amoureuse avec quiconque, et ce côté inaccessible m'attire. Et aussi son côté "bad boy" d'une certaine façon je l'avoue.

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Petite précision: comme vous le constatez, nous avons ajouté votre complément à la fin de ce message et répondrons en tenant compte de cet aspect aussi. 

La suite que vous donnez à nos premiers échange montre en effet que vous avez compris beaucoup de choses et que ces dernières, en étant plus conscientes, ouvrent des réflexions plus larges qui dépassent votre rapport à ce garçon et vous permettent d'aborder des questions existencielles sur ce que vous désirez vraiment. Bravo d'oser affronter ces questions importantes, c'est une manière de rester en mouvement et de vous appuyer sur vos ressources... 

Le point central de votre message est, me semble-t-il, votre sentiment d'être davantage spectatrice qu'actrice de votre vie. Vous êtes très sensible à ce que les autres attendent de vous et vous ne voulez pas les décevoir. Mais en tant que jeune adulte, vous êtes à une étape où vous avez besoin d'exister pour vous-même, indépendamment de l'extérieur, en faisant vos propres choix et expériences. Tout cela est essentiel, normal et montre que vous progressez dans la construction de votre identité. 

Vous vivez une sorte de dilemme face à vos proches qui semblent attendre de votre part le "top niveau" sur tous les plans: si votre entourage ne peut pas lâcher un peu ses attentes en vous faisant confiance et en vous donnant lui-même ce "feu vert", allez-vous fixer vous-même vos propres objectifs et vos seuils de réussite? faut-il consacrer tout votre temps et énergie à viser l'excellence ou pouvez-vous vous contenter d'une réussite plus moyenne en équilibrant votre investissement avec d'autres choses qui vous épanouissent aussi? 

Nous vous encourageons à vous forger peu à peu une plus grande liberté personnelle en vous appropriant vos propres buts et désirs au lieu de vous conformer à ce que vous pensez que l'extérieur attend de vous. Vous en êtes capable, mais cela prendra peut-être un peu de temps... 

Ainsi vous avancerez vers une manière sans doute plus satisfaisante "d'être au gouvernail de votre bateau", ce qui ensuite vous permettra de vous positionner plus clairement dans vos relations sociales. En vous voyant évoluer à votre manière, plus sûre de vous, les autres auront certainement plus d'intérêt à vous côtoyer car ils vous percevront comme une personne authentique avec ses forces et ses fragilités, comme chacun-e de nous finalement...

Faites-vous confiance !                     Telme

 

P.S: A propos de vos messages très rapprochés, nous vous encourageons à prendre le temps de recevoir notre réponse et à y réfléchir avant de nous récrire. Vous accorder ce temps de réflexion et d'intériorisation est une manière de vous centrer sur votre "boussole" et de laisser émerger vos réponses personnelles.

Bonjour, Je voulais vous parler d'un garçon que je n'arrive pas à oublier. Je l'ai vu au lycée et il m'a plu, donc nous avons eu 1-2 conversations...

Bonjour,

Je voulais vous parler d'un garçon que je n'arrive pas à oublier. Je l'ai vu au lycée et il m'a plu, donc nous avons eu 1-2 conversations par Facebook (toujours de mon initiative), puis nous nous saluions dans les couloirs, je ne le sentais pas spécialement intéressé par moi, mais vers la fin de l'année je me suis décidée à faire le 1e pas, en lui proposant un verre - ce qui avec le recul n'était pas du tout subtil. Nous nous sommes vus et nous avons très bien parlé, il a été adorable, mais par la suite il ne m'a plus reproposé, et à la rentrée il ne m'a pas plus parlé que ça. Il faut que je précise que c'est un garçon qui prend pas mal de drogues et est assez constamment "stone" comme on dit. Nous nous sommes revus une fois, il a fallu que j'insiste, mais il est venu, pas de bonne humeur puis il m'a chanté des chansons avec sa guitare, notamment que peut-être viendra un jour où il sera tendre et attentionné mais pas pour l'instant. En juin de la même année, j'ai encore plus manqué de subtilité et je lui ai fait mon aveu par Facebook, auquel il a répondu par la négative, en disant qu'il a eu plaisir à parler avec moi, que je suis intelligente mais que je ne dois pas espérer plus de lui, et qu'il ne voit de toute façon pas ce qu'il a à m'apporter... Mais je me doute bien que c'était une manière me dire non sans trop me blesser. Puis en novembre prochain de la même année, je lui ai reproposé un rendez-vous, mais il m'a bien fait comprendre que je ne devais rien espérer.

Je me suis mise avec quelqu'un d'autre ensuite, et je n'y ai plus pensé. Puis un an après, je l'ai croisé une fois, et il a pris du temps pour me parler très chaleureusement et m'a proposé plusieurs activités, mais je lui ai dit clairement que j'avais un copain et beaucoup de projets et que je n'avais pas let temps, je lui ai tout de même donné mon numéro mais il n'a jamais appelé. Je l'avais revu un an après, mais je l'ai senti absent et il ne m'a plus rien proposé.

Maintenant, cela fait 3 ans depuis qu'on s'est vus pour la première fois et lui ne pense sûrement plus à moi. Mais moi je suis toujours attirée par lui et la question, même très difficile, que j'aimerais vous poser, est-ce que objectivement, au regard des éléments, j'ai des chances ou bien je ferai mieux d'oublier et de ne pas retenter de le revoir? Le fait qu'il prend de la drogue en grande quantité, que depuis qu'il a arrêté les cours il y a trois ans il n'a plus rien repris ni formation ni autre, fait que j'ai tendance à mettre ses refus et ses sautes d'humeur sur le compte de la drogue, mais d'un autre côté, je n'ai pas envie de tenter ma chance auprès d'un homme qui de toute façon ne pourra jamais tomber amoureux de moi. A mes yeux l'amour est quelque chose d'instantané et je fonctionne plutôt par coups de foudre, alors je ne sais pas si c'est possible qu'après quelques années il soit intéressé par moi, et si le rôle de la drogue peut vicier son regard au point qu'il ne sache plus s'il aime ou pas.

Je m'excuse pour la longueur de cette question, je vous remercie d'avance pour la réponse!

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous semblez perdue concernant l'histoire avec ce garçon dont vous nous aviez déjà parlé précédemment. Si nous comprenons bien, ce jeune homme a manifesté plusieurs refus ou désintérêts envers vous et vous ne savez pas si sa consommation de drogues peut affecter son "jugement sentimental" puisque, parfois, il se comportait de manière chaleureuse également.

La prise de substances a des effets différents chez chacun, du moins concernant le côté affectif. De ce fait, nous ne pouvons pas vous affirmer que cela affecte son jugement.

Nous comprenons la difficulté de cette tâche et surtout la peur face à un éventuel refus de plus, mais il est important que vous puissiez être au clair avec cette situation. Vous nous le dites, d'ailleurs, vous ne concevez pas l'amour de cette façon. Vous êtes dans ce questionnement depuis un certain temps et cela vous empêche d'avancer. La réponse sur la probabilité ou non d'une attirance réciproque ne viendra sans doute pas de ce garçon...et dans ce cas, peut-être vaudrait-il mieux mener la réflexion pour vous-même: Demandez-vous pourquoi vous insistez tant à l'égard de ce jeune homme? Qu'est-ce qui vous empêche de passer à autre chose? Dans une relation affective, il arrive que l'une des personnes endosse, consciemment ou non, un rôle complémentaire à l'autre. Nous sommes souvent attiré par des individus différents de nous-même, et qui suscitent chez nous un positionnement complémentaire au leur. Se peut-il qu'il y ait chez vous une sorte de "fascination" ou de "défi" face à ce type de personnalité en détresse, dépendante ou inaccessible qui susciterait du coup chez vous un challenge ou une attitude de "sauvetage" du style "là où d'autres ont échoué, moi je réussirai à percer la carapace", par exemple...?

Faire face à cette interrogation n'est certes pas facile, mais peut-être que cela vous permettrait de prendre conscience de certains aspects de vous-même qui peuvent constituer des pièges relationnels ou vous entraîner dans des dynamiques répétitives...même s'ils s'avèrent dans certaines situations et à dose modérée être de grandes qualités!

Nous sentons que ce questionnement vous travaille et vous met dans l'inconfort, cela ne vous correspond pas. La décision de passer à autre chose ou de tenter une approche vous appartient et nous vous encourageons à la prendre!

N'hésitez pas à réagir à notre réponse et à nous dire éventuellement si ces pistes de réflexion vous évoquent des situations déjà vécues....

Bonne suite à vous!

Bonsoir, je vous écris pour comprendre certaines choses : Comme je vous en avais déjà parlé, que parfois j'en ai un peu ''marre'' du célibat...

 

Bonsoir,

je vous écris pour comprendre certaines choses :

Comme je vous en avais déjà parlé, que parfois j'en ai un peu ''marre'' du célibat (comme beaucoup de monde qui le sont aussi, je sais)

Mais un truc que j'ai de la peine à comprendre vraiment --> comment se font les vrais rencontre ? Comment des gens se rencontrent ? etc. (je sais qu'on peut faire des rencontres n'importe ou --> dans le bus, le train, dans la rue, etc.) Mais les rencontres, c'est vraiment du hasard... Oui, on dit qu'on devrait pas chercher, que ça vient tout seul. Qu'on devrait pas se faire trop de film quand on voit une personne qui nous plait dans la vie de tous les jours. Qu'on devrait être naturel. Mais, à la longue, on se fait facilement des films quand même.

Parce que quand je suis en soirée avec des amis, ou que je sois au magasin pour faire des achats, je vois des filles qui me plaisent, mais, que je n'arrive pas à vouloir les aborder. (la peur de me sentir stupide d'aborder des inconnues) xD

On dirait que parfois j'attend que l'âme sœur viennent, que j'ai de vrai signes qui me prouvent que je peux faire quelques choses, etc.

Je sais que ça viendra naturellement, mais, depuis un petit moment, j'ai vraiment une envie de rencontrer une fille, de faire connaissance, de retomber à nouveau amoureux d'une fille, de me sentir proche d'une fille, de revivre des moments à 2...

Je sais pas si vous voyez exactement ou je veux en venir...?

Je sais qu'on à le temps, qu'on est jeune ;-) Mais, à un moment donner, j'aimerais vraiment rencontrer une fille, de faire connaissance avec une fille, de se sentir proche, etc.

Merci d'avance, je vous souhaite un bon week-end

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Nous comprenons bien votre envie de faire des rencontres et de tomber amoureux. C'est vrai que ce sont des moments agréables à vivre. Du coup lorsqu'on est célibataire, on rêve et souvent on idéalise toutes les personnes qui nous plaisent. C'est normal de se faire des films mais ce qui compte c'est de rester en lien avec la réalité car c'est bien "en vrai" que l'on rencontre les gens.

Vous nous demandez comment et où se font les vraies rencontres. Par vraies, entendez-vous, des rencontres qui durent?

En effet, les rencontres qui débouchent sur une relation de couple ne dépendent pas du lieu. Rencontrer quelqu'un, ce n'est pas adopter tel ou tel comportement, cela ne se joue pas sur du concret. C'est comment vous êtes connectés à vous-même qui va vous permettre de faire une "vraie" rencontre. Il n'y a pas de recette ou de marche à suivre, c'est en étant authentique que vous dégagerez quelque chose de "vrai" qui donnera envie à autrui de mieux vous connaître, et que vous ferez des rencontres concrètes.

Comme vous le mentionnez très bien dans votre question, les rencontres peuvent se faire n'importe où et dans n'importe quel contexte. Par contre, il est vrai que souvent les gens se rencontrent par le biais d'amis en commun lors d'une soirée, par exemple. 

Pour rencontrer de nouvelles personnes, vous pouvez accompagner un de vos amis à une soirée où vous savez que vous ne connaîtrez pas tout le monde.

Continuez à rester positif et ouvert aux rencontres qui croiseront votre chemin.

 

Bien à vous,

Bonjour, J'ai 24 ans et depuis l'âge de 8 ans je m'attache à des femmes de 40 ans environ (profs, supérieures etc). Je les imagine sans cesse...

 

Bonjour,

J'ai 24 ans et depuis l'âge de 8 ans je m'attache à des femmes de 40 ans environ (profs, supérieures etc).

Je les imagine sans cesse dans leur vie privée avec leur mari, enfants, amis. J'ai envie de les voir se comporter en couple notamment. Je les imagine avoir des problèmes de couple mais les règler. J'admire beaucoup de choses chez elles comment leur charisme, forte personnalité, dévouement.

A un moment donné je me posais la question "suis je homosexuelle?" car les emotions que je ressentais étaient très fortes même si je n'avais pas de désir.

Cependant j'aime le fait que ces femmes soient en couple avec un homme. J'aime le fait qu'elles aient (à priori) des relations sexuelles avec un homme. Je ne ressens pas de jalousie à l'égard du mari.

Parfois je me mets à fantasmer sur le mari en question! (en rêve)

 

Durant mon enfance mon papa a trompé ma mère plusieurs fois, je la voyais souvent pleurer. Puis ils se réconcilier avec des gestes d'amour sans se cacher de mon frère et moi. Je me sentais exclue et je ne comprenais pas ce qu'il se passait.

Même si mes parents me donnaient de l'attention je me souviens m'être sentie exclue, pas en sécurité au sein du noyau familiale.

 

Que m'arrive-t-il? Pourquoi est ce que je m'attache autant à ses femmes? Est-il possible de stopper cela à l'aide d'une thérapie?

Je culpabilise beaucoup d'avoir ce genre de pensées alors que j'ai (ou j'ai eu) beaucoup d'admiration et de respect pour ces femmes et qu'en plus j'ai un copain.

 

 

Merci

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour et bienvenue sur notre site,

 

Votre message soulève des questions sur votre vécu en tant que petite fille dans une famille où vous vous êtes sentie exclue par moment. Vous avez aujourd'hui 24 ans, vous êtes une jeune femme et vous avez envie de construire votre propre vie voir votre propre famille. Ce vécu familial, pas toujours évident voir traumatique, a pu laisser des traces sur la manière dont vous envisagez votre vie de femme et éventuellement de future mère.

 

 

Les fantasmes que  vous avez sur ces femmes de 40 ans ayant une vie épanouie, un statut social enviable, un mari idéal, une relation de couple hamonieuse, etc  rappellent peut être ce que vous n'avez pas eu à la maison en famille lorsque vous étiez petite fille. Ils seraient  comme une projection de ce que vous désirez pour votre vie à vous en tant que femme.

Sachez cependant que ce genre de vie parfaite n'existe pas et qu'il y a souvent une faille derrière le vernis.

 

 

Pour comprendre ce qu'il sa passe en vous et quels sont les conflits internes qui vous animent, nous vous conseillons de faire un travail sur vous avec un professionnel, psychologue ou psychiatre. Il s'agit de vous aider à vous poser les bonnes questions et de vous déculpabiliser de ce genre de pensées.

 

N'hésitez pas à poursuivre l'échange si besoin.

 

Bien à vous.

 

 

 

 

 

Bonjour, Vivant au sein d'une famille pas si conservatrice . Actuellement étudiante en Journalisme en recherche d'un stage de pré-embauche , je...

 

Bonjour,

Vivant au sein d'une famille pas si conservatrice . Actuellement étudiante en Journalisme en recherche d'un stage de pré-embauche , je sais d'avance que ce métier là requiert une certaine extraversion ...et auprès de ce métier, je pourrai rencontrer l'homme de ma vie peut être :) . D'un autre côté , tout ce dont j'ai besoin est un lien purement amical et qui durera le maximum ..non pas un partenaire sexuel ou autre ..

Je suis de nature introvertie et très sélective au niveau social :) je ne suis pas flexible avec tout genre de personnalités ..la preuve c'est que j'ai qu'une amie intime pour le moment . ça ne m'intéresse pas d'être populaire mais je préfère avoir un cercle limité de bon gens méritant l'amitié véritable :)

Parfois , je me connecte sur l'un des sites de rencontre français afin de trouver ou pas un amii digne de confiance et ouvert d'esprit ..mais en général la plupart des mecs obtiennent une attitude classique de conversation qui ne capte pas vraiment mon intéret ( salut ca va quel age as tu ..ton num ) . Personnellement, j'en ai marre de ce type de gens et je ne sais pas pourquoi il font la majorité :)

une simple question que j'arrive toujours pas à répondre c'est suis-je vraiment stable émotionnellement parlant ? si non , quels seront les signes ?

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Il est difficile de vous dire si vous êtes émotionnellement stable ou pas avec, comme seul élément, quelques mails. Les émotions sont des sentiments complexes et c'est seulement après plusieurs discussions en face à face avec une personne, que l'on peut éventuellement dire si elle est ou non stable.

Pourquoi vous posez-vous la question? Si vous avec des interrogations à ce sujet, c'est sûrement parce que certains comportements que vous avez vous questionnent.

Il serait intéressant pour vous d'analyser pourquoi vous avez des difficultés dans les relations sociales ou pourquoi vous êtes si exigeante avec les autres.

Nous vous souhaitons de la réussite dans vos études.

 

Bien à vous.

 

Telme

 

 

 

bonsoir. je reviens vers vous par rapport a mon dernier sujet. J'ai revu l'homme vers qui je suis attirée, il a invité mon cousin a son anniversaire...

 

bonsoir. je reviens vers vous par rapport a mon dernier sujet. J'ai revu l'homme vers qui je suis attirée, il a invité mon cousin a son anniversaire et vu qu'il me connait aussi il a egalement dit a mon cousin que je pouvais venir du coup j'y suis allée avec plaisir. Nous étions une dizaine et nous avons diné au restaurant puis sommes allés dans un paint-ball. Ensuite tout le monde est repartis chez eux ainsi que nous. Ce jeune homme n'a pas été entreprenant (après nous nous sommes jamais retrouvés seuls non plus, nous etions toujours en groupe ou bien avec mon cousin), certes à table il m'a beaucoup parlé, etait souriant, s'est intéressé a moi ou me faisait rire (dailleurs il faisait rire tout le monde pas que moi, il a assez d'humour) du coup je me suis dis que s'il me parlait etc c'est que peut-être il etait interessé par moi, mais rien ne s'est passé. Alors peut-etre n'a t il osé rien faire ce soir là à cause du monde, ou peut etre n est il pas du tout interessé (surtout que par un reseau social internet, il pourrait m ecrire mais ne le fait pas). Mais :

1: s il n etait pas intéressé pourquoi s etre interessé a ma vie, avoir été souriant avec moi toute la soiree ?

2 : comment l oublier , car un sentiment est né, je pense a lui toute la journée depuis quelques mois, et j'aimerais "passer a autre chose" si rien ne devait se passer. Mais je n y parvient pas. Je ne le connais pas enormement mais sufisamment pour dire qu il represente presque mon ideal masculin et ce que je me represente du bonheur.

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour, 

Vous nous demandez pourquoi cet homme a discuté et rigolé avec vous toute la soirée s'il ne s'intéresse pas à vous. Qu'en pensez-vous? Vous apportez vous-même des éléments de réponse dans votre question. Dans cette situation nous n'avons pas de meilleure réponse que vous, car c'est d'abord de vous qu'il s'agit et de votre ressenti.

En ce qui concerne comment "passer à autre chose", nous comprenons bien que ce ne soit pas évident lorsqu'on a des sentiments de ne pas les voir partagés. Tout d'abord, nous vous conseillons de discuter avec lui au téléphone, en face à face ou par les réseaux sociaux, en abordant ce que vous ressentez pour lui afin d'être fixée sur ses intentions. C'est en effet l'incertitude qui vous empêche d'avancer.

S'il ne devait pas partager vos sentiments, nous vous suggérons de prendre un peu de distance avec lui et de vous concentrer sur ce que vous aimez faire. Avec le temps les choses se dissiperont même si ce n'est jamais facile d'être face à un refus.

Bonne continuation

Telme

Bonjour Telme. J'aimerai savoir ce que vous pensez des agences matrimoniales, surtout pour vous, des psychologues ? Avez-vous entendu du bien...

 

Bonjour Telme.

J'aimerai savoir ce que vous pensez des agences matrimoniales, surtout pour vous, des psychologues ?

Avez-vous entendu du bien autour de vous ?

Est-ce que c'est également bien de passer par elles, à l'âge de 20-23 ans ?

Car en fait, je me suis inscrit pour essayer de trouver l'amour et voir comment cela va se passer.

Les personnes qui s'inscrivent sont des personnes recherchant des relations sérieuses, ce que je souhaite également.

Le seul hic, c'est le prix qui est de 1'000.- pour 3 rencontres.

J'ai un peu peur d'avoir de mauvais résultats à cause de mon départ en Allemagne pour début avril...

Merci pour votre honnêteté.

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Nous ne sommes pas en contact avec des agences matrimoniales, il nous est donc difficile de vous répondre.

Ce qui compte c'est ce que vous vous pensez de tout ça. Êtes vous satisfait par cette demarche? Correspond-elle à ce que vous recherchez?

En ce qui concerne votre départ pour avril, peut-être pourriez-vous vous arranger avec l'agence pour que les rencontres commencent à votre retour?

Réfléchissez-y et n'hésitez pas à demander conseils ou précisions à l'agence où vous êtes inscrit.

Bien à vous et bon voyage!

 

Telme

Bonjour, J'ai 21 ans et plusieurs problèmes dans ma vie sentimentale m'embarassent et me pèsent énormément. Tout d'abord, je n'ai jamais eu de...

 

Bonjour,

J'ai 21 ans et plusieurs problèmes dans ma vie sentimentale m'embarassent et me pèsent énormément.

Tout d'abord, je n'ai jamais eu de copain, je n'ai jamais fait l'amour, ni même embrassé quelqu'un. Je sais pourtant que je peux plaire, car lors de fêtes etc, je me suis déjà faite draguée et j'ai déjà flirter avec quelques personnes.

Je ne sais pas pourquoi je suis dans une telle situation.

Je sais que certaines de mes réactions sont bizarres, mais lorsque un garçon est sympa ou s'intéresse à moi, je me détourne de lui. Est-ce par peur?

Une deuxième chose qui me préoccupe est le fait que je suis souvent attirée par des hommes plus âgés et souvent inaccessibles. Je m'imagine alors que quelque chose peut se passer avec eux, mais au fond de moi, je sais pertinemment que ce ne sera jamais le cas.

Et dernièrement, le fait de n'avoir aucune expérience en amour m'angoisse énormément. Car si je rencontre quelqu'un avec qui ça pourrait marcher, j'aurai peur de lui avouer que c'est la première fois... et j'ai peur qu'il se rende compte de mon inexpérience. J'ai aussi peur d'être jugée, car avoir 21 ans, être vierge et n'avoir jamais embrassé qui que ce soit, ce n'est pas banal.

