Filtres

Questions / Réponses

Vous trouverez sur cette page les nombreuses questions adressées à Telme sur ces dernières années.

Faute de subventionnement nous ne pouvons plus répondre à de nouvelles demandes. Vous pouvez toutefois consulter ces échanges archivés en faisant une recherche par thème.

Mon conjoint a du mal à participer aux tâches liées à la maison et aux enfants. Nous sommes mariés depuis 10 ans et avons 2 enfants de 4 et 2 ans....

Mon conjoint a du mal à participer aux tâches liées à la maison et aux enfants.

Nous sommes mariés depuis 10 ans et avons 2 enfants de 4 et 2 ans. Notre histoire de couple, comme tout le monde, a été ponctuée de haut et de bas. La plupart de nos disputes ont presque toujours été liées à la distribution des tâches et aux questions financières parfois, car j'assumais beaucoup à ce niveau-là aussi au début.

Nous sommes actuellement tout les 2 actifs professionnellement, ce qui de son côté n'a pas toujours été le cas. Parfois, nous trouvions des compromis, il s'y tenait quelques semaines, puis plus rien. Même lors de mes 2 grossesses, j'ai toujours tout assumé à la maison et j'avais accumulé beaucoup de fatigue.

Ce qui m'a poussé à écrire aujourd'hui est le fait qu'une fois par semaine, les enfants vont à la garderie. C'est toujours moi qui les amène et qui vais les chercher depuis maintenant 6 mois. Je l'ai fait sans rien lui demander car auparavant il partait à 6h30 de la maison pour faire plus d'une heure de trajet jusqu'à son travail. Depuis quelques semaines ce n'est plus le cas, nous avons les 2 le même horaire le matin. Du coup, j'attends de lui qu'il fasse aussi sa part à ce niveau-là, parce que là, il se lève et part et tout est à ma charge. Et ce n'est pas tout, le soir il rentre et s'occupe de ses petites affaires perso comme s'il vivait seul jusqu'au coucher des enfants (il couche les enfants seulement si je ne suis pas là). La situation me pèse énormément et notre relation de couple s'use, puisque je ne ressens plus de désir pour lui et n'ai même plus envie qu'il me touche. Par conte, là je n'y échappe pas, parce que même si je n'en ai pas envie, il devient très nerveux, presque violent, ne supporte pas que je le rejette sans cesse. Du coup, je cède, mais je le vis très mal.

De son côté il pense faire sa part, puisqu'il reste un jour par semaine à s'occuper des enfants et... fait la vaisselle après manger le reste du temps. Sauf que pour moi c'est largement insuffisant. Nous en avons parlé à plusieurs reprises, il dit se rendre compte que j'ai beaucoup de charge ( je m'occupe également de tout l'administratif, des rdv pour les enfants, etc.), mais les choses ne bougent pas. De mon côté c'est le ressentiment, la colère et la tristesse qui s'installent. Ne parlons pas des reproches que je lui fais sans cesse. Ce soir, je lui ai exprimé ma déception quand à son attitude, surtout le jour de garderie, mais il n'est pas prêt à faire beaucoup plus semble-t-il, parce qu'il dit ok pour quelques fois dans l'année. Il s'est senti acculé est devenu nerveux et à dit qu'il était prêt à faire autre chose en contre-partie (le souper une fois par semaine). Sauf que je ne suis pas d'accord, c'est une échappatoire trop simple à mon avis. Et c'est toujours à ce genre de réaction que j'ai droit pour beaucoup de demandes plus que justifiées.

Bref, il me semble que je suis à un stade de ras-le-bol général et que la situation met grandement notre relation en danger. J'attends d'avoir un homme, un mari à mes côtés, et non un enfant de plus à charge avec qui il faut toujours tout négocier difficilement. Le plus difficile pour moi est de le lui faire comprendre (par les mots ça ne marche pas apparemment) et que je ne me sens tout simplement pas du tout entendue par lui. Comment lui faire entendre que je suis à bout??

 

Réponse de Telme: 

 

Bonjour,

Vous décrivez un scénario répétitif de demande de votre part et de réticence ou désengagement de la part de votre mari. Ceci semble beaucoup influencer votre vie de couple et vous empêcher de voir ce qui existe en dehors des tâches ménagères.  

A présent, cette dynamique ne vous permet pas de rentrer dans un lien collaboratif. En effet, il semblerait que vos demandes répétitives envers votre mari mettent votre couple toujours dans une position d’échec : d’un côté, si votre conjoint accepte vos demandes, il sera dans une position passive et infantile où aucun jugement ne lui semble permit, et de l’autre côté s’il n’accepte pas il vous mécontente. Ceci vous amènera à lui demander encore plus et donc à rentrer dans un cercle vicieux. Par conséquence, vous allez les deux être dégoûtés par cette interaction. Malgré les efforts faits par votre mari et par vous-même cette manière de décider les rôles de chacun ne permet ni à vous ni à lui d’être complètement satisfaits et en accord.  

En tant que couple conjugal ainsi que couple parental une position égalitaire quant aux décisions prises est nécessaire et bénéfique. Une bonne répartition des taches ne nécessite pas forcément une distribution parfaitement égale mais doit être décidée et surtout acceptée à deux pour que chacun puisse s’y engager sérieusement.

Concrètement, vous pourriez poser « sur la table » toutes les tâches, et aménager de façon créative et participante une répartition des celles-ci dans laquelle chacun se sente acteur même si, encore une fois, elle n’est pas totalement équitable. Nous relevons encore qu’il est dommage que tous les aspects de votre vie soient « contaminés » par ce problème de répartition des tâches. Au contraire, il serait profitable de séparer les zones de conflits et garder ce qui peut fonctionner et qui peut représenter une ressource.

Nous vous encourageons donc à revoir tout cela ensemble et à vous donner la possibilité de sortir de cette dynamique du reproche et de position défensive. Un nouvel échange entre vous influencera par conséquence aussi le reste de votre vie de couple et de famille. 

Bien à vous, 

Telme

Bonjour, J'ai une petite amie depuis 10 mois. Ça fera bientôt 1 an qu'on sera ensemble. Cela n'à pas toujours été facile au début, car j'avais encore...

Bonjour,

J'ai une petite amie depuis 10 mois. Ça fera bientôt 1 an qu'on sera ensemble. Cela n'à pas toujours été facile au début, car j'avais encore des craintes du au passé. Mais, avec le temps, je m'améliore de plus en plus chaque fois. 

Quand je suis en face avec elle, ça va bien, j'ai confiance. Mais, c'est plutôt par écrit que j'ai plus de peine. J'ai le sentiment de ne pas avoir confiance en moi. J'ai l'impression que ma petite amie est en face elle est comme ça, et que par écran elle est différente.

Est-ce normal ? J'aimerai bien changer... Par écran, ça va pas... En face c'est parfait, et par écran, j'ai l'impression que c'est différent.

Pourquoi les relations par écran sont différent qu'en face ?

Merci d'avance

 

Réponse de Telme:

Bonjour, 

Etre en lien en face à face ou par écran peut parfois être différent pour plusieurs raisons. Par exemple, par écran on a peu de moyens pour comprendre de manière claire la situation et les intentions de l'autre. 

Ce qui importe finalement est la représentation que l'on se fait de la relation de manière plus large. Si quelque chose vous dérange par écran, c'est peut-être que vous avez de la difficulté à faire confiance à votre lien relationnel en dehors des moments passés ensemble? qu'est ce que cela dit de votre relation? qu'est ce qui vous dérange exactement par écran? ce sont toutes des réflexions à avoir à deux afin de comprendre ce qui vous pose problème. 

Une discussion sur le sujet vous permettra de connaitre le point de vue de votre copine quant à vos échanges par écran et de comprendre la source du problème. C'est elle la seule personne concernée alors n'hésitez pas à lui en parler ouvertement afin d'éviter tout malentendu!  

Bien à vous, 

Telme

 

 

Bonsoir, Bonne année à vous Telme! Merci d'offrir cet espace aux questions. J'aimerais savoir quel positionnement adopter dans ma situation. Tout à...

Bonsoir,

Bonne année à vous Telme! Merci d'offrir cet espace aux questions.

J'aimerais savoir quel positionnement adopter dans ma situation.

Tout à l'heure, mon compagnon m'a dit qu'il avait répondu un peu sèchement à mes parents par message, pas du tout dans l'idée d'un conflit (ils s'entendent plutôt bien et s'apprécient réciproquement je crois), mais "comme ça". Il a toujours eu cette tendance à répondre très brièvement ou des choses un peu "à côté de la plaque" à tout le monde (moi y compris), ce qui me gênait terriblement au début de notre relation. En apprenant à le connaître, j'ai moins fait attention à ses manières un peu cavalières et peut-être a-t-il aussi fait des efforts de son côté.

Mais d'apprendre tout à l'heure qu'il avait eu ce genre de comportement vis à vis de mes parents m'a fait... pleurer.

Je me sens tellement triste, j'ai l'impression qu'il les a blessés (même si involontairement, même si apparemment il s'en est rendu compte), et je me sens tellement désolée pour eux. J'ai honte et je culpabilise.

Je me rend bien compte que cet épisode n'est pas si grave, mais pour moi j'ai l'impression qu'il prend des proportions énormes.

Pour éclairer un peu mon histoire, on peut dire que je suis une fille de 30 ans, en couple depuis 3 ans avec mon compagnon, qui est aussi la première relation sérieuse que je présente à mes parents.

J'ai toujours été très liée à mes parents, sûrement trop à l'adolescence. J'ai réussi à m'en détacher progressivement lorsque j'avais 25 ans, puis de manière plus franche depuis que je connais mon compagnon. Je vois cette prise de distance vis à vis de ma famille comme bénéfique, et je le dois en bonne partie à mon ami.

Mais là je trouve qu'il est allé trop loin, et je lui en veux. Je n'accepte pas qu'il les blesse.

Comment expliquer à quel point cette histoire me touche?

Quelle réaction avoir? En parler avec mon ami? L'excuser auprès de mes parents?

J'ai l'impression parfois que cette relation est trop pour moi et qu'il est difficile pour moi de gérer tous ces pans de ma vie. Pourtant il me rend heureuse la plupart du temps.

Merci et bon début d'année à vous.

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Tout d'abord merci pour vos paroles valorisantes et vos voeux qui nous touchent!

L'attitude de votre ami vous affecte, même si vous relativisez en disant que cela prend peut-être de trop grandes proportions...signe positif que vous arrivez à prendre du recul et à admettre que votre "décodage" n'est sans doute pas le seul possible...

Chercher la raison qui fait que vous êtes à ce point affectée me semble une démarche intéressante: est-ce le besoin de protéger vos parents? ou une insatisfaction présente dans votre couple et qui s'exprime de cette façon? ou encore une difficulté à concilier le lien avec vos parents et la relation avec votre ami? est-ce une peur du jugement face au comportement un peu "hors normes" de votre conjoint?

Dans tous les cas, si vous envisagez différentes réactions possibles, je pense qu'il est important d'en parler avec votre ami, de voir quel regard il porte sur son attitude et s'il juge nécessaire d'en parler à vos parents, voire de s'excuser auprès d'eux ? Je vous propose également d'envisager les ressources de vos parents face à ce qui s'est passé: vous semblent-ils impuissants, voire "victimes" ou leur faites-vous confiance pour oser dire à votre ami s'ils ont été blessés? 
Verbaliser certaines choses pourrait vous soulager et permettre à chacun-e de mieux comprendre les comportements de l'autre.

Bonne réflexion et à bientôt peut-être...Belle année à vous !

Telme

Bonjour, Nous avons un fils unique de 18 mois. Il est très dynamique, très énergique et très demandeur d'attention. Il lui est difficile de jouer...

Bonjour,

Nous avons un fils unique de 18 mois. Il est très dynamique, très énergique et très demandeur d'attention. Il lui est difficile de jouer seul. Il est impatient également. Par contre c'est un vrai soleil lorsqu'on s'occupe de lui.

Depuis quelques temps, 1 à 2 mois, il repousse systématiquement sa mère lorsque je suis là. Pas de câlin, pas ou très peu de bisous, pas de bras. Il veut toujours son papa. Quand il se réveille, il m'appelle. Quand il va se coucher aussi. Bref, dès que je suis là.

Si je ne suis pas là, aucuns problèmes à être avec sa maman mais pas beaucoup plus de geste affectueux. Et avec moi, que je sois seul ou avec mon amie, pas beaucoup de bisous ni de câlin non plus.

Il passe la plupart du temps avec sa maman la semaine car je travaille. 1 à 2 fois par semaine chez une maman de jour avec qui tout ce passe bien et avec qui il est très affectueux. 2 soirs par semaine que avec moi car elle travaille. Et le weekend on est ensemble la plupart du temps.

Je précise que quand on est les 3 il joue avec moi et avec sa maman.

Le problème c'est que mon amie à l'impression que son fils ne l'aime pas. Quand il la repousse ou lui refuse un bisous elle se sent rejetée et tellement triste. Je la comprend, ça doit être dur à supporter. Et moi je me sens extrêmement mal par rapport à ça. Je me sens très mal à l'aise quand mon fils la repousse et je m'en veux de la situation. J'en viens limite à ne pas me rapprocher trop de mon fils pour ne pas créer de malaise. Et maintenant mon amie m'en veut. Elle m'en veut de ne pas agir pour changer se comportement...je pense. Elle m'en veux car sa famille habite loin et elle n'a pas beaucoup d'ami/e et que son fils est tout pour elle. "Si je n'ai plus mon fils, je n'ai plus de raison de vivre" me dit-elle.

Mon couple en pâtie fortement de la situation. Je ferais tout pour l'aider, tout pour changer la situation. Mais j'aime mon fils et je ne veux pas changer de comportement et mettre de la distance avec lui.

Je ne sais pas quoi faire. Je suis perdu.

Que pouvez-vous me conseiller?

Merci pour votre réponse...

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Votre démarche de chercher des pistes pour faire évoluer positivement cette situation est constructive et montre que vous avez conscience que le sentiment de déséquilibre actuel ne profite à personne.

Ce que vous vivez peut être abordé à deux niveaux:

- Celui de votre fils qui se trouve à une étape de son développement où beaucoup d'apprentissages passent par le jeu, l'action et aussi l'opposition qui remplit une fonction essentielle dans la constitution de la conscience de soi, de l'estime de soi, de l'autonomie et de la socialisation. Pour se forger une volonté qui lui soit propre, l'enfant va tenter de l'imposer encore et encore, et tester l'effet de son comportement sur son entourage. Tout cela est éprouvant pour les parents qui peuvent se sentir personnellement visés (comme cela semble être le cas de votre conjointe), alors que l'enfant n'a pas la volonté de nuire ou de déstabiliser l'adulte. L'enfant de cet âge vit dans l'instant présent et toute attente ou refus représente une frustration. Il n'est pas encore "raisonnable", est incapable de se mettre à la place d'autrui et n'a pas conscience des limites. Le fait que votre fils se rapproche de vous tient peut-être simplement au fait qu'il vous voit moins ou que vous lui apportez quelque chose dont il a besoin actuellement, mais cela n'est pas lié à l'attachement affectif qu'il éprouve pour chacun de ses parents.

- Les adultes, en devenant parents, se retrouvent confrontés à ce qui les a construit dans leur famille d'origine ainsi qu'à leurs ressources et limites. La même attitude d'un enfant peut être décodée de manière différente par chacun des parents. A partir de là, il s'agit de réfléchir en terme de positionnement: même si la mère de votre enfant investit beaucoup son rôle maternel, il est important qu'elle n'attende pas que votre fils comble ses besoins affectifs car ce n'est pas son rôle. En revanche, vous pouvez en tant qu'adultes aider votre enfant à construire la base de sécurité affective dont il a besoin en le rassurant sur le fait que vous l'aimez malgré les conflits, mais aussi en assurant ce rôle de "contenant émotionnel" qui lui fera comprendre qu'il ne peut vous déstabiliser même dans la confrontation.

Etre cohérents dans vos prises de position parentales, mais aussi vous soutenir mutuellement, dialoguer et rester solidaires dans cette aventure merveilleuse mais éprouvante aussi....tout cela vous aidera car ce que vous vivez maintenant va changer lorsque votre enfant franchira les prochaines étapes de son développement, et il est très possible qu'un jour, il cherche à faire alliance avec sa mère en faisant mine de vous "oublier"...cela aussi sera normal!

Tous nos voeux d'heureuse suite à votre famille!

Telme

 

 

J'ai 17ans, je suis très instable émotionnellement et c'est très handicapant, que ce soit pour moi ou pour mon entourage. J'ai parfois des moments...

J'ai 17ans, je suis très instable émotionnellement et c'est très handicapant, que ce soit pour moi ou pour mon entourage. J'ai parfois des moments d'extrême bonheur et l'heure d'après je suis à la limite du suicide et adopte un comportement dangereux pour moi même. Récemment j'ai eu une "crise" d'extrême déprime qui a duré plusieurs jours (+crise d'anxiétés à répétitions). J'en ai très peu parlé à mes parents parce que je ne veux pas qu'ils sautent sur des conclusions hâtives, ni qu'ils s'inquiètent au point de se rendre malades. La dernière fois que j'ai eu une "crise" semblable, disons qu'ils n'ont pas eu les mots et ça a plutôt aggravé la chose (je ne suis pas très proche de mes parents). Bref, j'aimerais savoir si je devrais voir un spécialiste, je n'ai jamais été à une consultation chez le psy et je ne sais pas comment ça se passe.


Réponse de Telme: 

 

Bonjour,

Tu décris de manière claire ta situation et ce que tu vis. Tu as une bonne capacité de réflexion et d’analyse de toi-même, ce qui montre que tu as des bonnes ressources. Nous te rejoignons dans l’idée d’aller consulter un spécialiste (psychologue ou psychiatre) vu que ces moments de « crise » sont importants et ont un impact sur ton fonctionnement et ton bien-être.

Commencer un suivi psychothérapeutique te permettra tout d’abord d’exprimer dans un cadre de confiance tes ressentis lors de ces moments de tristesse et ton inconfort face à cette instabilité émotionnelle. Tu pourras ainsi mieux comprendre ce qui t’arrive, ce qui déclenche ces moments de tristesse ou d’anxiété, apprendre à les gérer et surtout améliorer ta qualité de vie. Apprendre à te connaitre te permettra aussi d’améliorer les relations avec ton entourage.
Concrètement tu définis avec la ou le psychologue un rythme pour les séances et tu profites de cet endroit pour parler des choses qui sont difficiles à aborder dans la vie de tous les jours. Les psychologues sont bien placés et compétents pour comprendre qu’il est parfois difficile de s’exprimer.

Concernant tes parents ils n’ont peut-être pas pu dire quelque chose de réconfortant la dernière fois mais ça vaut la peine de réessayer, même si vous n’êtes pas très proches ils sont là pour entendre ce genre de choses et te soutenir au mieux.

Nous restons à ton écoute si besoin,

Telme 

Bonjour, Ma fille de bientôt 5 ans fais régulièrement des crises impressionnantes, durant lesquelles plus rien ne semble avoir de prise sur elle. ...

Bonjour,

Ma fille de bientôt 5 ans fais régulièrement des crises impressionnantes, durant lesquelles plus rien ne semble avoir de prise sur elle.

Alors qu’elle est le plus souvent adorable, et apparemment sans raison, elle se met d’un coup à nous provoquer, en se moquant de nous, en rigolant et en gesticulant, comme si elle cherchait à nous énerver le plus possible (et souvent ça fonctionne).

Nous avons essayé de la punir, de la câliner, de lui demander de nous expliquer son comportement, sans succès.Les crises prennent fin soit lorsqu’on la couche, excédés, soit lorsqu’en gesticulant elle se cogne et se fait mal. Dans ce cas elle se met à pleurer en disant qu’elle ne sait pas pourquoi elle fait ça.

Comment pourrions-nous réagir pour l’aider ? Est-ce quelque chose de courant ?

Ça a commencé peu de temps après sa première rentrée scolaire, ça a duré environ un mois, avec des crises 1 jour sur 2 ou 3, puis ça s’est calmé 2 mois et c’est de nouveau fréquent depuis début décembre.

Nous ne savons plus que faire pour l’aider et éviter ces moments de grande tension pour toute la famille.

Merci d’avance pour vos conseils et meilleures salutations


Réponse de Telme : 

 

Bonjour,

Nous comprenons votre difficulté et votre envie d’aider votre fille. Vous avez essayé beaucoup de pistes ce qui montre beaucoup d’efforts de votre part.

Il nous est difficile de comprendre mieux que vous ce qui se passe au quotidien avec votre enfant. Par contre, plusieurs hypothèses et pistes peuvent être tentées. Votre fille ne cherche pas forcément à vous provoquer, de ce que vous décrivez elle semblerait plutôt vouloir attirer votre attention et vous faire réagir. Cela arrive souvent à son âge.  

Avez-vous essayé de l’ignorer lors de ces moments ? Pensez-vous qu’elle pourrait se calmer par elle-même si vous ne lui donniez pas d’importance ? Se montrer disponible et à l’écoute est très important mais répondre systématiquement à ses comportements pourrait lui donner l’impression d’avoir une emprise sur vous et avoir toujours ce qu’elle veut. Essayer de l’ignorer ou l’éloigner (par exemple en l’envoyant un petit moment dans sa chambre) vous permettrait de lui faire comprendre qu’elle ne peut pas toujours avoir votre attention. Qu’en pensez-vous ?

Il est aussi important de comprendre à quels moments elle a ces crises afin de comprendre ce qui les déclenche. Vous dites que cela arrive apparemment sans raison, mais il se peut qu’il y ait une raison à laquelle vous n’avez pas directement accès. Avez-vous réfléchi aux possibles causes ou déclencheurs de ces crises ?

Si cela continue et influence votre relation et dynamique familiale nous vous encourageons à en discuter avec votre médecin ou avec un psychologue afin de mieux saisir le comportement et les besoins de votre fille.

Nous restons à votre écoute, 

Telme

Bonjours, Voilà a 17 ans j'ai été chez le psy pour une dépression semblerait t'il mais très vite le psychologue m'a diagnostiqué bipolaire. Le...

Bonjours,

Voilà a 17 ans j'ai été chez le psy pour une dépression semblerait t'il mais très vite le psychologue m'a diagnostiqué bipolaire. Le problème et que j'ai dû arrêtez de voir ce psy faute de moyen et maintenant ( 2 ans après la consultation) je ressens une très sévère rechute. Je passe des jours entiers à pleurer sans raison, sans énergie dans mon lit et les jours d'après je sort tout le temps suis plein d'énergie de bonne humeur et surexcité ( certain de mes proches pensent que je me drogue vu l'énergie pendant ses période) très difficile de se calmer dans ses moment là. Et le jours d'après c'est reparti mais en pire, grosse déprime, fatigue... a t'elle point que sa affecte beaucoup mon travail et ma vie en général.

bref ma question est y'a t'il un moyen de soigner une bipolarité sans psy ou médicament ?

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Si vous ressentez une sévère rechute dans le cadre d’un trouble bipolaire, nous vous encourageons vivement à consulter un psychiatre. En effet, pour répondre à votre question il n’est pas possible de soigner une bipolarité sans l’aide d’un professionnel et souvent d’une médication (des stabilisateurs de l’humeur). Par contre, il ne s’agit pas de consulter toute votre vie, ce qui importe c’est d’acquérir des outils et une connaissance de vous-même qui vous permettra de gérer vos symptômes et d’y faire face lors de périodes difficiles. Un psychiatre saura vous accompagner dans cette démarche.

Actuellement vous allez mal et vous avez besoin de soutien, n’hésitez pas à demander de l’aide. L’aspect financier ne doit pas vous empêcher de prendre soin de vous. De plus, tout suivi auprès d’un psychiatre sera pris en charge par l’assurance-maladie.

Bien à vous,

Bonjour, Je rencontre quelques difficultés dans ma vie sentimentale. En effet, à ce jour je n'ai jamais eu de petite amie excepté quelques flirts...

Bonjour,

Je rencontre quelques difficultés dans ma vie sentimentale.

En effet, à ce jour je n'ai jamais eu de petite amie excepté quelques flirts et, n'ai non plus jamais fait l'amour.

Plusieurs personnes de mon entourage (ami(e)s, connaissances, famille, etc ..) me disent et considèrent comme étant beau garçon, séducteur, devant plaire aux filles, intelligent, calme , réfléchi, qui impose et qui dégage un certain charisme! En outre, il m'est souvent reproché (façon de parler) d'être certainement trop pénible à l'encontre des filles / femmes à savoir qu'en quelques sortes que je mettrai la barre soit trop haute ou, que je chercherai la femme parfaite, le top modèle en quelques sortes. Je concède être un peu pénible ou du moins savoir ce qui je cherche ainsi que savoir quels types de filles me plaisent réellement.

Malgré tous ces points positifs ou à améliorer, je n'arrive pas à comprendre ma situation sentimentale actuelle alors que bon nombre d'ami et d'amies que ce soit de mon âge, plus jeune ou plus âgés sont soit en relation, en couple, mariés, divorcés ou ont ou viennent d'avoir des enfants.

Il m'est souvent arrivé (avec des filles qui me plaisaient) et ça m'arrive encore d'être considéré comme un ami voir un très bon ami mais sans sentiments amoureux réciproques (tomber ou être catégoriser dans la friendzone comme on peut parfois l'entendre ou le lire)

En fin de compte au vu des quelques explications, d'après vous où se situerait le problème ou point à améliorer, à travailler? Que me conseilleriez-vous pour sortir ou améliorer cette situation? Est-ce que je manque de confiance en moi pour aller de l'avant? Suis-je trop pénible comme on me le dit souvent? Ai-je un élément qui pourrait poser problème ou qui pourrait freiner ou faire peur la gente féminine? Suis-je uniquement attiré que par des filles / femmes inaccessibles malgré qu'il m'arrive d'estimer avoir un bon feeling avec ces dernières?

Merci d'avance pour le temps consacré à ma demande!

Notre réponse:

Bonjour et bienvenue,

Votre situation est étonnante et nous ne comprenons pas davantage ce qu'il se passe qui vous empêche de nouer une relation avec une fille.
Manquez- vous de confiance en vous?
Mettez-vous la barre trop haut?
Etes-vous trop pénible?
Vous êtes mieux placé que nous pour le savoir et y remédier.

Nous pouvons émettre quelques hypothèses:
Etes-vous vraiment attiré par les filles sur le plan affectif ou sexuel?
Pouvez-vous partager l'intimité avec quelqu'un sans avoir trop peur?
Pouvez-vous vous détendre dans la relation et lâcher le contrôle?

Nous n'avons pas d'éléments pour comprendre ce qu'il se passe. Vous, par contre, pouvez vous poser les bonnes questions et travailler à un changement. Par exemple, si vous mettez la barre trop haut, qu'est-ce qui vous empêche de devenir moins exigeant (à supposer que ce soit le problème)? Si vous êtes trop pénible, qu'est-ce qui vous empêche de l'être moins?

Si vous n'y voyez pas clair dans votre situation et sur le plan de la relation, nous pensons que vous pourriez consulter auprès d'un psychologue pour faire un travail sur vous-même.

Bonne suite

Telme

 

 

Bonjour, J'ai besoin de votre aide aujourd'hui car nous n'avons plus aucunes communications avec notre fils de 17 ans et demi. Il nous mène une vie...

Bonjour,

J'ai besoin de votre aide aujourd'hui car nous n'avons plus aucunes communications avec notre fils de 17 ans et demi. Il nous mène une vie infernale depuis maintenant une semaine. Nous ne savons plus comment agir avec lui. Il refuse toute règle venant de notre part.

Il est depuis septembre en lycée professionnel où il est rentré sur concours. Il a des difficultés d'apprentissages type "dys" qui lui rendent sa scolarité difficile. A la suite d'un avertissement de travail, nous lui avons proposé de lui faire donner des cours particuliers pour remonter sa moyenne. Ce qui lui demande beaucoup plus d'investissement personnel. Il nous dit depuis quelques temps ne plus avoir du temps pour lui, d'autant que c'est la première année où il a un travail scolaire aussi soutenu.

De plus, nous habitons assez loin de son lycée, ce qui fait qu'il se lève à 5h00 pour prendre le train et rentre à 18h00.

En rentrant, Il a deux fois par semaine le soutien et les devoirs les autres soirs.

Depuis septembre, il a aussi pris des engagements auprès d'une troupe de cirque, les entraînements sont le mercredi soir de 19h00 à 20h30.

Il est donc plutôt fatigué et irritable.

Il nous demande avec insistance de pouvoir avoir un appartement à côté de son lycée.

Ce que nous lui refusions pour le moment en lui disant qu'il fallait qu'il prenne d'abord un bon rythme de travail.

Je précise aussi que depuis le mois d'Octobre, il a une petite amie dont il est très amoureux et qui vit loin de ses parents (plus de 700 km). Elle ne rentre donc que pendant les vacances scolaires. Elle a 16 ans et à priori vit assez mal la séparation et la solitude de ses soirées.

Mercredi dernier, notre fils a "raté" 2 trains avant de rentrer et d'arriver en retard à son cours de cirque. La troupe qui est en train de préparer un spectacle a du l'attendre pour commencer. Afin de lui faire un électrochoc, nous lui avons confisqué son portable et avons exigé qu'il rentre suite ses cours terminés. Il a littéralement pété les plombs (hurlements, pleurs....), j'ai perdu mon sang froid et nous sommes sévèrement disputés.

Nous avons passés deux jours sans nous adresser la parole.

Au bout du second jour, je lui ai annoncé que s'il voulait son indépendance tant demandé, il n'avait qu'à se trouver un appartement. Que je ne lui dirais plus rien mais qu'il fallait qu'il me tienne informé. Et bien évidemment que j'étais là s'il avait besoin d'aide pour quoique ce soit.

Depuis la communication est difficile voir inexistante.

Je suis plutôt une maman poule et suis consciente que nous en sommes là car j'ai du mal, comme me dit mon médecin de famille, à lâcher prise. J'ai toujours été une maman plutôt stricte mais toujours avec le dialogue. Mon mari, lui, est quasi inexistant dans l'éducation de nos enfants.

Aujourd'hui, mon fil me dit être en total décalage avec ses copains. Qu'il n'a le droit de rien faire, alors qu'il ne demande jamais rien.

Le problème majeur est qu'il nous tient informé sur le moment. C'est à dire que par exemple le mercredi après-midi, il est sensé arriver à 17h30 ou 18h00. Donc depuis 17h30, j'attend devant mon portable pour aller le chercher à la gare lorsqu'il m'envoi un sms 5 minutes avant d'arriver. Je lui ai, à plusieurs reprises, dit qu'il serait mieux pour moi d'avoir cette information le matin ou au pire à midi. Il ne comprends pas. Pour lui, je suis informée et c'est bien suffisant.

Ce soir, (mercredi donc) il a à nouveau "râté" 3 fois son train et n'a donc pas pu assister à son cours de cirque.

Je comprends que l'adolescence est un moment difficile à traverser certainement rendu plus difficile par le fait que je suis une maman poule mais aujourd'hui, je ne sais plus comment faire. Je sais que ce que j'ai fait et dit n'est pas ce qu'il fallait faire, mais je ne sais pas comme faire autrement. Il veut son indépendance, j'estime qu'il n'est pas totalement prêt mais suis consciente que je ne peux pas l’empêcher de partir.

Il fait vivre un vrai enfer au reste de la famille notamment son petit frère qui souffre de nous voir constamment en colère. Car je ne dis rien mais je boue intérieurement.

Comment lui faire comprendre qu'il faut qu'il soit là à l'heure que nous avons déterminé ensemble et non pas celle qu'il a décidé le soir avant de monter dans le train ?

Comment lui faire comprendre que les engagements qu'il a pris sont importants et passent au dessus de ses "soucis" ?

Comment lui faire comprendre que c'est par le dialogue et non pas par l'affrontement que nous arriveront à trouver un compromis ?

Je ne sais pas si je suis très claire dans mes propos ....

Merci par avance de l'aide que vous nous apporterez.

Sylvie8859

Notre réponse:

Bonjour et bienvenue sur ce site,

L'ambiance familiale est devenue explosive et nous comprenons que vous sentiez le besoin de vous repositionner. 

Vos informations détaillées nous permettent de comprendre ce que vous vivez votre fils et vous. A la lecture de son programme, nous pouvons concevoir à quel point sa vie est devenue cadrée heure après heure. Il n'est pas étonnant qu'il ne supporte plus cet enchaînement d'activités. Se lever à 5 heures du matin et rentrer chez lui à 18 heures avec la perspective de faire ses devoirs est effectivement difficile. Il a raison lorsqu'il dit qu'il n'a plus de temps, peut-il vraiment prendre un bon rythme dans ces conditions?

Il y a aussi la petite amie qui, si j'ai bien compris est libre de ses soirées, est-ce qu'il y a un lien avec sa demande de vivre en appartement? Vit-elle près de son lycée ou près de chez vous? Veulent-ils vivre ensemble?
Il faudrait savoir si cela est à la base des attentes de votre fils ou si c'est uniquement le stress. Mais cela ne rend pas ses demandes illégitimes pour autant.

De votre côté vous faites le maximum et vous êtes prise dans ces tensions liées entre autres aux horaires, il n'est pas étonnant que ce soit devenu si conflictuel.
Il me semble, à ce stade, que vous pourriez faire un arrêt sur image, vous poser avec votre fils, et surtout son père qui serait une ressource importante. Il peut prendre une position aidante pour vous et pour votre fils dans un dialogue où chacun pourrait exprimer ses attentes. Il est difficile de "lâcher prise" s'il n y a personne pour assurer la suite mais cela pourrait être une occasion.

Il faut éviter de faire toujours plus de la même chose, plus de contrôle, plus d'attentes, et passer à une autre dynamique qu'on met en place avec les personnes concernées.

Vous pourriez organiser ce débat entre vous, avec l'objectif nommé clairement que chacun puisse exprimer ses attentes et ses points de vue. Il est important que votre fils ait envie d'y participer en étant véritablement consulté. Ensuite, vous pourriez le rejoindre et lui laisser certains choix. Est-il capable de vivre en appartement et si oui, comment pourriez-vous organiser cela? Quelles seraient les conditions?

Ensuite vous vous donnez les moyens tous ensemble de vérifier comment les choses avancent et comment chacun tient ses engagements. 

N'hésitez pas à réagir à notre réponse.

Bien à vous

Telme

 

 

Je me pose beaucoup de questions sur mon avenir, et cela m’angoisse, surtout le soir, avant de dormir. Je commence une formation en hes et j’hésite...

Je me pose beaucoup de questions sur mon avenir, et cela m’angoisse, surtout le soir, avant de dormir. Je commence une formation en hes et j’hésite entre plusieurs orientations pour l’année prochaine.

Je ne peux pas m’empêcher de penser à mon avenir et j’ai réellement peur de « rater ma vie »: de ne pas vivre assez de choses, de ne rien apporter d’apporter au monde, de mourir avec des regrets et que personne ne souvienne de moi.

J’ai fait un double échec à l’epfl (école dont on m’a parlé pendant toute mon enfance et que beaucoup me voyaient réussir avec brio). J’ai perdu un proche (que j’aimais et admirais beaucoup) il y a quelques mois. Il s’est suicidé en pensant qu’il n’avait pas sa place en ce monde.

Je n’aime pas ma personnalité: je me fais honte.

Aujourd’hui, je me demande pourquoi je fais tout ça si c’est pour disparaître un jour et qu’il serait peut-être mieux de mourir que de souffrir et se ridiculiser plus.

 

Notre réponse:

Bonjour et bienvenue sur ce site,

Vous sortez d'un échec et vous venez de perdre un proche, c'est beaucoup et vous pouvez vous "pardonner" de ne pas aller bien pour le moment.

Pour le moment parce que cet état ne durera pas, il est nécessaire de démarrer avec ce point de vue: la vie est un cheminement, un processus. Je vous propose de sortir de cette vision binaire "c'est réussi ou raté", "c'est maintenant ou jamais". Un échec permet autant d'avancer qu'une réussite, peut-être davantage. Le tâtonnement est nécessaire dans la vie, le chemin n'est pas tracé et le plaisir de vivre augmente quand on parvient à apprécier les pas qu'on fait, même petits...
Ce qui compte est le chemin qu'on fait, quelle que soit sa vitesse.

La perte de votre ami vous a ébranlée par rapport à la question de votre propre mort, au sens de la vie. C'est difficile mais la prise de conscience de la mort tout au long de l'existence est un atout. La perspective de la mort, son inéluctabilité peuvent nous permettre, plutôt que de perdre le sens, de prendre la mesure de ce que nous avons et de l'apprécier davantage. Ensuite, ce que nous sommes dans cette vie rayonne dans le sens où notre énergie, nos actions, influencent les autres, comme des bénéfices qui se répercutent et qui sont durables.
Ce que nous sommes et ce que nous avons étés laisse une trace pour ceux qui nous ont connus et ce n'est pas rien. Vous pouvez le constater pour les personnes qui ont eu de l'importance dans votre vie.

Je ne vais pas développer plus loin ce discours un peu philosophique, j'espère qu'il vous aide à vous faire une représentation plus dynamique de la vie qui vous attend.

Mais si vous sentez que votre image de vous reste négative, je vous encourage à entreprendre un suivi psychologique.

Bonne suite

Telme

Bonjour, J'ai 30 ans et suis avec ma copine qui a 28 ans depuis 8 ans. Nous pensons sérieusement à avoir un bébé. Cela fait plus d'une année que ma...

Bonjour,

 

J'ai 30 ans et suis avec ma copine qui a 28 ans depuis 8 ans. Nous pensons sérieusement à avoir un bébé. Cela fait plus d'une année que ma copine a arrêté la pilule qu'elle prenait depuis ses 14 ans, mais pour le moment, rien n'y fait. Nous avons pour informations des rapports 1 à 2 fois par semaine, donc rien de très fréquent.

 

Est-ce "normal" qu'encore rien ne soit arrivé? Je suis quelqu'un de très anxieux, et je commence à avoir peur qu'on aie un "problème" de fertilité ou autre... Nous en avons discuté avec ma copine, elle ne veut pas faire de tests, et veut laisser faire le temps.

 

Cordiales salutations

 

Réponse de Telme: 

 

Bonjour,

Nous comprenons votre inquiétude dans cette période d’attente mais il arrive parfois de devoir essayer sur une période plus ou moins longue.

Votre copine et vous, vous semblez avoir deux représentations différentes de la même situation. Il faut prendre en considération que votre anxiété face à ce temps qui passe et son envie de laisser faire les choses sont légitimes. Chacun vit cette période de manière différente et unique. Nous vous encourageons à en discuter entre vous. Parler de ce qui se passe pour chacun vous aidera à trouver une solution qui convient aux deux.  

Vous pourriez ainsi envisager une piste plus concrète. Par exemple, vous donner une période d’essai supplémentaire que vous déciderez ensemble et suite à cela consulter un planning familial pour vous informer davantage. Cela n’implique pas de faire toute suite le test mais d’avoir un premier avis par un professionnel.

Bonne suite,

 

Telme  

 

 

 

 

 

Bonjour, et merci d’avance pour votre réponse. Vous faites un remarquable travail ! Je vous écris car je suis inquiète pour mon copain (nous sommes...

Bonjour, et merci d’avance pour votre réponse. Vous faites un remarquable travail !

Je vous écris car je suis inquiète pour mon copain (nous sommes ensemble depuis 5 ans) qui bascule gentiment dans la dépression. Il est actuellement en dernière année de master, et il doit rédiger ce semestre un « énoncé théorique », qu’il doit réussir pour passer l’année et finir ses études.

Ce travail le déstabilise complètement : depuis le début, et même depuis l’été avant, il angoisse à l’idée de faire ce travail seul (il a jusqu’ici beaucoup travaillé en groupe dans le cadre de ses études). Ce qui n’étaient au départ que des inquiétudes sont devenus maintenant des angoisses permanentes qui entachent complétement sont quotidiens. Il panique quand il doit expliquer en quoi consiste son travail, il pleure, il se sent nul, il a des crises pendant lesquels il ne peut plus réfléchir et n’arrive pas à travailler et à avancer.

Il a vite compris l’ampleur de la chose dès le début, et a donc décider d’être suivit par une psychologue. Celle-ci l’a envoyé en parallèle chez une psychiatre qui lui prescrit des médicaments (au début anxiolytique et maintenant antidépresseur). Quand il me raconte ses séances avec la psychologue, je suis très surprise de la manière dont ça se déroule : il s’assied et raconte tout ce qui lui passe par la tête, elle ne répond quasi rien, ne lui donne aucune méthode de relaxation pour ses crises, ni aucune explication sur la psyché ou le cerveau. Ayant moi-même suivit deux thérapeutes différents, je trouve la méthode étrange et peu efficace. J’ai des souvenir d’échanges plus fructueux ou on parlait ensemble du nœud du problème et ou on m’expliquait de manière large pourquoi mon cerveau me faisait ressentir ceci ou cela, comment ça se fait qu’on ait des mécanismes etc. De plus les médicaments lui ont été prescrit qu’après 2 séances … tout cela me fait peur !

Etant donné que je suis pas dans le domaine je me retiens de juger trop fort, et je ne dis pas tout haut ce que je pense à mon copain. J’ai peur de plus lui faire du mal qu’autre chose en le déstabilisant. Je n’ai pas à dire ce qui est bon ou non pour lui il me semble. Mais je constate qu’il n’est pas 100% convaincu lui non plus, mais n’ayant pas de point de comparaisons il pense que c’est normal d’avoir des doutes, et que en attendant ça le soulage de parler. Je soupçonne qu’il ait peur de chercher quelqu’un d’autre par ce qu’il est trop stressé et ne veut pas perdre de temps, et que d’entendre d’un professionnel dire «ne t’inquiète pas c’est rien de grave ne fait pas un travail sur toi mais prend juste des médicaments » (je caricature évidement) est bien rassurant et qu’il préfère cette solution. Je lui ai conseillé tout de même de venir sur votre plateforme, pour avoir un autre avis, mais il n’a pas encore pris le temps de vérifier par lui-même si ça lui plaît.

En attendant moi je suis morte d’inquiétude. Je passe beaucoup de temps à essayer de lui remonter le moral, a travailler avec lui, à le consoler, mais ne voit pas d’amélioration. J’ai peur d’être maladroite quand je lui dis de s’accrocher et de continuer son master. Il hésite à arrêter, peut-être que je devrais plus l’écouter et le laisser faire, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’avec du soutien il y arrivera. Alors voilà, je vous écris car je voulais connaître votre avis.

Comment dois-je me comporter avec lui ? Dois-je l’encourager ou je lui mets trop de pression ainsi ? Dois-je le laisser gérer de manière indépendante ou est-ce que je peux lui proposer de venir habiter chez moi et prendre un peu les choses en mains – j’ai peur pour son hygiène de vie, il ne mange plus trop et fume énormément - ? Je ne veux pas qu’il pense que je le maternise mais j’ai envie de l’aider au mieux. Et que pensez vous de la méthode de la psychologue et de la prise de médicaments ?

Réponse de Telme:

Il est fondamental que votre positionnement face à votre conjoint soit clair. Vous n'êtes pas son thérapeute ni sa mère ni son coach de vie mais en couple avec lui. Vous vous inquiétez pour lui, c'est compréhensible votre conjoint a de la chance d'avoir quelqu'un qui se soucie de lui. Votre rôle est d'être là pour lui dans votre rôle de conjointe.

Il est également important de ne pas juger et de faire confiance dans le choix de votre conjoint sur le type d'aide et le professionnel qu'il a choisi. Chaque thérapeute aune formation théorique et une manière de faire spécifique et il est contre-productif de comparer les méthodes les unes aux autres.L'important est la relation qui se construit entre le patient et le thérapeute indépendamment du type d'approche choisi. Ainsi c'est à votre conjoint de juger si le professionnel lui convient. 

Il est possible que la manière de venir en aide à une personne vous semble peu adéquate on non indiquée. Quant on aime quelqu'un on souhaite le meilleur pour lui. Essayez de faire confiance en ce qu'il vit et soyez près de lui dans les moments difficiles. Sachez gardez cette distance nécessaire au bon fonctionnement de votre couple et à la définition claire des rôles de chacun.

N'hésitez pas à poursuivre cet échange.

Bien à vous

 

 

 

 

J’ai l’impression d’être acquise. J’ai seulement deux amies proches à qui je raconte tout. J’ai toujours fonctionné au feeling et eu très peu d’ami...

