Filtres

Questions / Réponses

Vous désirez poser vos questions à des professionnels ?

Rien de plus simple, il vous suffit de créer un Espace Perso.

Nous vous conseillons de consulter la charte éthique de Telme.

Bonjour Telme, Je ne me sens pas à l'aise de l'écrire mais il est important pour moi d'avoir vos conseils et vos opinions sur ce sujet. Il y a de...

Bonjour Telme,

Je ne me sens pas à l'aise de l'écrire mais il est important pour moi d'avoir vos conseils et vos opinions sur ce sujet.

Il y a de cela 3 ans, j'ai subi un chantage que l'on nomme "sextorsion".

C'est-à-dire que je me suis masturbé devant la caméra sur skype avec une femme que je ne connaissais pas.

Ensuite, un interlocuteur m'a menacé de tout dévoilé sur youtube si je ne payais pas une certaine somme d'argent.

Ce que j'ai fait ?

J'ai téléphoné immédiatement au 147 et j'ai demandé ce que je devais faire.

Fort heureusement, ce fut une personne qui s'y connaissait et qui m'a décrit la démarche à faire.

J'ai écrit tout d'abord qu'il n'avait pas le droit de le faire et que je préviendrais les autorités cantonales s'il n'obéissait pas, ensuite j'ai coupé court à la conversation, supprimer cette personne sur Facebook de ma liste d'amis et voir ce qu'il allait faire.

Lorsque l'on cliquait sur le lien, on me voyait en pleine action effectivement, mais la vidéo n'a pas été rendue public.

Je me suis ensuite connecté à youtube et j'ai fait une demande de suppression de cette vidéo, en envoyant le lien.

Une semaine après environ ou plus (je ne sais plus), la vidéo n'existait plus.

J'avais beau cliqué sur le lien, c'était noté que le contenu a été supprimé.

C'est à ce moment précis que j'ai poussé un ouf de soulagement.

Pour être sûr, j'ai encore téléphoné chez un cabinet d'avocat spécialisé dans l'informatique et j'ai expliqué ma démarche.

On m'a dit que j'avais fait tout juste et que je devais sauvegardé la conversation.

Les cibles étaient les jeunes de 20-25 ans ainsi que les hommes âgées de la cinquantaine.

Après cet événement, je me suis supprimé de Facebook et je n'ai plus utilisé skype.

Je contrôle toujours sur youtube si ma vidéo serait par là.

Je suis devenu plus paranoïaque.

Pourquoi ai-je fait cela ?

Parce que j'ai souffert de solitude et que j'étais prêt à tout pour avoir des rapports avec une jolie jeune fille, dont je n'ai pas besoin de payer pour avoir un rapport.

Je n'avais pas l'habitude qu'une si jolie jeune fille s'intéresse à moi.

Depuis, j'ai toujours peur que mes images soient pris contre mon insu lorsque je vais par exemple sur des sites porno ou autres.

J'ai peur pour mes données personnelles.

Je suis devenu très négatif sur les réseaux sociaux et depuis, je déconseille à chacun de les utiliser.

Je reçois des mails indésirables érotiques à chaque fois, et de temps en temps des appels de call center sur mon natel.

C'est parce que j'ai donné ces données sur un site de vente érotique, malheureusement.

Est-ce que parmi le personnel de Telme, y a-t-il des gens qui s'y connaissent à ce sujet ?

Quels sont vos opinions (sur ma paranoïa ou sur mes mails) ?

Quels sont ensuite vos conseils, à faire ou à ne pas faire ?

J'attends avec impatience votre réponse.

Encore merci pour votre réponse précédente sur ma relation avec le chœur de jeunes.

J'hésite à arrêter chez eux et à essayer de chanter dans un autre chœur où j'ai un meilleur feeling avec certaines personnes et où il y a une majorité d'adultes.

Meilleures salutations.

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Comme vous l'expliquez vous-même, vous avez déjà fait toutes les démarches nécessaires pour éviter que la situation ne s'empire et même qu'elle se résolve. A ce sujet-là, nous ne pouvons rien vous dire de plus.

Vous semblez toutefois avoir de la difficulté à ne pas vous renseigner ou vous assurer que cette vidéo ne soit pas accessible, au point que vous avez développé une méfiance envers tous les réseaux sociaux de manière générale. Ce qui vous est arrivé était imprévisible et a mis à mal la sécurité de votre intimité. Une telle situation n'est pas facile à vivre et nous comprenons que vous soyez méfiant et très prudent à l'égard des réseaux sociaux à présent.

Vous ressentez une certaine culpabilité et probablement une honte d'avoir fait cette vidéo que vous justifiez par différentes raisons personnelles. Pourquoi avoir besoin de vous justifier auprès de nous? Vous avez droit, comme tout un chacun, à une vie privée et vous avez eu un comportement qui devait rester dans ce domaine. Ce qu'il s'est passé ensuite n'était pas maîtrisable par vous. Cette expérience vous aura permis de mettre en oeuvre vos capacités d'action, de bon sens et vous poussera à vous positionner différemment par rapport à vos responsabilités dans l'avenir.

Nous ne pouvons pas vous dire ce qu'il faut faire ou pas. Il est important pour vous que vous puissiez vous situer dans le présent en inscrivant cet événement dans le passé, comme sujet clos. Cela pourra alors vous permettre d'avancer plus facilement. Qu'est-ce qui vous en empêche?

Si cette situation vous pèse trop, n'hésitez pas à contacter un professionnel.

Bien à vous.

Bonjour! C'est un peu bizarre de m'adresser à quelqu'un pour de l'aide vu que j'etais toujours habitué a garder tout pour moi même, j'ai toujours eu...

Bonjour!

C'est un peu bizarre de m'adresser à quelqu'un pour de l'aide vu que j'etais toujours habitué a garder tout pour moi même, j'ai toujours eu des problemes mentaux mais cette fois je vais me focaliser sur un probleme qui me derange beaucoup.

J'ai 22 ans, je suis heterosexuelle mais je jamais eu des pulsions sexuelles. C est a dire, j aime bien un mec, je veux etre avec lui, mais pas me coucher avec lui. J ai toujours trouvé ça bizarre et du coup j ai googlait ça et j ai decouvert qu il y a effectivement une minorité des gens qui sont asexuelles. Des fois j ai des doutes: Ça m est deja arrivée de m exiter ou vouloir faire l amour mais soit j avais bu de l alcool, soit au moment de l'acte je perdait completement l'envie. C est vraiment quelque chose qui me trouble parce que chaque fois que je le fais (et ça m est arrivé souvent) je me sent forcée à le faire pour faire plaisir à l'autre personne avec laquelle je sent un feeling. Evidemment je n'ai parlé de ça avec personne parce que c est difficile à comprendre ou accepter.. qu est ce que je peux faire pour changer ça? Je trouve que ça va me créer trop de problemes dans la vie si je n arrive pas à le faire avec plaisir.

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Vous êtes peut-être concernée par l'asexualité, c'est-à-dire le fait de ne pas avoir envie d'avoir des relations sexuelles avec d'autres. L'asexualité est considérée par certains comme une orientation sexuelle, dans le sens où elle est liée à un état durable, non à une pulsion (ou absence de pulsion) momentanée.

Comment vivez-vous cette absence de désir sexuel pour l'autre? Est-ce problématique pour vous personnellement ou pour ce que cela peut provoquer socialement?

Ne pas avoir de désir sexuel peut être plus ou moins bien ou mal vécu. De manière générale, on ne souffre pas de ce dont on pas pas envie, par contre, cela peut produire un sentiment d'isolement, d'étrangeté qui est difficile à vivre. Comme pour toutes les minorités, il est important de rencontrer des personnes qui vivent la même chose.
Je vous propose de visiter le site de l'Association pour la Visibilité Asexuelle AVA :  http://www.asexualite.org/ 

Vous parlez surtout de votre crainte que ce soit difficile à accepter pour l'autre qui pourrait vous rejeter.
Est-ce que vous-même avez de la peine à accepter cette situation?

Si vous êtes personnellement à l'aise et dans l'acceptation pour vous-même de cette orientation, vous aurez certainement moins de difficulté à gérer cela au plan de la relation amoureuse si votre partenaire est "sexuel". Il est aussi possible que vous rencontriez des personnes qui sont asexuelles.

Dans tous les cas, il vaut la peine d'être honnête avec soi, avec l'autre; vous avez le droit d'être qui vous êtes.

Si cette situation reste trop difficile, il serait utile de faire un travail thérapeutique.

Bonne suite

 

Bonsoir, Je vous remercie encore une fois pour votre réponse. Cela m’a été utile. J’ai une autre chose qui me préoccupe, que je ne trouve pas de...

Bonsoir,

Je vous remercie encore une fois pour votre réponse. Cela m’a été utile. J’ai une autre chose qui me préoccupe, que je ne trouve pas de réponse… Vous allez me dire que c’est normal, etc. Depuis quelques temps, j’ai des envies d’avoir des relations sexuelles avec une femme, ça fait longtemps que je n’ai plus eu de moment intime avec une femme (depuis fin 2012) Je sais, je suis à un mois des examens et j’ai d’autre chose à penser que d’avoir une petite amie et de vouloir avoir des relations sexuelles. Mais, ça me travaille le fait de vouloir avoir une relation sexuelle. (Je ne le cache pas que parfois je me masturbe. Comme tout le monde d’ailleurs. Mais ça serait mieux avec une vrai femme ^^)

On dit que le fait d’avoir des relations sexuelles ça aide à moins stresser, à être moins nerveux, etc. Du coup, je me pose des questions… Parce qu’en ce moment je suis assez stresse (examen) et aussi pas mal nerveux.

Des copains me disent : va te payer une fille, qu’on peut trouver sur un site, etc. Moi, honnêtement, ça ne me plairait pas du tout de payer une femme pour cela. Et même le fait de dépenser de l’argent (500-600 francs) pour cela, me ferait mal au ventre…

Et ces temps, je pense n’être pas assez réceptif à cause des examens. Du coup les femmes le sentent. Et elles ne viennent pas m’aborder par exemple. C’est surtout cette histoire d’avoir des envies de sexes qui me préoccupe ^^

Vous en pensez quoi ? Parfois cela me plairait bien d’avoir une amie pour le sexe (en attendant d’avoir une relation sérieuse) mais un côté je ne sais pas trop ^^

Vous trouvez normal que j’ai autant envie de sexe ?

