Filtres

Questions / Réponses

Vous trouverez sur cette page les nombreuses questions adressées à Telme sur ces dernières années.

Faute de subventionnement nous ne pouvons plus répondre à de nouvelles demandes. Vous pouvez toutefois consulter ces échanges archivés en faisant une recherche par thème.

Mon conjoint a du mal à participer aux tâches liées à la maison et aux enfants. Nous sommes mariés depuis 10 ans et avons 2 enfants de 4 et 2 ans....

Mon conjoint a du mal à participer aux tâches liées à la maison et aux enfants.

Nous sommes mariés depuis 10 ans et avons 2 enfants de 4 et 2 ans. Notre histoire de couple, comme tout le monde, a été ponctuée de haut et de bas. La plupart de nos disputes ont presque toujours été liées à la distribution des tâches et aux questions financières parfois, car j'assumais beaucoup à ce niveau-là aussi au début.

Nous sommes actuellement tout les 2 actifs professionnellement, ce qui de son côté n'a pas toujours été le cas. Parfois, nous trouvions des compromis, il s'y tenait quelques semaines, puis plus rien. Même lors de mes 2 grossesses, j'ai toujours tout assumé à la maison et j'avais accumulé beaucoup de fatigue.

Ce qui m'a poussé à écrire aujourd'hui est le fait qu'une fois par semaine, les enfants vont à la garderie. C'est toujours moi qui les amène et qui vais les chercher depuis maintenant 6 mois. Je l'ai fait sans rien lui demander car auparavant il partait à 6h30 de la maison pour faire plus d'une heure de trajet jusqu'à son travail. Depuis quelques semaines ce n'est plus le cas, nous avons les 2 le même horaire le matin. Du coup, j'attends de lui qu'il fasse aussi sa part à ce niveau-là, parce que là, il se lève et part et tout est à ma charge. Et ce n'est pas tout, le soir il rentre et s'occupe de ses petites affaires perso comme s'il vivait seul jusqu'au coucher des enfants (il couche les enfants seulement si je ne suis pas là). La situation me pèse énormément et notre relation de couple s'use, puisque je ne ressens plus de désir pour lui et n'ai même plus envie qu'il me touche. Par conte, là je n'y échappe pas, parce que même si je n'en ai pas envie, il devient très nerveux, presque violent, ne supporte pas que je le rejette sans cesse. Du coup, je cède, mais je le vis très mal.

De son côté il pense faire sa part, puisqu'il reste un jour par semaine à s'occuper des enfants et... fait la vaisselle après manger le reste du temps. Sauf que pour moi c'est largement insuffisant. Nous en avons parlé à plusieurs reprises, il dit se rendre compte que j'ai beaucoup de charge ( je m'occupe également de tout l'administratif, des rdv pour les enfants, etc.), mais les choses ne bougent pas. De mon côté c'est le ressentiment, la colère et la tristesse qui s'installent. Ne parlons pas des reproches que je lui fais sans cesse. Ce soir, je lui ai exprimé ma déception quand à son attitude, surtout le jour de garderie, mais il n'est pas prêt à faire beaucoup plus semble-t-il, parce qu'il dit ok pour quelques fois dans l'année. Il s'est senti acculé est devenu nerveux et à dit qu'il était prêt à faire autre chose en contre-partie (le souper une fois par semaine). Sauf que je ne suis pas d'accord, c'est une échappatoire trop simple à mon avis. Et c'est toujours à ce genre de réaction que j'ai droit pour beaucoup de demandes plus que justifiées.

Bref, il me semble que je suis à un stade de ras-le-bol général et que la situation met grandement notre relation en danger. J'attends d'avoir un homme, un mari à mes côtés, et non un enfant de plus à charge avec qui il faut toujours tout négocier difficilement. Le plus difficile pour moi est de le lui faire comprendre (par les mots ça ne marche pas apparemment) et que je ne me sens tout simplement pas du tout entendue par lui. Comment lui faire entendre que je suis à bout??

 

Réponse de Telme: 

 

Bonjour,

Vous décrivez un scénario répétitif de demande de votre part et de réticence ou désengagement de la part de votre mari. Ceci semble beaucoup influencer votre vie de couple et vous empêcher de voir ce qui existe en dehors des tâches ménagères.  

A présent, cette dynamique ne vous permet pas de rentrer dans un lien collaboratif. En effet, il semblerait que vos demandes répétitives envers votre mari mettent votre couple toujours dans une position d’échec : d’un côté, si votre conjoint accepte vos demandes, il sera dans une position passive et infantile où aucun jugement ne lui semble permit, et de l’autre côté s’il n’accepte pas il vous mécontente. Ceci vous amènera à lui demander encore plus et donc à rentrer dans un cercle vicieux. Par conséquence, vous allez les deux être dégoûtés par cette interaction. Malgré les efforts faits par votre mari et par vous-même cette manière de décider les rôles de chacun ne permet ni à vous ni à lui d’être complètement satisfaits et en accord.  

En tant que couple conjugal ainsi que couple parental une position égalitaire quant aux décisions prises est nécessaire et bénéfique. Une bonne répartition des taches ne nécessite pas forcément une distribution parfaitement égale mais doit être décidée et surtout acceptée à deux pour que chacun puisse s’y engager sérieusement.

Concrètement, vous pourriez poser « sur la table » toutes les tâches, et aménager de façon créative et participante une répartition des celles-ci dans laquelle chacun se sente acteur même si, encore une fois, elle n’est pas totalement équitable. Nous relevons encore qu’il est dommage que tous les aspects de votre vie soient « contaminés » par ce problème de répartition des tâches. Au contraire, il serait profitable de séparer les zones de conflits et garder ce qui peut fonctionner et qui peut représenter une ressource.

Nous vous encourageons donc à revoir tout cela ensemble et à vous donner la possibilité de sortir de cette dynamique du reproche et de position défensive. Un nouvel échange entre vous influencera par conséquence aussi le reste de votre vie de couple et de famille. 

Bien à vous, 

Telme

Bonjour, J'ai 30 ans et suis avec ma copine qui a 28 ans depuis 8 ans. Nous pensons sérieusement à avoir un bébé. Cela fait plus d'une année que ma...

Bonjour,

 

J'ai 30 ans et suis avec ma copine qui a 28 ans depuis 8 ans. Nous pensons sérieusement à avoir un bébé. Cela fait plus d'une année que ma copine a arrêté la pilule qu'elle prenait depuis ses 14 ans, mais pour le moment, rien n'y fait. Nous avons pour informations des rapports 1 à 2 fois par semaine, donc rien de très fréquent.

 

Est-ce "normal" qu'encore rien ne soit arrivé? Je suis quelqu'un de très anxieux, et je commence à avoir peur qu'on aie un "problème" de fertilité ou autre... Nous en avons discuté avec ma copine, elle ne veut pas faire de tests, et veut laisser faire le temps.

 

Cordiales salutations

 

Réponse de Telme: 

 

Bonjour,

Nous comprenons votre inquiétude dans cette période d’attente mais il arrive parfois de devoir essayer sur une période plus ou moins longue.

Votre copine et vous, vous semblez avoir deux représentations différentes de la même situation. Il faut prendre en considération que votre anxiété face à ce temps qui passe et son envie de laisser faire les choses sont légitimes. Chacun vit cette période de manière différente et unique. Nous vous encourageons à en discuter entre vous. Parler de ce qui se passe pour chacun vous aidera à trouver une solution qui convient aux deux.  

Vous pourriez ainsi envisager une piste plus concrète. Par exemple, vous donner une période d’essai supplémentaire que vous déciderez ensemble et suite à cela consulter un planning familial pour vous informer davantage. Cela n’implique pas de faire toute suite le test mais d’avoir un premier avis par un professionnel.

Bonne suite,

 

Telme  

 

 

 

 

 

Bonjour, et merci d’avance pour votre réponse. Vous faites un remarquable travail ! Je vous écris car je suis inquiète pour mon copain (nous sommes...

Bonjour, et merci d’avance pour votre réponse. Vous faites un remarquable travail !

Je vous écris car je suis inquiète pour mon copain (nous sommes ensemble depuis 5 ans) qui bascule gentiment dans la dépression. Il est actuellement en dernière année de master, et il doit rédiger ce semestre un « énoncé théorique », qu’il doit réussir pour passer l’année et finir ses études.

Ce travail le déstabilise complètement : depuis le début, et même depuis l’été avant, il angoisse à l’idée de faire ce travail seul (il a jusqu’ici beaucoup travaillé en groupe dans le cadre de ses études). Ce qui n’étaient au départ que des inquiétudes sont devenus maintenant des angoisses permanentes qui entachent complétement sont quotidiens. Il panique quand il doit expliquer en quoi consiste son travail, il pleure, il se sent nul, il a des crises pendant lesquels il ne peut plus réfléchir et n’arrive pas à travailler et à avancer.

Il a vite compris l’ampleur de la chose dès le début, et a donc décider d’être suivit par une psychologue. Celle-ci l’a envoyé en parallèle chez une psychiatre qui lui prescrit des médicaments (au début anxiolytique et maintenant antidépresseur). Quand il me raconte ses séances avec la psychologue, je suis très surprise de la manière dont ça se déroule : il s’assied et raconte tout ce qui lui passe par la tête, elle ne répond quasi rien, ne lui donne aucune méthode de relaxation pour ses crises, ni aucune explication sur la psyché ou le cerveau. Ayant moi-même suivit deux thérapeutes différents, je trouve la méthode étrange et peu efficace. J’ai des souvenir d’échanges plus fructueux ou on parlait ensemble du nœud du problème et ou on m’expliquait de manière large pourquoi mon cerveau me faisait ressentir ceci ou cela, comment ça se fait qu’on ait des mécanismes etc. De plus les médicaments lui ont été prescrit qu’après 2 séances … tout cela me fait peur !

Etant donné que je suis pas dans le domaine je me retiens de juger trop fort, et je ne dis pas tout haut ce que je pense à mon copain. J’ai peur de plus lui faire du mal qu’autre chose en le déstabilisant. Je n’ai pas à dire ce qui est bon ou non pour lui il me semble. Mais je constate qu’il n’est pas 100% convaincu lui non plus, mais n’ayant pas de point de comparaisons il pense que c’est normal d’avoir des doutes, et que en attendant ça le soulage de parler. Je soupçonne qu’il ait peur de chercher quelqu’un d’autre par ce qu’il est trop stressé et ne veut pas perdre de temps, et que d’entendre d’un professionnel dire «ne t’inquiète pas c’est rien de grave ne fait pas un travail sur toi mais prend juste des médicaments » (je caricature évidement) est bien rassurant et qu’il préfère cette solution. Je lui ai conseillé tout de même de venir sur votre plateforme, pour avoir un autre avis, mais il n’a pas encore pris le temps de vérifier par lui-même si ça lui plaît.

En attendant moi je suis morte d’inquiétude. Je passe beaucoup de temps à essayer de lui remonter le moral, a travailler avec lui, à le consoler, mais ne voit pas d’amélioration. J’ai peur d’être maladroite quand je lui dis de s’accrocher et de continuer son master. Il hésite à arrêter, peut-être que je devrais plus l’écouter et le laisser faire, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’avec du soutien il y arrivera. Alors voilà, je vous écris car je voulais connaître votre avis.

Comment dois-je me comporter avec lui ? Dois-je l’encourager ou je lui mets trop de pression ainsi ? Dois-je le laisser gérer de manière indépendante ou est-ce que je peux lui proposer de venir habiter chez moi et prendre un peu les choses en mains – j’ai peur pour son hygiène de vie, il ne mange plus trop et fume énormément - ? Je ne veux pas qu’il pense que je le maternise mais j’ai envie de l’aider au mieux. Et que pensez vous de la méthode de la psychologue et de la prise de médicaments ?

Réponse de Telme:

Il est fondamental que votre positionnement face à votre conjoint soit clair. Vous n'êtes pas son thérapeute ni sa mère ni son coach de vie mais en couple avec lui. Vous vous inquiétez pour lui, c'est compréhensible votre conjoint a de la chance d'avoir quelqu'un qui se soucie de lui. Votre rôle est d'être là pour lui dans votre rôle de conjointe.

Il est également important de ne pas juger et de faire confiance dans le choix de votre conjoint sur le type d'aide et le professionnel qu'il a choisi. Chaque thérapeute aune formation théorique et une manière de faire spécifique et il est contre-productif de comparer les méthodes les unes aux autres.L'important est la relation qui se construit entre le patient et le thérapeute indépendamment du type d'approche choisi. Ainsi c'est à votre conjoint de juger si le professionnel lui convient. 

Il est possible que la manière de venir en aide à une personne vous semble peu adéquate on non indiquée. Quant on aime quelqu'un on souhaite le meilleur pour lui. Essayez de faire confiance en ce qu'il vit et soyez près de lui dans les moments difficiles. Sachez gardez cette distance nécessaire au bon fonctionnement de votre couple et à la définition claire des rôles de chacun.

N'hésitez pas à poursuivre cet échange.

Bien à vous

 

 

 

 

Bonjour, Je vous remercie des conseils concernant l'éducation de mon fils de 4 ans. J'ai finalement pris rendez-vous avec une psychologue qui est...

Bonjour,

Je vous remercie des conseils concernant l'éducation de mon fils de 4 ans. J'ai finalement pris rendez-vous avec une psychologue qui est aussi spécialisée en coaching parental et j'espère qu'elle pourra m'éclairer dans la gestion des crises et que je pourrais rétablir une harmonie dans notre relation car je souhaite vraiment que cela se passe bien, que son enfance soit faite de beaux souvenirs !

Ma question d'aujourd'hui a trait à ma relation de couple. Je suis en concubinage depuis 10 ans avec mon compagnon. Il a 37 ans et moi 32.

Nous avons beaucoup amélioré notre communication qui s'était détériorée. Mais il continue d'être craintif lorsque je rencontre de nouvelles personnes. Il a si peu confiance en lui. Moi je suis une fonceuse, j'ai plein d'idées, je suis créative, joviale et j'ai toujours mille projets en tête. A chaque fois que je côtoie un milieu où je dois rencontrer de nouvelles personnes, c'est la même histoire. Comme nous avons un enfant, il me faut son soutien pour aller à des réunions ou autre manifestation. Donc c'est devenu un bon moyen de me retenir. Si j'ai le malheur d'avoir 3 événements dans la même semaine, il me dit "mais tu crois quand même pas que je vais garder le gamin 3x ??" Et évidemment, je dois faire des choix, mais en plus, les choix qui lui conviennent à lui, donc privilégier ceux où je rencontre le moins de monde possible. Il ne croit pas à l'amitié fille-garçon. Ou alors il faut que le garçon soit moche ou gay.

Il a commencé une thérapie ce mois-ci. C'est un peu comme mon ultime espoir pour sauver notre relation car ça fait plusieurs années qu'il freine mon développement personnel. Et depuis que l'on a un enfant c'est plus facile évidemment, il sait que si il ne le garde pas, je ne pourrais pas me déplacer.

Je n'arrive plus à savoir si cela est normal... Est-ce que, en tant que maman, je dois renoncer, m'imposer des "quotas" de sortie par semaine car sinon cela fait trop par rapport à mon rôle de maman ? Quand lui a 2 sorties de suite, moi ça ne me dérange pas, je suis heureuse de son épanouissement.

Des fois, j'imagine ma vie sans lui. C'est étrange car je suis perdue dans mes sentiments. Je l'aime et il a beaucoup d'autres qualités, mais c'est comme si j'avais un boulet autour de la cheville. Je sais pertinemment aussi qu'avec mon temps partiel je ne pourrais offrir à mon fils qu'un petit logement, et que finalement je devrais renoncer à beaucoup d'activités. Je ne sais pas si je dois me battre. Si cette relations à de l'avenir ou si nous faisons simplement de l'acharnement thérapeutique. J'aurais voulu offrir à mon fils une vie de famille unie, je n'arrive pas à faire le deuil de cet idéal.

A quel moment sait-on qu'une relation est terminée ? Comment savoir si c'est moi qui doit me tempérer dans mes projets ou si c'est lui qui doit m'encourager plutôt que de m'éteindre ? Je suis bénévole dans une association 1 dimanche par mois. Je renonce chaque fois à manger le repas des bénévoles car cela se termine à 22h. Et comme je lui ai dit que mon job se terminait à 19h, il dit que "ce n'était pas convenu comme ça et que c'est déjà pas mal que je puisse aller jusqu'à 19h". Bon au final, il ne m'interdit rien, je fais ce que je veux, mais je sais qu'ensuite il y a un prix à payer : ce sera de longues discussions, des reproches, et il fera la tête toute la soirée. Il me le fait payer et culpabiliser.

Est-ce que je dois mettre tous mes espoirs dans sa thérapie et être patiente ? Est-ce qu'une personne peut radicalement changer son état d'esprit avec une thérapie ?

Merci pour votre aide...

 

Réponse de Telme: 

Bonjour,

C'est très positif que vous ayez entrepris un coaching parental. Ce suivi va certainement vous aider dans votre rôle de parents et vous apporter une meilleure compréhension de la relation avec votre fils. 

Vous semblez être épanouie dans votre vie sociale, ce qui est une très bonne chose. Ensuite, il s'agit de garder un équilibre entre les activités externes et la vie de famille. Cette responsabilité vous incombe aux deux, votre compagnon et vous. Il est question non seulement de compromis, à deux, mais aussi de votre côté d'un positionnement: à quoi êtes-vous prête à renoncer ou au contraire à quoi n'êtes-vous pas prête à renoncer ?

Vous nous posez des questions importantes, mais il s'agit de questions où il est difficile de vous répondre, car elles vous appartiennent. Les questionnements concernant votre couple sont compréhensibles, vous vivez ensemble depuis 10 ans, vous avez désormais un enfant, beaucoup de choses ont dû changer et se réaménager, ce n'est pas toujours évident d'être sur la même longueur d'onde dans son couple. Mais dans le fond, la question importante est, êtes-vous épanouie sentimentalement dans votre relation ? C'est en vous posant cette question et en fonction de ce qui en découlera que vous pourrez décider de la suite que vous donnerez à votre vie de couple. 

Quant au suivi de votre compagnon, nous ne pouvons pas savoir comment il va réagir à cette thérapie et comment celle-ci aura un impact sur votre couple. Pour cela, nous vous encourageons à réfléchir aussi à votre position à vous. Pensez-vous pouvoir trouver un équilibre entre vos envies et ses besoins ?

Si vous pensez que votre couple a besoin de travailler sur certaines choses, une aide auprès d'un thérapeute de couple pourrait aussi être envisagée.

Bien à vous,

Telme 

 

 

 

Bonjour, je suis vraiment contente de trouver un endroit ou je peux demander un avis anonymement. Sans être jugé!!! Alors voila ça fait 7ans que je...

Bonjour, je suis vraiment contente de trouver un endroit ou je peux demander un avis anonymement. Sans être jugé!!!

 

Alors voila ça fait 7ans que je suis avec mon copain. J'ai 22ans avant lui j'ai rencontrer d'autre garçon. Mais quand je l'ai rencontrer lui, j'ai trouver une sorte d'échappatoire pour sortir de ma vie de ''merde''. (il avait 23ans et j'en avait 15 quand on s'est rencontre). Ma vie chez mon père était horrible. Je n'ai pas eu le coup de foudre pour lui, je crois que j'ai appris a l'aimer avec le temps.

 

Plus je grandis plus je crois que je suis restée avec à cause de la peur de l'abandon... je ne sais pas en fait, je n'arrive pas a savoir comment est-ce c'est quand on aime quelqu'un??? nous n'avons jamais été séparés longtemps pour que je le sache.

 

On habite ensemble depuis 5ans on s'est créer une vie, on part en vacances, on a un boulot tout les deux...

Mais je sais pas j'ai un manque et je ne sais pas a qui en parler, j'ai un poids sur le coeur.

 

Je lis des livres, des histoires d'amour et chaque fois que je les finis, j'ai un poids dans l'estomac, chaque ligne que je lis refond imaginer ''et si c'était mon histoire??'' et je me dis non ce n'est pas des histoires réelle mais au fond de moi je voudrais tellement. J'ai l'impression que ma vie n'est rien que j'ai un manque. Je sais on dirait une folle mais je n'en peux plus.

 

Je ne veux pas le quitter je ne veux pas lui faire de la peine et au fond de moi je sais que ça me ferait de l peine aussi. Je ne peux pas lui en parler car il aurait peur que je veuille le quitter. et je ne sais pas si c'est ce que je veux. Me retrouver seul et lui aussi?? le faire souffrir après 7ans??

 

je ne sais pas je ne sais plus....Je sais au fond de moi que si je pars je ne serais pas capable de laisser toute ma vie ici, mais je sais aussi que je ne peux pas rester si je pars...

 

il y a trop de lien qui nous unisse, il n'a plus de famille il n'a que moi et je veux pas le faire souffrir... c'est bête mais je sais pertinemment que si je pars je ne trouverais pas quelqu'un comme dans mes livres, je ne suis pas une belle fille, je suis rondouiillette et je ne me suis jamais fait draguer...

 

je sais plus ou j'en suis qu est-ce que c'est l'amour???

 

Réponse de Telme: 

Bonjour,

Vous êtes en couple depuis très jeune, vous avez sûrement beaucoup changé entre vos 15 et 22 ans. C'est une période où l'on devient adulte et on construit notre vie professionnelle. Pour cela, il est normal de se poser des questions!

Vous n'avez pas à vous forcer ou à vous sentir coupable. L'important est de faire confiance à vos ressentis. Si vous sentez que cette relation ne vous comble plus, ne vous amène plus le même plaisir qu'avant, vous avez le droit de réfléchir à une éventuelle séparation. 

Ce qui importe, est d'être en accord avec vos sentiments et surtout de leur faire confiance. Il se peut, comme vous le dites, qu'à l'époque vous vous êtes appuyée sur cette relation et que maintenant vos vrais ressentis ressortent. Pour cela, nous vous encourageons à investir votre vie de manière individuelle (sur le plan professionnel, social, hobby) afin d'être épanouie par vous-même. Ainsi vous pourrez vous rendre compte si c'est votre vie de couple qui ne vous convient plus ou votre vie de manière générale. 