J’ai l’impression d’être acquise. J’ai seulement deux amies proches à qui je raconte tout. J’ai toujours fonctionné au feeling et eu très peu d’ami mais des amitiés très fortes et très complices. Seulement ce sont souvent des personnes à très fort caractère et je suis la plus « gentille » dans le sens « facile à vivre » je pense. Je suis toujours disponible pour elles et elles le savent et c’est ça le problème. Je me suis rendu compte avec le temps que lorsque je propose quelque chose (sortie), elles me disent non ou se font désirer, font les indécises, comme si elles savaient que je n’avais ps d’autre occasion/amis etc. Ça me fait beaucoup souffrir de me sentir négligée. C’est encore pire depuis que l’une d’elle est en couple et le met totalement en priorité dans sa vie, comme elle n’en la jamais fait pour moi qui ai toujours été là pour elle depuis 10 ans. Je suis peut être égoïste de dire ca, mais je me suis sentie délaissée. On passait tous nos week-end ensemble et depuis, elle ne vois que lui. J’ai fini par l’accepter mais avec un peu de rancoeur. À force j’ai arrêté de proposer quoique ce soit mais je n’arrive ps a leur dire non. L’une d’elle a bien voulu sortir l’autre fois et j’ai tout de suite dit oui, je ne peux pas m’en empêcher parce que l’on passe des trop bons moments, mais au fond Je me dis que je me rabaisse moi même en étant si disponible pour des personnes qui m’accorde une soirée tous les trois mois, alors que moi j’accepte une sortie qu’on me propose dans l’heure. Ca baisse Ma confiance en moi qui est déjà très basse. Je donne tant d’importance à des personnes qui ne m’en donne aucune, je me donne entièrement a mes amitiés et ça ne va ps toujours dans les deux sens. Je ne me sens ps valorisée du tout et importante aux yeux de personne. J’en viens presque à développer de la haine sans quelles s’en doutent... pour tous ces moments de solitudes que je vis et que j’ai vécu... sans que ces personnes s’en rendent comptent elles peuvent être blessantes... je me dis que j’ai encore ma famille et heureusement ...comment être indépendante et avoir des amitiés moins toxiques et plus valorisantes? Comment me détacher de certaines personnes malgré l’énorme complicité qu’il y a, les fous rires et moments incroyables auxquels je suis accro? Comment trouver la sérénité malgré ce sentiment de solitude et de manque d’attention?

Réponse de Telme: 

Bonjour,

Il existe parfois un certain déséquilibre dans les relations d’amitié, avec une personne qui s’implique plus que l’autre. Chaque personne se représente de manière différente l’engagement nécessaire dans un lien d’amitié. Peut-etre que vos amies ont une représentation de votre amitié qui diffère de la vôtre. Il se peut que pour elles votre relation est équilibrée et fonctionne bien. De plus, chacun selon ses autres relations (par exemple le fait d’avoir un copain ou pas), investit différemment chaque lien relationnel.  Ce n’est pas de la négligence mais une autre manière de voir les choses.

Vous semblez investir trop d’énergie dans ces personnes et elles doivent s’en apercevoir, ce qui amène à une relation peu équilibrée. Afin de prendre de la distance et de gagner plus d’indépendance, vous pourriez essayer d’investir d’autres domaines qui vous font également plaisir. Avoir des activités individuellement n’empêche pas de rester complices et de garder des bons moments, mais cela montre que vous avez une vie qui vous appartient en dehors de ces relations.

Il est important aussi de développer un réseau d’amitiés qui vous donnera davantage de possibilités, davantage de liberté. Ce n’est pas une bonne chose de rester centrée sur la même dynamique, sur les mêmes personnes. Un système qui se répète finit par s’éteindre.

Vous vous décrivez comme quelqu’un avec peu de confiance en soi. Depuis quand avez-vous ce sentiment ? Votre estime de vous-même semble dépendre beaucoup de vos relations avec les autres. Chacun doit s’accorder de la valeur et une confiance en soi par lui-même qui ne dépendrait pas d’une validation par les autres. Si vous ressentez cela durablement il serait utile d’entamer un suivi psychologique qui vous permettrait d’avancer dans une meilleure reconnaissance de vous-même.

Bonne suite,

Telme

Bonjour, Je vous remercie des conseils concernant l'éducation de mon fils de 4 ans. J'ai finalement pris rendez-vous avec une psychologue qui est...

Bonjour,

Je vous remercie des conseils concernant l'éducation de mon fils de 4 ans. J'ai finalement pris rendez-vous avec une psychologue qui est aussi spécialisée en coaching parental et j'espère qu'elle pourra m'éclairer dans la gestion des crises et que je pourrais rétablir une harmonie dans notre relation car je souhaite vraiment que cela se passe bien, que son enfance soit faite de beaux souvenirs !

Ma question d'aujourd'hui a trait à ma relation de couple. Je suis en concubinage depuis 10 ans avec mon compagnon. Il a 37 ans et moi 32.

Nous avons beaucoup amélioré notre communication qui s'était détériorée. Mais il continue d'être craintif lorsque je rencontre de nouvelles personnes. Il a si peu confiance en lui. Moi je suis une fonceuse, j'ai plein d'idées, je suis créative, joviale et j'ai toujours mille projets en tête. A chaque fois que je côtoie un milieu où je dois rencontrer de nouvelles personnes, c'est la même histoire. Comme nous avons un enfant, il me faut son soutien pour aller à des réunions ou autre manifestation. Donc c'est devenu un bon moyen de me retenir. Si j'ai le malheur d'avoir 3 événements dans la même semaine, il me dit "mais tu crois quand même pas que je vais garder le gamin 3x ??" Et évidemment, je dois faire des choix, mais en plus, les choix qui lui conviennent à lui, donc privilégier ceux où je rencontre le moins de monde possible. Il ne croit pas à l'amitié fille-garçon. Ou alors il faut que le garçon soit moche ou gay.

Il a commencé une thérapie ce mois-ci. C'est un peu comme mon ultime espoir pour sauver notre relation car ça fait plusieurs années qu'il freine mon développement personnel. Et depuis que l'on a un enfant c'est plus facile évidemment, il sait que si il ne le garde pas, je ne pourrais pas me déplacer.

Je n'arrive plus à savoir si cela est normal... Est-ce que, en tant que maman, je dois renoncer, m'imposer des "quotas" de sortie par semaine car sinon cela fait trop par rapport à mon rôle de maman ? Quand lui a 2 sorties de suite, moi ça ne me dérange pas, je suis heureuse de son épanouissement.

Des fois, j'imagine ma vie sans lui. C'est étrange car je suis perdue dans mes sentiments. Je l'aime et il a beaucoup d'autres qualités, mais c'est comme si j'avais un boulet autour de la cheville. Je sais pertinemment aussi qu'avec mon temps partiel je ne pourrais offrir à mon fils qu'un petit logement, et que finalement je devrais renoncer à beaucoup d'activités. Je ne sais pas si je dois me battre. Si cette relations à de l'avenir ou si nous faisons simplement de l'acharnement thérapeutique. J'aurais voulu offrir à mon fils une vie de famille unie, je n'arrive pas à faire le deuil de cet idéal.

A quel moment sait-on qu'une relation est terminée ? Comment savoir si c'est moi qui doit me tempérer dans mes projets ou si c'est lui qui doit m'encourager plutôt que de m'éteindre ? Je suis bénévole dans une association 1 dimanche par mois. Je renonce chaque fois à manger le repas des bénévoles car cela se termine à 22h. Et comme je lui ai dit que mon job se terminait à 19h, il dit que "ce n'était pas convenu comme ça et que c'est déjà pas mal que je puisse aller jusqu'à 19h". Bon au final, il ne m'interdit rien, je fais ce que je veux, mais je sais qu'ensuite il y a un prix à payer : ce sera de longues discussions, des reproches, et il fera la tête toute la soirée. Il me le fait payer et culpabiliser.

Est-ce que je dois mettre tous mes espoirs dans sa thérapie et être patiente ? Est-ce qu'une personne peut radicalement changer son état d'esprit avec une thérapie ?

Merci pour votre aide...

 

Réponse de Telme: 

Bonjour,

C'est très positif que vous ayez entrepris un coaching parental. Ce suivi va certainement vous aider dans votre rôle de parents et vous apporter une meilleure compréhension de la relation avec votre fils. 

Vous semblez être épanouie dans votre vie sociale, ce qui est une très bonne chose. Ensuite, il s'agit de garder un équilibre entre les activités externes et la vie de famille. Cette responsabilité vous incombe aux deux, votre compagnon et vous. Il est question non seulement de compromis, à deux, mais aussi de votre côté d'un positionnement: à quoi êtes-vous prête à renoncer ou au contraire à quoi n'êtes-vous pas prête à renoncer ?

Vous nous posez des questions importantes, mais il s'agit de questions où il est difficile de vous répondre, car elles vous appartiennent. Les questionnements concernant votre couple sont compréhensibles, vous vivez ensemble depuis 10 ans, vous avez désormais un enfant, beaucoup de choses ont dû changer et se réaménager, ce n'est pas toujours évident d'être sur la même longueur d'onde dans son couple. Mais dans le fond, la question importante est, êtes-vous épanouie sentimentalement dans votre relation ? C'est en vous posant cette question et en fonction de ce qui en découlera que vous pourrez décider de la suite que vous donnerez à votre vie de couple. 

Quant au suivi de votre compagnon, nous ne pouvons pas savoir comment il va réagir à cette thérapie et comment celle-ci aura un impact sur votre couple. Pour cela, nous vous encourageons à réfléchir aussi à votre position à vous. Pensez-vous pouvoir trouver un équilibre entre vos envies et ses besoins ?

Si vous pensez que votre couple a besoin de travailler sur certaines choses, une aide auprès d'un thérapeute de couple pourrait aussi être envisagée.

Bien à vous,

Telme 

 

 

 

Bonjour, j'ai 18 ans et cela doit faire 5 ans que j'ai toujours des hauts et des bas dans mon humeur. Quand ça va pas, j''ai des idées suicidaires...

Bonjour, j'ai 18 ans et cela doit faire 5 ans que j'ai toujours des hauts et des bas dans mon humeur.

Quand ça va pas, j''ai des idées suicidaires et il m'est déjà arrivé de me faire du mal. Inversement à d'autres moments tout va pour le mieux. J'ai déjà eu des consultations chez des psychologues, mais je n'arrive pas à leur parler et je laisse généralement tomber après deux séances.

Durant ce temps j'ai développer une obsession pour la nourriture, et il m'arrive de ne pas manger pendant des jours parce que rien ne me fait envie. J'ai actuellement un poids de 42kg pour 1m60.

Je suis continuellement anxieuse et j'aimerais réussir à me sentir mieux.

Réponse de Telme: 

Bonjour,

Faire confiance à un professionnel et réussir à créer un lien de confiance avec autrui semble être primordial dans ce que vous vivez et cela semble être ce qui est difficile pour vous.

Vous dites mettre un terme à toutes démarches auprès d'un professionnel après 2 séances.

Qu'est ce qui vous poussent à rompre le lien?

En quoi vous ne vous entez pas comprise dans cet échange?

Eprouvez-vous de la frustration ou un sentiment de ne pas être rejointe dans votre ressenti?

Se montrer authentique dans le sens d'oser exprimer ce que vous êtes, ce que vous ressentez, ce que vous attendez aux professionnel qui vous rencontre est une condition pour qu'une démarche thérapeutique soit bénéfique.

La deuxième condition est d'utiliser ce qui se joue dans la relation au thérapeute. Ce que l'on projette sur le thérapeute, ce que l'on ressent dans cette relation, comment on se sent perçu par le thérapeute. C'est en travaillant sur ces aspects là que la démarche vous sera utile

N'hésitez pas à poursuivre cet échange. 

 

 

Bonjour, Je suis venue à plusieurs reprises en consultations chez vous mais un problème persiste depuis toujours et je souhaiterais savoir si je peux...

Bonjour,

Je suis venue à plusieurs reprises en consultations chez vous mais un problème persiste depuis toujours et je souhaiterais savoir si je peux travailler sur la confiance en moi avec une psychologue. En effet, je doute constamment de moi et je n'ai pas du tout confiance en moi et c'est quelque chose qui me bloque énormément dans ma vie professionnelle. Je ne sais pas d'où ça vient mais je ne n'arrive pas à me trouver de qualité et j'ai besoin que mon entourage me rassure chaque jours en me mettant en avant. J'aime résoudre mes problèmes dans un premier temps par mes propres moyens mais aujourd'hui je me rend compte que je n'arrive toujours pas à prendre confiance en moi et arrêter d'angoisser.

Je vous remercie d'avance pour votre réponse.

Avec mes meilleures salutations. 

 

Réponse de Telme : 

Bonjour,

La confiance en soi est quelque chose d’important et nécessaire pour avancer dans l’existence en étant confortable. Les doutes sur soi peuvent être liés à plusieurs causes (un événement stressant, un travail qui demande beaucoup, une situation qui a remis en cause nos capacités, un manque de reconnaissance de la part des autres, etc.). Il est important de pouvoir justement comprendre ce qui vous empêche d’avoir confiance en vous.

Pour répondre à votre question, il s’agit d’un domaine souvent abordé en thérapie.  Il existe plusieurs exercices à faire pour travailler sur la confiance en soi. C’est une capacité que vous pouvez sans autre développer par un travail sur vous-même. Pour cela, nous vous encourageons à consulter une psychologue, vous pourriez reprendre votre suivi plutôt que de repartir à zéro.

Vous aimez trouver les solutions par vous-même, ce qui est une ressource. Par contre, demander de l’aide est aussi signe d’une bonne prise en compte de nos propres limites et de nos besoins.

Bien à vous,

Telme

Bonjour, je suis vraiment contente de trouver un endroit ou je peux demander un avis anonymement. Sans être jugé!!! Alors voila ça fait 7ans que je...

Bonjour, je suis vraiment contente de trouver un endroit ou je peux demander un avis anonymement. Sans être jugé!!!

 

Alors voila ça fait 7ans que je suis avec mon copain. J'ai 22ans avant lui j'ai rencontrer d'autre garçon. Mais quand je l'ai rencontrer lui, j'ai trouver une sorte d'échappatoire pour sortir de ma vie de ''merde''. (il avait 23ans et j'en avait 15 quand on s'est rencontre). Ma vie chez mon père était horrible. Je n'ai pas eu le coup de foudre pour lui, je crois que j'ai appris a l'aimer avec le temps.

 

Plus je grandis plus je crois que je suis restée avec à cause de la peur de l'abandon... je ne sais pas en fait, je n'arrive pas a savoir comment est-ce c'est quand on aime quelqu'un??? nous n'avons jamais été séparés longtemps pour que je le sache.

 

On habite ensemble depuis 5ans on s'est créer une vie, on part en vacances, on a un boulot tout les deux...

Mais je sais pas j'ai un manque et je ne sais pas a qui en parler, j'ai un poids sur le coeur.

 

Je lis des livres, des histoires d'amour et chaque fois que je les finis, j'ai un poids dans l'estomac, chaque ligne que je lis refond imaginer ''et si c'était mon histoire??'' et je me dis non ce n'est pas des histoires réelle mais au fond de moi je voudrais tellement. J'ai l'impression que ma vie n'est rien que j'ai un manque. Je sais on dirait une folle mais je n'en peux plus.

 

Je ne veux pas le quitter je ne veux pas lui faire de la peine et au fond de moi je sais que ça me ferait de l peine aussi. Je ne peux pas lui en parler car il aurait peur que je veuille le quitter. et je ne sais pas si c'est ce que je veux. Me retrouver seul et lui aussi?? le faire souffrir après 7ans??

 

je ne sais pas je ne sais plus....Je sais au fond de moi que si je pars je ne serais pas capable de laisser toute ma vie ici, mais je sais aussi que je ne peux pas rester si je pars...

 

il y a trop de lien qui nous unisse, il n'a plus de famille il n'a que moi et je veux pas le faire souffrir... c'est bête mais je sais pertinemment que si je pars je ne trouverais pas quelqu'un comme dans mes livres, je ne suis pas une belle fille, je suis rondouiillette et je ne me suis jamais fait draguer...

 

je sais plus ou j'en suis qu est-ce que c'est l'amour???

 

Réponse de Telme: 

Bonjour,

Vous êtes en couple depuis très jeune, vous avez sûrement beaucoup changé entre vos 15 et 22 ans. C'est une période où l'on devient adulte et on construit notre vie professionnelle. Pour cela, il est normal de se poser des questions!

Vous n'avez pas à vous forcer ou à vous sentir coupable. L'important est de faire confiance à vos ressentis. Si vous sentez que cette relation ne vous comble plus, ne vous amène plus le même plaisir qu'avant, vous avez le droit de réfléchir à une éventuelle séparation. 

Ce qui importe, est d'être en accord avec vos sentiments et surtout de leur faire confiance. Il se peut, comme vous le dites, qu'à l'époque vous vous êtes appuyée sur cette relation et que maintenant vos vrais ressentis ressortent. Pour cela, nous vous encourageons à investir votre vie de manière individuelle (sur le plan professionnel, social, hobby) afin d'être épanouie par vous-même. Ainsi vous pourrez vous rendre compte si c'est votre vie de couple qui ne vous convient plus ou votre vie de manière générale. 

Nous ne pouvons pas vous dire quoi faire, il est à vous de comprendre ce que vous recherchez vraiment dans une relation de couple et de réfléchir si votre relation actuelle vous amène à ceci. Il n'est pas facile de savoir ce que l'on veut mais, avec le temps notre représentation idéale de "couple" devient plus claire et c'est là qu'il vous faut comprendre si votre relation du moment nous satisfait ou pas. 

Bien à vous, 

Telme 

Bonjour,  Merci d'offrir un espace tel que votre site. Depuis l'adolescence, j'ai des difficultés à entretenir ou développer de nouvelles amitiés....

Bonjour, 

Merci d'offrir un espace tel que votre site.

Depuis l'adolescence, j'ai des difficultés à entretenir ou développer de nouvelles amitiés. J'ai 2-3 amies d'enfance que je voie irrégulièrement, et 1-2 amies rencontrées durant les études ou au travail. Je me suis longtemps auto-convaincue que cela me suffisait, et que j'aimais être seule durant mon temps libre, jusqu'à ce que je réalise que ce n'était pas complètement vrai.

Je me suis alors inscrite à des activités sportives et culturelles, et j'ai rencontré mon copain actuel il y a 2 ans, avec qui ça se passe très bien.

Il est plus sociable que moi et connaît beaucoup de gens, mais il n'a pas vraiment d'amis proches sur qui il puisse compter, ou qui lui proposent des activités ou des sorties. Il le regrette, mais essaye de faire des efforts pour garder contact avec les gens qu'il connaît.

Jusqu'à présent, pour moi la soirée idéale était un tête à tête avec lui, mais cela fait 6 mois que nous habitons ensemble et je sens que nous commençons à nous ... "ennuyer"... C'est à dire qu'on est heureux ensemble, qu'on a du plaisir à rester ensemble à la maison, mais que voir d'autres têtes nous feraient sûrement du bien à tous les deux, ensemble ou séparément.

Personnellement, j'ai un peu "honte" de ce sentiment d'isolement, que personne ne nous appelle pour faire une soirée ou une sortie. J'ai aussi "honte" quand nous proposons quelque chose à un couple d'amis et que celui-ci refuse car "trop occupé" ou "malade" ou ou ou... Ca me donne envie de pleurer.

Mon copain est plus dans la revendication. Il se plaint qu'on soit isolés et me dit que je devrais proposer plus de choses à mes amis ou collègues. Il n'aime pas non plus quand je fais des choses seule (promenade, courses, ballades) car il trouve ça "triste".

Je ne sais pas si cela a un lien, mais il a perdu son cousin d'un suicide à l'âge de 20 ans. J'ai l'impression qu'il est très sensible à la thématique de la solitude et de l'isolement, et que cela le touche beaucoup.

Je ne sais pas ce que vous pensez de la situation? Je suis maintenant convaincue que nous avons besoin d'un équilibre entre notre vie de couple et une vie sociale avec des amis, mais je trouve cela difficile à réaliser. Peut-être que ma honte est une entrave à cela? J'ai aussi peur que cette insatisfaction (de notre part à tous les deux) ne fasse du mal à notre couple.

Comment pourrait-on changer cela?

Je vous remercie d'avance.

 

Réponse de Telme: 

Bonjour,  

Un équilibre entre une vie de couple et une vie sociale avec des amis est souvent difficile à créer et à maintenir. C'est quelque chose qui fluctue tout au long de la vie. 

Il arrive à tous d'avoir des moments où l'on est moins impliqué socialement à cause du confort que notre couple nous amène. Le couple est effectivement un endroit où l'on se sent bien et en sécurité. 

Par contre, comme vous le dites, cela peut aussi amener à de l'ennui. Il est important d'alimenter votre vie aussi par d'autres rencontres et activités de manière à alimenter votre couple aussi.
Pour ce faire, nous vous encourageons à faire des activités de manière individuelle en dehors du couple afin de rencontrer des nouvelles personnes et de vous ouvrir à autre chose. Par la suite, chacun trouvera des nouvelles connaissances à présenter à l'autre ce qui créera petit à petit un nouveau réseau. 

En ce qui vous concerne, vous semblez avoir peu de facilité à interagir avec les autres et à ne pas être à l'aise dans les relations sociales. La facilité dans le contact avec les autres c'est quelque chose sur la quelle vous pouvez travailler et que vous pouvez développer. Comment comprenez-vous cela? en avez-vous déjà parlé à quelqu'un? Il serait intéressant pour vous de comprendre si quelque chose en est la cause ou si cela vous caractérise comme personne. 

Bien à vous, 

Telme

 

 

 

 

 

 

Bonjour, mon fils de 17ans et demi fume chaque jour de l'herbe, ne trouve rien d'intérressant à part ce qui à trait à l'herbe, passer du temps avec...

Bonjour, mon fils de 17ans et demi fume chaque jour de l'herbe, ne trouve rien d'intérressant à part ce qui à trait à l'herbe, passer du temps avec ses copains à fumer.

Il n'a aucune motivation pour le sport ou les études. Se rends compte et s'en plaint, dit qu'il va pas réussir son cfc, qu'il a mal au dos, les horaires rdv physio ne lui conviennent jamais, il les repousse ou menace de mourir jeune si je ne change pas l'horaire. J'essaie de ne pas rentrer dans son délire et le laisse gérer les changements de rdv.( il a une scoliose et devrait faire un peu de muscu mais n'a pas envie, il est complexé, est très maigre.)

Il est vite énervé frustré, ne supporte pas de ne pas faire comme il veut.

Nous sommes partis 5 jours au bord de la mer lui et moi, mais tout ce qu'il voulait était trouver de l'herbe et fumer tranquille, rien de ce que je lui proposais ne lui convenait, semblait tiraillé comme pour sortir de l'enfance et s'affirmer en adulte...sauf que c'était dans la colère et l'affrontement permanent. Je l'ai fais rentre le 3ème jour!

Il peut se montrer très câlin et me répète qu'il m'aime, me demande si je l'aime malgré que je lui le dise chaque jour.

Bref je ne sais pas dans quelle direction me diriger, il m'est extrèmement difficile voir impossible de faire qqc ensemble pour créer le lien. Il a un entourage d'oncles inactifs envers lui,malgré demandes de ma part, se sent seul et incompris par son père.

Je me rends bien compte de sa souffrance mais je me sens impuissante.

Comment pourriez vous m'aider?

Merci

Réponse de Telme:

Bonjour,

Vous exprimez à la fois un mécontentement et une inquiétude face aux comportements de votre fils. Ce  sont des ressentis légitimes au vu de ce que vous décrivez et il est fréquent que ces sentiments cohabitent chez les parents d’adolescents. A partir de là il n’est pas toujours évident de se positionner entre un rôle soutenant et un rôle cadrant. Cependant, il est important de poser un cadre à votre fils, de manière à ce qu’il puisse progressivement s’autonomiser et en ce sens vous avez raison de le responsabiliser, notamment dans son suivi de physiothérapie, il s’agit de son corps, de sa santé, il est important qu’il se  les approprie et qu’il gère lui-même ses rendez-vous. De votre côté il s'agit de tenir bon et de ne pas entrer dans un système de chantage.

Ensuite concernant la partie plus affective, votre fils a besoin de vous et vous le montre, au travers de ses manifestations de tendresse et également dans l’affrontement qui fait partie du processus d’autonomisation à l’adolescence. Afin que l’affrontement ne prenne pas toute la place, vous ménager des moments de partage est essentiel. Vous pouvez proposer lui proposer des activités, mais vous pouvez également lui demander ce qu’il souhaite et le laisser faire des propositions.

En résumé veillez à différencier au mieux les moments plus légers, de relâchement et de complicité, de ceux où il s'agit de prendre un rôle plus éducatif et cadrant.

Enfin, par rapport au mal-être de votre fils, et au sentiment d'impuissance que vous exprimez, votre fils a-t-il déjà consulté un psychologue ? Pourrait-il envisager de le faire si vous le lui proposiez ? Vous pourriez également envisager de consulter en famille, afin de travailler aux liens qui vous unissent, idéalement en intégrant aussi le père dont le rôle est important. 

Nous espérons que ces quelques pistes pourront vous aider,

Bonne suite

Bonjour, j'ai besoin de comprendre le comportement de mes voisins qui sont des gens très bruyants. Ils font du bruit toute la journée de l'instant où...

Bonjour, j'ai besoin de comprendre le comportement de mes voisins qui sont des gens très bruyants. Ils font du bruit toute la journée de l'instant où ils se réveillent jusqu'à qu'ils se couchent .Ils adorent surtout claquer les portes (cela arrive même parfois la nuit), parler fort et souvent crier. Quand ils écoutent de la musique bien sur c'est à fond. Le pire était l'été avec fiesta et barbecue dans le jardin.

J'ai tenté de les raisonner et le propriétaire de l'immeuble à fait de même mais ils soutiennent qu'ils ne font pas de bruit et que si je ne suis pas contente je n'ai qu'à déménager .J'ai fait appel aux forces de l'ordre une nuit où ils faisaient la fête mais manque de chance pour moi le temps qu'ils arrivent sur place, le bruit avait cessé de plus les voisins ont raconté aux représentants de l'ordre que c'est moi qui les harcele et qui ment au sujet du bruit. C'est donc moi qui me suis faite remonté les bretelles par la gendarmerie, un comble. Le problème est que j'habite au-dessus d'eux et qu'il n'y a pas d'autre voisin proche, c'est ma parole contre la leur.

Donc à l'heure d'aujourd'hui, c'est moi qui passe pour une folle qui entend des voix et qui harcèle ses voisins. Je précise que c'est la première fois de ma vie que j'ai des problèmes de voisinage, j'ai 40 ans et je loue des appartements depuis l'âge de 18 ans. Je n'avais jamais eu à me plaindre de mes voisins jusque-là et réciproquement, d'autant plus que je suis quelqu'un de discret et très calme. Ce couple est plus jeune que moi (ils ont aux environs de 25 ans), nous n'avons visiblement pas du tout les mêmes caractères, moi très calme eux ont l'air exité du matin au soir. Je suis choqué qu'il ne fasse aucun cas des dérangements qu'ils peuvent caussé aux autres.

Donc je voudrai savoir pourquoi ces personnes ont visiblement besoin de faire du bruit. Est-ce que certains individus aiment déranger les autres et qu'est-ce que cela leur apporte?

Je vous remercie par avance de votre réponse.

Cordialement.

 

Réponse de Telme: 

Bonjour,

Nous comprenons que cette situation soit difficile à vivre. Vous avez l’impression de ne pas avoir d’issue et que les autorités ne comprennent pas votre problème.

Pour répondre à votre question, nous ne fonctionnons pas tous de la même manière. Vos voisins ne semblent pas s’apercevoir du dérangement qu’ils vous causent. Ils peuvent en effet ne pas être conscients de ce que vous vivez. Nous pensons qu’ils ont probablement l’habitude de vivre ainsi et qu’ils ont des difficultés peut-être à s’adapter à un autre rythme. Par contre, cela ne veut pas dire qu’ils aient le droit de vous imposer leur mode de vie. Une certaine flexibilité est requise des deux côtés quand on vit dans un immeuble commun.

Vous dites en avoir parlé au propriétaire et il semble être d’accord avec vous. Pourriez-vous organiser une réunion tous les trois ensemble ? cela vous permettrait de leur montrer un autre point de vue que le vôtre et d’avoir un appui à vos propos. Une attitude correcte de leur part et une flexibilité de votre part va être nécessaire.

Dans tous les cas, vous avez le droit de sensibiliser le propriétaire de l’immeuble à cette problématique et de lui demander de vérifier ce que vous dites. Il est responsable de son immeuble et donc va devoir donner suite à votre demande. Quant aux autres habitants de votre immeuble, vous pouvez leur demander un avis sur la situation et avoir des renseignements sur leur point de vue.

Une association de locataires (ASLOCA ou autre) pourraient aussi vous informer sur les normes en vigueur .

Bien à vous,

 

Telme 

Bonjour Telme,j'ai un fils de 17 ans qui a termine son gymnase cet été et qui a décidé de ne pas continuer ses études pour le moment. Il veut être...

Bonjour Telme,j'ai un fils de 17 ans qui a termine son gymnase cet été et qui a décidé de ne pas continuer ses études pour le moment. Il veut être réalisateur et dit qu'en Suisse il n'y a pas d'école valable.

Bref, nous avons été d'accord pour lui accorder un "moment sabbatique" pour qu'il puisse se consacrer a ses projets et essayer de réaliser ses rêves.

Je lui ai demandé par contre de se trouver un petit job pour gagner au moins son argent de poche. Il fait des offres mais rien pour l'instant. Je lui ai dit de postuler dans un grand magasin mais pour l'instant veut essayer de trouver un emploi qui lui plait.

Mon fils est un garçon très intelligent (trop?)....les discussions avec lui sont toujours dans la "justification" et le jugement.....du moins c'est comme ça que je le ressent. La cela fait des semaines qu'il ne parle plus a sa soeur (25 ans aux études et vit avec nous).

Je ne sais plus comment me comporter avec lui.....alors que depuis plusieurs semaines cela avait l'air de bien se passer avec moi.....ce soir je n'ai plus supporté son attitude.

Je lui ai demandé de faire la lessive demain.....il me dit qu'il ne sera pas là car il doit trouver du travail et que vu que c'est lui qui s'en est occupé ces dernières semaines sa soeur n'a qu'a s'en charger. Je lui dit que sa soeur est aux cours et qu'elle ne peut pas.....il me dit que c'est pas sa faute si elle met 4 ans a trouver sa voie....et lá je m'emporte en lui disant qu'il n'a pas le droit de dire ça...qu'elle étudie et que lui actuellement nous lui permettont de rester à la maison.....je lui dit qu'il doit toujours juger les autres.....bref je m'emporte

Ce garçon a beau être très intelligent, mais je pense qu'il manque totalement d'empathie.

Je dois toujours réfléchir a ce que je vais dire et comment je vais dire.

Je tiens á préciser qu'avec son père ce n'est pas comme ça......il en a toujours après moi car il dit que je suis le pilier de la famille

Moi j'en ai marre de me me sentir jugée par mon fils....je n'ai pas de répartie et je ne sais plus comment réagir.....mon mari dit que je dois le laisser .....

Ma question: comment réagir face a ce fils très imbu de lui mêne et avec un manque certain d'empathie et dois je mêler entre lui et sa soeur? J'ai essayer e lui en pa rler mais syns succes

Merci pour vos conseils

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Vous vous êtes positionnés en tant que parents, en vous montrant soutenants et compréhensifs face aux choix de vie de votre fils et en contrepartie un apport financier lui a été demandé. Les règles que vous mettez doivent posées et respectées, mais elles peuvent être discutées et s’inscrire dans une temporalité.

Par exemple, par rapport à la question de trouver un job qui plaît à votre fils, vous pouvez décider d’entrer en matière, mais de lui donner un délai limite sous quoi vous lui demanderez de postuler plus largement. Ensuite, si ce cadre n'est pas respecté, il doit y avoir une conséquence. Le cadre et les conséquences en cas de non respect doivent être discutés et décidés avec le père, il est important que tout ne repose pas sur vous seule, mais d’avoir un positionnement parental clair. En effet, vous et votre mari semble porter un regard différent sur la situation et votre fils a certainement ressenti ces divergences.  

Dans les rapports avec votre fils, pour éviter de monter dans une escalade symétrique où chacun « attaque » l’autre, veillez à différencier le versant affectif du normatif. Le normatif englobe les règles, le cadre éducationnel, il s’agit de le poser sans entrer dans l’émotionnel. Dans le versant affectif par contre, pensez également à partager des activités ou des moments de complicité et de bonne humeur qui sont importants pour nourrir votre lien.

Enfin concernant la question du rôle à jouer entre sa sœur et lui, elle renvoie également à un positionnement parental qui vous appartient, il n’y a pas une seule manière de faire. L’égalité de traitement entre enfants est une utopie, chaque enfant ayant une personnalité et un parcours lui étant propre, par contre il s’agit en tant que parents d’être garants d’une forme d’équité, afin de ne pas nourrir de sentiment d’injustice au sein de la fratrie. 

Bonne suite,

Telme

PS. Nous avons supprimé quelques éléments de votre question afin de pouvoir la publier anonymement sur le site.

 

 

Bonjour, après une adolescence quelque peu compliqué (bêtises, bagarre, cannabis) mais sommes toute "normales", notre fils de 23 ans, en train de...

Bonjour, après une adolescence quelque peu compliqué (bêtises, bagarre, cannabis) mais sommes toute "normales", notre fils de 23 ans, en train de terminer son apprentissage avec d'excellents résultats, nous a révélé avoir subi des attouchements étant enfant. Il nous dit avoir des flashs mais ne se rappeler de rien. Il est mal avec ça et cela lui pose des problèmes relationnels avec les filles. Que faire ?

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Les propos de votre fils renvoient à divers niveaux et ne peuvent être clarifiés au sein de la famille, car il s'agit de son histoire et il est essentiel qu'il puisse entrer dans une démarche personnelle pour aborder ce qu'il vit et ressent.

Au-delà du fait de trouver ou non la trace d'attouchements, une démarche psychothérapeutique (selon l'approche systémique, par ex) permettra à votre fils de réfléchir à lui-même, à son vécu, à ses ressources et à l'aspect relationnel qui semble difficile pour lui actuellement. 

Pour information, il existe l'association fairelepas.ch qui propose des informations et un accompagnement pour les adultes ayant été abusés dans l'enfance. Cette structure est présente dans divers cantons romands.

N'hésitez pas à nous recontacter si vous le souhaitez! Bonne journée

Telme

 

 

Re bonjour. merci de votre soutien. je vous réé écris un peu dans le même esprit que la fois dernière, car j'ai besoin d'un soutien car cela devient...

Re bonjour. merci de votre soutien. je vous réé écris un peu dans le même esprit que la fois dernière, car j'ai besoin d'un soutien car cela devient une souffrance. Nous avons discuté avec mon ami au téléphone dans la soirée et nous parlions de fantasmes. Je lui ai dis que moi quand je "fantasmais" seule dans mon coin je n avais pas besoin de toujours regarder des images, mais qu'il m arrivait de fantasmer aussi sur mon homme et ce que nous faisions. Lui m'a expliqué, de façon diplomate comme toujours, que lui en tant qu'homme ses fantasmes n'allaient pas vers sa compagne mais que les hommes en général se font "plaisir" en pensant à d'autres femmes (pas forcément celles du X, mais aussi des femmes agréables qu'ils peuvent croiser au sport ou au travail). Mais que du moment qu'il ne se passait rien, c'était le principal pour lui. Je lui ai répondu que même s'il ne se passe rien, le fait de pouvoir fantasmer ou même "s'exciter" (pardonnez mon terme) en pensant à une autre femme REELLE me touchait et que quand ça arrive il faut qu'il se pose des questions sur son attirance par rapport à moi etc. Je sais que le domaine du fantasme est vaste et parfois inavouable mais sur ça je ne suis pas tabou, j'aime parler de tout, et j'avais besoin de lui exposer mon point de vue. A la fin il m'a dit que j'étais la première femme à lui poser des questions comme ça et à parler de choses aussi intimes, et que ça le dérangeait. Est ce normal de souffrir que son conjoint fantasme sur d'autres ? Et jamais sur sa propre femme ? (pourtant je suis très ouverte, nous avons une vie sexuelle épanouie, et physiquement je suis quelqu'un d'agréable qui prend beaucoup soin de moi). Suis je "normale" ou est ce que je me prends trop "la tête" ? Je ne pense pas qu'à l inverse si je fantasmais sur d'autres hommes que je connais, cela lui plairait ... aidez moi s'il vous plait

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

La situation avec votre conjoint engendre apparemment une souffrance chez vous, et nous avons l'impression en vous lisant qu'un sentiment d'insécurité s'installe peu à peu. Peut-être que chacun de vous campe sur ses positions avec les tensions que cela peut créer...notamment celle de l'exclusivité dans les fantasmes....

Vous posez la question de ce qui est normal ou pas: or, dans le champ de la sexualité ou plus largement de l'intimité, il n'y a rien d'anormal du moment que chacun est consentant. Les limites et seuils de tolérance sont très individuels.
Le malaise que vous ressentez peut être lié au mode d'attachement qui est le vôtre en général, le fait d'avoir ou non confiance en vous et en votre conjoint, ainsi que ce qui est pour vous essentiel ou secondaire. De quoi avez-vous besoin pour sentir que votre ami tient à vous? Cela peut être le tremplin d'une discussion ouverte entre vous....

Votre ami se dit surpris que vous abordiez aussi directement ces questions liées à votre intimité: cela peut être l'occasion pour votre couple de nourrir votre intimité par le dialogue et l'échange de points de vue, voire de donner un nouvel élan à votre sexualité, par exemple en découvrant de nouvelles voies qui combleraient ce que votre ami, et vous-même aussi, cherchez peut-être dans votre imaginaire fantasmatique?!

Tout ce que nous avons relevé dans notre précédent message reste valable...pensez-vous pouvoir utiliser certaines des pistes proposées ?

Bonne semaine!

Telme

 

 

 

 

Bonjour Telme, Je vous remercie infiniment pour votre message riche et constructif. Je vais m'y pencher de plus près et faire un travail sur moi par...

Bonjour Telme,

Je vous remercie infiniment pour votre message riche et constructif.

Je vais m'y pencher de plus près et faire un travail sur moi par rapport aux pistes que vous m'avez donnée. Je reviendrai peut-être avec d'autres questions, mais pas en caché, vous pourrez sans autre publier mes demandes, et j'essayerai pour ma part de ne pas trop donner de "précisions" inutiles sur ma situation pour ne pas avoir peur d'être identifiée.

Il est clair que l'on apprend beaucoup et que l'on s'enrichit avec les expériences des autres.

Merci encore pour votre magnifique travail et excellent weekend.

 

Notre réponse:

Bonjour,

Je vous remercie de votre retour à propos de nos échanges, c'est important et motivant pour nous d'apprendre que nous avons pu avoir un impact positif. Nous nous faisons un plaisir de publier cet échange là.
N'hésitez pas à nous recontacter, bonne suite.

Telme

 

 

Bonjour, Merci pour votre réponse à mes interrogations sur l'éducation de mon fils de 4 ans. Durant mes recherches dans les méandres d'internet,...

Bonjour,

Merci pour votre réponse à mes interrogations sur l'éducation de mon fils de 4 ans.

Durant mes recherches dans les méandres d'internet, j'ai effectivement déjà lu que nos croyances personnelles pouvaient influencer et conditionner nos comportements et celui de nos interlocuteurs.

Mais ça aussi j'ai déjà essayé... En rentrant du travail je me suis dis : Aller ça va aller il sera cool aujourd'hui ! Ce sera facile et on ne va pas avoir de rapports de force ! Mais en vain, même quand j'y crois fort, il arrive toujours à me pousser à bout, il me cherche, va au-delà des limites.

Ce qui me mène à penser, même si vous ne l'avez aucunement évoqué, qu'il pourrait y avoir un problème plus profond ? Serait-il HPI, hyperactif, ou autre ? Hier soir, nous l'avons couché à 20h45 et il ne voulait pas aller au lit... Il s'est levé.... 11x !! J'ai compté. Il avait peur des méchants, puis il voulait un livre, puis il avait mal qque part, puis.... je ne sais plus, je suis épuisée psychologiquement...Je n'ai pas crié, je l'ai consolé, répondu à ses demandes et je l'ai rassuré. Il s'est enfin endormi à 22h15. Et moi j'avais envie de partir loin pour avoir du calme. Il ne nous laisse aucun répit. Ni la journée, ni la soirée. Je suis au bord de l'épuisement. La prochaine étape c'est les tests chez un pédopsychiatre. Son père a eu 2 enfants avant lui et il me dit je n'ai jamais vécu ça avec mes filles... Cet enfant a des comportements excessifs. Heureusement au niveau du couple on se soutien mais on ne sait plus quoi faire pour ne plus être dans des rapports conflictuels avec notre fils. On décidé d'aller d'abord vers des médecines douces, la kinésiologie nous a été conseillée par des amis, on va essayer.

Je me culpabilise beaucoup, car je me suis toujours beaucoup investie pour avoir une bonne relation avec mon fils, veiller au respect mutuel, ne pas passer par la fessée ni les gifles qui ne sont pas des outils éducatifs pour moi. Mais là je ne comprends pas son comportement. Et le pire c'est qu'à l'extérieur il est super coopératif, poli et ne correspond en rien à ce que je vous décrit ici. Ce qui m'amène à me dire que c'est moi qui doit communiquer avec lui autrement, mais comment ?? Je n'ai pas d'autre outils que la récompense si il fait qque chose que je demande ou la punition si il va trop loin.

Hier, il a hurlé d'un cri strident dans un kiosque parce que je lui ai dit qu'on avait déjà des sucreries à la maison et que je n'allais pas lui en acheter. Le regard des autres évidemment est très lourd, je passe pour la mère qui n'a aucune autorité. Mais à la limite je m'en fiche, moi je voudrais juste trouver un langage qui fasse qu'il n'ai pas besoin d'hurler pour me faire comprendre qu'il n'est pas d'accord...

 

Merci pour votre aide

 

Notre réponse:

Bonjour,

Je ne suis pas sûr que nous ayons la même compréhension de ce que je veux dire par "prophécies auto-réalisatrices". Peu importe le terme, ce que j'ai voulu dire correspond à un état d'esprit qui s'est installé et qui induit des comportements répétitifs chez les uns et les autres. Ils le sont devenus à tel point qu'on prévoit le scénario, et que le scénario se confirme. C'est une chose qui s'est installée avec le temps, un fonctionnement répétitif qu'on ne peut pas changer en essayant une fois, pour voir si ça marche.

C'est un véritable repositionnement qui demande du temps.

Je crains qu'en essayant toujours plus de choses, toujours plus de pistes, vous restiez dans une situation de tension, voire d'agitation qui est peut-être à la base du problème. Vous faites en somme toujours plus de la même chose en cherchant des pistes multiples alors qu'il faudrait peut-être avoir une réflexion de fond, votre mari et vous, et tenter ce repositionnement.

Lorsque vous demandez comment faire, effectivement ce n'est pas simple. Cela touche à des sentiments, des émotions ancrées au fond de soi et sur lesquelles il faudrait travailler, mais c'est compliqué de faire cela sans une aide extérieure. Il est difficile, dans le feu de l'action, de pouvoir simultanément vous poser et réfléchir aux aspects devenus répétitifs dans le fonctionnement. L'appui d'un psychologue vous permettrait de prendre une plus grande distance émotionnelle, de comprendre ce qu'il se passe en vous, de cibler un objectif et de vous y tenir sur la durée.

Mais je vous rejoins lorsque vous prévoyez de faire des tests avec un pédopsychiatre, de cette façon vous pourrez éliminer ou confirmer des problèmes qui expliqueraient peut-être le comportement de votre fils. Néanmoins, le regard sur le système familial, la compréhension de la dynamique familiale qui s'est installée reste à mon point de vue, nécessaire.

N'hésitez pas à réagir à ce message.