Merci d'avance et meilleures salutations

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Votre question concerne votre intimité, elle est très personnelle et nous n'avons pas une réponse "généralisable à tous les hommes dans votre situation"...

Votre envie d'avoir des relations sexuelles prend apparemment une grande place chez vous actuellement, alors que vos examens approchent, ce qui vous place face à un dilemme.

Du coup, vous ne savez pas que faire de vos envies?!?

Mais qu'ont-elles au fond à vous dire sur vous?

- En se présentant à un moment où elles sont difficile à assouvir sous la forme que vous souhaitez (une relation construite avec une femme avec qui vous seriez en couple), elle vous mettent dans une situation impossible, voire un sentiment d'échec.

Ou alors elles vous ramènent à une position morale : Je ne veux pas payer quelqu'un, je dois me priver et donc en baver pour "mériter" la réussite de mon CFC...sous-entendu: plaisir et effort ne peuvent cohabiter simultanément!....est-ce le cas selon vous?

- L'envie d'entretenir un lien de nature essentiellement sexuelle peut en effet s'appuyer sur un commun accord dès le départ avec votre partenaire. Il s'agit d'y réfléchir, c'est un choix personnel que nul ne peut faire à votre place. Parlez-en avec une personne de confiance si vous pensez que cela peut vous aider à y voir plus clair...Si vous faites ce choix, il importe qu'il soit bien vécu de part et d'autre. Si vous hésitez pour diverses raisons (peur de souffrir, de vous attacher, d'aller à l'encontre de valeurs "morales" reçues,...), alors prenez un temps pour réfléchir et clarifier préalablement ce qui se joue en vous.

Bonne journée!

Telme

Bonjour, Je suis en couple depuis environ 3 mois avec une fille et j'ai un souci en ce qui concerne nos rapports sexuels : Le problème est que je ne...

Bonjour,

Je suis en couple depuis environ 3 mois avec une fille et j'ai un souci en ce qui concerne nos rapports sexuels : Le problème est que je ne suis jamais arrivé à atteindre l'orgasme lors de nos rapports sexuels (une bonne dizaine depuis le début). Elle, par contre, atteint l'orgasme.

J'ai bien sûr du plaisir lors des préliminaires et lors des câlins et je lui fais sentir. Mais elle ne comprend pas pourquoi je n'atteins pas l'orgasme et elle se sent frustrée et fautive pour moi. Malgré le fait que je lui dise que ce n'est pas de sa faute, elle a du mal à y croire.

Je précise qu'elle est la seule copine que j'ai eue jusqu'à maintenant et que nous avons envie de passer notre vie ensemble. Je n'ai jamais eu de "coup d'un soir" où d'une autre copine (elle a eu un copain pendant quelques mois et un coup d'un soir juste avant de me rencontrer).

De plus, nous avons toujours fait l'amour avec le préservatif, elle aussi avec ses précédents partenaires. Peut-être que cela joue un rôle pour l'attente de l'orgasme pour un homme ?

Comment pourrais-je faire pour atteindre l'orgasme avec elle et donc de ne plus la vexer ? Sinon, auriez-vous quelques conseils de discussions que je pourrais avoir avec elle ?

Meilleures salutations et très bonne soirée.

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour et bienvenue sur notre site,

Vous avez 22 ans, et si on comprend bien vous avez des relations sexuelles pour la première fois et vous n'arrivez pas à atteindre l'orgasme.

Vous parlez de la réaction de votre amie et de son incompréhension par rapport à ce qu'il se passe entre vous mais vous ne parlez pas de vous et de votre positionnement par rapport à votre sexualité. Comment comprenez-vous le fait de ne pas arriver à atteindre l'orgasme? C'est votre première expérience, comment vivez-vous cela? Votre amie a déjà eu des expériences avec d'autres garçons et vous pas. Est-ce que cela peut avoir une influence sur la manière de vous positionner face à elle et sur votre confiance en vous-même?

Emotionnellement, comment vous sentez-vous? Vous savez surement que le corps et l'esprit sont liés. Votre corps peut réagir, en ne réussissant pas à se détendre complètement pour atteindre l'orgasme, parce que ce qui se passe dans votre tête et dans votre coeur l'en empêche.

Vous exprimez vouloir passer votre vie ensemble, on peut imaginer que dans ce contexte et cette projection, vous vous mettez une pression importante qui n'aide pas à lâcher prise physiquement.

Il serait précieux que vous ayez un dialogue avec votre amie avec pour objectif de comprendre la pression que chacun exerce sur l'autre et sur soi-même.

Votre amie par son attitude peut, inconsciemment et sans le vouloir, vous mettre une pression à atteindre l'orgasme à chaque rapport. Cela a pour conséquence de vous bloquer. 

Sa position n'est pas non plus facile étant donné, qu'à ses yeux, si vous n'avez pas d'orgasme c'est que vous ne l'aimez pas suffisamment et ne la trouvez pas assez désirable.

N'hésitez à poursuivre l'échange.

Bien à vous

Bonjour, Mon fils de 16 ans, étudiant, passe beaucoup de temps sur son natel ou sur son PC et effectue des téléchargements. Il me dit enregistrer...

Bonjour,

Mon fils de 16 ans, étudiant, passe beaucoup de temps sur son natel ou sur son PC et effectue des téléchargements. Il me dit enregistrer des films pour les regarder plus tard. Ce qu'il fait effectivement...

Dernièrement j'ai trouvé une clé USB dans ma voiture et en l'ouvrant, quelle ne fut pas ma surprise de voir que cette clé appartenait à mon fils et qu'elle comportait des vidéos pornographiques.

Evidemment, je suis attristée et surtout passablement démunie pour en discuter. Merci de m'éclairer afin que je puisse aborder de manière constructive ce thème et surtout le sensibiliser au fait que la consommation de pornographie peut être nuisible car elle n'est pas le reflet d'une vie amoureuse et sexuelle épanouie.

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour, bienvenue sur ce site,

Il est difficile de se trouver confrontés en tant que parents à certains aspects de la sexualité de nos enfants/adolescents. C'est parfois choquant et c'est une bonne idée d'en parler pour prendre un peu de recul.

Il est devenu facile d'accéder à ces contenus sur internet, beaucoup de jeunes le savent et en profitent. il ne s'agit pas de banaliser, la pornographie peut engendrer des comportements addictifs qui nuisent à un développement harmonieux de la relation à l'autre, comme vous le relevez.

Pour faire entendre ce message, vous pouvez d'abord rejoindre votre fils en lui montrant que vous comprenez sa curiosité, ensuite, vous pouvez l'alerter sur le côté factice de ces représentations de la sexualité, et sur le danger d'y trouver un exutoire au plan sexuel au risque de se trouver en mauvaise posture face à la réalité, dans une vraie relation. 

Votre fils ressent non seulement de l'intérêt mais aussi du plaisir à voir ces films, on ne peut pas lui démontrer le contraire mais on peut l'informer sur les pièges qu'il y a à entrer dans ce monde sans savoir se mettre des limites.

Enfin, il y a l'aspect légal, les films pornographiques ne sont pas autorisés aux mineurs, cela aussi est à préciser. 

Globalement, l'idée est de rejoindre l'autre en ayant une position plus informante que moralisatrice, en abordant les choses sous l'angle d'une réflexion partagée plutôt que sous la forme de consignes; il s'agit d'aborder la question des limites, celles qu'on se met à soi et celles de la société qui définit des interdits.

N'hésitez pas à réagir à ma réponse, bonne suite.

Telme

Je suis un mec, j'ai 21 ans, et j'ai jamais fait l'amour. Je regarde parfois des photo de femmes nues et je trouve ça très excitant, je sais que...

 

Je suis un mec, j'ai 21 ans, et j'ai jamais fait l'amour.

Je regarde parfois des photo de femmes nues et je trouve ça très excitant, je sais que je ne suis pas homo.

Mais le problème c'est quand je rencontre une potentielle petite amie.

Premièrement, j'ai peur de passer pour un mec obsédé par le cul qui cherche juste à baiser, que se soit vis-à-vis d'elle ou de son entourage.

Même si elle est très belle, intelligente et gentille, j'arrive pas à m'imaginer la pénétrer (faire l'amour). Je trouve ça irrespectueux et sale envers elle de la "salir" en la pénétrant, même si je ressens des sentiments forts envers elle.

 

Merci d'avance pour votre réponse.

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous ne posez pas de question dans votre message, pour que nous puissions vous aider au mieux nous vous encourageons à formuler une question qui nous permettra de mieux comprendre votre demande.

Ce que nous comprenons c'est que vous vous interrogez sur le fait de ne pas pouvoir vous imaginer avoir des rapports sexuels avec une femme, en regard du respect que vous lui portez.

Tout d'abord c'est une bonne chose de vouloir respecter sa partenaire, c'est fondamental dans les rapports intimes. Ce n'est pas un acte "sale" s'il est fait justement dans le respect et le consentement mutuel.

Ensuite c'est normal quand une personne nous plait et nous attire, de ressentir l'envie de coucher avec elle, cela ne veut pas pour autant dire qu'on ne veut "que baiser" ou qu'on est un obsédé, ces envies sont naturelles!

Il serait intéressant que vous vous demandiez comment vous comprenez cette incapacité à vous imaginer l'acte sexuel? Qu'est-ce qui vous donne l'impression que vous la "saliriez"? Comment la sexualité a-t-elle été abordée dans votre famille d'origine au moment de votre adolescence? Certaines représentations héritées durant l'enfance peuvent nous habiter une fois adultes, et impacter nos comportements.
Ce sont des réflexions que vous pouvez vous faire personnellement.

Le mieux est de parler de vos inquiétudes à votre partenaire, vous pouvez tout à fait lui en faire part. Cela ne pourra que lui montrer la considération que vous avez pour elle et lui permettra, si elle a aussi envie d'avoir des rapports avec vous, de vous rassurer à ce sujet.

Bonne suite!

Telme

 

 

 

Bonjour Telme, Ca fait un moment que je cogite à propos d'un sujet que j'ai déjà évoqué dans une précédente question mais pas aussi clairement....