Nous ne pouvons pas vous dire quoi faire, il est à vous de comprendre ce que vous recherchez vraiment dans une relation de couple et de réfléchir si votre relation actuelle vous amène à ceci. Il n'est pas facile de savoir ce que l'on veut mais, avec le temps notre représentation idéale de "couple" devient plus claire et c'est là qu'il vous faut comprendre si votre relation du moment nous satisfait ou pas. 

Bien à vous, 

Telme 

Bonjour,  Merci d'offrir un espace tel que votre site. Depuis l'adolescence, j'ai des difficultés à entretenir ou développer de nouvelles amitiés....

Bonjour, 

Merci d'offrir un espace tel que votre site.

Depuis l'adolescence, j'ai des difficultés à entretenir ou développer de nouvelles amitiés. J'ai 2-3 amies d'enfance que je voie irrégulièrement, et 1-2 amies rencontrées durant les études ou au travail. Je me suis longtemps auto-convaincue que cela me suffisait, et que j'aimais être seule durant mon temps libre, jusqu'à ce que je réalise que ce n'était pas complètement vrai.

Je me suis alors inscrite à des activités sportives et culturelles, et j'ai rencontré mon copain actuel il y a 2 ans, avec qui ça se passe très bien.

Il est plus sociable que moi et connaît beaucoup de gens, mais il n'a pas vraiment d'amis proches sur qui il puisse compter, ou qui lui proposent des activités ou des sorties. Il le regrette, mais essaye de faire des efforts pour garder contact avec les gens qu'il connaît.

Jusqu'à présent, pour moi la soirée idéale était un tête à tête avec lui, mais cela fait 6 mois que nous habitons ensemble et je sens que nous commençons à nous ... "ennuyer"... C'est à dire qu'on est heureux ensemble, qu'on a du plaisir à rester ensemble à la maison, mais que voir d'autres têtes nous feraient sûrement du bien à tous les deux, ensemble ou séparément.

Personnellement, j'ai un peu "honte" de ce sentiment d'isolement, que personne ne nous appelle pour faire une soirée ou une sortie. J'ai aussi "honte" quand nous proposons quelque chose à un couple d'amis et que celui-ci refuse car "trop occupé" ou "malade" ou ou ou... Ca me donne envie de pleurer.

Mon copain est plus dans la revendication. Il se plaint qu'on soit isolés et me dit que je devrais proposer plus de choses à mes amis ou collègues. Il n'aime pas non plus quand je fais des choses seule (promenade, courses, ballades) car il trouve ça "triste".

Je ne sais pas si cela a un lien, mais il a perdu son cousin d'un suicide à l'âge de 20 ans. J'ai l'impression qu'il est très sensible à la thématique de la solitude et de l'isolement, et que cela le touche beaucoup.

Je ne sais pas ce que vous pensez de la situation? Je suis maintenant convaincue que nous avons besoin d'un équilibre entre notre vie de couple et une vie sociale avec des amis, mais je trouve cela difficile à réaliser. Peut-être que ma honte est une entrave à cela? J'ai aussi peur que cette insatisfaction (de notre part à tous les deux) ne fasse du mal à notre couple.

Comment pourrait-on changer cela?

Je vous remercie d'avance.

 

Réponse de Telme: 

Bonjour,  

Un équilibre entre une vie de couple et une vie sociale avec des amis est souvent difficile à créer et à maintenir. C'est quelque chose qui fluctue tout au long de la vie. 

Il arrive à tous d'avoir des moments où l'on est moins impliqué socialement à cause du confort que notre couple nous amène. Le couple est effectivement un endroit où l'on se sent bien et en sécurité. 

Par contre, comme vous le dites, cela peut aussi amener à de l'ennui. Il est important d'alimenter votre vie aussi par d'autres rencontres et activités de manière à alimenter votre couple aussi.
Pour ce faire, nous vous encourageons à faire des activités de manière individuelle en dehors du couple afin de rencontrer des nouvelles personnes et de vous ouvrir à autre chose. Par la suite, chacun trouvera des nouvelles connaissances à présenter à l'autre ce qui créera petit à petit un nouveau réseau. 

En ce qui vous concerne, vous semblez avoir peu de facilité à interagir avec les autres et à ne pas être à l'aise dans les relations sociales. La facilité dans le contact avec les autres c'est quelque chose sur la quelle vous pouvez travailler et que vous pouvez développer. Comment comprenez-vous cela? en avez-vous déjà parlé à quelqu'un? Il serait intéressant pour vous de comprendre si quelque chose en est la cause ou si cela vous caractérise comme personne. 

Bien à vous, 

Telme

 

 

 

 

 

 

bonjour et merci de votre disponibilité. concernant mon conjoint, enfin "copain" car on ne peut pas vivre ensemble pour l instant, je vous ai déjà...

bonjour et merci de votre disponibilité.

concernant mon conjoint, enfin "copain" car on ne peut pas vivre ensemble pour l instant, je vous ai déjà parlé de ses visites régulières sur des sites pornographiques, un peu trop souvent à mon gout. je suis tolérante, je laisse faire puisque comme vous m'avez expliqué chacun a son jardin secret. Je tolère, même si au fond de moi je trouve ça vraiment régulier à un point assez fort (presque tous les jours, mais je ne vérifies plus car n'ai pas accès a son téléphone, c est tres rare ). Je vous écris car la dernière fois nous avons discuté de photos que j'ai vu sur son ordinateur et disc dur, des "vieux dossiers" qu'il ne regardent plus, mais qui sont présents tout de même. Il a des anciennes photos datant de 3/4 ans environ, avec une ex compagne à lui qu'il a vraiment aimé. Il m'a dit qu'il ne regardait pas ces photos, qu'il s'en fichait totalement de son ex qui l'a déçu, mais qu'il les gardait car il a vécu de bons moments malgré tout. Je lui ai dis que moi, mes souvenirs sont dans la tête, et que je ne garde pas de photos de mon ex par respect pour lui et même pour moi. Il m'a dit que moi je faisais comme ça, mais pas lui. Il m'a dit que je posais trop de questions, que ça n'avait plus d'importance pour lui. Je ne me suis pas "énervée" car j'ai un tempérament calme, mais je lui ai un peu pris la tête avec ça... Est ce que j'ai eu raison de lui montrer que ça me gênait, ou est ce que le fait de garder de "bons souvenirs du passé" est normal et n'est pas preuve d attachement à son passé ? Cela fait plus d'un an maintenant qu'on est ensemble, on ne s est jamais querellé (sauf les deux situations que je vous ai exposées dernièrement).

Réponse de Telme:

Bonjour,

Il y a deux niveaux à distinguer dans les questions que vous posez : Tout d'abord ce que vous pouvez ressentir face à certains comportements de votre compagnon et ensuite comment gérer votre ressenti en regard du sien, qui peut différer du vôtre.

Vous pouvez être surprise ou ne pas adhérer à certaines de ses idées ou attitudes et il est juste que vous puissiez le lui exprimer. Ensuite il s’agira pour chacun de vous de pouvoir faire un pas vers l’autre et surtout d’accepter, comme le dit à juste titre votre ami, « que l’un puisse faire comme ça et pas l’autre ». Un couple est constitué de deux êtres différents, c’est ce qui fait toute la richesse de la relation.

Votre question à propos du fait de garder des photos du passé, le montre bien. La manière dont chacun gère la fin d’une histoire sentimentale est très personnelle. Certaines personnes ont besoin de tirer un trait définitif sur ce qui est derrière, d’autres aiment conserver des souvenirs. Si votre compagnon est clair sur le fait qu’il s’agit bien de souvenirs et que cette histoire appartient au passé, alors cela n’est en rien menaçant pour votre couple. 

Apprendre à comprendre l'autre et à accepter sa différence n'est pas toujours facile, mais cela fait partie du chemin de couple...

Bonne fin de semaine, 

Bonjour, je vous écris au sujet de ma relation amoureuse. Tout se passe bien, une relation parfaite. Le truc est que j'aimerai bien apprendre à ne...

Bonjour,

je vous écris au sujet de ma relation amoureuse. Tout se passe bien, une relation parfaite. Le truc est que j'aimerai bien apprendre à ne pas y mettre trop d'importance envers elle. Oui, elle et moi on met de l'importance à notre relation. Mais, ce que j'entend, j'ai souvent l'impression que c'est régulièrement moi qui cherche et propose de se voir... Du coup, j'aimerai bien que de temps en temps que ce soit elle qui cherche à me voir, à me proposer, etc.

On dit qu'il existe un jeu dans une relation qui s'appelle : ''fuis moi je te suis, suis moi je te fuis''... Est-ce vraiment réel ce dicton ? Ou c'est juste de la théorie ? Est-ce que ça se peut qu'elle fasse ce jeu sans se rendre compte ?

Et une autre chose : Parfois, je suis très nerveux, je m'énerve facilement (surtout avec la fatigue, et aussi le fait que je suis malentendant) du coup, parfois je peux être très fatigué psychologiquement. Et j'ai l'impression qu'une relation d'une personne qui est entendante et qui est avec une personne malentandante n'est pas toujours évident. Parce qu'il peut y'avoir des difficultés de compréhension.

Vous en pensez quoi de tout cela ? Surtout la première chose concernant à propos de se voir elle et moi

je vous remercie d'avance et a bientôt

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Vous nous posez diverses questions et sollicitez notre avis. Nous vous le donnons volontiers mais ne perdez pas de vue que vous êtes le meilleur expert de vous-même et de vos décisions!... en d'autres termes, c'est en suivant votre intuition que vous ferez des choix qui vous correspondent vraiment.

Dans une relation de couple, c'est en accordant une place centrale au dialogue que l'on peut avancer et permettre à chacun d'être soi-même et épanoui-e dans le lien. Avez-vous déjà tenté d'ouvrir la discussion sur ce que chacun attend de l'autre, ses besoins personnels, la fréquence des contacts, etc...?
Quant au dicton que vous avez cité, il se vérifie effectivement: plus une personne nourrit des attentes et recherche la présence d'une autre, plus cette dernière sentira une forme de pression et aura tendance à garder ses distances, son autonomie. Je vous laisse réfléchir au sens que cette phrase a pour vous...

Quant à la fatigue psychologique, elle est compréhensible car la communication vous demande beaucoup d'énergie et de concentration. En avez-vous déjà parlé avec votre amie? qu'avez-vous envie de mettre en place pour que ce soit plus simple et fluide pour vous deux? y a-t-il quelques moyens pratiques à utiliser, qui pourraient être conseillés par une association qui s'occupe de cette problématique?

Bonne semaine et bel été à vous!

Telme

 

 

Bonsoir, J'ai 18 ans et je suis en couple depuis deux ans et demi. Je vous écris car je suis en pleine remise en question. Jai des sautes...

Bonsoir,

J'ai 18 ans et je suis en couple depuis deux ans et demi.

Je vous écris car je suis en pleine remise en question.

Jai des sautes d'humeur quasi quotidienne et je m'en prend verbalement à mon copain. Je l'aime plus que tout et pour moi c'est horrible de le faire souffrir mais c'est plus fort que moi, je m'emporte pour le moindre petit détail.

Je ne sais pas pourquoi je réagis comme ça tout le temps.

J'ai vraiment besoin de vous pour maider à canaliser ma colère et les violentes sautes d'humeur qui sont en train de briser notre couple.

J'ai toujours été comme ça dés qu'un petit truc m'énerve ou quon me pique un peu je réagi au quart de tour et mon copain aime bien me titiller mais le problème c'est que je prend tout mal et que je lui parle vraiment de manière déplacée quand je suis en colère.

J'ai besoin de vous je ne savais plus vers qui me tourner et Je suis tombée sur votre site internet qui va peut être etre la dernier chance à notre couple de vaincre mes problèmes de comportement.

Merci d'avance pour le temps que vous prendrez pour répondre à ce message.

Bonne soirée

Réponse Telme: 

Bonjour, 

Les changements profonds nécessitent du temps et de la nuance. 

Quelles situations déclenchent ces sautes d'humeur? Savez-vous d'où vient cette colère dont vous nous parlez, à quoi est-elle liée? Prenez le temps de réfléchir à ce qu'il vous arrive lorsque vous sentez ces émotions en vous. Cela vous permettrait de penser vos réactions et de mieux vous connaître. 

Prendre conscience de certaines choses est un premier pas pour aller dans la direction que vous souhaitez. Bien sûr, cela va prendre du temps. Personne ne peut changer du jour au lendemain, vous vous inscrivez dans un processus. 

Vous craignez un risque pour votre couple, mais l'avez-vous objectivé notamment en ouvrant le dialogue avec votre partenaire à ce sujet? Peut-être qu'il n'a pas tout à fait la même vision de la situation que vous. Lui avez-vous demander ce qu'il pensait de votre relation et de vos perspectives d'avenir? Après tout, il faut être deux pour former un couple. Vous n'êtes pas seule à vous repositionner et à évoluer dans la vie, c'est pourquoi il est important d'en discuter à deux. Parlez-lui de vos craintes et votre désir de changer votre façon d'être dans la relation. 

Ensuite, ces sautes d'humeur sont-elles exclusivement présentes au sein de votre couple? En général, notre manière d'agir s'inscrit dans une globalité. Vous nous dites peu de choses sur vous ainsi que sur les autres sphères de votre vie qui sans doute interagissent...Si vous souhaitez approfondir certains aspects de notre échange, nous aurions besoin d'un exemple concret d'une situation où ces tensions s'expriment. 

 

Bonjour Telme, Je vous remercie pour votre précédente réponse, qui m'a fait réfléchir. Vous avez raison, je ne suis pas si à l'aise dans mon retrait...

Bonjour Telme,

Je vous remercie pour votre précédente réponse, qui m'a fait réfléchir. Vous avez raison, je ne suis pas si à l'aise dans mon retrait social et je découvre que j'ai du plaisir à rencontrer des gens et à m'ouvrir. Nous avons pu reparler de ce "désaccord", mon ami et moi, et trouver, je crois, un terrain d'entente, puisque cela fait 2 semaines maintenant que nous avons emménagé ensemble!

C'est un grand changement pour tous les deux, qui amène du positif (moments passés ensemble, quotidien partagé, activités nouvelles, etc.) mais aussi des moments plus stressants (compromis sur le ménage et le rangement, "accordage" sur les moments passés ensemble et les moments en "solo", etc.).

Je me permets de vous réécrire car je me sens passablement angoissée suite à une discussion que nous avons eu ensemble. Alors que j'avais l'impression qu'il montrait des signes d'engagement évident (habiter ensemble, "mélanger" nos affaires, changer son adresse officielle, bricoler des arrangements dans notre appartement), il a tout à coup évoquer la "stabilité" de notre relation. Il a dit qu'il n'était pas sûr de vouloir toujours une stabilité.

Alors quoi? Ca veut dire que d'un jour à l'autre il pourrait me laisser tomber et partir ailleurs avec une autre fille?

De cette manière, j'entends là ses doutes. Je peux admettre que rien ne soit fixé dans le marbre, mais sa remarque m'a beaucoup bouleversée, d'autant plus qu'elle survient à un moment où l'un et l'autre nous nous "engageons".

Depuis cet épisode, je me sens mal, j'ai l'impression que mon coeur palpite trop vite, que j'ai chaud, des vertiges... Le fait qu'il dise m'aimer implique qu'il pourrait aussi cesser de m'aimer? Le fait qu'on s'engage implique qu'on puisse aussi se désengager? Je trouve cela intolérable. C'en est même tellement douloureux, que je me dis parfois qu'il est plus simple d'être célibataire et de se tenir à distance de l'amour et de l'attachement.

Que puis-je faire? Je me sens tellement malheureuse.

Merci beaucoup de votre écoute.

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Emménager à deux est une étape importante, faite de beaucoup de moments positifs, de partage et comme vous le relevez également d’ajustements. Décider de vivre en couple est un engagement. Mais comme tout engagement il n’est pas nécessairement définitif. Vous l'écrivez bien, rien n’est gravé dans le marbre. Vous dites avoir compris la remarque  de votre compagnon sur la stabilité comme étant l’expression de doutes. Votre inquiétude est compréhensible, cela peut en effet être vécu comme déstabilisant. Mais il s’agit là de votre perception, peut-être n’a-t-il pas spécialement de doutes actuellement mais le besoin de préciser que l’avenir demeure inconnu ? Vous pouvez vous demander qu’est-ce qui chez vous provoque ce sentiment d’insécurité lors de l’évocation de l’inconnu et des changements qui peuvent se produire ?

Vous posez la question, non aimer et être aimé(e) ne sont pas garantis de durer toujours. L’amour est un sentiment qui évolue et dont l’intensité fluctue. Oui, parfois, il arrive que le sentiment amoureux s'estompe ou disparaisse. Il s’agit de quelque chose sur lequel nous n’avons pas vraiment de prise, bien sûr un sentiment amoureux s’entretient, se nourrit, mais une partie nous échappe. Cette peur de ne plus être aimée est, au fond, partagée par tous les êtres humains, mais là encore vous pouvez vous interroger sur la place qu’elle prend chez vous, pourquoi cela vous angoisse-t-il tant ? Comment accepter cette part de la vie sur laquelle vous n’avez pas entièrement le contrôle, afin de pouvoir profiter de ce qui est, dans le présent ?

Enfin posez-vous la question, est-ce que la crainte de souffrir vaut vraiment la peine de renoncer au bonheur que vous vivez auprès de la personne aimée ?

En vous souhaitant une belle suite de parcours,

Telme

Bonjour, Je vous écris car j'aimerais être éclairée à propos d'une situation que je suis en train de vivre. Cela fait bientôt une année et demie que...

Bonjour,

Je vous écris car j'aimerais être éclairée à propos d'une situation que je suis en train de vivre. Cela fait bientôt une année et demie que je suis avec mon copain. Il a 28 ans et j'en aurais 24 cet été. Nous nous connaissons depuis bien des années, mais nous sommes tombés amoureux l'un de l'autre il y a de ça une année et demie. Nous sommes très complices et nous nous aimons beaucoup, nous avons les mêmes envies, mêmes rêves... Depuis peu, nous avons abordé la question d'avoir des enfants... Nous en parlons assez ouvertement, en se demandant quand on aimerait en avoir, combien, etc... Mon copain m'assure en me disant que je suis la personne avec qui il veut en avoir et fonder une famille. Cela me rend énormément heureuse et comblée ! Mais en parlant sérieusement de quand j'arrêterais la pilule contraceptive, il me paraît être moins sûr. En lui demandant s'il est vraiment sûr et je comprendrais s'il aurait pas envie maintenant mais il me dit que non, il veut avoir un enfant mais que ça lui fait vraiment peur, car c'est beaucoup de responsabilités. Je comprends sa réaction car moi aussi cela peut parfois m'appeurer, mais je me dis que si on pense qu'aux côtés "plus contraignant" d'avoir des enfants je me dis qu'on en ferait jamais. En nous donnant une date dans le temps, je pense arrêter ma pilule à la fin de cette année, cela nous laisse l'été pour nous familiariser à cette idée. Mais sa peur et ses doutes me font à mon tour douter de sa réelle envie, j'ai peur qu'il se force ou qu'il se retrouve dans une situation qu'il n'attendait pas (grossesse)... Pour être sûre moi-même, j'ai besoin que lui soit aussi sûr et soit prêt à cette nouvelle aventure. Je ne sais pas quoi faire, ni penser, car on a déjà tout mis carte sur table...

Merci beaucoup pour votre réponse et aide !

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Le fait d’être "sur la même longueur d’onde" dans le couple n’est pas toujours évident dans le désir d'enfant. Vous vous sentez épanouie dans votre relation de couple, ce qui vous donne envie de fonder une famille avec votre partenaire. Il exprime lui aussi ce désir, mais vous le sentez plus hésitant. Votre compagnon et vous n’êtes peut-être pas dans la même temporalité, vouloir des enfants et être prêt à en avoir sont deux choses différentes.

Il est normal d’avoir des craintes, fonder une famille bouleverse certaines habitudes et demande de redéfinir la relation de couple. Mais vous avez aussi raison de souhaiter aborder les belles choses, une nouvelle vie à trois n’est pas faite que de contraintes, mais également de beaucoup de moments de bonheur !

Ce qui importe c’est que chacun des deux partenaires puisse exprimer ses peurs et se sentir prêt. Pourquoi ne vous laisseriez vous pas encore un peu de temps ? Posez-vous la question de ce qui vous désécurise dans le fait d’attendre et osez l’exprimer à votre compagnon.

Vous semblez pouvoir bien communiquer sur ce sujet, c’est très important et nous vous encourageons à continuer dans ce sens, à oser parler de vos envies et vos ressentis à votre partenaire, mais aussi pouvoir accueillir ses craintes car il est essentiel que cette décision naisse d’une envie commune sans que l’un ou l’autre ne se sente mis sous pression.

Nous vous souhaitons tout de bon dans ce beau parcours,

Telme

 

 

 

Bonjour. Je vous remercie de m' avoir donné une réponse qui m'a activé a en savoir plus. Je reviens avec d'autre inquiétudes. Les situations que je...

Bonjour. Je vous remercie de m' avoir donné une réponse qui m'a activé a en savoir plus. Je reviens avec d'autre inquiétudes. Les situations que je vis ressemblent à de la violence psicologique.J'ai lu un article de Isabelle Levert sur le mutisme et elle décrit parfaitement ce que je vis: "l'ambiguité d'un ni avec ni sans.Je suis là sans etre là pour toi". La personne developpe un probleme d'engagement ce qui entraine une impossibilité de dialogue ,un refus de compromis.Lorsque cette personne se mue dans son silence elle devient indifferente à l'autre,et tous les efforts de la faire ensortir se solde par une aggréssivité verbale. En effet mon partenaire ne partage pas ses sentiments et ses pensèes.IL donne l'impression d'etre désengagé de la relation.Il s'enferme dans des fausses croyances.Il donne l'aire d'un dictateur. Personne ne me crorait dans mon entourage si je raconte ce que je vis car mon epoux a l'aire parfait dehors.

J'aimerai sauver mon couple mais j'ai peur de perdre mon temps. Comment faire comprendre à mon partenaire qu'il est malade sans le blesser? comment nous faire aider? Quelles peuvent etre mes chances de réussite?comment gère t'on ce type de problème dans un couple.

 

Réponse de Telme:

Bonjour,

Contente que ce premier échange ait ouvert sur des questions et que vous vous sentiez plus active dans ce que vous vivez.