Que me conseillez-vous pour sortir de cette situation?

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour et bienvenue sur cet espace pour jeunes adultes

Le nombre de copains, sérieux ou non, ce n'est ni une course ni une question de norme! Chacun est différent et ce qui compte, plutôt que la quantité, c'est la qualité de la relation. Néanmoins, nous comprenons que ce soit pesant et que cela vous inquiète et nous vous proposons quelques pistes de réflexion.

Vous semblez avoir peu confiance en vous en matière de relations sentimentales. Avez-vous réfléchi à ce qui vous bloque comme cela, ce qui vous fait si peur? Est-ce une mauvaise expérience passée avec des garçons? Est-ce en lien avec votre culture, votre éducation? Il nous semble important que vous puissiez réfléchir à l'origine de votre crainte afin de l'identifier et ensuite pouvoir travailler dessus. Vous pouvez aussi réfléchir à ce qui fait que aujourd'hui, ce sujet soit si problématique pour vous et prenne autant de place dans votre vie.

L'image que vous renvoyez de vous-même influence ce que les autres pensent de vous. En changeant le regard que vous vous portez (plus de confiance, plus entreprenante,...) et votre positionnement envers les hommes, des changements apparaîtront certainement de leur côté aussi.

Pensez aussi au fait que l'amour c'est aussi de la spontanéité et de l'irrationnel. Vous semblez beaucoup réfléchir à ce qui pourrait se passer ou pas et donc peut-être trop anticiper. Oser faire le premier pas, oser aborder un garçon qui vous plait, ça comporte le risque qu'il ne s'intéresse pas à vous mais sans prise de risque, difficile d'avancer!

Quant à savoir comment cela va se passer quand vous entamerez une relation avec un garçon, on ne peut pas le prévoir à l'avance. Le fait de ne pas avoir eu de relation jusque là ne signifie pas que vous êtes "anormale" ou que les occasions ne se sont jamais présentées mais que vous n'étiez peut-être pas prête à vivre une histoire. Vous pourrez sans crainte l'exprimer à votre futur compagnon, qui pourra aussi être flatté que vous lui réserviez ce moment d'intimité.

Avez-vous pu parler de vos difficultés à vos amis? Qu'en disent-ils? Ils sont sûrement de bons conseils en matière de relations amoureuses, n'hésitez pas à les consulter ou à leur en parler car eux aussi ont certainement des doutes et des questions proches des votres.

N'hésitez pas à nous dire si ces pistes de réflexion vous ont aidée et à nous donner de vos nouvelles!

 

Bien à vous, 

 

Telme

Bonjour, J'avais une question. Je vois souvent une amie (avec qui je suis ami, pas petit-ami) quelques week-ends, on va voir des matchs de...

 

Bonjour,

 

J'avais une question.

 

Je vois souvent une amie (avec qui je suis ami, pas petit-ami) quelques week-ends, on va voir des matchs de Gottéron et elle dort souvent chez moi (seule bien sûr. Je dors dans une autre pièce).

 

Ces derniers temps, j'ai remarqué qu'elle aimait bien les massages avant d'aller dormir, mais samedi passé, j'ai fait une maladresse et je voulais savoir ce que vous en pensiez :

 

On est rentrés vers 05h chez moi et je lui ai fait un massage sur le dos et le bas du cou, j'ai continué et j'ai commencé aussi à lui masser ses mains et même l'intérieur de ses cuisses ! Je voyais qu'elle aimait beaucoup cela, je l'ai massée pendant 30 minutes environ).

 

Seulement, au milieu de la "séance" je lui avait dit si elle voulait que je la masse au ventre et elle m'a dit non car elle était chatouilleuse. Et 10 minutes après arrive ma bêtise ; j'avais comme idée que "chatouilleuse" signifiait ne pas aimer les chatouilles (et de ce fait, apprécier les massages). Je voulais lui masser le ventre, mais elle portait un pull très épais et j'ai sans faire exprès touché un de ses seins, car vu qu'elle était assise, je ne pensais lui masser le ventre et j'ai touché son sein sans le vouloir à peine une demi-seconde, mais de trop...

 

J'ai immédiatement retiré ma main de moi-même et je lui ai dit que je ne voulais pas toucher cet endroit-là et elle m'a dit "Mais si je te dis non, c'est non !" et la "séance" s'est terminée ainsi, froidement...

 

Le lendemain, je lui ai dit que j'étais désolé, que je n'avais pas d'arrière-pensées sentimentales pour elle, qu'il m'arrivait d'être parfois maladroit avec les filles et que je pourrai continuer à lui faire des massages en faisant attention.

 

Après ce que je lui ai dit, elle m'a dit que maintenant c'était bon, il n'y avait pas de souci. C'est une fille qui n'aime pas trop reparler des choses négatives ou des galères du passé. Pour elle, quand c'est fait, c'est fait, pas besoin d'en ramener.

 

Elle ne m'a pas dit des phrases du genre "Je ne veux plus de tes massages !" ou autre alors que je pensais qu'elle allait en dire. La suite de la journée s'est déroulée normalement. On a discuté de tout et de rien, etc.

 

Je n'ai pas envie qu'elle me prenne pour un pervers... C'est une très bonne amie et je n'ai pas touché les zones sexuelles et je ne voulais pas lui toucher les seins. Elle a quand même apprécié que je lui masse les cuisses et l'intérieur de ses cuisses.

 

Je la vois dans 2 semaines environ pour une soirée. Pensez-vous que, malgré ce petit "incident", elle continuera de me prendre pour son ami, sans imaginer que j'aurais des tendances perverses ? Le lendemain s'est tout de même bien passé, comme s'il n'y avait rien eu.

 

Meilleures salutations et bravo pour votre site ! Je viens de quitter le site de ciao.ch pour m'inscrire chez vous (j'ai tout de même 20 ans maintenant ! ^^).

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour et bienvenue sur cet espace dédié aux jeunes adultes!

Nous ne pouvons évidemment pas vous dire ce que pense votre amie ni comment elle va réagir la prochaine fois que vous vous verrez car nous ne sommes pas à sa place.

Je vous propose 2 pistes pour réfléchir à votre situation :

 

- Qu'est-ce qui fait que ce petit "incident" prend de telles proportions chez vous?

Parce que votre amie semble vous avoir dit que tout était en ordre de son côté, qu'elle ne vous en voulait pas et vous-même lui avez dit que vote geste n'était pas intentionnel. Comment expliquez-vous que vous accordez tellement d'importance au fait que votre amie pourrait éventuellement croire que vous êtes "pervers"?

Est-ce une question de confiance en vous?  Comment vous sentez-vous après cela?

 

- Etes-vous sur la même longueur d'onde vous et votre amie? Je pose cette question car il est important que les frontières entre ce qui est possible entre vous et ce qui n'est pas possible soient claires et partagées par vous deux afin qu'il n'y ait pas de malentendu. Le massage est quelque chose de très intime s'il n'est pas pratiqué dans un but thérapeutique par un professionnel. Lui masser "l'intérieur des cuisses" l'est d'autant plus...

 

Je vous encourage à poser clairement les choses la prochaine fois que vous aurez l'occasion de passer du temps avec elle.

 

Peut-être que vous pourriez éviter d'imaginer qu'on vous attribue des caractéristiques aussi dures, comme la perversité, dans une situation qui n'a impliqué qu'un petit dérapage non intentionnel.

La sexualité est-elle si inquiétante pour vous pour que vous en arriviez à douter ainsi?

 

Encore une fois, c'est plutôt cela qui interroge dans votre récit, alors n'hésitez pas à poursuivre l'échange si besoin.

Bien à vous

 

Telme

 

 

 

Bonjour, J'ai rencontré un gas agé de 31 ans via tchatche et après des semaines et des semaines on a réalisé qu'il y'a une certain compatibilité...

Bonjour,

J'ai rencontré un gas agé de 31 ans via tchatche et après des semaines et des semaines on a réalisé qu'il y'a une certain compatibilité entre les deux personnalités mais le seul obstacles c'est ses parents . Il vit toujours avec eux et lui imposent de se marrier avec une femme de foyer non pas une étudiante comme moi si ambitieuse pour construire sa carrière .. je vis toujours le traumatisme et la déception ..il a décidé de parler à ces parents à propos de moi et oups le refus ...je ne sais pas si je dois lui blâmer ou blâmer ses parents ...tout ce que je sait maintenant c'est que je ne peux pas revivre seule sans amis ni partenaire ! est-ce que je dois laisser un peu de temps pour soi ou bien il faut passer à l'autre étape , rechercher un autre partenaire ....

Mercii

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Il est difficile de répondre à cette question, car nous pensons que c'est vous qui êtes la mieux placée pour prendre une telle décision. Par ailleurs, nous avons trop peu d'informations sur vous et sur cet homme pour vous aider. C'est pourquoi nous vous adressons des questions, plutôt que des réponses.

Le fait d'avoir dû passer par ses parents pour choisir une épouse nous questionne: est-ce dû à des facteurs culturels? Ou alors est-ce par manque de maturité/initiative de sa part? Et de votre côté, est-ce que vos valeurs culturelles et personnelles étaient compatibles avec les siennes?

Si votre ami a de la peine à se positionner face à ses parents pour des raisons culturelles, c'est très différent que s'il s'agit d'un manque d'autonomie de sa part; comme nous ne savons pas ce qu'il en est, nous ne pouvons pas vous répondre avec davantage de précision.

Sur un autre plan, vous évoquez votre besoin de trouver quelqu'un assez rapidement, car vous supportez très mal la solitude. Or le risque en cherchant un partenaire à tout prix, c'est d'être prête à accepter tout et n'importe quoi dans un couple, y compris des conditions qui ne nous conviennent pas. Que recherchez-vous ou plutôt quel genre de relation recherchez-vous et qu'en attendez-vous? Il est difficile de construire une relation harmonieuse avec quelqu'un si l'on attend de l'autre qu'il comble ou compense le vide que l'on ressent en étant seule. Dans ces conditions, considérer son partenaire comme une béquille serait attribuer à son couple "un handicap", celui de la dépendance.

Nous poursuivons volontiers cet échange avec vous, si vous le souhaitez.

Meilleures salutations.

Telme

bonjour telme. séparée depuis 4/5 mois du pere de mon enfant, a cause de sa mythomanie (en gros il me mentait sur plusieurs de ses emplois,...

 

bonjour telme. séparée depuis 4/5 mois du pere de mon enfant, a cause de sa mythomanie (en gros il me mentait sur plusieurs de ses emplois, formations, et me volait cheques et carte de credit, bref d'où mon vocabulaire de "mythomanie") je voulais savoir d'où cela peut il venir et si cela se soigne, bien que je ne sois plus avec lui.

Deuxieme petit soucis, je suis attirée par un homme qui habite a environs 1H45/2H de chez moi (c est l'ami d'un cousin) . Pour le moment seul depuis peu, il est tres gentil avec moi, mais ne m'a pas paru "entreprenant" avec moi. Cela fait 5 ou 6 fois que l'on se voit lors de repas ou de journées entre amis avec mon cousin. Meme si ni vous ni moi sommes dans sa tete, pensez vous qu un homme qui ne vous fait pas d "avances" ou qui ne vous demande pas votre numero au bout de 6 entrevues , ne soit pas intéréssé? car je naimerais pas avoir d espoir pour rien...

jai peur que les hommes "reculent" a cause de mon petit de 15 mois , meme les trentenaires, mais quils n osent pas me le dire.

je pense beaucoup a lui mais je me dis que je ne devrais pas fonder mes espoirs sur lui surtout quil ne ma pas fait d avance, bien qu'il soit gentil avec moi et qu'il me "regarde" souvent.

et jai crainte également, d avoir une relation a distance.. par manque de confiance...

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Comme vous le soulignez vous-même, nous ne sommes ni dans la tête de votre ex-conjoint, ni dans celle de l'ami de votre cousin. Il nous est donc difficile de vous donner des réponses à vos questions.

La mythomanie est une maladie psychique. Pour qualifier votre ex-conjoint de mythomane, il faut qu'il ait été diagnostiqué par un psychiatre en tant que tel, ce qui ne semble pas être le cas. Le fait de mentir sur une partie de sa vie privée ou professionnelle peut avoir de multiples causes et raisons. Quoiqu'il en soit comme tout comportement extrême anormal, la souffrance est souvent présente. Cependant, ne connaissant pas votre ex-conjoint nous ne pouvons être plus précis dans notre réponse.

Pour votre deuxième question, de nouveau nous n'avons aucun détail sur l'ami de votre cousin. Vous vous demandez si le fait qu'il ne vous ait toujours pas demandé votre numéro signifie qu'il n'est pas attiré. Difficile de savoir, il peut être timide et reservé et donc ne pas faire le premier pas, ou simplement ne pas vouloir plus avec vous.

Vous craignez aussi que le fait que vous soyez maman repousse les hommes. Là encore, cela dépend des personnes. Certains sont dérangés par cela, d'autres pas du tout. C'est souvent à travers une discussion que l'on se rend compte si cela pose problème ou non.

Le mieux serait de parler de manière plus approfondie avec lui lors de la prochaine occasion où vous êtes ensemble. Et pourquoi pas faire le premier pas en lui demandant vous-même son numéro de téléphone?

Bien à vous,

Telme

Bonjour Telme, Il y a quelques temps de cela, je vous parlais à propos d'envies sexuelles très fortes. J'ai donc été chez une prostituée pour la...

 

Bonjour Telme,

Il y a quelques temps de cela, je vous parlais à propos d'envies sexuelles très fortes.

J'ai donc été chez une prostituée pour la 3ème fois cette année.

Cependant, cela s'est moins bien passé que les précédents rapports, car je ne pouvais pas beaucoup la toucher, ni l'embrasser.

Elle me faisait juste du sexe comme ça, et je n'ai pas apprécié, car je trouvais que c'était trop "mécanique".

Cela m'apprendra à dépenser 220.- pour rien et à être un homme qui ne pense qu'au sexe.

Je dois désormais attendre de trouver l'amour, tout en espérant que les rapports sexuelles ne tourneront pas seulement autour de la "mécanique", mais bien avec beaucoup de tendresse, de caresses, voire de chatouilles... :-)

-----------------

Ensuite une deuxième chose (je profites de tout mettre sur un message), durant ces 2 ans de formation que j'ai passés, j'ai malheureusement connu le sentiment d'être rejeté. Pas seulement par mon père, qui a trompé ma mère après 32 ans de vie commune et qui voyait une maîtresse durant plus de 8 mois, mais aussi de par mes relations que j'ai pu entretenir à l'école.

Il y a la fille pour qui j'avais des sentiments, et dont je vous en avais parlé précédemment, et aussi une autre fille qui voulait faire ma connaissance, mais qui par 2 fois m'a posé un lapin.

Je précise que c'était des relations amicales, et non amoureuses que je voulais avoir, même pour celle avec qui j'avais des sentiments, je m'en contentais.

Vous voyez : je fais des efforts pour me socialiser ou aller vers des gens, et voilà ce que j'ai en retour. C'est frustrant et rageant.

Au moment où je vous écris, ça me fait toujours mal, et je ne pensais pas être touché à ce point.

A cause de ces cas, j'ai maintenant "peur" ou disons que je me méfie, de rentrer en contact avec des jeunes, de peur d'être rejeté à nouveau.

Est-ce que c'est compréhensible ?

Comment faire pour ne pas trop réfléchir là-dessus et m'encourager à aller de l'avant ?

J'en parlerais à mon psychologue, mais je voulais avoir votre avis également.

Merci pour votre aide et vos conseils.

J'essaie de moins vous écrire non pas parce que je n'apprécie pas votre aide, mais pour me forcer à être plus positif et à me débrouiller seul. ;-)

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour.

La mauvaise expérience que vous avez vécu avec cette prostituée vous a permis de mieux cerner ce que vous désiriez en matière de relations sexuelles et vous a fait avancer sur le chemin de la réflexion concernant l'importance de la tendresse dans ces dernières.

Vous avez été face à plusieurs rejets et il est compréhensible que vous vous sentiez moins sûr pour aborder les gens. Nous vous avons déjà répondu aux sujets de vos difficultés et nous vous proposons de prendre un peu de recul et de voir tout ce que vous avez déjà mis en place pour faire face aux situations difficiles.

 

Cependant, il est important que vous ne restiez pas sur ces échecs amicaux et que vous ne baissiez pas les bras.Tout au long de la vie, on est face à des gens qui ne réagissent pas comme nous le voudrions ou qui ne sont pas corrects. Concentrez-vous sur les gens qui vous entourent avec qui vous avez de bons rapports et ne vous laissez pas abattre par ces déceptions. Nous comprenons tout à fait qu'il n'est pas facile de reprendre confiance lorsqu'on est mis de côté par une personne, mais vous avez démontré par le passé, que vous étiez capable d'aller à la rencontre des autres et des nouer de nouvelles amitiés, même si tout ne se passe pas toujours comme prévu.

Faites vous toujours du sport ou du bénévolat? Ce sont d'excellents moyens pour rencontrer de nouvelles personnes et reprendre confiance en vous et les autres

 

Continuez à vous ouvrir aux autres et à tirer parti de votre soutien psychologique!

Bonne continuation,

Telme

Bonsoir, Tout d'abord , je vous remercie d'avoir répondre à ma question  Toute relation que ça soit amicale ou autre doit en effect avoir un...

 

Bonsoir,

Tout d'abord , je vous remercie d'avoir répondre à ma question 

Toute relation que ça soit amicale ou autre doit en effect avoir un objectif derrière . Lorsque j'ai voulu avoir un indice de cette relation dont j'ignore l'objectif , mon ami m'a répondu en posant une autre question : " ne remarques-tu pas qu'il y'a une évolution là-dedans"? outre , " ne soit pas si pressée toute chose à son temps" .. qu'est ce cela signifie ?

La relation que j'entretient avec mon meilleur ami ( je ne sais plus maintenant si il l'est toujours ou pas ) me laisse des hypothèses . A force qu'il est mystérieux et n'aime pas que l'autre décrypte vraiment ces pensées , je me sens bloquée dans le sous où je ne sais même pas où ça va nous emmener toute ces mystères . J'arrive même pas à interpréter ses regards .. c'est quelqu'un qui a du talent pour cacher tout ce qui est emotionnel ! donc c'est difficile de parler d'une attraction dans ce cas là . J'en ai évidemment des sentiments pour lui et il le sait déjà parce que je l'ai montré inconsciemment via quelque gestes ( lui appeler chaque jour ) lui écrire tout le temps , lui parler même si il y'a rien de nouveau . De plus , il est du genre qui décrypte la personnalité ainsi que le non-dit . Son absence pour plus qu'un mois me blesse dejà parce que je n'arrive pas à trouver une raison sévère en basant sur ce qui s'est passé . J'ai pensée à lui envoyer un mail mais je me suis dit que ça ne sera pas efficace mais le dialogue direct l'est .

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Dans votre nouveau message, vous parlez de deux choses:

- Des phrases de cet ami dont vous ne comprenez pas vraiment le sens car elles sont un peu énigmatiques pour vous. Nous ne pouvons pas les décoder à votre place car seul cet ami est en mesure de vous dire ce qu'il entend par là. Nous vous proposons donc de vous adresser à lui si vous désirez obtenir en éclaircissement.

 

- Un autre aspect me semble fondamental car il touche un niveau plus profond de votre relation, c'est celui de votre positionnement à vous dans la relation avec cet ami. Vous dites que vous avez des sentiments pour lui et que vous les lui avez manifestés, ce qui est positif. Il sait qu'il compte pour vous...

A partir de là, vous vous demandez comment réagir à son silence: en lui écrivant ou en vous montrant insistante à lui parler, vous répondrez à votre désir personnel, celui de reprendre contact. Mais est-ce que cela aura un effet positif à long terme sur votre relation ?! En cherchant à tout prix à garder autrui près de soi, on provoque parfois involontairement l'effet contraire: si cet ami ne partage pas vos sentiments ou qu'il ne se sent pas prêt à s'engager dans une relation amoureuse, le fait que vous fassiez souvent le premier pas peut lui faire peur et susciter un réflexe de retrait, de prise de distance chez lui.

Je vous propose de tenter une attitude différente qui consiste à laisser un espace libre entre vous deux. Il est probable que s'il vous sent moins présente, dans l'attente de quelque chose, cet ami se sentira plus libre de vous faire signe ?! Je vous propose de réfléchir à comment vous pourriez faire pour ne pas donner l'impression à cet ami que tout votre bonheur dépend de lui: en vous tournant vers d'autres personnes ou activités qui vous font du bien? en ne donnant pas l'impression d'être à sa disposition?

 

C'est une proposition mais il existe sans doute d'autres options possibles...à vous de voir celle qui vous convient !

Bon week-end et bonne réflexion.                      Telme

 

 

Bonjour, j'ai un petit problème... en faite voila j'ai rencontré un mec en vacance , on a garder contact. Une semaine après être rentre de vacances en...

Bonjour, j'ai un petit problème... en faite voila j'ai rencontré un mec en vacance , on a garder contact. Une semaine après être rentre de vacances en discutant avec lui il m'invite à descendre chez lui une semaine. Ji suis allé j'ai passé une semaine génial il m'a fait visité plein d'endroit. Sa fait 2 semaines que je suis chez moi et j'ai vraiment pas le moral je pense tout le temps a lui on continue à discuter ensemble mais je sais pas si J dois lui dire se que je ressens et c pas évident car j'ai jamais réussi à ouvrir mon coeur à quelqu'un . Que faire ??

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Il est en effet difficile de se retrouver séparé d'une personne lorsqu'il y a des sentiments naissants.
Vous vous posez la question de lui dire ce que vous ressentez, mais lui, que dit-il?
Vous n'êtes pas seule à porter la relation, lui aussi pourrait se situer et parler.  Vous ne dites rien de cela. Semble-il amoureux de vous ou manifeste-t-il une attitude purement amicale?

Si vous êtes aussi réservés l'un que l'autre, plutôt que d'"avouer" vos sentiments, demandez-lui ce qu'il ressent, comment il vous perçoit,... Ensuite, selon sa réponse, vous pourrez vous situer et en dire davantage, ou pas...

Bonne suite

Telme

Bonsoir, ça fait deux ans que j'ai rencontré mon meilleur ami mais au bout de ces deux années d'amitié profonde mais pas intime , j'ai remarqué...