 

Bonjour Telme,

 

Ca fait un moment que je cogite à propos d'un sujet que j'ai déjà évoqué dans une précédente question mais pas aussi clairement. J'ai des petits doutes quant à mon orientation sexuelle et j'ai un peu de peine à trancher. Je sais que je tombe amoureuse des hommes, je ne suis jamais tombée amoureuse de femmes, mais j'en ai admiré énormément certaines quand j'étais petite notamment. Mais si je tombe amoureuse des hommes, je ne suis pas sûre de les désirer sexuellement. Je n'ai pas eu vraiment de désir sexuel avec mon copain, je veux dire pas un désir spontané qui émanait de moi et même si j'adorais l'embrasser, l'impulsion première n'est pas venue de moi. J'ai eu vers 17 ans une vague attirance sexuelle pour une fille de ma classe, mais en même temps j'étais folle amoureuse d'un gars. Mais cette année, j'ai repéré dans ma faculté une doctorante qui nous donne quelques cours, et quand j'ai eu une entrevue avec elle au sujet des cours j'ai vraiment eu envie de me pencher vers elle pour l'embrasser, et c'est la première fois qu'une "pulsion", une envie d'embrasser était vraiment présente, avec les hommes avec lesquels j'ai eu des rencards, je discutais mais je n'ai pas été poussée physiquement vers eux, c'était comme si je savais qu'un rencard réussi se termine par un baiser, mais je n'ai pas ressenti la pulsation. J'ai beaucoup repensé à cette femme et j'ai très envie d'avoir une expérience avec elle, mais je ne pense pas en être amoureuse. D'ailleurs j'ai actuellement un béguin pour un garçon mais je suis pas sûre du côté sexuel... Je sais que tout ça n'est sûrement pas très clair et je m'en excuse. Je suis un peu confuse, parce que je me suis toujours vue avec un garçon et je tombe amoureuxse d'eux, mais je me demande si mon attirance sexuelle ne va pas vers les filles.

Vous qui êtes des spécialistes, qu'en pensez-vous?

 

Je vous remercie beaucoup,

 

Belle journée

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

 

A votre âge il est normal de se poser des questions sur votre sexualité et vos relations amoureuses. Votre questionnement amoureux semble occuper une grande place dans votre vie. Dès vos premiers messages vous vous questionniez sur vos choix, les décisions à prendre au sujet de votre copain. Vous vous posez maintenant une autre question qui vous rend confuse : "De quel côté trancher?". Toutes ces questions doivent être compliquées à gérer pour vous et il est difficile d'y voir clair.

 

Vous attribuez votre désir sexuel à la femme et le sentiment amoureux à l'homme. Je pense qu'il est important déjà de comprendre que ce n'est pas tout ou rien. Il ne s'agit pas forcément de "décider" de quelle orientation sexuelle vous devriez être. Les orientations sexuelles multiples sont de plus en plus fréquentes de nos jours. Vous n'avez pas besoin de vous fixer à une orientation, celle-ci peut se modifier, évoluer, être mobile !

 

Vous disiez dans un de vos messages avoir des relations sexuelles avec votre copain que vous n'aimiez plus, que faire semblant physiquement était très dur. Faire l'amour sans désir n'est pas annodin et cette précédente expérience a pu vous marquer sur le plan de l'attirance sexuelle pour les hommes.

 

Vous semblez agir beaucoup en fonction des autres mais il pourrait être bénéfique pour vous de faire selon vous-même. Vous êtes votre meilleure conseillière, vous êtes la mieux placée pour savoir ce qui est bon pour vous ou pas. Fiez-vous à votre voix intérieure pour faire vos propres choix, tout en respectant les autres bien sûr. Vous ne pourrez qu'avoir une meilleure estime de vous-même et une plus grande confiance dans vos décisions.

 

Dans un précédent message vous parlez de prendre un rendez-vous pour une consultation chez Telme, où en êtes-vous de cette démarche ? Vous postez beaucoup de messages et il serait intéressant de savoir ce que vous avez fait des pistes que nous vous avons données ?

 

Bien à vous

 

Telme

 

 

 

 

 

Ma question est en rapport avec la sexualité de mon fils, 9 ans et demi. Il a eu envers sa cousine et un petit copain (sur l’espace d’un week-end)...

 

Ma question est en rapport avec la sexualité de mon fils, 9 ans et demi. Il a eu envers sa cousine et un petit copain (sur l’espace d’un week-end) des comportements étonnants qu’il a fini par m’avouer n’arrivant plus à contenir sa honte, sa tristesse, et son incompréhension face à ses gestes et l’excitation ressentie ; il était anéanti.

Mon fils s’est excité en leur touchant les pieds pendant leur sommeil. Il m’a dit ne pas comprendre pourquoi, parce qu’en temps normal la vue des pieds le répulse. Il n’a pas réussi à s’empêcher et m’a dit avoir même eu envie de les sentir.

 

Je dois avouer que je suis restée sans voix.

 

De ce fait, je ne sais pas si ce genre d’excitation font partie de la découverte du sexe par l’enfant ou si ce sont déjà les prémices d’un certain « fétichisme » ou je ne sais autres.

Je n’arrive pas à trouver d’explications. Je n’ai pas les mots pour lui parler. Je suis totalement dépourvue. Que dois--je faire ?

 

 

Réponse de TELME:

 

Tout d'abord bonjour,

 

Votre fils vous a confié ce qu'il avait ressenti dans ses interactions avec sa cousine et un camarade durant la nuit. Votre lien est apparemment assez sécurisant pour qu'il se tourne vers vous, considérez cela comme une ressource et un signe de confiance.

 

 

Un peu désorientée, vous avez choisi de demander un avis extérieur au lieu de répondre dans la précipitation et sous le coup de l'émotion, ce qui n'aurait peut-être pas été constructif et aidant.

Les faits décrits ont eu lieu durant la nuit, ce qui permet de penser qu'il y a peut-être eu amalgame entre les états de veille et de sommeil, de conscience et d'inconscience où se mélangent ce qui est volontaire/involontaire. Nous comprenons que ce soit désarçonnant puisqu'il est difficile de savoir quel poids accorder à tel ou tel aspect. Et cette difficulté rejaillit aussi au niveau de l'âge et du développement de votre fils: l'appréhension de la sexualité obéit à des critères  très différents chez un enfant et chez un adulte marqué par des valeurs et expériences qui lui sont propres, et qu'il peut avoir tendance à projeter sur son enfant....avec le risque de dramatiser ou de stigmatiser un comportement qui relève souvent de la simple découverte ou exploration.

Je vous invite à rester prudente face au besoin d'étiqueter ou de diagnostiquer (fétichisme, etc..) qui risquerait de figer cette situation et le potentiel évolutif de votre fils à vos yeux d'adulte.

 

 

Vous n'évoquez à aucun moment le père de votre enfant. est-il une ressource pour vous? pouvez-vous ouvrir un dialogue ensemble afin de connaître sa position face à ce qu'il s'est passé?

 

 

Que tirer de l'évènement relaté par votre fils? L'intimité partagée avec les deux autres enfants a visiblement suscité des sensations difficiles à comprendre pour votre garçon. Cela signifie peut-être que ce type de proximité n'est pas si simple à gérer et qu'il serait bon à l'avenir de donner à chaque enfant son lieu de sommeil. Nous vous laissons y réfléchir en fonction de vos possibilités.

Rassurer votre enfant sur la normalité de ses réactions physiques, sexuelles permettrait sans doute de calmer les émotions et éventuelles inquiétudes liées à cet événement. Ensuite, il s'agit pour vous, parents, de rester contenants face à votre fils et à ce qui le dépasse. Cela peut se faire en lui expliquant que désormais chacun-e dormira sur son lit, tout en lui rappelant les notions de respect de l'intimité, de l'importance de ne pas imposer aux autres quelque chose qu'ils ne souhaitent pas et réciproquement pour lui de se protéger.

 

 

 

C'est en gardant une posture rassurante et dédramatisante, et en replaçant ce fait dans un contexte exceptionnel et particulier que vous permettrez à votre fils de reprendre confiance en lui, sans donner une importance démesurée à ce qui est arrivé.

Nous vous invitons à rester attentive à l'attitude de votre enfant ces prochains temps, afin de voir s'il persiste chez lui des inquiétudes ou comportements inhabituels, ou si au contraire tout se normalise. En cas de doute, nous vous proposons d'en parler avec le pédiatre.

 

 

Nous restons à disposition si vous désirez réagir à cet échange ou nous récrire ultérieurement.

 

Bonne suite à vous!                                           Telme

 

 

 

 

 

Bonjour, Je suis handicapé, et je soufre beaucoup. Je regarde tout le temps des vidéos pédophiles. Je voudrais arrêter tout ça, au plus...

 

Bonjour,

 

Je suis handicapé, et je soufre beaucoup.

Je regarde tout le temps des vidéos pédophiles.

Je voudrais arrêter tout ça, au plus vite.

Répondez-moi au plus vite,, que possible, s'il vous plaie!

 

A bientôt,

Arthur

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

 

Nous vous félicitons pour le fait d'avoir fait le pas de nous contacter sur notre site.

 

Nous ne pouvons que vous encourager à prendre au sérieux le fait d'éprouver du plaisr à voir des vidéos pédophiles.

 

Sachez que le fait de visionner des films pédophiles est un acte punissable pénalement. C'est à dire que cela n'est pas à prendre à la légère et il est important que vous agissez en conséquence.

 

Nous vous conseillons fortement de consulter un psychiatre avec lequel vous allez pouvoir parler de votre sexualité.  Vous pouvez prendre rendez-vous au centre médico-psychologique de Delémont au 032 420 51 60 où vous pourrez discuter avec un professionnel et investir une relation thérapeutique qui vous aidera à comprendre et peut-être vivre autrement votre sexualité.

 

Il est important que vous puissiez bénéficier d'une aide extérieure car il est difficile dans ce genre de problématique d'avoir un regard sur soi qui permette une réelle prise de conscience.

 

Nous vous encourageons à nous donner des nouvelles et à poursuivre cet échange.

 

Bien à vous

Bonsoir, je suis perdue avec mon fils de 6 ans et je ne sais plus comment m'y prendre. Il est très intéressé par le corps, le sien et celui des autres...

Bonsoir, je suis perdue avec mon fils de 6 ans et je ne sais plus comment m'y prendre. Il est très intéressé par le corps, le sien et celui des autres plus particulièrement entre garçons, "consentant" ou pas. Cela fait maintenant trois cas sur les 12 derniers mois. Il sait parfaitement ce qui est privé et intime Et ce qui ne se fait pas. Mais cela ne semble pas suffire. J'ai honte et je suis tellement en colere que je ne sais plus comment faire passer le message. J'ai pris contact avec le service pedopsy mais en attendant je veux bien des pistes, conseils ou autres. Merci

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Vous êtes préoccupée par le comportement de votre fils qui montre un intérêt particulier à son corps et celui de ses pairs du même sexe.