Lire permet certes d'être mieux informée, mais ne suffit pas toujours à résoudre le problème.
L'objectif est que vous arriviez à vous positionner différemment, à moins subir en étant progressivement plus active, sentez-vous une impulsion sur ce plan-là?

Ensuite, notre approche systémique m'amène à évoquer la part active de chacune de vous deux dans ce qui se passe. Il sera difficile de faire bouger cette situation si votre conjoint n'a pas conscience ni envie que les choses ne changent. En vous situant autrement, vous pourrez bousculer la dynamique relationnelle entre vous, mais si votre partenaire met tout en oeuvre pour que rien ne bouge, vos tentatives risquent d'être réduites à néant, ou rendues plus difficiles...d'où l'intérêt de consulter en couple pour avoir un regard extérieur, laisser à chacun l'occasion de s'exprimer et d'être entendu, et vous aider à mettre en place certains moyens à utiliser ensuite vous-mêmes au quotidien.

Bonne suite à vous !

Telme

Bonjour, Depuis que je suis adolescente, je suis quelqu'un d'assez réservée et renfermée. J'ai quelques amis (mais nous ne formons pas un "groupe",...

Bonjour,

 

Depuis que je suis adolescente, je suis quelqu'un d'assez réservée et renfermée. J'ai quelques amis (mais nous ne formons pas un "groupe", il s'agit d'une copine rencontrée dans tel contexte, une autre copine qui vient de tel milieu, etc.), mais je suis relativement isolée, ce qui ne me gênait pas forcément jusque là. Je viens d'une famille aussi assez renfermée sur elle-même, où chacun partage un caractère assez timide et solitaire.

Il y a 1 an, j'ai rencontré un garçon et contre toute attente, j'ai réussi à nouer un lien avec lui et nous sommes en couple. Je dis "contre toute attente", car mon attitude jusque là me faisait croire que je finirai certainement vieille fille.

Nous sommes assez différents, notamment sur le plan social: il est beaucoup plus ouvert que moi, va volontiers vers les autres, et aime rencontrer de nouvelles personnes et être entouré.

Jusque là, je pensais que tout se passait plutôt bien entre nous. Moi j'ai du plaisir quand nous nous retrouvons tous les deux dans son studio ou dans le mien, et partageons des activités ensemble (cuisine, jeux, discussions, films).

Récemment, nous nous sommes disputés pour une raison X, et il m'a tout à coup confié que mon "retrait social" le gênait beaucoup, et qu'il avait peur que ça soit une entrave entre nous. Il m'a dit se sentir parfois "étouffé" quand nous ne sommes que les deux, alors qu'il a besoin de voir ses copains, de rencontrer d'autres gens.

Je suis tombée de haut, et j'ai trouvé sa remarque blessante.

Premièrement, je n'ai pas le sentiment de l'empêcher de voir d'autres gens, mais peut-être que je le fais de manière indirecte (c'est à dire en proposant toujours des activités que les deux, ou en poussant pour rester "à la maison")?

Deuxièmement, j'ai vécu sa remarque comme un jugement de ma personne (et de ma famille), de quelque chose qui fait partie intégrante de moi, et donc d'une forme de rejet.

 

Que pensez-vous qu'il faille faire? Je l'aime, et je crois qu'il m'aime aussi. S'agit-il d'un écart impossible à combler? Ou est-ce quelque chose sur lequel on peut travailler, de manière individuelle ou à deux (thérapie? privée ou de couple?)

 

Merci beaucoup et bonne journée.

 

Notre réponse:

Bonjour,

Il semble que cet événement a soulevé un point de désaccord, je vous propose d'y accorder toute son importance si vous tenez à votre couple.

Vous vous décrivez comme étant relativement à l'aise avec ce retrait social, les autres personnes de votre famille sont comme vous assez timides et solitaires. Aimez-vous vraiment cela? Lorsque vous dites que votre attitude vous faisait croire que vous finiriez vieille fille, avez-vous le sentiment d'avoir échappé à un futur difficile ou est-ce que cela vous est égal?

Il est difficile de comprendre si vous êtes bien dans votre retrait, ou si vous ne l'êtes pas tant que ça. Cela change tout, car si vous souhaitez aussi développer vos compétences sociales, vous êtes dans la même "vision du monde" que votre ami. Il pourrait donc vous aider à développer une vie sociale stimulante, comme vous l'aidez certainement aussi sur d'autres plans.
Si ce n'est pas le cas, il y a là une source profonde de désaccord.

Le fait que vous n'accordiez pas ou peu d'importance (si c'est le cas) au développement de votre vie sociale est votre droit, mais votre ami a le droit lui aussi de vivre selon des critères qui lui correspondent, et ses valeurs de communication, de vie sociale, sont positives. Vous devrez gérer cela ensemble, idéalement dans le sens d'une évolution vers davantage d'ouverture au monde plutôt que du retrait social, ce qui est toujours plus risqué au niveau d'un couple.

Je ne suis pas sûr qu'une thérapie de couple soit nécessaire, à partir du moment où vous pouvez  vous mettre d'accord pour aller dans le même sens. Votre ami vient juste de révéler quelque chose d'important que vous aurez à traiter si vous voulez que votre couple fonctionne, cela apparaît comme un reproche mais on peut le considérer comme très utile pour votre avenir.

Bonne chance à vous deux

Telme

 

 

 

Cela fait maintenant un peu plus de 2 ans que mon ex à rompu avec moi (c'était ma première relation dite sérieuse), et je m'en suis en grande partie...

Cela fait maintenant un peu plus de 2 ans que mon ex à rompu avec moi (c'était ma première relation dite sérieuse), et je m'en suis en grande partie remise (je suis désormais avec quelqu'un d'autre et ne suis plus du tout intéressée par mon ex, même comme simple ami). Mais dès que j'avance un peu plus dans le sérieux, j'ai souvent besoin de pleurer... Et je sais que ça a un rapport avec mon ex. Cette situation est assez handicapante, d'autant plus que j'aime mon copain plus que tout et que cette relation est tout autant sérieuse que celle du passé, mais j'ai l'impression qu'il me hante, comme si c'était un traumatisme. Est-ce qu'il y aurait quelque chose que je puisse faire pour arrêter ça ? De quoi ce besoin étrange d'écoule-t-il ?

Réponse de Telme:  

Tout d'abord...Bonjour!

Une rupture demande de faire le deuil d'une relation et de ce qu'elle aurait pu être...
A travers vos pleurs vous revivez quelque chose d'un événement difficile qui a sans doute laissé des traces plus ou moins conscientes en vous. 

Les conditions dans lesquelles s'est produite la rupture peuvent avoir une influence sur la manière dont vous gérez tout ça. Lorsque la séparation est mal vécue, il est plus difficile de tourner la page, et cela peut avoir un impact sur votre manière d'être en couple par la suite. Vous ne nous dites pas grand chose des conditions de la séparation, aimeriez-vous nous en dire plus? Comment comprenez-vous que vous ayez vécu cette rupture comme quelque chose de traumatisant? A quels sentiments liez-vous les pleurs qui surviennent? 

Réfléchir à ces questions serait une manière pour vous de mieux vous connaitre, et vous donnerait l'occasion d'aborder votre nouvelle relation de manière plus sereine et apaisée. 

Les problématiques autour de l'attachement sont des questions importantes qui méritent qu'on s'y arrête. En effet, l'enfance est le moment où se constituent notre façon d'exister dans les liens et de gérer les conflits, les séparations avec nos proches d'abord puis plus tard avec nos amis, notre conjoint, etc...
Un travail thérapeutique pourrait vous permettre d'aborder ces questions et de mieux comprendre ce qu'il y a éventuellement de répétitif dans votre manière d'être avec les autres.

Notre service propose des consultations facilement accessibles. 

Nous vous souhaitons de clarifier ce que vous vivez, afin de retrouver une plus grande sérénité relationnelle.

Bonne semaine!

Telme

Bonjour à l’équipe de Telme, Je vous écris à propos de ma nouvelle relation amoureuse qui dure depuis 1 mois et demi, cela fera bientôt 2 mois. De...

Bonjour à l’équipe de Telme,

 

Je vous écris à propos de ma nouvelle relation amoureuse qui dure depuis 1 mois et demi, cela fera bientôt 2 mois.

De manière générale tout vas bien, le problème, c’est le fait d’avoir confiance en elle…

 

Elle à 18 ans et je suis son premier copain et elle, c’est ma 2ème copine. Quand je suis avec elle, tout va bien, on est bien ensemble. Mais, quand je ne suis pas avec elle, j’ai de la peine à certain moment de lui faire confiance. J’ai tellement souffert dans le passé, que j’ai été trahis, que j’ai parfois des craintes. Je n’arrive pas à lacher prise !!

 

Elle me dit qu’en ce moment elle en à marre de la situation, du fait qu’on sengeule presque ‘’chaque jours’’ par écrit ou au téléphone.

 

Ai-je un manque de confiance en moi ? Est-ce possible que cela peut crée certaine tension dans le couple ? On est fait l’un pour l’autre, on s’aime comme on est.

 

Et malgré les difficultés en ce moment, elle s’accroche !! Ca saute aux yeux qu’elle n’est pas comme les autres, qu’elle est différente des autres, qu’elle a un vrai cœur. Elle veut aussi se battre pour notre couple. Elle ma encore dit hier soir qu’on va y arriver.

 

Qu’est-ce que vous en pensez ? Vous pensez que c’est à cause de ma confiance en moi qui pose problème ? de vouloir controler certaine chose ? d’avoir des craintes ?

 

J’aimerai tellement reussir à avancer et de vivre l’instant présent…

 

En attendant de votre réponse, recevez mes meilleures salutations.

Réponse de TELME: 

Une relation épanouie demande qu’on ait confiance l’un en l’autre et en soi-même…sans cela il est difficile de construire quelque chose.

Vous avez déjà cerné une partie du problème, c’est le manque de confiance en soi qui nous pousse à vouloir tester l’autre, car on doute de sa fidélité, de sa loyauté, etc.

Vos difficultés à lâcher prise peuvent en partie expliquer les tensions au sein du couple. Vous essayez de vous protéger car vous avez été déçu par le passé, et ça peut se comprendre. Le problème est que les gens ont tendance à fuir face au contrôle… et vous risquer de voir se réaliser ce que vous craigniez le plus. La confiance en son partenaire est plus quelque chose qu’on ressent que quelque chose qui se prouve comme une équation mathématique.

Une part de jalousie est normale dans le couple lorsque l'on tient à son conjoint, mais lorsque cela suscite des conflits quotidiens, il y a danger pour le lien. 

Bonsoir, Je suis une jeune femme de 27 ans, en couple avec mon ami depuis bientôt 2 ans. Je fais appel à vous ce soir car nous nous trouvons dans...

Bonsoir,

Je suis une jeune femme de 27 ans, en couple avec mon ami depuis bientôt 2 ans.

Je fais appel à vous ce soir car nous nous trouvons dans une situation difficile depuis plusieurs mois: mon ami travaille depuis 1 an à l'université, dans un domaine qu'il a choisi et qui initialement lui plaisait. Depuis plusieurs mois, il se plaint de plus en plus de son travail. Il dit qu'il n'aime pas son sujet de travail, qu'il n'aime pas ses collègues, que ce domaine est complètement fermé et qu'il ne présente aucune perspective.

Concrètement, nous n'habitons pas ensemble et nous nous voyons plusieurs fois par semaine et le weekend. Le comportement de mon ami a changé avec ses déceptions professionnelles: il devient très plaintif, pessimiste, déprimé (?). Les fois où nous nous voyons sont beaucoup moins "légères" et agréables qu'au début de notre relation.

Ma question est la suivante: si initialement il s'agit d'un problème touchant mon copain, je ne peux m'empêcher de me sentir directement "visée". J'ai l'impression que lorsqu'il dit qu'il est malheureux à l'université, j'entends "Je suis malheureux avec toi" ou "Tu ne me rends pas heureux". Je me sens très coupable et stressée de cette situation.

Il a aussi abordé l'éventualité de quitter son poste et de partir travailler dans le privé, peut-être à l'étranger s'il ne trouve rien dans la région. Et moi alors? Je me sens complètement abandonnée. Moi je l'aime et le plus important pour moi est d'être proche de lui. Alors que j'ai l'impression que l'inverse ne lui suffit pas.

Je ne sais pas quoi faire. On en parle déjà beaucoup ensemble, mais j'ai l'impression qu'on tourne en rond: il se plaint et moi je me sens impuissante.

Avez-vous des conseils à me donner?

Merci beaucoup et bonne soirée.

 

Notre réponse:

Bonjour,

L'insatisfaction professionnelle de votre compagnon peut influencer votre vie de couple, mais il peut également s'agir d'un prétexte qui renvoie à quelque chose de problématique de manière sous-jacente dans votre couple. La peur de découvrir une vérité qui fait souffrir, peut créer des problèmes bien plus grands qu'ils ne le sont réellement.
Il s'agit de faire la part des choses entre ce qui concerne la vie professionnelle et ce qui concerne votre vie de couple dans les discussions. Cela permettra de découvrir les causes possibles d'une éventuelle insatisfaction de couple. Il est important que vous puissiez exprimer votre sentiment d'impuissance, qui n'est peut-être pas perçu par votre compagnon, et que ce dernier puisse également exprimer son ressenti sur la situation.

La situation professionnelle de votre compagnon semble impacter votre vie de couple. Votre sentiment de contribuer à son mal-être peut être du au fait que vous êtes dans une position passive qui alimente sa vision négative des choses. Quand les choses commencent à tourner en rond, c'est qu'il faut réagir, ce que vous faites en nous écrivant. La dynamique d'un couple est créée par chaque personne qui le constitue. Lorsqu'il y a de l'inactivité de chaque côté, les solutions pour changer les choses deviennent réduites. Vous dites être impuissante face à la situation, vous subissez ce qu'il se passe comme si vous n'aviez aucun moyen de changer les choses.

Les discussions que vous avez eues n'ont mené à rien, ce qui signifie qu'il est temps d'activer votre créativité et de changer de perspective. Au lieu de vous voir comme impuissante et votre compagnon comme "déprimé", pourquoi ne pas puiser dans les ressources de votre couple pour faire face à cette situation, par exemple en utilisant ce qu'il y a de positif chez chacun de vous? En deux ans de relation, vous avez du passer par des périodes difficiles, comment y avez-vous fait face?

Votre compagnon est votre priorité et vous avez l'impression que ce n'est pas réciproque. Il est possible que vous ne soyez momentanément pas prioritaire pour lui et que cela puisse évoluer. Votre compagnon vit actuellement une période difficile dans laquelle vous pouvez être présente pour lui de manière non-envahissante et sans forcément devoir trouver des solutions à sa place. Il n'attend pas forcément cela de vous...

Quant à la "dépressivité" de votre compagnon, il est important de s'adresser à un médecin ou un psychiatre si son mal-être devient envahissant et pesant à plusieurs niveaux de sa vie.

N'hésitez pas à poursuivre cet échange ou nous poser d'autres questions.

Bien à vous!

bonjour. comme vous le savez déjà, je suis une maman d une trentaine d années, en couple depuis environ 6 mois. J avais commencé a avoir quelques...

bonjour. comme vous le savez déjà, je suis une maman d une trentaine d années, en couple depuis environ 6 mois. J avais commencé a avoir quelques sentiments pour mon copain , mais je me rends compte que je ne suis pas non plus très amoureuse.. J'ai eu une aventure avant d etre avec lui, avec un homme, qui est à ce jour en couple sérieusement. Mais que je suis amenée a croiser régulièrement pour des raisons socio-professionnelles et meme parfois personnelles, je nai donc pas le choix. Sauf que je suis encore amoureuse de lui. Je lui souhaite sincèrement de reussir dans son couple, je ne cherche pas a lui casser son couple au contraire, mais mes sentiments forts envers lui m empêchent, je pense, d eprouver de l amour pour mon ami actuel. Mon ami est quelqu"un de bien, droit, respectueux, affectueux, que je "voulais" depuis longtemps (car c est l ami d un cousin je le connais donc depuis quelques années) . et mon enfant , encore petit, s est attachée a lui. Je voulais savoir si une relation peut durer sans etre folle amoureuse, du moment qu on est "bien" et heureuse, avec la personne.. Je culpabilise d avoir une baisse de sentiments.. je ne sais que faire..

 

Réponse de TELME

Bonjour,

Nous vous suggérons 2 pistes de réflexion en lien avec votre situation:

- Comparer une histoire qui dure depuis plusieurs mois, et dans laquelle quelques habitudes se sont peut-être déjà installées, avec une aventure épisodique et passionnelle ne peut tourner qu'en défaveur de la première! Vous ne pouvez avoir le même regard sur un homme que vous connaissez bien que sur un autre dont vous n'avez pas eu l'occasion de découvrir les travers... L'idéalisation de cet amant de passage vous empêche d'investir durablement votre relation actuelle.

- Oui, une relation peut durer sans être follement amoureuse, mais elle ne peut durer sans être régulièrement réactualisée! En d'autres termes, ce n'est qu'en portant un regard évolutif sur votre relation de couple actuelle, c'est-à-dire en entretenant un dialogue, en permettant à chacun d'exprimer ses attentes, en nourrissant le couple, en étant créatifs, en vous surprenant, etc..que vous parviendrez à vous sentir en lien l'un avec l'autre et véritablement engagés. Du coup, votre histoire prendra du sens car elle sera dynamique.

Nous vous encourageons encore une fois à partir de vous-même pour diriger votre vie et faire vos choix.

Telme

Bonjour, Pouvez-vous m'aider à calmer mon angoisse? Ou à en trouver l'origine? Je m'explique: j'ai un petit ami depuis 3 ans désormais, dont je...

Bonjour,

Pouvez-vous m'aider à calmer mon angoisse? Ou à en trouver l'origine?

Je m'explique: j'ai un petit ami depuis 3 ans désormais, dont je suis très amoureuse. Nous avons tous les deux un travail assez prenant, et ne vivons pas ensemble (environ 1h de trajet entre nos domicile). Depuis le début de notre relation, nous ne nous voyions qu'une à deux fois par semaine pour faire une activité, passer la nuit ensemble et se séparer le lendemain.

Cette relation me rend heureuse, mais lorsque nous nous séparons, j'ai l'impression d'un grand vide en moi et pire, d'une véritable angoisse. J'ai un "creux" dans l'estomac, des palpitations, je me sens triste et seule, j'ai peur, je m'enferme chez moi pour me "contenir"/me rassurer dans un environnement familier. Je ne sais pas quoi j'ai peur??? Je lui fais pourtant confiance, il est charmant, attentif, adorable.

Il me semble que ce sentiment d'angoisse est d'autant plus fort qu'on s'est vu longtemps (ex. un weekend entier), alors que si l'on ne s'est pas vu depuis 10 jours, je suis triste et impatiente de le voir, mais je ne ressens pas cette angoisse.

Je n'ai pas le souvenir d'avoir eu de telles angoisses dans d'autres pans de ma vie, hormis peut-être toute petite fille quand ma mère me mettait à la crèche.

Qu'en pensez-vous?

Il nous est difficile de nous voir plus souvent actuellement, mais nous avons déjà parlé d'emménager ensemble (discussion théorique, pas de projet ou de date fixés). Est-ce que vivre ensemble pourrait "résoudre" le problème à votre avis? Ca me dérange de ne pas pouvoir me sentir indépendante, libre, "secure", sans lui...

Qu'en pensez-vous?

Merci beaucoup et meilleurs voeux.

 

Réponse de TELME

Bonjour,

Exister pour soi-même dans un équilibre entre fusion et autonomie...voilà un challenge humain, qui nous concerne tous à des degrés divers!

Votre lecture de la situation reflète votre capacité à envisager les choses dans leur complexité, à garder une vision rationnelle sans négliger l'émotionnel....ces compétences vous aideront certainement à avancer.

Ce que vous décrivez comporte sans doute une dimension personnelle liée à des éléments de votre histoire et de votre personnalité, mais peut aussi être rattaché à un aspect plus philosophique et collectif qui est celui des questions existentielles qui habitent chacun-e à certains moments de sa vie.
Avec la conscience que "tout a une fin", les peurs que vous décrivez peuvent être liées à votre conscience des limites humaines telles que la finitude, la perte, l'amour/désamour, les enjeux d'un choix qui du coup en exclut d'autres, etc.....des questions profondément humaines et normales!

Dans une relation amoureuse qui s'ouvre sur des projets communs, comme cela semble le cas pour vous, les partenaires entrent dans un engagement différent. Autrui est dès lors perçu comme incontournable des perspectives de vie avec ce que cela suppose d'enjeux souvent dynamisants, mais par moments aussi inquiétants, car peut exister alors la pression de "devoir réussir son couple" et répondre à un idéal.

Au lieu d'anticiper le "trou d'air" que vous décrivez au moment de vous retrouver seule et de le percevoir négativement, comment pourriez-vous l'aborder plus calmement, par exemple en en parlant ouvertement avec votre conjoint ou une autre personne de confiance? ou bien en laissant ces sensations vous traverser sans chercher à les arrêter? Après tout, ce ressenti de manque est peut-être juste une manière de mettre le projecteur sur l'absence après l'avoir mis sur le bonheur d'être à deux?!
Pourquoi ne pas normaliser et apprivoiser ces sensations en vous disant que tout existe par son contraire....le bonheur d'être à deux est renforcé par la sensation de manque de l'autre quand il est absent, etc...?!

Je vous laisse mener votre réflexion et nous récrire pour réagir à ce message et, si vous le souhaitez, poursuivre plus avant cet échange.

Avec nos voeux les meilleurs pour cette nouvelle année!

Telme

Bonjour, Je suis une jeune fille de 23 ans et je suis sur le point d'obtenir mon Master II en Science du tourisme!! Mon problème est que je souffre...

Bonjour,

Je suis une jeune fille de 23 ans et je suis sur le point d'obtenir mon Master II en Science du tourisme!! Mon problème est que je souffre d'un problème relationnel très grave!! Je n'arrive pas à être en couple avec quelqu'un et j'ai des difficultés à me faire des amis!! J'ai du mal à discerner à qui je peux vraiment faire confiance , qui sont mes véritables amis!!