 

Bonsoir,

ça fait deux ans que j'ai rencontré mon meilleur ami mais au bout de ces deux années d'amitié profonde mais pas intime , j'ai remarqué qu'il prenait écard plusieurs fois . Le contact se coupe parfois pour une semaine et parfois moins d'une semaine . Mais dernièrement , ça fait plus que 20 jours qu'il ne m'appelle plus bref tout a changé comme si rien d'amical n'était entre nous . Certains disent que d'être ignoré entre amis est un bon signe d'intêrét ... je me demande si c'est vrai dans mon cas !

Ma question est quels sont les signes d'intimité entre amis ? comment pourrai-je savoir qu'il est attiré ou pas vers moi . Je me suis basée sur des signes comme le fait de m'appeler tout le temps .. s'intéresser à mes activités par exemple ... mais est-ce qu'on peut considérer ces signes là comme sorte d'attraction ?? Outre ça , il me racontait le fait qu'il négligeait les initiatives d'autre filles visant établir une relation avec elles mais il n'a pas voulu me répondre quand je l'ai questionné sur la raison derrière son rejet pour les filles ( peu importe l'âge et l'apparence ) ... alors comment pourrait-on expliquer ça ?

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Pas facile de savoir ce que chacun-e attend d'un lien, que ce dernier soit amical, amoureux, professionnel, etc...Une relation est faite de ce que chacun y met et de ce que chacun est. Il n'est pas possible de tracer des régles générales qui répondraient à toute situation puisque chaque cas de figure est différent !

En lisant votre message, deux questions me viennent à l'esprit:

- Il n'y a pas de "normal" ou "d'anormal" dans une relation puisque chaque individu a sa manière de gérer ses liens. Le rythme, la fréquence, la proximité ou les gestes plus ou moins intimes entre deux personnes font partie d'un accord souvent implicite. Si la relation que vous entretenez avec cet ami vous laisse des doutes ou ne vous convient pas tout à fait, alors nous vous encourageons à en parler ouvertement avec lui. Le dialogue est le seul moyen de clarifier ce qui se passe entre vous et de voir comment chacun envisage ce lien et ce qu'il en attend.

- Pensez-vous que vos attentes à vous pourraient ne pas rejoindre celles de cet ami? En effet, vous parlez d'attraction, de signes d'intimité...ce qui laisse penser que vous avez peut-être envers votre ami des sentiments qui dépassent un lien simplement amical...est-ce le cas ? Si oui, il est possible que votre ami sente vos attentes et que s'il ne les partage pas, cela le mette mal à l'aise et qu'il préfère du coup s'éloigner un peu par crainte de vous décevoir ou de vous blesser, qu'en pensez-vous ?! Là aussi, le dialogue nous paraît le meilleur moyen d'être fixée...

En espérant que notre réponse vous apporte quelques pistes de réflexion, nous restons à l'écoute si vous désirez nous récrire.

Telme

bonjour, encore moi :3. vous aviez raison vaut mieux s'occuper chacun de ses affaires... j'en ai fait l'amère expériences en voulant aider...

 

bonjour,

encore moi :3.

vous aviez raison vaut mieux s'occuper chacun de ses affaires... j'en ai fait l'amère expériences en voulant aider quelqu'un qui ne voulait pas avancer, j'ai épuisée mon énergie pour rien. 

je me rends compte, en prenant du recul, que depuis toujours je fais beaucoup pour tout le monde mais que dés que je pense un peu à moi et à ce que je souhaite je remarque que mon entourage réagis mal...

pendant toute mon enfance jusqu'à aujourd'hui, j'ai toujours aidée tout le monde, et ceci naturellement par "instinct" si je puis dire ainsi... 

et maintenant j'ai l'impression d'avoir servie à rien d'autres pendant toute ma vie, on me reproche de jamais en faire assez, ça me pèse énormément sur le moral malgré le fait d'avoir mon compagnon pour me soutenir, je crains de jamais être assez bien. 

ma maman par exemple, m'insulte, me critiques sur mes choix vestimentaires, ou relationnels ou encore professionnels... me reproche de ne pas en faire assez à la maison etc. Et j'avoue que ça me blesse énormément, car je me dis "je l'ai aidé pendant 5 ans quand elle était malade à s'occuper de la maison, de ma soeur etc... J'ai tout fais pour l'aider à la soigner quand elle était alcoolique alors que personne à la maison agissait, je l'aide toujours pour le ménage, pour les commissions de ma grand maman etc." je sais pas quoi faire pour mieux faire ? ... 

ce n'est qu'un exemple, mais ça engendre pleins d'autres problèmes...

qu'est-ce que je peux bien faire ?

je sais bien, que vous pouvez pas grand chose pour moi, dans l'acte mais ça me fait du bien de vous en parler, ça me soulage de vus écrire et de savoir que quelqu'un m'écoute .... merci pour tout

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Nous sommes ravis de constater que vous êtes parvenue à prendre du recul sur votre situation. Cette distance vous permet petit à petit d'accéder à certaines prises de conscience, qui vous sont utiles dans vos relations avec les autres.

En si bon chemin, il ne serait pas constructif de retomber dans un scénario connu, celui de la plainte et de la passivité. Vous en avez fait l'expérience, cette position n'aide pas à faire avancer les choses. En vous lisant, vous laissez entendre qu'il est toujours aussi important pour vous de répondre aux attentes des autres. En nous demandant "comment vous pourriez mieux faire", vous sous-entendez que vous aimeriez satisfaire aux besoins des autres et non aux vôtres, attention!

Vous semblez attendre une reconnaissance de la part de votre famille. Une reconnaissance qui peut se comprendre, car vous avez fait beaucoup pour chacun, que ce soit pour votre mère ou pour votre soeur. Cependant, obtenir la reconnaissance qu'on souhaite n'est pas toujours possible et il faut savoir y renoncer pour avancer. Pensez-vous pouvoir le faire? Le risque sinon est de rester continuellement insatisfaite.

Vous avez fait plus que votre possible, en assumant des responsabilités parentales qui n'étaient pas les vôtres. Vous pouvez vous féliciter d'avoir pu être d'un tel soutien dans le foyer durant toutes ces années. Sûrement que ces expériences difficiles ont aussi pu vous apporter des bénéfices d'un point de vue personnel. Vous avez du acquérir des compétences telles que l'altruisme, le sens des responsabilités, la débrouillardise... Tout cela forme un socle solide sur lequel vous pouvez fièrement vous appuyer pour continuer à avancer.

Dans votre chemin de réflexion, vous êtes en train de constater que vous vous êtes oubliée en faisant tout pour tout le monde et rien pour vous. Votre épanouissement personnel doit maintenant être privilégié. Nous vous encourageons à continuer sur cette voie, en étant vous-même garante de votre bien-être. Vous verrez aussi que prendre soin de soi n'exclut pas de prendre soin des autres, le tout est de trouver les bonnes proportions. Dans cette démarche, un suivi psychologique peut être aidant, comme nous vous l'avions déjà proposé.

Bonne suite

Telme

Bonjour,  j'aurais quelque questions à vous poser pour me remettre sur le bon rail... (si je peux dire ça comme ça) Voilà, en novembre 2014, ça...

 

Bonjour, 

j'aurais quelque questions à vous poser pour me remettre sur le bon rail... (si je peux dire ça comme ça)

Voilà, en novembre 2014, ça fera 2 ans que je suis officiellement célibataire. Et, un côté, j'aimerais bien avoir une personne à mes côtés. Revivre une histoire d'amour, etc. Beaucoup de gens me disent que j'ai le temps... J'en suis conscient. Ce n'est pas tout faux. Mais, on dirait que j'aimerais à nouveau tomber amoureux d'une femme, et que ça soit réciproque. 

J'ai souvent vu des sites de rencontres amoureuses. J'ai été sur Badoo, mais booof.... c'est un peu chiant ;-)

Mais, vous, vous me conseillerez quoi ? Laissez venir les choses naturellement ? Genre, les vrai rencontres dans la vie ? Les rencontres naturelles.

Ou c'est aussi bien les sites des rencontres sérieuses ? comme FriendScout24, ou badoo, ou autre...

Bcp de gens me disent : ''les sites de rencontres, c'est un peu nul. Parce que les rencontres réel et naturelles, c'est plus sympa...''

Donc voila, je sais pas quoi faire le + ^^ Ne me dites pas : '' c'est à moi de choisir'' 

je sais que c'est à moi, mais, j'aimerais vraiment un conseil professionnel, qui me donne de bon conseil. Pour ne pas faire d'erreur... 

Ps : parce que moi, ça me dérangerais pas d'avoir une copine à Lausanne, ou Genève, etc. (je vais souvent à Lausanne pour voir mon audioprothésiste) 

Merci d'avoir lu mon message, et j’attends votre réponse ;-)

 

Bastienma

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour Bastienma, bienvenue sur ce site,

Au risque de vous décevoir, je vais vous dire: "oui, c'est à vous de choisir", d'ailleurs vous le savez déjà...

J'ai malgré cela un conseil à vous donner. Que ce soit par le biais d'internet ou sous la forme d'une rencontre physique, la question n'est pas où la rencontre se fait, mais comment.

Ce qui est important lorsqu'on veut faire une véritable rencontre (vous parlez d'amour) est de se centrer sur qui est la personne et non sur ce qu'elle pourrait nous apporter. 

Si votre objectif est juste de combler un vide et de trouver quelqu'un, vous risquez de vous comporter d'une façon artificielle, en vous mettant en scène pour capter l'intérêt de l'autre envers vous, alors qu'il est fondamental de chercher à découvrir cette personne, donc à l'amener à parler d'elle.

De même, si son intérêt à elle est centré sur une véritable rencontre, elle vous posera des questions sur vous, auxquelles vous répondrez de la façon la plus sincère possible.

On ne gère pas une relation amoureuse comme un entretien d'embauche, ce qui est fondamental est précisément la sincérité, faire avec ses forces et ses faiblesses, accepter de se dévoiler et manifester un intérêt pour ce que la personne est, non pour ce qu'elle a l'air d'être. Voyez-vous ce que je veux dire?

Ensuite, ces échanges vous permettront de "sentir" à qui vous avez à faire, et réciproquement. Vous saurez si cela vous touche. Si des émotions apparaissent, ce sera le signe qu'une relation amoureuse (ou amicale) est en train de naître, c'est une progression.

Bonne suite

Telme

Alors pour vous répondre dans ma question précédente : Il me paraît presque impossible que je puisse trouver une petite amie. Pourquoi ? Car je...

 

Alors pour vous répondre dans ma question précédente :

Il me paraît presque impossible que je puisse trouver une petite amie.

Pourquoi ? Car je me sens différent. J'ai des goûts différents, des pensées différentes, un physique différent (je suis cambré, ce qui veut dire que j'ai les fesses et le ventre qui ressortent... :S) et je fais des activités différentes (badminton, bénévolat croix-rouge).

Sans oublier que je pratique un métier dans l'intendance, qui est surtout un métier de femmes.

De plus, quand je regarde les jeunes couples, je me dis parfois que je n'ai aucune chance avec telle genre de filles (minces), car elles sont attirées seulement par des mecs avec une grande gueule et un physique de footballeurs (abdos et pectoraux).

Et je suis désolé de vous dire, mais ils ont beaucoup de succès auprès des femmes, et cela m'attriste.

Je sais que le physique ce n'est pas le plus important. Mais faut arrêter avec ces théories, la preuve. Et ça ne veut pas dire que si je sors avec une femme ronde, je serai plus heureux, ou qu'elle sera plus respectueuse, vous comprenez ?

Aussi, comme dit dans les questions précédentes, je suis un homme sensible. C'est-à-dire que si quelqu'un me fait un compliment, je suis facilement ému. Mais si quelqu'un m'insulte ou me critique, ça me fais du mal. Je pleure devant certains films tristes genre Philadelphia ou Sept Vies. Croyez-vous qu'une femme serait intéressée par ce genre d'hommes ?

D'ailleurs, je n'aime pas entendre les hommes dire que les femmes ne sont bonnes que pour la baise et/ou pour l'entretien de la maison et l'éducation des gamins.

Je ne suis pas ce genre d'hommes. Mais ce genre d'hommes sont mariés, ont des enfants et vivent bien. Dois-je devenir macho pour plaire aux femmes ?

Quand je sors de chez moi (c'est-à-dire peu souvent), je sors seul. Je vais au cinéma seul, je vais voir des matchs de foot seul, je vais faire du shopping seul, mais je n'ose pas aller en disco et danser seul. Je n'ose pas non plus sortir faire les bars étant seul.

J'ai peur d'avoir des ennuis, peur d'être jugé parfois.

Quand je me promène dans la rue, je ne m'aperçois pas si des jeunes femmes me regardent et je ne sais pas comment elles me trouvent.

Je n'ose pas aller les draguer, car je ne sais pas le faire. Mais j'ai beaucoup de respect pour elles.

Ciao.ch m'a signifié que ce sont les femmes qui font de plus en plus le premier pas. Comme je ne suis pas très bon à la drague, je ne veux pas paraître ridicule, donc j'attends et espère que par le hasard de la vie, cela se fera un jour...

Alors si vous connaissez des endroits où je peux rencontrer des femmes qui me sont semblables, merci de me le dire. Je prendrai note. ;-)

Voilà pour mes explications.

J'espère que vous pourrez me filer des tuiles.

En tout cas, merci pour votre réponse de la question précédente.

Je vais y réfléchir longuement. ;-)

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour!

"Etre différent" est une appréciation neutre, car elle n'implique pas d'être mieux ou moins bien. Aussi, être différent des uns entraîne forcément d'être plus proche des autres, telle une loi de la physique, ce n'est pas possible d'être complètement différent de tous.

En vous lisant, je constate que l'image que vous avez de vous-même est très négative.

Pourtant, dans votre description de vous-même je perçois des qualités très positives, des qualités qui plaisent même aux femmes! La sensibilité en soi n'est pas une tare. C'est elle qui nous permet de nous sentir proche des autres, de pouvoir les rejoindre et d'évacuer nos émotions positives comme négatives, ce qui est sain.Vous avez aussi une image des femmes très respectueuse. Il s'agit donc en aucun cas de changer, mais de s'accepter en reconnaisant vos qualités!

Plus que des défauts, c'est la représentation que vous avez de vous-mêmes et des choses qui est biaisée. Le regard que l'on porte sur soi influence indéniablement le regard que les autres portent sur nous. En accordant autant d'importance à vos représentations négatives et en les laissant vous guider, vous véhiculer un message qui vous dessert.

L'estime que vous avez de vous-même semble basse, peut-être parce qu'elle s'appuie sur des expériences négatives que vous avez vécu. Heureusement, l'estime de soi est une valeur changeante qui peut évoluer. Des expériences plus positives vont contribuer à l'améliorer. Ne plus rien tenter, en laissant les filles venir à vous par exemple, c'est aussi ne plus créer les occasions qui vont permettre de vous redonner confiance! Nous vous encourageons à puiser dans les ressources de votre environnement (club de badminton, activités de bénévolat, réseaux sociaux,...) pour vous donner des idées.

En vous proposant de petits défis réalisables, vous verrez que vous pourrez pas à pas cumuler de petites victoires qui mettront en lumière vos compétences!

Nous tenons à vous remercier pour la confiance que vous nous témoignez, vos précisions nous aident à mieux comprendre pourquoi une répétition s'installait dans votre quête de relation. Plutôt que de chercher la femme "impossible" essayer de trouver en vous-même l'homme valable.

Bonne suite!

Telme

Amitié. Je ne suis pas forte pour ça. Les gens abusent de ma gentillesse constemment. Je n'arrive pas à mettre des limites. Amitiés envahissantes ou...

Amitié. Je ne suis pas forte pour ça. Les gens abusent de ma gentillesse constemment. Je n'arrive pas à mettre des limites. Amitiés envahissantes ou stériles, chantage affectif...je fais le psy, la poubelle psychologique, le bouche-trou, l'amuseur public...parfois je me force à fréquenter des gens qui m'ennuient profondément ou dont les idées vont à l'encontre de mes convictions...

Je veux tellement être une amie "bonne"...Je me soucie trop des autres et pas assez de moi. Je me sens utilisée, manipulée... J'aimerai pouvoir mettre fin à certaines amitiés mais un sentiment de loyauté m'en empêche. Je voudrais exprimer mon ressenti mais je n'y parviens pas. En définitive j'ai peur d'être rejetée et j'ai trop envie de plaire. Je me crée des barrières invisibles qui m'empêchent d'être moi. De trouver des gens qui me correspondent. Du coup j'ai de plus en plus de rétiscences à nouer de nouveaux liens...qui se transformeront en de nouvelles contraintes... C'est vraiment bizarre?

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

On sent une tendance à vous investir à tout prix dans des relations sans qu'elles fassent sens pour vous, et de manière peu authentique. Par conséquent vous les subissez.

Votre besoin d'être reconnue par l'autre ne peut être que vain. En effet vous semblez espérer que l'autre satisfasse à votre désir d'être aimée et de plaire. Vous faites par vous-même l'expérience que cela ne vous comble pas et que vous vous n'arrivez pas à vous positionner de manière vraie et sincère. Par conséquent vous en souffrez car vous vous sentez obligée de jouer un rôle de composition. Cela doit être épuisant!

Il est temps de vous confronter à la personne que vous êtes et d'accepter de la dévoiler à l'autre. Cela n'est pas simple mais cela en vaut la peine, non?

Pour cela vous devez passez par une acceptation de qui vous êtes. C'est à dire que vous devez mettre des limites dans ce que vous tolérez ou non des autres, vous devez arriver à supporter les désaccords et les échanges de points de vue parfois divergents,  vous devez vous permettre de dire non ou d'exprimer ce que vous sentez, etc... .

Cela doit peut-être passer par un travail sur vous-même accompagné ou non d'un professionnel psychologue ou psychiatre qui vous aidera dans ce cheminement. Nous vous y encourageons car c'est précieux de pouvoir construire de vrais liens avec des personnes avec lesquelles vous construirez des amitiés sincères.

Bien à vous.

J'ai une amie qui a le coeur sur la main et je l'aime beaucoup. Sauf que je ne supporte plus son intolérence! Elle est xénophobe, homophobe, et croit...

J'ai une amie qui a le coeur sur la main et je l'aime beaucoup. Sauf que je ne supporte plus son intolérence! Elle est xénophobe, homophobe, et croit dur comme fer que tous les non-chrétiens vont brûler en enfer et que les gens au bénéfice d'assurances sociales sont des profiteurs etc... Ça m'épuise et m'attriste de me disputer avec elle ou de faire le point dans la poche. J'essaie de ne voir que ses bons côtés. Parce qu'elle a un bon fond... Comment faire pour continuer cette amitié sans me sentir frustrée?

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous avez des divergences d'opinions avec l'une de vos amies. Celles-ci provoquent des disputes.

En amitié comme en amour, des disputes ne sont pas exclues. Ce qui est déterminant est l'importance que vous leur accorder au sein de la relation. Chacun a des critères bien précis par rapport à ce qu'il recherche dans une relation amicale. La plupart du temps ces critères prennent en compte les valeurs morales et la philosophie de vie mais pas obligatoirement.

Même si vous sentez que vos valeurs ne sont pas en adéquation avec celles de votre amie, il y a d'autres facettes qui vous conviennent. Vous en citez d'ailleurs quelques unes. C'est à vous de vous positionner quant à ce qui vous semble essentiel en amitié.

Vous pouvez décider de passer au-dessus de ce manque d'ouverture si d'autres éléments sont comblés. Ce choix impliquerait alors une acceptation de l'autre tel qu'il est. Cela, pour empêcher que votre relation ne se réduise qu'à des débats contradictoires et désagréables.

En revanche, les valeurs qu'elle défend peuvent suffir à ternir l'image que vous avez d'elle. Si vous vous sentez fondamentalement atteinte par son mode de pensée, vous pouvez, par fidélité et adéquation avec vous-même, envisager de mettre un terme à cette amitié.

N'hésitez pas à poursuivre cet échange si vous le souhaitez.

Telme

Bonjour, Je suis une femme qui a très peu confiance en elle. Je ne me trouve pas jolie alors qu'on me répète souvent que je le suis et ne me trouve...

Bonjour,

Je suis une femme qui a très peu confiance en elle. Je ne me trouve pas jolie alors qu'on me répète souvent que je le suis et ne me trouve pas suffisamment intelligente. Je suis à l'université et je côtoie des personnes qui sont passablement cultivé mais qui ont mon âge.

Mon problème est que je rougis sans cesse. Je suis à peine gênée que je rougis. J'en viens à avoir peur de parler en public parce que je sais que je vais rougir. Je rougis dans n'importe quelle situation et j'en viens à me replier sur moi même en évitant tout contact. 

Qu'est-ce que je peux faire pour arrêter de rougir ? 

Comment prendre confiance en soi?

Merci à vous

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous dites avoir peu confiance en vous et être gênée quand vous devez vous exprimer face à des personnes que vous estimez "plus intelligentes ou cultivées que vous". Cela vous fait souvent rougir et vous amène à vous replier sur vous même.

Selon certains auteurs, le rougissement correspondrait à un moment durant lequel la personne a l'impression que les autres (des personnes qu'elle estime en général meilleures qu'elle) ont pu se rendre compte des faiblesses qu'elle met tant d'efforts à cacher. Face à cet étalage en public de ses faiblesses, la personne a le sentiment de se retrouver tout d'un coup comme "nue" et sans protection. La honte que la personne ressent alors provoque un enchaînement de réactions physiques dont le rougissement. S'il est difficile d'agir sur les aspects physiologiques du rougissements, il est par contre possible d'agir sur votre vision de vous-même.

La confiance en soi est liée à l'estime de soi, c'est-à-dire la vision qu'un individu a de ce qu'il est ou fait. Il s'agit d'une auto-évaluation qui varie en fonction de sa propre perception, de ce qu'autrui ou les événements nous renvoient comme sentiment de réussite ou d'échec. On ne naît pas confiant en soi, on le devient! Il s'agit d'une construction qui se fait tout au long de la vie. Enfant, ce sont les relations avec nos parents et les proches qui nous renvoient une certaine image de nous-même. Plus tard, ce sont les liens que l'on tisse avec des gens que l'on estime.

Nous vous proposons de poursuivre la réflexion autour de votre capacité à percevoir votre valeur personnelle et à exister pour vous-même sans la faire dépendre des regards extérieurs. Chaque fois que vous arriverez à croire en vous pour ce que vous êtes, indépendamment des autres et arriverez à vous attribuer le mérite de vos succès, même les plus modestes, vous serez sur le chemin de faire grandir votre estime de vous-même!

Pour terminer, rappelez-vous que personne n'est parfait! Comme tout autre personne, vous avez le droit de ne pas l'être. Soyez donc un peu plus indulgente avec vous-même et acceptez le fait d'avoir quelques faiblesses...