Votre fils a 6 ans est au stade de développement qu'on appelle" phallique prégénital", c'est à dire que beaucoup de son énergie est placée dans la recherche d'expérimentations à travers son pénis et des sensations qui l'accompagnent. C’est une période où un enfant découvre son corps notamment grâce au toucher et à la masturbation. Il prend conscience des différences anatomiques des sexes, c'est-à-dire présence ou absence de pénis. C'est pourquoi il peut se montrer plus intéressé aux enfants du même sexe car cela lui ressemble davantage.

C’est un stade où l’on observe les prémices de l’affirmation de soi et de la mise en place de l’identité sexuée. Votre enfant constate qu'il existe des différences morphologiques entre les hommes et les femmes; cela est intrigant pour lui mais cela lui permet de se positionner dans une identité propre à lui.

Vous ne devez pas avoir honte ni être en colère. Vous pouvez , comme le faites sûrement déjà, lui signifier que la découverte de son corps est quelque chose de normal. Que s'il veut se toucher et découvrir de nouvelles sensations, il peut le faire seul par exemple dans son lit ou dans la salle de bain. Que c'est quelque chose qui ne se partage pas forcément et que tout le monde n'a pas envie de le faire avec lui et qu'il doit le respecter. Il faut qu'il comprenne que chacun est maître de son corps et que l'on ne peut pas disposer du corps de l'autre à sa guise et sans son consentement.

C'est une bonne chose d'avoir pris contact avec un pédopsychiatre, cela va vous permettre d'avoir un lieu où exprimer vos peurs, vos angoisses et tout ce qui vous préocupe concernant votre enfant et votre rôle de parent.

N'hésitez pas à poursuivre l'échange.

Bonjour, J'ai 21 ans et plusieurs problèmes dans ma vie sentimentale m'embarassent et me pèsent énormément. Tout d'abord, je n'ai jamais eu de...

 

Bonjour,

J'ai 21 ans et plusieurs problèmes dans ma vie sentimentale m'embarassent et me pèsent énormément.

Tout d'abord, je n'ai jamais eu de copain, je n'ai jamais fait l'amour, ni même embrassé quelqu'un. Je sais pourtant que je peux plaire, car lors de fêtes etc, je me suis déjà faite draguée et j'ai déjà flirter avec quelques personnes.

Je ne sais pas pourquoi je suis dans une telle situation.

Je sais que certaines de mes réactions sont bizarres, mais lorsque un garçon est sympa ou s'intéresse à moi, je me détourne de lui. Est-ce par peur?

Une deuxième chose qui me préoccupe est le fait que je suis souvent attirée par des hommes plus âgés et souvent inaccessibles. Je m'imagine alors que quelque chose peut se passer avec eux, mais au fond de moi, je sais pertinemment que ce ne sera jamais le cas.

Et dernièrement, le fait de n'avoir aucune expérience en amour m'angoisse énormément. Car si je rencontre quelqu'un avec qui ça pourrait marcher, j'aurai peur de lui avouer que c'est la première fois... et j'ai peur qu'il se rende compte de mon inexpérience. J'ai aussi peur d'être jugée, car avoir 21 ans, être vierge et n'avoir jamais embrassé qui que ce soit, ce n'est pas banal.

Que me conseillez-vous pour sortir de cette situation?

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour et bienvenue sur cet espace pour jeunes adultes

Le nombre de copains, sérieux ou non, ce n'est ni une course ni une question de norme! Chacun est différent et ce qui compte, plutôt que la quantité, c'est la qualité de la relation. Néanmoins, nous comprenons que ce soit pesant et que cela vous inquiète et nous vous proposons quelques pistes de réflexion.

Vous semblez avoir peu confiance en vous en matière de relations sentimentales. Avez-vous réfléchi à ce qui vous bloque comme cela, ce qui vous fait si peur? Est-ce une mauvaise expérience passée avec des garçons? Est-ce en lien avec votre culture, votre éducation? Il nous semble important que vous puissiez réfléchir à l'origine de votre crainte afin de l'identifier et ensuite pouvoir travailler dessus. Vous pouvez aussi réfléchir à ce qui fait que aujourd'hui, ce sujet soit si problématique pour vous et prenne autant de place dans votre vie.

L'image que vous renvoyez de vous-même influence ce que les autres pensent de vous. En changeant le regard que vous vous portez (plus de confiance, plus entreprenante,...) et votre positionnement envers les hommes, des changements apparaîtront certainement de leur côté aussi.

Pensez aussi au fait que l'amour c'est aussi de la spontanéité et de l'irrationnel. Vous semblez beaucoup réfléchir à ce qui pourrait se passer ou pas et donc peut-être trop anticiper. Oser faire le premier pas, oser aborder un garçon qui vous plait, ça comporte le risque qu'il ne s'intéresse pas à vous mais sans prise de risque, difficile d'avancer!

Quant à savoir comment cela va se passer quand vous entamerez une relation avec un garçon, on ne peut pas le prévoir à l'avance. Le fait de ne pas avoir eu de relation jusque là ne signifie pas que vous êtes "anormale" ou que les occasions ne se sont jamais présentées mais que vous n'étiez peut-être pas prête à vivre une histoire. Vous pourrez sans crainte l'exprimer à votre futur compagnon, qui pourra aussi être flatté que vous lui réserviez ce moment d'intimité.

Avez-vous pu parler de vos difficultés à vos amis? Qu'en disent-ils? Ils sont sûrement de bons conseils en matière de relations amoureuses, n'hésitez pas à les consulter ou à leur en parler car eux aussi ont certainement des doutes et des questions proches des votres.

N'hésitez pas à nous dire si ces pistes de réflexion vous ont aidée et à nous donner de vos nouvelles!

 

Bien à vous, 

 

Telme

Slt a vous Jai un problème depuis l'âge de 15 ans. Qui se situ su l'excitation, en fait je suis constamment excité, plusieurs fois dans la journée...

 

Slt a vous

Jai un problème depuis l'âge de 15 ans. Qui se situ su l'excitation, en fait je suis constamment excité, plusieurs fois dans la journée (2 à 3 fois) ce qui me pousse a me masturber constamment.quand seulement j'entends un mot sexuel j suis excité. je n'arrive pas a me contrôler devant des films romantique, pire devant des films porno..je suis désespéré et je n'ai jamais parlé de ça a quelqu'un....aidez moi je sais pas quoi faire pour stopper cela...merci de votre attention et j'espère que votre réponse me fera du bien

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour, et bienvenue dans cet espace pour jeunes adultes!

Etre souvent excité peut être gênant lorsqu'on se trouve avec d'autres personnes, je le comprends, mais cela signifie aussi que votre corps fonctionne normalement, ce qui est plutôt rassurant...

Je pense qu'un professionnel spécialisé dans le domaine de la sexualité pourrait vous aider à y voir plus clair et à gérer ces moments d'excitation qui comportent certainement une dimension physique et psychologique, émotionnelle liée à votre imaginaire phantasmatique. Ce sont ces deux aspects qu'il faudrait prendre en compte, sans pour autant en faire une question problématique.

Concrètement, nous vous proposons de contacter un service de planning familial dans votre région pour obtenir une consultation et en parler librement avec un spécialiste. Vous pouvez aussi, si vous préférez, envoyer votre question sur le site www.ciao.ch en rubrique "sexualité". Il s'agit d'un site de prévention et d'information pour les jeunes.

Bonne suite !                    Telme

 

 

 

Bonjour, je m'appelle Cindy et j'ai 15ans, Je suis un peu inquiète car il y a 2-3 jours mon copain m'a doigté pour la première fois. Depuis ça,...

 

Bonjour, je m'appelle Cindy et j'ai 15ans,

Je suis un peu inquiète car il y a 2-3 jours mon copain m'a doigté pour la première fois.

Depuis ça, j'ai des saignements, pas beaucoup mais quand même.

Au premier jour, je n'étais pas trop inquiète car je me suis dit que comme j'étais vierge c'était normal que je saigne mais vu que ça à persisté je commence à me poser quelques questions.

Je n'ai pas ressenti des douleurs après ça.

Je comptais attendre encore 2 jours pour voir comment ça évolue et sinon appeler ma dermatologue pour voir ce qu'elle en pense.

 

Je voulais savoir si je devais consulter quelqu'un ou pas nécessairement ?

 

Merci d'avance de votre réponse ! :)

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Tu t'inquiètes des saignements que tu as, après avoir eu des pratiques sexuelles avec ton copain.

Je comprend que cela te préoccupe mais tu as la bonne attitude en attendant encore un peu pour voir si cela s'arrête. Si tes saignements persistent, prends contact avec ta gynécologue (si tu en as pas, tu peux appeler le planning familial de ta région).

Cependant, le site de Telme ne répond habituellement pas aux questions de santé car nous sommes des psychologues. Si tu as d'autres questions concernant ce sujet, nous te conseillons d'aller sur le site de CIAO (www.ciao.ch) sous la rubrique santé ou sexualité. Des médecins te répondront.

Bien à toi,

Telme

Bonjour, il y à quelque chose qui me turlupine. J'ai l’impression que je m'y prend mal avec les filles... On dit que devrait les sexualiser, etc...  ...

Bonjour,

il y à quelque chose qui me turlupine. J'ai l’impression que je m'y prend mal avec les filles... On dit que devrait les sexualiser, etc... 

A chaque fois on tombe dans l'amitié... Mon meilleure ami pense la même chose que moi ^^ Bon, un coter je me presse pas trop. Mais de temps en temps, j'aimerais bien avoir quelque flirt avec une fille, quelque chose de temps en temps.

Je connais un site qui explique tout comment faire pour s'approcher d'une fille inconnu, comment la draguer, etc. etc. 

Ce site, c'est celui la : www.artdeseduire.com

Croyez vous que c'est vrai ce qu'ils racontent ? 

Parfois j'y crois, et parfois non. 

On dit que ça vient tout seul. Et un coter, le fait de faire + que d'être soi même pour séduire une fille, etc. 