Bonne suite

Telme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

<button type="button" class=" x-btn-text t3-icon t3-icon-actions t3-icon-actions-system t3-icon-system-tree-search-open" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 12px; line-height: inherit; font-family: inherit; margin: 0px; overflow: visible; cursor: pointer; user-select: none; padding: 0px; height: 16px; width: 16px; background-image: url("../../typo3/sysext/t3skin/icons/gfx/icon_fatalerror.gif"); background-position: center center; position: relative; vertical-align: middle; background-repeat: no-repeat; border-width: 0px; border-style: none; border-color: initial; outline: none 0px; "></button>
<button type="button" class=" x-btn-text t3-icon t3-icon-apps t3-icon-apps-tcatree t3-icon-tcatree-select-recursive" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 12px; line-height: inherit; font-family: inherit; margin: 0px; overflow: visible; cursor: pointer; user-select: none; padding: 0px; height: 16px; width: 16px; background-image: url("../../typo3/sysext/t3skin/icons/gfx/icon_fatalerror.gif"); background-position: center center; position: relative; vertical-align: middle; background-repeat: no-repeat; border-width: 0px; border-style: none; border-color: initial; outline: none 0px; "></button>
<button type="button" class=" x-btn-text icon-expand-all" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 12px; line-height: inherit; font-family: inherit; margin: 0px; overflow: visible; cursor: pointer; user-select: none; padding: 0px; border-width: 0px; border-style: none; border-color: initial; width: 16px; outline: none 0px; background-position: center center; background-repeat: no-repeat; height: 16px; background-image: url("../../typo3/sysext/t3skin/extjs/images/tree/expand-all.gif") !important; "></button>
<button type="button" class=" x-btn-text icon-collapse-all" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 12px; line-height: inherit; font-family: inherit; margin: 0px; overflow: visible; cursor: pointer; user-select: none; padding: 0px; border-width: 0px; border-style: none; border-color: initial; width: 16px; outline: none 0px; background-position: center center; background-repeat: no-repeat; height: 16px; background-image: url("../../typo3/sysext/t3skin/extjs/images/tree/collapse-all.gif") !important; "></button>
      • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
        • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
          • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
            • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
              • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                  • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                    • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                      • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                        • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                          • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                            • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                              • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                  • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                    • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                      • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                        • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                    <textarea id="formengine-textarea-59aeb3351cf48448955981" name="data[tx_news_domain_model_news][3890][keywords]" data-formengine-input-name="data[tx_news_domain_model_news][3890][keywords]" class="form-control t3js-formengine-textarea formengine-textarea" rows="5" wrap="virtual" placeholder="Mot-clé1, mot-clé2, mot-clé3" style="resize: none; color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 12px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 0px; overflow: auto; display: block; width: 120px; height: auto; padding: 6px; background-color: rgb(254, 254, 254); background-image: none; border-color: rgb(187, 187, 187); border-radius: 2px; box-shadow: rgba(0, 0, 0, 0.075) 0px 1px 1px inset; transition: border-color 0.15s ease-in-out, box-shadow 0.15s ease-in-out; min-width: 120px; max-height: 500px; "></textarea>

                                    <textarea id="formengine-textarea-59aeb3351d016659806282" name="data[tx_news_domain_model_news][3890][description]" data-formengine-input-name="data[tx_news_domain_model_news][3890][description]" class="form-control t3js-formengine-textarea formengine-textarea" rows="5" wrap="virtual" style="resize: none; color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 12px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 0px; overflow: auto; display: block; width: 120px; height: auto; padding: 6px; background-color: rgb(254, 254, 254); background-image: none; border-color: rgb(187, 187, 187); border-radius: 2px; box-shadow: rgba(0, 0, 0, 0.075) 0px 1px 1px inset; transition: border-color 0.15s ease-in-out, box-shadow 0.15s ease-in-out; min-width: 120px; max-height: 500px; "></textarea>

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Bold" title="Gras" aria-label="Gras" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Italic" title="Italique" aria-label="Italique" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Subscript" title="Indice" aria-label="Indice" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Superscript" title="Exposant" aria-label="Exposant" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Underline" title="Souligné" aria-label="Souligné" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-InsertParagraphBefore" title="Insérer un paragraphe avant le bloc courant" aria-label="Insérer un paragraphe avant le bloc courant" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-InsertParagraphAfter" title="Insérer un paragraphe après le bloc courant" aria-label="Insérer un paragraphe après le bloc courant" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Blockquote" title="Bloc de citation" aria-label="Bloc de citation" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-InsertHorizontalRule" title="Barre horizontale" aria-label="Barre horizontale" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-JustifyLeft" title="Justifié à gauche" aria-label="Justifié à gauche" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-JustifyCenter" title="Centré" aria-label="Centré" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-JustifyRight" title="Justifié à droite" aria-label="Justifié à droite" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-JustifyFull" title="Justifié à gauche et à droite" aria-label="Justifié à gauche et à droite" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-InsertOrderedList" title="Liste ordonnée" aria-label="Liste ordonnée" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-InsertUnorderedList" title="Liste à puces" aria-label="Liste à puces" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-DefinitionList" title="Liste de définitions" aria-label="Liste de définitions" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-DefinitionItem" title="Basculer de terme à définition" aria-label="Basculer de terme à définition" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Outdent" title="Réduire le retrait" aria-label="Réduire le retrait" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Indent" title="Augmenter le retrait" aria-label="Augmenter le retrait" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-LeftToRight" title="Le texte de gauche à droite" aria-label="Le texte de gauche à droite" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-RightToLeft" title="Le texte de droite à gauche" aria-label="Le texte de droite à gauche" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-CreateLink" title="Insérer un lien" aria-label="Insérer un lien" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-UnLink" title="Supprimer le lien" aria-label="Supprimer le lien" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-InsertTable" title="Insérer un tableau" aria-label="Insérer un tableau" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px; border-style: solid; border-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TextMode" title="Mode source" aria-label="Mode source" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-RemoveFormat" title="Enlever le formatage" aria-label="Enlever le formatage" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Undo" title="Annuler la dernière action" aria-label="Annuler la dernière action" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Redo" title="Refaire la dernière action" aria-label="Refaire la dernière action" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-toggle-borders" title="Montrer les bordures" aria-label="Montrer les bordures" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px; border-style: solid; border-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-table-prop" title="Propriétés du tableau" aria-label="Propriétés du tableau" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-table-restyle" title="Ré-appliquer le style du tableau" aria-label="Ré-appliquer le style du tableau" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-row-prop" title="Propriétés de la rangée" aria-label="Propriétés de la rangée" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-row-insert-above" title="Insérer une rangée avant" aria-label="Insérer une rangée avant" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-row-insert-under" title="Insérer une rangée après" aria-label="Insérer une rangée après" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-row-delete" title="Supprimer la rangée" aria-label="Supprimer la rangée" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-row-split" title="Scinder la rangée" aria-label="Scinder la rangée" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-col-prop" title="Propriétés de la colonne" aria-label="Propriétés de la colonne" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-col-insert-before" title="Insérer une colonne avant" aria-label="Insérer une colonne avant" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-col-insert-after" title="Insérer une colonne après" aria-label="Insérer une colonne après" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-col-delete" title="Supprimer la colonne" aria-label="Supprimer la colonne" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-col-split" title="Scinder la colonne" aria-label="Scinder la colonne" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-cell-prop" title="Propriétés de la cellule" aria-label="Propriétés de la cellule" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-cell-insert-before" title="Insérer une cellule avant" aria-label="Insérer une cellule avant" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-cell-insert-after" title="Insérer une cellule après" aria-label="Insérer une cellule après" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-cell-delete" title="Supprimer la cellule" aria-label="Supprimer la cellule" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-cell-split" title="Scinder la cellule" aria-label="Scinder la cellule" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-cell-merge" title="Fusionner les cellules" aria-label="Fusionner les cellules" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                    <iframe id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-iframe" class="editorIframe" style="box-sizing: border-box; transform: translate3d(0px, 0px, 0px); width: 678px; height: 617px; overflow: auto; border-width: 1px; border-style: solid; border-color: rgb(199, 199, 199); border-radius: 2px; clear: both; margin: 0px; padding: 0px; "></iframe>

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                     

                                    <button type="button" class=" x-btn-text t3-icon t3-icon-actions t3-icon-actions-system t3-icon-system-tree-search-open" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 12px; line-height: inherit; font-family: inherit; margin: 0px; overflow: visible; cursor: pointer; user-select: none; padding: 0px; height: 16px; width: 16px; background-image: url("../../typo3/sysext/t3skin/icons/gfx/icon_fatalerror.gif"); background-position: center center; position: relative; vertical-align: middle; background-repeat: no-repeat; border-width: 0px; border-style: none; border-color: initial; outline: none 0px; "></button>
                                    <button type="button" class=" x-btn-text t3-icon t3-icon-apps t3-icon-apps-tcatree t3-icon-tcatree-select-recursive" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 12px; line-height: inherit; font-family: inherit; margin: 0px; overflow: visible; cursor: pointer; user-select: none; padding: 0px; height: 16px; width: 16px; background-image: url("../../typo3/sysext/t3skin/icons/gfx/icon_fatalerror.gif"); background-position: center center; position: relative; vertical-align: middle; background-repeat: no-repeat; border-width: 0px; border-style: none; border-color: initial; outline: none 0px; "></button>
                                    <button type="button" class=" x-btn-text icon-expand-all" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 12px; line-height: inherit; font-family: inherit; margin: 0px; overflow: visible; cursor: pointer; user-select: none; padding: 0px; border-width: 0px; border-style: none; border-color: initial; width: 16px; outline: none 0px; background-position: center center; background-repeat: no-repeat; height: 16px; background-image: url("../../typo3/sysext/t3skin/extjs/images/tree/expand-all.gif") !important; "></button>
                                    <button type="button" class=" x-btn-text icon-collapse-all" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 12px; line-height: inherit; font-family: inherit; margin: 0px; overflow: visible; cursor: pointer; user-select: none; padding: 0px; border-width: 0px; border-style: none; border-color: initial; width: 16px; outline: none 0px; background-position: center center; background-repeat: no-repeat; height: 16px; background-image: url("../../typo3/sysext/t3skin/extjs/images/tree/collapse-all.gif") !important; "></button>
                                        • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                          • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                            • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                              • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                  • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                    • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                      • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                        • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                          • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                            • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                              • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                                • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                                  • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                                    • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                                      • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                                        • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />
                                                                          • <input class="x-tree-node-cb" type="checkbox" style="font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: inherit; font-family: inherit; margin: 4px 0px 0px; user-select: none; cursor: default; height: 19px; vertical-align: bottom; padding: 0px; " />

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                      <textarea id="formengine-textarea-59aeb3351cf48448955981" name="data[tx_news_domain_model_news][3890][keywords]" data-formengine-input-name="data[tx_news_domain_model_news][3890][keywords]" class="form-control t3js-formengine-textarea formengine-textarea" rows="5" wrap="virtual" placeholder="Mot-clé1, mot-clé2, mot-clé3" style="resize: none; color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 12px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 0px; overflow: auto; display: block; width: 120px; height: auto; padding: 6px; background-color: rgb(254, 254, 254); background-image: none; border-color: rgb(187, 187, 187); border-radius: 2px; box-shadow: rgba(0, 0, 0, 0.075) 0px 1px 1px inset; transition: border-color 0.15s ease-in-out, box-shadow 0.15s ease-in-out; min-width: 120px; max-height: 500px; "></textarea>

                                                                      <textarea id="formengine-textarea-59aeb3351d016659806282" name="data[tx_news_domain_model_news][3890][description]" data-formengine-input-name="data[tx_news_domain_model_news][3890][description]" class="form-control t3js-formengine-textarea formengine-textarea" rows="5" wrap="virtual" style="resize: none; color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-weight: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 12px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 0px; overflow: auto; display: block; width: 120px; height: auto; padding: 6px; background-color: rgb(254, 254, 254); background-image: none; border-color: rgb(187, 187, 187); border-radius: 2px; box-shadow: rgba(0, 0, 0, 0.075) 0px 1px 1px inset; transition: border-color 0.15s ease-in-out, box-shadow 0.15s ease-in-out; min-width: 120px; max-height: 500px; "></textarea>

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Bold" title="Gras" aria-label="Gras" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Italic" title="Italique" aria-label="Italique" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Subscript" title="Indice" aria-label="Indice" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Superscript" title="Exposant" aria-label="Exposant" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Underline" title="Souligné" aria-label="Souligné" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-InsertParagraphBefore" title="Insérer un paragraphe avant le bloc courant" aria-label="Insérer un paragraphe avant le bloc courant" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-InsertParagraphAfter" title="Insérer un paragraphe après le bloc courant" aria-label="Insérer un paragraphe après le bloc courant" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Blockquote" title="Bloc de citation" aria-label="Bloc de citation" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-InsertHorizontalRule" title="Barre horizontale" aria-label="Barre horizontale" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-JustifyLeft" title="Justifié à gauche" aria-label="Justifié à gauche" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-JustifyCenter" title="Centré" aria-label="Centré" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-JustifyRight" title="Justifié à droite" aria-label="Justifié à droite" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-JustifyFull" title="Justifié à gauche et à droite" aria-label="Justifié à gauche et à droite" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-InsertOrderedList" title="Liste ordonnée" aria-label="Liste ordonnée" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-InsertUnorderedList" title="Liste à puces" aria-label="Liste à puces" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-DefinitionList" title="Liste de définitions" aria-label="Liste de définitions" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-DefinitionItem" title="Basculer de terme à définition" aria-label="Basculer de terme à définition" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Outdent" title="Réduire le retrait" aria-label="Réduire le retrait" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Indent" title="Augmenter le retrait" aria-label="Augmenter le retrait" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-LeftToRight" title="Le texte de gauche à droite" aria-label="Le texte de gauche à droite" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-RightToLeft" title="Le texte de droite à gauche" aria-label="Le texte de droite à gauche" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-CreateLink" title="Insérer un lien" aria-label="Insérer un lien" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-UnLink" title="Supprimer le lien" aria-label="Supprimer le lien" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-InsertTable" title="Insérer un tableau" aria-label="Insérer un tableau" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px; border-style: solid; border-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TextMode" title="Mode source" aria-label="Mode source" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-RemoveFormat" title="Enlever le formatage" aria-label="Enlever le formatage" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Undo" title="Annuler la dernière action" aria-label="Annuler la dernière action" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-Redo" title="Refaire la dernière action" aria-label="Refaire la dernière action" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-toggle-borders" title="Montrer les bordures" aria-label="Montrer les bordures" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: pointer; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px; border-style: solid; border-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px; user-select: none; height: 24px; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-table-prop" title="Propriétés du tableau" aria-label="Propriétés du tableau" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-table-restyle" title="Ré-appliquer le style du tableau" aria-label="Ré-appliquer le style du tableau" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-row-prop" title="Propriétés de la rangée" aria-label="Propriétés de la rangée" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-row-insert-above" title="Insérer une rangée avant" aria-label="Insérer une rangée avant" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-row-insert-under" title="Insérer une rangée après" aria-label="Insérer une rangée après" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-row-delete" title="Supprimer la rangée" aria-label="Supprimer la rangée" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-row-split" title="Scinder la rangée" aria-label="Scinder la rangée" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-col-prop" title="Propriétés de la colonne" aria-label="Propriétés de la colonne" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-col-insert-before" title="Insérer une colonne avant" aria-label="Insérer une colonne avant" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-col-insert-after" title="Insérer une colonne après" aria-label="Insérer une colonne après" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-col-delete" title="Supprimer la colonne" aria-label="Supprimer la colonne" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-col-split" title="Scinder la colonne" aria-label="Scinder la colonne" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-cell-prop" title="Propriétés de la cellule" aria-label="Propriétés de la cellule" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px 1px 1px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: solid; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: rgb(187, 187, 187); padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 2px 0px 0px 2px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-cell-insert-before" title="Insérer une cellule avant" aria-label="Insérer une cellule avant" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-cell-insert-after" title="Insérer une cellule après" aria-label="Insérer une cellule après" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-cell-delete" title="Supprimer la cellule" aria-label="Supprimer la cellule" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-cell-split" title="Scinder la cellule" aria-label="Scinder la cellule" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: initial; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: initial; border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button><button type="button" class="btn btn-default btn-sm" id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-TO-cell-merge" title="Fusionner les cellules" aria-label="Fusionner les cellules" disabled="disabled" style="color: rgb(51, 51, 51); font-style: inherit; font-variant: inherit; font-stretch: inherit; font-size: 11px; line-height: 1.5; font-family: inherit; margin: 1px 0px; overflow: visible; cursor: not-allowed; vertical-align: middle; touch-action: manipulation; background-image: none; border-width: 1px 1px 1px 0px; border-top-style: solid; border-right-style: solid; border-bottom-style: solid; border-left-style: initial; border-top-color: rgb(187, 187, 187); border-right-color: rgb(187, 187, 187); border-bottom-color: rgb(187, 187, 187); border-left-color: initial; padding: 2px 0px 0px 2px; border-radius: 0px 2px 2px 0px; user-select: none; height: 24px; opacity: 0.65; box-shadow: none; position: relative; float: none; width: 24px; "></button>

                                                                      <iframe id="data_tx_news_domain_model_news__3890__answer_-iframe" class="editorIframe" style="box-sizing: border-box; transform: translate3d(0px, 0px, 0px); width: 678px; height: 617px; overflow: auto; border-width: 1px; border-style: solid; border-color: rgb(199, 199, 199); border-radius: 2px; clear: both; margin: 0px; padding: 0px; "></iframe>

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                      bonjour et merci de votre disponibilité. concernant mon conjoint, enfin "copain" car on ne peut pas vivre ensemble pour l instant, je vous ai déjà...

                                                                      bonjour et merci de votre disponibilité.

                                                                      concernant mon conjoint, enfin "copain" car on ne peut pas vivre ensemble pour l instant, je vous ai déjà parlé de ses visites régulières sur des sites pornographiques, un peu trop souvent à mon gout. je suis tolérante, je laisse faire puisque comme vous m'avez expliqué chacun a son jardin secret. Je tolère, même si au fond de moi je trouve ça vraiment régulier à un point assez fort (presque tous les jours, mais je ne vérifies plus car n'ai pas accès a son téléphone, c est tres rare ). Je vous écris car la dernière fois nous avons discuté de photos que j'ai vu sur son ordinateur et disc dur, des "vieux dossiers" qu'il ne regardent plus, mais qui sont présents tout de même. Il a des anciennes photos datant de 3/4 ans environ, avec une ex compagne à lui qu'il a vraiment aimé. Il m'a dit qu'il ne regardait pas ces photos, qu'il s'en fichait totalement de son ex qui l'a déçu, mais qu'il les gardait car il a vécu de bons moments malgré tout. Je lui ai dis que moi, mes souvenirs sont dans la tête, et que je ne garde pas de photos de mon ex par respect pour lui et même pour moi. Il m'a dit que moi je faisais comme ça, mais pas lui. Il m'a dit que je posais trop de questions, que ça n'avait plus d'importance pour lui. Je ne me suis pas "énervée" car j'ai un tempérament calme, mais je lui ai un peu pris la tête avec ça... Est ce que j'ai eu raison de lui montrer que ça me gênait, ou est ce que le fait de garder de "bons souvenirs du passé" est normal et n'est pas preuve d attachement à son passé ? Cela fait plus d'un an maintenant qu'on est ensemble, on ne s est jamais querellé (sauf les deux situations que je vous ai exposées dernièrement).

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Il y a deux niveaux à distinguer dans les questions que vous posez : Tout d'abord ce que vous pouvez ressentir face à certains comportements de votre compagnon et ensuite comment gérer votre ressenti en regard du sien, qui peut différer du vôtre.

                                                                      Vous pouvez être surprise ou ne pas adhérer à certaines de ses idées ou attitudes et il est juste que vous puissiez le lui exprimer. Ensuite il s’agira pour chacun de vous de pouvoir faire un pas vers l’autre et surtout d’accepter, comme le dit à juste titre votre ami, « que l’un puisse faire comme ça et pas l’autre ». Un couple est constitué de deux êtres différents, c’est ce qui fait toute la richesse de la relation.

                                                                      Votre question à propos du fait de garder des photos du passé, le montre bien. La manière dont chacun gère la fin d’une histoire sentimentale est très personnelle. Certaines personnes ont besoin de tirer un trait définitif sur ce qui est derrière, d’autres aiment conserver des souvenirs. Si votre compagnon est clair sur le fait qu’il s’agit bien de souvenirs et que cette histoire appartient au passé, alors cela n’est en rien menaçant pour votre couple. 

                                                                      Apprendre à comprendre l'autre et à accepter sa différence n'est pas toujours facile, mais cela fait partie du chemin de couple...

                                                                      Bonne fin de semaine, 

                                                                      Bonjour, Merci d'offrir cet espace où l'on peut s'exprimer, se faire aider quand on ne sait pas vers qui se tourner. Je suis maman d'un enfant de 4...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Merci d'offrir cet espace où l'on peut s'exprimer, se faire aider quand on ne sait pas vers qui se tourner.

                                                                      Je suis maman d'un enfant de 4 ans. C'est un vrai tyran. Je n'en peux plus, je suis à bout. Et je m'en veux de ne plus éprouver aucun plaisir à être mère. Il est très intelligent et aussi très excessif dans ses comportements, ne supporte pas la moindre frustration, se plaint constamment de n'importe quoi, nous tape moi ou son père quand il est frustré, se fiche d'aller au coin, n'obéit à rien. Moi et son père sommes à bout. Le week-end nous nous réjouissons du lundi pour aller au travail et le laisser à l'école où bien évidemment il se comporte bien. C'est juste avec nous qu'il est imbuvable.

                                                                      Je me sens incompétente comme mère car je n'arrive pas à stopper ces comportements. Je passe ma vie à crier et appréhende chaque sortie avec lui car je sais qu'il va tout gâcher par une crise.

                                                                      C'est ça être parent ? pourquoi personne ne m'a dit que ma vie allait être un enfer ! J'ai idéalisé, pensait que la vie de famille serait heureuse et sereine. Je pense à ma vie d'avant et suis nostalgique .

                                                                      Où aller pour me faire aider ? Nous craquons complètement son père et moi. J'ai des maux de ventre, de l'acné et des infections urinaires déclenchées par le stress. Son père est nerveusement à bout et à des vertiges tous les jours. Il ne veut même plus rien faire le week-end car les sorties nous épuisent plus qu'elles nous détendent.

                                                                      Je me dis qu'il doit bien y avoir des solutions pour atténuer ce comportement tyrannique. Qu'avons-nous fait faux?? Je passe mon temps à lire des blogs sur la parentalité bienveillante, des livres sur l'éducation pour trouver des pistes... en vain... c'est impraticable, ça ne marche pas, il est bien trop intelligent et comprend vite où je veux en venir.

                                                                      Que faire pour améliorer notre relation avec notre fils ? Pour retrouver le plaisir d'être parents et avoir une vie de famille plus sereine ? Je n'arrive pas à me projeter avec une telle vie... je n'en veux pas. Je veux du calme, de l'harmonie , du bonheur , de la sérénité.

                                                                      Aidez moi je suis désespérée....

                                                                       

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour, nous vous répondons avec plaisir,

                                                                      Je commence par une bonne nouvelle, votre enfant va entrer dans une période de sa vie où il sera de plus en plus raisonnable et cohérent. Jusque là, il a perçu le monde de façon magique et totalement autocentrée.

                                                                      J'aborde votre situation sous l'angle du système familial. Il faut comprendre le fonctionnement du système pour comprendre les réactions de votre enfant, chaque comportement est en réponse au comportement de l'autre, il y a une circularité.
                                                                      Donc si vous ne parvenez pas à modifier directement le comportement de votre enfant, en modifiant votre représentation et votre ressenti de la situation, il y aura un impact sur votre relation, et sur vos comportements à tous.

                                                                      Lorsque vous dites que votre mari et vous vous réjouissez d'aller au travail lundi, cela montre que vous avez intégré que votre enfant sera difficile et problématique, il ne peut plus être autrement. Cela induit chez votre mari et vous une attitude d'hyper vigilance, une tension que votre enfant perçoit. Il manifeste alors des attitudes problématiques, difficiles à gérer. Il ne comprend pas lui-même ce qu'il se passe, il est juste "aspiré" vers un fonctionnement attendu, auquel il correspond.
                                                                      On peut parler de "prophéties auto-réalisatrices" dans une situation où le scénario est devenu si prévisible qu'on ne parvient pas à imaginer autre chose.

                                                                      Concrètement, il est difficile de modifier ses représentations de la relation, mais il est important que vous essayiez d'envisager la relation comme une chose bien plus mobile que ça.  
                                                                      Vous n'êtes pas une mauvaise mère, il n'est pas un sale gamin, vous manquez de confiance et de relâchement (qu'on appelle aussi "lâcher prise"). Il est intelligent, mais pas seulement, il saura aussi vous montrer qu'il vous aime et que vous êtes bons pour lui.

                                                                      Mais c'est à vous de commencer. Lorsque vous criez, vous générez ces attitudes répétitives, votre mari qui est nerveusement à bout n'est plus une ressource non plus. Il est essentiel que chacun de vous deux se penche sur sa capacité à se repositionner différemment, de façon plus posée et confiante, même si les résultats ne viennent pas immédiatement.
                                                                      A coup sûr, cette période difficile ne sera plus qu'un souvenir imprécis.

                                                                      N'hésitez pas à réagir à ce message, bonne suite

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bjr. pour rappel je suis une maman en couple , nous sommes trentenaire. Ensemble depuis un an et moi j'ai un enfant de mon côté d une première union....

                                                                      Bjr. pour rappel je suis une maman en couple , nous sommes trentenaire. Ensemble depuis un an et moi j'ai un enfant de mon côté d une première union. On est heureux, je lui fais confiance dans la vie c'est quelquun de droit. Nous faisons l amour régulièrement , je suis une femme très ouverte,et il me dit qu'il est très bien avc moi dans la vie ainsi que dans l intimité. J'ai vu des historiques de vidéos X en bon nombre , des choses "normales" mais aussi des vidéos un peu incestueuses du fantasme d un papi avec sa petite fille de 18 ans... je ne lui en veux pas de regarder du X (bien que ca ne me plaise pas trop quand même, car moi il peut m arriver d en voir aussi mais beaucoup moins que lui...) par contre les fantasmes "décalés " je nai pas apprécié et je l'ai embêté plusieurs jours avec ça. Il ma bien dit que c'était du virtuel et que jamais dans la vie il N'était comme ca . Je le crois, nous avons tous des fantasmes que lon ne veut pas realiser, mais sur le coup ca m'a agacée . Et même si je suis tolérante et que je ne dis rien, le fait qu'il regarde du X plusieurs fois par semaine me rend jalouse au fond de moi... De + c'est un sportif, qui est abonné sur Internet a des athlètes féminines (très bien faites donc, et qui posent souvent en tenue légère ). Moi qui suis sportive je lui ai dis que ca ne me dérangeait pas, dans la limite d un "nombre" car il en a beaucoup et du coup il n'y a pratiquement que ça sur son réseau social (même s'il ne les connais pas, il est abonné à leur page). Ca l a un peu agacer car pour lui ce nest que du sport, mais il a finit par etre comprehensif et me dire qu'il en supprimerait un peu. Dernier point, lors d une soirée d enterrement de vie de garçon il est allé voir un spectacle de striptease , et a beneficié d une lapdance . Bien que je comprenne quil y soit allé pour son ami, et que j accepte le striptease , ca me touche qu une femme lui ai offert cette prestation + rapprochée car les hommes sont tres visuels... Je précise lui faire confiance, c'est vraiment un homme bien, droit, avec qui je suis sereine. mais malgré ca je râle pas mal quand je vois tout ca. Et mon défaut, cest que jen reparle (je rabache quand ca me prend...) jqu'e ne sais pas si je fais bien? (Lui il ma dit quil me comprenait mais que ca le fatiguait que je lui en reparle, que du coup il effacerait ses historiques pour ne pas créer de soucis etc). Qu en pensez vous. ?

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      La question de la consommation de pornographie au sein d’un couple est souvent sujette à incompréhensions, différences d’opinion ou de positionnement. Vous exprimez être bien consciente de la différence entre ce qui relève du monde des fantasmes et celui de la sphère sexuelle vécue, qui sont en effet deux choses distinctes.

                                                                      Dès lors la façon dont tout cela est vécu est propre à votre couple, le fait de pouvoir en parler ensemble est positif, mais en même temps cela renvoie à la question des filtres que l’on pose au sein de la relation. Chacun de vous possède une intimité lui étant propre, qu’il n’est pas nécessaire d’exposer au regard de l’autre. Ainsi finalement pourquoi ne pas convenir en effet avec votre partenaire de faire attention à, sans pour autant vous la cacher, moins vous exposer son intimité. Effacer l’historique est une possibilité allant dans ce sens. Finalement le plus important est de pouvoir faire confiance à l'autre, cela semble être votre cas.

                                                                       

                                                                      Bonne suite,

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, je ne peux parler de ça à personne alors voilà c'est à vous que j'en parle. Je suis une fille et depuis 3 ans maintenant je suis attirée par...

                                                                      Bonjour, je ne peux parler de ça à personne alors voilà c'est à vous que j'en parle. Je suis une fille et depuis 3 ans maintenant je suis attirée par les filles. Je suis tombée amoureuse de 2 filles durant ces années. Ma famille ne le sait pas. Je sais pas si je dois leur dire parce que mes parents ne sont pas nés ici. Ils viennent de découvrir ce que c'est l'homosexualité et je n'ai pas l'impression qu'ils sont à l'aise avec ça. Ma mère pense que c'est une maladie alors... Et puis mon père s'énerve pour tout. Je ne lui parle pas à mon père. Mes sœurs, je pense que si je leur dis elles vont comprendre mais ça sera difficile de le dire. Elles me demandent toujours si j'aime quelqu'un. Ou bien elles montrent un garçon de ma classe et me demandent si je suis amoureuse de lui. De même si je dis qu'un garçon et gentil. Elles sont persuadées que j'aime les garçons. Et en ce moment je suis folle amoureuse d'une fille et elle est super cool mais elle se doute de rien.

                                                                      Je crois que je vous ai tout dit alors si vous pouvez m'aider ça serai bien. Merci d'avance pou votre réponse.

                                                                       

                                                                      Bonjour,

                                                                      Tu as raison de nous en parler, ta sexualité est importante et tu ne peux pas faire comme si elle n'existait pas. Ensuite, nous comprenons aussi comme ça doit être difficile d'aborder le sujet avec ta famille.

                                                                      Tu ne pose pas vraiment de question, je suppose que tu aimerais un peu d'éclairage sur la façon de gérer cela.
                                                                      Tu es libre d'en parler ou pas avec tes parents, il n'est pas sûr qu'ils réagissent bien et il ne faudrait pas que tu aies à souffrir de cela. Tu pourras le faire plus tard, tu sentiras quand le moment sera venu. Avec tes soeurs c'est différent, tu peux choisir celle qui t'inspire le plus confiance, peut être que ce serait bien pour toi, mais ce n'est pas nécessaire. C'est ton droit de décider à qui et quand veux parler de ta vie intime.

                                                                      Tu es encore mineure, dans le cadre scolaire tu peux évaluer si le sujet est plus ou moins tabou ou accepté. Dans tous les cas, ton orientation sexuelle est ce qu'elle est, et totalement légitime. Tu n'as pas à en avoir honte ni à te cacher, mais il ne faut pas te confier à tout le monde, cela ne regarde que toi. 
                                                                      Lorsque tu seras plus grande et indépendante, tu pourras t'affirmer librement, que cela convienne ou pas aux autres.

                                                                      N'hésite pas à poursuivre l'échange si nécessaire.

                                                                      Bonne suite

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, Je suis rentière AI depuis mes 18 ans pour un retard scolaire et une dépression assez grave maintenant j'en ai 24. J'ai eu á passer un...

                                                                      Bonjour,

                                                                       

                                                                      Je suis rentière AI depuis mes 18 ans pour un retard scolaire et une dépression assez grave maintenant j'en ai 24. J'ai eu á passer un test de QI á cette épqoue lá pour faire la démarche auprès de l'AI justement et le résultat a été de 80, il y'a 2 ans j'en ai refais un dans le but d'une demande de révision de ma rente mais le résultat a été catastrophique il s'est averé que j'ai eu 59 encore plus lamentable que celui que j'ai fais en pleine dépression, un grand écart dont je ne comprends pas comment est-ce possible je suis dans la catégorie retard mental.. Mon psychiatre m'a dis que c'est parce mon cerveau n'es plus aussi stimuler, que á voir á ma manière d'écrire on l'aurai pas dit.

                                                                       

                                                                       

                                                                      Indice de Compréhension verbale : 65

                                                                       

                                                                      Indice de Raisonnement perceptif : 60

                                                                       

                                                                      Indice de Mémoire de travail : 71

                                                                       

                                                                      Indice de Vitesse de Traitement : 75

                                                                       

                                                                      QI Total : 59

                                                                       

                                                                      ????

                                                                       

                                                                      Du coups, j'hésite á le repasser dans de meilleure conditions avec une neuropsychologue qui va interpreter correctement mes résultats, j'en ai parlé á un ancien prof encore hier il m'a dis qu'il pourrai parier sa carrière que ce n'est pas le cas !! Je suis également dyspraxique est-ce que ça peut expliquer ces résultats?

                                                                       

                                                                      Même la compréhension verbale est en chute libre alors qu'il y'a peu j'ai passer un test d'entrée et le niveau étai de C1 en français l'un des plus elevés

                                                                       

                                                                      Est-ce possible de passer de 80 á 59 ?!

                                                                       

                                                                      Je suis complètement larguée ????

                                                                      Réponse Telme: 

                                                                      Les chiffres de QI ne représentent pas une vérité absolue, c'est une photographie de certaines compétences à un moment donné de votre vie et prise dans certaines conditions. Ces tests ont donc aussi leurs limites dans la mesure où il y a plusieurs paramètres qui peuvent influencer les résultats: votre dyspraxie, la dépression, la langue maternelle etc. De plus, certains tests de QI (comme le WAIS par ex.) font aussi particulièrement appel à des connaissances et compétences qui sont acquises à l'école. Pour une personne qui rencontre un retard scolaire ou qui ne se retrouve pas dans le système scolaire, il y aura une incidence sur les chiffres. Ceux-ci sont donc à remettre dans un contexte. 

                                                                      Nous comprenons vos doutes et aussi que cette histoire vous touche. Nous vous conseillons d'en parler avec le professionnel qui vous a fait passer le test. Il pourrait revoir avec vous ce qu'il s'est passé, vous faire part de ses hypothèses et de sa compréhension concernant vos résultats. 

                                                                      A nouveau ces résultats ne sont pas à prendre au pied de la lettre, ils reflètent certaines de vos difficultés mais ne disent rien de la personne que vous êtes et de vos ressources. Ces tests vous situent d'abord par rapport à la "norme" des performances de personnes de votre âge qui ne présentent pas nécessairement de retard scolaire, dépression ou de dyspraxie. Ne remettez pas en cause vos compétences, vous êtes certainement capable de beaucoup. Ces épreuves ne mesurent et ne tiennent pas compte de tout. 

                                                                       

                                                                      Bonjour Telme. Ayant pensé à me suicider lorsque j'étais jeune ou durant des moments difficiles, de temps en temps, je voulais savoir comment vous...

                                                                      Bonjour Telme.

                                                                       

                                                                      Ayant pensé à me suicider lorsque j'étais jeune ou durant des moments difficiles, de temps en temps, je voulais savoir comment vous conseillez les gens qui pensent que se suicider est la seule option contre leurs problèmes ou leurs souffrances.

                                                                       

                                                                      Parfois, je me dis qu'ils ont raison.

                                                                      Par exemple, lorsqu'ils vivent un chagrin d'amour et qu'ils n'arrivent pas à se dire que c'est fini, ou alors ils vivent longtemps heureux et l'un trahi l'autre en le (ou la) trompant; ou lorsque des gens se font pirater leurs données ou leurs photos à leurs insu et que ces dernières soient utilisées pour du chantage ou du vol; lorsqu'ils vivent avec des dettes et qu'ils ne s'en sortent plus; s'ils ont des problèmes de santé (physiques ou mentales) et qu'ils doivent vivre avec durant le reste de leur vie (maladie incurable); une personne qui souffre de solitude et qu'elle n'en peut plus; si quelqu'un n'est pas apprécié pour ce qu'elle est et qu'elle subit tout le temps des remarques blessantes voire des moqueries...

                                                                       

                                                                      On me dit de vivre de heureux et de penser positif, et qu'il y a toujours des solutions aux problèmes.

                                                                      Je veux bien croire en cette théorie, mais la vie et ses expériences (qu'elles soient positives ou négatives) me font très peur.

                                                                       

                                                                      Je ne sais pas du tout de quoi mon avenir sera fait : c'est le flou total.

                                                                       

                                                                      Alors comment faire si un jour je vis un de ces événements cités plus haut, et que je n'ai personne pour m'aider, que je dois affronter mes problèmes seul.

                                                                      Moi, j'aurais juste envie d'en finir, de changer la société, de partir très loin et de ne plus "déranger".

                                                                      Est-ce possible, malgré tout, de s'en sortir sans en finir avec notre vie ?

                                                                      J'ai des larmes rien qu'en écrivant ces lignes, c'est vous dire si ceci me préoccupe...

                                                                       

                                                                      Merci d'ores et déjà de votre réponse et de votre temps que vous consacrerez à ma question et je souhaiterais qu'elle soit privée, car je ne pense pas que cela rapporte quelque chose aux personnes qui la liront. Sauf si vous pensez le contraire...

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme: 

                                                                      Nous comprenons que les situations que vous nommez vous fassent peur, elles correspondent à des moments de vie où le sol semble se dérober sous nos pieds. Chacun vit ces moments à sa manière, et vous n'êtes pas seul à vous poser ces questions existentielles difficiles. Cela montre que vous percevez la complexité de la vie, ses paradoxes, ses fragilités, ses beautés ainsi que ses zones d'ombre. 

                                                                      Vous semblez pourtant braquer votre regard sur une petite partie de cette réalité au risque de vous empêcher de profiter de ce qu'il y a de beau et positif dans votre vie. Vivre c'est aussi prendre le risque de souffrir. 

                                                                      Lors d'idées suicidaires, c'est plus avec une souffrance importante qu'avec la vie elle-même que les personnes souhaitent en finir. Pour ces personnes, la mort est rarement une solution c'est plutôt un manque de solutions. Vous n'êtes pas sans ressource face à ces pensées. Au contraire, vous avez songé au suicide sans jamais passer à l'acte. Il y a certainement en vous des choses qui vous retiennent à la vie. Vous pouvez apprendre à les identifier et les cultiver. 

                                                                      Les gens peuvent s'en sortir parce qu'il demandent de l'aide et réalisent qu'il y a un après à ce qu'ils ont vécu. La vie est faite de cycles avec des périodes plus difficiles de doutes, de remises en questions qui ont aussi un sens dans notre histoire car elles permettent d'évoluer. Lors de ces passages, il est important d'oser demander du soutien auprès de son entourage ou de professionnels. 

                                                                      Bonne suite à vous et n'hésitez pas à poursuivre cet échange. 

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, Je suis un peu inquiète pour un ami qui est assez deprimé et se pose beaucoup de questions sur sa manière d'être. Il a une très faible...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Je suis un peu inquiète pour un ami qui est assez deprimé et se pose beaucoup de questions sur sa manière d'être. Il a une très faible estime de lui et n'est pas très sociable et n'arrive pas à exprimer ses sentiments. Récemment il m'a parlé que peut-être il pouvait être HPI et qu'il aimerait faire le test pour avoir réponse à ses questions. Malheureusement le test coûte cher et j'aurais aimé savoir si il existe des tests à prix raisonable ou remboursé par l'assurance? Je voudrais vraiment l'aider et je sais que ce test pour le faire avancer.

                                                                      Merci pour votre réponse.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Vouloir aider votre ami qui ne va pas très bien est une belle démarche et il a de la chance de vous avoir!

                                                                      Les bilans psychologiques permettant de poser un "diagnostic" HPI sont en effet relativement coûteux, et ils ne sont généralement pas pris en charge par l'assurance maladie. La seule possibilité pour que l'assurance maladie entre en matière est lorsque le bilan est demandé par un médecin qui considère qu'il y a une indication. Ainsi dans le cas présent, votre ami pourrait parler à son médecin traitant de son mal-être et de ses inquiétudes et voir avec lui si un bilan psychologique peut être envisagé. Nous vous rendons tout de même attentive qu'il reste toujours à s'acquitter des frais de franchise.

                                                                      De manière générale, vous pouvez encourager votre ami à s'adresser à des professionnels pour parler de ses difficultés et être accompagné dans ses questionnements, cela pourrait aussi l'aider. A l'association Telme nous ne proposons pas de bilans psychologiques, mais nous offrons des consultations à des tarifs accessibles (15.- pour les jeunes adultes), vous pouvez lui parler de nous.

                                                                      Votre présence et le soutien que vous apportez à votre ami sont également très précieux, de vous savoir à ses côtés l'aide sûrement beaucoup. A vous ensuite de voir jusqu'où vous pouvez lui venir en aide, en n'oubliant pas d'également penser à vous, c'est important.

                                                                      Bonne suite,

                                                                      Telme

                                                                      J'ai bientôt 23 ans, ça fait 1an que je ne fais rien du tout. J'étais en apprentissage de août 2013 à août 2016, j'avais déjà des idées suicidaires à...

                                                                      J'ai bientôt 23 ans, ça fait 1an que je ne fais rien du tout. J'étais en apprentissage de août 2013 à août 2016, j'avais déjà des idées suicidaires à ce moment mais j'étais trop anxieuse, occupée à autre chose pour ressasser des pensées négatives. Mais depuis que je ne suis plus active j'y pense de plus en plus, je me sens comme un déchet dans mon foyer. Je vis avec mon frère et ma mère, mon père est décédé lorsque j'avais 6 ans et demi. Mon frère va entrer dans sa deuxième année d'apprentissage, ma mère est femme au foyer depuis toujours. Je suis constamment anxieuse car elle me répète tous les jours de chercher du travail, comme dans mon apprentissage tout ne s'est pas très bien passé cela m'effraie, je ne fais aucune recherche et j'ai coupé contact avec tout mes anciens collègues de travail, camarades de classe, etc... Je ne sors jamais sauf pour faire les commissions avec ma mère. Je ne vois plus personne et je n'ai même plus envie de rencontrer des gens. J'ai toujours peur qu'on me pose la question "toi tu fais quoi en ce moment?" car je réponds toujours par un mensonge. Je n'ai absolument pas confiance en moi et je me déteste. Je me torture l'esprit constamment et depuis quelques semaines j'en ai marre. Je n'en peux plus de ces idées noires, je veux avoir une vie normale. Je ne sais pas comment m'en sortir, je n'ai pas d'argent, je dois toujours en demander à ma mère ce qui la renvoi toujours à me dire de chercher du travail. Je me dis que ce serait tellement plus facile si j'étais morte, mon esprit ne serait plus déranger, je ne souffrirai plus et je ne serai plus un déchet chez moi.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      D'abord bonjour!.....ces précisions nous permettent de mieux comprendre votre situation.

                                                                      En vous lisant, nous avons l'impression que ce que vous traversez actuellement résulte d'une accumulation d'événements qui vous ont fragilisée. Aujourd'hui, la coupe est pleine et ce que vous décrivez ressemble à un passage dépressif. Mais la dépression se soigne!

                                                                      Ce qui semble vous peser particulièrement est de sentir que votre vie professionnelle ne se met pas en place comme vous le souhaitez. Avez-vous obtenu votre CFC ? Si vous n'avez pas de travail, êtes-vous inscrite au chômage? L'intérêt de cette démarche est moins de recevoir des indemnités que de rester dans une dynamique stimulante notamment en ayant accès à des cours ou solutions de transition avec l'aide de professionnels pour vos recherches d'emploi. Tout cela est une protection contre la perte d'estime de soi et l'isolement social.

                                                                      Votre état psychologique nous inquiète, et doit sans doute aussi préoccuper vos proches...?!
                                                                      Nous vous invitons à prendre rendez-vous au plus vite chez votre médecin traitant (ou un remplaçant) afin de lui parler de ce que vous vivez et des pensées suicidaires qui vous habitent. Il est essentiel qu'un professionnel évalue votre situation et envisage avec vous des pistes pour surmonter cette étape difficile.

                                                                      Telme propose aussi une prestation de consultations à des conditions d'accessibilité facilitées (tarifs, délais d'attente,..). Ne sachant pas dans quelle région romande vous résidez, je ne sais pas si cette option peut vous intéresser mais toutes les informations figurent sur le site.
                                                                      N'hésitez pas si nécessaire à appeler notre secrétariat pour vous renseigner.

                                                                      En cas de fortes angoisses et pensées suicidaires, vous pouvez contacter par téléphone le 022 372 42 42 ou le 147 pour trouver une écoute et des conseils 24/24.

                                                                      Votre prise de contact montre que vous avez des compétences et l'envie de vous en sortir, ce qui est positif. Même si vos ressources vous semblent inaccessibles pour l'instant, elles n'ont pas disparu et la vie a certainement beaucoup de belles choses à vous offrir!
                                                                      Ne baissez pas les bras et parlez à une personne de confiance afin d'être accompagnée dans ces moments difficiles et dans vos démarches de demande d'aide. 

                                                                      Gardez confiance! Bien à vous

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, je vous écris au sujet de ma relation amoureuse. Tout se passe bien, une relation parfaite. Le truc est que j'aimerai bien apprendre à ne...

                                                                      Bonjour,

                                                                      je vous écris au sujet de ma relation amoureuse. Tout se passe bien, une relation parfaite. Le truc est que j'aimerai bien apprendre à ne pas y mettre trop d'importance envers elle. Oui, elle et moi on met de l'importance à notre relation. Mais, ce que j'entend, j'ai souvent l'impression que c'est régulièrement moi qui cherche et propose de se voir... Du coup, j'aimerai bien que de temps en temps que ce soit elle qui cherche à me voir, à me proposer, etc.

                                                                      On dit qu'il existe un jeu dans une relation qui s'appelle : ''fuis moi je te suis, suis moi je te fuis''... Est-ce vraiment réel ce dicton ? Ou c'est juste de la théorie ? Est-ce que ça se peut qu'elle fasse ce jeu sans se rendre compte ?

                                                                      Et une autre chose : Parfois, je suis très nerveux, je m'énerve facilement (surtout avec la fatigue, et aussi le fait que je suis malentendant) du coup, parfois je peux être très fatigué psychologiquement. Et j'ai l'impression qu'une relation d'une personne qui est entendante et qui est avec une personne malentandante n'est pas toujours évident. Parce qu'il peut y'avoir des difficultés de compréhension.

                                                                      Vous en pensez quoi de tout cela ? Surtout la première chose concernant à propos de se voir elle et moi

                                                                      je vous remercie d'avance et a bientôt

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Vous nous posez diverses questions et sollicitez notre avis. Nous vous le donnons volontiers mais ne perdez pas de vue que vous êtes le meilleur expert de vous-même et de vos décisions!... en d'autres termes, c'est en suivant votre intuition que vous ferez des choix qui vous correspondent vraiment.

                                                                      Dans une relation de couple, c'est en accordant une place centrale au dialogue que l'on peut avancer et permettre à chacun d'être soi-même et épanoui-e dans le lien. Avez-vous déjà tenté d'ouvrir la discussion sur ce que chacun attend de l'autre, ses besoins personnels, la fréquence des contacts, etc...?
                                                                      Quant au dicton que vous avez cité, il se vérifie effectivement: plus une personne nourrit des attentes et recherche la présence d'une autre, plus cette dernière sentira une forme de pression et aura tendance à garder ses distances, son autonomie. Je vous laisse réfléchir au sens que cette phrase a pour vous...