Bien à vous.

Bonjour Telme. J'ai une question qui va vous paraître idiote, mais qui me fait réfléchir chaque jours : c'est quoi exactement l'amitié ? J'ai des...

 

Bonjour Telme.

J'ai une question qui va vous paraître idiote, mais qui me fait réfléchir chaque jours : c'est quoi exactement l'amitié ?

J'ai des filles de mon école qui me disent qu'elles sont mes amies, et pourtant on ne se voit quasiment pas, sauf sur les réseaux sociaux.

Une m'a proposé de se voir durant les vacances d'été, durant un jour qu'elle ne travaillait pas, et j'ai accepté. Cependant, la veille, elle me dit qu'elle avait mal à un genou et qu'on ne pourrait donc pas faire de sport. Je lui ai proposé qu'on fasse autre chose, genre une ballade ou boire un verre, mais elle n'a pas voulu (elle a dit qu'elle travaillait ce jour-là).

Comment pouvez-vous expliquer qu'elle arrive toujours à se débrouiller pour voir son copain ou ses amies, et que pour moi elle n'arrive pas ou ne veut pas ?

Elle m'a aussi dit qu'elle m'inviterait à son anniversaire fin juillet, mais je n'ai plus rien entendu (sachant qu'elle a bien organisé une fête, où il y avait ses ami(e)s et son copain qu'elle n'a pas oubliés d'inviter).

Depuis l'été, on ne se voit plus car on bosse chacun de son côté, mais on se parle sur facebook ou whatsapp. Je me demandais si ça pouvait être vraiment de l'amitié...

D'ailleurs, je n'ose plus rien lui proposé, car me dire oui au début, et non la veille, ça me va une fois, pas 2 !

Une autre ensuite que je n'ai jamais discuté à l'école, mais seulement sur facebook, m'a aussi dit que j'étais son ami, malgré que je ne la connaissais pas. Elle me proposa de nous rencontrer, mais au début j'ai refusé, car je ne la connaissais pas du tout et je pensais qu'elle était amoureuse de moi, ce qui me faisait peur. Ensuite, je finis par abdiquer et accepter un rendez-vous à l'école, à midi.

Ce jour-là, j'ai attendu devant la cantine, sans jamais l'apercevoir. Le soir même, elle m'appelle comme si rien ne c'était passé. Je l'ai grondé et je lui ai dit que je ne souhaitais pas une relation amoureuse avec elle. Elle m'a dit qu'elle n'avait jamais pensé à cela, mais que c'était juste une relation amicale.

3-4 mois après, elle me redemande sur facebook et me propose de rencontrer sa cousine. J'ai trouvé qu'elle était jolie et j'ai accepté; mais j'ai précisé que je voulais qu'elle lui en parle avant, plutôt que de demander direct d'être ami sur facebook, car pour moi, ça ne se fait pas.

A l'heure où je vous écris ces lignes (donc 4 mois après), j'attends toujours un rendez-vous avec sa cousine, qui d'ailleurs s'est mise en couple (d'après son profil).

La semaine prochaine, je boirai un verre avec elle. Ce que je trouve drôle, car elle a du temps pour moi, depuis qu'elle a rompu avec son copain.

J'ai toujours compris que la personne qui se dit être notre ami(e), doit toujours avoir du temps à nous consacrer, même si parfois c'est difficile (pas tous les jours, on est d'accord) et malgré la situation amoureuse, mais au moins se voir 1 à 2 fois par mois pour nous demander des nouvelles.

Ces 2 filles dont je vous parle, c'est elles qu'ont fait le premier pas vers moi. Je ne leur ai jamais rien demandé. Alors pourquoi d'un coup, du jour au lendemain, elles disent qu'on est amis, pour ne pas se voir et seulement parler par ordi ou par portable ?

Voilà. Désolé si mon histoire est complexe pour vous, mais j'ai essayé d'être le plus précis possible.

Je vous remercie de vos réponses à mes questions durant cette année, qui me sont utiles !

Réponse de TELME:

Bonjour, 

Je prends votre question avec un peu de recul, je ne vais pas entrer dans les détails concernant les situations que vous décrivez.

Il y a peut être autant de définitions de l'amitié que de personnes. Certains se considèrent amis dès qu'ils ont partagé leur profil sur internet, pour d'autres, c'est une longue histoire qui prend du temps et nécessite de se connaître vraiment bien.

 

La seule chose qui est importante est le fait de savoir de quoi on parle finalement entre les personnes concernées. Quelle relation envisagez-vous avec telle ou telle personne, il vaut la peine d'éclaircir cela. Vous décrivez des événements qui vous ont déçu, donné une impression qu'il n'y avait rien de sérieux dans cette relation. Pour cela il vaut la peine de prendre le temps avant d'espérer dans une amitié, ou une relation amoureuse.

Sur ce plan là, nous vous encourageons à exprimer vos intentions, vous parlez d'amitié mais vous dites "j'ai trouvé qu'elle était jolie", il faut donc que vous soyez au clair sur ce que vous recherchez, de l'amour, ou de l'amitié.

 

Dans les deux cas, c'est un processus, on ne décide pas simplement de devenir amis ou amoureux. On apprend à se connaître, peu à peu on se fait confiance, et cela débouche ou non, sur quelque chose. Il faut sortir des approches un peu superficielles des débuts pour vivre quelque chose qui nous permet d'être au clair avec ce que nous ressentons.

Telme

 

 

 

Bonjour, J'aimerais apprendre à participer et à communiquer dans les groupes, choses pour lesquelles je ne suis pas du tout douée et dont je souffre...

Bonjour,

J'aimerais apprendre à participer et à communiquer dans les groupes, choses pour lesquelles je ne suis pas du tout douée et dont je souffre beaucoup.

Je suis heureuse de ma vie et satisfaite de mes activités (que ce soit le travail ou des cours d'art que je suis), mais c'est comme si je n'étais pas vraiment moi lorsque je suis dans un groupe, p.ex. avec mes collègues, parfois même avec des amis. On me pose des questions, mais je n'arrive qu'à répondre des trucs bêtes ou simples ("ça va") qui font que la conversation tourne court rapidement. Pourtant, quand j'y repense plus tard, il y a pleins de choses que j'aurais voulu dire ou que j'aurais pu partager.

Mais je ne sais pas partager mon monde avec les gens qui m'entourent, et cela me fait beaucoup souffrir.

J'aimerais avoir des relations plus riches avec mon entourage, mais je suis comme bloquée. J'ai parfois l'impression de ne pas arriver à être dans le moment présent, de ne pas réagir assez vite, d'être séparée des autres par un voile transparent.

Qu'en pensez-vous? Avez-vous des idées d'exercice pour me sortir de cette situation ou au moins m'améliorer?

Merci beaucoup.

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous semblez être constamment préoccupée par la façon dont vous interagissez avec les autres et cela doit probablement vous prendre de l'énergie...

En étant centrée sur vos propres comportements, paroles ou attitudes, vous ne voyez que ce qui ne va pas chez vous et votre analyse de vous-même peut vous empêcher d'investir le moment présent de l'interaction. Cela vous prive donc de moments authentiques et ne laisse pas d'espace à la relation à l'autre

Vous souffrez de cette situation et pourtant vous vous décrivez comme heureuse de votre vie et satisfaite de vos activités. Nous vous proposons alors de vous décentrer en étant moins focalisée sur votre façon d'interagir en groupe pour être libérée de cette pression que vous vous mettez. Vous pourrez ainsi être plus à l'aise pour accueillir ce que l'autre a à dire.  Vous pourrez également partager ce qui vous tient à coeur sans être focalisée sur un "être" et un "paraître" idéal.

 

Il est important que vous puissiez être libérée de ce qui vous bloque dans votre rapport à l'autre car, à force de trop vouloir être dans le lien, vous ne laissez plus de place à la spontanéité.

Pour être bien avec les autres, vous devez être bien avec vous même et avec ce que vous ressentez..

Par exemple, un cours de théatre ou un espace thérapeutique avec un professionnel pourrait favoriser l'expression de vos émotions et vous aider à les transmettre plus facilement.

 

N'hésitez pas à poursuivre cet échange

Bonne continuation!

Telme

 

Bonjour je suis une jeune femme et tous mes amis que ce soit mecs ou filles aiment aller en boîte. Je suis sortie une fois en disco et je m'y suis...

 

Bonjour je suis une jeune femme et tous mes amis que ce soit mecs ou filles aiment aller en boîte. Je suis sortie une fois en disco et je m'y suis sentie mal, j'en sais rien. comme si je déboulais d'une autre planète. Croyez vous que ca vient du fait que je n'ai jamais mis les pieds dans un tel endroit avant? Que je yoyotte? En entrant, chien et securitas à l'entrée, dépôt d'affaire posé derrière le comptoir, bon d'entrée et boisson, super un thé froid, coca c'était un coocktail. Sur la piste de danse un nuage de vapeur se dégageait ca me piquait les yeux, je voyais plus rien, puis une cage ou les filles dansent à l'intérieur avec une barre. Je suis vieillote ou j'y comprends rien? La musique était trop forte à mon goût, on devait parler très fort pour se faire entendre et comprendre. J'avais presque pas de voix.

A votre avis c'est tout a fait normal que je me sois pas sentie à l'aise? Je suis les autres mais ca me correspond pas, pour moi la soirée n'était pas super j'aurais préféré voir un bon film, manger une pizza, aller au ciné, tout autre.

Quels sont les lieux qui existent pour des jeunes comme moi pas dans la norme?

Je vous remercie de m'avoir lue. :)

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous êtes allée en disco pour la première fois et vous avez trouvé cette expérience tellement étrange que vous ne vous y êtes pas sentie bien. Depuis cela, vous vous demandez si vous êtes « normale ».

Il semble qu'habituellement vous appréciez de passer des soirées plutôt calmes à regarder un bon film au cinéma ou en allant au restaurant. Il n'y a rien ni de « vieillot » ni d'anormal à apprécier de type d'activités. D'ailleurs, la plupart des gens qui vont en disco les font aussi: il n'y a pas d'un coté « les gens qui aiment aller au cinéma ou au restaurant » et de l'autre « les personnes qui vont en disco ».

Ne vous enfermez pas vous-même dans une catégorie de personne, les discothèques sont un monde particulier qui peut être étonnant la première fois et vous paraissez avoir été particulièrement surprise de découvrir tout ce qui entoure la vie nocturne. Toute nouvelle expérience nouvelle demande un certain temps d'adaptation. Ne restez pas sur cette première impression, peut-être vivrez vous cette expérience différemment la prochaine fois ? Et peut-être même y prendrez- vous autant de plaisir qu'en regardant un bon film.

Mais si ça n'est pas le cas, vous ressemblerez simplement à cette partie de la population des jeunes qui n'aiment pas se défouler sur une piste de danse, encore une fois ce n'est ni rare ni anormal.

Bien à vous.

Bonjour, je trouve bien qu'il y ait un site comme celui-ci, j'espère que vous pourrez me donner un avis sur ce qui suit. grand merci ;-) La ou je vis...

Bonjour, je trouve bien qu'il y ait un site comme celui-ci, j'espère que vous pourrez me donner un avis sur ce qui suit. grand merci ;-)


La ou je vis il y a souvent des entrepreneurs qui font des travaux. Une fois c'était pour la plomberie une fois sur le toit. mon père est allé jeté un oeil sur le toit et la fois d'avant il avait une discussion avec les personnes qui étaient là pour la plomberie. A chaque fois ma mère soit apporte du gâteau ou du café chaud dans un thermos. Mais de la zut! Ils ne font que leur travail, c'est pas de la parenté, on est pas concierge, on est pas leur patron. Je comprend pas pourquoi ma mère est comme ça. Ca sert à quoi d'être sympa dans la vie avec des inconnus? Si une personne passe avec le camion poubelle, on va pas lui donner un café ou une pièce en plus elle fait son travail idem quand moi je suis au boulot le chef me remercie pas, il me donne des directives. Ma mère dit qu'on ne peut pas toujours attendre un retour dans la vie.

C'est à cause de ça, je sais pas mais perso j'ai pas envie d'être ou d'agir comme ma mère ou mon père. J'ai pas envie d'avoir cette gentillesse du donnant donnant. ça m'a rien apporté. Le climat ou je bossais n'était pas à la bonne ambiance, ma mère a apporté une fois pour faire plaisir un gâteau maison, ils ont a peine dit merci et ça ne les a pas empêché de faire des commentaires sur ma famille pas très agréable, ni de me mettre à la porte.

J'ai travaillé quelques mois chez le dentiste. Ma mère était cliente chez lui et actuellement encore. Et ça m'a blessé, dérangé fortement lorsqu'ils ont décidé de rompre mon contrat que ma mère aille chez ce dentiste.J'ai une bonne complicité avec ma mère. Je ne pourrai pas à ma fille ou à mon fils agir comme elle l'a fait. Je n'irait pas réparer mes dents ou un traitement chez la personne qui a rompu le contrat d'un de mes enfants et qui s'est trouvé à cause de cela dans la pagaille les mois qui ont suivi.

Quand on donne un présent à la famille, amis, pour ne pas s'attendre à quoi ce soit ni à un merci en retour, faut apprendre à voir la vie sous quel angle?

Trouvez dans ce message tous les remerciements pour le travail géant que vous faites.

 

Réponse de TELME:

Bonjour et merci pour vos remerciements et pour l'intérêt que vous portez à notre site!

Vous n'adhérez pas à la façon dont votre mère se comporte avec les gens de manière générale et cela semble vous mettre en colère ou en tout cas vous déranger. Votre message nous donne l'impression que vous vous sentez un peu trahie par votre mère et son attitude, surtout par rapport à votre ancien employeur.

Vous nous dites que vous n'avez pas envie d'être ou d'agir comme vos parents et c'est votre droit. Vous êtes une personne à part entière et distincte de vos parents et vous n'êtes pas dans l'obligation de reproduire les comportements qui ne vous correspondent pas. Il est normal qu'en devenant adulte, on fasse d'autres choix ou on remette en question certaines valeurs familiales.

Vous semblez avoir vécu de mauvaises expériences dans votre travail et dans votre vie par rapport au manque de reconnaissance que les gens ont pu vous manifester lorsque vous avez été gentille. Nous pouvons comprendre que vous vous sentiez blessée quand les gens ne rendent pas ce que vous leur donnez, notamment si vous êtes dans une logique du donnant-donnant. En effet, ces sentiments dépendent souvent de l'attitude que l'on a décidé d'adopter par rapport aux autres. Il semble que votre mère ait choisi de donner sans n'attendre rien en retour et c'est cela qui guide ses actions. Selon vous, être gentille ou donner ne vous a jamais rien apporté, vous avez donc également le droit de faire un autre choix que celui de votre mère.

Vous nous dites avoir une bonne complicité avec votre mère, pourtant votre message reflète apparemment quelques ressentiments à son égard. Nous vous proposons de discuter avec elle de vos blessures et de lui expliquer ce qui vous dérange autant. Vous pouvez également lui demander ce qui la pousse à agir comme elle le fait, ce qui pourra peut-être vous aider à la comprendre. Ainsi, vous pourrez échanger ensemble vos différentes façons de voir le monde et les rapports aux gens, et accepter que vos visions soient différentes.

Il semble que les choses se jouent à plusieurs niveaux distincts qu'il s'agit de ne pas confondre: le vôtre, celui de votre famille, votre milieu professionnel et personnel etc. Eprouvez-vous un manque de confiance en vous qui vous pousse à adopter une position de défense contre les autres? Chacun est libre d'entretenir les rapports qu'il veut avec autrui mais il s'agit ensuite d'assumer. En adoptant une attitude qui soit toujours la même, telle une loi, vous risquez de vous enfermer dans une représentation peu nuancée des rapports aux autres.

Bonne continuation

Telme

 

 

Bonsoir à Vous, Voilà ce que je vous écris là va vous paraître étrange mais pour moi ça a de l'importance pas rien qu'un peu mais pas mal, beaucoup. ...

Bonsoir à Vous,

Voilà ce que je vous écris là va vous paraître étrange mais pour moi ça a de l'importance pas rien qu'un peu mais pas mal, beaucoup.

Deux problèmes bien différents l'un me concerne, l'autre pas directement.

Je suis tombée amoureuse, ma tête ne pouvait plus réfléchir et c'était ma première fois, on a juste échanger un baiser rien de plus ça c'est toujours arrêté à ce stade. Mais on s'entendait bien, enfin je le croyais et quand on sort pour la première fois avec une personne on ne connaît pas c'est nouveau, la découverte. Mes parents avaient remarqué que quelque chose ne tournait pas rond, mais ils m'ont laissé faire l'expérience.J'ai eu le coeur brisé,j'ai perdu énormément de kilos, j'ai dû aller chez le médecin.Mon père était là pour moi comme jamais il était présent quand j'étais triste que ce soit la nuit (souvent) et la journée. Depuis cet épisode ma relation avec mon père a changé;quand la personne de laquelle je suis tombée amoureuse était là, je ne pensais qu'à elle, mes parents tout ce qui m'entoure niet, j'en parlais tout le temps, je mettais mon père de côté. Je m'en suis pas rendue compte et je m'en veux, je m'en veux car j'ai blessé inconsciemment ou de manière directe mes parents, et le pire dans tout ça c'est que je les aime et eux je crois encore plus sinon ils n'auraient pas tout fait pour moi, j'aurai pu arriver dans un beau chnis s'ils n'avaient pas été là et je les en remercierai jamais assez.

mais la relation avec mon père a changé et je suis triste.On passe quasi prsque plus de temps ensemble à parler et tout et moi ça me manque. Les jours différents des miens ou il a congé (et ca tombe au même moment un jour), il fait autre chose, part dès que le repas est fini; il va bricoler chez mon grand père; il tond le gazon, coupe, retourne la terre...et si je lui dis, viens on va au ciné, ou autre, ca me dit pas j'ai pas le temps..c'et comme sil était un peu agressif avec moi et je comprend pas, je l'aime toujours c'st et restera tjrs mon père comme ma maman (avec elle on parle et rit ce qui n'était pas le cas vraiment étant ado elle me donne une craquée d'amour).

Je ne sais pas si c'st lié avec la relation de mon père mais mon grand père a été à l'hopital et du coup c'est soin à domicile et une aide qui vient, mon père est souvent sur le qui vive, il passe le soir en vitesse voir si tout va bien; il apporte des fois un dessert, discute, écoute énormément et est présent (surtout ces jours de congés) pour lui, en fait parfois ma mère s'énerve un peu parce qu'il (grand père) passe au premier plan. De plus comme il a besoin de soin et qu'il a un certain âge, on ne peut pas partir en vacances, mes parent saimerait beaucoup mais ils ont un peu peur qu'il lui arrive quelque chose mais c'st pas le principal, c'est quil lui fait le café, apporte du pain et un l'aide pour aller dormir et là il y a pas toujours une personne c'est bénévole.

voilà je crois que jvous ai tout dit. Je vous remercie du point de vue neutre que vous pourrez m'apporter par rapport aux deux soucis exposés.

 

Réponse de TELME:

Bonjour !

Vous avez vécu une relation et une rupture amoureuse difficiles qui vous ont accaparé l'esprit et pris beaucoup d'énergie...Vous en êtes ressortie différente.

Il est positif que vous ayez toujours bénéficié du soutien affectif de vos parents qui ont su vous réconforter dans vos moments de doute et de tristesse. Votre père tout particulièrement s'est montré présent et attentionné tout comme il l'est maintenant avec son propre père malade. Apparemment il porte beaucoup d'attention au vécu de ses proches et le montre concrètement.

Vous semblez éprouver des sentiments de culpabilité du fait que vous vous être momentanément éloignée de votre famille pendant votre relation amoureuse. Je vous invite cependant à ne pas trop vous « charger » de cette pression que vous vous mettez. Il n'y a rien d'étonnant ou d'anormal dans le fait que vous vous soyez concentrée sur votre bonheur puis sur votre douleur. Ceci est une réaction normale. Vous semblez aller mieux aujourd'hui...C'est ça qui est important. C'est en partie grâce au soutien de vos proches (ressource familiale) mais certainement aussi grâce à vous-même, car vous avez su tirer profit de vos ressources personnelles.

Il n'est pas aisé d'avancer des hypothèses sur le pourquoi votre père s'est éloigné de vous. Il est possible en effet qu'il ait perçu votre éloignement et qu'il se soit simplement ajusté. Il est aussi possible qu'il se fasse du souci pour votre grand-père et notamment pour son état de santé et qu'il investisse du temps pour lui....en oubliant un peu les autres.....Un peu comme vous à l'époque!
Dans tous les cas, il est normal qu'une relation père-fille évolue et se modifie avec le temps, comme pour les mères et leurs fils. Cela peut s'expliquer aussi par une certaine gêne...les relations affectives doivent se régler et c'est moins la quantité que la qualité qui compte.

Quoiqu'il en soit je vous encourage à aller à la rencontre de votre père en essayant de le rejoindre dans ce qu'il vit, dans ses émotions.....sa tristesse, sa démotivation, son agressivité. Ce serait également l'occasion pour vous de lui exprimer votre manque, votre nostalgie du passé. Parfois, et si tant est que votre père se soit senti blessé par votre ancienne attitude, c'est une question de temps....les blessures finissent par se refermer.

Enfin, vous décrivez une relation complice avec votre mère. Pourrait-elle se positionner en « intermédiaire » entre son mari et vous pour faciliter la communication ? Qui sait...?

N'hésitez pas à poursuivre cet échange si vous en ressentez le besoin.

Bonne continuation !

Telme

 

 

mon copain est parti à Amsterdam avec ces amis sans me le dire! Je l'ai appris au bout de 5 jours lorsque j'ai appelé un de ces amis parce que j'étais...

mon copain est parti à Amsterdam avec ces amis sans me le dire! Je l'ai appris au bout de 5 jours lorsque j'ai appelé un de ces amis parce que j'étais morte d'inquiétude. Il a éteint son natel. impossible de le joindre. Je ne sais plus quoi penser ni quoi faire.

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vu la brièveté de votre message et son manque de détails, il est difficile pour nous d'avoir une vision claire et complète de la situation.

Nous pouvons, cependant, entrevoir dans vos quelques lignes une certaine panique et une grande inquiétude sans que votre message ne nous permette d'entrevoir ce qui vous inquiète vraiment :

vous-même ? votre ami ? votre relation 

En attendant plus d'informations, nous vous proposons de vous préparer à son retour, d'essayer de travailler sur vos émotions, car vous ne pouvez pas avoir d'impact sur l'attitude, les sentiments et les choix de votre copain.... vous êtes seulement maître de ce qui vous appartient.