Des fois , je me rends compte que je suis très bavarde ,mais je ne sais pas me contrôler!! Si je me tais définitivement , j'ai peur d’être isolé , et pourtant en étant bavarde je sens que je crée un atmosphère de mal à l'aise. Et je ne sais plus si je dois être bavarde ou taciturne! Et pourtant , lorsque je voudrais adopter le coté taciturne , je n'arrive pas à me retenir longtemps ,et je deviens très bavarde au point de devenir une péronnelle! Et je voudrais que cela change , mais je ne sais pas quoi faire?

Face à ce problème de relation , je ne sais pas non plus quelle façon vestimentaire adopté , si je dois être simple ou chic!! Des fois , je suis apparemment simple et les enfants de mon age me traitaient de ringarde et de non civilisé et maintenant que j'essaie d’être chic , les jeunes de mon age me traitent de snob et ils s'éloignent de moi, et du coup je suis perdue . Je ne sais plus comment m'habiller de façon à ce que es autres n'aient pas d'idées négatifs sur moi et qu'ils ne me rejettent pas.

Voila mes principaux problèmes ,ils sont axés sur le fait que je n'arrive pas à etre en couple , à avoir des amis fiables et fidèles. Tout le monde me dit que ces choses là sont simple et très faciles et ils me donnent des conseils mais je n'arrive pas à matérialiser leurs conseils ! J'ai envie de me marier ,d'avoir des gens à qui je vivre ce qu'est la complicité , la solidarité , l'appui et la protection , autrement dit je veux avoir une vie sentimentale saine , stable et harmonieuse!! Mais ces deux problèmes m'en empêchent!

En matière de vie sentimentale , je suis totalement perdue !! et pourtant je suis encore si jeune et je veux que ces problèmes disparaissent. Je vous en prie , aidez moi!! Ceux là m'affectent terriblement que ce soit au niveau corps , cœur , âme et esprit

Réponse de Telme: 

Bonjour,

Si on ne montre aux autres que ce qu'ils attendent de nous, peut-on être soi-même? Peut-on avoir une vraie relation si on est pas soi-même?

Vous expliquez votre difficulté à vous faire des amis et à entrer dans une relation de couple, vous faites pourtant tellement d'efforts; mais est-ce juste de vouloir correspondre à ce que l'autre attend?
Lorsque vous dites que vous ne savez pas si vous devez être simple ou chic, cela résume vos difficultés. Vous vous perdez en essayant d'être comme vous imaginez que les autres vous aimeraient.
Vous ne correspondrez jamais à tout le monde.

C'est vous le critère, c'est ce qui vous correspond profondément.  En restant sur le même exemple, aimez-vous ce qui est chic ou simple?
Votre personnalité se constitue avec vos goûts, vos émotions, tout ce qui est à vous justement. C'est cela qui est intéressant pour l'autre, que ce soit dans une relation amicale ou amoureuse.

Comment comprenez-vous que vous vous soyez mise à définir vos choix à partir de ce qu'en pensent les autres? 
Avez-vous dû jouer un rôle pour correspondre à ce que les autres attendaient de vous? 

Nous vous encourageons à écouter vos ressentis et à partir de ce que vous aimez pour établir une relation. 

N'hésitez pas à poursuivre l'échange.

 

 

 

 

Bonjour Telme, Je suis en couple avec un garçon de 26 ans, depuis 3 ans. Globalement, je suis heureuse avec lui, j'ai du plaisir à passer du temps...

Bonjour Telme,

Je suis en couple avec un garçon de 26 ans, depuis 3 ans. Globalement, je suis heureuse avec lui, j'ai du plaisir à passer du temps avec lui et nos différentes vacances se sont très bien passées pour tous les deux je crois.

Nous habitons à 1h de transport public l'un de l'autre, moi dans mon appartement et lui dans sa famille avec sa soeur et son père.

Il y a entre nous quelques problèmes de communication, p.ex. le fait que j'aie de la peine à exprimer "sur le vif" mes désaccords, mais nous en sommes tous les deux conscients et j'essaie d'y travailler même si ça m'est très difficile.

Il y a deux semaines, nous nous sommes disputés plus fort que d'habitude: je me suis fâchée parce qu'il m'a dit qu'on ne pourrait pas se voir pendant la semaine qui venait car il avait trop de travail et d'obligations personnelles. Puis après quelques jours, j'ai appris par lui-même (!) qu'il avait été à 3 soirées (dont un apéro de "boulot", un repas chez ses grand-parents et la fête de départ d'un voisin). J'étais folle de rage, parce que ce n'est pas ce que j'appelle "trop de boulot" et je lui reprochais de ne pas savoir s'organiser ni mettre des priorités.

C'était la première fois que j'exprimais ma colère de manière aussi claire face à lui. Ce que je ne lui ai peut-être pas dit, mais qui au fond m'inquiétait et me blessait le plus, c'est que j'avais l'impression qu'il préférait passer du temps avec d'autres personnes (collègues, famille, voisin) qu'avec moi.

Honnêtement, je ne crois pas être spécialement possessive ou jalouse, mais je reconnais que j'aime qu'il me montre son attachement, ça me rassure (qui n'aime pas ça?).

Bref, au cours de cette dispute, il m'a brutalement proposé qu'on habite ensemble (qu'il vienne habiter dans mon appart), ce qui m'a beaucoup étonnée parce qu'on ne l'avait jamais évoqué auparavant. Je n'ai pas trop su quoi lui répondre, hormis que sa proposition tombait à un drôle de moment d'après moi, et qu'il faudrait en reparler plus tard.

Seulement aucun d'entre nous n'a reparlé de cette proposition depuis. D'un côté j'aurais très envie qu'on habite ensemble, parce que j'ai l'impression qu'on partagerait plu de "vie quotidienne" ensemble (s'endormir, se réveiller ensemble, cuisiner, faire les courses, zoner sur le canapé, etc.); d'un autre côté ça me fait très peur parce que j'ai peur que les conflits qu'on a actuellement sur la communication, le temps qu'on consacre l'un à l'autre, notre organisation pour se voir et faire des choses ensemble, ne fassent qu'empirer une fois dans le même appartement.

Qu'en pensez-vous? De quelle manière juger le fait d'emménager ensemble? Faut-il attendre que "tout se passe bien" dans notre couple et qu'il n'y ait plus de conflit "actuel" pour passer le pas? Ou bien faut-il se lancer parce qu'on s'aime et qu'on se sent bien ensemble, et avoir confiance en nous pour faire face aux conflits "actuel" et "futurs"?

Merci beaucoup de votre aide et des pistes que vous pourrez me donner.

PS: j'ai bien conscience qu'il faut en parler avec mon copain, c'est le plus important, mais peut-être pourrez-vous m'aider à y voir un peu plus clair avant de relancer le sujet? Merci beaucoup

 

Réponse de Telme

Bonjour,

Comme vous le pressentez, la décision de cohabiter avec votre copain ne serait ni une garantie de confort et de non-conflit, ni une assurance de durabilité de votre couple sous prétexte que la vie de l'autre est "sous contrôle"!
Habiter ensemble ne devrait pas être une fin en soi, mais une étape de votre processus de développement personnel et de couple.

Pouvoir exprimer ouvertement ce que vous ressentez est certes une étape positive...votre part d'apport à la communication de votre couple (votre 50% en quelque sorte!), mais cela ne signifie pas que cela résoudra tout. En effet, il reste la part de votre ami (son 50% à lui), sa réaction à ce changement chez vous.....cela reste à discuter et à inventer entre vous! 

Comme tout choix de vie, la décision d'habiter ensemble comporte une part de risque puisque l'aventure de l'existence est par nature faite d'imprévisible, de changements et d'ajustements permanents.
Nul besoin donc d'attendre que "la météo soit au beau fixe"entre vous pour vous lancer!
En revanche, aborder vos besoins personnels et la vision que chacun de vous a de la vie à deux...en d'autres termes convenir ensemble de "moments canapé", non pas pour vous laisser porter par la vie et l'acquis, mais pour réactualiser régulièrement votre relation...hors conflit...voilà une manière de poursuivre votre développement personnel tout en prenant soin de votre couple!

Je vous souhaite le meilleur et n'hésitez pas à réagir à notre échange!

Telme

 

 

Bonjour à l'équipe, Je suis une jeune maman de 23 ans. J'écris aujourd'hui parce que je suis à bout de nerfs. Non pas à cause de mon enfant, qui est...

Bonjour à l'équipe,

Je suis une jeune maman de 23 ans. J'écris aujourd'hui parce que je suis à bout de nerfs. Non pas à cause de mon enfant, qui est merveilleux, mais à cause de la relation que j'entretiens avec son père. Je ne le supporte plus.

Ça fait presque 5 ans qu'on est ensemble, 10 ans que l'on se connaît, on vient de déménager pour avoir notre propre chez nous, mais ça ne va pas. Je ne supporte pas qu'il me touche, qu'il m'embrasse. Pourtant il est vraiment genial avec son fils. Il est heureux de l'avoir eu et on ne regrette rien. Mais, seulement voilà, j'ai perdu un membre de ma famille dont j'étais extrêmement proche il y a un mois, et je viens de vivre deux décès dans le cadre de mon travail. Je crois que tout ca me perturbe et me donne envie de profiter de ma vie. Je suis jeune et je n'ai pas envie de m'enliser dans une relation qui ne me convient plus. De plus, un collègue me plaît énormément. Il est attentif, gentil, drole... Des qualités qui font défaut à mon homme.

Je ne vois que des mauvais côtés...

Je suis vide. Je veux être libre de mes choix, tout en sachant que dans n'importe quelle situation je blesserait quelqu'un. Mon conjoint ou moi. Je ne me sens pas heureuse, et je veux vivre quelque chose de plus fort... Pourtant... Est-ce raisonnable ? Comment je vais faire avec mes horaires irréguliers, mes soirées de travail jusqu'à 22:00, les factures, le loyer...? Comment je fais pour le petit ?

Je suis perdue. Je ne sais plus quoi faire. Suivre la raison ou le coeur. Qu'est-ce qui est juste ?

J'ai besoin d'aide svp.

Très cordialement

 

 

Réponse de TELME :

Bonjour et bienvenue sur notre site,

Plusieurs événements stressants voir traumatisants ont pu vous destabiliser voir vous perturber. Vous avez vécu le décès de 3 personnes proches et cela a chamboulé la perception que vous avez de votre vie et du temps qui passe.

De ce fait vous avez une vision peut être moins positive de ce qu vous vivez au quotidien et c'est comme si vous vouliez rattraper le temps perdu de peur qu'il ne se sauve. Dans ce contexte, vous remettez en cause la relation avec votre conjoint en lui attribuant les pires défauts. 

On se demande si cette remise en question de votre relation aurait eu lieu de toute façon ou si elle est la conséquence d'une pertubation générale de votre être. En d'autres termes, est-ce que le  problème est votre relation avec votre conjoint ou est-ce que le vide intérieur que vous éprouvez peut être la conséquence d'un mal-être plus général déclenché par ces décès?

Ainsi peut-être serait-il préférable de prendre du temps avant de vous précipiter dans des aventures qui pourraient ne pas vous être bénéfiques. Il pourrait éventuellement être utile d'en parler à un professionnel qui pourrait vous faire voir d'autres angles de compréhension de votre vécu actuel.

Qu'en pensez-vous?

Merci pour votre réponse,  En l'occurence c'est moi qui suit parti car la situation était très conflictuelle et je ne voyais pas d'autre issue. A...

Merci pour votre réponse, 

En l'occurence c'est moi qui suit parti car la situation était très conflictuelle et je ne voyais pas d'autre issue. A posteriori je pense que c'était la seule solution à ce moment la même si je regrette d'avoir pas réussi à reconstruire qqch par après. Il s'est passé plusieurs mois de je t'aime moi non plus assez pénible des deux cotés puis la personne s'est tourné vers un ami en quête de support et la relation est devenu amoureuse par la suite il y a quelque mois de ça. J'ai essayé d'expliquer que je pouvais pas juste devenir un ami comme cela même si c'est ce que la personne souhaitait. Je lui expliqué que je l'aimais encore et que seulement la distance pourrait atténuer ça et la personne comprend pas. On se manque mutuellement mais je vois pas trop quoi faire d'autre que d'attendre un espérant qu'un jour on se reverra dans une situation plus détendue.

 

 

Réponse de TELME:

Re-bonjour, 

Dans ce retour vous confirmez que votre attitude est pour le moins saine et justifiée.

Vous avez quitté une femme que vous aimiez parce que la relation était trop conflictuelle et pas viable. 

Le comportement que vous mentionnez par la suite chez votre ex-compagne montre que cette relation ne pouvait pas continuer dans les mêmes termes. 

Aujourd'hui vous êtes confronté à la vraie séparation et au travail de deuil que cela entraîne. Vous savez que cela est nécessaire. 

Par la suite, beaucoup plus tard et quand vous aurez retrouvé du plaisir ailleurs et reconstruit votre vie autrement alors peut-être que vous pourriez imaginer de la revoir si cela fait vraiment sens pour vous. 

Bien à vous.

Bonjour, Je suis en couple depuis 3 semaines environ mais cela fait déjà 6 ans que je connais le garçon avec qui je suis. Nous étions des amis très...

Bonjour,

Je suis en couple depuis 3 semaines environ mais cela fait déjà 6 ans que je connais le garçon avec qui je suis. Nous étions des amis très proches avant et nous sommes devenus de plus en plus intimes par la suite.

Le seul problème, c'est que avant lui j'ai eu plusieurs histoires qui m'ont chacune à leur manière blessée, soit j'ai été trompée, quittée pour une autre fille et cela m'a beaucoup affecté et fait perdre confiance en moi. De plus, j'ai eu un papa plutôt absent durant mon enfance ce qui ne facilite pas les choses.

Je suis bien avec lui, il est respectueux, mature et on a beaucoup de complicité, mais j'ai toujours peur d'être quittée, de ne pas être aimée à la hauteur, de penser qu'il me prenne pour oublier ses ex, car il a eu également des histoires compliquées. Aussitôt qu'il est un peu différent, je doute, de moi, de notre histoire, c'est une peur continue, et c'est très difficile pour moi car j'aimerai pouvoir vivre ma relation à 100% sans ms poser de questions sur comment,pourquoi...

Merci beaucoup de votre réponse !

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Votre copain et vous vous connaissez depuis longtemps : vous avez bâti une relation d’amitié avant de vous mettre en couple. Vous avez donc déjà pu installer une certaine relation de confiance, c’est positif ! Malgré cela, vous « doutez de votre histoire » et de la sincérité de la relation. Comme vous le dites, votre amitié s’est « petit à petit » développée en relation amoureuse. C’est un processus qui prend du temps et qui ne reste pas figé : l’amour se transforme, le couple évolue continuellement et il y a toujours des ajustements à faire.

Une relation se construit à deux, et il est important que vous puissiez parler de cela en couple : les doutes que vous avez viennent sûrement du fait que vous fassiez des suppositions quant à ce que votre copain pourrait penser ou ressentir. Vous avez chacun des représentations de la relation de couple. En ouvrant un dialogue sur vos envies, vos peurs, vos conceptions du couple, vous verrez sûrement que vous avez certaines ressemblances et peut-être certaines dissemblances, qui dans tous les cas seront une force pour apprendre à mieux vous connaître, développer votre confiance et évoluer ensemble dans la relation.

N’hésitez pas à donner suite à notre message !

Telme

Bonjour,  Il est difficile de savoir quelle place j’occupe dans mon couple… Pour être honnête je ne sais pas ce que je lui apporte. Je peux dire...

Bonjour, 

Il est difficile de savoir quelle place j’occupe dans mon couple… Pour être honnête je ne sais pas ce que je lui apporte. Je peux dire assez facilement ce que mon copain apporte: courage, bonne humeur, curiosité, découverte, enthousiasme, activités sportives, tendresse...

Mais moi ?

Je devrais peut-être lui poser à la question à lui, mais je me sens un peu "bête". Et s'il remarquait effectivement cette différence?

Vous appuyez sur un point qui fait mal : je me sens comme « ayant moins de place » et « moins d’importance » que lui, et j’ai honte de le reconnaître. Parfois il dit quelque chose qui me blesse, ou quelque chose avec laquelle je ne suis pas d’accord, mais je dis oui pour lui faire plaisir. J’aimerais arriver à être plus spontanée, à pouvoir vraiment donner mon avis et m’affirmer.

Il donne aussi en général le "ton" de nos rencontres, ex. s'il est fatigué on reste chez lui au lit, s'il veut voir un film on en regarde un, s'il a faim on cuisine…

Est-ce que je suis "trop" à l'écoute de lui? Comment arriver à mieux exprimer mes envies propres?

J'imagine bien que vous n'avez pas de baguette magique et que c'est un travail que je dois faire sur moi, mais auriez-vous des exercices/techniques/conseils pour m'aider dans ce sens?

Merci beaucoup!

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous parlez de votre difficulté à vous affirmer dans votre couple, vous faites des comparaisons en votre défaveur, vous apportez moins que lui...

Le fait que l'un apporte davantage que l'autre au plan du dynamisme par exemple, n'est pas en soi problématique. Ce qui peut l'être est le regard que l'on porte, sur soi, sur l'autre.

En commençant par votre ami, comment vous perçoit-il? Etes-vous à ses yeux insuffisante ou est-t-il heureux de ce que vous faites, de ce que vous êtes auprès de lui?

Ce serait nécessaire de communiquer sur ce point là, j'imagine que ce sera différent pour vous si la réponse est positive. Vous aurez moins de pression, vous pourrez vous sentir reconnue et acceptée sans avoir à modifier quelque chose au risque de perdre cette relation.

Ensuite, et c'est cela qui est certainement le plus important, c'est le regard que vous posez sur vous-même. Si vous doutez de vous et avez le sentiment d'être "moins bien" que les autres, si cela ne se passe pas qu'avec votre ami, cela signifie que vous devriez faire un travail personnel, une thérapie peut-être, pour comprendre et développer votre confiance, votre affirmation de soi.

Il n'y a pas de technique particulière que vous pourriez appliquer pour changer cela, mais dans tous les cas, puisque vous réalisez que vous vous mettez vous-même au second plan, je vous propose de vous exercer à affirmer vos désirs le plus souvent possible, de façon posée, tranquille, et il y a de fortes chances que vous puissiez avancer dans la bonne direction.

Bonne suite

Telme

Bonjour, Ce que je remarque, c'est que même si je peux avoir des idées d'activités personnelles ou avec des amis sans mon copain, j'ai parfois...

Bonjour,

Ce que je remarque, c'est que même si je peux avoir des idées d'activités personnelles ou avec des amis sans mon copain, j'ai parfois tendance à y renoncer pour me laisser la possibilité de faire quelque chose avec lui. Il est du genre à s'organiser à la dernière minute (p.ex. il me propose de se voir la veille ou le jour même), alors que j'ai un programme assez serré et carré, où j'aime bien m'organiser quelques jours voire une semaine à l'avance. (c'est peut-être dû aussi à nos différences d'activités professionnelles... et de caractère). Du coup s'il me propose quelque chose, je n'aime pas dire non et ça m'agace de ne pas pouvoir le voir.

En écrivant cela, je réalise aussi que je donne beaucoup d'importance à cette relation (c'est normal je pense, quand on est amoureux?), presque vitale. C'est ma première relation "sérieuse", dans laquelle je me sente bien et heureuse, pour laquelle aussi j'ai envie de "m'investir".

Pour moi, si cette relation devait se terminer, ça ne serait pas seulement une période difficile et triste à passer, ce serait un vrai chamboulement, une vraie remise en question profonde de mon fonctionnement et des choix que j'ai fait récemment.

J'avoue qu'actuellement, cette relation est la chose qui compte le plus dans ma vie, qui occupe mes pensées et qui me fait du bien.

Peut-être que je donne trop d'importance à cette relation et que c'est malsain?

Je voulais aussi dire que j'ai l'impression que c'est un problème qui me concerne moi, dans le sens où mon copain fait des activités "en solo", voit des copains à lui seul, fait de nouvelles expériences etc. Et effectivement, je crois que cela enrichit notre relation car il m'en parle et me fait découvrir plein de trucs. C'est l'occasion de rigoler et de discuter.

Il m'encourage à faire de même, mais je m'en sens incapable. Le peu que je fais ou essaye, je n'arrive pas à le transmettre.

Merci pour votre écoute et vos pistes de réflexion.

  

Réponse de TELME:

Bonjour,

Le fait de renoncer à soi ne permet pas de construire quelque chose à deux.

Il est important de se soucier de la place qu'on occupe dans son couple et c'est ce que vous faites en posant ces questions.

Votre ami semble avoir une longueur d'avance sur sa façon de gérer les amitiés, les contacts, les sorties. Vous, de votre côté, vous vous contentez de rester disponible pour lui, car il est absolument prioritaire dans votre vie.

Ce n'est pas problématique en soi que vous n'ayez pas les mêmes compétences ou la même souplesse et que votre ami soit celui dans le couple qui "porte" la responsabilité des sorties, pour autant que vous portiez autre chose, que vous ayez un rôle reconnu.

Ce qui serait difficile serait le fait que, implicitement, vous ayez moins de place et surtout moins d'importance que votre conjoint. Il est fondamental que chacun apporte une reconnaissance à l'autre de ce qu'il est et ce qu'il fait.

Pourriez-vous vous passer de cette reconnaissance, par amour?

Si oui, je vous encourage à vous repositionner, à voir ensemble ce que chacun peut apporter dans votre couple. Il serait intéressant, par exemple, de savoir ce que lui comprend de la situation, a-t-il des attentes face à vous, est-ce qu'il souhaite un changement?

Il n'est pas absolument nécessaire de chercher une égalité si vous êtes bien dans vos complémentarités, mais il faut que chacun se sente reconnu, aimé et validé dans ce qu'il/elle est et fait pour le couple.

Cela passe par un dialogue où chacun s'ouvre en parlant de ses attentes face à l'autre, et de ce qu'il/elle peut apporter dans le couple; c'est une co-construction.

N’hésitez pas à réagir à notre réponse.