                                                                      Quant à la fatigue psychologique, elle est compréhensible car la communication vous demande beaucoup d'énergie et de concentration. En avez-vous déjà parlé avec votre amie? qu'avez-vous envie de mettre en place pour que ce soit plus simple et fluide pour vous deux? y a-t-il quelques moyens pratiques à utiliser, qui pourraient être conseillés par une association qui s'occupe de cette problématique?

                                                                      Bonne semaine et bel été à vous!

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                      Je veux qu'on m'aide, je ne sais pas quoi faire. Je pense souvent à me suicider. Je veux sortir de mon calvaire. Réponse de Telme: Bonjour, Nous...

                                                                      Je veux qu'on m'aide, je ne sais pas quoi faire. Je pense souvent à me suicider. Je veux sortir de mon calvaire.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Nous comprenons que vous n'êtes pas bien et que ces pensées suicidaires vous angoissent et pèsent sur votre quotidien. Nous sommes inquiets pour vous mais pour pouvoir vous aider, nous avons besoin de connaître plus en détail votre situation. Si vous pouviez préciser dans quel contexte interviennent ces difficultés, votre âge, votre situation familiale et personnelle, et tout ce qui pourrait nous aider à comprendre les conditions qui sont les vôtres, nous pourrions vous donner des conseils plus précis.

                                                                      Dans cette attente, il est important que vous trouviez quelqu'un afin de ne pas rester seul(e) avec ce qui vous pèse.
                                                                      D'autre part, vous pouvez en tout temps contacter un numéro pour les urgences et détresse psychologiques dans votre canton, ainsi que le 147 qui répond aux jeunes (jusqu'à 30 ans) 24/24 gratuitement et confidentiellement.
                                                                      Notre service www.telme.ch propose également un suivi psychologique avec un professionnel à des conditions facilement accessibles.

                                                                      Courage et à bientôt peut-être!

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonsoir, Alors voilà, je ne sais pas si j’ai un problème ou quoi. Je suis une personne qui prend les choses à cœur, qui vais au bout de tout ce que...

                                                                      Bonsoir,

                                                                      Alors voilà, je ne sais pas si j’ai un problème ou quoi.

                                                                      Je suis une personne qui prend les choses à cœur, qui vais au bout de tout ce que j’entreprends mais le souci est qu’au bout d’un moment les choses qui se répètent (la routine)me lassent (que ce soit niveau travail, qui se répète chaque jour, se lever, bosser, passer du temps avec les collègues, faire du sport).

                                                                      Je cherche quelque chose mais je ne sais pas quoi..

                                                                      Merci de votre retour, qui pourra peut-être m’aider à y voir plus clair

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Vous vous en doutez nous ne pouvons pas savoir ce que vous cherchez, puisque seule vous-même pouvez répondre à cette question. Mais nous pouvons tenter une hypothèse, celle de la recherche de sens. Aux activités, aux choix que vous faites. Chercher à donner du sens à sa vie est une bonne chose, cela permet d’être acteur de sa propre vie ! Prendre du recul, réfléchir sur soi-même permettent, quand le besoin est présent, d’effectuer des adaptations ou des changements menant à se sentir bien dans son quotidien. Ainsi pour avoir un début de piste de réponse à ce que vous cherchez, posez-vous la question du sens qu'ont pour vous les choses que vous faites...

                                                                      Quant à la routine, elle fait bien sûr partie de la vie. Certains s’en accommodent, d’autres ont besoin de plus de stimulation, il n’y a pas de norme il s’agit d'une question de personnalité. Si vous vous sentez enfermée dans une routine, à vous d’y ajouter quelques épices : essayer de nouvelles activités, faire de nouvelles rencontres, développer une passion…

                                                                      Bonne route, 

                                                                      Bonsoir, J'ai 18 ans et je suis en couple depuis deux ans et demi. Je vous écris car je suis en pleine remise en question. Jai des sautes...

                                                                      Bonsoir,

                                                                      J'ai 18 ans et je suis en couple depuis deux ans et demi.

                                                                      Je vous écris car je suis en pleine remise en question.

                                                                      Jai des sautes d'humeur quasi quotidienne et je m'en prend verbalement à mon copain. Je l'aime plus que tout et pour moi c'est horrible de le faire souffrir mais c'est plus fort que moi, je m'emporte pour le moindre petit détail.

                                                                      Je ne sais pas pourquoi je réagis comme ça tout le temps.

                                                                      J'ai vraiment besoin de vous pour maider à canaliser ma colère et les violentes sautes d'humeur qui sont en train de briser notre couple.

                                                                      J'ai toujours été comme ça dés qu'un petit truc m'énerve ou quon me pique un peu je réagi au quart de tour et mon copain aime bien me titiller mais le problème c'est que je prend tout mal et que je lui parle vraiment de manière déplacée quand je suis en colère.

                                                                      J'ai besoin de vous je ne savais plus vers qui me tourner et Je suis tombée sur votre site internet qui va peut être etre la dernier chance à notre couple de vaincre mes problèmes de comportement.

                                                                      Merci d'avance pour le temps que vous prendrez pour répondre à ce message.

                                                                      Bonne soirée

                                                                      Réponse Telme: 

                                                                      Bonjour, 

                                                                      Les changements profonds nécessitent du temps et de la nuance. 

                                                                      Quelles situations déclenchent ces sautes d'humeur? Savez-vous d'où vient cette colère dont vous nous parlez, à quoi est-elle liée? Prenez le temps de réfléchir à ce qu'il vous arrive lorsque vous sentez ces émotions en vous. Cela vous permettrait de penser vos réactions et de mieux vous connaître. 

                                                                      Prendre conscience de certaines choses est un premier pas pour aller dans la direction que vous souhaitez. Bien sûr, cela va prendre du temps. Personne ne peut changer du jour au lendemain, vous vous inscrivez dans un processus. 

                                                                      Vous craignez un risque pour votre couple, mais l'avez-vous objectivé notamment en ouvrant le dialogue avec votre partenaire à ce sujet? Peut-être qu'il n'a pas tout à fait la même vision de la situation que vous. Lui avez-vous demander ce qu'il pensait de votre relation et de vos perspectives d'avenir? Après tout, il faut être deux pour former un couple. Vous n'êtes pas seule à vous repositionner et à évoluer dans la vie, c'est pourquoi il est important d'en discuter à deux. Parlez-lui de vos craintes et votre désir de changer votre façon d'être dans la relation. 

                                                                      Ensuite, ces sautes d'humeur sont-elles exclusivement présentes au sein de votre couple? En général, notre manière d'agir s'inscrit dans une globalité. Vous nous dites peu de choses sur vous ainsi que sur les autres sphères de votre vie qui sans doute interagissent...Si vous souhaitez approfondir certains aspects de notre échange, nous aurions besoin d'un exemple concret d'une situation où ces tensions s'expriment. 

                                                                       

                                                                      Bonjour, Je vous écris parce que je me sens incroyablement seule. J'ai l'impression que personne n'est là pour moi et que tout va mal. Si je pense...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Je vous écris parce que je me sens incroyablement seule. J'ai l'impression que personne n'est là pour moi et que tout va mal.

                                                                      Si je pense à ma situation, je me dis que tout va bien en faite, ce qui me mène à me sentir coupable vis a vis de comment je me sens.

                                                                      J'ai besoin de trouver une solution... je n'ai plus aucune motivation à rien et je me dis même parfois que je préfèrerais ne pas me réveiller demain matin. Comment faire pour chasser ces idées noires?

                                                                      Merci d'avance pour votre aide.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      La solitude, le mal-être que vous ressentez sont ce que vous vivez, il s’agit de votre réalité et vous n’avez pas à la banaliser ou à vous en culpabiliser. Mais se sentir mal sans savoir pourquoi est difficile. Vous avez raison de chercher à comprendre et à demander de l’aide, il s’agit d’un premier grand pas dans votre recherche de solutions pour aller mieux !

                                                                      Vous écrivez vous sentir très seule, est-ce de n’avoir personne dans votre entourage avec qui pouvoir échanger sur ce que vous traversez, ou une difficulté à vous exprimer sur vos ressentis ? Nous vous encourageons à pouvoir parler à quelqu’un de ce que vous vivez, si vous demandez de l’aide auprès de professionnels vous ne serez pas jugée sur votre vécu ou vos difficultés.

                                                                      Vous avez notamment la possibilité de consulter à des tarifs très modérés un-e psychologue à notre association. Si vous le souhaitez, n'hésitez pas à contacter notre secrétariat au 021 324 24 15 pour prendre rendez-vous.

                                                                      Nous restons à disposition également pour une suite de cet échange par écrit,

                                                                      Bien à vous,

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, Je suis père (divorcé) de 3 garçons de 7, 12 et 14 ans que je tente d'élever (en garde partagée). Un point de discorde avec l'aîné concerne...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Je suis père (divorcé) de 3 garçons de 7, 12 et 14 ans que je tente d'élever (en garde partagée).

                                                                      Un point de discorde avec l'aîné concerne la durée d'accès à son ordinateur et à son smartphone.

                                                                      Nous avons déterminé une règle commune (entre sa mère et moi) qui définit les choses suivantes :

                                                                      - Il doit déposer son smartphone deux heures par jour lorsqu'il est à la maison (dans l'idée de maintenir un échange verbal avec lui ...) ainsi que lorsqu'il va se coucher et jusqu'au matin (pour qu'il dorme, évidemment).

                                                                      - Il a accès son ordi 2 heures par jour ouvrés et 4 heures par jour férié (et vacances).

                                                                      - Le dépôt du téléphone ne peut pas coïncider avec le temps où il utilise l'ordinateur. 

                                                                      La gestion du smartphone ne lui pose pas de problème majeur, mais le temps d'accès à l'ordi est, je cite, ridiculement bas, inutile, insultant ... et j'en passe ;) Bref, il faudrait, pour qu'il puisse pleinement s'éclater sur LOL, au moins le double ... 

                                                                      Sommes-nous vraiment ridicules ?

                                                                      Merci

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Nous n'allons pas débattre du nombre d'heures d'accès à l'ordinateur, cela serait stérile, peu constructif et dépendant de plusieurs variables dont nous n'avons pas accès.

                                                                      Nous relevons un point essentiel: le fait d'utiliser le "nous" même si vous êtes séparés et pratiquant une garde alternée est une excellente chose. L'accord co-parental est primordial. Il permet à l'enfant de se représenter une autorité commune à ses 2 parents et ne peut ainsi pas jouer de leurs éventuelles divergences. 

                                                                      Vous faites ce qu'il faut en tant que parents et vous n'êtes pas ridicules. Votre fils accepte les règles que vous lui mettez ce qui signifie qu'il ne trouve pas celles-ci totalement injustes. Le fait qu'il se plaigne du peu d'accès à son ordinateur est aussi une manière d'exprimer qu'il grandit et qu'il revendique une autonomie plus importante.
                                                                      Ainsi il peut être envisageable de rejoindre votre fils dans son ressenti et son argumentation . Il se sentira entendu et reconnu. En regard de cela vous adapterez ou non vos exigences. 

                                                                      Qu'en pensez-vous?

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour Telme, Je vous remercie pour votre précédente réponse, qui m'a fait réfléchir. Vous avez raison, je ne suis pas si à l'aise dans mon retrait...

                                                                      Bonjour Telme,

                                                                      Je vous remercie pour votre précédente réponse, qui m'a fait réfléchir. Vous avez raison, je ne suis pas si à l'aise dans mon retrait social et je découvre que j'ai du plaisir à rencontrer des gens et à m'ouvrir. Nous avons pu reparler de ce "désaccord", mon ami et moi, et trouver, je crois, un terrain d'entente, puisque cela fait 2 semaines maintenant que nous avons emménagé ensemble!

                                                                      C'est un grand changement pour tous les deux, qui amène du positif (moments passés ensemble, quotidien partagé, activités nouvelles, etc.) mais aussi des moments plus stressants (compromis sur le ménage et le rangement, "accordage" sur les moments passés ensemble et les moments en "solo", etc.).

                                                                      Je me permets de vous réécrire car je me sens passablement angoissée suite à une discussion que nous avons eu ensemble. Alors que j'avais l'impression qu'il montrait des signes d'engagement évident (habiter ensemble, "mélanger" nos affaires, changer son adresse officielle, bricoler des arrangements dans notre appartement), il a tout à coup évoquer la "stabilité" de notre relation. Il a dit qu'il n'était pas sûr de vouloir toujours une stabilité.

                                                                      Alors quoi? Ca veut dire que d'un jour à l'autre il pourrait me laisser tomber et partir ailleurs avec une autre fille?

                                                                      De cette manière, j'entends là ses doutes. Je peux admettre que rien ne soit fixé dans le marbre, mais sa remarque m'a beaucoup bouleversée, d'autant plus qu'elle survient à un moment où l'un et l'autre nous nous "engageons".

                                                                      Depuis cet épisode, je me sens mal, j'ai l'impression que mon coeur palpite trop vite, que j'ai chaud, des vertiges... Le fait qu'il dise m'aimer implique qu'il pourrait aussi cesser de m'aimer? Le fait qu'on s'engage implique qu'on puisse aussi se désengager? Je trouve cela intolérable. C'en est même tellement douloureux, que je me dis parfois qu'il est plus simple d'être célibataire et de se tenir à distance de l'amour et de l'attachement.

                                                                      Que puis-je faire? Je me sens tellement malheureuse.

                                                                      Merci beaucoup de votre écoute.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Emménager à deux est une étape importante, faite de beaucoup de moments positifs, de partage et comme vous le relevez également d’ajustements. Décider de vivre en couple est un engagement. Mais comme tout engagement il n’est pas nécessairement définitif. Vous l'écrivez bien, rien n’est gravé dans le marbre. Vous dites avoir compris la remarque  de votre compagnon sur la stabilité comme étant l’expression de doutes. Votre inquiétude est compréhensible, cela peut en effet être vécu comme déstabilisant. Mais il s’agit là de votre perception, peut-être n’a-t-il pas spécialement de doutes actuellement mais le besoin de préciser que l’avenir demeure inconnu ? Vous pouvez vous demander qu’est-ce qui chez vous provoque ce sentiment d’insécurité lors de l’évocation de l’inconnu et des changements qui peuvent se produire ?

                                                                      Vous posez la question, non aimer et être aimé(e) ne sont pas garantis de durer toujours. L’amour est un sentiment qui évolue et dont l’intensité fluctue. Oui, parfois, il arrive que le sentiment amoureux s'estompe ou disparaisse. Il s’agit de quelque chose sur lequel nous n’avons pas vraiment de prise, bien sûr un sentiment amoureux s’entretient, se nourrit, mais une partie nous échappe. Cette peur de ne plus être aimée est, au fond, partagée par tous les êtres humains, mais là encore vous pouvez vous interroger sur la place qu’elle prend chez vous, pourquoi cela vous angoisse-t-il tant ? Comment accepter cette part de la vie sur laquelle vous n’avez pas entièrement le contrôle, afin de pouvoir profiter de ce qui est, dans le présent ?

                                                                      Enfin posez-vous la question, est-ce que la crainte de souffrir vaut vraiment la peine de renoncer au bonheur que vous vivez auprès de la personne aimée ?

                                                                      En vous souhaitant une belle suite de parcours,

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, Je vous écris car j'aimerais être éclairée à propos d'une situation que je suis en train de vivre. Cela fait bientôt une année et demie que...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Je vous écris car j'aimerais être éclairée à propos d'une situation que je suis en train de vivre. Cela fait bientôt une année et demie que je suis avec mon copain. Il a 28 ans et j'en aurais 24 cet été. Nous nous connaissons depuis bien des années, mais nous sommes tombés amoureux l'un de l'autre il y a de ça une année et demie. Nous sommes très complices et nous nous aimons beaucoup, nous avons les mêmes envies, mêmes rêves... Depuis peu, nous avons abordé la question d'avoir des enfants... Nous en parlons assez ouvertement, en se demandant quand on aimerait en avoir, combien, etc... Mon copain m'assure en me disant que je suis la personne avec qui il veut en avoir et fonder une famille. Cela me rend énormément heureuse et comblée ! Mais en parlant sérieusement de quand j'arrêterais la pilule contraceptive, il me paraît être moins sûr. En lui demandant s'il est vraiment sûr et je comprendrais s'il aurait pas envie maintenant mais il me dit que non, il veut avoir un enfant mais que ça lui fait vraiment peur, car c'est beaucoup de responsabilités. Je comprends sa réaction car moi aussi cela peut parfois m'appeurer, mais je me dis que si on pense qu'aux côtés "plus contraignant" d'avoir des enfants je me dis qu'on en ferait jamais. En nous donnant une date dans le temps, je pense arrêter ma pilule à la fin de cette année, cela nous laisse l'été pour nous familiariser à cette idée. Mais sa peur et ses doutes me font à mon tour douter de sa réelle envie, j'ai peur qu'il se force ou qu'il se retrouve dans une situation qu'il n'attendait pas (grossesse)... Pour être sûre moi-même, j'ai besoin que lui soit aussi sûr et soit prêt à cette nouvelle aventure. Je ne sais pas quoi faire, ni penser, car on a déjà tout mis carte sur table...

                                                                      Merci beaucoup pour votre réponse et aide !

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Le fait d’être "sur la même longueur d’onde" dans le couple n’est pas toujours évident dans le désir d'enfant. Vous vous sentez épanouie dans votre relation de couple, ce qui vous donne envie de fonder une famille avec votre partenaire. Il exprime lui aussi ce désir, mais vous le sentez plus hésitant. Votre compagnon et vous n’êtes peut-être pas dans la même temporalité, vouloir des enfants et être prêt à en avoir sont deux choses différentes.

                                                                      Il est normal d’avoir des craintes, fonder une famille bouleverse certaines habitudes et demande de redéfinir la relation de couple. Mais vous avez aussi raison de souhaiter aborder les belles choses, une nouvelle vie à trois n’est pas faite que de contraintes, mais également de beaucoup de moments de bonheur !

                                                                      Ce qui importe c’est que chacun des deux partenaires puisse exprimer ses peurs et se sentir prêt. Pourquoi ne vous laisseriez vous pas encore un peu de temps ? Posez-vous la question de ce qui vous désécurise dans le fait d’attendre et osez l’exprimer à votre compagnon.

                                                                      Vous semblez pouvoir bien communiquer sur ce sujet, c’est très important et nous vous encourageons à continuer dans ce sens, à oser parler de vos envies et vos ressentis à votre partenaire, mais aussi pouvoir accueillir ses craintes car il est essentiel que cette décision naisse d’une envie commune sans que l’un ou l’autre ne se sente mis sous pression.

                                                                      Nous vous souhaitons tout de bon dans ce beau parcours,

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour. Je vous remercie de m' avoir donné une réponse qui m'a activé a en savoir plus. Je reviens avec d'autre inquiétudes. Les situations que je...

                                                                      Bonjour. Je vous remercie de m' avoir donné une réponse qui m'a activé a en savoir plus. Je reviens avec d'autre inquiétudes. Les situations que je vis ressemblent à de la violence psicologique.J'ai lu un article de Isabelle Levert sur le mutisme et elle décrit parfaitement ce que je vis: "l'ambiguité d'un ni avec ni sans.Je suis là sans etre là pour toi". La personne developpe un probleme d'engagement ce qui entraine une impossibilité de dialogue ,un refus de compromis.Lorsque cette personne se mue dans son silence elle devient indifferente à l'autre,et tous les efforts de la faire ensortir se solde par une aggréssivité verbale. En effet mon partenaire ne partage pas ses sentiments et ses pensèes.IL donne l'impression d'etre désengagé de la relation.Il s'enferme dans des fausses croyances.Il donne l'aire d'un dictateur. Personne ne me crorait dans mon entourage si je raconte ce que je vis car mon epoux a l'aire parfait dehors.

                                                                      J'aimerai sauver mon couple mais j'ai peur de perdre mon temps. Comment faire comprendre à mon partenaire qu'il est malade sans le blesser? comment nous faire aider? Quelles peuvent etre mes chances de réussite?comment gère t'on ce type de problème dans un couple.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Contente que ce premier échange ait ouvert sur des questions et que vous vous sentiez plus active dans ce que vous vivez.

                                                                      Lire permet certes d'être mieux informée, mais ne suffit pas toujours à résoudre le problème.
                                                                      L'objectif est que vous arriviez à vous positionner différemment, à moins subir en étant progressivement plus active, sentez-vous une impulsion sur ce plan-là?

                                                                      Ensuite, notre approche systémique m'amène à évoquer la part active de chacune de vous deux dans ce qui se passe. Il sera difficile de faire bouger cette situation si votre conjoint n'a pas conscience ni envie que les choses ne changent. En vous situant autrement, vous pourrez bousculer la dynamique relationnelle entre vous, mais si votre partenaire met tout en oeuvre pour que rien ne bouge, vos tentatives risquent d'être réduites à néant, ou rendues plus difficiles...d'où l'intérêt de consulter en couple pour avoir un regard extérieur, laisser à chacun l'occasion de s'exprimer et d'être entendu, et vous aider à mettre en place certains moyens à utiliser ensuite vous-mêmes au quotidien.

                                                                      Bonne suite à vous !

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, j'ai une question en lien avec l'estime de soi et l'échec, les erreurs. Je lis souvent qu'il faut tirer des leçons, des apprentissages de...

                                                                      Bonjour, j'ai une question en lien avec l'estime de soi et l'échec, les erreurs.

                                                                      Je lis souvent qu'il faut tirer des leçons, des apprentissages de ses erreurs.

                                                                      Le problème, c'est que quand je vis un échec (redoubler mon année universitaire, ne pas respecter un délais au travail ect) je me sens triste ou en colère contre moi même et je ne sais pas comment dépasser cela.

                                                                      Que faire concrètement pour tirer des leçons de ses erreurs et échecs? Comment faire pour tirer des apprentissages?

                                                                      Merci beaucoup

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Votre question renvoie à la fois aux attentes que l’on a envers soi-même et à la manière de faire face aux émotions ressenties suite à un échec. Comme vous le relevez s’il est de coutume de dire qu’une erreur permet de tirer des leçons, la réalité est parfois plus compliquée.

                                                                      La façon dont on vit un échec est singulière, mais la déception, la tristesse ou la colère sont normales, elles font partie d'un processus. Il est question de pouvoir "digérer", de se laisser du temps avant de pouvoir dépasser ces émotions, et d'oser s'accorder d'échouer.

                                                                      Il arrive parfois que l’on ait intégré un idéal de perfection, ou d’excellence. Posez-vous la question si c’est votre cas, et si oui d’où peut-il bien venir, qu'est ce que cela raconte ? Cela vous permettra de prendre du recul sur votre façon de gérer les choses.

                                                                      Autorisez-vous à vous faire confiance, un échec dans un domaine peut parfois mener à une belle réussite dans un autre. Récemment des personnes ayant mené de brillantes carrières ont pris le pari de publier leur CV à l’envers, en y faisant figurer leurs revers plutôt que leurs réussites, afin de montrer que leurs échecs avaient été nombreux avant d’en être là où ils sont arrivés. Cela a le mérite de faire réfléchir !

                                                                      Nous vous souhaitons une belle suite de parcours

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, Depuis une dizaine d'année environ, je souffre d'anxiété liée à la nourriture. En effet, j'ai, parfois plusieurs fois par jour,...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Depuis une dizaine d'année environ, je souffre d'anxiété liée à la nourriture.

                                                                      En effet, j'ai, parfois plusieurs fois par jour, l'impression de m'étouffer en mangeant. Cette sensation est fatigante et me limite dans mon quotidien. Au début, j'ai perdu du poids et vivais une anxiété intense. Avec les années, mon niveau d'anxiété générale a diminué et je gère beaucoup mieux la situation. Ce problème, bien qu'amoindri, me pèse toujours au quotidien et je souhaiterais réellement trouver une méthode pour m'en débarrasser.

                                                                      Je tiens à préciser que j'ai effectué des tests médicaux et que rien n'a été trouvé.

                                                                      Merci :)

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Le problème que vous décrivez est une phobie d’avalement, aussi appelée phagophobie. Comme la plupart des phobies elle peut résulter d’une accumulation d’anxiété ou avoir été déclenchée par un événement traumatique.

                                                                      Ainsi si le problème ne se situe pas au plan somatique, comme vous avez pris soin de vous en assurer, nous vous encourageons à entreprendre une psychothérapie, qui pourra vous aider à gérer votre anxiété.  Il s’agit de casser le cercle vicieux dans lequel vous êtes prise. En effet, plus vous craignez de vous étouffer en mangeant, plus votre gorge se serrera sous l’effet de l’anxiété, plus vous aurez cette sensation d’étouffement.

                                                                      Si plusieurs types de thérapie sont susceptibles de vous aider, la thérapie cognitivo-comportementale (aussi appelée TCC) semble particulièrement indiquée pour la problématique qui vous concerne. Avez-vous également essayé des exercices de relaxation ?

                                                                      Comme vous nous dites peu de choses sur ce que vous avez déjà tenté, nous espérons que ces pistes sauront vous aider,

                                                                      Bonne suite,

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour Telme je serais un peu longue pour me faire bien cerner Rien ne va depuis un moment . Je vis une relation qui me stress et me deprime. Chaque...

                                                                      Bonjour Telme je serais un peu longue pour me faire bien cerner

                                                                      Rien ne va depuis un moment . Je vis une relation qui me stress et me deprime. Chaque fois que je pense avoir fait un pas pour un rien tout degenère et les memes remarques blessantes sont à l'ordre du jour: Tu es une manipulatrice, tu me mets la pression , tu m'a piegé, comment tu gerais tes autres relations? on ne memanipule pas eccc. Cela fait juste un an qu'on est ensemble et quelque mois que j ai eu un bébé. Je n'ai jamais vecu de situation pareille . Je n'arrive plus a etudier . monconjoint qui travaille dejà me traite de consomatrice . J'aimerai bien que les choses s'arrange juste que je suis perdue je ne sais plus quoi faire et je viens d'une culture où le mariage est "sacré". Je pleur tous le temps. Je n'arrive pas à banaliser le comportement de mont coinjoint. Quand je suis en colère j'ai tendance a lever le ton mais de manière general ma colère passe tres vite . Je parle quand quelque chose ne va pas. Je suis extroverse comme personne.

                                                                      Tout mon entourage me disais tjrs que celui qui sera mon epoux sera heureux mais je vous jure que c'est le contraire. MON MARI N'A PAS CONFIANCE EN MOI. Il me traite avec peu de respect pourtant je ne l'ai jamais trompé et je fais de mon mieux pour etre une mère et une epouse agreable. Aidez moi aie je quelque chose qui ne vas pas?? comment dois je me comporter ?? Quand on a des problemes il dit qu'il changera mais au moindre malentendu ou problème le cycle recommence. Mon epoux n'a pas d'ami ,parle peu et est tres negatif quand on jugement qu'il fait des autres.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour, merci de votre confiance et de votre message qui nous permet de saisir votre situation et ses enjeux.

                                                                      Vous vous trouvez dans une phase de vie exigente liée à l'arrivée de votre enfant, à ses rythmes encore irréguliers, etc..., tout cela vous sollicite beaucoup et vous fatigue sans doute aussi.
                                                                      Avez-vous la possibilité de passer le relais par moment pour vous reposer et prendre du temps pour vous?

                                                                      J'en viens maintenant au climat relationnel entre vous et votre conjoint qui me paraît être le point central de votre situation: ce que vous en dites laisse penser que vous vivez dans un climat de violence psychologique à ne pas banaliser.
                                                                      Vous savez peut-être que la violence obéit à un cycle qui se manifeste presque toujours comme suit:
                                                                      1) Climat de tension (silences, regards, allusions de la part de l'auteur; et sentiment d'inquiétude croissant, tentatives pour améliorer la situation et attention aux moindres gestes et mots pour éviter de déclencher la crise de la part de la personne qui subit la violence) - 2) Crise (la violence se manifeste de façon verbale, psychologique, physique, sexuelle ou économique; la victime se sent alors humiliée, injustement traitée et son estime d'elle-même décline) - 3) Justifications: l'auteur trouve des excuses, se justifie tout en laissant entendre à la victime que c'est elle qui a provoqué la crise par son comportement; la victime reprend espoir, veut aider l'autre à changer mais imperceptiblement se met à douter de plus en plus de ses perceptions et à se sentir responsable de la situation, ce qui est très destructeur. - 4) Lune de miel: l'auteur demande pardon, dit qu'il va se faire soigner, parfois dit qu'il va mettre fin à ses jours en cas de séparation; la victime donne une chance, constate des efforts.....jusqu'à la prochaine crise, etc...

                                                                      Pensez-vous être dans une situation qui se répète selon un cycle semblable? Si oui, nous vous suggérons de trouver un espace thérapeutique de couple où exprimer ce que vous vivez afin de ne pas rester enfermée dans un sentiment de honte, de gêne, de solitude et sous l'emprise de ce climat très destructeur non seulement pour vous, adultes, mais également pour votre enfant qui ressent les tensions à travers vous, ses parents.
                                                                      Avez-vous un autre adulte de confiance à qui parler afin de ne pas rester seule avec cela?

                                                                      Nous vous laissons réfléchir à ces pistes et vous encourageons à prendre au sérieux ce qui se passe afin de ne pas laisser cette situation s'installer! Il en va de votre santé psychique et de votre relation. 
                                                                      Le site www.violencequefaire.ch vous donnera des informations et vous permettra de poser une question, ou votre conjoint (il comporte aussi un espace pour les personnes auteures de violence), si vous le souhaitez.

                                                                      N'hésitez pas à nous donner de vos nouvelles. Bonne semaine!

                                                                      Telme

                                                                      Bonsoir, je vous écris au sujet de mon avenir. J'ai 24 ans, je vais terminé mon CFC de Gestionnaire en intendance au mois de juin. Et, plus tard,...

                                                                      Bonsoir,

                                                                      je vous écris au sujet de mon avenir. J'ai 24 ans, je vais terminé mon CFC de Gestionnaire en intendance au mois de juin. Et, plus tard, j'aimerai bien faire un CFC de Photographe. (vu que j'ai une passion pour la photographie) Mais, les inscriptions sont dès mi-novembre jusqu'à mi-février. Et ça serait dans le canton de vaud. Du coup, je m'inscrirai pour août 2018.

                                                                      Ma question serait : est-ce que c'est bizarre de commencer un CFC à 25 ans ? Et que la formation est de 4 ans. Je terminerai ce CFC à 29 ans.

                                                                      Vous allez me dire qu'il y à rien de stupide, mais j'avais besoin de votre avis.

                                                                      Cordialement

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme :

                                                                      Bonjour,

                                                                      Concernant votre inquiétude, beaucoup de gens recommencent une formation plus tardivement, votre envie n’est effectivement en rien stupide.

                                                                      Nous ne pouvons pas vous donner notre avis concernant votre choix d’avenir, car il vous appartient, par contre nous vous encourageons à ne pas trop vous préoccuper du jugement des autres concernant vos choix et à vous faire confiance.
                                                                      En plus, comme le début de la formation est différé à 2018, vous pourrez vous inscrire et prendre encore le temps de la réflexion. Le fait de travailler quelques temps dans le domaine de l'intendance vous permettra d'évaluer dans quelle mesure cela vous plaît ou pas, et si vous voulez toujours changer.

                                                                      Mais il n’est jamais trop tard pour faire ce que l’on souhaite dans la vie et si vous avez la chance d’avoir une passion n’hésitez pas à la suivre !

                                                                      Bonne suite, 

                                                                      Bonjour, Depuis que je suis adolescente, je suis quelqu'un d'assez réservée et renfermée. J'ai quelques amis (mais nous ne formons pas un "groupe",...

                                                                      Bonjour,

                                                                       

                                                                      Depuis que je suis adolescente, je suis quelqu'un d'assez réservée et renfermée. J'ai quelques amis (mais nous ne formons pas un "groupe", il s'agit d'une copine rencontrée dans tel contexte, une autre copine qui vient de tel milieu, etc.), mais je suis relativement isolée, ce qui ne me gênait pas forcément jusque là. Je viens d'une famille aussi assez renfermée sur elle-même, où chacun partage un caractère assez timide et solitaire.

                                                                      Il y a 1 an, j'ai rencontré un garçon et contre toute attente, j'ai réussi à nouer un lien avec lui et nous sommes en couple. Je dis "contre toute attente", car mon attitude jusque là me faisait croire que je finirai certainement vieille fille.

                                                                      Nous sommes assez différents, notamment sur le plan social: il est beaucoup plus ouvert que moi, va volontiers vers les autres, et aime rencontrer de nouvelles personnes et être entouré.

                                                                      Jusque là, je pensais que tout se passait plutôt bien entre nous. Moi j'ai du plaisir quand nous nous retrouvons tous les deux dans son studio ou dans le mien, et partageons des activités ensemble (cuisine, jeux, discussions, films).

                                                                      Récemment, nous nous sommes disputés pour une raison X, et il m'a tout à coup confié que mon "retrait social" le gênait beaucoup, et qu'il avait peur que ça soit une entrave entre nous. Il m'a dit se sentir parfois "étouffé" quand nous ne sommes que les deux, alors qu'il a besoin de voir ses copains, de rencontrer d'autres gens.

                                                                      Je suis tombée de haut, et j'ai trouvé sa remarque blessante.

                                                                      Premièrement, je n'ai pas le sentiment de l'empêcher de voir d'autres gens, mais peut-être que je le fais de manière indirecte (c'est à dire en proposant toujours des activités que les deux, ou en poussant pour rester "à la maison")?

                                                                      Deuxièmement, j'ai vécu sa remarque comme un jugement de ma personne (et de ma famille), de quelque chose qui fait partie intégrante de moi, et donc d'une forme de rejet.

                                                                       

                                                                      Que pensez-vous qu'il faille faire? Je l'aime, et je crois qu'il m'aime aussi. S'agit-il d'un écart impossible à combler? Ou est-ce quelque chose sur lequel on peut travailler, de manière individuelle ou à deux (thérapie? privée ou de couple?)

                                                                       

                                                                      Merci beaucoup et bonne journée.

                                                                       

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Il semble que cet événement a soulevé un point de désaccord, je vous propose d'y accorder toute son importance si vous tenez à votre couple.

                                                                      Vous vous décrivez comme étant relativement à l'aise avec ce retrait social, les autres personnes de votre famille sont comme vous assez timides et solitaires. Aimez-vous vraiment cela? Lorsque vous dites que votre attitude vous faisait croire que vous finiriez vieille fille, avez-vous le sentiment d'avoir échappé à un futur difficile ou est-ce que cela vous est égal?

                                                                      Il est difficile de comprendre si vous êtes bien dans votre retrait, ou si vous ne l'êtes pas tant que ça. Cela change tout, car si vous souhaitez aussi développer vos compétences sociales, vous êtes dans la même "vision du monde" que votre ami. Il pourrait donc vous aider à développer une vie sociale stimulante, comme vous l'aidez certainement aussi sur d'autres plans.
                                                                      Si ce n'est pas le cas, il y a là une source profonde de désaccord.

                                                                      Le fait que vous n'accordiez pas ou peu d'importance (si c'est le cas) au développement de votre vie sociale est votre droit, mais votre ami a le droit lui aussi de vivre selon des critères qui lui correspondent, et ses valeurs de communication, de vie sociale, sont positives. Vous devrez gérer cela ensemble, idéalement dans le sens d'une évolution vers davantage d'ouverture au monde plutôt que du retrait social, ce qui est toujours plus risqué au niveau d'un couple.

                                                                      Je ne suis pas sûr qu'une thérapie de couple soit nécessaire, à partir du moment où vous pouvez  vous mettre d'accord pour aller dans le même sens. Votre ami vient juste de révéler quelque chose d'important que vous aurez à traiter si vous voulez que votre couple fonctionne, cela apparaît comme un reproche mais on peut le considérer comme très utile pour votre avenir.

                                                                      Bonne chance à vous deux

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                      Cela fait maintenant un peu plus de 2 ans que mon ex à rompu avec moi (c'était ma première relation dite sérieuse), et je m'en suis en grande partie...

                                                                      Cela fait maintenant un peu plus de 2 ans que mon ex à rompu avec moi (c'était ma première relation dite sérieuse), et je m'en suis en grande partie remise (je suis désormais avec quelqu'un d'autre et ne suis plus du tout intéressée par mon ex, même comme simple ami). Mais dès que j'avance un peu plus dans le sérieux, j'ai souvent besoin de pleurer... Et je sais que ça a un rapport avec mon ex. Cette situation est assez handicapante, d'autant plus que j'aime mon copain plus que tout et que cette relation est tout autant sérieuse que celle du passé, mais j'ai l'impression qu'il me hante, comme si c'était un traumatisme. Est-ce qu'il y aurait quelque chose que je puisse faire pour arrêter ça ? De quoi ce besoin étrange d'écoule-t-il ?

                                                                      Réponse de Telme:  

                                                                      Tout d'abord...Bonjour!

                                                                      Une rupture demande de faire le deuil d'une relation et de ce qu'elle aurait pu être...
                                                                      A travers vos pleurs vous revivez quelque chose d'un événement difficile qui a sans doute laissé des traces plus ou moins conscientes en vous. 

                                                                      Les conditions dans lesquelles s'est produite la rupture peuvent avoir une influence sur la manière dont vous gérez tout ça. Lorsque la séparation est mal vécue, il est plus difficile de tourner la page, et cela peut avoir un impact sur votre manière d'être en couple par la suite. Vous ne nous dites pas grand chose des conditions de la séparation, aimeriez-vous nous en dire plus? Comment comprenez-vous que vous ayez vécu cette rupture comme quelque chose de traumatisant? A quels sentiments liez-vous les pleurs qui surviennent? 

                                                                      Réfléchir à ces questions serait une manière pour vous de mieux vous connaitre, et vous donnerait l'occasion d'aborder votre nouvelle relation de manière plus sereine et apaisée. 

                                                                      Les problématiques autour de l'attachement sont des questions importantes qui méritent qu'on s'y arrête. En effet, l'enfance est le moment où se constituent notre façon d'exister dans les liens et de gérer les conflits, les séparations avec nos proches d'abord puis plus tard avec nos amis, notre conjoint, etc...
                                                                      Un travail thérapeutique pourrait vous permettre d'aborder ces questions et de mieux comprendre ce qu'il y a éventuellement de répétitif dans votre manière d'être avec les autres.

                                                                      Notre service propose des consultations facilement accessibles. 

                                                                      Nous vous souhaitons de clarifier ce que vous vivez, afin de retrouver une plus grande sérénité relationnelle.

                                                                      Bonne semaine!

                                                                      Telme

                                                                      Mon fils cadet de 21 ans qui vit chez maman, en l'espace d'un mois (avril 2017) s'est fait retiré son permis de conduire à l'essai, bu en étant...

                                                                      Mon fils cadet de 21 ans qui vit chez maman, en l'espace d'un mois (avril 2017) s'est fait retiré son permis de conduire à l'essai, bu en étant alcoolisé, conduit sans permis et arrêté par la police , a été licencie à un mois de la fin d'apprentissage. Déjà échoué une fois, n'a pas ouvert un seul de livre de cours en une année.

                                                                      A été consulté à Division interdisciplinaire de santé des adolescents la semaine passée.

                                                                      Répète en boucle, j'ai pas d'argent, ma vie est de la merde, suis au bout de ma vie.

                                                                      Depuis quelques années, j'essaie en vain de l'aiguiller vers un professionnel de la santé pour traiter son problème psychologique, car cela fait quelques années. qu'il souffre. Il refuse tout ce qui vient de moi.

                                                                      Sa maman a démissionné depuis quelques années.

                                                                      La, je le pousse à aller travailler comme non-qualifié, d'ailleurs c'était son idée. Comme de tenter de passer son examen de fin d'apprentissage.

                                                                      Il s'alcoolise fortement tous les soirs depuis une semaine et dors toute la journée.

                                                                      J'aimerais tellement l'aider, mais suis fatigué de consacrer une grande partie de mon énergie, pour qu'il me réponde que je dis que raconte de la merde. En clair, je suis désemparé en ce moment.

                                                                      J'ai téléphoné à son médecin pour l'informer de son état et l'ai dit à mon fils, mais rien ne se passe.

                                                                      Que faire ?

                                                                      Merci de votre réponse.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme :

                                                                      Bonjour,

                                                                      Nous comprenons que vous soyez inquiet face aux comportements de votre fils qui laissent entrevoir une souffrance sous-jacente.  En effet, ce type de comportement est souvent indicateur d’un mal-être. Qu’est-ce que votre fils essaie de dire au travers de ses actes ? Comment les comprenez-vous ?

                                                                      En vous lisant nous nous interrogeons sur le fonctionnement de la co-parentalité entre votre ex-femme et vous. Vous mentionnez que votre fils vit chez sa mère, mais que celle-ci « a démissionné », parvenez-vous à communiquer avec elle ? Vous positionner à deux, ensemble, dans votre statut de parents permettrait de pouvoir mieux accompagner votre fils dans les difficultés qu’il traverse.

                                                                      Nous vous invitons aussi à réfléchir à quelles adaptations pourraient être faites, également de votre part, pour que votre fils commence à se positionner davantage face à sa propre vie.

                                                                      Vous dites avoir essayé de « l’aiguiller chez un professionnel de la santé » depuis longtemps. Vous avez raison un suivi pourrait probablement l’aider, mais il est très difficile de convaincre une personne qui ne souhaite pas faire cette démarche.  Avez-vous pu imaginer venir à deux ? Il s’agit d’une piste de réflexion, proposer à votre fils de consulter avec lui, afin de travailler à votre relation et à conserver un bon lien pourrait permettre qu’il se vive moins comme le problème à part entière.

                                                                      Et qu’en est-il de vous-même ? Vous avez investi beaucoup d’énergie dans toutes ces démarches, peut-être avez-vous aussi besoin de soutien face au désarroi et à la fatigue que vous exprimez.

                                                                      N’hésitez pas à poursuivre l’échange, bonne suite

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, Cela fait 3 ans que je me retrouve sans emploi malgré divers stage etc mais j arrive à un points ou je suis littéralement au bout du...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Cela fait 3 ans que je me retrouve sans emploi malgré divers stage etc mais j arrive à un points ou je suis littéralement au bout du rouleaux. J ai commencé à m'automutillé, et je n'ai personne dans mon entourage a qui parlé et personne ne sait rendu compte de mon état de fatigue psychologique. Je suis qqun d extrêmement sensible et réservée et je n'ose pas me rendre chez un psy ou simplement demander de l aide de peur de craqué et de finir sous anti dépresseurs .. que pouvez vous me conseiller pour passer cette mauvaise période qui me bousille la vie

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Vous traversez une période de vie difficile et vous êtes consciente que vous avez besoin d'aide. C'est un premier pas très important.

                                                                      L'automutilation est avant tout une manière d'exprimer un mal-être, d'extérioriser physiquement une douleur intérieure. Ainsi n'attendez pas que cette douleur intérieure devienne trop importante, car alors vous augmenterez ce risque de craquer, ce que vous craignez. D'après la situation que vous décrivez, nous vous encourageons à prendre soin de vous et à demander du soutien. 

                                                                      Vous dites être sensible et réservée, cela n'a pas à être un obstacle, si vous demandez de l'aide auprès de professionnels vous ne serez pas jugée sur vos difficultés, ni sur votre personnalité. 

                                                                      Vous avez notamment la possibilité de consulter à des tarifs très modérés un-e psychologue à notre association au 021 324 24 15. Sachez aussi que Telme n'étant pas une association médicalisée, nous ne faisons pas de prescription médicamenteuse. De manière plus générale, dans les institutions médicalisées, le recours à une médication se fait en fonction de la problématique et de l'évolution de la personne, ainsi qu'avec son accord.

                                                                      Prenez soi de vous,

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, tout d'abord, je tiens a vous remercier pour votre réponse. Je dois dire que ça fait déjà du bien de lire que quelqu'un comprend mon...

                                                                      Bonjour,

                                                                      tout d'abord, je tiens a vous remercier pour votre réponse. Je dois dire que ça fait déjà du bien de lire que quelqu'un comprend mon malêtre.

                                                                      En rapport avec ma possibilité de contacter un médecin traitant, comme je vous l'ai cité dans mon premier message, je ne suis pas résidente en Suisse, ce qui ne me donne pas accès aux médecin traitant ni aux services d'urgences psychiatriques. Pour l'aide médicamenteuse, lors de mon suivi a l'étranger, cette solution n'a fait que de "m’assommer" et me rendre encore plus triste, malgré la dose minime qui m'avait été prescrite. je dois dire que je suis quelqu'un qui ne prend quasiment jamais de médicament alors c'est possible que cela ai eu un effet trop fort sur moi. Depuis je prend des calmants naturels, ce qui améliore mon état d’anxiété général mais ne me permet pas de le résoudre.

                                                                      En cherchant de nombreuses solutions, j'ai également lu que l'hypnose ericksonienne pouvais être très efficace pour les personne souffrant d'anxiété sans en savoir la cause. J'aimerais savoir ce que vous en pensez et si vous la pratiquez dans votre association.

                                                                      En ce qui concerne les émotions qui me traverse lors de mes moments de panique, je pense que c'est la peur du manque de contrôle, de ne pas réussir a redevenir celle que j'étais, de devenir folle ou encore de sombrer dans une dépression. Le simple fait d'essayer de vous l'expliquer me donne déjà envie de pleurer. De plus après mes crises de panique, j'ai l'impression de vivre un peu dans une bulle ou mon sens de la réalité est modifié et ou je dois me concentrer sur tout ce que je fait. plus riens ne ce fait de façon automatique ou naturelle.