Bonne réflexion et à bientôt peut-être.

Telme

 

 

bonjour, avant de poser ma question ,je dois déjà expliquer un peu la situation. divorcée depuis 6 ans d'un mari tres sûr de lui,nous avons une...

bonjour,

avant de poser ma question ,je dois déjà expliquer un peu la situation.

divorcée depuis 6 ans d'un mari tres sûr de lui,nous avons une fille de 21 ans .j'ai beaucoup de mal à comprendre ma fille qui a beaucoup du caractère de son père.je serais incapable de dire quels sont ses sentiments vis à vis de moi mais une chose est sûre c'est qu'elle aime énormément son père (peut être aussi parce qu'il m'a fait porter la responsabilité du divorce)

j'en viens à mon problème

ma fille vit avec moi et fait des études de tourisme. elle est dans l'obligation de faire un stage et a choisi de faire le sien en nouvelle calédonie où nous avons vécu quelques années.

pour l’hébergement elle m'a dit que les parents d'une de ses amies sur place acceptaient de l’héberger.

jusque là tout va bien , mais je viens de découvrir que son père est retourné vivre à Nouméa depuis un an et que c'est chez lui qu'elle vit !!!!

ma premiere question est pourquoi a t'il caché ce depart alors que nos relations ne sont ni bonnes ni mauvaises ?(personnellement il peut vivre où il veut cela m'est égal !

mais ce qui me préoccupe c'est quelle attitude adopter vis à vis de ma fille quand elle va rentrer ? (elle ignore que je suis au courant ). Je ne sais plus que penser 

mon cœur de maman est en souffrance, elle ne doit pas m'aimer beaucoup pour me trahir de cette façon .a t-elle été influencée ?

j'hésite ,j'ai un studio au rez de chaussée , lui demander de s'y installer comme une simple étudiante que j'hebergerais. de cette façon je coupe les ponts affectivement.

Ou alors apres explications (houleuses tres certainement ) continuer à vivre et essayer de recoller les morceaux la confiance en moins et la blessure qui sera difficile à effacer.

j'ai été un peu longue je m'en excuse mais j'aimerais avoir un regard neutre sur cette situation 

merci

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Il est rare qu'une séparation se fasse sans laisser quelques traces plus ou moins profondes et durables dans les relations entre les personnes concernées, jeunes ou parents.

Vous évoquez des hypothèses sur le parti pris que vous sentez de la part de votre fille majeure, sans pour autant pouvoir le vérifier puisque tout cela se joue avant tout sur un plan subjectif et affectif.

Si nous comprenons bien, ce sont des non-dits autour du séjour de votre fille sur son lieu de stage et en particulier chez son père qui ont motivé votre message. Vous hésitez sur la suite à donner à cela et exprimez votre souffrance....Le fait d'avoir conscience de votre souffrance est important car c'est un indicateur sur le fait que cette situation ne vous laisse pas indifférente. A partir de là, comment y réagir sans vous laisser submerger par les émotions qui peuvent être piégeantes ?!

Un point de cette situation me semble essentiel: vous êtes tous adultes et les relations entre vous et votre fille devraient idéalement se dérouler sur le mode "choix" plutôt que sur le mode "contrainte". Cela m'amène à vous proposer le dialogue. Parler en votre nom sans faire de suppositions sur la nature du lien entre votre fille et son père et exprimer votre désir de maintenir un lien de confiance entre vous me semblerait constructif.

Rompre les ponts en priant votre fille de déménager risque de résonner comme une sanction et de porter préjudice à votre relation. Or, ce n'est sans doute pas ce que vous cherchez.

En revanche, l'inciter à prendre son autonomie ou lui demander de participer financièrement aux charges me semble pleinement justifié.

Votre fille a le droit d'entretenir un lien positif et libre avec vous comme avec son père. C'est en modifiant votre perception de la situation et en passant d'une vision de "concurrence" entre l'apport de son père et le vôtre à une vision de "complémentarité" que vous parviendrez à relativier l'impact affectif de cette situation.

Au besoin, n'hésitez pas à réagir à ce message et à le prolonger.

Telme

 

 

Bonjour pour faire court j'ai fais une dépression, j'ai paumé mes amis par cette maladie et je me retrouve là à tout devoir re-con-struire! Alors...

Bonjour pour faire court j'ai fais une dépression, j'ai paumé mes amis par cette maladie et je me retrouve là à tout devoir re-con-struire!

Alors comment trouver un hobby un loisir quand on n'en a pas?

Quel sport pratiquer? Je vais nager, je joue du tennis (seule), je bricole pas mal chez moi

Je suis seule, je dois ré-apprendre à travailler

ré-apprendre une activité

ré-apprendre à être avec d'autres mais là j'ai pas la pêche, ni le gout et l'envie d'être avec les autres

Mes anciens ou soit-disant amis me manquent pas mal

Ce serait vraiment sympa à vous si vous pourriez me donner quelques pistes de choses que je pourrai réaliser, quelque chose qui motive parce que j'en ai pas beaucoup.

 

Réponse de TELME:

Bonjour, bienvenue sur le site de Telme,

Vous sortez d'une dépression et il n'est pas facile de redémarrer dans une nouvelle vie...

Comme vous vous en doutez, pour chaque personne les goûts diffèrent complètement et nous ne pouvons pas vous donner de pistes concrètes par rapport à des hobbies que vous pourriez faire. Toutefois, faire des activités seule n'est pas forcément une bonne idée pour retrouver du plaisir car ce qui donne du sens se trouve souvent dans les liens que nous parvenons à créer.

Nous vous encourageons à vous mettre en situation d'échange, de rencontre, que ce soit par le biais d'un sport, ou d'un loisir. C'est peut-être  l'occasion pour vous de tester ce qui vous plaît, de renouveler votre représentation de la vie. Sortir de la dépression est une forme de renaissance, il peut y avoir le plaisir de la découverte.

Vous manquez justement de cette motivation à rencontrer les autres. Il serait utile de voir ce qui vous freine. Lorsque vous parlez de "soi-disant amis", il semble que la relation de confiance s'est émoussée et que vous partez à leur rencontre sans y croire vraiment. Dites-leur qu'ils vous manquent et essayez d'accepter qu'ils sont imparfaits, parfois décevants, comme nous le sommes tous...mais il vaut la peine de vous approcher d'eux, de rechercher une sincérité dans l'échange.

C'est une façon de sortir de l'isolement et de remettre les choses en mouvement.
Encore une fois, si on accepte les limites, l'imperfection, la barre est moins haute et le plaisir plus immédiat.

Tous nos voeux pour la suite

Telme

 

 

Bonjour!!! Si vous écris c'est parce que j'ai un grand coup de g....à pousser. C'est peut-être pas l'endroit, le site réservé à ça et vous n'y...

Bonjour!!!

Si vous écris c'est parce que j'ai un grand coup de g....à pousser.

C'est peut-être pas l'endroit, le site réservé à ça et vous n'y pouvez rien.

Je fonctionne autrement que les autres? Je suis pas assez mature ou c'est la vie qui fait qu'on devient comme ca?

Différents exemple que ce soit privé, ou prof.

Je vais au magaz, pour des souliers et là, la vendeuse me dit on vous rappelera quand on les aura (me demande mon num de tél.) et j'attends, un jour, deux, une semaine, rien... je retourne au magaz, excusez nous vous aviez commandé et réservé? Ben oui, quoi! Ma collègue a oublié.

Invitation pour une fête vous envoyez des courriels et demander aux invités de choisir pour un menu ce qu'ils aiment. certains d'entre eux répondent direct, d'autre rien, vous attendez attendez...

ou mieux 3 jours avant la fête, excusez on ne peut pas venir on a un empechement...

Des amis vous invitent au ciné le soir à 21h00. 30min avant, désolée je peux pas venir. Vous vous réjouissez, bon pas grave ca peut arriver empechement de dernière...

21h00 tél. Tu viens au ciné? Non mais ils se fichent de moi ou quoi?

J'ai appris des valeurs dans ma famille qui me semblent importantes dans la vie mais là parfois j'ai aussi envie de jouer avec les gens de faire tout et n'importe quoi.....mais c'est contraire à qui je suis.

Je vous remercie d'avoir lu mon coup de g...peut-être me donnerez vous un commentaire perso? Une autre manière d'approcher la vie? merci

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Je comprends ce que vous ressentez. A vos yeux, les valeurs telles que le respect de l'autre, la politesse, etc., sont importantes. Vous essayez de les mettre quotidiennement en pratique et quand vos amis ou des personnes plus ou moins proches ne font pas de même, c'est la déception.

Je comprends également que l'envie vous prenne, parfois, de moins tenir compte des autres....Par réaction. Je vous encourage cependant à « garder le cap » qui vous correspond en restant et en agissant en phase avec vos aspirations et vos valeurs. A la longue vous pourriez mal vivre un « décalage ».

Continuer à agir en fonction de ce qui a de l'importance pour vous ne doit pas pour autant vous empêcher d'exprimer votre ressenti, par exemple à vos amis. D'une part pour ne pas tout intérioriser et ruminer et d'autre part pour ne pas donner place à des malentendus. Vous avez aussi le droit de vous demander qui sont vos « vrais » amis en prenant éventuellement de la distance avec ceux qui n'en sont pas.

Vous pouvez difficilement changer les autres ni même faire leur éducation. Vous pouvez toutefois modifier votre propre représentation de certaines situations en essayant de prendre du recul. Ce serait un moyen de prendre moins personnellement les attitudes des personnes dont vous parlez, surtout quand il s'agit d'une vendeuse avec laquelle vous n'avez pas de lien affectif....
Mettre moins d'attentes sur vos amis et les gens que vous côtoyez en général devrait vous aider. Ce n'est ni du fatalisme ni de la résignation, mais simplement une façon différente d'aborder les relations, en gardant à l'esprit les défauts et les qualités des personnes qui comptent pour vous.

Bonne continuation!

Telme

merci de votre derniere reponse. Assez stressée par cette histoire, j'ai appellé ma copine en question du portable de mon conjoint, exprès pour...

merci de votre derniere reponse. Assez stressée par cette histoire, j'ai appellé ma copine en question du portable de mon conjoint, exprès pour qu'elle décroche (comme ça elle ne savait pas que c etait moi). J'ai donc enfin reussit a l avoir ! de suite elle m'a dit "je suis occupée avec les enfants je n ai pas le temps de parler" ce qui m'a fort déplu mais je n'ai rien dis.. j'ai juste repondu "attends s'il y a un soucis je veux ue tu me le dises" et là on a parlé. Elle m'a dit que ces derniers mois elle ne voulait pas forcément me voir car les dernieres fois que l'on s etait vu je ne parlais pas beaucoup (contrairement à elle qui parle assez, et qui n'aime pas les "blancs" dans les conversations) , que ca avait changé par rapport a avant... j'ai expliqué que parfois il y a des moments où on est moins bien , et donc moins bavards , mais jaurais préféré qu elle me le dise plutot que faire la tete ou couper les ponts.

J'ai expliqué aussi que c est souvent moi qui prenait des nouvelles donc qu elle avait ses torts aussi, et moi je n'ai pas coupé les ponts pour autant. quand j'ai une amie, j'ai une amie. je dois la voir demain (si elle n'annule pas) pour parler et (je l'espère) renouer nos liens. je devais aller la voir aujourd'hui mais au dernier moment elle m'a dit pas la peine car sa soeur venait d arriver. déjà ca m'a un peu agacée qu'une fois de plus elle annule. Je dois donc y aller demain en croisant les doigts pour qu il n y ait pas d excuse encore une fois. je fais l effort de me deplacer a dix kilometres pour elle donc j espere que ca ira et qu on re-liera notre amitié, car je n'ai qu'elle. Et j'ai envie de passer une grossesse sereinement. Quand vous me lirez, je l'aurai peut-etre déjà vue.

Mais petite question, pensez vous qu'une "vraie amie" est capable de couper les ponts ou vous faire la tête, tout ça parce que votre amitié a changé et que vous lui "parlez moins" ? pensez vous qu'une vraie amie est capable de ne pas vous appeller, jamais pratiquement, et que ca soit toujours vous qui "bougez" ? et dernier point : une amitié peut elle tenir longtemps meme en ayant une facon de vivre ou des opinions divergeantes (sur le travail, les enfants , etc) ? merci de bien vouloir m eclairer.

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous avez échangé avec votre copine sur ce qui pose problèmes dans votre amitié et vous avez prévu de vous revoir...

Croyez-vous que nous sommes en mesure de donner une réponse à vos questions? Est-il utile pour vous de savoir comment je définis une "bonne copine" et comment je vois les liens d'amitié? C'est au fond de vous que vous devez trouver ces réponses.

Si vous sentez votre lien asymétrique et en souffrez, vous pouvez en discuter, certes, mais vous ne pouvez pas prétendre que l'autre change ou ait exactement la même vision de l'amitié que vous.

Si votre amitié ne vous satisfait pas assez, rien ne vous empêche de chercher à nouer d'autres liens avec des personnes qui vous correspondent plus, sur la base de vos critères à vous...

Bonne journée

Telme

Bonjour ! Voila je suis ici parce que je pense avoir un souci, j'ai 22 ans et je n'ai jamais eu d'expérience amoureuse... Certes je suis déjà tomber...

Bonjour !

Voila je suis ici parce que je pense avoir un souci, j'ai 22 ans et je n'ai jamais eu d'expérience amoureuse... Certes je suis déjà tomber amoureux, mais cela n'a jamais évolué en couple... Dernièrement j'ai appris que mon frère cadet de 4 ans de moins que moi avait déjà eu 5 copines alors que moi c'est déjà la galère pour n'en avoir qu'une. J'ai vraiment l'impression de n'exister pour aucune fille pourtant dernièrement une fille qui m'était cher me certifiait que j'étais pas mal et que j'avais pas de raison de ne pas avoir confiance en moi. Cependant j'en suis tomber amoureux et le lui ai avoué, elle m'a dit qu'elle ne l'était pas et moi ne voulant pas la perdre je lui ai envoyé quelques messages puis cela s'est mal terminé et maintenant on s'évite (nous avons les cours dans la même fac). Suite à cet échec, j'ai perdu toute la confiance en moi que j'avais gagné en traînant avec elle.

Suis-je un extraterrestre ? 22 ans et aucune bonne expérience amoureuse avec une fille, jamais embrassé de fille, ni eu de relation sexuelle avec cela va de soi....

On me dira qu'il faut sortir avec ses amis, oui j'ai quelques amis avec lesquels je sors, souvent un ciné puis ensuite un tour dans un bar, lorsque je parle de sortir en boîte on me dit que ça sert à rien, c'est pas dans ce genre d'endroit qu'on fait des rencontres.... Je comprend plus rien.... (Je sais pas vraiment si j'ai posé une question... mais ça fait tout de même du bien d'en parler un peu....).

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous êtes conscient que vous n'avez pas vraiment de question mais vous avez exposé une situation qui fragilise votre estime de vous-même. Votre envie d'être en couple et de faire les expériences qui en découlent est tout à fait normale. Vous êtes peut-être entouré de gens qui ont déjà vécu l'amour à deux et cela est difficile à vivre.

Il n'y a pas UNE méthode pour trouver l'amour, mais vous êtes conscient des moyens que vous avez pour entrer en contact: toute une multitude d'activités "sociales" peut être un terrain fertile pour faire de nouvelles connaissances. Laissez-vous guider par vos envies et votre spontanéité, tout en relativisant les conseils extérieurs qui restent très personnels.

Vous nous faites part d'une basse estime de vous-même. Nous vous invitons à réfléchir à votre façon d'interpréter les événements qui vous arrivent et le monde qui vous entoure. Le refus que vous avez vécu avec cette fille est douloureux pour vous, mais il ne remet pas en question vos qualités et votre valeur en tant que personne. Votre amie vous appréciait, même si ce n'est pas en termes amoureux.

S'éloigner d'elle sera peut-être l'occasion pour vous d'être ouvert à d'autres rencontres et à des découvertes positives...

N'hésitez pas à poursuivre l'échange si vous le souhaitez.

Belle journée

Telme

Concernant votre dernière réponse : en effet j essaie de me concentrer sur ma future famille, mais le fait qu elle fasse "le mort" (alors que d...

Concernant votre dernière réponse : en effet j essaie de me concentrer sur ma future famille, mais le fait qu elle fasse "le mort" (alors que d habitude elle finit par répondre, pas là) m angoisse. Je n en dors pas et suis morose du matin au soir. La voir ou lui parler même une seule fois, et savoir qu il n y à pas de problème entre nous, me suffirait, quitte à ce que l on ne se voit plus pendant des mois après.

Cest le fait qu elle ne m est jamais rappellé qui m angoisse. La peur qu il y est un malaise ou de la perdre oui. Donc jai décidé, plutôt que de rester très mal moralement avec un doute énorme, de l appeller d une cabine ou voire de l attendre en bas de chez elle un matin ou midi, lorque elle amènera son enfant à l école. Juste pour l entrevoir 5min. Le soucis cest que cest son mari qui descend parfois et du coup je n aurai pas l occasion de lui parler à elle. Jai peur de ne pas la voir avant l accouchement ou pour la naissance de mon bébé aussi. Si cela perdure. Même si je comprends qu elle soit occupée (je le suis énormément aussi) je ne peux pas rester dans le doute car cela m agace, me fait peur, et empathie sur mon attitude chez moi (plus énervée, irritable).

 

Réponse de TELME:

D'abord..Bonjour !

Tout ce que nous vous avons dit lors de notre précédent échange reste valable: en vous obstinant et en vous laissant submerger par vos peurs d'abandon et de perte, vous adoptez des attitudes irrationnelles et incompréhensibles de la part d'une adulte. Tout cela risque de se retourner contre vous et contre ce lien d'amitié auquel vous tenez.

Votre vie comme celle de votre amie sont sans doute très occupées. Laissez-lui un message signifiant votre envie de garder contact et ensuite faites confiance au fait que cette personne ne vous oubliera pas et que le lien entre vous sera mieux sauvegardé si elle sent un espace de liberté dans le fait d'entretenir la relation, plutôt qu'une pression liée à vos peurs qui lui donnera envie de se protéger du sentiment d'être envahie.

Bonne semaine !

bonsoir. je viens pour "re"parler d'une amie a moi de longue date, que je n ai pas vu depuis presque 5 mois. on s entend toujours bien meme si on ne...

bonsoir. je viens pour "re"parler d'une amie a moi de longue date, que je n ai pas vu depuis presque 5 mois. on s entend toujours bien meme si on ne sapelle pas souvent.

je vous explique. j attends donc mon premier enfant suis enceinte de cinq mois et demi. il y a trois semaines je lai appellé pour lui parler de mon échographie. ele ma repondu felicitations pour le petit garcon et que si je voulais je pourrais meme lui prendre quelques vetement. la semaine derniere je lai appellé je suis tombé sur son conjoint, qui ma dit quelle netait pas là mais il trabsmettrait mon appel. il ma expliqué qu entre ses rendez vous, ses cours de permis de conduire etc, elle etait tres occupée cest pour ca que parfois elle ne repondait pas. Jai tenté de la rappeller quatre ou cinq jours durant (je sais ca fait beaucoup mais j angoissais a l idée qu elle rompt notre amitié) certes cela fait environs une semaine quelle ne ma pas rappellé ni écris, malgré tous mes appels. jai meme sonné à son interphone, pas de reponse alors que cetait le soir et apparemment ils etaient chez eux avec le volet de ses enfants fermés. Je concois tout à fait qu elle soit occupée ou quelle ne pense pas a rappeller de suite. Certes moi aussi je le suis (en + je travaille donc jai , je pense, un emploi du temps aussi chargé voire davantage que elle qui ne travaille pas) et pourtant je l apelle et la rappelle. moi si on me laissait des messages j aurais la politesse de rappeller surtout quand cest une copine.

Rien de mal ne sest passé entre nous , cest pour ca que je ne comprends pas. Ensuite jai reflechis au fait que, récemment, sur un site "facebook" j'ai ajouté comme amie une jeune femme qu'elle déteste et qui lui a fait beaucoup de problemes. du coup je me demande si , dans le cas ou elle ait vu ça, elle m'en veuille au point de ne plus me contacter. ce serait bete de ne pas mettre les choses au clair. Mais encore une fois il ny a eu aucun soucis entre nous , il y a quelques semaines on sest parlé au téléphone donc je ne comprends pas du tout, et je n'en dors plus la nuit, cela me tracasse car je deteste rester à attendre dans ce genre de situation. Mon compagnon m'a dit de ne plus rappeller car javais deja appellé plusieurs fois. je sais qu il a raison mais je nai pas pu m empecher de l appeller plein de fois sans reponse. J angoisse terriblement, jy pense meme au travail. C'est ma seule et unique amie et si je la perds pour moi ce sera une écatombe. Mais je ne vois pas ce que je peux faire de + , à part retourner sonner chez elle ou la rappeller jusqu'a ce qu elle decroche.. je lui ai meme ecris mais elle va rarement sur internet ou bien ne pense pas a repondre. je suis enceinte et j aimerais la voir ou partager des choses avec elle, avant d accoucher, surtout que je n habite pas loin d elle. est ce que je me stresse pour rien, est ce que c est moi qui ait un soucis, ou bien existe t-il des gens comme elle, assez "indépendants" qui ne rappellent pas forcément ? que dois je faire ? je suis très mal je l'avoues.

 

Réponse de TELME:

Bonjour!

L'amitié qui vous lie à cette femme est importante pour vous, ce qui est compréhensible. Ce qui l'est moins, c'est que cette personne fasse l'objet d'une telle insistance de votre part.

Vos craintes de la perdre ne doivent pas vous autoriser à l'envahir d'appels ni à reverser sur elle votre angoisse. C'est une attitude agressive qui ne peut que mener votre amie à prendre des distances alors même que là n'était peut-être pas son but au départ! Acceptez qu'autrui puisse tout simplement ne pas être disponible dans une période de sa vie.

Il se peut également que votre amie ressente un sentiment d' "étrangeté" face à cette situation: vous n'êtes plus sur la même longueur d'onde. Vous êtes très peu en contact durant 5 mois et puis tout à coup c'est un déferlement d'appels... Comment devrait-elle interpréter cela? Redéfinissez un espace entre vous afin que chacune se sente libre d'investir cette amitié à sa manière. Vos attentes réciproques ne sont pas forcément les mêmes.

Enfin, il se peut que votre grossesse vous fragilise psychologiquement: pensez à vous et à votre future famille, investissez votre énergie dans ce projet qui va enfin se concrétiser alors même que vous l'avez longtemps attendu...