Mes parents me disent d'être simple, moi même... mais parfois j'ai l’impression que je me comporte toujours comme un ami et non comme un séducteur... comme quelqu’un qui aimerait avoir + avec la fille, etc.

Franchement, j'y comprend rien.. Regarder ce site, et redite moi ce que vous en pensez.

Merci beaucoup d'avance, et à bientôt

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Comme déjà dit dans les échanges précédents, nous ne pouvons que vous offrir des pistes de réflexion sur votre situation afin que vous puissiez vous faire votre propre avis et prendre votre décision sur les questions que vous vous posez. C'est ce que vous pensez et croyez être le mieux pour vous qui compte, et non pas ce que nous pensons ou ce que nous croyons nous.

Vous dites avoir l'impression de ne pas savoir comment vous y prendre avec les filles et vous allez chercher des conseils sur un site qui "apprend à draguer". Vous nous demandez notre avis mais vous, que pensez-vous des conseils prodigués par ce site? Vous sont-ils utiles? Les avez-vous testés? Qu'est-ce qui fait que vous y croyez ou pas?

Peut-être les conseils de ce site peuvent vous suggérer quelques idées ou vous rassurer sur la manière de vous y prendre avec les filles, tout comme peuvent le faire vos parents ou vos amis mais ce ne sont que des avis extérieurs. Vous pouvez vous en inspirer, tout comme de nos réponses, mais vous devez vous faire votre propre opinion et trouver par vous-même une façon d'aborder les filles qui vous permettra de rester vous-même, de vous sentir à l'aise et d'être sincère.

Gardez aussi en tête qu'une rencontre amoureuse ne peut pas être anticipée et planifiée d'avance car elle met en jeu des sentiments, des émotions, bref, toutes sortes d'éléments sur lesquels on n'a pas de prise. De plus, chaque rencontre est unique. Les conseils donnés par les sites ou même ceux de vos amis ou de votre famille ne pourront jamais s'appliquer à la lettre, car tout se jouera sur le moment entre vous et la personne que vous rencontrerez, tout dépendra  de vos 2 personnalités, du "feeling" qui passera entre vous. Il n'existe pas de mode d'emploi pour les relations amoureuses!

Vous le dites vous même, vous avez le temps et que "ça vient tout seul". Peut-être alors devriez-vous laisser la place au naturel et à la spontanéité des rencontres, sans chercher à vouloir tout  contrôler ou à chercher la meilleure façon de faire sur des sites internet. C'es la meilleure façon d'être soi-même! Quant à savoir si vos rencontres se termineront en amitié ou en belle histoire d'amour, là encore, on ne peut pas le prévoir à l'avance.

Bonne suite!

Bonjour, Tout d'abord merci beaucoup pour votre site, c'est une superbe idée !!! J'ai une question à vous poser, qui est dans ma tête depuis...

 

Bonjour,

 

Tout d'abord merci beaucoup pour votre site, c'est une superbe idée !!!

 

J'ai une question à vous poser, qui est dans ma tête depuis un petit moment déjà, mais je ne m'en étais jamais vraiment inquiétée. Je vais essayer d'être le plus claire possible, même si je ne sais pas vraiment par où commencer.

 

Depuis petite, lorsque je me masturbe, je m'imagine des personnes en sueur obligées de travailler. Je me mettais à leur place et j'arrivais ainsi à l'orgasme plus facilement et avec plus de plaisir. Depuis quelques années, je ne sais plus à quand ça remonte, je préfère m'imaginer des femmes ; avec internet, je peux aller chercher des images de femmes en sueur et leur vue m'excite pour la masturbation. C'est des dos, des décolletés, des seins, en sueur, que des femmes, car les hommes ne me font plus d'effet, du moins dans ce contexte. C'est assez trouble ; je m'imagine à leur place, et je me monte un scénario de travail forcé, où je vois en sueur le "personnage" féminin que j'ai choisi pour incarner (d'une image sur internet), mais d'un autre côté leur vue sur internet me fait déjà de l'effet. Parfois lorsque je suis en sueur, je ressens une envie de me masturber et, lors de mes scénarios mentionnés plus haut, je me fais transpirer.

 

Mon problème, c'est que je me suis toujours sentie hétérosexuelle ; je suis toujours tombée amoureuse de garçons, j'ai un copain que j'aime, que je désire, même si je ne peux pas comparer les relations sexuelles que j'ai avec lui avec ce que je fais lorsque je suis toute seule, c'est tellement différente. Et aussi parce que je n'arrive pas encore à parvenir à l'orgasme lorsque je fais l'amour avec lui. A l'époque je m'étais inquiétée, parce que j'avais l'impression de ne pas pouvoir ressentir de désir pour un homme dès que je pouvais vraiment l'approcher, mais maintenant ça s'est arrangé.

De plus, lorsque je regarde un film, ou des clips de musique, je "craque" sur les acteurs ou chanteurs masculins, pas sur les filles!

 

Il m'est arrivé une fois d'avoir une admiration pour une fille, et d'admirer ses courbes, et dans la rue je me permets de regarder des femmes, mais seulement pour voir leur beauté esthétique, pas parce que je les désire sexuellement.

 

Je suis assez confuse ; je sais que si quelqu'un découvrait ce que je fais sur internet, pour me masturber, il se poserait beaucoup de questions sur mon orientation sexuelle. Mais là n'est pas la question ; me considérant hétérosexuelle, comment puis-je m'expliquer ce quasi fétichisme pour les corps féminins en sueur, et l'excitation que leur vue me procure?

 

Je vous remercie beaucoup d'avance pour votre réponse, et je préférerai que cette question ne figure pas publiquement sur le site, étant donné que c'est un secret que je ne veux surtout pas voir révélé.

 

Bien à vous, mes meilleures salutations,

 

Merci!

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour et bienvenue sur le site de Telme,

 

Merci de la confiance que tu nous témoignes en abordant un sujet aussi personnel.

Si je comprend bien ta question, te considérant comme hétérosexuelle, tu te demandes pourquoi ce sont des femmes en sueur qui t'excitent lorsque tu te masturbes, et non des hommes.

Tu évoques dans ta question les différents scénarios, les fanstasmes, qui t'excitent. Il est important de savoir que les fanstasmes sont des pensées normales qui viennent de notre imaginaire et ne définissent pas forcément qui on est, ou ce qu'on ressent dans la "vraie vie". Ce n'est donc pas parce que tu t'imagines des femmes en sueur qu'elles t'attirent dans la vie de tous les jours. Tes fantasmes font partis de ton imaginaire sexuel mais ne te définissent pas. Tu le précises toi-même dans ton second message, tu te sens bien avec ton copain et tes fantasmes ne t'empêchent pas d'avoir une vie sexuelle avec lui. C'est essentiel que tu puisses reconnaitre ce ressenti. Je pense alors qu'il est imporant que tu te déculpabilises par rapport à ça. Ce n'est pas "anormal" et cela ne remet pas en cause ton orientation sexuelle parce que tu imagines des scénarios avec des femmes.

Tu te demandais aussi pourquoi tu avais ces fantasmes précisément. Il m'est difficile de répondre à cette question car l'origine des fantasmes est multiple et souvent on ne sait pas très bien pourquoi ils apparaissent sous telle ou telle forme. Quoiqu'il en soit, ils font partis de l'imaginaire sexuel de chaque personne, même s'ils sont différents pour tout le monde.

Nous restons à ta disposition pour toute autre question ou pour poursuivre ta réflexion,

 

Bien à toi,

Telme

 

 P.S. Nous te répondons en privé comme demandé.

Bonjour, Mon fils de 5 ans et demi joue régulièrement "au docteur" (ce sont ses mots) avec notre voisine, du même âge. Aujourd'hui j'ai appris par...

Bonjour,

Mon fils de 5 ans et demi joue régulièrement "au docteur" (ce sont ses mots) avec notre voisine, du même âge. Aujourd'hui j'ai appris par lui et devant la petite voisine, qu'il avait introduit une perle de collier dans son anus... A mon avis pas profondément car il la tenait dans sa main. Visiblement il n'a pas perçu où était le problème car il ne s'en est pas caché. Je suis intervenu en expliquant que c'était dangereux et qu'il ne fallait plus recommencer. Mon fils m'a répondu qu'il avait demandé et que la petite était d'accord. Le soucis c'est que mon fils sait insister pour obtenir ce qu'il veut, et son amie est souvent passive, voire consentante, voire demandeuse....

Comment réagir ? Quel discours adopter envers mon fils, sachant que on lui a déjà parlé du consentent comme la chose la plus importante.

Merci de votre aide.

 

Réponse de TELME:

Bonjour, 

Nous comprenons votre questionnement face aux jeux sexuels de ces deux enfants. Il s'agit de ne céder ni à la banalisation, ni à la dramatisation. Voici quelques pistes de réflexion:

- La perception que les enfants ont de leur corps et de la sexualité n'est pas comparable à celle des adultes. Evitez d'induire une vision honteuse, moralisatrice ou culpabilisante de cette étape du développement de votre fils. 

- A cet âge, il est normal que l'enfant attache de l'importance à l'exploration de son corps et aux différences filles-garçons. L'adulte peut lui rappeler néanmoins que certains gestes sont réservés à l'intimité et non à la sphère publique. Nous vous encourageons à garder avec votre fils ce dialogue basé sur la confiance. Cela sera possible si votre fis vous sent ouverts à aborder toutes sortes de questions sans être (trop) déstabilisés par vos émotions ou des préjugés négatifs.  

Sans donner à ces faits une dimension traumatique ou transgressive qu'il n'ont pas, vous avez raison de prendre en compte la personnalité de votre fils et sa tendance à insister pour obtenir ce qu'il veut. Lui rappeler que le corps de chacun-e lui appartient, qu'on ne doit jamais imposer ou accepter un rapprochement qui n'est pas souhaité (câlins, toilette, partage de l'intimité,..). Avez-vous envisagé d'en parler aux parents de la voisine afin de voir ce qu'ils en pensent et les informer, ce qui aurait l'avantage de la transparence entre vous et permettrait une attitude et des propos concertés auprès de vos enfants.

Vous pouvez demander aux enfants de jouer dans un espace commun où vous pouvez avoir un oeil ou une oreille sur ce qui se passe. Cela les incitera à varier leurs activités.

- Il existe des ouvrages sur cette question adaptés à différents âges. Passer par un média tel qu'une histoire permet souvent d'aborder les choses sereinement entre parents et enfants.