                                                                      Je dois dire que je ne suis pas très douée pour parler de mes émotions. Après 12 ans de relation avec mon copain, j'ai toujours un difficulté extrême a lui dire mes sentiment ou simplement le mot je t'aime. Je proviens d'une famille de 5 membres ou l'on exprime pas nos sentiments, ce qui je pense peux jouer un rôle important.

                                                                      Je pense aussi que quelque part je sens que si qui m'arrive est une faiblesse et encore une fois, ceci n'est pas bien vécu dans mon cadre familiale. La phrase favorite de ma mère est "il faut être fort". J'ai beaucoup de peine a me relaxer, j'ai besoin d’être toujours active et le manque de contrôle me rend complétement folle, ce qui n'aide pas a la situation que je traverse.

                                                                      Lors de mon départ à l'étranger pour mes études, je dois préciser que je suis partie dans mon pays d'origine et que mes parents ainsi que mon frère ainé et sa femme sont parti en même temps. J'ai construis avec eux et ma nièce une relation très forte et maintenant, je me sent très triste quand je pense a eux.

                                                                       

                                                                      Finalement, je suis plus tranquille de savoir que malgré le fait de ne pas être résidente en Suisse pour le moment, je peux prendre rendez-vous dans votre centre pour un suivi. Merci beaucoup, cela me redonne un peu d'espoir. Je pense que je prendrais contacte assez rapidement.

                                                                       

                                                                      PS: les horaires de consultation sont il les même que ceux du secrétariat?

                                                                       

                                                                      Encore une fois, merci beaucoup.

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour, et merci de votre retour suite à notre premier échange !

                                                                      Nous n'allons pas revenir sur les hypothèses cliniques que vous formulez pour expliquer votre mal-être car une démarche psychothérapeutique ne peut pas se faire par écrans interposés. Mais votre capacité d'analyse est une ressource qui vous aidera à avancer et à clarifier certaines choses.

                                                                      Concrètement, nous ne pratiquons pas l'hypnose à Telme. Mais certains centres de thérapies ou thérapeutes privés le font. Vous pouvez vous renseigner sur le site www.psychologie.ch option: recherche-de-psy, ou auprès des cabinets directement. A notre connaissance, l'hypnose peut s'avérer efficace au même titre que d'autres techniques mais, dans tous les cas, elle prend place dans un suivi psychothérapeutique global s'appuyant aussi sur l'échange verbal.

                                                                      En ce qui concerne Telme, les rendez-vous pour les consultations correspondent à nos heures d'ouverture, soit du lundi au jeudi 8h00-18h00 (dernier rdv à 17h00) et le vendredi de 8h00 à 17h00 (dernier rendez-vous à 16h00).

                                                                      En espérant que vous trouverez un espace thérapeutique qui vous convienne, nous vous adressons nos meilleures salutations ! Bien à vous

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, je vous écris car depuis 2 mois je ne me sent vraiment pas bien. Je vous explique un peux ma situation: j’ai vécu toute ma vie en suisse...

                                                                      Bonjour, je vous écris car depuis 2 mois je ne me sent vraiment pas bien.

                                                                      Je vous explique un peux ma situation: j’ai vécu toute ma vie en suisse jusqu’a mes 23 ans ou j’ai quitte la suisse pour aller étudier a l’étranger en vivant pendant 9 ans une relation a distance avec mon petit amis en nous voyant chaque fois qu’on le pouvais. Cette année, je devais terminer ma formation et venir m’installer avec lui en Suisse. Malheureusement, fin février, j’ai vécu une grosse crise de panique aux cours qui a complètement paralysé ma vie (je n’osait même plus sortir de chez moi), m’obligeant a abandonner ma dernière année.

                                                                      Depuis, j’ai essaye plusieurs thérapies: psychothérapeute, acuponcture, auriculothérapie. Finalement mon thérapeute me recommanda d’aller en Suisse rejoindre mon ami et de vivre la vie que j’attendais depuis 9 ans.

                                                                      J’ai suivi ce conseil, et depuis 2 semaines, je suis chez lui. Le problème c’est que je n’arrive pas a aller mieux.

                                                                      J’ai toujours été une personne joyeuse, tranquille et qui arrive a gérer son stress et ses préoccupation, malgré que je suis renfermée et ne parle pas facilement de ces soucis. Depuis cette crise de panique je suis constamment en tentions, nerveuse, fatiguée, sa me déprime, du coup je commence a avoir des pensées noir et me met a pleurer sans trop savoir pourquoi. Je n’ai plus gout a rien alors que avant j’étais curieuse de toujours découvrir de nouvelles activités.

                                                                      Je passe mes journée seule a la maison car mon ami travaille et le fait de sortir ou voir du monde me provoque beaucoup de stress et du coup je ne profite pas de leur compagnie.

                                                                      Ceci me produit un blocage pour pouvoir me trouver un travail et demander un permis de résidence pour pouvoir vivre avec mon ami.

                                                                      Je voulais aller voir un psychothérapeute mais n’étant pas résidente en suisse, je ne sais pas si je peux recevoir de l’aide ici, donc je suis perdue et ne sait pas quoi faire.

                                                                      Voila, désolé pour ce message un peu confus, mais je ne sais pas comment exprimer ma détresse autrement.

                                                                      Merci

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME

                                                                      Bonjour,

                                                                      Ce que vous vivez est doublement inconfortable, d'une part par le mal-être que cela provoque, mais aussi parce que vous ne parvenez pas vraiment à en saisir le sens, ce qui est sans doute déstabilisant.

                                                                      Il se peut que ces attaque de panique soient le signe d'un mal-être ou de choses plus profondes qui n'ont pas été résolues et qui se manifestent ainsi....la partie immergée de l'iceberg serait alors à explorer!

                                                                      Vous avez tenté différentes approches qui n'ont apparemment pas permis de vous apaiser complètement. Tenter de mettre des mots sur ce qui vous habite, les émotions qui vous traversent lors de ces moments d'angoisse et à quoi cela vous renvoie nous semble indispensable. En cela, l'approche psychothérapeutique paraît indiquée, mais peut-être pas suffisante. Elle mériterait d'être éventuellement complétée par une approche médicamenteuse afin de vous permettre de vous relier à vos émotions sans pour autant vous "assommer", tout en reprenant un suivi psychologique...les deux agissant de façon complémentaire. 

                                                                      Pensez-vous pouvoir contacter un médecin traitant? ou un service hospitalier d'urgences psychiatriques? Notre service (www.telme.ch) se trouve à Lausanne et offre la possibilité de suivis par des psychologues à des conditions très accessibles (15.- la séance pour les jeunes adultes, possibilité d'arrangement financier sur demande).
                                                                      Si vous le souhaitez, n'hésitez pas à contacter notre secrétariat au 021 324 24 15 entre 08h00 et 13h00 du lundi au vendredi pour obtenir des renseignements et éventuellement prendre rendez-vous!

                                                                      En restant à disposition pour une suite de cet échange par écrit aussi, nous vous adressons nos voeux pour la suite. Bonne soirée !

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour à l’équipe de Telme, Je vous écris à propos de ma nouvelle relation amoureuse qui dure depuis 1 mois et demi, cela fera bientôt 2 mois. De...

                                                                      Bonjour à l’équipe de Telme,

                                                                       

                                                                      Je vous écris à propos de ma nouvelle relation amoureuse qui dure depuis 1 mois et demi, cela fera bientôt 2 mois.

                                                                      De manière générale tout vas bien, le problème, c’est le fait d’avoir confiance en elle…

                                                                       

                                                                      Elle à 18 ans et je suis son premier copain et elle, c’est ma 2ème copine. Quand je suis avec elle, tout va bien, on est bien ensemble. Mais, quand je ne suis pas avec elle, j’ai de la peine à certain moment de lui faire confiance. J’ai tellement souffert dans le passé, que j’ai été trahis, que j’ai parfois des craintes. Je n’arrive pas à lacher prise !!

                                                                       

                                                                      Elle me dit qu’en ce moment elle en à marre de la situation, du fait qu’on sengeule presque ‘’chaque jours’’ par écrit ou au téléphone.

                                                                       

                                                                      Ai-je un manque de confiance en moi ? Est-ce possible que cela peut crée certaine tension dans le couple ? On est fait l’un pour l’autre, on s’aime comme on est.

                                                                       

                                                                      Et malgré les difficultés en ce moment, elle s’accroche !! Ca saute aux yeux qu’elle n’est pas comme les autres, qu’elle est différente des autres, qu’elle a un vrai cœur. Elle veut aussi se battre pour notre couple. Elle ma encore dit hier soir qu’on va y arriver.

                                                                       

                                                                      Qu’est-ce que vous en pensez ? Vous pensez que c’est à cause de ma confiance en moi qui pose problème ? de vouloir controler certaine chose ? d’avoir des craintes ?

                                                                       

                                                                      J’aimerai tellement reussir à avancer et de vivre l’instant présent…

                                                                       

                                                                      En attendant de votre réponse, recevez mes meilleures salutations.

                                                                      Réponse de TELME: 

                                                                      Une relation épanouie demande qu’on ait confiance l’un en l’autre et en soi-même…sans cela il est difficile de construire quelque chose.

                                                                      Vous avez déjà cerné une partie du problème, c’est le manque de confiance en soi qui nous pousse à vouloir tester l’autre, car on doute de sa fidélité, de sa loyauté, etc.

                                                                      Vos difficultés à lâcher prise peuvent en partie expliquer les tensions au sein du couple. Vous essayez de vous protéger car vous avez été déçu par le passé, et ça peut se comprendre. Le problème est que les gens ont tendance à fuir face au contrôle… et vous risquer de voir se réaliser ce que vous craigniez le plus. La confiance en son partenaire est plus quelque chose qu’on ressent que quelque chose qui se prouve comme une équation mathématique.

                                                                      Une part de jalousie est normale dans le couple lorsque l'on tient à son conjoint, mais lorsque cela suscite des conflits quotidiens, il y a danger pour le lien. 

                                                                      Bonjour, j'ai quitté le domicile conjugal en 2016 suite à des disputes incessantes avec mon épouse. Nous avons 4 enfants. Depuis, mon fils de 15 ans...

                                                                      Bonjour, j'ai quitté le domicile conjugal en 2016 suite à des disputes incessantes avec mon épouse. Nous avons 4 enfants. Depuis, mon fils de 15 ans est venu vivre avec moi car il ne se comportait pas bien avec sa maman (agressivité, violence et vulgarité). Après quelques tentatives de reprises de contact, la situation est toujours là-même et aucune évolution positive ne se produit. Pour l'instant, mon épouse à coupé tout contact (pas d’exercice de son droit de visite) tant que mon fils ne se fasse pas aider pour l'aider à gérer sa souffrance en lien avec notre séparation. Est-ce que votre association peut nous venir en aide dans notre situation? et si oui, quelles recommandations pourriez-vous me donner? Je vous en remercie par avance.

                                                                       

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Nous avons retiré les prénoms et modifié des données pour respecter l'anonymat.

                                                                      Votre fils est venu vivre avec vous suite à des conflits avec sa mère, cette dernière ne souhaite pas exercer son droit de visite tant que votre fils ne se sera pas fait aider pour aller mieux.
                                                                      Avons-nous bien compris?

                                                                      Nous pensons qu'il est difficile d'exiger que l'enfant se mobilise sans qu'il y ait une implication de la part des parents. Il y a un grand risque que votre fils refuse un suivi parce qu'il ne se sent pas malade, ni même fautif. Il réagit face à une situation dans laquelle il est pris, par exemple dans le conflit de ses parents, un conflit de loyauté (?). Il est possible, selon la compréhension qu'il a de votre rupture, qu'il essaie de régler des comptes à sa façon.

                                                                      Il serait utile d'approcher ce problème sous l'angle du système familial: dans quoi est mis votre fils, et comment peut-il en sortir? D'où provient son attitude agressive avec sa mère? L'apport de chacun des parents, ensemble ou séparément, est nécessaire pour comprendre ce qu'il se passe.

                                                                      Vous pouvez aider votre fils à exprimer sa colère de façon acceptable: on a le droit d'être fâché, mais le respect est toujours indispensable, même en cas de désaccord.

                                                                      N'hésitez pas à vous renseigner sur ce site à propos de notre offre en consultations.

                                                                      Bonne suite

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, comment réagir quand sa copine qui souffre de dépression, ne répond pas au SMS, téléphone? La personne exprime clairement son désir d'être...

                                                                      Bonjour,

                                                                      comment réagir quand sa copine qui souffre de dépression, ne répond pas au SMS, téléphone? La personne exprime clairement son désir d'être seul, devons-nous quand même essayer de la contacter?

                                                                      Merci pour votre réponse

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Même si vous savez que votre amie souffre il est important de respecter sa volonté et de lui faire confiance. Ce qui ne veut pas dire de la laisser tomber et de ne plus la contacter.
                                                                      Vous êtes son ami et pas son thérapeute. Votre rôle est d'être présent pour elle et de lui permettre de mobiliser ses propres ressources afin que, elle-même, trouve la force de demander de l'aide si besoin.

                                                                      Dans le cas extrême où vous sentez qu'elle peut être en danger pour sa vie ou celle d'autrui alors il sera nécessaire d'intervenir contre son gré.

                                                                      Bien à vous, 

                                                                      Bonjour, La meilleure amie de ma fille qui a 12 ans comme elle rencontre des problèmes importants et je ne sais pas quelle attitude adopter envers ma...

                                                                      Bonjour,

                                                                      La meilleure amie de ma fille qui a 12 ans comme elle rencontre des problèmes importants et je ne sais pas quelle attitude adopter envers ma fille, envers son amie et aussi envers les parents de celle-ci. L'amie de ma fille rencontre un certain mal-être depuis le mois d'octobre 2016. Le travaille bien à l'école et il y a deux semaines en arrière elle s'est scarifié les avants bras suite à une rumeur selon laquelle son petit copain a embrassé une autre fille.... Quand ma fille a appris cela en parlant sur son natel avec elle était en pleurs et le lendemain elle en a parlé à la médiatrice de son école. On pensait que les choses s'étaient arrangées mais aujourd'hui ma fille a appris qu'elle allait être placée dans un foyer en Suisse allemande à cause de son comportement........ Elle a dit à ma fille qu'elle n'était pas heureuse dans son école et qu'elle ne s'entendait pas avec ses parents.... Elle a aussi dit à ma fille que je ne devait pas appeler ses parents parce que sa mère faisait u e dépression et n'allait plus travailler à cause d'elle. Je connais un peu les parents mais superficiellement et c'est en apparence une famille normale : parents mariés, 2 enfants, une maison, 1 chat, les deux parents travaillent et s'entendent bien...... Ça a été une énorme surprise je suis tombée des nues je ne pensais pas qu'une fille de 12 ans pouvait être dans une situation pareille. Je vous demande comment me comporter avec cette fille? Est ce que je dois essayer de l'aider en l'invitant de temps en temps? Est-ce que je dois essayer de parler avec les parents? Et surtout comment aider ma fille à gérer tout cela? Est-ce qu'elle doit rester amie avec cette fille?

                                                                      Merci d'avance

                                                                      Notre réponse: 

                                                                      Bonjour, 

                                                                      Il est difficile de se situer avec quelqu’un qui nous décrit ses problèmes sans qu’on ne puisse rien faire…

                                                                       

                                                                      Il s’agirait en effet de réfléchir aux limites de nos moyens à venir en aide, ainsi que de veiller à ne pas l’imposer à quelqu’un qui n’en demanderait pas… ou qui alarmerait les gens sans vouloir en dire plus.

                                                                      La jeune fille et la famille dont vous nous faites la description se trouvent dans une situation difficile qui requiert les compétences de professionnels. Concrètement que pourriez-vous leur/lui apporter ?  

                                                                      Vous nous demandez si votre fille doit rester amie avec elle. En tant que parents, vous aidez votre fille à établir les limites dont elle a encore besoin pour se protéger.

                                                                      Il ne faudrait pas qu’elle se laisse envahir par des émotions et des problèmes qui ne sont pas les siens au risque que cela pèse sur son propre moral ou sur ses résultats scolaires. Vous pouvez aider votre fille dans ce sens en lui apprenant à gérer les confidences de son amie, sans porter le problème à son tour. Elle doit apprendre à faire la différence entre elle et les autres, et surtout à se protéger de ce genre de situation qui la met dans une position d’impuissance.

                                                                      Il arrive en effet que des jeunes à travers certaines confidences alarment leurs amis, et ils ne semblent pas vouloir être aidés. Dans ce cas-là, on constate que la jeune fille refuse que vous téléphoniez à ses parents, de ce fait il n’y a pas grand-chose que votre fille et vous puissiez faire.

                                                                      Pour que vous ne soyez pas trop inquiète, il serait bien de vérifier qu’une prise en charge a été mise en place.

                                                                      Nous vous encourageons à discuter avec votre fille sur la manière d’entendre ce genre de message sans se laisser déborder par une situation qui n’est pas la sienne!

                                                                      Bonjour. J'avais déjà utilisé un autre compte mais celui ci ne s'ouvre plus et mon adresse mail avec lequel j'ai utilisé a été piraté. Je suis...

                                                                      Bonjour.

                                                                      J'avais déjà utilisé un autre compte mais celui ci ne s'ouvre plus et mon adresse mail avec lequel j'ai utilisé a été piraté.

                                                                      Je suis maintenant confronté à un problème très grave car j'ai découvert que mon fils de 15 ans(16 au moins de mai) fume su cannabis avec son meilleur ami et d'autre jeune de la classe.

                                                                      C'est sa sœur qui l'a senti et m'a mise au courant.

                                                                      J'ai immédiatement averti la maman de son copain, nous les avions parlé mais ils ont nié complètement. Mais dans la même soirée l'autre grande sœur rentre de Paris et me montre aussi des photos que son frère a égaré dans son ordinateur. Et encore, le copain de mon fils nous jure que ce n'est pas de la cannabis mais c'est une simple tabac qui est évidemment faux.

                                                                      Je ne sais pas comment faire car il est en dernière année et à les examens à passer dans environ un moi. Je ne peux même pas lui interdire de voir ses amis puisqu'ils sont dans la même classe.

                                                                      C'était un enfant courageux et super motivé mais maintenant il n'y a rien qui va. Il ne se lève même plus pour aller à la l'école si je ne suis pas derrière.

                                                                       

                                                                      Pouvez vous me donner des conseils comment puis-je prendre cette situation. De quel manière puis-je faire pour qu'il redevienne comme avant.

                                                                       

                                                                       

                                                                      En vous remerciant.

                                                                       

                                                                      Réponse TELME:

                                                                      Votre fils est dans un période de changements qui vont l'amener à l'âge adulte. Il ne sera plus l'enfant sage qu'il était avant, et il est important de l'accompagner vers un devenir adulte. 

                                                                      Devenir adulte implique pour votre fils de mettre à l'épreuve le cadre et les limites que vous lui avez fixé. Consommer du cannabis ou s'engager dans tout autre comportement illégal pourrait être une manière pour lui de se différencier de ses parents et de se rapprocher de son groupe d'amis. Bien sûr, il y a d'autres possibilités pour être en groupe. Cette consommation pourrait également s'inscrire dans une configuration plus complexe et être le signe d'un mal être. Il s'agirait de se questionner et de le questionner quant au message qu'il communiquerait à travers ce comportement. 

                                                                      Il est important que vous lui donniez un cadre clair. D'ailleurs vous nous dites peu de chose sur votre situation familiale, pouvez-vous vous appuyer sur le père? Il est essentiel que vous vous accordiez afin d'envoyer des signaux cohérents et donc rassurants pour votre fils. Si la situation devient trop compliquée à gérer pour vous, il existe la possibilité de se tourner vers un psychologue qui pourrait réfléchir avec vous sur votre parentalité. 

                                                                      Bonjour, Je vous écris car je me questionne sur moi-même et sur ma relation aux autres.  J'ai vécu une enfance difficile (instabilité, gros manque...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Je vous écris car je me questionne sur moi-même et sur ma relation aux autres. 

                                                                      J'ai vécu une enfance difficile (instabilité, gros manque d'affection, violence, etc j'en passe) aujourd'hui la vie me sourit dans la plupart des domaines , j'ai disons de la chance.

                                                                      Je ne sais pas si c'est du à mes souffrances passées mais je suis extrêmement sensible aux personnes plus "faibles" psychologiquement, qui ont aussi souffert ou qui ont ou subissent des injustices. Je peux en faire beaucoup pour ces personnes sans même les connaître et de manière spontanée. Jusqu'ici me diriez vous pas de problème, c'est bien.

                                                                      Le souci c'est que j'ai peur de transférer ça sur ma vie privée, mon couple également ou mon enfant de 2 ans. J'ai peur de ne pas pouvoir assez aimer mon enfant du fait qu'il est épargné par les difficultés de la vie, ou de tomber amoureuse d'un autre homme qui souffre , si mon ami n'est plus malheureux (pourtant j'ai tout fait pour le rendre heureux et ne lui souhaite que ça). Je sais pas.comment m'expliquer. En gros j'ai l'impression qu'une fois que j'ai aidé ou apporter quelque chose à une personne en souffrance, que je lai aidé à aller mieux à être plus heureux, j'ai peur de ne plus rien ressentir et de vouloir en trouver "d autres " a aider.

                                                                      Je ne sais pas si je me suis bien exprimée car ce que je ressens est complexe, et je me suis rendue compte de cela il n y a pas très longtemps. Je me suis parfois surprise à mépriser des personnes ( au fond de moi même) juste parce-qu ils n'ont jamais rien connu de difficile dans leur vie..

                                                                      J'ignore d'où me provient ce problème psychologique et je ne souhaite pas que mes relations se résument a ça.

                                                                      Savez vous d'où me vient ce problème, cette attirance a la souffrance finalement , pour la guérir chez les autres ? Mon message n'est pas prétencieux mais sincère, je souhaite juste que ce besoin n'affecte pas ma vie ou mes relations de manière negative .

                                                                      Désolée pour le roman et merci de votre lecture et de votre regard professionnel.

                                                                      Cordialement

                                                                       

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Il n'est pas simple d'évaluer la relation aidant/aidé. L'aidant reçoit effectivement beaucoup de l'aide qu'il apporte à l'autre... Qui a besoin de qui?

                                                                      Les comportements altruistes sont propres aux humains. Vous pouvez être fière du fait que vos souffrances passées vous aient amenée à cette générosité, cela aurait pu être le contraire.
                                                                      Ensuite, il est question de gérer cela autrement, en prenant de la liberté face à ce "besoin d'aider".

                                                                      Concrètement, ressentez-vous moins d'amour pour votre enfant parce qu'il ne souffre pas? Etes-vous moins attirée par votre ami parce qu'il va bien?

                                                                      Ou avez-vous peur que cela arrive plus tard?

                                                                      Si c'est une réalité actuelle, il vaudrait la peine d'envisager un suivi psychologique ou une thérapie pour redevenir plus libre comme je le dis plus haut.
                                                                      Si c'est juste une peur, je vous encourage à structurer ce besoin. Vous avez compris qu'on aide pas les gens malgré eux, et vous pouvez imaginer les problèmes qui adviennent dans une relation basée sur l'aide et qui prend la forme d'une co-dépendance.

                                                                      Vous pourriez vous engager dans des causes plus larges (soutien à tel ou tel type de population par exemple) pour lesquelles vous garderez une meilleure distance relationnelle. Ainsi, vous faites bénéficier des personnes de votre altruisme, mais vous ne vous prenez pas les pieds dans des scénarios relationnels voués à l'échec.

                                                                      N'hésitez pas à réagir à ce message

                                                                      Bonne suite

                                                                      Telme

                                                                      Jeune femme mariée depuis 9 ans avec un toksikoman mère une petite fille de 6 ans besoin aide de une psicolog pour me aide merci te me repond ...

                                                                      Jeune femme mariée depuis 9 ans avec un toksikoman mère une petite fille de 6 ans besoin aide de une psicolog pour me aide merci te me repond

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour, votre message ne donne aucun détail sur votre situation et ce que vous recherchez, si bien qu'il nous est difficile de vous répondre.

                                                                      Si vous avez besoin de réfléchir à votre rôle de mère par rapport à votre fille avec un conjoint toxicomane, vous pouvez prendre rendez-vous pour un suivi à Telme et rencontrer un-e psychologue.
                                                                      Nos bureaux se trouvent à Lausanne et toutes les informations figurent sur notre site. N'hésitez pas à nous contacter au 021 324 24 15, ou à nous récrire en donnant plus d'informations sur votre situation.

                                                                      Bonne journée! 

                                                                      Telme

                                                                      Divorcée depuis environs 13 ans, je suis la maman des deux adolescents de 17 et 14 ans. Je souhaiterais avoir votre conseil sur la façon d'agir face...

                                                                      Divorcée depuis environs 13 ans, je suis la maman des deux adolescents de 17 et 14 ans.

                                                                      Je souhaiterais avoir votre conseil sur la façon d'agir face à mes enfants qui n'ont pas seulement perdu tout le respect pour moi mais se comportent aussi comme des rois tout puissants sans cœur et fermés à tout dialogue constructif et sincère.

                                                                      D'avance merci pour vos conseils.

                                                                       

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Vous décrivez une situation difficile en parlant des symptômes que manifestent vos enfants: désobéissance, manque de respect, dureté, etc. Mais vous ne dites rien du contexte à l'arrière plan.

                                                                      Nous ne pouvons pas vous donner des pistes sans comprendre ce qu'il se passe dans la famille et comment cela se passe. Comment exercez-vous l'autorité? Comment se passe la co-parentalité avec votre ex-mari? Par exemple...

                                                                      Prenez le temps de décrire ce qu'il se passe à la maison pour que nous puissions vous répondre.
                                                                      Vous pouvez aussi réfléchir à l'intérêt qu'il y aurait à faire un suivi psychologique, vos relations étant devenues très tendues.

                                                                      A bientôt peut-être, bonne suite

                                                                      Bonjour, Mon copain de 19 ans subit des violences physiques et psychologiques de son beau père depuis son enfance, il ne réagit pas et je voudrais...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Mon copain de 19 ans subit des violences physiques et psychologiques de son beau père depuis son enfance, il ne réagit pas et je voudrais savoir comment l'aider du mieux possible. Il a peur que la violence de son beau père ne retombe sur sa mère et sa soeur si il venait à la dénoncer à la police. Quel est le meilleur chemin à suivre pour l'aider?

                                                                      Merci

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour, 

                                                                      Les risques de représailles ne justifient pas de ne pas dénoncer la violence. La loi du silence ne doit pas faire la loi mais il ne faut pas brusquer votre copain, un processus lui est nécessaire afin de ne plus être victime de cette violence. 

                                                                      Vous vous sentez impuissante face à votre copain qui a peur et qui se sent sûrement les mains liées par crainte que la violence ne change de victime. De votre côté, vous pouvez l'aider à démêler les enjeux relationnels dans la famille qui le poussent à croire que la violence du beau-père se déplacera sur sa mère et sa soeur.
                                                                      Pour cela vous pouvez l'aider en l'incitant à demander une aide professionnelle thérapeutique car vous ne devez pas endosser le rôle de son thérapeute. Nous pouvons vous donner des adresses de professionnels en fonction de la région où il habite.

                                                                      Etre là pour lui et l'accompagner dans ce processus est déjà quelque chose de précieux et cela légitime sa démarche.

                                                                      Bien à vous. 

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, J'ai commencé une thérapie 1 fois par semaine depuis un peu plus d’un an avec un psychiatre pour des attaques de panique (j’ai un TDA ,...

                                                                      Bonjour,

                                                                       

                                                                      J'ai commencé une thérapie 1 fois par semaine depuis un peu plus d’un an avec un psychiatre pour des attaques de panique (j’ai un TDA , mon mari est en sevrage de substances diverses, des problèmes financiers et 2 enfants en bas âge).

                                                                      Je n'ai plus fait de crises depuis plusieurs mois et également réussi a arrêter progressivement les anti-dépresseurs, donc je pense avoir vraiment bien progressé avec lui et la situation générale s’est bien améliorée.

                                                                       

                                                                      Le problème c'est que je ne veux pas arrêter car il y a encore des choses à travailler mais ça me bloque car je me suis trop attachée à lui. Je n'arrive pas a lui exprimer toutes ces émotions tellement infantiles. Il a compris assez vite que je faisais un transfert, mais que si je ne me résous pas à lui parler il ne pourra pas m'être davantage utile. De plus il m'a informée que l'assurance (j'ai juste la base) va commencer à poser des questions à ce stade de la thérapie et il va devoir justifier le suivi par des objectifs précis pour déterminer le nombres de séances nécessaires. Je pensais que c'était une feinte de sa part pour m’encourager a parler, mais d'après ce que j'ai lu sur la LAMAL il dit vrai.

                                                                       

                                                                      Il m'a donc proposé d'espacer les séances pour prendre un peu de recul et que ça soit plus facile quant à mon stress des entretiens.

                                                                       

                                                                      Je lui ai déjà fait part de ma peur qu'il mette fin à la thérapie du fait que je ne m'exprime pas assez. Du coup j'ai l'impression qu'il essaie quand même de me bousculer un peu pour que je surmonte tout ça. Malgré tout je ne me sens pas prête à m'exprimer, ça me bloque complètement surtout maintenant que je sais qu'il ne reste plus beaucoup de temps, je me sens assez pessimiste.

                                                                       

                                                                      Donc j'imagine qu’on va devoir mettre fin aux entretiens et je sais que ça va être vraiment très dur à gérer pour moi de ne plus avoir cette sécurité, j'ai l'impression d'avoir saboter ma thérapie et me sens vraiment très stupide de ne pas réussir à dépasser tout ça.

                                                                       

                                                                      Ma question : est-ce que le risque que la thérapie s'arrête dans ce cas est réel ? Et si j'ai dépassé le nombre des 40 heures sans qu'ils y aie qqch de grave qui justifie la poursuite de la thérapie, devrais-je rembourser les 10 ou 15 séances supplémentaire qu'il y a eu ?

                                                                       

                                                                      Merci.

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME

                                                                      Bonjour,

                                                                      Une psychothérapie est un développement dynamique qui vit en nous, possède son rythme propre et suit des séquences (début-milieu-fin). Vous vous trouvez apparemment à un moment clé où certaines choses résonnent en vous plus fortement qu'à d'autres moments...comme un écho entre la thérapie, votre thérapeute et vous-même.

                                                                      Une démarche thérapeutique est une co-construction dans laquelle chacun a une part active. Votre psychiatre ne pourra vous aider que si vous lui donnez accès à ce qui vous habite. Aborder avec lui ce que vous considérez comme des émotions "infantiles" n'a rien de honteux. Au contraire, c'est un ressenti qui lui donnera une information utile pour vous soutenir dans cette étape de votre travail. Et en travaillant sur vos craintes et les émotions qui vous animent, vous vous donnerez la possibilité d'explorer encore plus largement certaines sphères de votre personnalité et d'acquérir des outils utilisables de façon autonome par la suite. 

                                                                      Votre appréhension de la fin de votre thérapie est bien compréhensible car vous avez apparemment vécu intensément ce développement personnel. Tout thérapeute est conscient de cela et prépare la fin avec son patient qui se sent souvent tiraillé entre l'envie de "poser cette béquille" et la crainte d'écrire le mot "FIN" avec ce que cela peut générer de sentiment d'abandon, de crainte de ne pas s'en sortir seul,...
                                                                      Ce point mérite aussi d'être abordé, tout comme l'aspect du remboursement par votre assurance, afin que votre médecin puisse vous accompagner au mieux.

                                                                      Vous vous êtes sans doute déjà aperçue qu'un événement à venir provoque plus de craintes que lorsqu'on y est confronté.
                                                                      Ce que vous dites de votre évolution personnelle montre que vous avez progressé et renforcé des aspects de vous-même auparavant fragiles, ce qui est positif et rassurant. Tous ces acquis vous aideront à affronter les futurs moments intenses de votre parcours en connaissant vos ressources intérieures et extérieures.

                                                                      Nous vous souhaitons la confiance dont vous avez besoin pour avancer! Bien à vous

                                                                      TELME

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, Merci pour votre réponse à ma précédente question (séparation selon souhait de ma femme et comment l'annoncer aux enfants) Outre tout...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Merci pour votre réponse à ma précédente question (séparation selon souhait de ma femme et comment l'annoncer aux enfants)

                                                                      Outre tout l'aspect psychologique, pour se séparer dans les meilleures conditions, il faudrait que nous réglions une grande partie de nos différentes dettes pour limiter la casse. Idéalement nous devrions nous quitter début janvier 2018. Ma femme était dans un premier temps d'accord mais me fait maintenant une pression sur les enfants et le fait qu'elle ne pourra pas assumer longtemps devant les enfants. Qu'il faudra que JE leur explique pourquoi nous dormons séparément et que nous ne pouvons pas nous quitter tout de suite car nous avons des problèmes financier.

                                                                      Le problème est toujours le même. Ma femme est impatiente et veut toit de suite sans vraiment vouloir voir la réalité en face. (Nous avions déménage 7 fois en 10ans). Si on va dans son sens, alors ça va. Je ne sais pas si elle pourra assurer la suite sous tous les plans (enfants-elle à leur merci, fiancIer, elle n'à pas de famille). Elle prend également des antidépresseurs depuis 10 ans et sans suivi par un psychologue depuis 3 ans)... je me demande si cela n' à pas d'effet sur son comportement et raisonnement).

                                                                      J'aimerai vraiment que les choses s'arrangent.

                                                                      Par avance merci

                                                                       

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Comme dit précédemment, il y a deux niveaux distincts dans le couple, le niveau parental qui concerne les enfants et le niveau conjugal qui ne concerne que le couple. Pour le bien des enfants, il y a certaines choses qu'ils n'ont pas besoin de connaître à ce stade, comme vos problèmes financiers. L'important pour eux est de savoir que leurs parents sont toujours présents pour eux et pour cela ils ont besoin de l'entendre de leurs deux parents ensemble - vous restez des parents même si vous n'êtes plus un couple.

                                                                      Votre femme ne peut pas vous laisser porter cette responsabilité seul. Vous êtes les adultes dans la situation, vous êtes co-responsable de la séparation et vous devez gérer l'annonce aux enfants ensemble, avec les précautions que nous vous avons données. La communication entre vous doit être conservée lorsque cela concerne les enfants et il est important que votre femme le comprenne également.

                                                                      L'aspect financier ne devrait pas retarder la séparation physique, car cela peut créer une confusion pour les enfants. Si vous avez des dettes à régler, il est important de vous organisez pour le faire au mieux. Pour cela, vous pouvez vous adresser au Centre Social Protestant (sans confession religieuse malgré le nom), Rue Beau-Séjour 28, 1003 Lausanne, 021 560 60 60, qui vous aidera à réaliser un plan de règlement de vos dettes. Il existe également le centre de régulation Ichoba, www.ichoba.ch, 022 322 16 50, qui vous permet de trouver des solutions à vos difficultés financières et vos conflits conjugaux.

                                                                      N'oubliez pas que vous êtes dans un processus et que cela ne doit pas se faire précipitamment afin de préserver votre famille. Avec votre femme, prenez le temps de réfléchir à l'annonce que vous ferez.

                                                                      Concernant l'état psychologique de votre femme, la prise d'anti-dépresseurs doit toujours être contrôlée et régulée par un psychiatre qui peut ajuster la dose si nécessaire. N'hésitez pas à l'encourager à consulter son psychiatre, cela peut également lui permettre de mieux gérer cette situation ainsi que favoriser la communication entre vous.

                                                                      N'hésitez pas à poursuivre l'échange. Bien à vous!

                                                                      Bonjour, Je suis en train de me séparer avec mon épouse. Nous sommes mariés depuis presque 10 ans et nous connaissons depuis 16 ans. Nous avons 2...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Je suis en train de me séparer avec mon épouse. Nous sommes mariés depuis presque 10 ans et nous connaissons depuis 16 ans.

                                                                      Nous avons 2 enfants de 6 et 9 ans. Ils ne sont au courant de rien.

                                                                      Mon épouse m'a déjà annoncé qu'elle ne m'aimait plus il y a 2 ans et la répété cet été. Depuis novembre, elle veut partir. Nous en sommes à la signature de la convention MPUC.

                                                                      J'ai eu beaucoup de mal a accepter cette situation même si personne ne l'a voulue. Il est claire que la séparation ne peut qu'améliorer les relations (ma femme est résolue).

                                                                      Ma question porte sur nos enfants et comment leur annoncer progressivement que nous nous aimons plus (d'où le climat tendu), que nous allons faire chambre à part (déjà le cas depuis hier car ma femme est malade), que nous allons déménager peut-être tous dans un plus petit appartement le temps que je trouve un appartement pour moi puis que je parte vivre dans mon appartement et faire une garde partagée dans les meilleures conditions possible?

                                                                      Par avance merci de votre réponse et bien cordialement.

                                                                       

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Le souci que vous manifestez pour vos enfants est constructif, cela montre que même si vous avez entamé le deuil de la relation conjugale, vous tenez à rester dans une co-parentalité adéquate. 

                                                                      Annoncer une rupture à ses enfants n'est pas facile, nous le comprenons. Dans cette tâche vous n'êtes pas seul. Malgré la rupture conjugale, le lien parental restera, de ce fait la séparation doit être annoncée à deux. Ceci permettra de faire comprendre aux enfants que malgré votre rupture vous restez leurs parents et que vous serez toujours présents pour eux quoi qu'il arrive. 

                                                                      Une rupture peut être difficilement annoncée de manière progressive et plusieurs éléments sont à prendre en compte pour que cela se passe au mieux: 

                                                                      - Rappeler aux enfants qu'ils ne portent aucune responsabilité dans votre séparation.
                                                                      - Ne pas attribuer à un parent le rôle du coupable dans la séparation. Il s'agit de permettre aux enfants de garder une image positive de chacun de leur parent, ainsi qu'une relation libre avec l'un et l'autre. Il est fondamental de distinguer parentalité et conjugalité, notamment en évitant à tout prix d'impliquer ou de prendre à témoin vos enfants dans vos désaccords. 
                                                                      - Respecter les repères quotidiens des enfants. Vous pouvez leur parler des informations connues (ex. mode de garde, changement scolaire éventuel, logement, accès à chaque parent, etc.).
                                                                       Evitez de leur parler de l'inconnu ou de ce qui n'est pas encore décidé, pour ne pas les déstabiliser. 
                                                                      - En cas de besoin, vous pouvez vous appuyer sur du matériel adapté qui explique la situation (ex. livre sur la séparation). Il est important de considérer cela comme un support et non pas un remplacement à la discussion. 

                                                                      Ce moment risque d'être chargé en émotion pour chacun des membres de la famille, le temps contribuera à apaiser les éventuels sentiments de colère ou de tristesse qui pourront émerger. De plus, comme vous l'avez dit, la séparation permettra de réduire certaines tensions ce qui améliorera l'environnement familial. 

                                                                      Vous êtes dans un processus qui prendra un peu de temps et comportera diverses étapes, toutes normales.

                                                                      N'hésitez pas à nous récrire si nécessaire.

                                                                      Bien à vous !

                                                                      Bonsoir, Je suis une jeune femme de 27 ans, en couple avec mon ami depuis bientôt 2 ans. Je fais appel à vous ce soir car nous nous trouvons dans...

                                                                      Bonsoir,

                                                                      Je suis une jeune femme de 27 ans, en couple avec mon ami depuis bientôt 2 ans.

                                                                      Je fais appel à vous ce soir car nous nous trouvons dans une situation difficile depuis plusieurs mois: mon ami travaille depuis 1 an à l'université, dans un domaine qu'il a choisi et qui initialement lui plaisait. Depuis plusieurs mois, il se plaint de plus en plus de son travail. Il dit qu'il n'aime pas son sujet de travail, qu'il n'aime pas ses collègues, que ce domaine est complètement fermé et qu'il ne présente aucune perspective.

                                                                      Concrètement, nous n'habitons pas ensemble et nous nous voyons plusieurs fois par semaine et le weekend. Le comportement de mon ami a changé avec ses déceptions professionnelles: il devient très plaintif, pessimiste, déprimé (?). Les fois où nous nous voyons sont beaucoup moins "légères" et agréables qu'au début de notre relation.

                                                                      Ma question est la suivante: si initialement il s'agit d'un problème touchant mon copain, je ne peux m'empêcher de me sentir directement "visée". J'ai l'impression que lorsqu'il dit qu'il est malheureux à l'université, j'entends "Je suis malheureux avec toi" ou "Tu ne me rends pas heureux". Je me sens très coupable et stressée de cette situation.

                                                                      Il a aussi abordé l'éventualité de quitter son poste et de partir travailler dans le privé, peut-être à l'étranger s'il ne trouve rien dans la région. Et moi alors? Je me sens complètement abandonnée. Moi je l'aime et le plus important pour moi est d'être proche de lui. Alors que j'ai l'impression que l'inverse ne lui suffit pas.

                                                                      Je ne sais pas quoi faire. On en parle déjà beaucoup ensemble, mais j'ai l'impression qu'on tourne en rond: il se plaint et moi je me sens impuissante.

                                                                      Avez-vous des conseils à me donner?

                                                                      Merci beaucoup et bonne soirée.

                                                                       

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour,

                                                                      L'insatisfaction professionnelle de votre compagnon peut influencer votre vie de couple, mais il peut également s'agir d'un prétexte qui renvoie à quelque chose de problématique de manière sous-jacente dans votre couple. La peur de découvrir une vérité qui fait souffrir, peut créer des problèmes bien plus grands qu'ils ne le sont réellement.
                                                                      Il s'agit de faire la part des choses entre ce qui concerne la vie professionnelle et ce qui concerne votre vie de couple dans les discussions. Cela permettra de découvrir les causes possibles d'une éventuelle insatisfaction de couple. Il est important que vous puissiez exprimer votre sentiment d'impuissance, qui n'est peut-être pas perçu par votre compagnon, et que ce dernier puisse également exprimer son ressenti sur la situation.

                                                                      La situation professionnelle de votre compagnon semble impacter votre vie de couple. Votre sentiment de contribuer à son mal-être peut être du au fait que vous êtes dans une position passive qui alimente sa vision négative des choses. Quand les choses commencent à tourner en rond, c'est qu'il faut réagir, ce que vous faites en nous écrivant. La dynamique d'un couple est créée par chaque personne qui le constitue. Lorsqu'il y a de l'inactivité de chaque côté, les solutions pour changer les choses deviennent réduites. Vous dites être impuissante face à la situation, vous subissez ce qu'il se passe comme si vous n'aviez aucun moyen de changer les choses.

                                                                      Les discussions que vous avez eues n'ont mené à rien, ce qui signifie qu'il est temps d'activer votre créativité et de changer de perspective. Au lieu de vous voir comme impuissante et votre compagnon comme "déprimé", pourquoi ne pas puiser dans les ressources de votre couple pour faire face à cette situation, par exemple en utilisant ce qu'il y a de positif chez chacun de vous? En deux ans de relation, vous avez du passer par des périodes difficiles, comment y avez-vous fait face?

                                                                      Votre compagnon est votre priorité et vous avez l'impression que ce n'est pas réciproque. Il est possible que vous ne soyez momentanément pas prioritaire pour lui et que cela puisse évoluer. Votre compagnon vit actuellement une période difficile dans laquelle vous pouvez être présente pour lui de manière non-envahissante et sans forcément devoir trouver des solutions à sa place. Il n'attend pas forcément cela de vous...

                                                                      Quant à la "dépressivité" de votre compagnon, il est important de s'adresser à un médecin ou un psychiatre si son mal-être devient envahissant et pesant à plusieurs niveaux de sa vie.

                                                                      N'hésitez pas à poursuivre cet échange ou nous poser d'autres questions.

                                                                      Bien à vous!

                                                                      bonjour voilà j étais en relation depuis presque un ans .il m'a quitter une fois car il était perdu. on sais remis ensemble âpre un mois .tout...

                                                                      bonjour voilà j étais en relation depuis presque un ans .il m'a quitter une fois car il était perdu.

                                                                      on sais remis ensemble âpre un mois .tout allais bien comme avant et il es partit à Madagascar pourgent 15jours et il a trouver une autre la bas .

                                                                      a son retour il étais distant puis je lui es dit de m avouer ce quil ce étais passer il m'a dit quil n'avais plus de sentiment pour moi depuis 15jour il fesais semblant mai ne veut pas être célibataire.

                                                                      du coup moi haneantie je les quitter .

                                                                      cela va faire 2 semaine et je souffre énormément d'avoir été trahie je me sens sale je pleure toutes les nuits j'aimerai l oublier mai il vient régulièrement chez ça soeur qui es ma voisine.

                                                                      esque ça va être long ? ou pire? je ne peut pas dormir je fait des cauchemar qu'il a coucher avec elle et ma embrasser âpre. ...

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME

                                                                      Bonjour,

                                                                      Une rupture amoureuse peut s'apparenter à un processus de deuil qui prend un certain temps et pour lequel il n'existe pas de "solution miracle et rapide".

                                                                      Toutes les émotions que vous ressentez et décrivez dans votre message sont normales, et montrent que vous réagissez avec sensibilité... cette même sensibilité qui vous a permis de vivre pleinement votre relation amoureuse.