Bonne continuation,

Telme

  Bonjour, Voilà j'ai fait presque 3 ans avec mon ex et je l'ai quitté il y a quelques semaines. On ne pouvait plus continuer pour diverses...

 

Bonjour,

Voilà j'ai fait presque 3 ans avec mon ex et je l'ai quitté il y a quelques semaines. On ne pouvait plus continuer pour diverses raisons... 

Aujourd'hui je vous écris parce que je ne m'attendais pas à déjà retombée amoureuse de quelqu'un. J'essaie de lutter parce que je ne crois pas que ça soit très bien si vite après ma rupture d'autant plus que j'ai encore de la peine à réaliser que je ne suis plus avec mon ex. Et d'un autre côté, j'ai l'impression de quand même tourner la page gentiment... Le fait d'avoir des sentiments pour quelqu'un me fait perdre confiance en moi totalement.

Voilà, au début que j'ai commencé à ressentir quelque chose pour cette personne, tout allait bien pour moi niveau confiance. Mais au fil du temps, on s'est un peu rapproché et j'ai commencé à perdre cruellement confiance en moi lorsque je suis en sa compagnie. (à noter que c'est un collègue de travail...) Je deviens crispée, je ne dis plus grand chose, quand il ME parle, je ne comprends pas ce qu'il veut vraiment dire... je stresse tellement que j'ai l'impression qu'il devient distant (est-ce que je fabule..!?) Il m'a proposé quelques fois des choses comme des vacances...(que j'ai acceptée et je souhaite pouvoir être au mieux avec moi-même pour ce voyage et pour la suite) Et je me dis, plus le temps avance, plus il regrette de m'avoir proposé ces vacances parce que je ne suis pas intéressante, parce que je ne dis rien et fais des blagues que je ne ferais pas avec quelqu'un d'autre (stupides..., dû au mal aise)... J'ai l'impression de rester "calquée" sur mes anciens échecs en amour c'est-à-dire que dans mes pensées, c'est comme si j'allais de toute façon revivre ces situations en négatifs comme déjà vécu... Je me dis aussi que les autres filles sont mieux que moi parce qu'elles arrivent à rire et plaisanter avec... (moi je n'y arrive pas parce que je suis littéralement bloquée).

J'ai aussi remarqué que j'ai beaucoup de peine à parler de moi, j'ai toujours écouté les autres et éviter de me dévoiler. Je remarque qu'aujourd'hui ça n'est plus possible comme ça. Je ris aussi uniquement intérieurement... jamais un rire fort n'apparaitra parce que je me gêne et je suis timide... j'ai donc pris l'habitude depuis fort longtemps de fonctionner ainsi. Je souhaite en changer. Je ne sais pas par quel moyen mais j'ai vraiment besoin d'un gros coup de pouce pour pouvoir profiter à fond de la vie. Pensez-vous qu'il faudrait faire appel à quelqu'un de spécialisé, un coach, faire des cours? je suis prête à tout! J'ai envie d'aller de l'avant. Et j'ai besoin de vraincre cette gêne, cette timidité et surtout ce manque de confiance en soi. Car j'ai aussi besoin de réussir à m'exprimer en public à cause de mon métier... Je ne veux plus rester dans cette forme de passivité, je veux pouvoir m'affirmer à chaque instant et d'être sûre de moi.

J'ai vraiment besoin de vos conseils. J'ai peur de tout gâcher de cette façon, j'ai déjà l'impression de perdre du temps, avec lui... en me bloquant... Je n'ai pas envie qu'il me voie comme quelqu'un de renfermée, timide etc etc. Lorsque je suis à l'aise (lorsqu'il s'agit de copains,amis...) je ne suis pas comme ça. Sauf que je ne parle jamais vraiment de moi (mausvaise habitude, difficile à changée..). Si je raconte quelque chose, j'ai l'impression d'ennuyer la personne parce que je me dis que je ne sais pas comment raconter et que ça n'est de toute façon pas intéressant...

 

Voilà, aidez-moi!

Merci

Bonne journée

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour!

Votre récente rupture vous laisse encore dans un état de grande sensibilité et de manque de confiance en vous.

Cet état est inconfortable mais passager, l’assurance se développe avec le temps, et d’autant mieux et plus vite que vous aurez la possibilité, et le courage, d’essayer autre chose !

La première compétence à développer serait donc d’être vous-même, naturelle, sans tenter désespérément d’assurer, d’avoir l’air de… Il s’agit donc de lâcher prise, en vous disant intérieurement que vous n’avez pas de preuve à fournir. Le lâcher prise produit un effet de détente très libératoire. Cela peut paraître paradoxal, mais moins vous ferez d’efforts pour construire une image « positive » ou idéale de vous-même, plus vous serez libre de vous exprimer, de vous dévoiler… Et mieux vous serez perçue par les autres.

Par rapport à cette invitation à partir en vacances avec votre ami, il semble que vous placez la barre très haut, l’énergie que vous dépensez par souci de votre image est épuisante et vous bloque. Au lieu d’envisager ce voyage comme un énorme test, centrez-vous plutôt sur votre plaisir et sur le fait que ce sera peut-être simplement amical et que ce n’est pas grave. Souvent, le plaisir que l’on ressent d’être avec une personne est lié au fait qu’elle est tranquille, sans souci d’elle-même, qu’elle n’a rien à prouver.

Nous vous encourageons dans ce sens, mais si vous ne parvenez pas à ce lâcher prise, il serait peut-être utile d'entreprendre un suivi psychologique. Il vous permettra de comprendre pourquoi vous ne pouvez pas vous dégager de ce besoin de composer avec votre image.

N’hésitez pas à réagir à notre réponse, bonne suite !

Telme

 

 

Bonjour Telme, A l'école, une fille me salue à chaque fois qu'on se croise, et avec un sourire. Je la connais à peine, mais je sais seulement...

 

Bonjour Telme,

 

A l'école, une fille me salue à chaque fois qu'on se croise, et avec un sourire.

Je la connais à peine, mais je sais seulement qu'elle est en 1ère année dans les soins.

C'est d'ailleurs elle qui a commencé à me saluer.

 

Ce jeudi, je me pose dans l'école et j'étudie tranquillement, seul à une table. D'un coup, elle vient vers moi, me demande la branche que je suis en train d'étudier et me demande si je souhaite un verre d'eau. Je lui ai répondu "oui" et elle m'a apporté le verre.

Ensuite juste avant qu'elle commence son cours, elle me souhaite bonne chance et me salue de la main depuis l'étage du dessus.

 

Alors hier, pour la remercier de sa gratitude, je lui ai demandé si elle habitait dans la même région que moi (valais central), car je lui ai proposé de la ramener des soirs, chez elle. Elle m'a répondu "oui" et que c'était gentil de ma part.

Tout ça avec le sourire...

 

Comme c'est une fille que je trouve jolie et qui est plutôt mon genre, je souhaiterais savoir venant de vous, s'il y a possibilité qu'elle soit amoureuse de moi.

Je sais de part le site ciao.ch, que l'amour est un mystère et qu'on ne peut JAMAIS deviner à l'avance ce qu'une personne ressent pour nous, mais je ne souhaite pas me réjouir trop vite, ni faire des rêves inutiles, si vous comprenez...

 

Merci d'ores et déjà de votre réponse et bon week-end.

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Il semble évident que cette jeune fille vous trouve sympathique, elle vous sourit, elle vous propose un verre… On ne peut en effet pas deviner ce qu’elle ressent : de l’amitié, des sentiments plus forts ?

Sans répondre à sa place, sans définir à l’avance ce que seront ses sentiments, et les vôtres, donnez-vous le temps de la connaître, et de vous faire connaître.

N’hésitez pas à vous lancer, prenez les devants ! Au lieu d’imaginer ce qu’elle pourrait ressentir, essayez de vous rapprocher d’elle. Votre proposition de la ramener chez elle est d'ailleurs une très bonne idée.

Les sentiments évoluent, ce qui se passe aujourd’hui sera différent demain, pour elle, et pour vous...

Alors bonne chance pour vivre une belle relation, qu’elle soit amicale ou amoureuse !

 

Telme

 

 

 

 

 

Bien le Bonjour. Telme, j'ai 1 question ou plutôt comment auriez-vous réagi dans ce contexte s'il aurait été présenté à vos yeux? J'ai un ami...

 

Bien le Bonjour.

 

Telme, j'ai 1 question ou plutôt comment auriez-vous réagi dans ce contexte s'il aurait été présenté à vos yeux?

J'ai un ami plus âgé qui m'a raconté que suite à sa maladie grave, sa femme l'a quitté le laissant seul, avec 3 enfants dont le dernier adopté.

 

Je lui ai dit que l'amour de ses enfants l'avait aidé face à la maladie.

mais je ne savais pas quoi lui dire pour pas faire mal, pour partager sa peine ce qu'il a du enduré, je voulais trouvé les mots, mais j'ai pas trop réussi.

 

Comment une maman peut elle laisser seule ses enfants?

Comment peut elle laisser seul l'homme qu'elle a épousé sous prextexte d'une maladie grave?

 

Comment l'amour peut s'éteindre comme ca? Je comprend pas et y a rien à comprendre je pense.

 

je lui ai dit qu'elle avait peur c'est pour ca qu'elle est partie.

 

Qu'est-ce que je peux lui dire, comment enlever la peine qu'il a dû ressentir à ce moment là, même si c'est passé depuis longtemps déjà. mais s'il m'en parle c'est parce que cette situation l'a touché, blessé, fait souffrir.

 

Qu'est-ce que je peux lui dire s'il me reparle de cette situation (ce qui lui est arrivé)? (mais cette fois ci avec les bons mots)

 

 

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Vous êtes très touchée par la situation d'un homme plus âgé que vous qui vous explique à quel point il a été victime de l'abandon de sa femme, alors qu'il était malade et en charge de trois enfants.

Vous vous posez mille questions, à savoir, quoi dire, que lui répondre... Le connaissez-vous depuis longtemps?

Il me semble que le premier pas serait de lui demander ce que lui attend de vous en vous racontant tout cela. 

A-t-il encore besoin d'en parler? Cherche-t-il encore des solutions pour lui et pour ses enfants? A-t-il envie que vous le plaigniez? Ou encore, cherche-t-il à capter votre attention pour telle ou telle raison?

Il se présente en victime d'une femme négligente envers ses enfants et indifférente, difficile de charger davantage quelqu'un. Ne vous êtes-vous pas posé la question de la véracité de tout cela? Ou du côté subjectif de cette description?

Son approche est très manichéiste, cette femme serait juste mauvaise, et lui? Quel rôle a-t-il joué dans leur relation, est-ce simplement blanc ou noir?

Vous êtes sensible au sort des autres, ce qui est très positif, mais encore une fois, je vous encourage à être précise et je vous propose clarifier avec lui ce qu'il attend de vous.

Ce n'est donc pas à vous de trouver les bons mots.

Je vous souhaite un très bon week-end,

 

Telme

bonjour je suis idiote nulle je suis complètement à coté de la plaque. je m'en veux beaucoup énormément je ne sais pas comment réparer ce qui est...

 

bonjour je suis idiote nulle je suis complètement à coté de la plaque. je m'en veux beaucoup énormément je ne sais pas comment réparer ce qui est arrivé j'ai ma part de responsabilité je sais.

j'étais à un moment donné de ma vie où j'ai beaucoup souffert (je ne dévoilerai pas ici ce qui s'est passé). j'étais fragile vulnérable et n'importe qui, aurait pu tomber ou mal tourné s'il serait trouvé à ma place.

j'étais vulnérable et je croyais à peu près tout ce qu'on me disait, j'arrivais plus à réfléchir par moi même, j'avais trop de peine à ce moment là. j'ai fais la connaissance d'une personne j'avais beaucoup de peine mais vis à vis d'elle j'ai réussi à m'ouvrir un peu. mais lorsqu'elle a voulu m'aider par sa gentillesse,j'ai pris peur qu'elle ne me fasse souffrir à son tour, je remettais tout ce qu'elle me disait en question, j'ai même cru des personnes qui la détestait et disaient du mal d'elle, je faisais attention à tout ce qu'elle me disait. elle a agi avec moi en tant qu'amie, a accepté, ma colère, ma peine, ma remise en question. maintenant j'ai pris la peine de m'excuser vis à vis d'elle. je l'ai revu, recontacté, mais je suis peiné, triste je crois que j'ai tout fichu parterre. si seulement à ce moment là, j'aurai été plus forte, si seulement je ne les avais pas crus, je m'en veux, je m'en veux de tout mon coeur, de toute ma force. plus rien ne sera plus comme avant. lorsqu'elle voulait aller faire de la pêche avec moi, je n'ai pas accepté, par peur. je lui en ai reparlé maintenant, elle m'a dit qu'on irait en faire. elle me l'a répété quelques fois et lorsque je lui ai demandé si elle avait oublié elle m'a dit que non, qu'elle le ferait avec moi, mais qu'elle avait dû partir quelques jours. je ne sais plus que croire. est ce qu'elle veut vraiment faire de la pêche avec moi? ou elle n'en a plus envie et n'ose pas me le dire? j'ai peur d'avoir perdu une amie. qu'est qui peut redonner vie à une amitié effilochée? merci tel-me de m'avoir lue

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour!

Nous percevons un grand désespoir et une vive émotion dans votre message. Vous êtes peut-être en train de perdre une amie qui compte beaucoup à vos yeux. On vous comprend, l'amitié est un bien précieux qui se révèle d'autant plus important dans les moments difficiles.

 

Je vous invite néanmoins à ne pas dramatiser. Vous faites une bonne analyse de ce qui s'est passé: votre état général de vulnérabilité, votre manque de confiance en cette personne, le fait que vous vous soyez laissée influencer par de tierces personnes....Votre prise de conscience est positive et vous a permis de prendre du recul.

Par ailleurs, vous avez pris la peine de vous excuser, étape importante dans la reconnaissance de la souffrance de l'autre.

 

Il est possible (mais pas obligatoire) que quelque chose se soit cassé entre vous et que cette amie ait ressenti de la déception. Comme c'est souvent le cas, deux aspects jouent un rôle important: le facteur temps et le dialogue. C'est avec le temps qu'un lien d'amitié fragilisé peut reprendre de la force. De plus je vous encourage à communiquer ouvertement avec votre amie afin de chasser les non-dits et afin que chacune puisse dire à l'autre ce qu'elle attend de cette relation. Enfin, il me semble important que vous laissiez à votre amie de l'espace pour souffler et revenir vers vous quand elle l'aura décidé.

Bonne continuation!

Telme

Bonjour j’espère que vous allez bien ? Dites, je suis terriblement embêtée. J’ai rendez-vous chez un psychologue et il me met mal à l’aise. Je vous...

 

Bonjour j’espère que vous allez bien ? Dites, je suis terriblement embêtée. J’ai rendez-vous chez un psychologue et il me met mal à l’aise. Je vous explique. Il dit bonjour madame, mademoiselle, etc. asseyez-vous. Ca été cette semaine ? Ou quoi de neuf ? Il est assit en face de moi (le décor, chaises noires, lampe qui éclaire au plafond, petit bureau avec ordinateur…pas très accueillant pour ma part). Il me regarde, et attend, le temps passe et passe et je ne sais pas quoi lui dire, ni par où commencer. Pour ma part je pense qu’un psy est là pour mettre la personne à l’aise. Moi, je suis tendue et stressée. Lorsque je lui pose une question il ne répond pas et toutes les réponses je les ai déjà à l’intérieur de moi, donc l’utilité, l’aide je ne sais pas où elle se situe. Il est là, observe les gestes, comme la personne est et il écoute et attend. Avec le médecin, je peux parler, rire (même sil n’y pas toujours quelque chose de drôle, il répond à mes questions, me donne des conseils, il est fin précis à l’écoute et comprend beaucoup de choses sans qu’il n’y ait forcément beaucoup de mots.

J’ai voulu changer de psy mais le médecin a dit que si je le faisait il ne pourrait plus me suivre et que si je le faisait je devrait tout recommencer depuis le début à 0. Génial, non ?

Je vous remercie d’avoir un œil bienveillant de votre part sur ce que je vous ai décrit ci contre.

 

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Il est favorable que vous puissiez rencontrer plus d'un psychologue avant de faire votre choix définitif, sans pour autant faire du "tourisme psychologique". Vous pourrez ainsi tenir compte de vos premières impressions et des affinités naturelles qui existent entre deux personnes, comme cela est le cas dans toute rencontre interpersonnelle.

 

Il est également important de prendre en compte des spécificités qui distinguent les psychologues les uns des autres: le genre masculin ou féminin, l'âge et aussi la méthode thérapeutique utilisée peuvent jouer un rôle. Dans l'approche psychanalytique par exemple, le thérapeute se positionne plutôt en retrait de son patient et intervient peu dans l'échange. Cette façon de faire peut ne pas convenir à tout le monde.

Si vous ressentez le besoin d'un échange interactif, peut-être devriez-vous vous envisager de changer de psychologue en effet. Néanmoins, il est important que vous puissiez également amener votre "matériel" dans cette échange.

 

Si vous avez pu établir un rapport de confiance avec votre médecin traitant, c'est positif. Il a ainsi pu vous diriger vers votre thérapeute actuel. Toutefois il devrait rester à votre écoute quand vous lui exprimez vos doutes; peut-être pourriez-vous trouver une solution alternative pour continuer à être suivie par lui tout en changeant quand même de psychologue. Votre confort en thérapie est important et il serait contreproductif de poursuivre si votre malaise persiste.

Nous vous invitons enfin à prendre contact avec votre assurance maladie qui pourra certainement vous aiguiller dans vos recherches tout en respectant votre désir de rester avec votre médecin traitant actuel.

Bonne continuation,

Telme

Est-ce que vous auriez des conseils à donner sur le fait d'apprendre à me défendre et à répondre, car c'est un gros souci que j'ai à cause de mon...

 

Est-ce que vous auriez des conseils à donner sur le fait d'apprendre à me défendre et à répondre, car c'est un gros souci que j'ai à cause de mon manque de confiance en moi ?

 

Je vis toujours avec ce problème et ceci m'énerve beaucoup, que ce soit avec ma famille, qu'avec des collègues de travail ou de ma classe.

 

De plus, je n'ai pas envie de blesser quelqu'un si je me défens trop fortement.

 

Merci.

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour!

Il n'est pas évident de faire valoir ses idées sans blesser les autres!

Voici quelques pistes :

-Quand quelqu'un dit quelque chose qui vous touche, vous avez la possibilité de répondre en parlant en « je » pour expliquer en quoi vous vous sentez blessé. Ainsi, vous n'attaquez pas l'autre mais faites tout simplement valoir votre point de vue.

-Soyez à l'écoute de vos émotions et verbalisez-les aux autres. Etre au clair sur votre état interne permettra à l'autre de comprendre ce que vous êtes en train de vivre et favorisera l’échange et le lien. Parler de ce qui se passe au niveau de la relation permet aussi d'éviter certains malentendus et d'avoir une vision plus claire de ce que l'autre éprouve.

Bonne journée,

 

Telme

 

 

Telme, bonjour, j’ai un problème, que faire ? A l’école, puis en formation, en famille, au travail… J’ai du mal à affirmer mes opinions. Dès que...

 

Telme,

 

bonjour, j’ai un problème, que faire ? A l’école, puis en formation, en famille, au travail…

J’ai du mal à affirmer mes opinions. Dès que je sens qu’une personne est blessée ou que ça la touche, je retire voire change ce que j’ai dit.

Dès qu’une personne à un problème, je cours l’aider

Dès qu’un membre de ma famille est malade ou à un souci, je me dépêche de trouver les solutions pour aider..

C’est plus fort que moi

 

Je suis :

 

Ultra sensible tout me touche, ma sensibilité fait que lorsque les autres vont pas bien ca me dérange, c’est comme s’ils entraient dans ma bulle

J’ai aussi mal, je suis aussi triste mais j’ai mal en silence à l’intérieur

Les autres me dérangent parfois difficile à expliquer genre pourquoi t’as pas été faire des études à l’étranger ; pourquoi tu vas pas chez ta tante pour trouver du travail tu pourrais habiter chez elle ; pourquoi tu pars pas vivre seule loin de tes parents, etc.

Tout ca, ca me rentre dedans, ca me tourne dans la tête, ca me stresse…

J’ai du mal à trouver la part de moi même, je suis envahie par les autres, c’est comme si ma bulle n’était pas étanche (sensibilité trop forte)

Dès qu’une personne a plus d’autorité dans son caractère, de force, je me fais toute petite, je me sens sans valeur, ca me paralyse

 

Que vais je faire avec cette sensibilité dans ma vie ?

Qu’est qui cloche avec moi ?

 

Ca me joue des tours dans la vie parce que :

 

Je suis perfectionniste dans ce que je fais et ca agace les gens par moments

J’ai une trop grande sensibilité et donc ouverture

Je suis curieuse et n’arrive pas à me fixer sur une chose, faut que je vois connaisse un maximum de choses

 

Voilà je crois que j’ai fais le tour. Auriez-vous un conseil avisé à me donner ?

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Il est normal de ne pas aller bien quand nos proches vont mal, comme de réfléchir aux critiques que les autres nous font. Mais ce ne doit pas envahir notre personnalité. Il est important de mettre des limites entre soi et les autres - ce sont deux choses bien distinctes. 

Vous avez fait vos choix, de formation, professionnels, personnels, etc… et vous pouvez aussi les assumer. Si des commentaires vous blessent, pourquoi ne pas répondre en expliquant le pourquoi de l'un ou l'autre de vos choix? Il y aura toujours quelqu'un prêt à vous conseiller un chemin différent de celui que vous avez pris... Si vous vous positionnez de manière déterminée, il n'y a pas de raison que les autres se permettent d'interférer dans vos choix.

Les autres ne peuvent pas s'imaginer ce qui vous blesse ou ce que vous n'aimez pas si vous avez "mal en silence à l'intérieur". En exprimant ce que vous vivez, votre entourage pourra avoir une perception de qui vous êtes et s'adapter en conséquence. A vous de voir quelle relation est constructive pour vous ou pas...

On s'attend à une certaine réciprocité dans les relations et vous semblez la seule à vous adapter aux désirs et aux besoins des autres. Que pouvez-vous faire, concrètement, pour fixer vos limites et vous protéger?

N'hésitez pas à poursuivre l'échange si vous le souhaitez.

Bonne journée

Telme

 

 

Bonjour, c'est encore moi, j'espère que je ne dérange pas. Voilà, comme vous le savez, je suis une personne seule qui cherche à se faire des...