 

bonjour j ai un secret asser lourd a porter sur moi et je peu pas en parler je suis marier mais je suis pas heureuse mon mari ma tromper et nous...

bonjour

j ai un secret asser lourd a porter sur moi et je peu pas en parler je suis marier mais je suis pas heureuse

mon mari ma tromper et nous vivons comme un couple d amis et je me sens tres seule il veu pas de separtion malgree que je LUI et parler que pour moi cetait pas evident je tiens a lui mais sais plu autent fort les sentiments j ai peur de jugement en racontent ce secret que je garde je me suis inscris sur un site pour discuter avec des gens

ET j ai parler avec un homme et on sais toute suite bien entendu on discute tous les jours il et aussi marier et cela se passe pas aussi bien avec sa femme il en et amoureux et je pas quil voudrai la quiiter ont et devenu des amis tres fusionel et il arrive a lire en moi comme moi jarrive a lire en lui a se decrire vraiment et il trouve sa dingue a quel point on se comprend et il ma dis le jour ou et c es vu quil avait jamais entendu aussi bien avec une personne meme sa femme avent cetait sa meileure amie cetait pas une entente comme cela

il arrive a me comprendre a enlever la crapace que jai sur moi que meme mes amis qui me connais depuis tres lontemp ne me connaise pas aussi bien que lui et il me dis tous les jour bonjour ma belle princesse ma aussi dit une fois si jetai pas en couple et se que je serai vu avec lui pour rigoler une fois il mA DIT il avait bu et ma ecris que si jetai la il m aurai demander en mariage

il me dis souvent il pense fort a moi il ma aussi dit quil recherche pas de sex avec moi je sais tres bien quil aime sa femme et je vais pas briser son couple

il ma confier en moi de decembre quil parler a une femme et quil allais avoir du sex avec et que avec moi il recherche pas cela qu on a une vrai amitier et que personne peu briser cela et que il m aprecie enormment et que je reste et restera dans son coeur

quil voit une autre femme pour du sex cela ma fait mal parce pour moi je pensais quil avait pas besoin de parler a une autre femme comme il la dit notre entente et tres fusinonel jai bien compris que cette autre femme sais pour du sex mais voila je me suis un peu eloigner mais on se parle tous les jour mais moins qu avent et il dsicute surment ou voit cette autre femme j en suis jalouse alor que je devrai pas je suis pas sa femme et pourtant je ressens des sentiment poir lui que je devrai pas je le ressens comme mon ame soeur vu notre entente

je sais bien que lui et moi il se passera rien jaimerai juste pouvor lui dire que je le ressens comme mon ame soeur vu notre entente aquel point on se comprend j ai peur quil me prend pour une folle en meme temp je veu juste librer se que je ressens meme si je sais quil se passera rien il et marier et je veu pas briser son couple merci de m avoir lu jesere que vous pourer m aider

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Votre message est dense, et sans beaucoup de ponctuation, vous êtes sûrement inquiète pour votre situation. Nous poser une question et mettre des points pour séparer vos phrases vous permettrait sûrement de structurer votre pensée et d'y voir plus clair, ce qui serait plus rassurant pour vous.

Vous nous écrivez que votre relation de couple avec votre mari est compliquée, suite à sa trahison. Qu'est-ce qui vous retient auprès de lui ? Qu'est-ce qui fait que vous ne pouvez pas le quitter ?

Nous ressentons que vous avez certainement besoin d'autre chose, que vous avez peut-être recherché sur internet. Que recherchez-vous dans le fait d'avoir une relation virtuelle? La communication par internet est aussi propice à l'idéalisation d'une personne; les discussions que l'on a sont le plus souvent réfléchies, on peut choisir le message qu'on veut faire passer et la façon dont on le fait. Nous ressentons dans votre récit que vous vous sentez reconnue et écoutée par cet homme, et que vous semblez considérer qu'il est le seul à pouvoir vous connaître telle que vous êtes et à savoir comment faire pour vous "enlever votre carapace".

Vous interroger sur ce que sont vos attentes par rapport à votre relation virtuelle et sur ce qu'elle vous apporte vous permettra sûrement de vous positionner vis-à-vis de votre vie et de vos besoins/envies personnels.

N’hésitez pas à nous récrire, au besoin. 

Bonjour, Depuis 2 semaines, je me pose un questionnement un peu général sur « moi » et sur « moi et mon copain ». Ca va peut-être vous sembler...

Bonjour,

Depuis 2 semaines, je me pose un questionnement un peu général sur « moi » et sur « moi et mon copain ».

Ca va peut-être vous sembler débile, mais j’ai parfois l’impression de me perdre depuis que je suis avec lui car je l’aime et que n’importe quoi sans lui me paraît avoir moins de goût ou d’intérêt.

Ca fait plus d’un an que nous sommes ensemble, nous nous voyons en général 1-2x par semaine pour faire une activité et passer la nuit ensemble le weekend. Sauf que le reste du temps… je ne fais que penser à lui. Je réfléchis au prochain message que je pourrais lui envoyer, à la prochaine fois qu’on se verra, à ce que j’aimerais qu’on fasse ensemble. Même les films que je regarde ou les livres que je lis, je le fais « pour lui », parce que c’est quelque chose dont il m’a parlé ou parce que j’ai envie de lui donner mon avis ou de lui raconter quelque chose.

J’ai l’impression que tout mon être tourne autour de lui et ça m’inquiète…

Ca m’inquiète parce que si un jour il est plus distant que d’habitude, je me sens seule et abandonnée.

Ca m’inquiète parce que si un jour il décidait de rompre, ce serait la fin du monde pour moi (c’est difficile les histoires : quand on est célibataire on n’a qu’une envie c’est de se mettre en couple, et quand on est en couple, on a qu’une seule peur c’est que cette histoire pourrait se terminer…).

Et ça m’inquiète parce que parfois j’ai l’impression d’être vide sans lui.

J’imagine que je devrais essayer de cultiver des moments sans lui, voir mes amis, programmer des choses sans lui… Mais c’est difficile parce que j’ai l’impression que tout ce que je fais sans lui doit s’inscrire dans un lien avec lui.

Je ne sais pas si je suis très claire ?! Mais avez-vous un avis sur ma situation ?

(à part ça je me sens bien et heureuse avec lui, j’ai envie d’être avec lui, je l’aime, je trouve la vie incroyable avec lui, je n’arrive même plus à me souvenir à quoi pouvait ressembler la vie avant lui…)

Merci pour votre réponse et votre super site !

Réponse de TELME:

Bonjour et bienvenue sur notre site !

On ressent à travers votre discours que vous considérez cette relation comme étant la seule chose qui puisse vous permettre de vous affirmer et d’avoir confiance en vous.

Dans les débuts de la relation, il est tout à fait normal que celui ou celle qu’on aime occupe nos pensées et qu’on ait envie de passer le plus clair de son temps avec lui/elle. L’amour est un sentiment qui nous fait nous sentir bien et qui permet de prendre confiance et regonfler l’estime de soi.

Vous nous parlez cependant de ce sentiment de « vide » et de cette crainte que vous avez de « vous perdre ». Vous semblez avoir réfléchi à ce que vous pourriez faire sans lui et avoir conscience de l’importance d’avoir des moments rien qu’à vous. Cependant, au vu de ce que vous nous transmettez, il semblerait que vous n’osiez pas faire les activités que vous avez en tête. Comment comprenez-vous cette peur ? Quelles seraient les conséquences pour vous de faire (ou ne pas faire !), ces activités ?

En avez-vous déjà parlé avec votre copain ? Vous seriez peut-être surprise de voir que ses attentes sont tout autres que celles que vous imaginiez. Vous verrez sûrement que ce n’est pas parce que vous vous affirmez dans votre propre identité et personnalité qu’il ne vous aimera plus.

Peut-être faudrait-il aussi vous interroger sur vos attentes propres vis-à-vis de votre relation. Si l’amour ne veut pas dire qu’il faut renoncer à être soi-même pour faire plaisir à l’autre, l’inverse est aussi vrai : il ne faut pas attendre de l’autre qu’il soit toujours disponible et réponde à toutes nos envies. L’intérêt d’une relation amoureuse est aussi de pouvoir partager des idées et des passions, qu’en pensez-vous ?

Aussi, vous aimez certainement votre copain parce qu’il vous apporte quelque chose de plus que quelqu’un d’autre, et de la même façon, il vous aime sûrement pour votre individualité propre, et non parce que vous faites tout comme/pour lui. Vos activités propres, votre vécu et vos expériences peuvent apporter un enrichissement à votre couple, tout autant que les siens.

Vous nous demandez de formuler un avis sur votre situation. Nous ne sommes pas là pour ça, et c’est à vous de juger de ce qui est le mieux pour vous. Toutefois, et pour résumer, nous vous encourageons à pouvoir vous recentrer sur vous, sur vos pensées, vos envies et vos besoins et à prendre du temps pour apprendre à vous aimer et vous respecter vous-même, pour qui vous êtes vraiment.

L’affirmation de soi est un cheminement qui peut parfois prendre du temps, mais cela vous permettra de vous sentir de plus en plus épanouie dans vos relations.

N’hésitez pas à donner suite à notre message !

Bien à vous,

L’équipe Telme

bonjour. je suis une fille algérienne j'ai 24 ans et je travail comme enseignante mes parents n'acceptent pas mon copain que je suis en relation avec...

bonjour. je suis une fille algérienne j'ai 24 ans et je travail comme enseignante mes parents n'acceptent pas mon copain que je suis en relation avec lui depuis 6 ans juste après le décès de sa maman en 2013 il vient pour demander ma main (khoteba)mais mes parents n'acceptent pas que j'épouse avec un gendarme et je déplace avec lui chaque mutation j'ai rien dis parce que j'étais encore à l'université pour terminer le Master 2. et même mon copain il a rien dis il ma promis qu'il va retourner pour demander ma main pour la 2 fois après 2 ans et le 27/02/2016 il a envoyé ses sœurs chez maman pour la 2 fois vu que ma relation était secrète ma famille est trop sérieuses ils ont refuser pour la 2 fois si parce que il ont pas une grande maison ils ont pauvre et nous nous sommes riches ils mon disent que je suis habituée par le confort et je ne peux pas vivre cette vie dans un garage je leur dire que je sais et j'accepte je vais partir avec lui et je vie dans le logement de fonction même il a payé la 1 tranche de l'aadl (appartement à payer par facilité) après qu'il a pris sa retraite on vie dans son appartement aadl. mais malheureusement ils (maman et papa) disent non si non c'est honteux devant la famille quoi tu veux marié avec se pauvre personne. je dis à mon copain que mes parents n'acceptent pas notre relation juste pour que je ne déplace pas j'ai pas pu lui dire la vérité pour que je ne le blesse pas. il m'a dit encore une autre fois qu'il va retourner pour 100 fois si c'est le cas.

je sais je suis majeur et je fais ce que je veux mais j'aime beaucoup mes parents et je ne peux pas leurs blessés en plus ma mères elle a beaucoup de maladie et je peur si je l'énerve elle pris AVC alors je suis entre l'amour de mes parents et l'amour de mon copain. s'il vous plait aidez moi je suis déprimée et angoissé et je n'ai c'est pas quoi faire et désolé pour le langage je suis pas forte en français.

j'attends votre réponse merci

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour et bienvenue sur notre site,

Vous devez choisir entre votre famille et votre copain, et avez peur de les décevoir en fonction de votre choix.

Nous ne connaissons pas assez la religion et les pratiques musulmanes, et ne pouvons donc pas vous donner de conseils précis à ce sujet. Avez-vous déjà pu parler de ces questions religieuses à un imam, ou quelqu’un pouvant vous donner des informations plus précises sur les droits/devoirs que vous avez dans ce genre de situation ?

Ensuite, comment vous positionnez-vous par rapport à la question de la tradition, de la culture ? Y adhérez-vous ? Avez-vous une vision indépendante de ce que vos parents pensent ? Il n'appartient qu'à vous d'accorder plus d'importance aux sentiments que vous éprouvez et à la personne que vous aimez ou aux valeurs culturelles que vous avez.

Vous nous parlez essentiellement de tout ce que votre copain fait pour vous, ainsi que des réticences de vos parents face la khoteba. Cependant, vous ne nous parlez pas de vos sentiments à vous ! Par exemple, vous nous dites que vos parents ne voudraient pas que vous vous mariez avec une « pauvre personne », mais que vous accepteriez cependant de « vivre dans le logement de fonction » de votre ami pour « son amour ». Comment vous positionnez-vous par rapport à cela ? Sans penser à ce que vos parents ou votre copain disent, qu’aimeriez-vous faire pour vous ?

Nous vous encourageons à prendre du temps pour réfléchir à ce que vous aimeriez vraiment faire pour vous-même. Vous questionner sur vos envies/besoins personnels pourrait peut-être vous permettre d’y voir plus clair dans votre problématique. Il n’y a pas de décision juste ou fausse, tant que vous la prenez en accord avec vous-même.

N’hésitez-pas à nous ré-écrire, si besoin.

Bien à vous,

L’équipe Telme

Bonjour, Je vous remercie vraiment de votre réponse, vous avez raison je supporte pas être seul, j'ai réellement envie enfaîte de connaître une...

Bonjour,

Je vous remercie vraiment de votre réponse, vous avez raison je supporte pas être seul, j'ai réellement envie enfaîte de connaître une relation amoureuse, de découvrir ce que c'est être en couple, c'est vrai que je cherche a être en couple car je ne supporte plus trop d'être seul mais également j'ai envie de me sentir aimer et d'aimer.

je cherche aussi a ne pas tarder d'être en couple car si j'attend encore plusieurs années j'aurai l'impression de n'avoir jamais connu un amour en étant jeune, j'ai envie d'avoir une relation sérieuse et de vivre plusieurs année sans me soucier de quoique ce soit avant 'être plus âges et de devoir penser a l'avenir, en termes de relation amoureuse je cherche simplement une fille avec qui je serai bien, j'angoisse aussi car trop souvent je suis qu'un bon ami... et rien de plus, pourtant quand la fille me plait j’hésite pas a la draguer, a lui montrer qu'elle ne met pas indifférente, je me dit aussi que depuis toutes c'est années que je cherche et que je ne trouve pas qu'est ce qui ferai que demain ca changerai ?, et puis forcément tout ca mene aussi a une perte progressive de confiance, j'ai l'impression que je ne vais plaire a personne malgré que c'est faux ... ,j'ai le ressentiment que maintenant même si je vais parler / draguer une fille qui me plaît je me dis que c'est inutile que je vais encore me faire recaler , pourtant je ne pense pas être lourd avec les filles je me suis fais que très rarement recaler fortement , d'ailleurs souvent ces filles deviennent par la suite des amies proche, je ne sais plus ce que je dois faire, qu'est ce que je fais de mal ou de différent ? est-il simplement possible que certaine personne ne soit pas faite pour vivre en couple ?

pour certains être en couple peut être futile, mais je trouve ca important je sais que ca va pas tomber demain mais j'ai peur d'attendre encore longtemps...

en tout cas je vous remercie sincèrement de votre réponse et d'avoir la possibilité de parler a quelqu'un librement et gratuitement... sans ce faire juger et d'avoir des réponse aussi complète merci l’équipe de telme

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous semblez mettre tout en oeuvre afin de pouvoir satisfaire votre objectif, mais ressentez une "perte progressive de confiance" devant le manque de résultats. Cependant, même si les résultats ne sont pas précisément ceux que vous souhaiteriez avoir, votre approche ne semble pas être complètement "fausse", puisque cela vous permet de tisser des liens amicaux avec ces filles, et également d'être plus proche d'elles. Vos amies peuvent être une très bonne ressource pour mieux comprendre ce qui se joue pour vous et comment elles ont pu ressentir votre approche. Que pensez-vous d'échanger avec elles autour de ce sujet qui vous préoccupe?

L'envie de vivre l'amour, d'expérimenter le couple pour la première fois est très présente. Il est important dans la rencontre avec l'autre d'être soi-même, d'être authentique. Il n'existe pas de formule ou d'approche qui soit "juste", encore moins de mode d'emploi. Chaque personne se présente avec sa personnalité et son histoire de vie, c'est cela qui la rendra intéressante pour l'autre. C'est la singularité qui prime et qui sera attirante pour l'autre, donc ne vous souciez pas trop de si vous faites bien ou "comme il faudrait". Et peut-être vous ferez vous aborder par une fille la prochaine fois, qui sait?

Nous vous souhaitons une bonne suite,

Bien à vous,

L'équipe Telme

Bonjour je me présente j'ai 23 ans , ça fait 1 ans et 6 mois que je suis fiancée avec un homme que normalement que je l'aime et qu'il m'aime , après...

Bonjour je me présente j'ai 23 ans , ça fait 1 ans et 6 mois que je suis fiancée avec un homme que normalement que je l'aime et qu'il m'aime , après quelques mois il s’avère que ce amour n'est pas réciproque entre nous, genre il parle quand il veut il casse le temps qu'il veut, bref tout dépend de son moral etc

sachez qu'il travaille en France et je suis au Maroc

mon problème c'est que je suis très sensible, je pleure pour n'importe qu'elle situation bref le minimum me touche, et j'arrive vraiment pas à ajuster ma sensibilité et ma gentillesse je peux pas dire le mot "NON" à aucune personne

mon fiancé a trop abusé , parce-qu’il sait déjà ce trou qui existe dans ma personnalité,il est devenu de plus en plus insoucieux il me traite comme une moustique une chose qui n'a aucune valeur, et après il me demande pardon je le pardonne , et je vis ça en boucle

s'il veut plait , que dois je faire pour ajuster ma sensibilité ? je veux vraiment avoir une forte personnalité, je veux que mon fiancé me respecte, et qu'il pense milles fois avant de faire quelques choses qui me blaissent

merci d'avance

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Apprendre à vous affirmer, c'est une chose possible. Cela ne veut pas dire devenir l'extrême opposé de ce que vous êtes et devenir agressive, mais apprendre à communiquer sur votre ressenti de manière calme, claire et posée.

Vous parlez de ce "trou" qui existe dans votre personnalité, c'est une bonne métaphore pour décrire votre vulnérabilité, votre grande sensibilité associée à une impossibilité de dire non. Apprendre à refuser le non-respect de l'autre vis-à-vis de nous est essentiel dans tous types de relations interpersonnelles. Dans une relation de couple, le respect est fondamental. C'est à vous de connaître vos limites et de décider ce qui est acceptable pour vous. Exprimer votre mécontentement face à l'attitude de votre fiancé est très important pour établir ces limites et exiger le respect qu'il vous doit.

Vous pourriez aussi vous engager dans un suivi thérapeutique, ce qui vous permettrait de travailler sur vos difficultés de façon approfondie.

Bonne suite

Telme

Merci pour votre réponse. Effectivement, cet aspect « mouvant » de la relation, je le sens bien. Si au départ ça me faisait peur, je comprends...

Merci pour votre réponse. Effectivement, cet aspect « mouvant » de la relation, je le sens bien. Si au départ ça me faisait peur, je comprends maintenant que ça veut aussi dire que la relation est vivante.

Je me permets de réagir encore une fois, juste pour clarifier quelque chose que je ne suis pas sûre d’avoir compris dans votre dernier message : qu’entendez-vous par « laisser habiter notre relation émotionnellement et affectivement, tout en restant connectée à moi-même » ? Est-ce que ça a un lien avec la spontanéité, la sincérité, l’expression des sentiments ?

Je réagis parce que j’ai peut-être un problème avec ça. Je me sens amoureuse, mais je n’ai encore jamais pu le lui dire. Les mots me souvent venus plusieurs fois dans la gorge mais ils y sont restés coincés, ou alors c’est moi qui les ai barricadés à cet endroit. J’ai trop peur d’un rejet de sa part si je lui dis que je l’aime. J’ai peur que ce ne soit pas réciproque.

Et j’imagine que le cliché de ces mots n’est que la pointe de l’iceberg… je peux aussi être facilement gênée, et du coup plutôt sèche et froide dans mes remarques avec lui pour cacher mon embarras.

Est-ce bien tout ça que vous évoquiez ? Et comment y remédier ?

Merci beaucoup.

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Votre réaction à notre précédent échange permet de revenir sur un point qui semble important pour vous et dans votre relation, celui de l'expression des émotions. Cela semble difficile à faire pour vous, que ce soit pour exprimer votre amour ou votre embarras... Qu'est-ce qui vous fait peur si vous exprimer ce que vous ressentez réellement?

En effet, le fait de "vous laisser vivre votre relation émotionnellement et affectivement tout en étant en lien avec vous-même" revient à garder une certaine spontanéité en vous laissant guider par ce que vous ressentez. Même si toute relation comporte des aspects rationnels, et passe par moment par une compréhension cérébrale de ce qui se passe, l'important est de rester à l'écoute de son intuition et de ses émotions.

Il n'y a pas une seule manière d'être en couple mais autant de façons que de couples. Chaque couple invente en permanence sa relation.

Le fait que vous exprimiez peu vos sentiments en mots n'est pas en soi un problème. Peut-être que cette retenue est une façon pour vous de vous ajuster, consciemment ou non, à votre ami, à ce que vous pensez qu'il attend de vous et au rythme de votre relation?! Les mots ne sont pas le seul canal de communication, beaucoup de choses peuvent se montrer par le non-verbal...

...et cela nous amène à l'importance du lâcher prise. Au-delà des mots, je vous invite à réfléchir à votre manière de chercher à maîtriser la relation et à "percer" ce que ressent votre copain. Vous disiez que votre ami gardait un côté énigmatique, ce qui peut vous inciter à chercher à en savoir plus sur lui avec le risque que vous fassiez l'un et l'autre "toujours plus de la même chose": votre ami reste dans le retrait, et plus il est dans ce registre, plus vous risquez d'être dans une quête de signes de sa part, d'informations le concernant, etc... Cela peut placer progressivement votre relation dans un mode répétitif qui vous couperait de votre spontanéité et de votre créativité. Qu'en pensez-vous?

Bonne réflexion et nous restons à l'écoute si vous désirez reprendre contact. Passez une bonne semaine!

Telme  

Bonjour, J'ai 21 ans et j'ai besoin d'une aide pour me confier et savoir ce que je peux faire, J'ai vécu une relation de 4 ans avec un homme d'un...

Bonjour,

J'ai 21 ans et j'ai besoin d'une aide pour me confier et savoir ce que je peux faire,

J'ai vécu une relation de 4 ans avec un homme d'un an de plus que moi, nous nous sommes mis ensemble, je venais d'avoir 16 ans.