                                                                      Sur ce chemin, vous allez traverser plus ou moins 5 étapes: d'abord celle du choc avec des signes de stress, de peurs et le sentiment de ne pouvoir vivre sans lui. Essayez de vivre l'instant présent sans anticiper l'avenir. Ensuite, vous traverserez le sevrage qui consiste à réapprendre à vivre sans cette personne. Comment pouvez-vous répondre à vos besoins hors de la relation amoureuse? Puis l'intériorisation où vous vous sentirez peut-être incapable. Dites-vous que vous êtes digne d'être aimée et que le bonheur sera à nouveau au rendez-vous un jour. Il peut y avoir ensuite une étape de reconstruction motivée parfois par la rage qui se transforme en énergie positive. Renouez avec ce qui vous valorise et vous fait du bien (activités, personnes, lieux,..). Et enfin vous sentirez un jour que vous avez parcouru tout ce chemin, comme si vous étiez arrivée au sommet d'une montagne. Vous vous sentirez plus légère et penserez moins à votre ex. Vous vous sentirez plus disponible intérieurement pour de nouvelles expériences et un regard positif sur vous-même s'installera à nouveau.

                                                                      Ce n'est pas facile, c'est vrai, mais la seule personne sur qui vous avez un impact, c'est vous. Par contre, vous n'avez pas le pouvoir de faire changer votre ami. Quant à votre sentiment de dégoût et de trahison, vous pourriez l'écrire à votre ex-ami, si vous vous en sentez la force ou simplement l'exprimer de la manière qui vous convient puis le jeter (symboliquement) ou le ranger dans un lieu et ne pas trop vous y attarder car cela ne fera que fragiliser votre confiance en vous. 

                                                                      Si ce sentiment de traumatisme dure, n'hésitez pas à nous récrire!

                                                                      Bonne suite à vous !

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, Je suis donc en dernière année d'apprentissage employée de commerce. Il me reste donc 5 mois avant de passer mes examens. Le problème est...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Je suis donc en dernière année d'apprentissage employée de commerce. Il me reste donc 5 mois avant de passer mes examens.

                                                                      Le problème est que mon directeur me rabaisse sans cesse avec sa manière de parler et le ton qu'il prends. Ce sont pleins de remarques devant ma formatrice qui elle ne réagit même pas. Ma formatrice s'en fiche complétement de mon apprentissage, de mes notes,etc... Elle veut uniquement me donner le travail qu'elle ne veut pas faire. Je rentre tous les soirs en pleurant car je n'en peux plus moralement cela devient très dur... Mes parents me disent que je dois tenir jusqu'à la fin, mais je n'ai plus aucune motivation pour rien et même dans ma vie privé... Je ne sais plus quoi faire...

                                                                      Merci d'avance de votre réponse.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Lorsqu'on voit les choses de façon négative, les autres peuvent nous percevoir de façon négative également.

                                                                      Lorsqu'on a une vision de l'autre comme étant jugeant, blessant, agressif, notre attitude reflétera cette négativité. Au contraire, adopter une attitude positive et confiante amène les autres à nous voir de cette manière et renforce les relations satisfaisantes.
                                                                      On dirait que vous ne percevez vos collègues que sous un jour négatif; n'ont-ils réellement pas de "positivité" quelque part? Etes-vous si sûre que les remarques de votre patron ne visent qu'à vous rabaisser?
                                                                      Ou a-t-il un peu l'intention de vous aider à vous améliorer?

                                                                      Vous parlez de rabaissement mais vous ne donnez pas d'exemples. 

                                                                      Nous ne savons pas non plus ce que vous avez déjà tenté pour améliorer la situation (par ex. discuter de ce que vous ressentez). Vous semblez uniquement subir ce qui arrive et ce n'est pas une bonne position. Vous pouvez agir pour que les choses changent et que votre fin d'apprentissage se passe mieux. Il serait aussi possible de demander un entretien avec le commissaire d'apprentissage.

                                                                      N'hésitez pas à poursuivre la discussion ou nous poser d'autres questions.

                                                                      Bien à vous.

                                                                      Bonjour. Ma fille a presque 14 mois. La journée elle est gardée par mon mari, car je travaille a 100% (enseignante). Je rentre à 15h30 et m'occupe à...

                                                                      Bonjour. Ma fille a presque 14 mois. La journée elle est gardée par mon mari, car je travaille a 100% (enseignante). Je rentre à 15h30 et m'occupe à mon tour de la petite pour la soirée car mon mari part au travail de 16h30 à 22h. Ma fille n'a jamais aimé dormir, elle ne veut pas aller se coucher. Depuis longtemps, elle ne fait qu'une sieste par jour, l'après-midi. Mon mari la berce ou la promène en poussette pour l'endormir. Mais moi le soir je souhaite qu'elle apprenne à s'endormir seule, alors je lui chante des chansons, lui explique qu'elle va dormir et je la mets au lit. Avant, elle restait sage et au moment de la mettre au litre elle se mettait à pleurer et depuis un mois ça a empiré. Je n'arrive même plus à faire le petit rituel de chansons car elle pleure directement en comprenant qu'elle devra aller au lit. Je la rassure, je la pose quand même dans le lit, tant que je suis là elle se calme mais dès que je part (en lui expliquant que je suis à côté, qu'il est l'heure de dormir pour se reposer) elle se met à hurler, elle se met debout dans le lit et attend que j'aille la rechercher. Je la laisse pleurer quelques minutes mais je n'ai pas trop car elle s'énerve beaucoup. Je vais donc après quelques minutes la rallonger et lui redire qu'elle doit dormir, et je repart.... ça peut durer jusqu'à 50 minutes... ça commence à peser sur mon moral car je suis seule tous les soirs et j'ai ma journée de travail sur le dos... Et avec mon mari elle dors plus volontiers. Avez-vous des conseils? Pensez-vous que je doive consulter?

                                                                      Je pense qu'elle essaie de me faire comprendre que je lui manque, en allant travailler toute la journée mais je rentre tous les jours diner a la maison, je rentre dès que l'école se termine à 15h30, je pense que nous passons tout de même assez de temps ensemble pour ne pas qu'elle soit frustrée. Merci d'avance

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME

                                                                      Bonjour,

                                                                      Souvent ce sont nos enfants qui nous signifient qu'ils ont franchi un cap dans leur développement et qu'il est temps pour nous les adultes d'avancer aussi, et pourquoi pas d'innover...?!

                                                                      Votre fille se trouve dans une phase de son développement où sa personnalité et sa volonté s'affirment. Elle se comporte toujours plus comme un être différencié, expérimentant l'insécurité des séparations tout en visant l'autonomie et la maîtrise de son environnement et de ses facultés. L'acquisition de la marche ouvre de nouveaux horizons sensoriels et moteurs....son monde émotionnel s'étoffe en un carrousel qui semble ne jamais s'arrêter! Il est normal que vous vous sentiez épuisée.

                                                                      - En avez-vous parlé avec votre conjoint pour savoir comment lui gère le sommeil de votre fille en journée?

                                                                      - Un changement ou un événement particulier s'est-il produit récemment qui puisse expliquer le changement de comportement de votre enfant?

                                                                      - Pourriez-vous faire évoluer le rituel tout en gardant l'objectif ? Tentez d'autres choses pour amener votre fille à se coucher puisque visiblement les chansons ne font plus leur effet. Mais gardez votre cap éducatif, c'est-à-dire maintenez la limite que vous vous fixez. La durée du coucher ainsi qu'un positionnement déterminé de votre part sont des repères rassurants pour votre fille: il importe qu'elle ne se sente pas toute puissante dans sa capacité à vous déstabiliser, à allonger ce moment, à vous faire revenir. Même si elle doit pleurer un peu, essayez de tenir l'objectif que vous vous fixez et de montrer vos limites!

                                                                      - Et une dernière chose: gardez confiance en vos compétences parentales! Vous semblez tout mettre en oeuvre pour accompagner au mieux votre enfant....la perfection est illusoire....mais votre fille a des ressources et il est bon qu'elle puisse vous montrer sa capacité à surmonter la frustration. 

                                                                      Nous vous souhaitons l'imagination, la sérénité et le recul nécessaires pour traverser cette étape!

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                      bonjour. comme vous le savez déjà, je suis une maman d une trentaine d années, en couple depuis environ 6 mois. J avais commencé a avoir quelques...

                                                                      bonjour. comme vous le savez déjà, je suis une maman d une trentaine d années, en couple depuis environ 6 mois. J avais commencé a avoir quelques sentiments pour mon copain , mais je me rends compte que je ne suis pas non plus très amoureuse.. J'ai eu une aventure avant d etre avec lui, avec un homme, qui est à ce jour en couple sérieusement. Mais que je suis amenée a croiser régulièrement pour des raisons socio-professionnelles et meme parfois personnelles, je nai donc pas le choix. Sauf que je suis encore amoureuse de lui. Je lui souhaite sincèrement de reussir dans son couple, je ne cherche pas a lui casser son couple au contraire, mais mes sentiments forts envers lui m empêchent, je pense, d eprouver de l amour pour mon ami actuel. Mon ami est quelqu"un de bien, droit, respectueux, affectueux, que je "voulais" depuis longtemps (car c est l ami d un cousin je le connais donc depuis quelques années) . et mon enfant , encore petit, s est attachée a lui. Je voulais savoir si une relation peut durer sans etre folle amoureuse, du moment qu on est "bien" et heureuse, avec la personne.. Je culpabilise d avoir une baisse de sentiments.. je ne sais que faire..

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME

                                                                      Bonjour,

                                                                      Nous vous suggérons 2 pistes de réflexion en lien avec votre situation:

                                                                      - Comparer une histoire qui dure depuis plusieurs mois, et dans laquelle quelques habitudes se sont peut-être déjà installées, avec une aventure épisodique et passionnelle ne peut tourner qu'en défaveur de la première! Vous ne pouvez avoir le même regard sur un homme que vous connaissez bien que sur un autre dont vous n'avez pas eu l'occasion de découvrir les travers... L'idéalisation de cet amant de passage vous empêche d'investir durablement votre relation actuelle.

                                                                      - Oui, une relation peut durer sans être follement amoureuse, mais elle ne peut durer sans être régulièrement réactualisée! En d'autres termes, ce n'est qu'en portant un regard évolutif sur votre relation de couple actuelle, c'est-à-dire en entretenant un dialogue, en permettant à chacun d'exprimer ses attentes, en nourrissant le couple, en étant créatifs, en vous surprenant, etc..que vous parviendrez à vous sentir en lien l'un avec l'autre et véritablement engagés. Du coup, votre histoire prendra du sens car elle sera dynamique.

                                                                      Nous vous encourageons encore une fois à partir de vous-même pour diriger votre vie et faire vos choix.

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, Cela fait quelques années que je ne vais pas bien. Déprime à répétitions, idées noires, tout le tralala. J'ai toujours voulu m'en sortir...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Cela fait quelques années que je ne vais pas bien. Déprime à répétitions, idées noires, tout le tralala.

                                                                      J'ai toujours voulu m'en sortir seule, je ne veux déranger personne avec mes histoires. Mais là je n'en peux plus, j'ai constamment l'impression d'être à bout et je peux passer des journées entières dans mon lit à juste ressasser mes idées noires.

                                                                      J'ai essayé de voir une psy il y a environ un an mais je n'ai rien réussi à lui dire, je suis complètement bloquée quand il s'agit de parler de ce que je ressens, j'ai l'impression que ce n'est pas "assez grave" pour demander de l'aide, que je ne vais pas assez mal, même si objectivement je sais que mon état mental m'empêche de faire pas mal de choses, que ça tue ma motivation pour mes études, mes hobbys, mes amis, que ça gâche chaque pensée heureuse qui arrive à mon cerveau. Il m'arrive assez régulièrement de me faire mal volontairement aussi (coupures et coups)

                                                                      Bref, là je demande juste de l'aide, et je sais que ça va être difficile d'envoyer cette question.

                                                                      Je fais quoi?

                                                                       

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Tous les systèmes, qu'ils soient mécaniques (les machines, les voitures par ex.) ou humains, ont besoin d'énergie extérieure pour avancer. Vous vous coupez des ressources des autres et je comprends que vous ayez ce sentiment d'épuisement et de déprime.

                                                                      Vous vous laissez enfermer dans vos idées noires, avec des convictions fausses comme "ce n'est pas assez grave". Votre problème se perpétue à cause de votre incapacité à vous confier à une personne de confiance qui puisse vous aider à trouver des ressources, à ouvrir votre perception des choses. En restant enfermée dans vos pensées de façon répétitive, en ressassant, vous n'avancez pas du tout.

                                                                      Ce qu'il y a à faire est précisément de retourner voir un psychologue.

                                                                      Vous pouvez commencer par exprimer votre difficulté à parler, expliquez aussi que vous ne voyez pas la gravité de ce qu'il vous arrive. Parlez de ce que vous vivez sur le moment, de la gène qui vous envahit lors de la consultation. Une grande part du problème provient justement cette difficulté à vous confier et à gérer les émotions ressenties.
                                                                      On attend pas de vous une dissertation bien construite, dites ce que vous pouvez, comme vous pouvez, les psychologues sont habitués à cela.

                                                                      Même si vous n'arrivez pas à parler, continuez les consultations. Lorsque vous arriverez à avoir un échange, vous aurez résolu beaucoup de choses.

                                                                      Bonne suite

                                                                      Bonjour, Pouvez-vous m'aider à calmer mon angoisse? Ou à en trouver l'origine? Je m'explique: j'ai un petit ami depuis 3 ans désormais, dont je...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Pouvez-vous m'aider à calmer mon angoisse? Ou à en trouver l'origine?

                                                                      Je m'explique: j'ai un petit ami depuis 3 ans désormais, dont je suis très amoureuse. Nous avons tous les deux un travail assez prenant, et ne vivons pas ensemble (environ 1h de trajet entre nos domicile). Depuis le début de notre relation, nous ne nous voyions qu'une à deux fois par semaine pour faire une activité, passer la nuit ensemble et se séparer le lendemain.

                                                                      Cette relation me rend heureuse, mais lorsque nous nous séparons, j'ai l'impression d'un grand vide en moi et pire, d'une véritable angoisse. J'ai un "creux" dans l'estomac, des palpitations, je me sens triste et seule, j'ai peur, je m'enferme chez moi pour me "contenir"/me rassurer dans un environnement familier. Je ne sais pas quoi j'ai peur??? Je lui fais pourtant confiance, il est charmant, attentif, adorable.

                                                                      Il me semble que ce sentiment d'angoisse est d'autant plus fort qu'on s'est vu longtemps (ex. un weekend entier), alors que si l'on ne s'est pas vu depuis 10 jours, je suis triste et impatiente de le voir, mais je ne ressens pas cette angoisse.

                                                                      Je n'ai pas le souvenir d'avoir eu de telles angoisses dans d'autres pans de ma vie, hormis peut-être toute petite fille quand ma mère me mettait à la crèche.

                                                                      Qu'en pensez-vous?

                                                                      Il nous est difficile de nous voir plus souvent actuellement, mais nous avons déjà parlé d'emménager ensemble (discussion théorique, pas de projet ou de date fixés). Est-ce que vivre ensemble pourrait "résoudre" le problème à votre avis? Ca me dérange de ne pas pouvoir me sentir indépendante, libre, "secure", sans lui...

                                                                      Qu'en pensez-vous?

                                                                      Merci beaucoup et meilleurs voeux.

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME

                                                                      Bonjour,

                                                                      Exister pour soi-même dans un équilibre entre fusion et autonomie...voilà un challenge humain, qui nous concerne tous à des degrés divers!

                                                                      Votre lecture de la situation reflète votre capacité à envisager les choses dans leur complexité, à garder une vision rationnelle sans négliger l'émotionnel....ces compétences vous aideront certainement à avancer.

                                                                      Ce que vous décrivez comporte sans doute une dimension personnelle liée à des éléments de votre histoire et de votre personnalité, mais peut aussi être rattaché à un aspect plus philosophique et collectif qui est celui des questions existentielles qui habitent chacun-e à certains moments de sa vie.
                                                                      Avec la conscience que "tout a une fin", les peurs que vous décrivez peuvent être liées à votre conscience des limites humaines telles que la finitude, la perte, l'amour/désamour, les enjeux d'un choix qui du coup en exclut d'autres, etc.....des questions profondément humaines et normales!

                                                                      Dans une relation amoureuse qui s'ouvre sur des projets communs, comme cela semble le cas pour vous, les partenaires entrent dans un engagement différent. Autrui est dès lors perçu comme incontournable des perspectives de vie avec ce que cela suppose d'enjeux souvent dynamisants, mais par moments aussi inquiétants, car peut exister alors la pression de "devoir réussir son couple" et répondre à un idéal.

                                                                      Au lieu d'anticiper le "trou d'air" que vous décrivez au moment de vous retrouver seule et de le percevoir négativement, comment pourriez-vous l'aborder plus calmement, par exemple en en parlant ouvertement avec votre conjoint ou une autre personne de confiance? ou bien en laissant ces sensations vous traverser sans chercher à les arrêter? Après tout, ce ressenti de manque est peut-être juste une manière de mettre le projecteur sur l'absence après l'avoir mis sur le bonheur d'être à deux?!
                                                                      Pourquoi ne pas normaliser et apprivoiser ces sensations en vous disant que tout existe par son contraire....le bonheur d'être à deux est renforcé par la sensation de manque de l'autre quand il est absent, etc...?!

                                                                      Je vous laisse mener votre réflexion et nous récrire pour réagir à ce message et, si vous le souhaitez, poursuivre plus avant cet échange.

                                                                      Avec nos voeux les meilleurs pour cette nouvelle année!

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, j'aimerais reprendre notre discussion sur le sujet "Je n'arrive pas à être en couple avec quelqu'un"!! Pourriez vous être clairement...

                                                                      Bonjour, j'aimerais reprendre notre discussion sur le sujet "Je n'arrive pas à être en couple avec quelqu'un"!! Pourriez vous être clairement précis?Ou voulez vous en venir? Et quelles solutions me proposez vus directement pour parvenir à être en couple avec quelqu'un et enfin avoir des amis fiables et vrais?

                                                                       

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Nous vous avions répondu cela:

                                                                      Lorsque vous dites que vous ne savez pas si vous devez être simple ou chic, cela résume vos difficultés. Vous vous perdez en essayant d'être comme vous imaginez que les autres vous aimeraient. 
                                                                      Vous ne correspondrez jamais à tout le monde.
                                                                      C'est vous le critère, c'est ce qui vous correspond profondément.  En restant sur le même exemple, aimez-vous ce qui est chic ou simple?
                                                                      Votre personnalité se constitue avec vos goûts, vos émotions, tout ce qui est à vous justement. C'est cela qui est intéressant pour l'autre, que ce soit dans une relation amicale ou amoureuse.

                                                                      Vous ne voyez pas ce que nous voulons dire? Et où nous voulons en venir (...?)

                                                                      Pour rencontrer l'autre il faut être soi-même, c'est le point de départ. Ensuite, nous n'avons pas de recette qui permettrait en deux phrases de vous amener à résoudre ce problème. Nous constatons en fonction de ce que vous dites que vous essayez de correspondre aux attentes des autres, nous voyons aussi que vous semblez attendre des réponses des autres.

                                                                      Nous vous encourageons à être naturelle, et surtout aimable, généreuse; soyez fiable et vraie comme vous l'attendez des autres. Essayez de ne pas trop vous demander de quoi vous avez l'air et manifestez votre intérêt pour les autres sans attendre qu'ils fassent tous les pas dans votre direction.

                                                                      J'espère que cette réponse concrète vous aidera.

                                                                      Bonne suite

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour Telme, Je ne me sens pas à l'aise de l'écrire mais il est important pour moi d'avoir vos conseils et vos opinions sur ce sujet. Il y a de...

                                                                      Bonjour Telme,

                                                                      Je ne me sens pas à l'aise de l'écrire mais il est important pour moi d'avoir vos conseils et vos opinions sur ce sujet.

                                                                      Il y a de cela 3 ans, j'ai subi un chantage que l'on nomme "sextorsion".

                                                                      C'est-à-dire que je me suis masturbé devant la caméra sur skype avec une femme que je ne connaissais pas.

                                                                      Ensuite, un interlocuteur m'a menacé de tout dévoilé sur youtube si je ne payais pas une certaine somme d'argent.

                                                                      Ce que j'ai fait ?

                                                                      J'ai téléphoné immédiatement au 147 et j'ai demandé ce que je devais faire.

                                                                      Fort heureusement, ce fut une personne qui s'y connaissait et qui m'a décrit la démarche à faire.

                                                                      J'ai écrit tout d'abord qu'il n'avait pas le droit de le faire et que je préviendrais les autorités cantonales s'il n'obéissait pas, ensuite j'ai coupé court à la conversation, supprimer cette personne sur Facebook de ma liste d'amis et voir ce qu'il allait faire.

                                                                      Lorsque l'on cliquait sur le lien, on me voyait en pleine action effectivement, mais la vidéo n'a pas été rendue public.

                                                                      Je me suis ensuite connecté à youtube et j'ai fait une demande de suppression de cette vidéo, en envoyant le lien.

                                                                      Une semaine après environ ou plus (je ne sais plus), la vidéo n'existait plus.

                                                                      J'avais beau cliqué sur le lien, c'était noté que le contenu a été supprimé.

                                                                      C'est à ce moment précis que j'ai poussé un ouf de soulagement.

                                                                      Pour être sûr, j'ai encore téléphoné chez un cabinet d'avocat spécialisé dans l'informatique et j'ai expliqué ma démarche.

                                                                      On m'a dit que j'avais fait tout juste et que je devais sauvegardé la conversation.

                                                                      Les cibles étaient les jeunes de 20-25 ans ainsi que les hommes âgées de la cinquantaine.

                                                                      Après cet événement, je me suis supprimé de Facebook et je n'ai plus utilisé skype.

                                                                      Je contrôle toujours sur youtube si ma vidéo serait par là.

                                                                      Je suis devenu plus paranoïaque.

                                                                      Pourquoi ai-je fait cela ?

                                                                      Parce que j'ai souffert de solitude et que j'étais prêt à tout pour avoir des rapports avec une jolie jeune fille, dont je n'ai pas besoin de payer pour avoir un rapport.

                                                                      Je n'avais pas l'habitude qu'une si jolie jeune fille s'intéresse à moi.

                                                                      Depuis, j'ai toujours peur que mes images soient pris contre mon insu lorsque je vais par exemple sur des sites porno ou autres.

                                                                      J'ai peur pour mes données personnelles.

                                                                      Je suis devenu très négatif sur les réseaux sociaux et depuis, je déconseille à chacun de les utiliser.

                                                                      Je reçois des mails indésirables érotiques à chaque fois, et de temps en temps des appels de call center sur mon natel.

                                                                      C'est parce que j'ai donné ces données sur un site de vente érotique, malheureusement.

                                                                      Est-ce que parmi le personnel de Telme, y a-t-il des gens qui s'y connaissent à ce sujet ?

                                                                      Quels sont vos opinions (sur ma paranoïa ou sur mes mails) ?

                                                                      Quels sont ensuite vos conseils, à faire ou à ne pas faire ?

                                                                      J'attends avec impatience votre réponse.

                                                                      Encore merci pour votre réponse précédente sur ma relation avec le chœur de jeunes.

                                                                      J'hésite à arrêter chez eux et à essayer de chanter dans un autre chœur où j'ai un meilleur feeling avec certaines personnes et où il y a une majorité d'adultes.

                                                                      Meilleures salutations.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Comme vous l'expliquez vous-même, vous avez déjà fait toutes les démarches nécessaires pour éviter que la situation ne s'empire et même qu'elle se résolve. A ce sujet-là, nous ne pouvons rien vous dire de plus.

                                                                      Vous semblez toutefois avoir de la difficulté à vous rassurer sur le fait que cette vidéo ne soit plus accessible, au point que vous avez développé une méfiance envers tous les réseaux sociaux de manière générale. Ce qui vous est arrivé était imprévisible et a mis à mal la sécurité de votre intimité. Une telle situation n'est pas facile à vivre et nous comprenons que vous soyez méfiant et très prudent à l'égard des réseaux sociaux à présent.

                                                                      Vous ressentez une certaine culpabilité et probablement une honte d'avoir fait cette vidéo que vous justifiez par différentes raisons personnelles. Pourquoi avoir besoin de vous justifier auprès de nous? Vous avez droit, comme tout un chacun, à une vie privée et vous avez eu un comportement qui devait rester dans ce domaine. Ce qu'il s'est passé ensuite n'était pas maîtrisable par vous. Cette expérience vous aura permis de mettre en oeuvre vos capacités d'action, de bon sens et vous poussera à vous positionner différemment par rapport à vos responsabilités dans l'avenir.

                                                                      Nous ne pouvons pas vous dire ce qu'il faut faire ou pas. Il est important pour vous que vous puissiez vous situer dans le présent en inscrivant cet événement dans le passé, comme sujet clos. Cela pourra alors vous permettre d'avancer plus facilement. Qu'est-ce qui vous en empêche?

                                                                      Si cette situation vous pèse trop, n'hésitez pas à contacter un professionnel.

                                                                      Bien à vous.

                                                                      Bonjour, J'ai deux filles jumelles de presque 9 ans. Je suis en train de se seperar (juste physiquement) avec leur papa, mon mari. Il est parti de la...

                                                                      Bonjour,

                                                                      J'ai deux filles jumelles de presque 9 ans. Je suis en train de se seperar (juste physiquement) avec leur papa, mon mari. Il est parti de la maison depuis aout de cette annee. J'ai trouver une nouveau equilibre dans notre famille depuis avec une jeune fille au pair qui m'aide beaucoup parce que je travail toujours a 100%. Je suis tout le temps fatiguer mais je fais mon mieux a tout gerer maintenant. Mon mari les garde chez lui (en France) presque tout les weekend. De une cote j'ai besoin de cette pause parce que nos jumelles sont tres dynamiques et c'est fatigant de etre une seul parent chaque jour donc j'apprecie beaucoup les weekends libre. Mais nos jumelles cherchent mon attention parce que je travaille a 100% et j'ai peu du temps pour jouer avec elles. La jeune fille au pair passe du temps avec elles, et elles l'apprecie beaucoup, mais c'est pas maman, donc par fois on voit l'effet - elle n'ecoute pas bien la jeune fille au pair et aussi moi meme. J'ai une qui est plus difficile que l'autre (la dominante de couple jumelles) et par fois elle exprime sont aggression sur la jeune fille au pair ou sur sa soeur. J'ai pris une pychologue pour elle et ca va (elle a accepter d'aller) mais j'ai toujours besoin de parler avec une expert pour trouver les bons facons de discipliner des enfants difficiles dans une situation comme ca.

                                                                       Je pense que elle sont toujours triste que notre famille n'est plus "normal" comme avant (meme si avant c'etait pire pour moi parce que la relation avec mon mari a devenu tres triste et de vivre tout les jours comme ca avec une homme qui boude en permanence c'est pire pour moi) ---et je me cupabilise et les filles me cupabilise. J'etais mieux apres la seperation mais maintenant je suis mieux mais souvent epuiser. Je me sent tres tres fatiguer tout le temps. Maintenant je suis malade avec une grippe et je n'ai pas envie d'aller travailler pour sentir malade devant mon bureau ...c'est juste quelques jours que je reste a la maison pour me recuperer et apres je serai comme avant...mais je sais que mon etat de fatigue constant me rendre triste et je sent en sort de desespoir et ca me cause plus de sentiment de desespoir donc quand je me voie fatiguer .... c'est peut-etre une cercle vicieux. Par fois je ne sais pas comment je vais arriver a elever mes enfants bien tout seul. Par fois je sent capable et bien, et par fois je sent la besoin de plus d'aide mais je ne sais pas qui peut m'aider... peut-etre je doit demander a mon mari de les garder plus, mais il travaille tellement que il ne peut pas faire plus que les weekends et les vacances par fois.

                                                                      Merci pour m'appeler. J'ai besoin d'aide en ce moment.

                                                                      Bon journee, 

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Tout d'abord, par soucis d'anonymat nous avons retiré votre nom et votre numéro de téléphone.

                                                                      Vous êtes une maman fatiguée par un emploi à 100% et des jumelles qui vous demandent beaucoup d'énergie, malgré l'aide d'une fille au pair et du père qui s'en occupe le week-end. La situation pèse sur votre état au point que vous tombiez malade.

                                                                      Vous ne pouvez pas passer autant de temps avec vos filles que ce qu'elles voudraient, mais il est important que ce temps-là soit investi de manière positive par vous. La qualité de ces moments que vous passerez avec vos filles est essentielle et permet d'apaiser les tensions. Vos filles ressentent peut-être votre absence, ce qui les amène à adopter un comportement difficile à gérer. Il est clair que vous devez appliquer votre autorité de mère sur vos filles.
                                                                      Cela se fait en ayant un discours calme, posé et clair, il faut surtout éviter les cris ou se laisser submerger par vos émotions. Expliquez clairement les choses ainsi que les conséquences en cas d'opposition. La punition qui s'en suit doit être clairement explicitée et appliquée jusqu'au bout, et se terminer à un moment précis; les punitions doivent toujours avoir un début et une fin, ne pas durer trop longtemps.
                                                                      Il est important de garder votre position d'adulte dans ces situations en ne vous laissant pas guider par vos émotions négatives ou votre fatigue.

                                                                      Pour terminer, nous ne contactons pas les personnes qui utilisent notre site. C'est à la personne qui ressent des difficultés d'engager une démarche de façon active. Si vous souhaitez avoir un suivi avec nous, vous pouvez nous appeler pour prendre rendez-vous. Toutes les informations sont sur ce site.
                                                                      Vous pouvez également contacter la ligne de conseils aux parents, gratuite et confidentielle, au 058 261 61 61.

                                                                      N'hésitez pas à donner suite à cet échange. Bien à vous.

                                                                      Ma fille de 4 ans est hyper jalouse de sa soeur de 2 ans. Elle est très agressive vis-à-vis d'elle et n'arrive pas à voir tous les moments que moi (ou...

                                                                      Ma fille de 4 ans est hyper jalouse de sa soeur de 2 ans. Elle est très agressive vis-à-vis d'elle et n'arrive pas à voir tous les moments que moi (ou le papa) passons seul avec elle tellement elle est aveuglée par sa jalousie. Je ne sais plus quoi faire...

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Tout d'abord bonjour

                                                                      Votre fille aînée semble de pas être rassurée par la position qu'elle occupe dans la famille. C'est par cet angle que nous pensons qu'il faut aborder le problème. 

                                                                      Vous ne nous dites pas grand chose du contexte familial dans lequel vous évoluez ainsi il nous est pas aisé de faire des hypothèses et de vous donner des pistes de réflexions. Il serait précieux d'en savoir davantage sur ce que chacun vit dans la famille, le rôle du père, comment s'entendent les parents dans leur co-parentalité, etc...

                                                                      Une fille aînée qui manifeste des comportement agressifs ne se sent pas sécurisée de manière générale et l'arrivée d'une petite soeur n'arrange pas les choses et peut contribuer à une certaine régression passagère dans son comportement. Privilégier comme vous le faites déjà des moments uniquement avec elle est un bon réflexe. 

                                                                      L'agressivité que vous ressentez chez votre fille peut être déplacée sur sa soeur alors que la source est ailleurs, par un exemple, un conflit parental, une mauvaise intégration à l'école ou en garderie, etc.  
                                                                      On peut faire plusieurs hypothèses mais avec le peu d'éléments qu'on a, on ne peut pas aller plus loin.

                                                                      Merci de votre compréhension. 

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour Telme, Cela fait longtemps que je ne vous ai plus écris. J'étais auparavant inscrit sous un autre pseudo, bien avant que vous ne remettez à...

                                                                      Bonjour Telme,

                                                                      Cela fait longtemps que je ne vous ai plus écris.

                                                                      J'étais auparavant inscrit sous un autre pseudo, bien avant que vous ne remettez à jour votre site, qui est d'ailleurs magnifique et bien mieux que celui d'avant... !

                                                                      Si je vous réécris, c'est parce que j'ai un souci qui me tracasse.

                                                                      En fait, mon problème est que j'ai de la peine à m'intégrer ou à me socialiser dans un groupe.

                                                                      J'ai commencé, il y a une année de cela, à chanter dans le chœur d'hommes de mon village. Je suis le seul de mon âge (25 ans en avril prochain) à y avoir débuté. Je me suis senti tout de suite intégré et dans mon élément. J'ai toujours du plaisir à aller aux répétitions ou aux concerts, malgré que je ne chante pas encore correctement.

                                                                      Ensuite, je voulais également chanter dans un chœur de jeunes, avec des jeunes de mon âge et me faire des amis et ainsi étoffer mon peu de relations. Cependant, les choses ne se passent pas comme prévues.

                                                                      J'ai précisé avant de m'y engager que je travaillais parfois les week-ends (hôtellerie) et que je manquais de confiance en moi (ce qui est malheureusement vrai).

                                                                      J'ai donc été les rencontrer lors d'une grillade en été pour faire connaissance. Ils étaient tous en maillots de bain, sauf moi, qui ait oublié le mien (c'est malin !). Personne ne m'a parlé ou ne m'a dit ce qu'il faisait. J'avais l'impression qu'ils ne s'intéressaient pas à moi.

                                                                      Comme je suis un peu timide (évidemment je ne connaissais personne), j'ai essayé un peu d'aller vers eux, mais que ce fut dur !!

                                                                      Ensuite, ils organisaient un loto, 2 mois après cette grillade. Ils s'occupaient de la vente des sandwichs et des boissons.

                                                                      J'y suis allé en espérant que je ne sois pas le seul du chœur à jouer. Malheureusement, ce fut le cas et j'ai quand même passé un bon moment, car on a bien rigolé avec les gens autour de moi (adultes) que je ne connaissais pas.

                                                                      Après une répétition, ils avaient organisé une raclette. J'y suis resté et je suis d'ailleurs parti dans les derniers.

                                                                      Eh bien ce fut la même chose, personne ne m'adressait vraiment la parole.

                                                                      J'essayais de m'affirmer en m'exprimant sur certains sujets, mais à la longue, ça devenait pénible et j'en avais marre.

                                                                      Ils organisent également pas mal d'activités via leur groupe "Whatsapp" où j'y suis aussi. Mais vu qu'ils ne me parlent pas tellement durant les répétitions ou durant les messes (car oui, on chante aussi les messes, tout comme avec mon choeur d'hommes), je ne me sens pas prêt d'aller m'amuser avec eux.

                                                                      Je précise également que la majorité vient du même village et que c'est plus un groupe d'amis.

                                                                      Je ne me sens pas à l'aise dans ce chœur de jeunes, alors que dans le chœur d'hommes, c'est tout l'inverse.

                                                                      J'ai du plaisir à chanter (même aux messes), on rigole bien ensemble et tout le monde parle à tout le monde. Evidemment, pas tout le temps à toutes les répétitions, mais on est ensemble et je trouve cela magnifique.

                                                                      Sachez également que c'est dur pour moi de vivre de telles expériences.

                                                                      J'essaie de me socialiser, de me faire des amis et voilà le résultat.

                                                                      Je suis quelqu'un qui essaie de voir les choses positives et qui croit en la Vie.

                                                                      Je me sens seul, car je suis un homme sensible qui à de la peine à s'affirmer ou à se défendre.

                                                                      Je ne suis pas le mec avec les gros pectoraux et qui a confiance en lui, ce que les femmes adorent en général.

                                                                      Je suis différent, je suis comme je suis, et ceci est très, très difficile.

                                                                      Donc voilà, si vous auriez des conseils à me donner pour intégrer un groupe, je vous en remercie d'avance.

                                                                      Je vais d'ailleurs essayer le curling, car c'est un sport que je trouve fascinant, mais avec ce que je vous ai raconté, j'ai un peu peur...

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                       

                                                                      Bonjour et bienvenue sur notre nouveau site! 

                                                                      Merci tout d'abord pour votre commentaire à propos de notre site.

                                                                      Rencontrer de nouvelles personnes et vous faire des amis est un objectif pour vous! La socialisation est décrite comme un défi, entre réussite d'intégration et beaux moments de partages, et entrée plus difficile dans un groupe sans pouvoir y prendre réellement du plaisir. La rencontre se fait à deux et chacun à un rôle à y jouer.

                                                                      D'après votre message, la socialisation peut être facile ou non selon le groupe que vous cherchez à rejoindre. Le choeur d'hommes que vous mentionnez vous a accueilli, vous avez pu y prendre votre place, et vous profitez avec plaisir de cet environnement.

                                                                      La rencontre avec des personnes en tant qu'individus et l'intégration dans un groupe sont deux choses différentes. Dans le cas du choeur de jeunes, tous se connaissent de longue date et il est vrai que s'intégrer dans un groupe qui est déjà bien formé est plus difficile selon son fonctionnement. Si le groupe est bien fourni et pense se suffire à lui-même, il peut fonctionner de manière relativement fermée et se faire sa place relève du défi! C'est ce que vous expérimentez actuellement. Chacun de ces jeunes peut avoir ses propres failles et difficultés ce qui rend la rencontre avec des nouvelles personnes difficile également de leur part. Dans une rencontre tout ne dépend pas de vous, ni de l'autre, c'est à deux ou à plusieurs que cela se passe. Evidemment que vous avez un rôle actif à jouer dans le fait d'entrer en contact avec les autres, si vous prenez une position passive et attendez la venue de l'autre, cela ne facilite pas la rencontre. Pensez à votre propre positionnement et votre responsabilité dans la rencontre! Qu'en pensez-vous?

                                                                      Lorsque plusieurs personnes se réunissent autour d'un même intérêt et que le groupe se forme, les places et les rôles ne sont pas encore distribués, cela laisse une autre liberté. Réfléchissez au rôle que vous aimeriez avoir et comment vous pourriez le vivre au mieux dans une telle situation!

                                                                      N'hésitez pas à poursuivre l'échange au besoin!

                                                                      A bientôt!

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour! C'est un peu bizarre de m'adresser à quelqu'un pour de l'aide vu que j'etais toujours habitué a garder tout pour moi même, j'ai toujours eu...

                                                                      Bonjour!

                                                                      C'est un peu bizarre de m'adresser à quelqu'un pour de l'aide vu que j'etais toujours habitué a garder tout pour moi même, j'ai toujours eu des problemes mentaux mais cette fois je vais me focaliser sur un probleme qui me derange beaucoup.

                                                                      J'ai 22 ans, je suis heterosexuelle mais je jamais eu des pulsions sexuelles. C est a dire, j aime bien un mec, je veux etre avec lui, mais pas me coucher avec lui. J ai toujours trouvé ça bizarre et du coup j ai googlait ça et j ai decouvert qu il y a effectivement une minorité des gens qui sont asexuelles. Des fois j ai des doutes: Ça m est deja arrivée de m exiter ou vouloir faire l amour mais soit j avais bu de l alcool, soit au moment de l'acte je perdait completement l'envie. C est vraiment quelque chose qui me trouble parce que chaque fois que je le fais (et ça m est arrivé souvent) je me sent forcée à le faire pour faire plaisir à l'autre personne avec laquelle je sent un feeling. Evidemment je n'ai parlé de ça avec personne parce que c est difficile à comprendre ou accepter.. qu est ce que je peux faire pour changer ça? Je trouve que ça va me créer trop de problemes dans la vie si je n arrive pas à le faire avec plaisir.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Vous êtes peut-être concernée par l'asexualité, c'est-à-dire le fait de ne pas avoir envie d'avoir des relations sexuelles avec d'autres. L'asexualité est considérée par certains comme une orientation sexuelle, dans le sens où elle est liée à un état durable, non à une pulsion (ou absence de pulsion) momentanée.

                                                                      Comment vivez-vous cette absence de désir sexuel pour l'autre? Est-ce problématique pour vous personnellement ou pour ce que cela peut provoquer socialement?

                                                                      Ne pas avoir de désir sexuel peut être plus ou moins bien ou mal vécu. De manière générale, on ne souffre pas de ce dont on pas pas envie, par contre, cela peut produire un sentiment d'isolement, d'étrangeté qui est difficile à vivre. Comme pour toutes les minorités, il est important de rencontrer des personnes qui vivent la même chose.
                                                                      Je vous propose de visiter le site de l'Association pour la Visibilité Asexuelle AVA :  http://www.asexualite.org/ 

                                                                      Vous parlez surtout de votre crainte que ce soit difficile à accepter pour l'autre qui pourrait vous rejeter.
                                                                      Est-ce que vous-même avez de la peine à accepter cette situation?

                                                                      Si vous êtes personnellement à l'aise et dans l'acceptation pour vous-même de cette orientation, vous aurez certainement moins de difficulté à gérer cela au plan de la relation amoureuse si votre partenaire est "sexuel". Il est aussi possible que vous rencontriez des personnes qui sont asexuelles.

                                                                      Dans tous les cas, il vaut la peine d'être honnête avec soi, avec l'autre; vous avez le droit d'être qui vous êtes.

                                                                      Si cette situation reste trop difficile, il serait utile de faire un travail thérapeutique.

                                                                      Bonne suite

                                                                       

                                                                      Bonjour, Je suis une jeune fille de 23 ans et je suis sur le point d'obtenir mon Master II en Science du tourisme!! Mon problème est que je souffre...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Je suis une jeune fille de 23 ans et je suis sur le point d'obtenir mon Master II en Science du tourisme!! Mon problème est que je souffre d'un problème relationnel très grave!! Je n'arrive pas à être en couple avec quelqu'un et j'ai des difficultés à me faire des amis!! J'ai du mal à discerner à qui je peux vraiment faire confiance , qui sont mes véritables amis!!

                                                                      Des fois , je me rends compte que je suis très bavarde ,mais je ne sais pas me contrôler!! Si je me tais définitivement , j'ai peur d’être isolé , et pourtant en étant bavarde je sens que je crée un atmosphère de mal à l'aise. Et je ne sais plus si je dois être bavarde ou taciturne! Et pourtant , lorsque je voudrais adopter le coté taciturne , je n'arrive pas à me retenir longtemps ,et je deviens très bavarde au point de devenir une péronnelle! Et je voudrais que cela change , mais je ne sais pas quoi faire?

                                                                      Face à ce problème de relation , je ne sais pas non plus quelle façon vestimentaire adopté , si je dois être simple ou chic!! Des fois , je suis apparemment simple et les enfants de mon age me traitaient de ringarde et de non civilisé et maintenant que j'essaie d’être chic , les jeunes de mon age me traitent de snob et ils s'éloignent de moi, et du coup je suis perdue . Je ne sais plus comment m'habiller de façon à ce que es autres n'aient pas d'idées négatifs sur moi et qu'ils ne me rejettent pas.

                                                                      Voila mes principaux problèmes ,ils sont axés sur le fait que je n'arrive pas à etre en couple , à avoir des amis fiables et fidèles. Tout le monde me dit que ces choses là sont simple et très faciles et ils me donnent des conseils mais je n'arrive pas à matérialiser leurs conseils ! J'ai envie de me marier ,d'avoir des gens à qui je vivre ce qu'est la complicité , la solidarité , l'appui et la protection , autrement dit je veux avoir une vie sentimentale saine , stable et harmonieuse!! Mais ces deux problèmes m'en empêchent!

                                                                      En matière de vie sentimentale , je suis totalement perdue !! et pourtant je suis encore si jeune et je veux que ces problèmes disparaissent. Je vous en prie , aidez moi!! Ceux là m'affectent terriblement que ce soit au niveau corps , cœur , âme et esprit

                                                                      Réponse de Telme: 

                                                                      Bonjour,

                                                                      Si on ne montre aux autres que ce qu'ils attendent de nous, peut-on être soi-même? Peut-on avoir une vraie relation si on est pas soi-même?

                                                                      Vous expliquez votre difficulté à vous faire des amis et à entrer dans une relation de couple, vous faites pourtant tellement d'efforts; mais est-ce juste de vouloir correspondre à ce que l'autre attend?
                                                                      Lorsque vous dites que vous ne savez pas si vous devez être simple ou chic, cela résume vos difficultés. Vous vous perdez en essayant d'être comme vous imaginez que les autres vous aimeraient.
                                                                      Vous ne correspondrez jamais à tout le monde.

                                                                      C'est vous le critère, c'est ce qui vous correspond profondément.  En restant sur le même exemple, aimez-vous ce qui est chic ou simple?
                                                                      Votre personnalité se constitue avec vos goûts, vos émotions, tout ce qui est à vous justement. C'est cela qui est intéressant pour l'autre, que ce soit dans une relation amicale ou amoureuse.

                                                                      Comment comprenez-vous que vous vous soyez mise à définir vos choix à partir de ce qu'en pensent les autres? 
                                                                      Avez-vous dû jouer un rôle pour correspondre à ce que les autres attendaient de vous? 

                                                                      Nous vous encourageons à écouter vos ressentis et à partir de ce que vous aimez pour établir une relation. 

                                                                      N'hésitez pas à poursuivre l'échange.

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, Notre fils de 16 ans a commencé un apprentissage cet été. Après 2 1/2 mois, son employeur nous a contacté pour prolonger son temps d'essai...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Notre fils de 16 ans a commencé un apprentissage cet été. Après 2 1/2 mois, son employeur nous a contacté pour prolonger son temps d'essai d'un mois. Il trouvait qu'il manquait de concentration et d'organisation dans son travail, oubliait de faire des choses qu'il savait effectuer et pouvait être agréable un jour et le lendemain taciturne.

                                                                      Nous arrivons prochainement au terme du temps d'essai et devons rencontrer son maître d'apprentissage pour discuter. D'après notre fils, il ne va pas être licencié. Nous en doutons ! Aujourd'hui, notre ado m'a annoncé que de toutes façons il ne voulait pas continuer son apprentissage. Il ne sait pas ce qu'il veut faire et le dialogue est compliqué avec lui, il s'en fout de tout !