En restant à votre écoute si vous souhaitez réagir à cette réponse ou poser une autre question, nous souhaitons un bel été à toute la famille !

Telme

Bonjour, aujourd'hui en allant récupéré ma fille de 5 ans à l'école, la maîtresse ma informé que ma fille et sa copine du même age ont été surprises...

Bonjour, aujourd'hui en allant récupéré ma fille de 5 ans à l'école, la maîtresse ma informé que ma fille et sa copine du même age ont été surprises par les surveillantes en train de jouer à "Papa, Maman" dans la cours, et que les surveillantes avaient étaient "choquées" par un comportement d'ordre sexuel...

Sur le coup je ne me suis pas alarmée, beaucoup d'enfants jouent au docteur...

Mais en discutant ensuite avec les petites j'ai été perturbé également...

Je ne sais plus trop quoi penser, la copine de ma fille lui a demandé le frotter son nez sur sa mounette, pour faire comme un petit chat...

Je ne m'attendais vraiment pas à ça...

Ma fille m'a dit qu'elles étaient habillées, et que quand son amie lui a demandé elle ne pensait pas faire une bêtise... Sa copine ne disait rien elle écoutait.

Je ne sais plus si c'était seulement un jeu où s'il y avait également une connotation sexuelle dans la demande de sa copine...

Nous discutons beaucoup avec ma fille de l'intimité et des limites a ne pas franchir, nous sommes également très vigilant sur ses visualisations à la télé et sur les supports media, je ne sais plus quoi penser...

Est ce normal pour une enfant de faire se genre de demande?

Dois je interdire ma fille de fréquenter cette petite, ce n'est qu'une enfant, j'ai peur qu'elle est vu quelque chose de similaire et qu'elle est voulu le reproduire avec ma fille.

 

Réponse de TELME:

Bonjour!

Nous comprenons sans peine votre questionnement face aux jeux sexuels de ces deux enfants. Toutefois, il s'agit de ne céder ni à la banalisation, ni à la dramatisation. Pour garder l'attitude la plus objective possible, voici quelques pistes de réflexion:

- La perception que les enfants ont de leur corps et de la sexualité n'est pas comparable à celle des adultes. Evitez d'induire chez votre fille une vision honteuse, moralisatrice ou culpabilisante de cette étape de son développement. 

- Il est très probable que ce qui s'est passé entre ces deux enfants reste sans suite et que cette expérience soit perçue comme un fait isolé, rien de plus... Néanmoins, n'oublions pas qu'à cet âge, il est normal et sain que l'enfant attache de l'importance à l'exploration de son corps et aux différences filles-garçons. L'adulte peut lui rappeler néanmoins que certains gestes sont réservés à l'intimité et non à la sphère publique.

Etre attentifs à ne pas accorder à cet événement une importance disproportionnée vous aidera ainsi que votre fille à avancer, sans lui donner une dimension traumatique ou transgressive qu'il n'a pas.

- Il importe que votre enfant sente que vous et son père restez des personnes de confiance vers lesquelles il peut se tourner pour vous parler de ce qu'il vit. Cela sera possible si votre fille vous sent ouverts au dialogue et capables d'aborder toutes sortes de questions sans être (trop) déstabilisés par vos émotions ou des préjugés négatifs.  

- Il existe des ouvrages sur cette question adaptés à différents âges. Passer par un média tel qu'une histoire permet souvent d'aborder les choses plus sereinement.

- Encourager votre fille au respect de son intimité, non seulement par rapport à son corps mais également en ce qui concerne sa toilette ou les câlins qu'elle partage avec vous ou d'autres personnes, est essentiel. Le but est que votre fille comprenne qu'elle n'est jamais obligée d'accepter un rapprochement qu'elle ne souhaite pas.

- Les parents de la copine de votre fille auront certainement aussi été informés et c'est à eux de décider de la suite à donner en termes d'information et de prévention... Réagir au niveau de votre fille nous paraît suffisant dans un premier temps. En lui interdisant de côtoyer cette copine, vous risquez de susciter une attitude opposée à ce que vous visez

En restant à votre écoute si vous souhaitez réagir à cette réponse ou poser une autre question, nous vous souhaitons un bel été!

Telme

 Bonjour et d'avance merci pour votre attention envers moi. J'ai 23 ans et je suis un Jeune Homme. Je suis encore puceau.Enfin, je me décris moi même...

 Bonjour et d'avance merci pour votre attention envers moi.

J'ai 23 ans et je suis un Jeune Homme. Je suis encore puceau.

Enfin, je me décris moi même comme "Un homme physiquement puceau mais psychiquement pas."

Encore adolescent, à 14 ans, je suis tombé dans le piège de la pornographie et de la masturbation. Au départ, je ne m'intéressait pas trop aux filles et ce n'est qu'à 19 ans que j'ai réellement eu une copine.
Avec elle, nous passions souvent nos temps de retrouvailles à nous embrasser, nous caresser... Je dirai faire ceque'on peut appeller les préliminaires. Mais il n'y a jamais eu de pénétration à proprement parler.

Plus tard, nous avions rompu et je suis par la suite sorti avec d'autres femmes mais toujours "de façon limitée" car je désire vraiment " le faire " avec la bonne personne. Nous nous arrêtions toujours aux préliminaires.

Le problème est que pour satisfaire mes désirs, je me masturbe et le pire est que petit à petit, ça a entrainé en moi une attitude de repli sur moi même, (Je ne m'intéresse plus trop aux femmes) et ne fait que me masturber.
Je me suis informé sur le net et à mon avis, je pense souffrir de "masturbations compulsives".

Or j'aspire à une vie normale avec une femme que j'aime et réciproquement, ainsi qu'une sexualité normale au sein de mon couple. Couple qui malheureusement n'existe pas car ça fait un moment que je ne suis plus lié à aucune femme dans aucune relation.

Ce que je désire aujourd'hui, c'est de me débarrasser de cette masturbation qui me ronge et de cette addiction à la pornographie qui me détruit petit à petit. Je veux pouvoir vivre une vie relationnelle et sexuellement épanouie et normale comme tous les autres.

Le fait que je soit encore "puceau" aussi me fait énormément réfléchir. Pour information, mon repli sur moi même vis à vis des femmes me vient de plusieurs facteurs comme les suivants.

- J'ai eu un père polygamme et dans ma plus tendre enfance "ma vie entière" j'ai été marqué par les conséquences de cette vie sur ma famille. Ma mère à du quitter mon père pour éviter de subir les violences répétées qu'elle subissait constament et souvent au vu de tous dont moi, (le benjamin et le plus petit "dès ma naissance").

- Je me suis dit de toute ma vie qu'il valait mieux se méfier des femmes pour ne pas finir comme mon père "Aveuglé et plus tard réduit à néant par celles-ci". ou ne pas moi même devenir quelqu'un comme lui.

- Je cherche le véritable amour mais dans mes relations passées, soit c'est moi qui suis trop amoureux et pas la fille, soit c'est elle et pas moi, soit ce qui nous réunit est de satisfaire des besoins physiologiques. (Et moi, je ne veux d'une vraie pénétration qu'avec l'âme soeur).

- Ces dernières années, je me suis moi même noyé dans mon travail pour chercher à noyer mes soucis et mon ordinateur a été mon seul ami. Je suis capable de rester devant mon écran 24h/24, sans avoir envie d'aller au coin de la rue "draguer une meuf". Mon ordinateur étént mon meilleur ami et en même temps mon meilleur enemi, (Je suis souvent connecté à internet) et "bonjour la pornographie et la masturbation".

Je veux arrêter mais toutes les fois ou j'ai pris la décision, ça n'a duré que quelques jours et hop, le Diable revient au galop.

Comment faire pour sortir de cette situation ???

Je vous remercie très sincèrement.

NB: Je suis quelqu'un de très discret mais en imaginant que d'autres pourraient avoir des problèmes similaires au mien, je préfère partager mon souci avec la communauté, afin que vos conseils à mon endroit, m'édifie et édifient les autres internautes en même temps.

 

Réponse de TELME:

Bonjour, 

La situation que vous décrivez est complexe mais vous semblez avoir déjà pris le parti de réfléchir seul sur ses possibles origines et ses conséquences sur votre vie actuelle. Cela montre que vous êtes ouvert à vous remettre en question, ce qui est très positif.

Ce que vous décrivez fait partie des "dépendances sans produit" c'est-à-dire qu'il s'agit d'une addiction. Comme vous avez pu le constater par vous même, sortir d'une addiction par soi-même est extrêmement difficile. Souvent, ce problème vient en masquer de nombreux autres, il s'agit donc de traiter l'ensemble pour mettre fin au comportement problématique.

Vous nous dites qu'être toujours vierge vous pose un problème.  Vous faites un lien direct entre le fait d'avoir une haute idée de l'amour et qu'attendre votre "âme-soeur" vous empêche d'avoir des rapports sexuels réels. Selon vous, c'est la frustration qui découle de celle-ci qui entraînerait votre addiction sexuelle par internet ainsi que vos comportements de masturbation "compulsifs".
Avant de poser vous-même ces diagnostics, nous nous conseillons de demander l'aide d'un spécialiste. Après évaluation de votre situation dans son ensemble, il pourra vous proposer un traitement adapté.

Au besoin, nous pouvons vous communiquer des adresses. 

Nous nous permettons d'attirer votre attention sur le fait que le contenu des images pornographiques que vous voyez sur internet ne sont pas le reflet d'une sexualité dite "normale" car les performances telles qu'elles sont montrées sont trop élevée et risquent par conséquent de fragiliser votre estime de vous-même en vous déconnectant du coté humain que peut avoir une relation amoureuse.

Quoi qu'il en soit, ne restez pas seul avec votre problème.

Bien à vous.

Bonjour, Je me pose la question si mon fils de 14 ans serait attiré par l'homosexualité. De nature plutôt calme, il n'a pas encore commencé sa...

Bonjour,

Je me pose la question si mon fils de 14 ans serait attiré par l'homosexualité. De nature plutôt calme, il n'a pas encore commencé sa puberté, d'après l'endocrinologue qui suit sa croissance un peu lente.

Hier, j'ai découvert un de ses slips troué à la hauteur de ses fesses, et je lui ai demandé s'il s'était battu avec un camarade. Il m'a répondu que non et qu'il ne comprenait pas pourquoi son slip était troué. 