C'est quelqu'un qui a été diagnostiqué HP, et il n'était pas très sociable, il a été très froid à nos débuts.

2 ans plus tard, il s'est mis à être très possessif, m'interdisant de sortir avec mes amies, ça a pris de plus en plus d'ampleur, quand je ne lui annoncais pas 4 jours avant ma sortie (meme une sortie à la piscine) ça partait en conflit. Il s'énervait, m'insultait me critiquait, critiquait ma vie, des ruptures, il en faisait 2 chaque mois, jétais en larme je ne comprenais rien, il claquait des doigts et je revenais.

En 2013, je me suis retrouvée sans diplome ni formation, je vivais chez lui, j'avais coupé les ponts avec ma mère qui était toxique. (à la demande de mon copain, pensait que ce serait "Mieux" pour moi).

Mon séjour chez lui a été un véritable enfer, disputes sur disputes de sa part, rien n'allait pour lui, il fallait que je fasse des efforts, que je m'occupe de lui et de ses besoins. Il disait que j'étais inintéressante, sans activités.

Des remarques de ce genre, j'en avais 10 par jour, sans compter mon physique plutot mince, mais il me trouvait pas assez "sexy" je devais me plier à ses exigences, je suis devenue sa poupée.

Je crois que il voulait prendre le controle de moi, et il a réussi, un épisode difficile pour moi et qui me dégoute aujoud'hui, que j'ose raconter à personne.

Il regardait des images de mangas pédopornographiques, sur des sites de hentai, j'étais pas contente, ça me plaisait pas, il l'a compris et m'a argumenté pendant des heures que c'était pas illégal ce qu'il faisait, qu'au Japon c'était même bénéfique, que grâce à ça, il y a peu de viols sur les enfants, et que il n'était pas pénalement puni.

J'y ai cru, et il m'a dit un jour "je serai vraiment heureux et fier de toi si tu recopiais ces images" Et après plusieurs hésitation je l'ai fait.

Un jour, après une dispute, je lui ai dit que je ne voulais plus dessiner du Lolicon, il s'est levé de sa chaise, il m'a plaquée contre le mur, m'a giflée 2 fois violamment, et m'a hurlée que la prochaine fois qu'il entendait ça, il me ferait du mal et me ficherait à la porte.

J'étais terrorisée, c'était la première fois qu'il était aussi violent avec moi, je me suis effondrée en hurlant en sanglots, il m'a ordonnée de les déchirer tous, il regardait depuis sa chaise en souriant, j'a pris un couteau pour me percer les veines mais je ne l'ai pas fait.

Des mois plus tard, jai essayé de prendre de la distance avec moi, mais je n'arrivais pas à le quitter, il devenait de plus en plus demandeur en attention, il scrutait mes moindres faits et gestes, je sentais son regard qui m'observait, ses oreilles, le moindre faux pas selon lui se transformait en conflit, au milieu de la nuit, il m'interdisait de m'endormir si je ne m'étais pas "correctement excusée"

Je suis tombée en dépression, je me suis médicamentée en fluoxetine, j'étais constamment épuisée, malade, triste, je voulais en finir avec ma vie.

J'ai trouvé un stage dans le milieu de l'enfance, j'ai adoré et je me suis épanouie, je me suis éloignée de lui et penser à mon avenir, il l'a compris et m'appelait sans cesse en me demandant si je l'aimais plus.

Il continuait toujours à me gifler, à me jeter hors de chez lui en pleine nuit, il tentait d'avoir le controle sur moi et je me suis réveillée en octobre 2014 je l'ai quitté.

Il m'a harcelée, insultée, menacée au telephone, je n'ai pas vraiment de preuve sur ses agissements.

Toujours est il que j'ai peur de lui, de ce qu'il peut m'arriver juridiquement.

J'ai besoin d'aide s'il vous plait.

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous ne posez pas vraiment de question dans votre message. Pouvez-vous préciser votre demande? Nous vous encourageons à formuler une question précise pour que nous puissions vous aider au mieux.

Dans le récit que vous nous faites nous percevons votre vécu de victime. Mais il est important de comprendre que dans un couple on est deux à agir et créer une dynamique, autant bénéfique que nuisible.

Vous parlez de votre crainte qu'il ne vous arrive quelque chose juridiquement. Cela nous parait contradictoire avec le récit que vous nous faites concernant les agissements de votre ex copain envers vous. Vous ne pensez pas que c'est lui qui pourrait craindre des conséquences ?

Vous nous dites que vous vous êtes sous médication, êtes-vous suivie par un professionnel ou s'agit-il d'auto-médication? Si vous êtes sous médication pour la dépression dont vous nous parlez, il nous semble important que vous soyez suivie dans votre traitement. 

N'hésitez pas à donner suite à notre réponse !

Bonjour, Je vous ai écris tout récemment, désolé de devoir reposer une seconde question mais j'en ressentais le besoin. Cet été, j'ai vécu une...

 

Bonjour,

Je vous ai écris tout récemment, désolé de devoir reposer une seconde question mais j'en ressentais le besoin.

Cet été, j'ai vécu une histoire d'amour avec un garçon que je connais depuis bientôt 6 ans. Nous fréquentons le même groupe d'amis et habitons dans la même commune. Ça toujours été assez flou. Il a fait le premier pas en venant vers moi et me disant qu'il voulait aller plus loin avec moi donc être en couple. Bien sûr j'ai accepté car j'attendais que ça et étais heureuse.

Nous nous voyions régulièrement, du jour au lendemain il est devenu distant et froid, quand je lui ai demandé des explications il m'a dit qu'il savait pas, il était perdu, il avait peur de me faire souffrir, q'il pensait encore de temps en temps à une fille qu'il avait beaucoup aimé mais cette fille la énormément fait souffrir et ne sait jamais rien passer entre eux. Mais il l'a idéalisé, c'était son premier amour. Ensuite il a réfléchi et est revenu vers moi en officialisant la relation. Donc nous sommes devenus un couple.

Tout allait bien , et voilà qu'une semaine à peine après, il a décidé de réfléchir à nouveau, pour finalement ne pas s'engager par peur de me faire souffrir et peur d'être en couple, de perdre sa liberté, de devoir se soucier de quelqu'un. Mais en même temps il me disait qu'il était bien avec moi, heureux et qu'un jour il allait regretter sa décision, de m'avoir laissé. Je ne sais pas quoi penser, ni quoi en faire. Dois - je encore espérer quelque chose de sa part ou plutôt passer à autre chose et attendre quelqu'un qui aura de l'attention pour moi. Je me suis énormément attaché à lui, à l'idée d'être à nouveau en couple, partager ma vie avec et faire plein de choses. Et à chaque fois c'est une claque que je me ramasse, c'est difficile.

Il est vrai que j'ai déjà énormément souffert dans n'es anciennes relations amoureuses, du coup j'ai beaucoup de peine à passer à autre chose, je ressens ça chaque fois comme une sorte d'abandon, que je suis pas assez bien, que je ne mérite pas d'être heureuse, que je rencontre que des garçons malsains. Je perds énormément confiance en moi à chaque fois. Comment puis - je m'aider à m'en sortir de cette illusion avec lui ? Merci beaucoup

 

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous vous trouvez dans une situation désagréable et pas évidente à gérer.

Nous avons l'impression que dans cette relation vous subissez plutôt que de prendre une part plus active.

Il semblerait que ce garçon soit dans une période d'hésitation face à votre relation et ce pour différentes raisons personnelles. Nous ne pouvons pas vous dire si vous devez passer à autre chose ou non car cela dépend plutôt de ce que vous souhaitez.

En effet, nous pensons que vous êtes souvent dans le même schéma répétitif, c'est-à-dire que vous subissez sans apporter de changement. Il est clair qu'être face aux doutes de l'autre est difficile et nous comprenons que cela vous fasse souffrir, mais nous vous proposons de vous positionner différement cette fois-ci.

Pourquoi ne pas discuter franchement avec lui de vos difficultés face à ses allées-venues?

N'oubliez que c'est vous qui restez actrice de votre vie et donc décidez quelle attitude vous voulez adopter dans cette relation. Sachez que tout respositionnement chez soi implique forcément un changement chez l'autre, même minime.

Que pourriez-vous faire qui le surprenne? Ne pas le recontacter? Autre chose?

L'important est que vous preniez cette part active pour ne plus subir.

Bien à vous,

Telme

Bonjour et merci pour votre réponse! Je me dois d'y réagir, car selon vous les clés du bonheur de ma relation sont dans mes mains et pas dans celles...

 

Bonjour et merci pour votre réponse! Je me dois d'y réagir, car selon vous les clés du bonheur de ma relation sont dans mes mains et pas dans celles de mon partenaire.

Je suis conscient que je veux le contrôler mais au début de la relation je n'étais pas comme ça. Nous sommes tombés une fois par hasard sur son ex en juin 2014 (dans une salle d'attente bondée) et mon ami ne me l'a pas présenté, il a paniqué alors que son ex tout comme moi on n'aurait absolument rien eu contre se rencontrer et aller boire un verre les trois.

Dès le départ, je tenais à respecter sa volonté de le voir, mais quand il disait être avec moi et m'aimer et que je passais quand même au second plan derrière son ex, je lui exprimais mon mécontentement et il me disait que j'avais un problème! C'est à partir de ce moment-là que j'ai commencé à me méfier de lui et à ne plus lui faire confiance: j'avais l'impression que même si il me disait que son ex était de l'histoire ancienne, il y tenait encore. J'ai commencé à tester, questionner, vouloir palper, sentir leur relation, pour voir si cela convenait à mes critères d'une séparation, pour remarquer que "non, moi, j'aurais jamais fait comme ça". Alors j'ai voulu contrôler cette relation et j'ai commencé à soupçonner que cela cachait quelque chose parce que c'était une séparation "pas normale" selon mes critères (certainement trop) bien établis. Jusqu'à quand je l'ai poussé devant ce choix ignoble: c'est lui ou moi. Et croyez-moi je me déteste d'avoir eu à poser cette question une fois dans ma vie. Et bien sûr cela n'a fait qu'empirer les choses.

Tout en vous écrivant, je parcours un chemin intérieur des plus intéressants. Je réalise quelque chose... Est-ce que vous pensez que par le fait que j'ai imposé ce choix "lui ou moi", je l'ai poussé vers son ex, alors qu'il n'avait pas vraiment envie de retourner vers lui? A travers ma peur panique qu'il l'aime encore, j'ai fini par le contaminer et le persuader qu'il l'aimait encore? Que je l'ai amené moi-même à me prouver que j'avais raison, parce que je ne voulais pas entendre que j'avais tort?

En fait j'aurais du lui dire "je t'aime, je te respecte et avant tout je te fais confiance quand tu me dis que tu m'aimes" plutôt que "choisis-moi pour me prouver que tu m'aimes"...

Si je suis dans le vrai, c'est une sacrée prise de conscience...

Alors si c'est bien cela, je suis en train de refaire la même chose, et on va atteindre le même point à nouveau. Je ne veux pas cela. Je dois donc lâcher prise et ne plus m'inquiéter quand ils se voient, quoi qu'ils fassent ensemble. Comment m'y prendre concrètement? Car j'analyse tout, je suis en permanence dans le contrôle, depuis l'âge de 4 ou 5 ans!

Pour l'idée du rendez-vous à trois, on y a déjà pensé, mais mon copain a peur que je veuille rencontrer son ex pour le contrôler encore plus et analyser leur comportement dans le moindre détail. Ce qui est un peu ce que j'avais prévu de faire, pour être honnête. Comment ne pas tomber dans ce piège et faire de cette rencontre un moment agréable sans jugement ni analyse?

Merci pour votre aide, j'ai l'impression d'avancer, même si je dois constater des choses plutôt pénibles sur moi! Et désolé pour les looooongues tartines!

Cordialement

Chatton

 

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Il est clair que votre ami dans ses mots ou sa façon d'être vous met, par moment, dans un sentiment d'insécurité et il a sa part de réflexion à faire aussi. Cependant, c'est avec vous que nous échangeons et c'est donc pour ça que nous essayons de vous apporter des pistes que vous-même pouvez réaliser.  Car une chose est sûre, en changeant son comportement on fait forcément bouger l'autre.

C'est très positif que vous cheminiez en même temps que vous nous écrivez. Avez-vous déjà pensé à tenir un journal? Cela vous permettrait peut-être d'étayer vos réflexions et de prendre une certaine distance avec le problème.

Nous ne pouvons pas vous dire si ce que vous "découvrez" est vrai car c'est vous qui vous connaissez le mieux. Par contre, nous pouvons revenir sur vos envies de contrôle qui selon vos dires, sont là depuis l'enfance. Le contrôle n'est pas seulement négatif, il est nécessaire pour pouvoir se protéger de certaines situations. Sans contrôle, on est en roue libre et ce n'est pas forcément mieux... Mais à être trop dans le contrôle, vous le voyez vous-même, cela prend une énorme énergie pour des résultats souvent peu satisfaisants.

Comment faire? Nous vous proposons de réfléchir: est-ce que ce contrôle vous envahit dans toutes les situations de la vie ou juste dans votre histoire de couple? Car le cas échéant, vous pourriez peut-être entreprendre une thérapie afin de régler certaines questions liées au passé et qui vous empêchent actuellement de lâcher prise.

Nous vous suggérons aussi de voir quels changements, au niveau de votre contrôle, vous pourriez faire dans votre couple? Cela peut être des toutes petites choses car c'est la politique "des petits pas" qui prime plutôt qu'un changement radical. Observez ce qui se passe chez votre ami suite à ses changements.

Enfin, il nous semble qu'il est très important que le dialogue entre vous ne soit pas rompu mais aussi, peut-être, plus libre. Il s'agit que chacun puisse dire ses doutes, ses craintes ou ses peurs sans être jugé. C'est aussi comme ça que vous pourrez préparer au mieux la rencontre avec son ex.

Nous vous proposons de réfléchir sur ces quelques pistes et de nous récrire par la suite si vous le désirez.

Bien à vous,

Telme

Bonjour, J’ai un gros problème avec mon copain, c’est une histoire compliquée que je vais résumer. Contexte : J’ai 30 ans, lui 40, il a été avec...

 

Bonjour,

J’ai un gros problème avec mon copain, c’est une histoire compliquée que je vais résumer.

Contexte : J’ai 30 ans, lui 40, il a été avec son ex pendant 12 ans, sont séparés depuis janvier 2013, nous vivons à 1h30-2h00 de trajet l’un de l’autre, nous sommes dans une relation monogame.

1ère rencontre en octobre 2013, le courant passe très bien, mais il n’est pas prêt pour une relation. Il fait d’autres rencontres, nous gardons contact, et en mars 2014 nous décidons de nous mettre ensemble. En juillet, son ex prend définitivement trop de place (ex. : nous faisons des détours en ville pour ne pas passer devant son appartement, il prévoit des vacances avec lui dans leur maison de vacances où je n’ose même pas venir passer dire bonjour, et j’en passe…). Je le mets devant le choix : lui ou moi. Il me largue par Skype et une semaine après il décide de retenter le coup avec son ex, mais c’est un flop. Il revient vers moi me promettant monts et merveilles, puis me requitte un mois après, sans donner vraiment de raison, mais l’élément déclencheur était une crise de jalousie de ma part envers son ex.

Naturellement, une relation tout comme une rupture se fait à deux. Je suis du type fusionnel, tendance dépendant affectif et contrôleur. Après ce qui s’était passé en juillet, j’avais développé une aversion pour son ex et leur maison de vacances qu’ils ont (encore) ensemble, et lui avais dit en octobre qu’il devrait tôt ou tard vendre cette maison, et que son ex, je ne voulais plus en entendre parler. Je pense que je suis allé trop loin et je le reconnais, j’arrive presque à comprendre qu’il m’ait quitté à ce moment-là ; il m’a avoué en avril qu’il se sentait enfermé dans cette relation et qu’il m’avait quitté pour cette raison.

Puis après 6 mois de rencontres il est revenu vers moi (en avril) en me disant texto que j’étais l’homme parfait, qu’il ferait tout, tout pour qu’on se retrouve ensemble et qu’il était maintenant prêt pour la grande histoire.

Après mûre réflexion, mes sentiments étant encore là, je me décide de lui refaire confiance car il me promet, sans même que je le demande, de couper contact avec les rencontres des 6 derniers mois et de ne voir son ex que tous les quelques mois, en particulier pour l’organisation concernant la maison de vacances, et qu’il vendrait celle-ci à moyen terme. Je trouve cela un peu radical mais ne lui dis rien, car au fond, cela m’arrange bien !

Mais en mai-juin, il me dit que dans ces rencontres des 6 mois, il y a certaines personnes qu’il regrette d’avoir éjecté de sa vie. Il me dit que son ex lui manque, qu’il veut le voir 1 fois par semaine (fréquence plus élevée qu’avec ses amis), aller au sport avec, manger à l’extérieur. Puis il se retrouve à aller chez lui boire le café (du temps que nous avons été ensemble il ne l’a jamais fait qu’avec son ex…).

Mon gros problème, c’est que je deviens carrément fou quand il le voit. Je fais des crises de jalousie disproportionnées, je panique, j’ai peur. Rien que de savoir qu’ils vont ensemble au sauna après le sport me rend malade. L’idée qu’ils partagent cette intimité me donne envie de vomir. Je lui fais part de mes peurs et du fait que c’est difficile pour moi, mais il me dit que ce n’est que de l’amitié entre eux, certes une amitié différente qu’avec ses autres amis. Il dit qu’il m’aime moi et qu’il veut faire son avenir avec moi. Je ne devrais donc selon lui pas me faire de soucis, et il ne désire pas se sentir enfermé dans sa relation et veut pouvoir voir les gens qu’il veut quand il veut et où il veut. Mais comprenez bien que j’ai du mal à lui faire confiance, car il a déjà brisé sa parole nombre de fois. (Et oui, l’année passée, il me disait aussi que son ex n’était qu’un ami, mais il m’a quand même quitté pour lui !).

A chaque fois qu’on discute le problème, chacun campe sur ses positions et le problème ne fait que grossir sans trouver de solution ou de compromis. Nous étouffons les deux gentiment et je ne vois par moments plus d’issue.

De mon côté, je le laisse libre de faire ce qu’il veut, mais je lui dis clairement quand une situation est pénible pour moi (sauna p.ex.), pour éviter l’effet marmite qui explose quand on garde tout pour soi. Je fais des efforts et mis à part pour son ex, je dois dire qu’aucun de ses amis ne me pose vraiment problème, qu’ils aillent au sauna ou à la piscine.

De son côté, il se prive de cinéma ou de piscine avec lui, me montre qu’il m’aime de toutes les manières qu’il peut (et le fait plutôt très bien) et passe tous les weekends avec moi. Il est très prévenant et m’implique dans sa vie familiale et ses amis.

Mais quand je lui fais part de mes difficultés, il me voit à nouveau lui donner indirectement des limites et se sent à nouveau enfermé, et moi j’ai l’impression que mes sentiments et ma souffrance ne sont pas respectés ni considérés.

Je ne sais plus quoi faire. Dans un sens il a brisé sa parole et j’aimerais qu’il fasse encore plus d’efforts (si j’avais su que ça se passerait comme ça avec son ex, je ne serais pas retourné avec lui, il le sait parfaitement). Suis-je en droit de lui demander cela ?

Ou alors, est-ce moi qui suis trop possessif et jaloux, est-ce que je devrais lui faire confiance et laisser couler tout cela ? Si oui, comment lui faire confiance après qu’il ait brisé sa parole autant de fois ? Pourquoi je n’arrive pas à voir les preuves d’amour qu’il me donne ?

Devrait-il faire des efforts et regagner ma confiance ? Si oui, comment ? Je réalise aussi que je l’ai poussé parfois à me faire des promesses pour me rassurer mais la plupart, il les a faites spontanément, pour me récupérer, puis une fois qu’il m’a eu, il est revenu dessus. J’ai l’impression d’être un âne qu’on a eu à la carotte, et en plus je me sens coupable quand j’ose le dire!

Et j’ai cette désagréable sensation qu’il a encore un pied dans son passé (qu’il entretient à travers cette complicité avec son ex) et qu’il ne sera jamais libre pour se lancer à fond dans une relation avec moi.

Cordialement

Chatton

 

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour et bienvenue sur le site de Telme!

Vous semblez avoir peu confiance dans votre relation avec votre ami. Il est clair que votre histoire a connu des bas et que vous ne vous êtes pas senti validé dans votre souffrance. Actuellement, il est donc difficile pour vous de faire confiance. Mais ce n'est pas immuable et surtout le changement viendra de vous (ce qui est une bonne nouvelle !).

Nous vous proposons de remarquer quels sont les schémas répétitifs que vous mettez en place et qui vous conduisent très souvent au conflit ou à l'échec. En effet, est-ce que le contrôle amène à plus de sincérité? C'est-à-dire, le fait de contrôler votre ami au sujet de son ex amène-t-il à une plus grande sincérité de sa part?

De manière générale, à chaque fois que vous avez voulu avoir le contrôle sur votre ami, cela a amené des conflits, voire la séparation du votre couple.

Comme vous n'allez pas pouvoir changer votre ami, nous vous proposons de vous repositionner dans le couple et d'agir sur ce que vous pouvez faire. Votre schéma habituel ne marchant pas pourquoi ne pas essayer l'inverse : plus de transparence pour plus liberté.

 

Par exemple, pourquoi ne pas proposer à votre ami une rencontre à trois avec son ex? Cela permettrait de faire connaissance avec lui pour que par la suite, votre ami puisse aller le voir sans que cela ne vous inquiète trop. La relation entre eux devient plus transparente ce qui vous permet de lâcher le contrôle qui empêche une liberté de s'installer.

C'est juste un exemple, peut-être que cela n'est pas jouable, mais il y a beaucoup de domaines où la transparence peut s'exercer.

Il n'est pas évident après les différents événements survenus dans votre histoire de couple, de lâcher prise et de fonctionner différemment. Pourtant cela peut être un tremplin vers une vie de couple plus saine et harmonieuse, sans pression.

Nous vous invitons à réfléchir sur cette piste et n'hésitez pas à poursuivre l'échange le cas échéant.

Bien à vous,

Telme

Merci pour votre réponse rapide et très utile, je fais suite à la question par cette autre question. Nous nous sommes revus mon amie et moi et...