                                                                      Nous ne savons plus quoi faire fasse à son comportement et nous inquiétons pour son avenir.

                                                                      Merci d'avance de me lire

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME

                                                                      Bonjour,

                                                                      Pas facile d'accompagner un ado dans son choix professionnel sans faire peser sur lui trop d'attentes parentales...

                                                                      Cette situation comporte plusieurs niveaux de compréhension qui la rendent complexe:

                                                                      - Le niveau des professionnels qui suivent votre fils et leur perception de la situation. La rencontre prévue permettra certainement une clarification d'éléments qui vous échappent actuellement. Cette démarche se veut constructive. Chacun pourra s'exprimer, des réajustements peuvent en découler et si nécessaire il est possible de faire appel au collaborateur de l'office des apprentissages censé suivre votre fils; cette personne peut éventuellement jouer un rôle de médiateur.

                                                                      - En ce qui concerne votre fils: il s'agit de tenter de décrypter ce qu'exprime son attitude, ses changements d'humeur et son introversion. Ce comportement est-il antérieur au début de sa formation ou s'est-il installé récemment? Rencontre-t-il des soucis dans sa vie personnelle, professionnelle, aux cours,...?
                                                                      Il s'agit également de différencier son intérêt/désintérêt pour le métier qu'il a choisi d'éventuelles difficultés personnelles, ceci afin d'éviter de rompre un contrat sous prétexte que votre garçon ne se sent plus en accord avec ce choix si le problème se situe ailleurs et qu'il est possible de le résoudre autrement.

                                                                      - Le niveau parental: il arrive que les parents fassent peser plus ou moins consciemment et lourdement des attentes sur leur enfant, compte tenu de l'enjeu que représente à leurs yeux une place d'apprentissage (difficulté à trouver autre chose, crainte que le jeune reste inactif, ambitions personnelles,...). En sentant une telle pression, le jeune peut décider de continuer "pour correspondre aux attentes" ou se mettre en échec car il ne s'est pas réellement approprié ce choix ou que c'est sa façon de s'opposer à ses parents.
                                                                      Dans tous les cas, il s'agit de décoder la raison implicite qui se situe en arrière-fond afin d'éviter des scénarios répétitifs.

                                                                      Je vous invite à tenter d'identifier les raisons de cette étape "flottante" et à maintenir un dialogue ouvert avec votre fils. 

                                                                      N'hésitez pas à poursuivre l'échange !

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, j'ai 16 ans et ça fait maintenant quelques années que je ne me sens pas très bien. J'ai toujours été un peu lunatique mais depuis 1-2 ans...

                                                                      Bonjour, j'ai 16 ans et ça fait maintenant quelques années que je ne me sens pas très bien. J'ai toujours été un peu lunatique mais depuis 1-2 ans j'ai de très grandes sautes d'humeur. Je peux passer en une journée d'une une joie exaltante à un profond mal être. Il m'arrive aussi d'être soudainement très agressive, récemment ça a commencer à altérer mais relation avec les autres. Je n'arrive également plus à me concentrer en cours ou même à écouter les autres pleinement, ça a des répercutions sur mes résultats scolaires. J'aimerais pouvoir voir un psychologue pour pouvoir parler de tout cela avec un professionnel mais mes parents refusent que j'en voie un. Qu'est ce que je pourrait faire ?

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Ce que vous décrivez est un ensemble de symptômes; vous ne dites rien du contexte et de ce qui aurait pu provoquer cela.

                                                                      Comprenez-vous ce qu'il vous arrive?

                                                                      Quelque chose de particulier a-t-il pu être à l'origine de ces changements, il y a 1 ou 2 ans? Certains événements de vie peuvent avoir un impact plus important que ce qu'on imagine, en particulier dans la période de l'adolescence, comme une rupture, une déception.
                                                                      Vous parlez d'humeur changeante, passant d'une joie intense à une profonde tristesse. Le passage aussi rapide d'un extrême à l'autre des émotions doit être difficile à gérer et amener une souffrance importante chez vous.

                                                                      Nous ne pouvons pas savoir ce qu'il y a à l'arrière plan de vos symptômes sur la base de quelques lignes, cela se fait idéalement sous la forme d'un suivi psychologique.

                                                                      Vous dites que vos parents refusent que vous voyez une psychologue, mais pourquoi? Vous n'en dites rien non plus.
                                                                      Si c'est une question de prix, sachez qu'à Telme, vous avez la possibilité de consulter un professionnel de manière discrète et avec des prix abordables, vous trouverez tous les renseignements sur ce site.

                                                                      N'hésitez pas à prendre rendez-vous par téléphone.

                                                                      Bien à vous.

                                                                      Ma fille de 9 ans ne veut plus aller chez son père, car il lui donne des fessées, des tapes sur les cuisses, mains, etc. Lui tire les cheveux et les...

                                                                      Ma fille de 9 ans ne veut plus aller chez son père, car il lui donne des fessées, des tapes sur les cuisses, mains, etc. Lui tire les cheveux et les oreilles. Elle s'est plainte aux accueils parascolaires qu'elle a fréquentés (cela dure depuis 2-3 ans). Une des directrice a dénoncé le cas au SPJ qui n'a rien trouvé à redire...j'ai proposé un suivi aux boréales (le père a refusé d'y participer et nous avons dû arrêter). Il laisse mes 2 filles (la 2ème a 6 ans) seules pendant qu'il va faire ses courses (+ de 1h). Il la tape car elle a des 4 à ses évaluations ou quand l'eau de la baignoire déborde (il ne surveille pas le bain); tout est de la faute de l'aînée. J'ai appris certains "événements" par ma cadette, qui se fait plus rarement taper, car le père aurait exigé qu'elle (mon aînée) ne m'en parle pas. Je ne sais plus à qui m'adresser pour améliorer les relations entre mes filles et leur père. Il y a-t-il un autre alternative?

                                                                      Merci d'avance de votre réponse.

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Vous décrivez une situation difficile entre votre fille et son père, vous parlez de coups, de fessées, en somme de maltraitance. La situation a été signalée au SPJ qui n'a rien trouvé à redire, vous avez renoncé au suivi aux Boréales.

                                                                      Le SPJ est le service qui peut intervenir en cas de maltraitance sur mandat du Juge de Paix. Que pensez-vous de leur analyse? Se sont-ils trompés? Votre fille a-t-elle été entendue? 
                                                                      Si vous n'êtes pas d'accord avec leur décision de ne rien entreprendre, il est nécessaire que vous le leur disiez et que vous apportiez des éléments concrets. 

                                                                      Par rapport aux Boréales, il n'est pas clair si vous avez ou non débuté les entretiens, si oui, je vous propose de recontacter la personne qui vous a reçus. Si ce n'est pas le cas, je vous propose encore une fois de recontacter le SPJ.
                                                                      Votre fille se trouve certainement dans un conflit de loyauté au milieu de ses parents, cela serait une raison suffisante pour entreprendre un suivi familial.

                                                                      Le SPJ peut donc insister auprès du père de votre fille pour que cette démarche se fasse, elle pourrait se passer aux Boréales, mais aussi ailleurs.
                                                                      Il peut y avoir un intérêt à engager une démarche qui ne place pas d'emblée le père comme maltraitant, ce qui ne l'aide pas à s'investir. L'essentiel pour vous est d'améliorer les relations et de vous réunir dans l'intérêt de votre fille.

                                                                      N'hésitez pas à réagir à notre réponse.

                                                                      Bonne suite

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                      bonjour, je perds le nord avec mon fils de 13 ans... désintérêt à l'école, remarques, punitions, oublis en nombre ..notes en baisse...fatigue,...

                                                                      bonjour,

                                                                      je perds le nord avec mon fils de 13 ans... désintérêt à l'école, remarques, punitions, oublis en nombre ..notes en baisse...fatigue, flemmardise. addiction aux écran de smartphone, ordinateur, tv...... il pousse tout le monde à bout et se montre extrême dans ses comportements..soi il saute ou court partout dans l'appartement en cassant ou brisant les choses par négligence ou m'en-foutisme. ..soi il est apathique..muet..maussade. Quand j'essaie de l'encadrer , parler, comprendre ou punir...j'ai droit à des remarques, des insultes voilées...ou des fausses mises-en-scène de suicide....fenêtre grande ouverte dsns sa chambre, il fait mine d'avoir sauté mais se cache en réalité dans l'armoire, ou il joue avec un couteau et fait mine de se blesser avec un regard de provocation.

                                                                      Je suis mariée mais au chômage depuis quelques mois. Mon mari travaille à Genève dans la sécurité et rentre tard le soir. Il parle à notre fils mais n'arrive pas non plus à communiquer avec lui. Par contre mon fils n'a pas ce comportement avec lui. Il le craint plutôt. 

                                                                      Nous avons un autre fils de 17 ans, adopté . En apprentissage. celui-ci vit bien son adoption et a trouvé sa place parmi nous.

                                                                      Mon fils de 13 ans est né après l'adoption de l'ainé. Il a toujours suivi et fait ce que son frère aîné faisait, il lui vouait une véritable adoration. Les années ont passé et le fossé s'est creusé entre eux. L'un travaille et devient adulte, l'autre reste un ado à l'école.

                                                                      Il y a une frustration de mon cadet et souvent l'impression qu'il n'est pas aimé ou moins considéré que son aîné.

                                                                      Voilà mon histoire. Merci de vos conseils à venir

                                                                       

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Lorsqu'on se situe par rapport à un gagnant, on ne peut être que perdant. Il est difficile pour votre fils de se sentir confirmé pour lui-même en étant dans la comparaison avec son frère. Comme vous le dites, cela doit être un point essentiel dans la dynamique familiale, je me centre principalement sur cela.

                                                                      La comparaison est devenue implicite, on ne se rend plus compte du fait que si l'aîné est dans l'acquis, l'autre reste dans le "moins", toujours en rattrapage, et problématique. Lorsque la vie quotidienne vient dire par une série de faits répétitifs à quel point l'un "est" ainsi et l'autre comme cela, on ne reconnaît plus l'origine du problème car il n'y a plus que des symptômes. 
                                                                      Votre fils montre de toutes les façons possibles à quel point il doute de sa place.

                                                                      La reconnaissance est le mot clé pour procurer le sentiment d'exister et d'avoir sa place. Mais cette reconnaissance n'est plus ressentie à cause des échanges sur les comportements problématiques qui prennent toute la place. Sur quoi s'appuyer pour "valider" ce qu'il est, puisque ce qu'il fait n'est pas bon, pas adéquat, et on ne voit plus que ça?
                                                                      Il serait aidant de le confirmer dans l'intérêt pour sa personne dans sa globalité, au delà des comportements, ce qui n'est pas simple. Vous lui accordez de l'attention et vous ne verrez peut-être pas actuellement comment faire plus mais je vois une piste du côté du père avec qui la relation semble distante: 
                                                                      Il y aurait dans la relation père-fils un bon support pour restaurer le sentiment d'importance, une importance inconditionnelle justement, une confirmation pour votre fils par la personne qui est le mieux en mesure de la lui donner, tenant compte de cette étape de sa vie.

                                                                      Les comportements de chaque membre de la famille deviennent répétitifs et il n'est pas toujours possible de changer un système de l'intérieur, sans aide. Si vous voyez que vous ne parvenez pas à avancer, je vous encourage à entreprendre une thérapie familiale.

                                                                      Bonne suite

                                                                       

                                                                       

                                                                      bonjour. petit rappel si vous ne conaissiez pas mes derniers messages : je suis une maman celibataire de 30 ans, et je suis en couple depuis 4 mois...

                                                                      bonjour. petit rappel si vous ne conaissiez pas mes derniers messages : je suis une maman celibataire de 30 ans, et je suis en couple depuis 4 mois avec quelqu'un. Je lui avais avoué mes sentiments il y a environ 2 mois, et lui ne m avait rien repondu mis à part "ca me fait plaisir"... Du coup, je ne savais pas ce quil pensait . Au début ça ne me gênait pas, je vivais au jour le jour... et puis jai voulu lui en parler, car ma patience commencait a gronder un peu, je ne savais pas s'il ressentait quelque chose ou non... (Je lui ai dis que quand je ne savais pas ce que quelqu un ressentait ça avait tendance a me freiner un peu dans mes sentiments à la longue, que je sais pas quoi penser, certes que je n attendais rien de lui et je ne lui demandais rien, mais que au bout de plusieurs mois javais quand meme besoin de quelqu un qui exprime ce quil pense (ou non).) // Et il m'a dit : "je suis pas tres expressif par la parole, mais je montre en general quand je tiens a quelqu'un, je viens vers toi, et si je ne tenais pas a vous je ne viendrai pas (il vit à 2h de route), il faudrait que tu cesses de te poser des questions et que tu profites de la relation etc.." . Ensuite la journée a passée, toujours dans la bonne entente (on a 2 caractères assez réservés et patients..) Et du coup, le Lendemain au soir, il a fini par me dire "je taime" a un moment où je ne m'y attendais pas forcément... Je lui ai dis "jespere que tu ne ma pas dit ca parce que je t'en avais parlé avant" et il m'a dit que non, qu'il le pensait vraiment. Ai je bien fait ou pensez vous que je lui ai forcé la main. ? pour vous, le pensait il vraiment ? (je pense que si on n'avait pas eu cette conversation, il aurait mis beaucoup + de temps a le dire , voire pas du tout..." Du coup je ne sais pas si il a dit ça pour me rassurer, ou sil le ressent vraiment... (sachant qu'il me l'a dit le lendemain soir de la conversation...) ?

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME

                                                                      Bonjour,

                                                                      Faire appel à notre cerveau nous rassure, mais parfois au risque de perdre de vue notre monde émotionnel...

                                                                      Nous vous avons déjà répondu dans ce sens lors d'un précédent échange. Le dialogue rationnel est certes utile dans une relation, il permet de clarifier et de fluidifier la communication. 
                                                                      Cependant, lorsqu'il s'agit de sentiments, le lâcher-prise permet d'être pleinement dans la relation à l'autre. D'ailleurs, il est probable que la remarque de votre ami "il faudrait que tu cesses de te poser des questions et que tu profites de la relation" sous-entendait cela...?!

                                                                      Sentez-vous chez vous ce besoin d'être rassurée en analysant ce que vous vivez par une compréhension rationnelle? Nous vous laissons réfléchir aux situations dans lesquelles cette attitude vous est utile, et dans quelles autres circonstances vous pourriez vous en défaire afin d'être connectée à ce qui se passe en vous. Cette manière d'être présente à vous-même et à autrui vous en apprendra certainement davantage sur ce que vous êtes en train de vivre et sur l'authenticité de ce qui est exprimé que toute approche "raisonnable". 
                                                                      D'ailleurs, la relation parent-enfant que vous vivez est en grande partie faite de cela.

                                                                      Nous vous souhaitons de vous laisser vivre les choses plus que de les comprendre!

                                                                       

                                                                       

                                                                      je vit avec mon fils qui a eu ses 18 ans cette annee , il a finit l ecole obligatoire depuis juillet 2014 toujours pas trouver de place d...

                                                                      je vit avec mon fils qui a eu ses 18 ans cette annee , il a finit l ecole obligatoire depuis juillet 2014 toujours pas trouver de place d apprentissage . depuis le mois de juillet cette annee son comportement a change il fume des joints il traine tous les jours il rentre tres tard la nuit , il a des copains que je ne connait pas . depuis 2 mois il dort dehors sans autorisation apres il rentre sans rien dire , je lui ai parler apres une semaine il recommence. je pleure tous les jours je ne comprends pas pourquoi il est comme ça , je ne sais plus quoi faire , j ai 2 fils mon fils ainé il a 25 ans j ai pas eu de Probleme avec , je ne sais pas ou j ai echoué je vis mal tous ça, aidez moi je ne sais plus quoi faire.

                                                                       

                                                                      Notre réponse:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Vous décrivez le comportement problématique de votre fils et votre sentiment d'impuissance. Voilà trois ans de suite qu'il ne réussit pas à entrer dans un apprentissage.
                                                                      Il y a quelque chose à comprendre dans le fait que votre fils n'arrive pas à se lancer. Que s'est-il passé pour que votre fils ne respecte pas le cadre que vous essayez de mettre? Quelle est la position de son père? Comment a-t-il été aidé pour faire des démarches?

                                                                      Je vous pose davantage de questions que je ne vous donne de réponse car ce que vous décrivez de votre fils est le symptôme que quelque chose ne va pas en arrière plan et vous n'en dites rien.

                                                                      Je comprends que vous soyez déçue. Je vous encourage à nous écrire en donnant davantage de détails sur la situation. Comme cela dure depuis longtemps, il est possible que vous ayez besoin d'une aide plus structurée que des échanges par mail.
                                                                      Vous pouvez vous renseigner sur ce site par rapport à notre offre en consultations. Dans tous les cas, que ce soit à Telme ou ailleurs, vous bénéficieriez d'un soutien psychologique et éducatif.

                                                                      Il est toujours possible d'avancer même si la situation est difficile.

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, je m'appele N., résident en suisse depuis cinque ans, divorcé d'um premier mariage e separe depuis un ans de une deuxième relation. Je suis...

                                                                      Bonjour, je m'appele N., résident en suisse depuis cinque ans, divorcé d'um premier mariage e separe depuis un ans de une deuxième relation. Je suis père de un garçon de 14 ans que vie ou Portugal avec sa mère et père de une fie de 5 ans que vie ici en suisse avec sa mère.

                                                                      Depuis un ans je vie seul, et j'ai tre peu d'amis et ma vie est devenue une epreuve très lourde a niveaux psychologique. Ou point de avoir eu des idées noires il a un an en arrière et suit a ça, 2 mois d'internement...

                                                                      En résumé, la mère de ma fie, a trouvé quelque un d autre et je suis tombe dans un trou d'ou je n'arrive pas a sortir... En plus, je voi la mère de ma fie partir ou Portugal pour rejoindre son nouveaux compagnon avec ma fie... Je ne sais pas quand ca va arriver, mais ca sera pour bientôt....

                                                                      A niveau financière depuis tout cette situation, et devenue une catastrophe....

                                                                      En résumé, je suis dans un limite de résistance... Je sent que je perd mon equilibre, mentale... La seule chose que me maintien de bu, c'est mon travail... Mais la tristesse est permanent... J'ai de la honte peur etc. J'ai 41 ans et je suis mal

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour et bienvenue,

                                                                      Nous avons anonymisé votre message afin de protéger votre identité.

                                                                      C'est une situation difficile de voir sa famille s'éloigner ainsi. La maman de votre fille a décidé de rejoindre son nouveau compagnon au Portugal, emmenant avec elle votre fille de 5 ans. Vos deux familles vont vivre dans le même pays, pendant que vous serez en Suisse, pays dans lequel vous vivez depuis seulement 5 ans. Cette situation est triste, nous pouvons le comprendre.

                                                                      Qu'en est-il du lien avec vos enfants, les voyez-vous régulièrement? Quelle relation avez-vous avec votre fils au Portugal? Avez-vous des contacts avec lui? Et avec votre fille? Vos enfants ont peut-être une nouvelle vie de famille recomposée, mais c'est vous qui resterez toujours leur père et vous aurez toujours ce rôle à tenir auprès d'eux.

                                                                      Vous voyez les choses se passer et vous échapper, sans contrôle sur la situation. Vous laisser tomber dans une tristesse sans fin ne vous aidera pas à combler l'éloignement de vos enfants. Quelles perspectives voyez-vous pour garder le lien avec eux? Avez-vous des projets ensemble?

                                                                      La passivité n'amène pas le changement. Pour sortir de ce mal-être qui vous ronge, c'est à vous de décider de votre avenir familial. Que voulez-vous pour votre famille? C'est important que vous vous fixiez des objectifs (dont ceux pour vos enfants) pour que vous sortiez de cette situation de tristesse et d'impuissance.

                                                                      N'hésitez pas à réagir à ce message. Bien à vous.

                                                                      Bonjour, Je suis la mère d'un ado de 16 ans et j'ai 2 points sur lesquels j'ai besoin de conseils svp. M. a eu 16 ans en août. jusqu'à 16 ans je lui...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Je suis la mère d'un ado de 16 ans et j'ai 2 points sur lesquels j'ai besoin de conseils svp.

                                                                      M. a eu 16 ans en août. jusqu'à 16 ans je lui donnais le droit de sortir jusqu'à 22h30- 23h. Depuis 16 ans, jusqu'à minuit et demi.

                                                                      Il dort parfois chez des amis et j'exige un tél préalable avec les parents.

                                                                      Suite à quelques conflits, il revendique plus de liberté. Il fréquente des amis qui sont un peu plus âgés et qui ont l'air de pouvoir faire ce qu'ils veulent....Il demande à pouvoir aller à des soirées qui commencent vers 23h... il aimerait pouvoir dormir chez des amis si cela se présente (parfois en l'absence de parents) sans que je téléphone aux parents. Il demande que je luis fasse confiance en lui laissant carte blanche et qu'au moindre faux pas, je resserre la bride.

                                                                      Voilà ce que je pense lui dire : ok pour 1h du matin le vendredi et samedi, avec possibilité plus tard en cas de soirée spéciale si je sais où (mais quelle heure de rentrée à accorder maxi ?) et pour dormir chez des amis, garder l'obligation d'avoir un contact avec les parents de ceux-ci. Mis à part 3 ou 4 fois où à 23h il a essayé de négocier d'aller à des soirées ou dormir ailleurs, il a toujours respecté les heures de rentrées.

                                                                      Depuis l'été 2016 il a commencé un apprentissage et cela se passe bien. Il a un scooter depuis peu.

                                                                      Mon deuxième souci est qu'il fume des joints. Cela fait au moins 2 ans qu'il a commencé à mon avis (en plus de la cigarette qu'il consomme régulièrement maintenant). Nous arrivons depuis quelques temps à en parler ouvertement. Je suis très inquiète. Lui rigole en me disant que c'est juste un peu le week-end et que ce n'est rien par rapport à la moyenne... Il boit aussi de l'alcool, mais n'est jamais rentré dans un état inacceptable. Je lui ai dit dernièrement que s'il fume toujours dans 6 mois, je veux qu'il consulte. Il trouve que j'exagère tout et dit qu'il sait parfaitement ce qu'il fait.

                                                                      Nous parlons de cela sans tabou et je fais la prévention du mieux que je peu...

                                                                      Il a un fort caractère et tendance à l'opposition pour tout et surtout se braque face à l'autorité. Il peut être assez violent dans ses réactions quand on lui dit non. Je suis divorcée et il vit principalement avec moi (et je sens que je ne fais plus le poids). Son père est peu impliqué dans l'éducation. Soit il le laisse tout faire, soit il l'engueule. Nous avons prévu une réunion les 3 dans une semaine afin d'écouter M. dans ses besoins et de lui rappeler nos attentes et les règles.

                                                                      J'aimerais avoir vos conseils et avis en matière de "règles" à mettre en place svp.

                                                                      Avec mes remerciements et meilleurs messages.

                                                                       

                                                                      Bonjour et bienvenue,

                                                                      Nous avons anonymisé les données de votre question puisqu'elle peut être lue par les internautes.

                                                                      Vous êtes dans une étape continue de pose de cadre pour votre adolescent qui exerce une forte pression pour obtenir ce qu'il veut. Vous résistez et c'est très bien, vous posez des limites claires. Ce n'est pas facile de gérer principalement seule un adolescent.
                                                                      Il semble plein d'énergie et de compétences, mais vous réalisez qu'il faut garder le cap et le dialogue, ce qui n'est pas simple. 

                                                                      Votre projet de rencontre à trois est une bonne chose, le fait que le père soit plus présent serait une façon d'aider votre fils à rester dans un certain cadre et pour vous de porter moins. Vous pouvez reprendre certaines questions, par exemple:
                                                                      Que fait-on avec le problème de consommation?
                                                                      Les réactions violentes sont-elles acceptables?
                                                                      Pourquoi faudrait-il ne plus contacter les parents des autres?

                                                                      Il est plus intéressant et efficace d'aborder les choses sous forme de questions plutôt que d'affirmations, les affirmations provoquent des réactions alors que les questions suscitent la réflexion. Cela éviterait que l'échange devienne trop conflictuel et aiderait votre ex-mari à sortir de la dynamique adhésion/colère. Vous pouvez donc l'aider dans ce sens en ouvrant la porte aux initiatives.

                                                                      Ensuite il faudrait parvenir à un choix sur lequel on se met d'accord tous ensemble, et on se revoit.

                                                                      Pouvez-vous aborder globalement les problèmes que vous rencontrez avec votre fils en présence de son père? 
                                                                      Pour réintroduire le père, ce qui n'est jamais trop tard, il faut un dialogue ouvert et éviter de se trouver pris dans des secrets qui ne permettraient pas une vraie réflexion. Si certaines choses doivent rester entre votre fils et vous, et si ce n'est pas problématique, ce serait bien d'en parler avant la rencontre.

                                                                      Une plus grande implication du père représente des avantages non seulement pour la question du cadre, mais aussi parce que le fait que son père s'investisse est en soi positif pour votre fils. Finalement, au lieu d'en faire toujours plus, votre idée d'élargir le débat et de réactiver les ressources paternelles complémentaires semble la piste la plus intéressante pour vous et pour votre fils.

                                                                      N'hésitez pas à en reparler si nécessaire.

                                                                      Bonne suite

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour! Je suis gymnasienne en 3e année et je vais avoir 18 ans. Mon problème : Je pense beaucoup trop et je me pose tout le temps des questions, ce...

                                                                      Bonjour!

                                                                      Je suis gymnasienne en 3e année et je vais avoir 18 ans. Mon problème : Je pense beaucoup trop et je me pose tout le temps des questions, ce qui est exténuant. Je ne sais pas si c'est normal ou si j'ai une "surefficience mentale" ou un HP. J'ai beaucoup lu sur les "zèbres" mais je suis toujours douteuse par rapport à moi-même. Depuis un peu plus de 6 mois, je suis déprimée. J'ai alerté mes parents (car je m'inquiétait de ma santé mentale) et depuis 1-2 mois, je vais chez le médecin pour faire une "thérapie cognitivo-comportementale", mais pourtant je ne crois pas que ce soit là le problème. J'aimerais quelqu'un qui puisse me comprendre et me donner des conseils pour faire avec ses pensées.

                                                                      Je sais aussi que l'adolescence est un passage difficile donc c'est peut-être juste ça.

                                                                      Quoi qu'il en soit, je voulais savoir s'il est possible de passer un test de QI par votre association.

                                                                      Merci beaucoup pour votre réponse.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme

                                                                      Bonjour ,

                                                                      Un flot de pensées qui ne semble jamais s'arrêter a de quoi exténuer, c'est compréhensible!

                                                                      Les questions que vous vous posez sur vous-même n'ont a priori rien d'anormal. Vous vous trouvez dans une étape de votre vie où le processus de quête identitaire et les questions existentielles sur "comment être au monde" (quelle place, quels rapports aux autres, quelles responsabilités,..) s'avèrent incontournables pour nombre d'individus.

                                                                      S'accorder un espace de réflexion sur soi est une bonne chose, car cela vous permet sans doute de canaliser vos pensées tout en bénéficiant d'un regard extérieur et d'une aide à la clarification.
                                                                      A vous de sentir si l'approche thérapeutique en question répond à vos besoins!

                                                                      Notre association ne propose pas d'évaluation de QI, mais un lieu où l'individu est considéré de façon systémique, dans sa complexité et ses ressources.

                                                                      Connaître votre potentiel cognitif apaiserait peut-être certains de vos doutes, mais cette étape de votre vie peut aussi être l'occasion d'avancer dans la découverte de votre champ émotionnel, de votre histoire familiale, de votre positionnement par rapport aux autres et au monde, et bien d'autres aspects de vous-même qui sont indissociables et font que vous êtes aujourd'hui cette personne en évolution!

                                                                      Nous vous souhaitons une belle exploration et restons à disposition si vous souhaitez reprendre contact.

                                                                      Bien à vous

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour Telme, Je suis en couple avec un garçon de 26 ans, depuis 3 ans. Globalement, je suis heureuse avec lui, j'ai du plaisir à passer du temps...

                                                                      Bonjour Telme,

                                                                      Je suis en couple avec un garçon de 26 ans, depuis 3 ans. Globalement, je suis heureuse avec lui, j'ai du plaisir à passer du temps avec lui et nos différentes vacances se sont très bien passées pour tous les deux je crois.

                                                                      Nous habitons à 1h de transport public l'un de l'autre, moi dans mon appartement et lui dans sa famille avec sa soeur et son père.

                                                                      Il y a entre nous quelques problèmes de communication, p.ex. le fait que j'aie de la peine à exprimer "sur le vif" mes désaccords, mais nous en sommes tous les deux conscients et j'essaie d'y travailler même si ça m'est très difficile.

                                                                      Il y a deux semaines, nous nous sommes disputés plus fort que d'habitude: je me suis fâchée parce qu'il m'a dit qu'on ne pourrait pas se voir pendant la semaine qui venait car il avait trop de travail et d'obligations personnelles. Puis après quelques jours, j'ai appris par lui-même (!) qu'il avait été à 3 soirées (dont un apéro de "boulot", un repas chez ses grand-parents et la fête de départ d'un voisin). J'étais folle de rage, parce que ce n'est pas ce que j'appelle "trop de boulot" et je lui reprochais de ne pas savoir s'organiser ni mettre des priorités.

                                                                      C'était la première fois que j'exprimais ma colère de manière aussi claire face à lui. Ce que je ne lui ai peut-être pas dit, mais qui au fond m'inquiétait et me blessait le plus, c'est que j'avais l'impression qu'il préférait passer du temps avec d'autres personnes (collègues, famille, voisin) qu'avec moi.

                                                                      Honnêtement, je ne crois pas être spécialement possessive ou jalouse, mais je reconnais que j'aime qu'il me montre son attachement, ça me rassure (qui n'aime pas ça?).

                                                                      Bref, au cours de cette dispute, il m'a brutalement proposé qu'on habite ensemble (qu'il vienne habiter dans mon appart), ce qui m'a beaucoup étonnée parce qu'on ne l'avait jamais évoqué auparavant. Je n'ai pas trop su quoi lui répondre, hormis que sa proposition tombait à un drôle de moment d'après moi, et qu'il faudrait en reparler plus tard.

                                                                      Seulement aucun d'entre nous n'a reparlé de cette proposition depuis. D'un côté j'aurais très envie qu'on habite ensemble, parce que j'ai l'impression qu'on partagerait plu de "vie quotidienne" ensemble (s'endormir, se réveiller ensemble, cuisiner, faire les courses, zoner sur le canapé, etc.); d'un autre côté ça me fait très peur parce que j'ai peur que les conflits qu'on a actuellement sur la communication, le temps qu'on consacre l'un à l'autre, notre organisation pour se voir et faire des choses ensemble, ne fassent qu'empirer une fois dans le même appartement.

                                                                      Qu'en pensez-vous? De quelle manière juger le fait d'emménager ensemble? Faut-il attendre que "tout se passe bien" dans notre couple et qu'il n'y ait plus de conflit "actuel" pour passer le pas? Ou bien faut-il se lancer parce qu'on s'aime et qu'on se sent bien ensemble, et avoir confiance en nous pour faire face aux conflits "actuel" et "futurs"?

                                                                      Merci beaucoup de votre aide et des pistes que vous pourrez me donner.

                                                                      PS: j'ai bien conscience qu'il faut en parler avec mon copain, c'est le plus important, mais peut-être pourrez-vous m'aider à y voir un peu plus clair avant de relancer le sujet? Merci beaucoup

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme

                                                                      Bonjour,

                                                                      Comme vous le pressentez, la décision de cohabiter avec votre copain ne serait ni une garantie de confort et de non-conflit, ni une assurance de durabilité de votre couple sous prétexte que la vie de l'autre est "sous contrôle"!
                                                                      Habiter ensemble ne devrait pas être une fin en soi, mais une étape de votre processus de développement personnel et de couple.

                                                                      Pouvoir exprimer ouvertement ce que vous ressentez est certes une étape positive...votre part d'apport à la communication de votre couple (votre 50% en quelque sorte!), mais cela ne signifie pas que cela résoudra tout. En effet, il reste la part de votre ami (son 50% à lui), sa réaction à ce changement chez vous.....cela reste à discuter et à inventer entre vous! 

                                                                      Comme tout choix de vie, la décision d'habiter ensemble comporte une part de risque puisque l'aventure de l'existence est par nature faite d'imprévisible, de changements et d'ajustements permanents.
                                                                      Nul besoin donc d'attendre que "la météo soit au beau fixe"entre vous pour vous lancer!
                                                                      En revanche, aborder vos besoins personnels et la vision que chacun de vous a de la vie à deux...en d'autres termes convenir ensemble de "moments canapé", non pas pour vous laisser porter par la vie et l'acquis, mais pour réactualiser régulièrement votre relation...hors conflit...voilà une manière de poursuivre votre développement personnel tout en prenant soin de votre couple!

                                                                      Je vous souhaite le meilleur et n'hésitez pas à réagir à notre échange!

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour,  Je ne suis pas certaine de savoir ce que je recherche en envoyant ce message. Je suis une jeune femme de 30 ans qui ne sait plus où elle en...

                                                                      Bonjour, 

                                                                      Je ne suis pas certaine de savoir ce que je recherche en envoyant ce message. Je suis une jeune femme de 30 ans qui ne sait plus où elle en est.

                                                                      Je me sens si seule. J'ai toujours cette impression que l'on ne m'apprécie pas lorsque je suis avec la plupart des amis et collègues, que l'on parle dans mon dos. Je suis également en règle générale toujours déçu de mes amis. Je crois que je n'intéresse personne.

                                                                      Je ne sais pas si je suis à ma place dans ma vie. Dois-je rester dans mon boulot? Déménager? L'herbe est elle plus verte ailleurs? Serais-je heureuse ailleurs? Si je devais mourir demain, est-ce que je serais "contente" d'avoir fait ce que j'ai fais de ma vie?

                                                                      Célibataire depuis longtemps, je ne sais plus quoi faire. Sortir est difficile lorsque son cercle d'amis est soit marié soit avec des enfants soit les deux. J'entends déjà les personnes en couple: " ah mais c'est facile tu vas boire un verre, tu fais des activités, tu peux faire du sport". Ma réponse est qu'il faut être un minimum honnête: combien de nouvelles personnes rencontrez vous lorsque vous sortez? Généralement vous n'êtes pas seul, enfin en tout cas je ne me vois pas allé boire un verre seule, du coup vous ne vous intéressez pas aux autres. Internet? j'ai essayé mais je trouve cela tellement "plat". J'aimerais rencontrer un homme qui m'aime, que j'aime, partager des choses ensemble, être importante pour lui, avoir des discussions, avoir son avis....

                                                                      Je n'ai plus de motivation pour me faire jolie (d'ailleurs est ce que j'y arriverais? les derniers compliments que j'ai reçu datent d'il y a bien longtemps). Trop grosse à mon goût, je n'arrive pas à trouver la motivation qui me permettrait de maigrir et recouvrir un peu de confiance en moi. M'imaginer avoir des rapports sexuels avec tous ces bourrelets m'est inimaginable.

                                                                      Je suis une personne franche, du coup j'ai l'impression de passer pour la nana qui ne fait que critiquer. J'avoue tout de même que je critique souvent tout et n'importe quoi. En plus de cela je suis une grande raleuse, généralement dans ma "barbe", mais cela me fatigue.

                                                                      J'aimerais être une personne sympathique,drôle, positive, toujours de bonne humeur et motivée. Au lieu de cela j'ai l'impression d'être de plus en plus l'ombre de moi même et de me renfermer. Je ne sais pas quoi faire.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme

                                                                      Bonjour,

                                                                      Vous semblez déçue des autres, de vous-même, ça doit être bien difficile de se sentir aussi déprimée. Chaque occasion d’entreprendre quelque chose est pour vous une opportunité de répéter à quel point ça n’en vaut pas la peine, que ça ne marchera pas…

                                                                      Il y a un avantage avec cette façon de voir les choses, vous vous protégez de toute forme de perturbation, vous ne courrez pas de risque, il y a un certain confort dans la défaite, on est en bas et on y reste, à la fin c’est tranquille. 

                                                                      Qu’en pensez-vous ?

                                                                      En effet vous ne posez pas vraiment de question, vous décrivez votre non envie de tout. Mais on dirait qu’au fond de vous, même si vous vous économisez, vous savez que vous perdez votre temps. Le sujet vaut donc la peine d’être abordé, il y a en vous une motivation mais elle se bat avec un défaitisme très ancré comme un gros fauteuil mou dont on ne peut pas se séparer.

                                                                      La décision vous appartient car vous pourriez rester ainsi longtemps sans que rien ne change. Même si cela peut arriver, il n’est pas sûr que quelqu’un vienne vous sortir de cette morosité sans que vous donniez davantage de vous-même (où sont les princes charmants ???).
                                                                      Si vous voulez changer votre vie, vous devrez risquer d’autres défaites avant de parvenir enfin à trouver ce qui vous fera vivre avec intensité.

                                                                      Nous vous souhaitons bonne chance pour ce processus aléatoire et parfois compliqué qui mène à se réaliser soi-même.

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                       

                                                                       

                                                                      Bonjour, je suis séparée de mon conjoint depuis un peu plus d'un mois. Notre fille de 4ans vient de rentrer d'1 sem de vacances avec son papa et lors...

                                                                      Bonjour, je suis séparée de mon conjoint depuis un peu plus d'un mois. Notre fille de 4ans vient de rentrer d'1 sem de vacances avec son papa et lors du coucher, me raconte : que maintenant, avec papa, on se fait des bisous sur la bouche, on peut, à l'hôtel, papa veut et moi aussi....?!?!?! Je suis un peu perdue, surtout que nous étions tout à fait d'accord sur le fait que nous ne ferions pas cela, il m'avait même dit qu'il trouvait que c'était un non respect vis à vis de l'enfant...!!!

                                                                      J'ai expliqué à ma fille qu'il pouvait arriver de s'embrasser sans faire exprès sur la bouche, que cela n'était pas grave, mais que ces bisous sont pour les amoureux, pas pour un adulte et un enfant... Elle m'a répondu : une fois on s'est trompé, mais après on se trompait à chaque fois...

                                                                      Franchement, je n'ai pas dormi de la nuit, qu'en pensez-vous ? Le mieux serait de réagir de quelle façon ? Je pense en parlant avec le papa, mais ça risque de tourner au vinaigre ou va peut-être me dire que c'est notre fille qui exagère, ce que je ne pense pas, car elle m'a vraiment parlé de cela spontanément et elle ne faisait pas du tout cela avant !

                                                                      D'avance merci.

                                                                      Salutations.

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme

                                                                      Bonjour,

                                                                      Ce qui serait le plus problématique serait de voir votre fille au milieu d'un conflit entre ses parents en fonction de ce qu'elle transfère comme information de l’un à l'autre.
                                                                      Effectivement c’est dommage lorsque les relations tournent au vinaigre, mais c’est surmontable si l’enfant n’y est pas.

                                                                      Certains parents ont des limites plus floues que d’autres au plan des contacts physiques. Le fait de faire une bise sur la bouche n’est pas rare, ce n’est pas pour autant adéquat, ce n’est pas non plus sur le versant de l’abus.
                                                                      Nous comprenons bien que ce petit jeu qui s’est installé entre votre fille et son père vous dérange.

                                                                      Vous avez raison, la seule piste est d’en parler au papa.
                                                                      Vous pourriez partager avec lui comme point de départ deux objectifs : le premier est de ne pas faire porter à votre fille la responsabilité de continuer ou pas à faire des bisous sur la bouche, le deuxième est d’entamer un débat de fond en acceptant une part de conflictualité pour autant que ce soit orienté sur l’intérêt de l’enfant (à dissocier d’un règlement de comptes entre adultes).

                                                                      Globalement, prenez un peu de distance par rapport aux faits qui sont des choses ponctuelles pour rechercher ensemble une cohérence qui mettra votre fille à l’aise, confortable entre ses deux parents.

                                                                      N’hésitez pas à réagir à ma réponse.

                                                                       

                                                                      Telme

                                                                      bonjour. je suis désolée mais j ai du re créer un compte parce que mon identification ne marchait plus, et de + j'ai changé d email pour raisons...

                                                                      bonjour. je suis désolée mais j ai du re créer un compte parce que mon identification ne marchait plus, et de + j'ai changé d email pour raisons personnelles. je suis anciennement "maman20122013" . Je vous écris car j ai un questionnement. Pour rappel je suis maman celibataire , à l'aube de la trentaine, et je suis en couple depuis 2.5 mois avec un homme de mon age qui accepte bien mon jeune enfant. (je le conaissais un tout petit peu avant, car c est l ami d un cousin). Hier je lui ai avoué avoir des sentiments pour lui. Je ne suis pas non plus "folle amoureuse" mais j'ai quelques sentiments qui, petit à petit, se sont un peu développés, du coup je me suis dis "cela fait 2 mois passés, dis lui". Il m'a dit que ça lui faisait plaisir, et que c'était tant mieux si j'etais sincère. Par contre il ne m'a pas répondu. Du coup je ne sais pas ce quil ressent, mais je n ai pas envie non plus de lui "forcer la main" en lui demandant. En effet , il m'a expliqué un jour qu'il n'avait pas dit ce mot a certaines ex-compagnes lorsqu'il n était pas amoureux, pour ne pas être malhonnête justement. Donc j hesite : ne plus lui parler de mes sentiments et ne plus lui dire je t aime tant que LUI ne m'en parle pas ;// ou lui dire que je l'aime encore une fois (impression d etre collante) mais il va se sentir obligé de dire "moi aussi" et ça je ne veux pas... Je sais que je me pose peut etre pas mal de questions mais jai 30 ans et pour moi ce sujet n est pas un jeu. De + je me demande sil n'ose rien me dire car il n ose pas, ou bien sil ne me dit rien car tout simplement, il est attaché mais pas amoureux...,?


                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour,
                                                                      La création d'un nouveau compte est une procédure normale dans le cadre de notre nouveau site.

                                                                      Concernant votre question, en disant "je n'ai pas envie de lui forcer la main", vous tenez une piste de réflexion essentielle. ENVIE et LIBERTE sont sans doute des amorces de réponse...
                                                                      Exprimer vos sentiments ne doit pas vous mettre dans une position d'attente de la réciproque de la part de cet homme, car vous risquez alors de perdre toute spontanéité et de calquer votre comportement sur l'autre en vous perdant de vue.
                                                                      Or, la rencontre amoureuse ne peut se réaliser si on ne laisse pas la magie opérer, ce qui implique de lâcher prise.

                                                                      Et si justement vous vous permettiez, avec l'expérience et la liberté de vos 30 ans, d'aborder l'amour comme un jeu sans gravité?!...qui sait, cela ouvrira peut-être des champs d'exploration et de découverte intéressants, sans pour autant perdre de vue vos valeurs....

                                                                      Bonne réflexion!

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, C'est une sorte de grand pas pour moi, là. Je décide enfin à peut-être chercher de l'aide. J'ai peut-être une vie qui peut paraître bien,...

                                                                      Bonjour,

                                                                      C'est une sorte de grand pas pour moi, là. Je décide enfin à peut-être chercher de l'aide.

                                                                      J'ai peut-être une vie qui peut paraître bien, j'ai pas eu de soucis familiaux, et à part un peu de harcèlement scolaire au collège, pas d'énormes soucis relationnels. J'ai peu d'amis, mais je les chéris du plus profond de mon coeur. C'est l'une de mes amies très proche qui m'a conseillé de vous contacter.

                                                                      Je suis mal. Je n'ai plus rien envie de faire, j'ai tout le temps envie de dormir, juste de rester chez moi et de ne parler à personne. De me rouler en boule sous mes couvertures et de pleurer.

                                                                      Il m'arrive de me scarifier, rien de très "grave". Je veux dire par là que les marques disparaissent en à peine plus d'une semaine.

                                                                      Je ne sais plus où j'en suis.

                                                                      Cela fait pas mal de temps que je me dis que ça va aller mieux, mais ça a plutôt tendance à empirer. J'ai eu un moment de relative quiétude pendant ces vacances d'été, libérée de toute source de stress, mais avec la rentrée universitaire et le retour des délais, des attentes, des cours et de tous ces horaires, je me sens de plus en plus angoissée. Je me lève toujours à contrecoeur, quand bien même la filière que j'ai choisie me plaît et m'intéresse.

                                                                      J'en ai assez de ce sentiment. Il m’empêche simplement d'apprécier tout ce que je fais.

                                                                      Je n'ai pas l'impression que ce sentiment est lié à quoi que ce soit de rationnel. Il y a des gens qui vivent pire et qui vont bien. J'ai l'impression de ne pas avoir le droit d'être mal. Je culpabilise d'être mal, et ça en rajoute une couche. Mais je suis mal, ça va mal, j'ai parfois juste envie que tout s'arrête.

                                                                      Je ne veux pas causer de problème ou de soucis à qui que ce soit, donc je n'ai vraiment parlé de ça à personne. J'ai essayé de consulter une psy, mais je n'ai pas réussi à lui dire ce qui me pesait vraiment sur le coeur. Je ne veux pas que mes parents ou mes amis se fassent du souci pour moi, je ne le mérite pas. Je ne veux pas non plus passer pour "l'ado cliché qui se plaint tout le temps et qui se croit intéressante".