Je l'ai posé la question que me térrorifie: si quelqu'un à l'école ou ailleurs (au foot) lui embête, vous savez, j'ai pensé au viol...mais il m'a dit non, mais il s'est mis à pleurer, et m'a dit que je posait des questions bêtes. Il a toujours eu les larmes qui montent facilement...je ne sais pas si cela lui gênait ou s'il y a un problème dont il ne peut pas parler.

Que mon fils (j'espère pas) ait le tendance à être attiré par les garcons je finirait pas accepter car je l'aime beaucoup, c'est un bon étudiant responsable et ne nous donne des soucis de drogue ou d'alcohol. 

Ce que j'aimerais savoir si le slip troué est un indice d'agression sexuelle car je me dis que s'il est consentant son slip ne serais pas troué.

Merci de votre aide. Vous pouvez afficher ma question sur le site, ainsi il y aurait j'espère quelqu'un qui voudrait bien partager avec moi ses inquiétudes et expériences.

Madre sensible

 

Réponse de TELME:

Bonjour et bienvenue dans l'espace parents!

Vous soulevez deux inquiétudes. D'abord, vous dites vous poser la question de l'orientation sexuelle de votre fils. Ensuite, vous vous posez la question d'un éventuel acte sexuel à caractère violent. Vous avez l'air de mettre ces deux inquiètudes en lien et nous nous interrogeons sur le pourquoi.
Pourquoi pensez-vous que ces deux choses pourraient être liées?

Lorsqu'un évènement est isolé, qu'il n'arrive qu'une seule fois, il est difficile de le considérer comme un signe d'agression sexuelle. Les causes d'un "slip troué" peuvent être très diverses. Les déductions que vous faites nous semblent être alimentées par vos doutes, les doutes que vous avez par rapport à l'orientation sexuelle de votre fils. En avez-vous et d'où viennent-ils?
Attention à ne pas rentrer dans une logique de type "cause à effet": si votre fils a l'impression que vous projetez sur lui des choses qui ne lui correspondent pas, il risque de ressentir une intrusion de votre part et se trouver ainsi dans une situation inconfortable.
Vous pensez qu'il pourrait être attiré par les garçons, est-ce que c'est un sujet que vous avez déjà abordé avec lui? Si oui, de quelle manière?

S'il a réagi à votre question de manière très émotive (par des pleurs), on peut imaginer qu'une souffrance est présente. Peut-être est-elle en lien avec l'évènement du slip troué, ou alors avec un tout autre évènement de la vie de votre fils. Nous pensons que cette souffrance mérite que vous vous y attardiez en cherchant à comprendre ce qui se passe. L'un des meilleurs moyens d'y parvenir est d'instaurer un dialogue votre ado, dans une ambiance bienveillante, non-intrusive et non dirigée par les éventuelles représentations que vous avez de lui. Pour vous parler en toute confiance, il doit se sentir sécurisé et non jugé.

N'hesitez pas à nous donner de vos nouvelles!

Bien à vous,

Telme

Bonsoir Telme. Je l'ai fait avec une prostituée. Ce fut ma première fois. Je suis désolé de ne pas vous avoir écouté. Mais je ne pouvais plus...

 

Bonsoir Telme.

Je l'ai fait avec une prostituée. Ce fut ma première fois.

Je suis désolé de ne pas vous avoir écouté. Mais je ne pouvais plus attendre. J'en avais marre.

Durant la demi-heure, je me suis senti aimé et apprécié. Ceci m'a coûté 200.-. Je ne le ferais pas tout les mois...

Serait-ce mal, sachant que certains mettent autant dans les boissons alcoolisés ou la drogue ?

J'ai écouté les conseils des gens qui me disent que je dois vivre ma vie.

Si je vous écris c'est pour savoir si je dois culpabiliser ou si je dois avoir honte de ce que j'ai fait ? ça me trottine dans la tête...

Merci.

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Nous vous avions dit une autre fois:

"Nous vous encourageons donc à chercher, à vivre des expériences, à vous réajuster en fonction des résultats. Il n'y a pas une réponse qui soit la bonne, il y a juste ce qui vous va ou ce qui ne vous va pas, c'est ce que vous aurez à découvrir."

Cela reste valable, le fait d'aller voir une prostituée n'est pas interdit par la loi et cette relation s'est produite entre adultes consentants. Ensuite, nous n'allons pas ici chercher à vous culpabiliser ou à vous déculpabiliser, c'est à vous d'assumer vos choix.

Vous nous demandez encore d'évaluer de ce que vous faites, cela ne nous appartient pas. Certains estimeront que le fait de fumer du cannabis est moins grave que de voir une prostituée, pour d'autres ce sera le contraire. Et vous, qu'en pensez-vous?

Tant que vous serez en attente d'une confirmation de la part des autres, vous serez dans le doute. Vous faites vos choix, vous tirez parti de l'expérience et vous recommencez... ou  pas. C'est ainsi que vous développerez de l'assurance et que vous existerez par vous-même, non seulement dans le regard des autres.

Vivre votre vie, c'est faire VOS choix.

Bonne suite

Je suis Maman de trois enfants (deux garçons de 19 & 17 ans) et de ma petite dernière qui va avoir 15 ans dans quelques semaines. Il y a six mois,...

Je suis Maman de trois enfants (deux garçons de 19 & 17 ans) et de ma petite dernière qui va avoir 15 ans dans quelques semaines.

Il y a six mois, elle a écrit une lettre à son Père et à moi-même, que j'ai trouvée en premier. Ma Fille nous disait qu'elle était attirée par le sexe féminin, et qu'elle se sentait obligée de nous le dire, car c'était un secret trop lourd à porter.

Elle m'a précisé ensuite de vive voix qu'elle pouvait aussi bien ressentir de l'attirance pour un garçon ou une fille.

Je suis ...tombée des nues, et ai finalement décider de ne pas la montrer à son père, car je ne savais pas trop comment il réagirait et j'avais peur qu'en tant qu'homme, il voit ensuite notre Fille différemment, et soit ainsi différent envers elle.

Par la suite, j'ai trouvé une lettre dans sa chambre, une véritable déclaration d'amour pour une fille de sa classe ... (je ne lui en ai pas parlé).

Je ne sais pas si j'ai bien fait ou non, mais il s'avère qu'hier, ma Fille a amené une copine à la maison, et s'est enfermée dans sa chambre avec elle, et elles ont ...fait des câlins.

Jusque-là, j'acceptais l'idée qu'elle soit peut-être homosexuelle, mais je n'avais pas encore été confrontée à cela, et je suis extrêmement perturbée. Je pensais initialement que vu son âge, et son manque de maturité certain, ce n'était qu'une passade dans son esprit, et qu'elle serait tôt ou tard ...hétérosexuelle.

Je ne sais pas si je dois tout simplement laisser aller les choses et accepter, en parler avec mon mari, en parler à ma Fille ... voir un psychologue : ???

Je suis PERDUE et PERTURBEE, cela d'autant plus que chacun dans notre famille a ses petits (...gros) problèmes ...

Merci d'avance de votre réponse.

 

Réponse de TELME:

A 15 ans, on est encore pas très loin de l'enfance et ce n'est pas facile pour les parents de se trouver confrontés au fait que leur "enfant" aie déjà une sexualité active.

Le fait que votre fille se définisse comme homosexuelle ajoute encore une part de surprise et je comprends que vous vous sentiez un peu dépassée, juste à présent...

 Mais c'est une chose d'accepter l'orientation sexuelle des ses enfants, ensuite, cela n'implique pas qu'ils vivent leur sexualité sous le même toit que les parents. S'il est important que votre fille ne se sente pas déniée dans ce qu'elle ressent, dans ce qu'elle est peut-être définitivement, cela ne signifie pas que vous devriez laisser tomber vos exigences et ne plus mettre de cadre, comme si vous n'aviez plus rien à dire.

Au contraire, il vaut la peine de différencier les divers niveaux de vos existences. Aborder avec votre fille son homosexualité, essayer de comprendre ce qu'elle vit, la soutenir en lui montrant que de toute façon vous l'aimez inconditionnellement, tout cela est vraiment important. Ensuite, définissez-vous et mettez des limites qui vous correspondent.

Vos fils ont-ils pu amener leurs copines à 15 ans et s'enfermer dans leur chambre avec elle?

Quelle que soit l'orientation sexuelle d'un jeune, cela ne lui donne pas moins de droit qu'à un autre, mais pas davantage non plus.

C'est donc à vous de voir ce qui vous convient, sans culpabiliser, il faudrait expliquer ces différents niveaux.

Je suis surpris que vous n'en parliez pas avec son père, d'autant plus que votre fille s'était adressée à vous deux. Il serait dommage qu'à travers ce "non-dit", elle perçoive une forme de rejet et que cela crée un déséquilibre dans la relation qu'elle entretient avec vous deux.

Comme pour vous, il aura probablement un certain choc, dont il se remettra, comme vous.

Ensuite, il n'est pas exclu que votre fille ressente aussi, par la suite, de l'intérêt pour les garçons, mais il vaut mieux ne pas compter sur cela, au risque, encore une fois, de dénier ce qu'elle ressent.

Il y a plein de petits et de gros problèmes dans une famille, autant l'accepter, et en essayant modestement de les prendre les uns après les autres, finalement c'est moins lourd.

Bonjour j'ai actuellement un problème de "libido" , je viens d accoucher il y a presque trois mois et je n'ai toujours pas envie de rapports. on a...

Bonjour

j'ai actuellement un problème de "libido" , je viens d accoucher il y a presque trois mois et je n'ai toujours pas envie de rapports. on a repris nos rapports environs une fois par semaine voire tous les 10-15 jours, mais à la demande de mon conjoint, pas la mienne. alors qu avant c etait l inverse. j avais une grande libido. mais depuis que j'ai accouché c est fini, je lui dis souvent non. il se vexe un peu parfois mais sans plus, car il est très patient. et compréhensif. je sais que parfois ça peut mettre du temps , mais de là à ne plus avoir envie du tout pendant plusieurs mois apres l accouchement, du coup les rapports sont "très moyens", je ne suis pas en forme et ne ressens presque aucun plaisir. quand cela va t il revenir ? je suis angoissée.

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

De nombreuses femmes rencontrent cette difficulté après avoir accouché.

Du point de vue physique et hormonal, l' "après accouchement" peut s'étendre sur plusieurs mois. Ce temps peut s'avérer nécessaire pour permettre au corps de se réorganiser et de retrouver son rythme. Si vous ne vous sentez pas en forme, adressez-vous à votre médecin traitant ou à votre gynécologue.