 

Merci pour votre réponse rapide et très utile, je fais suite à la question par cette autre question.

Nous nous sommes revus mon amie et moi et j'ai pu lui avouer que je n'étais pas très à l'aise par rapport à notre situation, que je préférais qu'on ne se voit plus du tout plutôt que de rester dans une attente incertaine.

Seulement, elle n'avait pas l'air d'accord. Le fait de ne plus m'avoir dans sa vie lui paraît impossible. Je lui ai expliqué que j'étais dans le brouillard, ce qu'elle a tout à fait compris, mais elle ne peut rien faire de plus; elle a perdu le gout de vivre et a besoin de se débarrasser de sa dépression afin de reprendre le contrôle d'elle-même ainsi que de notre avenir ensemble. Ce jour-là, j'ai compris qu'elle tenais toujours à moi et à notre couple mais qu'elle ne pouvait pas se remettre dans une relation pour le moment, sachant que même les médecins qui la suivent le lui ont interdit. Avant de partir chacun chez soit, elle m'a tendu les mains et a prise les miennes, les a serrées et m'a regardé droit dans les yeux en me disant qu'elle y croyait toujours et qu'elle veut qu'on se remette ensemble dans quelques temps, le temps qu'elle se sente mieux (par exemple reprise scolaire).

Pour ma part, je ne suis pas trop rassuré car bien je tienne toujours énormément à elle, j'ai des doutes face à sa sincérité et suis toujours dans une situation "attente à durée indéterminée". Sa sincérité est là, mais ma patience risque de ne pas être au rendez-vous. J'ai une opération chirurgicale le 10 août et jusque là il m'est difficile de ne pas ruminer et "déprimer" légèrement dans mes pensées.

Pensez-vous que je peux la croire et que je ne me fais pas mener en bateau ? Je me sens perdu car la plupart de mes amis et mes parents me disent d'attendre, mais moi je suis dans ma bulle négative qui me dit que je vais attendre pour rien. Je suis d'habitude très positif

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous n'êtes pas rassuré par l'état de santé de votre amie et aussi par sa sincérité.

Il vous est difficile de vous positionner dans cette situation et vous nous demandez quoi en penser. Malheureusement nous ne pouvons pas vous dire si vous devez la croire ou non car cela ne se réduit pas à cela et certainement qu'elle-même n'est pas en mesure de se positionner pour le moment.

Il est important d'écouter ce que vous ressentez et d'agir en fonction. Vous avez émis le souhait de ne plus la voir pour le moment car vous aviez besoin de prendre de la distance et on imagine de vous protéger.

Vous ne vivez pas une situation facile et vous avez le droit de mettre les conditions nécessaires afin de "survivre" au mieux à cela. Chacun de vous deux doit penser à son confort et doit pouvoir imposer ses conditions pour vivre le moins mal possible cette période particulière. Actuellement le relation est mise en parenthèse pour soigner votre amie. L'individu prime sur la relation, c'est une nécessité.

Nous vous encourageons à prendre soin de vous et de votre santé et de laisser s'exprimer ce qui fait sens pour vous.

Je pose ma situation aussi clairement que possible. Je suis avec ma copine depuis 7 mois. Nous avions envisagé notre avenir ensemble, ce qui est...

Je pose ma situation aussi clairement que possible. Je suis avec ma copine depuis 7 mois. Nous avions envisagé notre avenir ensemble, ce qui est toujours le cas. Sauf que nous avons tous les deux été ramenés vers le bas par nos problèmes de santé respectifs, les miens m'ayant amené vers une déprime passagère me rendant désagréable et elle avait des problèmes d'anxiété depuis des années, traduis par des obsessions telle le sport et la nourriture.

Il y a environ plus d'un mois, elle a déçidé de marquer une pose dans notre couple de deux semaines. Suite à cela, nous nous sommes revus mais elle disait ne pas pouvoir reprendre de relation pour le moment voulant se consacrer à sa santé, actuellement assez fragile. Elle est suive de près par des médecins et devrait sous peu commencer un traitement anti-dépresseur.

Le problème est là: je l'aime plus que tout au monde et ai de la peine à imaginer mon avenir sans elle. Elle dit voir son avenir avec moi également et vouloir reprendre notre relation une fois qu'elle se sentira mieux (pas complètement guérie mais au moins une amélioration, ce qui devrait premdre plusieurs semaines). Le temps est long et je ne sais pas quand elle ira mieux. Elle dit ne pas pouvoir reprendre pour le moment car la dépression lui empêche de ressentir des émotions, dont la joie et l'amour. Du coup elle me demande de patienter, qu'elle veut "revenir mais bien", qu'elle a peur que quand elle ira mieux c'est moi qui ne veut plus d'elle, elle dit aussi qu'elle ne trouvera jamais mieux que moi etc...

Moi pendant ce temps je suis mal. Je suis sensé me faire opérer dans un mois et cela plus ma situation avec ma "copine" me rendent anxieux. Elle veut que nous nous voyions régulièrement, afin de rester proches en attendant, mais en tant qu'amis pour le moment, ce qui est d'autant plus difficile à vivre pour moi. Je commence également à perdre la confiance envers le monde, en particulier les femmes. Que dois-je faire, puis-je toujours lui faire confiance ? Je ne sais pas si je peux toujours la croire et cette situation me fait peur.

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour, et bienvenue dans cet espace de notre site!

La relation avec votre amie est incertaine et cela vous inquiète, ce que nous comprenons.

Votre message donne l'impression que vous êtes en attente mais sans savoir vers quoi vous allez, ni combien de temps cela prendra....Cette situation est, j'imagine, d'autant plus difficile que vous avez l'impression d'en avoir perdu le contrôle, c'est ça?! Alors comment reprendre "le gouveranil de votre bateau" en ayant le sentiment de moins subir et de retrouver une part active dans ce qui vous arrive?...voici quelques pistes de réflexion:

- Vos problèmes de santé et ceux de votre amie ont peut-être "brouillé" vos repères, à tel point qu'il est difficile de savoir si un changement relationnel est dû à une diminution des sentiments ou aux problèmes de santé qui amènent à mettre notre énergie sur nous-mêmes et non plus dans la relation...en tout cas momentanément. Est-ce que de clarifier cela pourrait vous aider à mieux savoir où vous en êtes?

- Tout change en permanence, nous le savons...mais des problèmes de santé peuvent avoir des répercussions physiques et psychologiques plus importants qu'on ne l'imagine, notamment sur les aspirations, les priorités, les projets, etc... Cela peut être un accélérateur de remises en question et de prises de conscience profondes qui font qu'on n'est plus tout à fait le/la même après qu'avant. Etes-vous prêt à accepter cela et à en parler ouvertement avec votre amie?

- Au début d'une relation, on peut être tenté de vivre dans une sorte de fusion en délaissant ses autres centres d'intérêt car la personne que l'on aime semble nous combler entièrement...Parvenez-vous à conserver les liens et activités qui vous ressourcent en-dehors de votre relation de couple? Cela vous aidera à traverser cette étape sensible sans vous isoler mais en vous appuyant sur d'autres "piliers" que la relation à deux. Ce serait une manière de penser à vous aussi...

- Vos peurs sont compréhensibles mais elles ne vont pas vous aider. SI votre amie sent vos attentes et votre espoir que la relation reprenne, cela risque de lui mettre une pression à laquelle elle pourrait réagir en prenant de la distance pour se protéger. Laisser un espace entre vous pour que chacun puisse réfléchir et prendre une décision libre est le meilleur moyen de donner une chance à votre couple, même si cela est difficile!

- S'il vous est difficile de voir votre copine en "amis", vous pouvez lui demander de marquer une vraie pause car se revoir permet de garder contact, certes, mais cela peut aussi installer un flou qui ne facilite pas la décision, car on passe alors par des chauds/froids difficiles à vivre.

Avant de conclure, nous vous encourageons vivement à rester connecté à vous-même et à exprimer ce que vous ressentez, car c'est par un dialogue où chacun est soi-même en exprimant aussi ce qui est dur à entendre que vous pourrez avancer dans le respect mutuel.

Courage et n'hésitez pas à réagir à cette réponse et à nous récrire si vous souhaitez continuer la réflexion.

Bel été !

Telme

Bonjour, J'ai rencontré un homme il y a 3 semaines (en fait je le connaissais depuis 6 mois mais on a commencé a sortir ensemble il y a 3 semaines)....

Bonjour,

J'ai rencontré un homme il y a 3 semaines (en fait je le connaissais depuis 6 mois mais on a commencé a sortir ensemble il y a 3 semaines). Il me plait beaucoup et j'aimerais passer du temps avec lui régulièrement (1 jour sur 2 peut être?) alors qu'il semble se contenter de beaucoup moins (1-2x par semaine) ce qui me frustre et me rend peu sûre de moi. C'est presque toujours lui qui propose nos rdv, et c'est toujours très chouette. Les rares fois où c'est moi qui propose, j'ai l'impression de l'embêter, de l'envahir, qu'il est moins enthousiaste.

Il m'a dit être très autonome ce que je peux comprendre, mais moi j'ai envie de plus.

Est-ce une situation fréquente? Est-ce que je dois prendre sur moi (en prenant le risque d'être frustrée) ou risquer de le perdre en lui faisant part de la force de mon attachement et de mon envie de plus d'engagement avec lui?

Merci pour votre avis

 

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Au début d'une relation, s'adapter et s'accorder à l'autre prend un certain temps, votre questionnement est donc tout à fait normal. L'important est de communiquer!

En effet, c'est en discutant avec votre ami que vous pourrez lui faire part de vos envies, vos attentes, ainsi que comprendre les siennes. Mais vous pourrez aussi discuter des concessions que chacun est prêt à faire! Il ne s'agit pas de vous frustrer tout comme il ne s'agit pas d'obliger votre ami à vous voir davantage. Il s'agit de trouver une façon de fonctionner qui convienne à chacun afin de construire une relation stable et basée sur l'honnêteté.

Quand vous dites que le fait de ne pas le voir souvent vous rend peu sûre de vous, qu'entendez-vous pas là? Auriez-vous de la peine à lui faire confiance ou à vous faire confiance? Auriez-vous des doutes sur ses sentiments? Qu'est-ce que ce manque de confiance en vous peut traduire de votre personne? Ce sont des questions intéressantes à explorer et peut-être même à partager avec votre ami.

Bonne suite à vous et n'hésitez pas à réagir à notre échange!

Bonjour, Je vous avais écris pour vous faire part de ma souffrance à la suite du divorce de mes parents il y a de cela 5 ans. Je vous remercie...

Bonjour,

Je vous avais écris pour vous faire part de ma souffrance à la suite du divorce de mes parents il y a de cela 5 ans.

Je vous remercie pour votre réponse et je vous en suis très reconnaissante car j'ai besoin d'entendre ces mots.

Le problème c'est que j'essaye d'avancer et de voir la vie de façon plus positive (j'ai rencontré mon copain il y a deux ans qui essaie de me faire voir la vie autrement) mais je me rends compte que mes problèmes se sont répercutés sur mon couple. Mon compagnon est très fusionnel, un peu possessif et jaloux et assez dragueur. Cette relation fusionelle me rassure car j'ai l'impression d'exister grâce à lui mais en même temps je me rends compte que j'ai une peur atroce de m'engager avec lui car lui étant dragueur, j'ai peur qu'il fasse comme mon père qui a trompé ma mère à plusieurs reprises et j'ai peur de revivre la même chose.

Pourtant j'essaye vraiment de changer, de faire un travail sur moi mais c'est comme si cela m'était impossible. Chaque jour, j'angoisse un peu plus à l'idée de le perdre (si bien que ça me rend très fatiguée). J'ai une boule au ventre en allant au travail car je me pose 1000 questions et j'ai vraiment peur de m'engager car j'ai peur de souffrir.

Si bien que j'envisage de prendre un appartement toute seule pour réduire un peu mes souffrances.

Qu'en pensez vous?

Je vous remercie chaleureusement pour votre aide.

Bien à vous

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Tout d'abord, je vous remercie d'être passée par votre profil et notre rubrique questions-réponses pour nous récrire. Je me suis permise d'anonymiser votre message en supprimant votre âge et votre prénom.

Une relation de couple ravive inévitablement certaines questions liées à notre histoire personnelle et familiale ainsi qu'aux rôles dans lesquels nous avons existé de manière plus ou moins valorisante dans notre famille d'origine...

Vos questions et craintes sont normales et il est positif que vous meniez cette réflexion à un moment charnière de votre vie (engagement de couple, prise d'autonomie,..).

Avez-vous déjà ouvert le dialogue avec votre ami sur ces choses qui vous préoccupent? Comment ressent-il cela? a-t-il lui aussi des craintes, et si oui, lesquelles?

En vous lisant, j'ai l'impression que vous vous sentez par moment prise dans un engrenage répétitif et piégeant: vous êtes inquiète sur l'avenir de votre couple et craignez que votre relation ne soit mise en péril. Ces peurs vous parasitent, vous figent et mettent, je pense, une grande pression sur vous. Le risque est que vous perdiez votre naturel et que vos attitudes, positionnements, propos,...soient tous orientés vers une seule chose: Tout faire pour que votre ami ne vous quitte pas et ne soit pas infidèle.

Cette crainte pourrait bien être perçue par votre copain et installer entre vous deux un climat de tension qui entrave votre spontanéité, vous pousse à contrôler ses faits et gestes en provoquant à la longue une lassitude voire un réflexe de retrait, ce qui du coup pourrait renforcer votre besoin de le contrôler et ainsi de suite...comme une spirale. Cela rencontre-t-il un écho chez vous? si oui, que pensez-vous faire pour sortir progressivement de cette spirale qui vous enferme?

Vous êtes consciente que vos appréhensions sont peut-être liées à ce qui s'est passé entre vos parents ou à un manque de confiance en vous, ce qui est déjà positif et peut vous aider à avancer et à gérer mieux certaines de vos émotions pour éviter qu'elles ne vous envahissent trop.

Néanmoins, face à tout cela, il reste un aspect inhérent à l'humanité et commun à nous tous sur cette terre...c'est l'impossibilité d'avoir la garantie absolue qu'une relation durera toujours...

Cette question vaste et philosophique pourrait faire l'objet d'un prochain échange si vous le désirez. Nous pourrions réfléchir aux moyens à trouver pour vivre avec cette incertitude inéluctable.

Peut-être à une prochaine fois pour continuer à réfléchir ensemble...et bonne fin de semaine à vous!

Cordialement

Telme

Bonjour, Je voulais vous parler d'un garçon que je n'arrive pas à oublier. Je l'ai vu au lycée et il m'a plu, donc nous avons eu 1-2 conversations...

Bonjour,

Je voulais vous parler d'un garçon que je n'arrive pas à oublier. Je l'ai vu au lycée et il m'a plu, donc nous avons eu 1-2 conversations par Facebook (toujours de mon initiative), puis nous nous saluions dans les couloirs, je ne le sentais pas spécialement intéressé par moi, mais vers la fin de l'année je me suis décidée à faire le 1e pas, en lui proposant un verre - ce qui avec le recul n'était pas du tout subtil. Nous nous sommes vus et nous avons très bien parlé, il a été adorable, mais par la suite il ne m'a plus reproposé, et à la rentrée il ne m'a pas plus parlé que ça. Il faut que je précise que c'est un garçon qui prend pas mal de drogues et est assez constamment "stone" comme on dit. Nous nous sommes revus une fois, il a fallu que j'insiste, mais il est venu, pas de bonne humeur puis il m'a chanté des chansons avec sa guitare, notamment que peut-être viendra un jour où il sera tendre et attentionné mais pas pour l'instant. En juin de la même année, j'ai encore plus manqué de subtilité et je lui ai fait mon aveu par Facebook, auquel il a répondu par la négative, en disant qu'il a eu plaisir à parler avec moi, que je suis intelligente mais que je ne dois pas espérer plus de lui, et qu'il ne voit de toute façon pas ce qu'il a à m'apporter... Mais je me doute bien que c'était une manière me dire non sans trop me blesser. Puis en novembre prochain de la même année, je lui ai reproposé un rendez-vous, mais il m'a bien fait comprendre que je ne devais rien espérer.

Je me suis mise avec quelqu'un d'autre ensuite, et je n'y ai plus pensé. Puis un an après, je l'ai croisé une fois, et il a pris du temps pour me parler très chaleureusement et m'a proposé plusieurs activités, mais je lui ai dit clairement que j'avais un copain et beaucoup de projets et que je n'avais pas let temps, je lui ai tout de même donné mon numéro mais il n'a jamais appelé. Je l'avais revu un an après, mais je l'ai senti absent et il ne m'a plus rien proposé.

Maintenant, cela fait 3 ans depuis qu'on s'est vus pour la première fois et lui ne pense sûrement plus à moi. Mais moi je suis toujours attirée par lui et la question, même très difficile, que j'aimerais vous poser, est-ce que objectivement, au regard des éléments, j'ai des chances ou bien je ferai mieux d'oublier et de ne pas retenter de le revoir? Le fait qu'il prend de la drogue en grande quantité, que depuis qu'il a arrêté les cours il y a trois ans il n'a plus rien repris ni formation ni autre, fait que j'ai tendance à mettre ses refus et ses sautes d'humeur sur le compte de la drogue, mais d'un autre côté, je n'ai pas envie de tenter ma chance auprès d'un homme qui de toute façon ne pourra jamais tomber amoureux de moi. A mes yeux l'amour est quelque chose d'instantané et je fonctionne plutôt par coups de foudre, alors je ne sais pas si c'est possible qu'après quelques années il soit intéressé par moi, et si le rôle de la drogue peut vicier son regard au point qu'il ne sache plus s'il aime ou pas.

Je m'excuse pour la longueur de cette question, je vous remercie d'avance pour la réponse!

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous semblez perdue concernant l'histoire avec ce garçon dont vous nous aviez déjà parlé précédemment. Si nous comprenons bien, ce jeune homme a manifesté plusieurs refus ou désintérêts envers vous et vous ne savez pas si sa consommation de drogues peut affecter son "jugement sentimental" puisque, parfois, il se comportait de manière chaleureuse également.

La prise de substances a des effets différents chez chacun, du moins concernant le côté affectif. De ce fait, nous ne pouvons pas vous affirmer que cela affecte son jugement.

Nous comprenons la difficulté de cette tâche et surtout la peur face à un éventuel refus de plus, mais il est important que vous puissiez être au clair avec cette situation. Vous nous le dites, d'ailleurs, vous ne concevez pas l'amour de cette façon. Vous êtes dans ce questionnement depuis un certain temps et cela vous empêche d'avancer. La réponse sur la probabilité ou non d'une attirance réciproque ne viendra sans doute pas de ce garçon...et dans ce cas, peut-être vaudrait-il mieux mener la réflexion pour vous-même: Demandez-vous pourquoi vous insistez tant à l'égard de ce jeune homme? Qu'est-ce qui vous empêche de passer à autre chose? Dans une relation affective, il arrive que l'une des personnes endosse, consciemment ou non, un rôle complémentaire à l'autre. Nous sommes souvent attiré par des individus différents de nous-même, et qui suscitent chez nous un positionnement complémentaire au leur. Se peut-il qu'il y ait chez vous une sorte de "fascination" ou de "défi" face à ce type de personnalité en détresse, dépendante ou inaccessible qui susciterait du coup chez vous un challenge ou une attitude de "sauvetage" du style "là où d'autres ont échoué, moi je réussirai à percer la carapace", par exemple...?

Faire face à cette interrogation n'est certes pas facile, mais peut-être que cela vous permettrait de prendre conscience de certains aspects de vous-même qui peuvent constituer des pièges relationnels ou vous entraîner dans des dynamiques répétitives...même s'ils s'avèrent dans certaines situations et à dose modérée être de grandes qualités!

Nous sentons que ce questionnement vous travaille et vous met dans l'inconfort, cela ne vous correspond pas. La décision de passer à autre chose ou de tenter une approche vous appartient et nous vous encourageons à la prendre!

N'hésitez pas à réagir à notre réponse et à nous dire éventuellement si ces pistes de réflexion vous évoquent des situations déjà vécues....

Bonne suite à vous!

Bonjour, Si je suis ici aujourd'hui, c'est parce que je n'arrive plus à me retrouver avec moi-même. Depuis maintenant 3 ans et 3 mois, je suis en...

Bonjour,

Si je suis ici aujourd'hui, c'est parce que je n'arrive plus à me retrouver avec moi-même.

Depuis maintenant 3 ans et 3 mois, je suis en couple avec mon copain. Je l'aime par dessus tout. On est très complice et très heureux.

Il y a de ça quelques temps, on s'est disputé et au moment de la réconciliation, il m'a dit que je ne lui donnait pas assez souvent mon avis sur ce que l'on fait, ce que je pense et comment je vois les choses. Il m'a fait la remarque plusieurs fois. J'ai donc fini gentiment par m'habituer à donner plus mon avis sur des choses de tous les jours. Je remarque tout de même que mon avis, nous mène souvent à des disputes régulière. Par exemple; lorsque je donne mon avis et que Monsieur n'est pas d'accord, il me le dit clairement, en me faisant des reproches et me dis aussi que je pense comme une gamine, que je suis faible.

Plusieurs disputes ont eue lieu. Si toutes ce sont arrangées, le fait de me faire traiter de faible, de gamine, ça me donne l'impression que je ne suis pas assez bien pour lui, que ce que je fais, c'est TOUT sauf bien. Non seulement je me remets en question tout le temps, mais en plus, je me braque, me considère comme une moins que rien et j'ai peur de faire les choses par moi-même parce que je sais que si ça ne lui plaît pas, une dispute éclatera et ça me fait peur.

Je l'aime, vraiment, sincèrement. Mais j'en suis à un point où je me demande si notre relation aura un avenir... Lorsque qu'il se dispute avec moi, j'ai l'impression qu'il nous pousse à la séparation, que chaque fois, ça casse quelques sentiments en moi. De plus, on a prévu d'emménager ensemble à la fin de l'année, mais je n'en ai plus réellement envie..

C'est difficile à expliquer, je ne sais, de plus, pas trop vers qui me tourner et comment lui en parler à lui. Je me sens pas très bien et j'aimerais de l'aide extérieure.

Merci beaucoup.

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour et bienvenue dans cet espace pour les jeunes adultes !