                                                                      Ce message est vraiment confus, je suis désolée.

                                                                      Je ne sais plus quoi faire.

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de Telme:

                                                                      Bonjour,

                                                                      C'est difficile de se sentir mal sans savoir pourquoi...
                                                                      Vous avez raison de demander de l'aide et de chercher à comprendre ce qu'il se passe pour vous.

                                                                      Il est vrai que l'on peut ressentir un mal-être alors que d'un point de vue extérieur tout devrait aller bien. Ne banalisez pas, ce que vous ressentez au plan émotionnel n'est pas contestable, ce n'est pas une illusion, c'est votre réalité.
                                                                      Et pourquoi n'inquiéter personne?

                                                                      Parfois la façon de réagir au problème devient le problème. Vous renfermer et vivre votre mal-être de façon cachée ne vous aide pas, cela vous isole alors que vous avez besoin de vous sentir comprise, rejointe par les autres. Est-ce que vous parlez à vos amis de ce que vous ressentez?

                                                                      Consulter chez un psychologue est la meilleure option pour faire un travail sur soi et sortir d'un problème qui s'installe; le fait que vous n'ayez pas pu vous exprimer ne devrait pas vous empêcher de reprendre le suivi, au contraire. Ce serait utile d'aborder directement votre difficulté à exprimer ce que vous ressentez, votre psychologue prendra le temps de vous aider à y arriver.

                                                                      Comme je l'ai dit plus haut, c'est aussi cela le problème, il ne se traite pas d'un coup.

                                                                      De même, la question du mérite et de la confiance en soi peuvent être abordées dans un cheminement qui nécessite du temps, mais cela en vaut la peine.

                                                                      N'hésitez pas à réagir à cette réponse.

                                                                      Bien à vous.

                                                                      Bonjour, Je me questionne sur l'heure de rentrée pour une enfant de 10 ans? Je suis assez stricte la semaine avec ma fille de 10 ans (rentrée à 18h)...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Je me questionne sur l'heure de rentrée pour une enfant de 10 ans?

                                                                      Je suis assez stricte la semaine avec ma fille de 10 ans (rentrée à 18h) mais toutes ses copines restent au moins jusqu'a 20h dehors...

                                                                      Dernièrement je me rends compte que ma fille commence à être mise de côté à cause de ça...

                                                                      Ma fille est très obéissante et sage.

                                                                      Pensez-vous que je devrais la laisser plus longtemps avec ses copines? Je ne voudrait pas qu'elle soit ensuite mise de côté par ma faute...

                                                                      Ses copines sont aussi assez tranquilles.

                                                                      Merci d'avance

                                                                      Réponse de TELME

                                                                      Bonjour,

                                                                      La loi indique que les jeunes entre 10 et 12 ans sont autorisés à fréquenter les établissements publics jusqu'à 18h. Au-delà de cette heure, une autorisation écrite du parent est demandée. Vous n'êtes donc pas en tort au niveau de la loi.

                                                                      Faites-vous confiance en tant que parent. Discutez avec les parents des amies de votre fille afin de vous mettre d'accord sur une heure de rentrée. Nous vous encourageons à en discuter également avec votre fille en lui expliquant que les limites que vous posez sont là pour sa sécurité. Une relation de confiance réciproque entre votre fille et vous peut vous aider à diminuer vos inquiétudes. Avec les éléments que vous indiquez (votre fille est sage et obéissante, et ses amies sont tranquilles) et en communiquant avec le père de votre enfant et d'autres parents, vous pourrez discuter de l'éventualité d'élargir le cadre en étant rassurée.

                                                                      Bien à vous,

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour Je suis mariée et j'ai 2 enfants de 27 et 21 ans. J'ai besoin de conseils concernant ma fille aînée. Elle voyage depuis des années. Vit...

                                                                      Bonjour

                                                                      Je suis mariée et j'ai 2 enfants de 27 et 21 ans.

                                                                      J'ai besoin de conseils concernant ma fille aînée.

                                                                      Elle voyage depuis des années. Vit actuellement en Allemagne une partie de l'année. Elle a vécu sur tous les continents et malgré tout nous avons réussi à rester proche. Elle n'hésite pas à appeler à l' aide s'il le faut. Vient nous voir régulièrement. Nous allons la voir aussi. Internet est là. Nous avons des contacts plusieurs fois par semaine. Et disons-le nous sommes fiers de son parcours.

                                                                      Il y a quelques mois elle nous a annoncer le désir de se marier avec son compagnon (depuis 3 ans) afin de cesser les allées et venues entre l'Europe et l'Amérique du Sud. Ils se marient plus par confort que par envie, mais en semblent heureux. Son ami faisant déjà parti de notre famille nous avons compris et été heureux de cette nouvelle étape de vie...et attendions la suite... Prêt à nous déplacer où bon leur semblerait.

                                                                      Le problème...il n'y a pas de suite. Ils ont décidé de le faire tout seuls. Sans famille. Sans parents. Sans même son frère adoré.

                                                                      Il est clair que connaissant notre fille, nous n'avions aucune attente "traditionnelle". Mais comment peut-on se marier sans ses parents ?

                                                                      Pourquoi accourir en cas de malheur mais ne pas vouloir partager un moment de bonheur ?

                                                                      Je lui ai parlé de mes sentiments, mais elle dit simplement je ne la comprends pas. Que c'est juste une formalité...

                                                                      Nous en avons beaucoup parlé avec mon mari et notre fils. Et même s'ils sont plus zen que moi, nous n'avançons pas.

                                                                      Elle va revenir à la mi-septembre.

                                                                      Son "mari" suivra quelques semaines plus tard. Comment en parler et avancer ? Comment accepter ?

                                                                      Et notre entourage.... Je n'arrive pas à en parler, car je sais que les questions vont fuser... Comment aborder le sujet de façon...." dédramatisante"?

                                                                      D'avance je vous remercie de votre aide, j'ai essayé de faire court ... mais c'est raté.

                                                                      Avec mes meilleures salutations.

                                                                      Cordialement

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME

                                                                      Bonjour,

                                                                      "On ne peut donner que deux choses à nos enfants : des racines et des ailes". 

                                                                      Vous avez su garder une cohésion familiale et vous êtes restés très proches les uns des autres, malgré la !distance géographique avec votre fille aînée. Votre cercle familial constitue un socle sûr et solide pour vos enfants, qui ont pu trouver les "racines" nécessaires à leur épanouissement.

                                                                      Le fait que votre fille souhaite célébrer son mariage en comité restreint montre aussi que vous avez su lui donner une base assez sécurisante pour qu’elle puisse prendre son "envol" et assumer ses choix d'autonomie.

                                                                      Dans votre statut de parent, on peut comprendre que vous soyez troublée et touchée par cette situation. Vous attribuez une connotation affective à cet événement. Mais il est probable que votre fille ne donne pas la même signification à cette étape de vie. Selon vos propos, ce n’est qu’une formalité pour elle : le fait de vouloir partager ce moment avec son mari n’est pas synonyme de rejet ou d’abandon à votre égard. Le lien de confiance que votre fille entretient avec sa famille pour pouvoir décider de vivre cela dans l’intimité en dit plus, selon nous, que la décision elle-même.

                                                                      De plus, si votre fille et son conjoint souhaitent être seuls au moment où ils se marieront, cela n’empêche pas de pouvoir marquer l'événement en famille par la suite, qu’en pensez-vous ?

                                                                      Être parents, c'est un lâcher-prise perpétuel, quel que soit l'âge de notre enfant. En respectant la décision de votre fille, vous lui transmettrez également un message de confiance qui induit qu'elle est compétente pour assumer son statut d'autonomie. Prendre un autre angle de vue vous permettrait de voir la dimension positive de cette situation et de la vivre plus sereinement.

                                                                      Les liens affectifs au sein de votre famille sont bel et bien présents, et c'est là l'essentiel!

                                                                      Bien à vous

                                                                      Bonjour Je suis le beau-père de deux filles de 13 et 8 ans Celle de 8 ans nous mène la vie dure et il semble que sa psy démissionne Cet enfant...

                                                                      Bonjour

                                                                      Je suis le beau-père de deux filles de 13 et 8 ans

                                                                      Celle de 8 ans nous mène la vie dure et il semble que sa psy démissionne

                                                                      Cet enfant présente un trouble de comportement alimentaire et nous luttons au quotidien pour limiter sa prise de poids (42kg déjà)

                                                                      Cet enfant change d'avis constamment, ment, provoque et défie puis pleure comme un bébé

                                                                      Elle cherche sans cesse les limites et malgré toute notre bonne volonté on commence à craquer d'autant plus que son père a totalement renoncé à son rôle et cultive une haine féroce contre son ex femme

                                                                      Cet enfant le sait et attends que son papa change mais il ne peut pas évoluer sans aide et il refuse de reconnaître qu'il va mal depuis la séparation

                                                                      Ce père ne téléphone jamais pour prendre des nouvelles et ne s'intéresse pas à sa fille vu qu'elle fait caprice sur caprice

                                                                      Il ne sait pas se faire obéir et elle en fait qu'à sa tête chez lui au désespoir de sa grande sœur de 13 ans

                                                                      Comme beau-père je suis au quotidien au front avec sa maman et c'est dur

                                                                      Une grosse qui provoque, se fâche, tape le chat, veut toujours manger, tape sa grande sœur, fait bêtise sur bêtise puis semble tout oublier par tranche de 10 minutes... Et après avoir épuisé son monde elle vient... Demander un câlin c'est trop

                                                                      J'ai une fille de 8 ans et elle me dit ne pas comprendre le comportement de sa belle-sœur

                                                                      C'est si dur que le départ en vacances chez son père a été vécu comme un soulagement

                                                                      A peine arrivée chez lui elle en fait à sa tête et refuse de se laver etc...

                                                                      On a parlé aux profs, on passe du temps avec elle on l'écoute on lui parle

                                                                      Elle fait du sport mais rien n'y fait... Elle est insupportable

                                                                      Des pistes? Merci de m'avoir lu

                                                                      Le métier de maman et de papa c'est dur, et beau-papa c'est pas un cadeau non plus 

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME :

                                                                      Bonjour et bienvenue,

                                                                      Votre belle-fille de 8 ans a un comportement insupportable, elle provoque rejet de la part des adultes, et elle devient probablement encore plus insupportable du fait du rejet qu'elle ressent.

                                                                      Vous vous trouvez dans une circularité négative dont il est difficile de sortir.

                                                                      Vous nous donnez suffisamment d'éléments pour permettre de comprendre que son mal-être a des causes multiples et identifiables. Le conflit parental est certainement très difficile à vivre pour elle, la négligence de son père et son incapacité à se positionner peuvent être vécus aussi comme une forme de rejet.

                                                                      Votre belle-fille est prise dans un scénario qu'elle réalimente malgré elle, à l'image de la nourriture.

                                                                      Vous ne parlez pas du positionnement de sa mère et c'est vous son beau-père qui nous écrivez, qu'en est-il de leur relation?

                                                                      Nous relevons qu'il y a beaucoup de pistes à travailler sur plan relationnel, avec les parents, sa soeur qui est un "bon objet", et vous le beau-père, qui avez votre importance dans le système.
                                                                      Il s'agit bien d'un système et c'est sous cet angle que nous vous proposons une piste.

                                                                      Concrètement, vous pourriez entreprendre une thérapie familiale systémique, ce qui implique que vous allez travailler en famille avec le/la thérapeute sur les aspects relationnels entre chacun de ses membres et en lien à votre belle-fille en particulier. Comme la relation est très tendue entre le père et la mère, le setting thérapeutique s'adaptera à cette circonstance pour qu'il soit possible de travailler avec tous.
                                                                      Par exemple, un travail peut être fait avec père et fille, séparément et en parallèle à ce qu'il se ferait avec vous. 

                                                                      Il arrive bien sûr que les confits s'apaisent au cours de la thérapie et qu'il devienne possible pour les parents de se parler et de collaborer dans l'intérêt des enfants.

                                                                      Est-ce que la psychologue de votre fille peut vous faire une telle proposition? Même si ce n'est pas le cas, faire un travail familial n'impliquerait pas un arrêt du suivi individuel, mais une collaboration est nécessaire entre les thérapeutes.

                                                                      Notre structure travaille avec cette approche, vous trouverez tous les informations sur ce site, sur la page "consultations".

                                                                      Vous trouverez aussi des thérapeutes privés qui travaillent dans ce cadre systèmique en utilisant le lien ci-dessous:
                                                                      https://www.psychologie.ch/fr/

                                                                      Bonne suite

                                                                      Bonjour, Notre fils ment. Nous habitons en Espagne depuis 1999. D'autres membres de la fratrie ont étudié ailleurs en Europe, sans problème. ...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Notre fils ment.

                                                                      Nous habitons en Espagne depuis 1999. D'autres membres de la fratrie ont étudié ailleurs en Europe, sans problème.

                                                                      Notre fils répète son année universitaire. Encore une fois.
                                                                      Dans cette segonde 1ère année, il dit qu'il lui manque une matière, hors je sais qu'il lui en manque trois.
                                                                      Il falsifie des mails, c'est à dire, qu'il nous envoie, à moi et à son père, des mails qu'il est supposé avoir envoyés et/ou reçus.
                                                                      Il s'enfonce dans le mensonge, allant jusqu'à faire semblant d'appeler l'université...
                                                                      jusqu'à prétendre payer pour repasser un examen (et en fait la visa montre qu'il en a payé deux... et pourquoi pas trois?)

                                                                      Dès qu'il dans ce pays, il se déconnecte de nous, ils nous est très difficile de garder le contact, il ne répond ni au téléphone, ni aux mails, ni facebook ni whatsapp, ni skype... Notre seul possibilité de savoir comment il allait a été des visites surprises.
                                                                      Il se focalise sur son cercle d'amis de sa 1ère année d'université (qui ne sont maintenant plus dans son cours).
                                                                      Il est clairement en négation de la situation et très blessé dans son ego.
                                                                      Il a eu, et a encore un problème de marijuana.
                                                                      Maintenant qu'il est à la maison, pour la période des vacances, il se déconnecte de ses amis de l'université.
                                                                      C'est comme il avait des vies séparées.

                                                                      Il fait comme si tout allait continuer, normalement, alors que tripler son année ne sera pas possible.
                                                                      Il nous cache ses difficultés, nous ment et sa frustration le mène à une conduite verbalement agressive.

                                                                      J'ai des preuves qu'il ment (relevé de téléphone sans appels ; relevé de notes...)
                                                                      Il ne sait pas que je les ai

                                                                      Je ne sais quoi faire. Je ne cherche pas une formule miracle, mais des indications de travail.

                                                                      Mon premier élan était de le confronter dans le dialogue et en travaillant ensemble vers une solution, pas nécessairement universitaire.
                                                                      Cependant après consultation du web, certains disent qu'il faut laisser le jeune dans son mensonge et son monde parallèle afin qu'il prenne seul conscience de ses responsabilités. Lui dire qu'on sait qu'il ment serait une dilution de sa culpabilité, et en quelque sorte castrateur pour le développement de sa prise de responsabilité.

                                                                      Je me sens perdue et ne veux parler de mes découvertes à son père qui aura une réaction immédiate de colère et perte de confiance. Il y a déjà un raz le bol installé et un manque d'empathie.
                                                                      Je suis consciente que cette attitude donne un mauvais exemple à mon fils, car en quelque-sorte je mens par omission; j'ai peur d'un conflit, d'une rupture fils-père sans voie de retour.

                                                                      Merci de me recommander des chemins à investiguer.
                                                                      Une maman inquiète

                                                                      PS : si vous afficher cette question merci d'enlever les références à ...

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME :

                                                                      Bonjour et bienvenue sur notre site,

                                                                      Le mensonge semble régner en maître dans votre famille. Est-ce par peur du conflit, par crainte d'une rupture de lien et quoi d'autres?

                                                                      Vous semblez tous pris dans un rôle rigide qui fige chacun dans sa position et vous empêche ainsi de rejoindre l'autre là où il est et dans ce qu'il vit authentiquement.

                                                                      Vous dites avoir menti par omission en n'avouant pas à votre fils que vous savez pour ces mensonges. Vous ne pouvez pas en parler à votre mari parce que vous avez peur qu'il rompe encore davanatge le lien avec votre fils. Vous êtes dans une position impossible qui vous rend impuissante et muselée. Le fonctionnment familial semble isoler ses membres et les éloigner. La communication s'en trouve alors rompue et le mensonge devient alors la seule tentative de solution. 

                                                                      On lit entre les lignes que la rigueur et l'excellence sont des valeurs importantes dans le système familial et qu'elles ne sont sûrement pas innocentes dans le fait de ne pas dire toute la vérité et d'inventer une histoire plus acceptable aux yeux des autres. Une tentative de solution plus fonctionnelle ne serait-elle pas de pouvoir et d'oser être vrai et sincère face à l'autre? Ceci impliquerait de d'oser montrer sa vulnérabilité sans avoir peu du jugement des autres. Qu'en pensez-vous?

                                                                      Par ailleurs nous vous invitons à être prudente avec la consultation du web. Les informations sont souvent pertinentes mais dénuées de leur contexte, elles peuvent être mal interprétées et devenir ainsi contre productives.

                                                                      N'hésitez pas à poursuivre cet échange.

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour à l'équipe, Je suis une jeune maman de 23 ans. J'écris aujourd'hui parce que je suis à bout de nerfs. Non pas à cause de mon enfant, qui est...

                                                                      Bonjour à l'équipe,

                                                                      Je suis une jeune maman de 23 ans. J'écris aujourd'hui parce que je suis à bout de nerfs. Non pas à cause de mon enfant, qui est merveilleux, mais à cause de la relation que j'entretiens avec son père. Je ne le supporte plus.

                                                                      Ça fait presque 5 ans qu'on est ensemble, 10 ans que l'on se connaît, on vient de déménager pour avoir notre propre chez nous, mais ça ne va pas. Je ne supporte pas qu'il me touche, qu'il m'embrasse. Pourtant il est vraiment genial avec son fils. Il est heureux de l'avoir eu et on ne regrette rien. Mais, seulement voilà, j'ai perdu un membre de ma famille dont j'étais extrêmement proche il y a un mois, et je viens de vivre deux décès dans le cadre de mon travail. Je crois que tout ca me perturbe et me donne envie de profiter de ma vie. Je suis jeune et je n'ai pas envie de m'enliser dans une relation qui ne me convient plus. De plus, un collègue me plaît énormément. Il est attentif, gentil, drole... Des qualités qui font défaut à mon homme.

                                                                      Je ne vois que des mauvais côtés...

                                                                      Je suis vide. Je veux être libre de mes choix, tout en sachant que dans n'importe quelle situation je blesserait quelqu'un. Mon conjoint ou moi. Je ne me sens pas heureuse, et je veux vivre quelque chose de plus fort... Pourtant... Est-ce raisonnable ? Comment je vais faire avec mes horaires irréguliers, mes soirées de travail jusqu'à 22:00, les factures, le loyer...? Comment je fais pour le petit ?

                                                                      Je suis perdue. Je ne sais plus quoi faire. Suivre la raison ou le coeur. Qu'est-ce qui est juste ?

                                                                      J'ai besoin d'aide svp.

                                                                      Très cordialement

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME :

                                                                      Bonjour et bienvenue sur notre site,

                                                                      Plusieurs événements stressants voir traumatisants ont pu vous destabiliser voir vous perturber. Vous avez vécu le décès de 3 personnes proches et cela a chamboulé la perception que vous avez de votre vie et du temps qui passe.

                                                                      De ce fait vous avez une vision peut être moins positive de ce qu vous vivez au quotidien et c'est comme si vous vouliez rattraper le temps perdu de peur qu'il ne se sauve. Dans ce contexte, vous remettez en cause la relation avec votre conjoint en lui attribuant les pires défauts. 

                                                                      On se demande si cette remise en question de votre relation aurait eu lieu de toute façon ou si elle est la conséquence d'une pertubation générale de votre être. En d'autres termes, est-ce que le  problème est votre relation avec votre conjoint ou est-ce que le vide intérieur que vous éprouvez peut être la conséquence d'un mal-être plus général déclenché par ces décès?

                                                                      Ainsi peut-être serait-il préférable de prendre du temps avant de vous précipiter dans des aventures qui pourraient ne pas vous être bénéfiques. Il pourrait éventuellement être utile d'en parler à un professionnel qui pourrait vous faire voir d'autres angles de compréhension de votre vécu actuel.

                                                                      Qu'en pensez-vous?

                                                                      Bonjour Je suis la mère d'une fille de 13 ans, séparée de son père. Cette semaine j'ai surpris une conversation entre elle et un jeune-homme de 19...

                                                                      Bonjour

                                                                      Je suis la mère d'une fille de 13 ans, séparée de son père.

                                                                      Cette semaine j'ai surpris une conversation entre elle et un jeune-homme de 19 ans sur instagram.

                                                                      Il lui disait que c'est la prmiere fois qu'il s'intéressait à une fille de 13 ans qu'elle en faisait beaucoup plusetc.. pour finir il lui a demandé des photos ce qu'elle a fait , pas des photos compromettantes.

                                                                      Elle lui a donné son numéro de télépone .

                                                                      Ma fille etait chez une amie qui elle dormait et il etait 4 heures du matin . les parents pensaient que ma fille dormait.

                                                                      Je lui en ai parlé elle a demandé pardon et bloqué le contact.

                                                                      De mon côté ja'i recherché cette personne sur facebokk et lui ai ennvoye un essage en lui demandant de ne plus avoir aucun contact avec ma fille sinon je le dénonçais.

                                                                      Je ne sais pas trop comment reagir pour que ceci ne se reproduise plus sur d'autres reseaux sociaux auxquels je n'ai aucun accès.

                                                                      Biensur je l'avais mise en garde depuis qu'elle a eu un téléphone mais depuis cette année je n'ai pas exigé le code de son téléphone pensant que cela faisait partie de sa vie privée elle m'a toujours répondu qu'elle n'était pas idiote et qu'elle ne comuniquerait jamais avec des inconnus.

                                                                      Merci de votre réponse je suis tres inquiète.

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME :

                                                                      Bonjour, et bienvenue dans notre espace parents !

                                                                      La question que vous posez touche une réalité très concrète pour de nombreux parents désireux, comme vous, d'accompagner au mieux leur enfant tout en le responsabilisant. Et les réseaux sociaux constituent un terrain particulier, atteignables depuis la sphère intime avec le sentiment d'être "protégé" tout en s'ouvrant sur un monde complexe où il est impossible de tout contrôler...quel défi !

                                                                      Vous avez très bien réagi face à ce qu'il s'est passé, sans vous laisser déborder par l'émotion et en gardant une position contenante d'adulte, ce qui est rassurant pour votre fille.
                                                                      En vous adressant à son interlocuteur, vous avez fait en sorte de désamorcer le risque. 
                                                                      Néanmoins, vous pressentez que d'autres événements pourraient se reproduire sans que vous n'en soyez informée... 

                                                                      Les relations entre jeunes sur les réseaux fonctionnent dans la circularité les rendant parfois difficiles à canaliser : un-e jeune manquant de confiance en soi peut y trouver une source de valorisation personnelle, parfois plus puissante que la conscience du risque encouru ou que la transgression. Cela permet aussi de se soustraire à l'autorité des adultes...
                                                                      Une action de prévention ou d'information ne suffit donc pas toujours.

                                                                      Responsabiliser votre fille est une attitude préférable à la sanction ou à la diabolisation d'internet qui pourraient avoir, au contraire de ce que vous recherchez, un effet incitatif ou de rupture de la confiance entre vous.
                                                                      Concrètement, je vous propose d'aller consulter les informations à ce sujet figurant sur le site www.ciao.ch, rubrique "Moi, toi et les autres"-"internet". Vous pouvez le faire seule ou en compagnie de votre fille.
                                                                      Restez intransigeante sur divers points notamment l'importance qu'elle ne donne aucune information privée, aucun rendez-vous ni aucune photo d'elle "qu'elle n'oserait pas montrer à n'importe qui d'autre" (famille, camarades,..).

                                                                      Vous êtes en droit aussi de demander à votre fille d'avoir de temps à autre un contrôle des sites et conversations via son téléphone.

                                                                      Il existe également des documents de prévention dans les bureaux de police cantonaux, mais aussi des ouvrages en librairie, pour permettre un tremplin de discussion entre vous.

                                                                      N'hésitez pas à poursuivre cet échange si vous le souhaitez. Bonne suite d'été !

                                                                      Telme

                                                                      Bonsoir Telme, Je me tourne vers vous car je pense que vous pourrez me comprendre et me donner peut-être un conseil. J'ai passé par plusieurs psy...

                                                                      Bonsoir Telme,

                                                                      Je me tourne vers vous car je pense que vous pourrez me comprendre et me donner peut-être un conseil.

                                                                      J'ai passé par plusieurs psy avant de trouver la personne qui me convenait et me comprenait (moi qui ne suis pas du tout psy..comme bcp de personnes qui pensent ça la première fois je pense). J'ai chuté plusieurs fois, j'ai eu des doutes, des espoirs, etc.

                                                                      Une page va se tourner, je vais continuer ma route mais cette fois je serai seule pour tracer mon chemin. Ca me fait bizarre quand j'y pense.

                                                                      Je ne laisse pas facilement entrer une personne dans ma vie et lui accorder ma confiance.

                                                                      J'ai bcp de respect pour tout ce qu'il a fait. Je sais que c'st son métier et que je ne suis ni la première ni la dernière.

                                                                      Pour moi c'est pas facile...

                                                                      est-ce qu'avec un psy on coupe les ponts "définitivement" ou on "reste" en contact si besoin?

                                                                      Merci!

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME :

                                                                      Bonjour,

                                                                      Il n'y a pas raison que la rupture soit "définitive" avec une personne qui a eu un lien important avec vous.

                                                                      Comme vous le dites c'est un professionnel qui voit défiler ses patients, émotionnellement il a davantage de recul sur la situation que vous et c'est normal.

                                                                      Cela ne signifie pas pour autant que le sens de ce qu'il s'est passé se perde complètement, comme si cela n'avait pas existé pour lui. Cela reste une relation thérapeutique, mais elle se constitue aussi dans un lien, qu'on appelle d'ailleurs le "lien thérapeutique".

                                                                      Un lien se produit de toute façon entre deux personnes.

                                                                      Pour vous qui avez vécu une expérience plus forte, puisque vous n'avez pas ce recul professionnel, la "rupture" est plus intense à gérer; le thérapeute est habitué à cela. Si elle est trop difficile, cela signifie peut-être que le suivi aurait dû se poursuivre encore un peu (?).

                                                                      J'espère vous avoir répondu, mais il aurait valu la peine de communiquer directement avec votre psy sur ce sujet. La dernière séance veut-elle dire qu'on ne peut plus se recontacter, est-ce qu'il y a une possibilité de reprendre le suivi ou pas en cas de besoin...?

                                                                      C'est normalement le cas, mais il est juste important de se mettre au clair avec la personne concernée.

                                                                      Bonne suite

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, Je suis en semaine d’examen pour le CFC. J’ai passé mon 3ème examen pratique ce matin. Il m’en reste un demain après-midi. Je sens que ça...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Je suis en semaine d’examen pour le CFC. J’ai passé mon 3ème examen pratique ce matin. Il m’en reste un demain après-midi. Je sens que ça risque d’être chaud la note finale de l’examen… Ce matin, j’ai eu un examen pratique dont j’ai eu énormément de peine à comprendre exactement la consigne. Je n’arrivais pas à bien comprendre ce que je devais faire. J’ai dû demander plusieurs fois à l’experte et à l’enseignante à propos des consignes… Et c’est SEULEMENT à la fin de l’examen que j’ai bien compris ce que je devais faire… Du coup, je pense avoir perdu pas mal des points bêtement.

                                                                      Ce n’est pas que je veux être négatif… Mais, c’est vraiment chaud… Si ça ne passait pas le CFC, je ne pourrais pas refaire encore une fois un an… J’aurais envie de faire un autre CFC, dans un autre domaine. Je pars quand même en voyage en Angleterre pour bien apprendre l’anglais. J’ai besoin de me changer les idées.

                                                                      Honnêtement, j’en ai marre. J’aurais plus envie de refaire un an dans le même métier. J’aurais envie passer à autre chose, de faire le CFC dans un autre domaine.

                                                                      Vous pensez que si cela ne passait pas, c’est une honte de pas refaire encore un an ? et de passer à autre chose ? surtout que cela fait 5 ans que je suis en formation dans ce domaine. A un moment donner c’est long.

                                                                      Vous en pensez quoi ?

                                                                      Merci d’avance et à bientôt

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Vous semblez montrer une grande volonté de pouvoir réussir ces examens et terminer votre CFC pour pouvoir passer à autre chose. Votre envie est de pouvoir faire les voyages que vous avez organisés, quels que soient les résultats à vos examens.

                                                                      On sent que vous avez déjà beaucoup réfléchi sur ce que vous pourriez faire ou ne pas faire, suivant le résultat que vous obtiendrez.

                                                                      Il est aussi important de pouvoir avoir des sortes de « temps morts », des espaces vides pour pouvoir décompresser. Vous donnez l'impression d'être très actif dans vos pensées quant aux différentes alternatives qui pourraient s'ouvrir à vous. Se fixer des buts à atteindre est positif, mais avoir l’exigence de les atteindre le plus vite possible peut aussi être une grande source de stress. 

                                                                      Refaire une année, est-ce honteux? Cette année semble déterminante dans votre parcours actuel, et marquera l'aboutissement de ces longues années de formation. Il est certainement difficile de vous imaginer prolonger cela, mais n'est-ce pas aussi une forme de persévérance?

                                                                      Il faut mener cette réflexion en partant de vous. Est-ce que vous vous sentiriez coupable de commencer un autre apprentissage / de refaire une année ?

                                                                      Bonne suite à vous, à bientôt !

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, Ma question concerne une situation qui se répète sans cesse pour ma fille. Elle se retrouve exclue dans un contexte bien particulier: c'est...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Ma question concerne une situation qui se répète sans cesse pour ma fille. Elle se retrouve exclue dans un contexte bien particulier: c'est lors de réunions de famille où sa cousine germaine et sa petite cousine se retrouvent. Tout à l'heure, j'ai observé qu'elles cherchaient à la semer, à rester entre elles...

                                                                      Sur le chemin du retour, ma fille m'a raconté que sa cousine l'a sortie Manu militari de sa chambre sans comprendre pourquoi. Elle m'a expliqué qu'elle était avec le frère puisque les deux cousine étaient occupées ensemble. Puis, soudain, ce passage à l'acte... Ma fille en était très affectée.

                                                                      Pour ma part, je me demande quelle est la meilleure attitude à adopter pour aider ma fille qui revit ce genre de situation depuis toujours. Les cousines jouent volontiers avec ma fille lorsqu'elles sont seules avec elle. Cette dernière est par ailleurs très appréciée à l'école et entretient de belles amitiés depuis de nombreuses années. Elle a même changé d'école puisque nous avons déménagé et elle est très bien intégrée dans son nouveau réseau. Ma fille subit une exclusion bien spécifique, donc... 

                                                                      Ma sœur, qui est la maman d'une des deux fille, prône un discours de non interventionnisme. D'après elle, c'est à l'enfant de faire sa place et s'il se retrouve mis à mal, c'est de sa faute. Elle-même a beaucoup martyrisé et harcelé les enfants lorsqu'elle était petite.

                                                                      Quelle est l'attitude à adopter?

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Il semble que la question d'intervenir ou pas soit maintenant au centre du problème, et il s'agit alors d'un débat entre adultes.

                                                                      Dans l'absolu, les deux positions se défendent, soit laisser les enfants se déterminer et se débrouiller entre eux, soit intervenir en tant qu'adultes et poser par exemple des règles. Vous voyez souffrir votre fille et c'est difficile.

                                                                      Pour ce qui concerne votre situation, il est possible qu'il y ait un problème intergénérationnel qui se répercute. Lorsque vous parlez de votre soeur et de son comportement d'enfant, elle correspond à la position de celle qui est dure, voire méchante, comme on pourrait aussi décrire sa fille. Alors qu'en est-t-il de votre position par rapport à elle, est-ce que chacune de vous défendrait à travers ces événements un bout de son enfance?

                                                                      Ce n'est qu'une hypothèse.

                                                                      Dans tous les cas, il vaudrait la peine d'en parler davantage entre adultes même si vous ne parvenez pas à un accord, et pourquoi pas en débattre avec les filles, sans pour autant leur dire ce qu'elles devraient faire...

                                                                      Bonne suite

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, mon fils qui va avoir 18 ans en juin, est en apprentissage, j'ai cru que tout allait bien jusqu'à ce que je sois convoqué pour me dire que...

                                                                      Bonjour,

                                                                      mon fils qui va avoir 18 ans en juin, est en apprentissage, j'ai cru que tout allait bien jusqu'à ce que je sois convoqué pour me dire que mon fils ne parle pas, ne pose pas de question, ne répond que par oui non ou haussement d'épaule. Sa formatrice ne supporte plus cette situation et si il ne change pas il perd sa place d'apprentissage et si on ne l'aide pas maintenant se sera trop tard pour lui et j'ai peur que si on le revoie il ne trouve pas d'autre place au vu de son caractère introverti.

                                                                      Je vais téléphoner demain à votre service pour prendre un rendez-vous pour lui et ensuite pourquoi pas toute la famille. Il ne voulait pas voir de psy car il dit qu'il n'a rien mais je n'inquiète pour son futur. Est-ce que je fais bien de prendre contact avec vous sans lui dire ??

                                                                      Merci d'avance de m'avoir lu.

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Nous accusons réception de votre message ; notre réponse se croise avec le téléphone que vous avez fait hier pour prendre rendez-vous pour une première consultation.

                                                                      Vous viendrez donc avec votre fils pour la première consultation et l'avez donc sûrement prévenu, est-ce le cas ? Comme nous vous l'avons mentionné lors de notre appel, le cadre peut changer au cours des consultations et le nombre de personnes présentes peut être discuté et modifiable selon les besoins/envies.

                                                                      A bientôt !

                                                                      Telme

                                                                      Merci pour votre réponse, est-ce que ce serait possible d'agencer une consultation pour en parler ? Cdt, Réponse de TELME: Bonjour,  Nous...

                                                                      Merci pour votre réponse, est-ce que ce serait possible d'agencer une consultation pour en parler ?

                                                                      Cdt,

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour, 

                                                                      Nous pouvons tout à fait vous recevoir pour parler de votre situation.

                                                                      Nous ne prenons pas de rendez-vous par le biais de mails. Si vous souhaitez prendre rendez-vous avec nous, vous pouvez nous téléphoner au 0213242415.

                                                                      A bientôt !

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, j'aimerais savoir comment agir avec mon fils de 13 ans qui n'est attiré que les "mauvais", soit ceux qui fument, qui font des conneries, qui...

                                                                      Bonjour, j'aimerais savoir comment agir avec mon fils de 13 ans qui n'est attiré que les "mauvais", soit ceux qui fument, qui font des conneries, qui perturbent en classe. Sous ses airs de bad boy, mon fils est surtout un suiveur et pas un meneur, un enfant extrêmement intelligent (mais qui ne l'accepte pas, d'ailleurs il redouble) et d'une énorme sensibilité qu'il cache. Je sais plus comment faire pour le dissuader de les suivre et de comprendre que la vie c'est pas ça. Il a une révolte très grande. Merci

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour, bienvenue sur ce site,

                                                                      Vous décrivez le comportement de votre fils et son attirance pour les "mauvais" mais vous ne dites rien du contexte familial.

                                                                      Il n'y a pas une explication qui permettrait de comprendre pourquoi un jeune aurait cette attirance, il peut y avoir de multiples raisons différentes.

                                                                      Comment expliquez-vous sa révolte, quelle est sa source?

                                                                      Je comprends que vous vouliez protéger votre fils et l'aider à aller mieux, mais pour que nous puissions vous donner des pistes, il est nécessaire que vous parliez de vous, de son père, des interactions familiales.

                                                                      Qu'avez-vous vécu en famille et qu'avez-vous déjà tenté de faire face à ces problèmes.

                                                                      Je vous propose de poursuivre l'échange en donnant davantage d'information.

                                                                      Merci de votre compréhension

                                                                      Telme

                                                                      Bonjour, Je crois avoir bien réfléchi et j’ai découvert ce qui me stress le plus à l’examen. Beaucoup de personne me disent que je suis sur le bon...

                                                                      Bonjour,

                                                                      Je crois avoir bien réfléchi et j’ai découvert ce qui me stress le plus à l’examen. Beaucoup de personne me disent que je suis sur le bon chemin de la réussite du CFC, je sais ce que je fais, je sais où je vais. Même l’experte où j’étais en stage me disait que je sais travailler. Simplement, je fais toujours les choses trop vite…

                                                                      Vous vous rappeler que je vous avais dit que je suis « hyperactif ». Et du coup, je fais souvent les choses vites. (Dans ma tête ça va vite) J’ai su comprendre que si je fais trop vite les choses, ça ne marche pas. Par contre, quand je vais lentement ça marche bien. Du coup, j’ai compris que : « si je fais trop vite, je vais tout rater ! Mais, si je fais plus lentement, je peux bien réussir »

                                                                      Ça fait des années que ma famille, les supérieures me répètes sans cesses de faire les choses plus lentement et le travail sera mieux fait. Mais c’est toujours une chose dont parfois je ne maitrise pas encore bien. Malgré qu’on me le répète depuis des années.

                                                                      C’est cela qui me stress énormément. J’ai peur de plus y penser que je dois faire lentement (durant l’examen je serais stresser, comme tout le monde) et j’ai souci d’oublier que je dois faire plus lentement…

                                                                      Pourtant, je vais en France à Belfort pour apprendre justement à gérer mon hyperactivité. Oui, ça m’est utile, j’ai appris des choses.

                                                                      Mais, le hic. Par exemple : à l’examen pratique, je vais y penser pendant les 10-15 premières minutes que je dois faire attention de ne pas faire les choses trop vite, que je dois faire attention à mon hyperactivité. Et après ces 10-15 minutes je vais sans doute oublier de faire attention et je vais à nouveau aller dans tous les sens…

                                                                      Le fait de faire les choses vite, ou de vouloir tout de suite, c’est pareil quand je suis en train de faire connaissance avec une femme. Je précipite sans me rendre compte et après elles en ont peur. Et pourtant je plais à pas mal de filles parce que je suis une personne de joyeux, drôle, etc. Mais, quand je précipite, tout change.

                                                                      Pour les examens, un côté je suis quand même rassurer du fait que les enseignants et le responsable de l’école me connaissent depuis 5 ans. Ils connaissent mes difficultés, etc. Mais il ne faut pas que je me repose trop là-dessus, c’est peut-être un avantage, mais un côté je dois faire attention.

                                                                      Vous en pensez quoi ?

                                                                      Je sais, je vous écris beaucoup en ce moment. J’ai simplement besoin de partager mes inquiétudes avec des personnes professionnelles.

                                                                      Je vous remercie d’avance, et je vous remercie encore pour avoir pris le temps de lire mes messages précédents et celle de aujourd’hui et d’y avoir répondu.

                                                                      Recevez mes meilleures salutations.

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour,

                                                                      Vous identifiez clairement cette tendance chez vous à agir dans la précipitation et cela est positif puisque, dès lors, vous en êtes conscient et pouvez l'influencer afin de la contrôler mieux et de ne plus (ou moins) en subir les contre-effets.

                                                                      Afin de développer des stratégies efficaces au moment des évaluations ou autres situations qui comportent à vos yeux un enjeu stressant, nous vous invitons à en parler dans le cadre de votre suivi en France afin de mettre en place avec les professionnels qui vous suivent des moyens efficaces et rassurants pour vous.

                                                                      Ce centre pourra, mieux que nous, vous proposer des solutions qui tiennent compte de votre personnalité et de vos ressources, puisque la personne qui vous suit vous connaît personnellement.

                                                                      Nous vous souhaitons encore plein succès dans vos projets et la construction de votre avenir!

                                                                      Telme

                                                                      Merci pour votre réponse,  En l'occurence c'est moi qui suit parti car la situation était très conflictuelle et je ne voyais pas d'autre issue. A...

                                                                      Merci pour votre réponse, 

                                                                      En l'occurence c'est moi qui suit parti car la situation était très conflictuelle et je ne voyais pas d'autre issue. A posteriori je pense que c'était la seule solution à ce moment la même si je regrette d'avoir pas réussi à reconstruire qqch par après. Il s'est passé plusieurs mois de je t'aime moi non plus assez pénible des deux cotés puis la personne s'est tourné vers un ami en quête de support et la relation est devenu amoureuse par la suite il y a quelque mois de ça. J'ai essayé d'expliquer que je pouvais pas juste devenir un ami comme cela même si c'est ce que la personne souhaitait. Je lui expliqué que je l'aimais encore et que seulement la distance pourrait atténuer ça et la personne comprend pas. On se manque mutuellement mais je vois pas trop quoi faire d'autre que d'attendre un espérant qu'un jour on se reverra dans une situation plus détendue.

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Re-bonjour, 

                                                                      Dans ce retour vous confirmez que votre attitude est pour le moins saine et justifiée.

                                                                      Vous avez quitté une femme que vous aimiez parce que la relation était trop conflictuelle et pas viable. 

                                                                      Le comportement que vous mentionnez par la suite chez votre ex-compagne montre que cette relation ne pouvait pas continuer dans les mêmes termes. 

                                                                      Aujourd'hui vous êtes confronté à la vraie séparation et au travail de deuil que cela entraîne. Vous savez que cela est nécessaire. 

                                                                      Par la suite, beaucoup plus tard et quand vous aurez retrouvé du plaisir ailleurs et reconstruit votre vie autrement alors peut-être que vous pourriez imaginer de la revoir si cela fait vraiment sens pour vous. 

                                                                      Bien à vous.

                                                                      Bonjour Je me retrouve dans une situation délicate. Suite à des soucis personnels j'ai finit dans une situation délicate de syllogomanie voir...

                                                                      Bonjour

                                                                      Je me retrouve dans une situation délicate.

                                                                      Suite à des soucis personnels j'ai finit dans une situation délicate de syllogomanie voir syndrome de Diogène.

                                                                      Je suis actuellement aidé par mon père pour gérer les soucis concernant mon appartement mais le contrat de bail sera résilié fin septembre.

                                                                      A partir de là il me faudra un logement ainsi qu'un suivis afin d'éviter de retomber dans les problèmes pré-cités.

                                                                      Deux options s'offrent à moi.

                                                                      1: Choisir la proximité avec mon père qui habite en suisse allemande et qu'il effectue le suivi.

                                                                      2: Retrouver un appartement sur Vaud/Fribourg pour rester en suisse romande et éviter le manque de relation sociales avec des gens de mon âge du au soucis de langue.

                                                                      L'option numéro 2 est clairement préférable à mon goût.

                                                                      Autant pour pouvoir garder des relations "sociales" que pour éviter de me ressentir comme un poids pour mon père.

                                                                      Cependant deux soucis existent et me poussent à vous contacter afin de savoir s'il existe des organismes en suisse romande pour m'aider.

                                                                      Premièrement la location d'un appartement. Mon père peut être garant pour l'aspect financier mais il faut que la régie m'accepte alors qu'ils demanderont surement où j'ai habité avant et seront donc au courant de mes problèmes via ma régie actuelle.

                                                                      Existe-t-il des logements spéciaux ou des régies à même de m'accepter ?

                                                                      Ensuite le soucis du suivis.

                                                                      Existe-t-il des organisme/associations qui pourraient effectuer un suivis administratif (aide concernant la paperasse administratif) mais également des visites régulières pour s'assurer que je reste "sur le bon chemin" ?

                                                                      Tout en sachant qu'inévitablement je n'ai pas des finances extraordinaires (Aides sociales) Et ne peux dont pas débourser des centaines de francs mensuels pour cela.

                                                                      Merci d'avance.

                                                                       

                                                                       

                                                                      Réponse de TELME:

                                                                      Bonjour et bienvenue sur notre site,

                                                                      Pour toutes les questions administratives, nous vous conseillons de contacter Jet Service (www.csp.ch, 0215606030, Av. Rumine 2, 1005 Lausanne ou Rue de l'Union 15b, 1800 Vevey les lundis après-midi), offrant un service social et juridique destiné aux jeunes adultes. Ils pourront vous soutenir et vous donner des informations, tant sur le plan juridique qu'administratif ou encore financier.

                                                                      Avez-vous pu parler de votre situation avec votre médecin traitant ? Il serait sûrement en mesure de vous renseigner sur la prise en charge dont vous pourriez bénéficier (infirmière à domicile, assistantes sociales...).

                                                                      Avez-vous également un suivi psychologique ? Pouvoir aborder cela avec un professionnel pourrait vous permettre de travailler en profondeur et vous donner certaines pistes, notamment pour vous permettre de ré-acquérir une structure quotidienne.

                                                                      Sachez aussi que nous proposons des consultations psychologiques avec des tarifs abordables (15.- pour les jeunes adultes). Toutes les informations figurent sur notre site : www.telme.ch

                                                                      N'hésitez pas à nous ré-écrire, au besoin.

                                                                      Bien à vous,

                                                                      Telme

                                                                       

                                                                      *Syllogomanie: c’est l’accumulation compulsive, c.à.d., est le fait d'accumuler de manière excessive des objets que peut aller jusqu’à affecter la vie quotidienne de l’individu et son entourage (exemple: obstruction de couloirs, pièces rendus inutilisables car remplis d’objets que ne vont pas être utilisés).