 

Bonjour, c'est encore moi, j'espère que je ne dérange pas.

 

Voilà, comme vous le savez, je suis une personne seule qui cherche à se faire des relations amicales et peut-être même amoureuse.

 

Pour les relations amicales, vous m'aviez dit de me confronter à la vie. Mais est-ce que ça veut dire de sortir avec maman pour boire un verre ou aller au cinéma; ou bien au contraire est-ce que c'est de sortir seul, en allant vers la société comme par exemple aller voir un match de foot, ou aller dans un bar ?

Parce que pour moi, c'est très, très difficile à me motiver pour aller à l'extérieur et se frotter à la vie.

De plus, je ressens un sentiment que je n'avais pas avant, c'est le fait que je veux me séparer au plus vite de ma famille, car j'en ai marre de vivre avec tout ces problèmes !

 

Pour les relations amoureuses : j'étais sur un site qui se nommait "amour facile". C'est un site qui explique comme draguer des filles et comment faire le premier pas. Lorsque je suis allé jeter un coup d’œil, je me suis aperçu qu'en fait j'étais "classé" AFC, c'est-à-dire un homme timide qui croit que c'est la femme qui va faire le premier pas, alors que c'est faux et qu'il devrait se bouger les fesses...

 

J'ai alors écrit à ciao.ch pour leur demander si c'était exact que l'homme doive faire le premier pas. Ils m'ont rassuré en disant que malgré ce que l'on croit, c'est la femme, la plupart du temps, qui va vers l'homme.

 

Je souhaiterais savoir ce que vous en pensez, merci.

 

Et désolé pour le dérangement...

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Un manuel sur comment se faire des amis serait bien pratique! Malheureusement, on ne crée pas de liens en suivant des recettes.

En quoi les relations avec vos parents vous retiennent de "vous frotter à la vie"? Vous ne nous en dites pas plus, mais il est normal de vouloir prendre de la distance à votre âge. Par rapport aux relations amoureuses, la réponse de Ciao.ch vous a déjà rassuré. Quel sens aurait pour vous une deuxième opinion, savoir si nous sommes en accord ou pas ?

Nous vous invitons à réfléchir à quel serait le meilleur moyen, pour vous, de connaître de nouvelles personnes. Comme vous l'avez écrit, il y a des situations sociales où les rencontres sont plus faciles, pour autant que l’activité vous plaise… À travers l’un de vos hobbys, seriez-vous peut-être plus à l'aise et détendu... ?

Avoir une part active dans sa vie a des pour et des contre. Cela peut être dur à gérer: si on se lance, on sort de sa cachette et on court des risques, même celui de se trouver face à une porte fermée. Le positif est de sortir de sa dépendance aux autres et d'avoir au moins essayé, pour ne pas passer à côté d’une rencontre qui pourrait peut-être se développer en une histoire d'amour !

À vous de décider votre part active dans vos relations, sachant qu'il n'y a pas une bonne/fausse façon de faire, c'est subjectif.

Telme

 

 

re re bonjour c’est à propos de ce dont je vous ai parlé ; voir les messages d'auparavant pour comprendre de quoi il s’agit. C’est moi qui ai un...

 

re re bonjour c’est à propos de ce dont je vous ai parlé ; voir les messages d'auparavant pour comprendre de quoi il s’agit.

C’est moi qui ai un problème ? Je comprend plus rien, je sais plus quoi penser. Ok, il est du signe du bélier fonceur, « guerrier » mais ca excuse pas tout.

J’en demande trop je suis pas assez patiente avec l’autre ?

Suite à vos réponse, on s’entend, le courant passe nouveau mais je crois que j’ai fais une bourde. J’ai passé on a discuté un peu, je ne voulais pas rentrer avec lui parce qu’il avait fait quelque chose que je ne voulais pas la fois d’avant et j’avais peur que ca se renouvelle. Je suis partie à pied, il faisait nuit, il a fait demi tour avec sa voiture, j’attendais vers une station de bus, il m’a vu s’est arrêté je lui ai dit que je ne venais pas, il m’a dit qui me ramènerait qu’au prochain arrêt, j’ai accepté, ca qu’il a fait la fois d’avant ne s’est pas reproduit (il a compris je pense). Je lui ai demandé si je pouvais venir une fois avec lui, il m’a répondu qu’il allait y réfléchir, me le promettait. Entre temps, 2,5 semaines se sont écoulés je lui avais adressé un message pour parler de la nature, alors qu’il m’avait dit qu’il ne répondrait plus à mes messages que ca ne servait à rien d’écrire. Je suis passé dire bonjour, il m’a redit qu’on ferait quelque chose mois de janvier et qu’il m’enverrait un texto. Janvier s’étant quasi écoulé je suis passé chez lui la semaine passé (sans penser qu’on irait ou non faire quelque chose je l’avais oublié) et quand il m’a vu on a parlé de tout et rien et il m’a dit qu’il m’enverrait un texto pour faire quelque chose en janvier. Déjà février qui va débuter…le temps fil à une vitesse folle.

Pourquoi il s’amuse à me dire des choses qu’il ne tient pas ? Pourquoi il ne m’a pas dit quand je lui ai demandé si je pouvais venir une fois avec lui, non je n’ai pas envie ou non ca ne va pas. j'ai fais quelkchose quil ne fallait pas (envoyer message sur la nature) Ca me fait mal ce jeu stupide auquel il joue. Dans l’attente de votre réponse, bien à Vous et merci !

 

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

J’ai comme l'impression que vous et votre ami jouez au chat et à la souris. Vous recherchez sa compagnie, il vous manque et vous avez peur qu'une trop grande distance ne s'installe entre vous. Lui de son côté se fait attendre, ne tient pas ses engagements… Son attitude fuyante vous fait douter de l'authenticité de son amitié... Vous vous demandez pourquoi il agit ainsi, vous êtes continuellement dans l’attente d’un signe de sa part qui ne vient pas… Cela vous fait souffrir et accroît votre manque de confiance en vous.

Pourquoi ne pas casser ce cercle vicieux? Vous avez le droit d'être au clair Mais vous devez vous préparer à ce garçon ne veuille peut-être plus entretenir de lien aussi étroit avec vous. Je vous encourage à provoquer une discussion franche et ouverte avec lui afin d'en avoir le cœur net. 


Par ailleurs, vous faites allusion à quelque chose que ce garçon aurait fait et que vous ne vouliez pas...Ce genre de chose peut aussi peser sur une relation... Y avez-vous songé?

Ne restez pas dans l'incertitude et faites-vous confiance!

Bonne continuation,

 

Telme

 

 

bonjour j’en ai trop sur le cœur, je fais quoi pour pas être aussi émotive, sensible ? me blinder ? comment ? j’ai eu mal très fort quand une super...

 

bonjour j’en ai trop sur le cœur, je fais quoi pour pas être aussi émotive, sensible ? me blinder ? comment ? j’ai eu mal très fort quand une super amie est partie, fin études, ca recommence, ca me fait mal très fort, une amie m’a dit qu’on garderait contact, ferait des trucs ensemble, rien, j’y écris zéro, veut plus rien savoir de moi, je n’ai aucune explication, ma frangine m’annonce qu’elle va partir de chez nous, 2mois après mariage, elle ne veut plus venir à la maison rendre visite, quelques mois plus tard, ma 2e frangine annonce la naissance du petit, mon oncle a un cancer grave, mon parrain est a l’hôpital, j’ai tellement cumulé en dedans, que pof, je tombe bas, de plus en plus, je commence a remonter et pof je tombe amoureuse, la personne que j’aime de tout mon cœur, me quitte pas d’explication, je re descends…

j’en ai marre d’être entière, d’ouvrir ma porte et mon cœur et d’avoir mal comme ca fort, j’en ai marre qu’on me dise que je suis gentille et très émotive qu’on m’apprécie et qu’on me quitte, qu’on me dise que je suis bourré de qualité et que mon émotivité et un plus et quand fin de compte j’ai mal, j’en ai marre de penser toujours aux autres, peur de les blesser, envie de leur faire plaisir, rendre service…et moi dans tout ca, j’existe ? ou est mon bonheur ? je suis pas mère teresa qui avait un cœur si grand qu’elle pouvait accueillir les plus pauvres des pauvres, ouvrir sa porte et son cœur être aussi proche des gens, avec la foi et l’amour de Dieu et du prochain..

j’ai aussi mal j’ai aussi de la peine et j’ai aussi un cœur qui aime et qui a mal zut flute et zut

 

 

 

Réponse de TELME:

 

 

 

 

Bonjour!

Suite à votre message, nous comprenons que vous avez vécu plusieurs événements forts et douloureux à intervalles réguliers ces derniers temps et il est normal que cela vous déstabilise psychologiquement et émotionnellement. Il n'est pas impossible, par ailleurs, que vous ayez une propension à vivre vos émotions de façon très intense, ce qui peut vous amener à une grande souffrance psychologique.

Ce que vous racontez sur votre vie et vos relations avec les autres nous donnent à penser que vous avez peut-être tendance à surinvestir vos relations (que ce soit avec vos amis proches ou en amour), en ce sens que vous donnez absolument tout sans compter ce qui est en soit une attitude plutôt ouverte et généreuse....Ceci dit, vous avez peut-être naturellement tendance à vouloir en recevoir autant en contrepartie et quand cela ne se produit pas, vous restez terriblement déçue et blessée. Peut-être devriez-vous essayer de vous protéger en vous investissant moins, en donnant moins de vous-même dès le départ? Peut-être devriez-vous user d'une bulle protectrice qui vous permettrait de moins souffrir une fois confrontée à l'abandon? Comme quoi un caractère ouvert, généreux et entier peut parfois plus vous desservir que vous servir....

Vous avez raison de vous demander si vous existez dans tout ça...Vous n'existez pas seulement à travers les autres mais également pour vous-même. Avez-vous pensé à votre projet de vie? Quelle est votre attente par rapport aux autres? Autorisez-vous à prendre du temps et de la distance par rapport aux derniers événements difficiles que vous avez vécu afin de surmonter en douceur votre souffrance. Un suivi psychologique pourrait éventuellement vous aider à surmonter vos difficultés actuelles et à travailler votre sensibilité et votre émotivité exacerbées.

N'hésitez pas à nous écrire à nouveau en cas de besoin!

Bonne continuation,

 

 

Telme

Bonjour J'ai 25 ans et j'aimerais avoir votre avis extérieur sur une nouvelle "relation" que j'ai avec un homme. Je me sens un peu perdue. Il...

 

Bonjour

 

J'ai 25 ans et j'aimerais avoir votre avis extérieur sur une nouvelle "relation" que j'ai avec un homme. Je me sens un peu perdue.

 

Il a 30 ans. On s'est rencontré il y a 3 mois, et depuis on communiquait uniquement par email (il habite à une longue distance de chez moi), de façon amicale, sans aucun sous-entendu amoureux. Notre entente par écrit était parfaite.

 

Il est venu passer un weekend chez moi récemment. On peut dire qu'on s'est bien entendu. On a beaucoup de choses en commun et on peut discuter et partager sur beaucoup de choses, comme entre amis ou entre amoureux.

 

La première nuit venue, il s'est rapproché physiquement de moi et on a fait l'amour. J'en avais envie et lui aussi.

Je me demandais ce qu'il se passerait le lendemain: eh bien, il ne m'a pas embrassé une seule fois, pas pris la main une seule fois, rien du tout... On s'est promené et on a fait des activités ensemble, comme des amis.

 

La deuxième nuit, il s'est passé exactement la même chose que la première. Et idem la journée suivante: aucun rapprochement physique ou mot d'affection.

 

En se quittant, on s'est fait la bise et depuis il m'a envoyé un message de remerciement pour le weekend. Aucun projet concret de se revoir prochainement même s'il m'a dit "la prochaine fois, tu viens chez moi?".

 

Voilà: que pensez-vous de son comportement? Est-il juste timide, ou bien a-t-il profité de moi les deux nuits?

 

Je dois dire que moi aussi je ne sais pas vraiment comment me situer par rapport à cette situation. Il me plaît, comme ami et comme amoureux. Mais un amoureux a des marques d'affection aussi à l'extérieur d'un appartement, et un ami ne couche pas!

 

Je sais que vous ne pouvez pas vous mettre dans sa tête, mais peut-être qu'un avis extérieur pourrait me donner une nouvelle approche de cette "relation".

 

Merci beaucoup.

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour!

Après des échanges par e-mail avec un homme, vous avez partagé un week-end ensemble et pendant les nuits vous avez fait l'amour. Vous vous questionnez maintenant sur son comportement, étant donné que pendant la journée il n'y avais pas les mêmes signes d'affection que pendant la nuit.

Avant de penser à son comportement à lui, avez-vous déjà réfléchi à ce que vous attendez de cette personne? Vous dites qu'il vous plaît bien, comme ami et comme amoureux. Souhaiteriez donc approfondir votre connaissance et entreprendre une relation amoureuse, ou vous imaginez autre chose pour votre avenir? 

Si vous avez déjà les idées au clair, pourquoi ne pas discuter directement avec lui de votre amitié, de votre week-end et de comment il s'imagine la suite? Vous pourriez définir votre relation ensemble, qu'elle soit amicale ou amoureuse. Il sera également à vous de décider si vous désirez quand-même avoir des relations sexuelles avec cet homme ou pas, quel que soit votre statut.

Vous avez une bonne entente avec cette personne et cela est très positif. Néanmoins, c'est important de parler de ce qui vous arrive pour bien vérifier que vous êtes sur la même longueur d'onde.

Bien à vous, à une prochaine peut-être...

Telme

 

 

Merci tel me si vous avez un commentaire objectif j’en ai grand besoin. Je suis tombée dans le panneau comme la der des der je suis tombée amoureuse...

Merci tel me si vous avez un commentaire objectif j’en ai grand besoin. Je suis tombée dans le panneau comme la der des der je suis tombée amoureuse si fort que j’ai plus fait attention à ma famille plus rien n’existait que lui, j’ai perdue la tête par amour (sans que je le voulais), j’ai perdu le sens de ma vie ce que je voulais faire comme métier, j’ai tout laissé tombé. Je suis triste fatiguée, je me sens toute retournée. J’ai perdu du poids, impossible à dormir la nuit, été chez un médecin qui m’a donné un médicament pour que je puisse me détendre et dormir. J’ai rendez vous avec un psychologue. Normal ou pas ? Je ne parviens pas à placer ma confiance en lui je peux pas. Il est là pour m’aider à me remonter à devenir plus forte ? Parce que là je n’ai pas envie de me renfoncer, d’avoir mal comme j’ai eu. J’ai trop d’émotivité de sensibilité que j’arrive pas à gérer. J’attire les gens à moi sans que je le veuille ; ils viennent vers moi parce que je les écoute, donne des conseils par fois pour eux je suis celle qui est là quand on a besoin d’elle mais moi j’ai envie d’avoir un une vrai ami/e pas des personnes qui s’amusent avec moi. Je regrette ce coup de gueule. Sorry !

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour, et bienvenue dans notre espace pour les jeunes adultes!

 

Parfois la vie nous bouscule et il faut s'arrêter pour prendre du recul, se retrouver et repartir ensuite avec de nouveaux objectifs.....

Rien d'anormal dans ce que vous décrivez, mais je comprends que vous vous sentiez déstabilisée.

 

Envisageons ensemble quelques pistes pour tenter de vous retrouver dans ce tourbillon:

- Vous dites être "tombée dans le panneau" de l'amour, ce qui résonne comme de la culpabilité. Ce qui vous arrive peut concerner tout le monde, car les sentiments suivent la voie des émotions plus que celle de la raison. Nulle situation n'est définitive, on peut à tout moment revoir le cours des choses et reconsidérer les priorités de sa vie. Des liens peuvent être ravivés et vos proches sont sans doute capables de comprendre ce que vous vivez actuellement ?!

- Vous avez déjà frappé à quelques portes, ce qui montre votre désir d'avancer et votre capacité à demander de l'aide, considérez cela comme une ressource! Vous arrivez à vous centrer sur vous-même. Votre démarche de soutien psychologique me paraît une initiative constructive dans ce qu'elle peut vous apporter comme réflexion sur vous et votre potentiel. Ce moyen sera ce que vous en ferez, c'est-à-dire qu'il ne faut pas hésiter à exprimer clairement vos attentes, éventuellement vos doutes, à votre thérapeute. Il s'agit d'une prestation payante, vous êtes en droit d'avoir des exigences et d'aborder ouvertement ce que vous ressentez. Je vous invite à utiliser cet espace pour exprimer ce qui est difficile et aborder le concret de votre quotidien.

 

- Pour terminer par une vision d'ensemble sur les différentes dimensions de votre message, le point commun me semble être "vous en relation avec autrui". Que ce soit sur le plan familial, amical, amoureux, professionnel ou même de vos choix de vie, vous êtes en train de vous chercher pour vous reconnecter à vous-même et retrouver une correspondance entre votre intérieur (valeurs, sentiments, émotions, aspirations,...) et l'extérieur (actes, attitudes, décisions,..). Vous semblez avoir déjà pris conscience de pas mal de choses et vous rassemblez les pièces de vous-même qui ont été dispersées, mais ces pièces existent toujours et le temps vous permettra de retrouver le chemin de vous-même et la sécurité intérieure qui vous manquent momentanément. Je vous encourage à penser à vous et à organiser votre vie autour de ce qui vous fait du bien. Vous ne sortirez plus tout à fait la même de cette épreuve certes douloureuse; vous vous connaîtrez mieux et serez plus "outillée" pour trouver un équilibre entre votre sensibilité et la capacité à vous laisser guider par elle sans qu'elle ne vous piège...trop!

Une réflexion autour de vos limites et de la façon dont vous pouvez les poser me semblerait une bonne idée, qu'en dites-vous ?

 

 

Nous restons à votre écoute sans remplacer votre démarche psychothérapeutique. Je vous souhaite de trouver la force dont vous avez besoin pour traverser cette phase intense de votre existence. Bon week-end!

 

Telme

 

 

Bonsoir, Je me suis inscrite sur cette page pour avoir des réponses à mes questions... Voilà j'ai 17ans et je ne suis pas tranquille, je n'ai...

 

Bonsoir,

 

Je me suis inscrite sur cette page pour avoir des réponses à mes questions...

 

Voilà j'ai 17ans et je ne suis pas tranquille, je n'ai pas confiance en moi et je dois toujours me perturber de l'avis des autres... Je n'arrive pas à penser à moi en priorité, je trouve toujours des solutions pour les autres mais jamais pour moi... Je suis une fille généreuse et polis.. mais je le problème c'est que en 5 minutes je peux être gentille et deux secondes après méchante je n'arrive jamais à comprendre pourquoi j'ai autant de colère en moi... Je suis très proche de mon père et ma grand mère du côtà de mon père. Par contre je ne m'entends pas avec ma mère et cela fait bientôt deux ans que je ne lui parle plus comme avant.. même que avant ces deux ans on s'engueuler tout le temps, elle me stress tout le temps, n'a pas confiance en moi, me juge et parle de moi alors qu'elle ne sait rien de moi. Mes parents se disputent quatre fois par semaine et la majorité pour rien et cela me perturbe et je me sens obligéé de m'en meler et d'encourager mon père.. quand mon père est mal cela me met au plus bas.. je suis en ce moment très stressé et renfermée sur moi même alors que j'aime la vie.. mais je ne sais plus quoi faire pour amélioré mon état..

 

Merci d'avoir créer un site ou on peut se faire écouter

Très bonne soirée..

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour et bienvenue sur Telme.

Tu aimerais avoir une réponse à tes questions mais dans ton texte tu nous adresses aucune question directement. Nous te donnerons alors des pistes de réflexion sur la base des éléments que tu nous amènes.

L'avis des autres est important, il peut nous faire sentir bien mais aussi mal s'il est négatif. Comment peux-tu relativiser certaines remarques qui te sont faites? Tu dis être une fille généreuse et polie, donc tu es consciente que tu as des qualités et, comme tout le monde, aussi des défauts. Certaines critiques qui viennent des autres peuvent aussi nous aider à évoluer vers quelque chose de différent, qu'en penses-tu?

 

Tu rapportes une situation familiale compliquée. Quand les parents se disputent c'est toujours difficile pour les enfants, d'autant plus que parfois il y a l'envie de s'en mêler et de se positionner pour l'un ou pour l'autre. Cependant, s'ils se disputent c'est un problème entre eux deux, dans leur couple et pas au niveau parental. Ce sont des aspects que ta mère et ton père doivent règler, seuls, même si pour toi c'est difficile de voir ton père en difficulté.

Tu peux le soutenir en dehors des disputes qu'il a avec ta mère mais c'est à lui de régler la situation, je ne crois pas que ce soit positif que tu te mettes à soutenir l'un de tes parents "contre" l'autre, ce n'est vraiment ni ton devoir, ni dans tes possibilités. Les relations dans la famille pourraient devenir encore bien plus difficiles car ce qu'il se passe dans le couple n'est pas accessible aux enfants...

Crois-tu que ce soit cette ambiance familiale qui te stresse et te fait te renfermer sur toi-même?

 

Tu nous remercies pour notre site, il y a aussi d'autres façon de se faire écouter, si tu en ressents le besoin. Par exemple au 147, numéro de téléphone confidentiel et gratuit, ce sont des professionnels qui te répondront , prêts à t'écouter et à te conseiller selon besoin. Si la situation que tu vis te fait souffrir et tu aimerais la "déposer" quelque part il y a également la possibilité de voir un psychologue ici a Telme, avec un prix symbolique de 5.-. Tu trouveras les informations sur ce site.

Bien à toi

Telme

 

 

 

Telme je m’adresse à vous car j’ai un problème, du moins les autres le trouve mais moi je ne m’en rends pas toujours compte. C’est assez bizarre. Je...

 

Telme je m’adresse à vous car j’ai un problème, du moins les autres le trouve mais moi je ne m’en rends pas toujours compte. C’est assez bizarre. Je ne fais que de penser aux autres c’est-à-dire quand j’offre par ex. un cadeau je réfléchis est-ce qu’il va plaire ou non est-ce que j’offre assez pour que xy ne soit pas jaloux ou d’autres ex. qui me sont arrivés ; j’étais au chômage et je me disais j’ose pas sortir car ma sœur (même fiancée), en me voyant va se dire, tient elle fait rien, s’amuse tout le temps (alors que c’est loin d’etre le cas !) ; en allant au boulot je me disais faut que j’enlève mon bracelet ou ma bague parce qu’une de mes collègues est jalouse sur moi…j’arrive pas à être moi-même la personne que j’aimerai être au fond. Qu’est-ce qui tourne pas rond chez moi ? pourquoi j’agis comme ca ?