Mais comme le physique et le psycho-affectif sont étroitement liés, vous ne pouvez considérer l'un sans l'autre puisqu'ils interagissent sans cesse.

Vous vivez maintenant en famille, ce qui est sans doute un grand bonheur. Pourtant il ne faut pas oublier que le passage du couple à la famille représente également une crise, mais qui est rarement nommée ainsi puisque l'on ne considère généralement que l'aspect heureux de ce passage. 

En tant que nouveaux parents, il se peut que votre vie soit essentiellement organisée autour de votre enfant et de ses rythmes, ce qui implique que l'intimité n'est plus gérée aussi spontanément qu'avant. Il peut être souhaitable de vous aménager des moments à deux afin de retrouver progressivement la complicité qui était la vôtre avant. Cette proposition suppose que les moments en couple (repas, sorties, w-e,..) soient agendés, planifiés afin de ne pas laisser d'autres événements interférer.

Vous dites que vous êtes angoissée. Plus vous serez inquiète, moins vous parviendrez à lâcher prise, élément essentiel à des rapports harmonieux. Nous vous encourageons donc à ne pas vous focaliser sur ce qui est momentanément difficile, mais à préserver des moments de détente en acceptant le fait que vous ne pouvez gérer les choses comme avant. Perdre le contrôle de certaines choses serait bénéfique pour vous permettre de récupérer, mais également de vous reconnecter à votre corps et vos désirs.

Bonne suite !                                                   Telme

Tel-me ! Bonjour ! Je me tourne vers vous car j’ai un souci. Lorsque vous aurez lu mon message vous comprendrez pourquoi et bien que je devrai me...

 

Tel-me ! Bonjour !

Je me tourne vers vous car j’ai un souci. Lorsque vous aurez lu mon message vous comprendrez pourquoi et bien que je devrai me débrouiller de mon propre chef de ce côté-ci je suis à des centaines de milliers des autres.

J’ai 20ans et je suis amoureuse et c’est la première fois de ma vie que j’ai un…….petit ami !

Ma bestfriend a eu son copain a 17 ans, et sa mère est venu avec chez la gynéco pour la pilule.

Je me sens à l’ouest mais j’aimerai bien que ma mère m’accompagne sur le pas de la porte de la gynéco car j’ai…..le trac. Mais je suis majeure, j’ai 20ans pas comme ma best.

Je vais avoir l’air de quoi aux yeux de la gynéco, débarquant avec ma mère ?

Qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui dire, j’ai peur je suis venue avec ma mère ? Elle va penser…

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Il n'est jamais simple d'aller chez un médecin pour la première fois, d'autant plus lorsqu'il s'agit d'une consultation aussi intime.

Lorsqu'on est face à une situation qui nous met mal à l'aise, c'est une bonne stratégie de faire appel à des personnes en qui on a confiance pour nous soutenir. C'est une des raisons qui pousse les gens à se rendre chez le médecin accompagné de leur conjoint, d'un membre de leur famille ou même d'un ami proche et ce, quel que soit leur âge. Les médecins y sont habitués et ils ne jugent pas leur patients sur leur capacité à venir seuls aux rendez-vous.

Si vous êtes assez proche de votre mère pour partager avec elle sur des questions d'intimité, il me semble que c'est une bonne idée de lui demander de vous accompagner. Il n'y a pas de norme incontournable, ni de manière de faire unique. L'important est que ce choix soit le vôtre!

Bien à vous.

Telme

 

 

Bonjour, Je vous écris car je me sens un peu perdu par rapport à quelque chose qui m'est arrivé quand j'étais enfant. Lorsque j'avais environ 4 ans,...

Bonjour,

Je vous écris car je me sens un peu perdu par rapport à quelque chose qui m'est arrivé quand j'étais enfant. Lorsque j'avais environ 4 ans, je me suis laissé entrainer par un camarade -de 10 ans mon aîné- dans des jeux sexuels allant jusqu'à la fellation (ça ne s'est passé qu'une fois).

J'ai réussi grâce à un long travail sur moi même, à passer au dessus de ma culpabilité et de ma honte en me rendant compte que mon âge empêchait tout discernement au niveau sexuel. Je ne garde aucune séquelle de cet abus, à part un petit manque de confiance en moi que je suis entrain de combler.

Seulement voilà, pour en finir définitivement avec cet épisode douloureux, j'aimerai en parler, cependant je ne vois personne dans mon entourage, même ceux en qui j'ai toute confiance, qui serait apte à assimiler et comprendre cet abus. De plus j'ai garder avec l'abuseur une relation amicale, ce qui fait que je n'est pas du tout envie de parler de ça avec lui sachant pertinemment qu'il niera ou minimisera les faits.

J'en arrive maintenant à mes questions. Est-ce grave si je ne parle pas de l'abus avec l'abuseur ? Sachant que je ne lui en veut pas trop, je pense qu'il ne savait pas ce qu'il faisait. Et pourriez vous me donner deux, trois conseils comme par exemple :à qui en parler, comment aborder le sujet etc. Merci d'avance.

Cordialement

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Merci de la confiance que vous nous témoignez en vous adressant à nous.

Sans exagérer la gravité de ce qui s'est passé, vos propos laissent entendre que cela a laissé en vous des empreintes qui, si elles ne vous empêchent pas de mener votre vie normalement, suscitent néanmoins le besoin de parler.

Il est probable que le souvenir de ces faits et les émotions qui y sont liées restent présents et soient ravivés dans des circonstances particulières, indépendamment du temps écoulé depuis qu'ils se sont produits. Le fait d'avoir travaillé sur vous même est essentiel et vous a permis d'avancer dans le processus de compréhension et de résilience. Mais surmonter un événement marquant passe généralement par le besoin, souvent inconscient, de se sentir reconnu dans ce que l'on a traversé ou subi. Pensez-vous que cet aspect de reconnaissance manque encore sur le chemin déjà réalisé?

Votre besoin d'en parler pourrait s'expliquer par un sentiment de solitude (voire d'injustice) puisque vous endossez seul la reconstruction de ce qui, en vous, a été fragilisé.

Il se peut également que le maintien du lien avec la personne avec laquelle s'est déroulée cette rencontre sexuelle contribue à entretenir un sentiment de quelque chose de non résolu ou de difficile à dépasser chez vous ?!

Concrètement, votre difficulté à évoquer ce que vous avez vécu avec vos proches est compréhensible, car il n'est pas certain que ces personnes auraient le recul émotionnel nécessaire pour garder une perception constructive et neutre face à cette situation.

S'adresser à un service professionnel spécialisé dans ce type de prise en charge nous semble plus approprié. Il existe l'association "Faire le Pas" (www.fairelepas.ch). Leur travail consiste à proposer un suivi thérapeutique aux adultes ayant subi des abus dans l'enfance. Je vous propose de vous renseigner et, si vous décidez de les contacter, d'exposer vos attentes et ce que vous avez déjà entrepris.

A notre avis, un service spécialisé dans cette problématique sera plus en mesure de répondre aux questions posées à la fin de votre message.

En vous souhaitant de trouver l'écoute que vous attendez, nous restons disposés à continuer à réfléchir avec vous.

Bonne suite d'été et nos voeux pour que votre démarche débouche sur un mieux-être et une reprise de confiance qui vous permettent de vous épanouir !

Telme

J ai surpris mes deux garçons de 10 et 13 ans nus dans leur chambre dans une position très équivoque Très choquée je me suis mise en colère ' je ne...

J ai surpris mes deux garçons de 10 et 13 ans nus dans leur chambre dans une position très équivoque

Très choquée je me suis mise en colère ' je ne sais pas comment gérer la suite et jusqu ou ça a pu aller

Dois je les emmener voir un psychologue ? Ou juste essayer de leur parler

Merci

 

Réponse de TELME:

Bonjour...

Vous êtes décontenancée par ce que vous avez vu, je comprends qu'il soit difficile d'évaluer ces faits et d'y réagir de la façon la plus adéquate.

Vous donnez peu d'éléments et nous vous répondons de façon générale.

Les enfants testent tout, y compris la sexualité, bien sûr. Il est possible que vos fils aient fait cette expérience de façon ponctuelle, il se peut aussi qu'ils aient pris l'habitude de vivre une relation sexualisée, ce qui serait plus problématique.

Pour cette raison, il serait dans tous les cas utile d'en parler avec eux, en leur expliquant qu'il vous est nécessaire de comprendre ce qu'il se passe entre eux, non pour les punir mais pour les aider à comprendre et à gérer leurs pulsions sexuelles.

Pour cela, il faut que vous puissiez prendre un peu de distance avec l'événement pour le gérer sans trop de surcharge émotionnelle. Ne vous précipitez pas, mais ne banalisez pas non plus.

Les deux enfants ont une différence d'âge de 3 ans, l'un est-il pubère et l'autre pas? L'un des deux a-t-il poussé l'autre à accepter ces jeux sexuels? quelle est la part de chacun? Ont-ils vu cela quelque part?

D'un point de vue extérieur, il y a la dimension homosexuelle et incestueuse dans leur relation. De leur point de vue à eux, quelle conscience ont-ils de ces aspects là? Là encore il serait bon d'en parler avec eux. Vous découvrirez peut-être qu'il ne s'agit que d'une expérimentation hasardeuse de la sexualité, comme je l'ai dit plus haut. Vous réaliserez peut-être que ce fonctionnement est déjà inscrit dans leurs habitudes et si c'était le cas, je vous encourage alors à consulter.

Enfin, dans la relation à vos enfants, vous venez de vivre quelque chose qui modifie vos représentations de ce qu'ils sont, de l'enfance. Voir entrer les enfants dans la sexualité n'est pas facile. Il est possible que vous ne parveniez plus à retrouver le regard que vous posiez sur eux avant. je vous encourage donc à être attentive à cela. Il ne faudrait pas que vos enfants se sentent "salis" à vos yeux, qu'il se vivent mal dans le regard de leur mère. Il est donc important de parvenir à relativiser un tel événement, d'en faire le tour pour qu'il ne reste pas de séquelles difficiles à vivre au plan relationnel. Cela aussi se travaille.

Je vous souhaite bon courage pour surmonter cela, avec ou sans aide.

N'hésitez pas à réagir à ma réponse.

Bien à vous

Telme