Je ne fais que de penser aux autres je vous remercie de votre aide et bon conseil

 

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour, bienvenue sur ce site,

 

Tout faire pour les autres est indirectement une façon de penser à soi, car c'est aussi un moyen de plaire, d'être accepté par les autres... Ceci dit, vous êtes probablement une personne généreuse et ce commentaire ne doit pas vous faire penser que vous seriez "egoïste".

 

Comme vous dites encore que vous ne parvenez pas à être la personne que vous aimeriez être, nous supposons  que cette attitude est vraiment trop répétitive et ne vous satisfait pas. Vous aimeriez être plus indépendanrte du regard des autres, vous permettre d'exister pour vous-même sans vous sentir "sous la loupe". Pour le moment, on dirait que le souci d'être acceptée passe avant vos envies personnelles.

Mais il y a un exercice tout à fait concret qui vous permettra d'avancer, il est lié au fait que vous avez conscience du problème et que vous pouvez décider d'agir en conséquence. Encouragez-vous à chaque fois que vous y pensez à vous poser la question: est-ce que je le fais pour moi ou pour l'autre? Et bien sûr, autorisez-vous à faire comme VOUS aimeriez le faire, en tenant compte de vos priorités et non de celles des autres.

 

Il est possible que votre introspection vous permette de vous développer, de devenir plus autonome. Si cela n'avance pas ou trop lentement, il serait souhaitable de commencer un travail avec un psychologue qui vous permettra de comprendre ce qui se joue à l'arrière plan pour vous et qui vous empêche d'exister pour vous-même.

 

Nous ne pouvons donc pas vous dire pourquoi vous agissez comme ça puisque c'est précisément le travail à faire avec un psychologue dans le cadre d'un suivi. Mais n'hésitez pas à écrire encore en donnant davantage d'informations sur votre passé, votre vécu pour que nous puissions vous donner des pistes plus précises.

Bonne suite

Telme

J’sais pas par ou commencer j’suis triste je m’en veux tant tellement…ca fait des mois que je me suis prise la tête, me suis disputée en ai voulu...

 

J’sais pas par ou commencer j’suis triste je m’en veux tant tellement…ca fait des mois que je me suis prise la tête, me suis disputée en ai voulu très fort à mon meilleur ami. J’ai failli tout flanquer parterre ca tellement explosé entre nous je m’en veux

Il ne voulait plus me parler, m’écouter, m’entendre.

Il ne voulait plus de mes excuses.

J’ai laissé passé le temps, repris contact, ca a encore explosé, il ne voulait plus rien savoir de moi. J’ai encore laissé passer du temps…l’amitié c’est tellement précieux et important à mes yeux que j’ai attendu, dans ma tête et dans le cœur j’y croyais encore. J’ai ai eu mal par le passé en ayant été abandonné bon nombre de fois alors je cassais avant par peur de perdre

J’ai pris mon courage a deux mains j’ai été le voir, il n’a pas dit grand chose moi non plus..je l’ai serré dans mes bras et lui ai dit que j’avais l’ennui qu’il m’avait manqué très fort et que je l’appréciais beaucoup, je lui ai dit que je voulais quîl fasse attention à lui pas quil lui arrive quelque chose, lui m’a dit tu fais attention à toi.

On s’est serré dans les bras, fait la bise, on est resté un long moment sans rien dire on avait plein de choses à se raconter mais on avait pas besoin d’un grand discours à ce moment là on se comprenait

Il m’a dit qu’il serait là pour m’aider, on se fait la bise, se parle MAIS on s’écrit plus de textos, on fait plus un bout de chemin ensemble pour rentrer..l’autre fois quand j’ai eu une grande émotion qui m’a envahi je voulais dire que je regrettais ce qui s’était passé il m’a dit qu’il n’était pas fâché, j’ai pleuré il m’a demandé si j’avais du chagrin il m’a pas essuyé les larmes, je n’ai pas pleuré sur son épaule, ni recu un mouchoir. D’habitude quand j’étais triste c’est ce qui se passait là rien

Pour moi c’est toujours un bon et meilleur ami et je crois qu’en amitié parfois on doit aussi se mesurer pour se situer, s’engueuler parfois et se faire confiance

 

J’ai perdu son amitié d’avant ou le temps peut faire que ca se reconstruit gentiment mais d’une manière différente ? telme merci de votre réponse et écoute !

 

p.s: oup's oublié de vous dire bonsoir, excusez moi

 

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour, et bienvenue dans notre espace pour jeunes!

Difficile d'avoir l'impression de perdre l'amitié d'une personne qui compte pour nous....Votre message reflète bien votre mal-être, mais mettre des mots sur ce que vous vivez est déjà une façon de ne pas vous laisser enfermer dans votre souffrance et de tenter d'avancer.

 

Vous ne dites pas ce qui a déclenché le conflit avec cet ami, en revanche vous vous attardez longuement sur ce que vous ressentez. Vous avez tenté un rapprochement, mais cet ami ne se montre pas prêt à reprendre la relation comme avant.

Comme toute relation a besoin de deux personnes pour exister, vous ne pourrez pas "forcer" cet ami à se rapprocher s'il ne le souhaite pas...par contre vous pouvez réfléchir à votre part personnelle dans cette situation.

Il semble que ce garçon a été sensible à votre reprise de contact, mais il faut peut-être accepter que ce lien entre vous ne se rétablisse pas tout de suite. Peut-être votre relation est-elle "convalescente" et nécessite une reconstruction ?! Partant de là, je vous invite à trouver un juste équilibre entre la discrétion et rester présente, ainsi qu'entre votre désir de "réparer" et la patience.

 

Il s'agit de respecter votre ami et ce qui le fait souffrir: peut-être a-t-il besoin de reconstruire quelque chose de son côté ou de temps pour réfléchir et éventuellement ensuite vous réaccorder sa confiance ? Que pensez-vous de lui écrire, sans être insistante et chercher à tout régler immédiatement, mais simplement pour lui dire ce que vous ressentez et combien votre relation compte à vos yeux? Ce mot peut-être bref, l'essentiel n'est pas la quantité...

 

Et si un jour, votre ami se sent prêt à passer à nouveau du temps avec vous, alors proposez-lui une discussion ouverte dans laquelle chacun de vous exprimera ce qu'il éprouve, reconnaîtra peut-être ses erreurs et vous pourrez décider ensemble sur quelles bases nouvelles faire redémarrer votre lien.

 

Je souhaite que votre chagrin s'apaise avec le temps et que vous gardiez confiance en l'évolution de toute situation...y compris la vôtre.             

Nous continuerons à réfléchir avec vous si vous décidez de nous récrire.      A bientôt peut-être                  Telme

 

 

 Je suis très retournée par ce que j'ai vécu la semaine dernière lorsque je suis partie en vacances avec une amie que je pensais bien connaitre. J'ai...

 Je suis très retournée par ce que j'ai vécu la semaine dernière lorsque je suis partie en vacances avec une amie que je pensais bien connaitre.

J'ai 24 ans et j'ai sympathisé avec une fille de 18 ans l’automne dernier. Nous avons eu tout de suite un très bon contact et j’appréciais son côté décalé et son humour. Au fil des semaines une amitié s'est tissée entre nous. Elle me parlait de sa timidité et de sa gène dans les lieux publics. Je l'ai encouragée à surmonter ses peurs. Parfois, je remarquais des attitudes inhabituels (Sa manière de marcher avec un certain déséquilibre, parfois lorsqu'elle mangeait elle restait concentrée sur le plat et ne m'adressait plus la parole, ses besoins d'aller au toilettes) mais sans toutefois m'y attarder.

En mai de cette année nous avons planifié des vacances ensemble à Paris. Et nous y sommes allé au début du mois d'aout. J'ai découvert le vrai visage de cette personne qui s'est avéré... effrayant! 

Elle a tout de suite développé une paranoïa : elle se sentait persécutée par les voyageur et était persuadée que les "négros" lui voulaient du mal. Elle développait un mépris face aux africains.
Elle s'est montrée bipolaire, manipulatrice, n’arrêtant pas de m'accuser comme responsable de ses maux. Elle adoptait un comportement délirant : parfois elle me disait qu'il fallait que l'on parte car elle se sentait menacée, qu'on lui voulait du mal, parfois elle restait immobile, les yeux vides. Elle piquait des crises d'hystéries en pleine rue, elle vidait son sac car elle avait perdu une feuille ou un stylo ou un mouchoir. Elle avait des remarques déplacées face aux serveurs, aux employés des magasins... La nuit elle avait des crises, se qualifiant de laide, de nul et elle se frappait, se griffait. 

Dans les restaurant elle avalant des portions démesurées et allait 30 minutes aux toilettes. Elle est boulimique et va vomir aux toilettes, elle le faisait également le soir à l'hôtel. J'ai également remarqué son penchant démesuré pour boire.

Je suis retournée, car j'ai tout de me sympathisé avec cette fille. Mais je ne m'attendais pas un instant qu'elle soit sujette à autant de maux. 

Mais que dois-je faire? A qui dois-je annoncer cela? Quelle attitude devrais-je avoir? Encore maintenant j'en ai peur, je fais des cauchemar pendant la nuit. Comment dois-je procéder pour que tout ce que j'ai vécu perde de son importance?

Merci d'avances pour vos conseils.

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour, et bienvenue sur notre site !

Etre témoin des problèmes de comportement ou des troubles psychologiques d'un-e proche est déstabilisant à plusieurs titres: cela nous renvoie au lien tissé avec la personne et à l'image que l'on a d'elle et, par conséquent à notre "responsabilité" de réagir à ce qui se passe. Plus largement, cela nous renvoie à nous-mêmes et à la frontière entre le normal et le pathologique.

Vous avez raison d'essayer de faire quelque chose de tout cela afin de ne pas laisser ces pensées tourner en boucle dans votre tête sans qu'elles ne trouvent d'issue.

Dans un but constructif, il serait souhaitable bien sûr de jouer franc jeu avec cette amie en lui disant que vous avez remarqué ses inhibitions et ses inquiétudes lors de vos vacances (ce contexte inhabituel a peut-être renforcé ses troubles), que cela vous préoccupe et nécessiterait un suivi thérapeutique. En a-t-elle déjà un ? Si votre amie minimise la nécessité de tels soins, vous pouvez lui préciser que ni vous, ni toute autre personne ayant un lien affectif avec elle ne peut assumer un rôle "soignant" à son égard.

Votre besoin de vous distancer répond sans doute chez vous à la nécessité de prendre du recul pas tant par rapport à la personne de votre amie, mais surtout à l'égard de ce que vous avez perçu comme excessif et tourmenté chez elle. Ce réflexe est normal, à vous de voir si vous allez lui expliquer le sens de cette prise de recul et si vous voyez cette rupture comme définitive ou si le temps vous permettra néanmoins de garder contact.

Cela dépendra peut-être aussi de la capacité de votre amie à entreprendre une démarche personnelle et à prendre en compte ce que vous ressentez, donc à s'inscrire dans un processus dynamique.

Pour diminuer l'impact émotionnel de ce que vous avez vécu, comptez tout d'abord sur le temps qui agit dans ce sens. Vous avancerez aussi plus vite si vous avez la possibilité d'en parler: avec votre amie par exemple, ou sur ce site si vous souhaitez nous récrire, ou encore auprès du GRAAP, groupe romand d'accueil et d'action psychiatrique, 021 647 16 00; www.graap.ch où des professionnels peuvent vous aider à relativiser et à "décoder" l'attitude de cette personne.

L'image que vous vous faites de cette amie va être importante dans votre souhait de vous dégager de ce mal-être: si vous gardez d'elle la représentation de quelqu'un de "monstrueux" et dangereux, vous risquez d'être dans quelque chose de figé. Par contre si vos parvenez à vous dire que ces comportements sont avant tout signes de souffrance et ne reflètent qu'une partie de cette personne, alors il y aura place pour la part qui malgré tout reste humaine et normale. 

Vous avez des ressources, elles vous aideront à ne pas vous laisser "absorber" par ce malaise...alors confiance, et à bientôt peut-être !      

Telme 

 

 

Bonjour, Ca fait déjà plusieurs années que je ressens un certain malaise dans ma relation aux autres, sans vraiment savoir pourquoi. J'ai peu...

 

Bonjour,

 

Ca fait déjà plusieurs années que je ressens un certain malaise dans ma relation aux autres, sans vraiment savoir pourquoi.

J'ai peu d'amis, une seule amie d'enfance qui s'éloigne et de vagues contacts à l'université, mais pas de liens plus forts: je passe la plupart des vacances-weekends-soirées avec mes parents et ma soeur.

Je me sens très bien avec mes parents, à la maison, dans ma chambre. Je suis comme rassurée, mais sans vraiment savoir de quoi j'ai peur? Une annonce de sortie entre "copains" m'angoisse, et j'ai tendance à refuser ou alors à n'y rester que très peu de temps et à rentrer tôt chez moi.

Je me suis rendue compte maintenant depuis plusieurs mois/années que ce ne sera probablement pas le cas, et que je dois faire un peu plus d'effort pour aller vers les autres, même si ça m'est très difficile et que je ne sais pas comment m'y prendre. Me "forcer" ne semble pas efficace et il n'y a pas vraiment eu d'amélioration depuis que j'essaie.

Mais en réfléchissant et en écoutant mes parents parler, j'ai élaboré une hypothèse sur les raisons de ce frein envers les autres: il se trouve que mes parents sont relativement isolés eux aussi.  j'ai l'impression de ne pas avoir le droit de m'éloigner d'eux, pour ne pas leur faire de la peine. Leur relative isolation me renvoie à la mienne et me met mal à l'aise. 

Ce n'est bien sûr pas un message conscient qu'ils m'envoient: mes parents me poussent plutôt à sortir et à voir des amis, mais c'est quelque chose que j'ai beaucoup de peine à faire.

Désolée pour ces longues explications... Je me demandais si cette hypothèse vous semblait plausible ?

Et si oui, surtout comment faire pour sortir de ce cercle vicieux dans lequel je me suis moi-même enfoncée par facilité et habitude ?

Je vous remercie beaucoup pour votre patience et votre écoute.

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour et bienvenue sur ce site!

Votre question n'est pas trop longue, elle est claire et presque complète car votre hypothèse semble effectivement très plausible. Ma réponse ira dans le même sens.

Ce que vous décrivez de vos parents laisse entrevoir la possibilité d'une alliance inconsciente avec eux, de votre part. Vos parents sont très casaniers, se contentent d'un réseau limité, presque inexistant. Si vous partez, ils vont se retrouver seuls, avec votre soeur qui partira elle aussi.

Jusqu'à quel point pensez-vous que votre isolement est une forme de soutien à vos parents?

Un autre élément à prendre en compte est la "culture familiale de la relation". Vos parents ont été votre source d'identification, ils sont à l'origine de vos valeurs. Vous avez baigné dans une ambiance qui vous a offert telles ou telles ressources. Même si vos parents sont certainement des personnes aimantes et pleines de qualités, il se trouve que  le domaine des relations n'est pas leur point fort. Avec eux, vous n'avez peut-être pas développé certaines compétences qui sont plus présentes dans d'autres familles; vos parents vous ont sûrement appris beaucoup, mais pas sur ce plan.

Votre difficulté à rencontrer l'autre, votre tendance à vous sécuriser en restant à la maison trouve son origine en partie dans votre vécu familial. Vous n'avez pas encore suffisamment développé certains aspects de votre personnalité, c'est souvent le cas pour les jeunes, on arrive à l'âge adulte en ayant des "compléments" à développer, ce n'est pas grave.

 Vous dites que vous forcer n'est pas efficace, mais comment faire?

Les premiers pas peuvent sembler artificiels, mais c'est en expérimentant la relation que vous développerez de nouvelles compétences. Pour faciliter ce mouvement, il serait peut-être aidant pour vous de vous inscrire dans de nouvelles activités qui vous poussent dans une situation que vous fuyez en général. Pourquoi pas du théatre, par exemple?

C'est à vous de voir que qui vous stimule le mieux, l'essentiel étant de ne pas baisser les bras, en vous privant ainsi de toute une dimension importante de votre existence.

Bonne chance, n'hésitez pas à réagir à ma réponse.

 

 

Bonjour, Ma maman est décédée il y a 2 mois, elle était en forte dépression depuis 2 ans et s'est suicidée. Sous le choc, j'ai dis à mes deux...

Bonjour,

Ma maman est décédée il y a 2 mois, elle était en forte dépression depuis 2 ans et s'est suicidée. Sous le choc, j'ai dis à mes deux enfants qu'elle avait eu un accident, mais aussi ils savent qu'elle était malade et triste. Ils sont déboussolés de me voir si mal et je ressens une inquiétude vis à vis de la disparition de leur grand-maman qu'ils adoraient. Que faudrait-il leur dire pour les rassurer? Je leur ai dit que tout le monde partait un jour et ainsi je leur ai fait peur, ils croient que je vais aussi partir.

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Je pense que vous avez bien fait de parler d’accident à vos enfants qui sont encore très jeunes et pour lesquels l’idée du suicide est trop compliquée. Cela pourra être dit plus tard s’ils viennent sur le sujet.

Vous dites à juste titre qu’ils sont déboussolés de vous voir si mal. Effectivement les enfants sont très sensibles à l’ambiance dans laquelle ils vivent et ils sont en général plus déstabilisés par le contexte de ce qu’ils sentent que par l’événement lui même.

Vous êtes pour votre part secouée par un tel drame et il est bien compréhensible que vous ne soyez pas bien.

Expliquez alors simplement à vos enfants que vous êtes triste parce que quand quelqu’un, qu’on aime bien, meurt ça fait mal dans le cœur. Après on s’habitue petit à petit à ne plus le voir jusqu’à ce qu’il devienne comme un bonheur dans notre cœur. Et alors après, on va mieux. Bientôt vous aussi vous irez mieux.

Vos enfants prennent conscience que vous pourriez partir aussi, rassurez les en leur disant que la grand maman était bien malade et que c’était difficile pour elle de vivre avec cette maladie. Maintenant elle n’a plus mal et c’est bien pour elle.

Vous, vous avez encore beaucoup de choses à faire avant de mourir vous devez vous occuper d’eux jusqu’à ce qu’ils soient très grands.

Pour votre information, il y a un livre pour les enfants de cet âge qui s’intitule « La découverte de petit bond » de Max Velthuijs dans la collection pastel à l’école des loisirs et qui permet de parler de la mort. Les enfants s’expriment alors en fonction de leur inquiétude et de leurs préoccupations plus facilement.

Bien à vous, 

Telme

Bonjour, tout d'abord, bravo pour le site. Il y a  peu près une année ma fille a commencé à me dire qu'elle me détestait ne voulait plus me parler...

Bonjour, tout d'abord, bravo pour le site. Il y a  peu près une année ma fille a commencé à me dire qu'elle me détestait ne voulait plus me parler (rejet verbal très violent). Depuis 6 mois je vit séparé et le nous avons divorcé. Ma fille vit avec sa maman et elle est très avare de ses visite. A chaque situation conflictuellle, elle de braque et me dit qu'elle ne veux plus me voire qu'elle me déteste. Acuellement, elle refuse me me parler et son dernier message sur msn était "Ta geule". On m'a dit que le rejet permettait à une ado de bien se construire et que c'est "tout bénéf pour la suite de sa vie". J'espère que c'est vrai. Cette situation me déchire au plus profond de moi (elle doit le savoir) et je ne sais plus comment agir.

 

Réponse de TELME:

Bonjour, et bienvenue sur ce site!

En tant que père, vous êtes confronté à des difficultés relationnelles avec votre fille adolescente et vous aimeriez avoir quelques pistes pour vous situer.

Votre question reflète la préoccupation de nombreux parents obligés de gérer simultanément une situation de divorce et le lien qu'ils souhaitent entretenir avec leur enfant, le tout en tenant compte de contraintes légales, etc....

Je comprends bien votre malaise et combien l'attitude votre fille vous touche. De plus, vous avez peut-être aussi le sentiment d'être peu entendu et assez seul face à votre fille et à sa mère?!

Savez-vous ce qui amène votre fille à se comporter ainsi avec vous ? Fait-elle de même avec sa mère ou vous semble-t-il qu'elle a quelque chose à vous reprocher (même inconsciemment) personnellement? Avez-vous essayé d'en parler avec elle hors conflit, dans un moment de calme ? Cela pourrait vous donner des pistes...

En lisant attentivement votre message, il me semble qu'une distinction est à faire entre des attitudes fréquentes à l'adolescence mais qui sont à gérer différemment : Le rejet, l'opposition et le manque de respect. Il est vrai qu'un adolescent se construit beaucoup à travers l'opposition et les réponses qu'il reçoit de la part des adultes. Les repères que ceux-ci lui donnent l'aident à se situer de façon adéquate tant psychologiquement que socialement, tant par rapport à lui-même que par rapport aux autres. Cela est constructif et incontournable à cette étape de vie !

En revanche, le manque de respect et le rejet ne sont pas des attitudes à accepter de manière résignée : Si votre fille a le droit d'être fâchée, révoltée, mal dans sa peau, de ne pas partager votre point de vue sur certaines choses, en revanche vous pouvez lui dire que vous refusez qu'elle vous manque de respect en vous injuriant, par exemple.De même que vous la respectez, elle vous doit la même chose.                                 Quant au rejet, cela évoque la possibilité d'"utiliser" une personne au même titre qu'un objet qu'on prend quand ça nous arrange et qu'on délaisse quand il est moins utile. Cela pour moi n'est pas acceptable car on ne peut entretenir des rapports humains (qu'ils soient amoureux, familiaux, amicaux,...) durables et équilibrés dans une telle dynamique ! Qu'en pensez-vous ?

En ce qui vous concerne, je suggère que si la communication est possible avec la mère de votre fille, vous pourriez essayer de vous mettre d'accord sur les visites et certaines exigences communes. Si ses visites chez vous pouvaient être cautionnées par sa mère de façon à lui faire sentir qu'elle n'a pas tout pouvoir et que vous restez, vous et sa mère, un couple parental malgré votre divorce, je pense que cela serait structurant et rassurant dans cette phase de sa vie où le doute, la contradiction et le besoin de se situer impliquent un positionnement clair de l'adulte (même si ce n'est pas apprécié!). Votre fille percevra sans doute comme une marque d'affection et d'intérêt pour elle le fait que vous cherchiez à conserver votre rôle de père.

En espérant que cette réponse vous donnera quelques pistes utiles, je vous souhaite de retrouver un dialogue satisfaisant avec votre fille.

Bonne suite !