Tout d'abord merci de votre confiance en déposant ici ce que vous vivez dans votre relation amoureuse. Toute relation passe inévitablement par des ajustements durant lesquels l'un et l'autre doit réfléchir à ce qu'il souhaite et à certains changements qui permettent d'arriver à un nouvel équilibre plus satisfaisant pour chacun.

Peut-être avez-vous l'impression d'un double message? D'un côté, votre copain vous encourage à être plus vous-même et à donner votre avis, et de l'autre, il semble ne pas très bien supporter que vous "existiez" davantage, ce qui est contradictoire...d'où le sentiment d'être un peu perdue comme vous le dites bien.

Avez-vous pu parler avec votre copain de cette contradiction? qu'en pense-t-il? parfois, lorsqu'un couple est ensemble depuis longtemps, des habitudes sont prises et il est difficile de voir les choses telles qu'elles sont et avec le recul suffisant. Même si votre copain vous encourage à être plus présente, peut-être a-t-il de la peine à vous laisser plus de place et à en prendre moins de son côté...parlez-en ensemble et voyez s'il est prêt à se remettre en question.

S'entendre dire qu'on est immature ou faible peut atteindre l'estime de soi et vous avez raison de vouloir faire cesser ce genre de remarques peu constructives. Là aussi, dites à votre copain ce que cela vous fait et que vous vous sentez blessée. Pensez-vous que vous interprétez peut-être exagérément ses propos avec une intention qui n'est pas la sienne? Seul le dialogue va vous permettre de clarifier cela...

Quant à votre avenir ensemble, je vous encourage à vous écouter. Ce que vous ressentez au fond de vous est important et n'est pas là pour rien...c'est en quelque sorte une boussole intérieure qui agit comme un guide dans nos prises de décision. Si vous éprouvez un malaise au sein de votre couple, faites part de vos doutes à votre ami. Cela lui permettra d'avoir accès à ce qui se passe en vous et d'éviter d'être confronté par la suite à une décision qu'il n'aurait pas vu venir.

Comme vous voyez, tout nous ramène au dialogue, mais je pense que les mots sont un réel moyen d'extérioriser ce qui se passe et de maintenir la relation vivante et évolutive quelle que soit la décision finale.

N'hésitez pas à réagir à cet échange si vous le souhaitez et à reprendre contact si vous souhaitez à nouveau réfléchir avec nous à une question ou une autre ou simplement approfondir l'un des aspects que nous venons de soulever.

Bonne suite, je vous souhaite de clarifier vos doutes pour vous retrouver.

Telme

Suite à mon dernier message, pour vous préciser ma demande, en fait cela m angoisse et me rend malheureuse. Et je ne sais quoi faire pour ré...

Suite à mon dernier message, pour vous préciser ma demande, en fait cela m angoisse et me rend malheureuse. Et je ne sais quoi faire pour ré rencontrer quelqun .

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Comme nous l'avons déjà dit dans un de nos échanges, nous comprenons l'inquiétude que vous avez face à cette situation de célibat qui vous pèse. Mais il ne faut pas vous mettre trop de pression!

Nous sommes ravis de voir que vous essayez d'être plus créative et de fréquenter divers endroits, de vous ouvrir aux rencontres. Mais il n'y a aucun manuel de savoir-faire qui puisse vous expliquer comment rencontrer quelqu'un, si ce n'est de continuer de vous montrer disponible tel que vous le faites, sortir avec des groupes d'amis afin de faire de nouvelles rencontres, etc. Comme vous le savez, il existe aussi certains sites de rencontres qui permettent de cibler les rencontres selon des critères, cela vous correspondrait-il? 

Les rencontres ne se commandent malheureusement pas, mais il faut pouvoir persévérer ! 

 

Bonne chance à vous! Telme

Bonjour, J'ai rencontré un gas agé de 31 ans via tchatche et après des semaines et des semaines on a réalisé qu'il y'a une certain compatibilité...

Bonjour,

J'ai rencontré un gas agé de 31 ans via tchatche et après des semaines et des semaines on a réalisé qu'il y'a une certain compatibilité entre les deux personnalités mais le seul obstacles c'est ses parents . Il vit toujours avec eux et lui imposent de se marrier avec une femme de foyer non pas une étudiante comme moi si ambitieuse pour construire sa carrière .. je vis toujours le traumatisme et la déception ..il a décidé de parler à ces parents à propos de moi et oups le refus ...je ne sais pas si je dois lui blâmer ou blâmer ses parents ...tout ce que je sait maintenant c'est que je ne peux pas revivre seule sans amis ni partenaire ! est-ce que je dois laisser un peu de temps pour soi ou bien il faut passer à l'autre étape , rechercher un autre partenaire ....

Mercii

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Il est difficile de répondre à cette question, car nous pensons que c'est vous qui êtes la mieux placée pour prendre une telle décision. Par ailleurs, nous avons trop peu d'informations sur vous et sur cet homme pour vous aider. C'est pourquoi nous vous adressons des questions, plutôt que des réponses.

Le fait d'avoir dû passer par ses parents pour choisir une épouse nous questionne: est-ce dû à des facteurs culturels? Ou alors est-ce par manque de maturité/initiative de sa part? Et de votre côté, est-ce que vos valeurs culturelles et personnelles étaient compatibles avec les siennes?

Si votre ami a de la peine à se positionner face à ses parents pour des raisons culturelles, c'est très différent que s'il s'agit d'un manque d'autonomie de sa part; comme nous ne savons pas ce qu'il en est, nous ne pouvons pas vous répondre avec davantage de précision.

Sur un autre plan, vous évoquez votre besoin de trouver quelqu'un assez rapidement, car vous supportez très mal la solitude. Or le risque en cherchant un partenaire à tout prix, c'est d'être prête à accepter tout et n'importe quoi dans un couple, y compris des conditions qui ne nous conviennent pas. Que recherchez-vous ou plutôt quel genre de relation recherchez-vous et qu'en attendez-vous? Il est difficile de construire une relation harmonieuse avec quelqu'un si l'on attend de l'autre qu'il comble ou compense le vide que l'on ressent en étant seule. Dans ces conditions, considérer son partenaire comme une béquille serait attribuer à son couple "un handicap", celui de la dépendance.

Nous poursuivons volontiers cet échange avec vous, si vous le souhaitez.

Meilleures salutations.

Telme

Bonjour, j'ai bientôt 28 ans et cela fait bientôt 3 ans que je suis en couple avec mon copain. Avant lui,je suis restée seule pendant plus de 3 ans à...

Bonjour, j'ai bientôt 28 ans et cela fait bientôt 3 ans que je suis en couple avec mon copain.

Avant lui,je suis restée seule pendant plus de 3 ans à la suite d'une rupture très douloureuse et compliquée, mon ex copain était alcoolique et me battait...

Mon copain actuel est le meilleur ami d'enfance de mon frère. Je ne l'avais pas revu pendant des années et, un jour, il m'a ajoutée sur Facebook. Nous avons discuté comme ça, de temps à autre, jusqu'au jour où je lui ai proposé de passer une soirée ensemble, avec d'autres amis.

Je l'ai trouvé sympa mais vraiment pas mon style d'homme.

Nous avons gardé le contact et un jour, nous nous sommes revus, seuls. A la fin de la soirée, lorsqu'il m'a raccompagnée, il voulait que nous allions plus loin. J'ai clairement mis les choses ai point en lui disant, sincèrement, que je sortais d'une histoire douloureuse et qu'il me faudrait un peu de temps.

Quelques mois plus tard, nous nous sommes encore revus et cette fois la, à la fin de la soirée, il m'a embrassée. J'étais heureuse, mais j'ai vite déchanté car, à peine partie, il avait mis sur Facebook que nous étions "en couple". J'ai vraiment angoissé et puis, je me suis dit que ça ne m'engageait à rien. Les mois ont passés et puis jour, il s'est fait expulser de son appartement par son colocataire. N'ayant nulle part où aller, je lui ai proposé de venir chez moi temporairement, (j'habite dans un studio chez mes parents).

Le temps à passé, et notre histoire a un peu évolué. Ça fait 2 ans et demi que nous vivons ensemble, toujours dans un studio chez mes parents... L'année passée, il m'a demandé en mariage. J'ai stressé, vraiment. Nous avons eu pas mal de bas, car il n'a pas en caractère facile.

Il s'énerve vite et à une tendance à boire un peu trop à mon goût et moi je suis une personne calme et posée. 

Aujourd'hui, je me pose la question. Nous avons eu une grosse dispute récemment car il s'est donné en spectacle, alors qu'il avait trop bu, devant mes amis et les siens. La soirée c'est très mal terminée, il a été très blessant envers moi avec ses paroles et il était presque à deux doigts d'en venir aussi mains avec moi. Et ça n'était pas la première fois. Même s'il n'a pas rechuté depuis, cela m'a vraiment marquée. 

Je ne sais plus où j'en suis. Lui souhaiterait se marier dans deux ans mais moi, je suis morte de peur. L'idée du mariage ne me dérange pas. Mais je me demande comment serait ma vie avec lui. Ça fait 3 ans, mais nous sommes déjà dans une certaine routine. Je gère tout, en passant par le ménage, la lessive et les dépenses. J'ai parfois l'impression d'être une maman de substitution. J'ai même parfois de la peine à avoir des relations charnelles avec lui.

Je me suis surprise l'autre jour à penser à un autre homme et je m'en veux. Cet autre homme à tout ce que je recherche chez un homme et il me plaît énormément. Je suis complètement perdue. Mon copain reste adorable avec moi, malgrés se sautes d'humeur, mais je doute énormément. D'un côté je ne me vois pas vivre sans lui et de l'autre je me sens malheureuse dans cette vie.

Que puis-je faire ? Je ne sais pas vraiment quoi faire et je ne me suis jamais sentie aussi perdue. 

Je vous remercie mille fois d'avance pour vos conseils.

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour, bienvenue sur ce site,

Vous décrivez la naissance de la relation avec votre ami et l'enchaînement de vos liens. Il semble que vous ayez été chaque fois mise en position d'adhérer après coup à ses désirs, comme si vous ne décidiez pas ensemble.

Ce que vous avez vécu lors de la précédente relation a peut-être mis des doutes par rapport à votre capacité d'évaluer la relation et de vous positionner. Maintenant, vous vous posez des questions, comme une ouverture, une remise en question d'une situation qui n'a pas été entièrement voulue, c'est positif. 

Il faut en faire quelque chose.

Sans l'avoir choisi, vous vous êtes retrouvée à vivre avec lui, dans un studio chez vos parents, de la même façon vous êtes amenée maintenant à adhérer au choix du mariage. En arrière plan, vous faites toute une série de tâches qui vous donnent le sentiment de materner sans l'avoir choisi non plus. Vous dites aussi que vous ne pourriez pas vivre sans lui.

Vous faites ce constat que vous gardez pour vous, semble-t-il, les questions que vous vous posez sont pourtant légitimes.

Il faudrait peut-être vous repositionner avec votre ami avant de vous engager davantage. 

Est-ce le fait de vivre sans lui ou la perspective de vous retrouver seule qui fait vraiment peur? Avez-vous envie de poursuivre avec cet homme? Qu'est-ce qui fait que vous ne faites pas part de votre ressenti en exprimant des attentes?

Partager votre questionnement est une façon de vous engager, c'est bien pour votre ami aussi. Une relation se construit grâce à une certaine transparence, c'est un processus de mise en confiance réciproque.

Pour envisager le mariage, il est utile de tester la capacité de régler les conflits et de modifier son fonctionnement en fonction de l'autre. Ce qu'il se passe ensuite donne des réponses à savoir s'il est possible ou non de s'engager davantage.

Je vous souhaite une bonne réflexion à deux, bonne suite

Telme

Bonsoir, (je souhaite rester anonyme) Je suis, sur les recommandations d'une amie proche, venue chercher conseils auprès de vous concernant ma...

Bonsoir, (je souhaite rester anonyme)

Je suis, sur les recommandations d'une amie proche, venue chercher conseils auprès de vous concernant ma situation de couple, qui devient pour moi relativement compliquée et source d'angoisse. Je suis une jeune fille de 21 ans, diplômée d'un gymnase du canton de Vaud, actuellement en emploi en attandant de poursuivre mes études dans le domaine social.

Je suis donc en couple depuis bientôt deux ans avec un jeune homme de 5 ans mon aîné. Il a une formation de photographe et travaille en ce moment comme archiviste dans un musée. Il est également tatouer pendant son temps libre (il a suivit une formation pour cela et a déjà travaillé en salon professionnel). Nous avons passé déjà des caps difficiles ensemble, il a l'année passée traversé une dépression assez grave pour laquelle il a été consulter mais qui a débouché sur une première "rupture". Mais ce fut une périodes très difficile pour moi. Je n'arrivais plus à le faire sourire et me sentais totalement inutile. Lui ne pouvait plus m'accorder d'attention, je sentais qu'il se forçait pour tout et surtout pour être avec moi, ce qui me blessait beaucoup. Durant cette période je savais qu'il entretenait des relations amicales avec d'autres personnes du sexe opposé, et bien que j'étais sûre à 100% (presque) qu'il ne faisait rien de condamnable derrière mon dos, cela ne faisait qu'ajouter à mon mal-être et a également entamé ma confiance en moi et a éveillé ma jalousie. Après quelques temps et une dispute, il m'a avoué qu'il ne voulait plus continuer et nous nous sommes séparés. Pourtant nous nous sommes revus une semaine après par hasard à une soirée qui a mal fini (dispute et jalousie de sa part) nous nous sommes disputés au moins 3h sur un bout de trottoir avant de se quitter en très mauvais termes (mais j'ai toutefois pris conscience que j'étais importante à ses yeux et que je pouvais le faire souffrir autant qu'il me faisait souffrir et que la situation était difficile aussi pour lui, eh oui je n'étais pas la seule à en baver!). Pourtant le lendemain à 1h du matin j'ai reçu un appel il m'attendait vers chez moi et nous nous sommes parlé et reconciliés. Nous sous sommes donc remis ensemble mais avons décidé de le garder pour nous avant de le rendre "officiel"auprès de nos proches. Tout allait bien pour un moment, nous avons eu des hauts et des bas que nous avons réussit plus au moins à gérer.

Mais depuis le weekend passé, j'éprouve à nouveau de grandes difficultés. Ce qui me plonge dans une grande détresse car tout allait bien avant un légé "incident" qui a éveillé en moi de vieux démons que je pensais avoir réussit à dompter (et qui me venait de cette période de dépression de mon partenaire). En effet comme je vous l'ai expliqué plus haut, mon ami est tatoueur, il poste ses travaux sur les réseaux sociaux et rencontre pas mal de succès, ce qui entraîne des désagréments pour moi, et notamment ce que j'appellerais un problème de "groupie". J'ai donc fais part de mes inquiétudes à mon compagnon qui l'a fortement mal pris et qui m'a dit en (très) résumé: " c'est pas mon problème si tu est jalouse, c'est le tiens, si tu n'accepte pas que les personnes apprécient mon travail, tu as un problème!" Je lui ai dit que je n'avais pas de problème avec cela, au contraire! Du moment où il faisait clairement la différence entre clientes et vie privée. Car une de ses clientes lui écrivait de temps en temps et j'ai aperçu une fois alors qu'il était à mes côtés, un de ses messages. Elle m'a fait l'impression de le draguer quelque peu, mais j'ai laissé coulé. Puis ne pouvant pas garder cela plus longtemps pour moi je lui en ai fait part et rebelotte… Il faut savoir que par son passif (notamment de part sa situation familiale très compliquée) mon compagnon n'est pas vraiment disposé à des discussions constructives, il est plutôt du genre à se braquer et à se borner dans son raisonnement et donne parfois, et il le dit lui-même, l'impression de s'en foutre ! Donc ce weekend (car de part son activité professionnelles qui implique le musée et qui se passe à Genève, pour des raisons pratiques et pour son confort, il a un besoin d'indépendance assez marqué, nous (moi?) avons renoncé à nous voir la semaine ou très rarement). Donc après une annulation d'un de ses client, il était libre le samedi après-midi. nous avions passé la soirée et la nuit du vendredi ensemble, et donc il voulait aller en ville mais seul… ce que j'ai mal pris étant donné que nous nous voyons peu et que mon homme n'est pas du genre bavard en ce qui concerne les appels et les messages sur le natel. Du coup quand il est revenu, nous avons eu encore une discussion. Il a eu des mots durs envers moi et pour résumer il me reproche de trop dépendre de lui, de ne pas avoir assez d'activité avec mes amis et de trop bien m'entendre avec les siens, et de trop me reposer sur lui en ce qui concerne nos activités à deux (pas assez d'initiatives je pense) enfin de ce que j'ai cru comprendre. J'ai donc tenté de lui expliquer pourquoi je n'avais pas une vie sociale "palpitante" (problème de rythme, je travaille mais mes ami(es) sont encore aux études, ou le fait qu'elles habitent loin, ou que tout simplement je suis plutôt du genre tranquille comme nana. Et en ce qui concerne ma dépandance, je pense qu'il est normal de vouloir consacrer et partager des moments avec la personnes que l'on aime sans que l'on soit taxé d'accro à son mec. Je lui fout une paix royale pendant la semaine ! (2 à 3 messages pas plus pour s'organiser pour le weekend).

Ce que j'ai pu tirer de mon analyse personnelle c'est que j'ai l'impression de m'être (et de nous être) installé(s) dans un cycle duquel je n'arrive pas à sortir et qui se traduit par des semaines où tout va bien, et soudain un événement vient gâcher notre idylle et casse toute ma confiance en moi et en notre avenir à deux. (cet événement peut prendre différentes formes, un changement que je vais percevoir chez lui, une impression, des soupçons etc.) Car j'ai appris malgré moi, à essayer de tout décoder et à "analyser" chez lui, depuis notre très mauvaise passe où il m'a longtemps caché ce qu'il pensait vraiment de nous, malgré mes forts soupçons (j'ai du lui tirer les vers du nez pour qu'il me disent le fond de sa pensée et ce qui a entraîné par la suite notre "rupture"). J'ai aussi l'impression de partir (et d'être partie depuis que l'on s'est remis ensemble) perdante dans cette relation, que quoi qu'il se passe il allait à nouveau me quitter. J'ai beaucoup de mal à me défaire de cette idée et je sais que c'est un obstacle à ma vie amoureuse que se soit pour construire quelque chose avec lui ou avec une autre personne. Quoi qu'il en soit, je suis triste et fatiguée de devoir essuyer des critiques bien que rares mais pas moins virulentes/violentes (par les mots employés, mais jamais d'insultes ou de violences physiques) et d'avoir l'impression de le décevoir et de ne pas être cette fille dont il est tombé amoureux deux ans plus tôt. Je fais beaucoup d'efforts pour prendre sur moi, pour faire perdurer notre relation et qu'elle soit aussi agréable pour moi et pour lui (je suis de nature assez consciliante), et d'être ou de devenir un peu son idéal. Mais j'ai l'impression de ne plus réussir à le satisfaire et je réalise que je ne veux plus me faire du mal inutilement et que je dois aussi penser à moi. Pourtant je ne souhaite pas le quitter car je l'aime et l'admire profondément et je sais que lui aussi , bien qu'il ne l'exprime pas souvent, m'aime et tient à moi. J'essai de faire des efforts et de m'ouvrir plus en essayant de voir plus mes amis, de l'inviter à partager des moments avec eux et de le laisser aussi avoir des moments seul ( je suis tolérante et consciliente, je l'ai toujours été et pas forcément jalouse alors que demande-t-il de plus ??? je me le demande).

Mais je supporte mal le fait qu'il m'exclue de certains aspects de sa vie alors que pour moi il est clairement sur le podium de mes priorités.je ne sais donc pas quoi faire. Est-ce que je me berce d'illusions en pensant pouvoir avoir une histoire à long terme avec lui? (sachant que nous n'en avons jamais vraiment discuté sérieusement, il est du genre: que sera sera) et est-ce que je me mens à moi-même, car je suis consciente que sa personnalité et la mienne ( je suis quelqu'un de directe, loyale, sensible à fleur de peau parfois, et plutôt de bons conseils quand il ne s'agit pas de moi, mais surtout qui a très peur de l'abandon depuis toutjours) ne seront jamais tout à fait compatibles, selons nos attentes et éspérances et que cela peut, si nous décidons de continuer sérieusement dans notre relation, s'avérer ingérable et même toxique pour nous deux.

Je sollicite donc votre aide et vos conseils pour essayer d'y voir plus clair. En vous remerciant d'avance de votre réponse et de votre aide, bonne soirée/ journée.

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour, et bienvenue sur notre site!

Votre texte détaillé reflète votre bonne capacité d'analyse et ouvre quelques pistes de réflexion:

- Vous dites que la relation avec votre ami devient source d'angoisse chez vous, que vous craignez par moment que ce dernier vous quitte ou se tourne vers une autre fille et que votre histoire prenne fin. Tout cela vous donne l'impression d'être comme engluée dans une répétition dont il vous est difficile de sortir, si j'ai bien compris. Votre ressenti vous plonge sans doute dans des émotions difficiles à contenir et qui vous submergent, alors que votre ami répond plutôt en disant peu de choses et en se situant à un niveau rationnel ("C'est ton problème...tu es dépendante,...") donc avec une certaine distance (du moins apparemment) qui, du coup, alimente vos craintes et ainsi de suite... Il me semble que vous vous trouvez dans une spirale. Vous avez raison de réfléchir au moyen d'en sortir car cela ne vous aide pas à avancer.

Le fait que chacun de vous se situe dans un registre différent (rationnel/émotionnel) complique votre communication, vous place en décalage l'un par rapport à l'autre, et vous ne parvenez pas à vous rejoindre.

- Vous semblez vous débattre seule pour trouver des solutions, soutenir votre couple, "porter" la relation à bout de bras, mais le fait de ne pas obtenir la réciprocité que vous attendez vous renvoie un sentiment d'incompétence. Vous pensez peut-être dans ces moments-là que vous n'êtes pas à la hauteur et votre estime de vous-même en prend un coup...ce qui peut s'avérer préjudiciable à long terme.

A partir de là, nous vous suggérons de tenter de vous positionner différemment, c'est-à-dire de tenter autre chose puisque ce que vous faites ne porte pas les résultats attendus avec le risque que votre dynamique relationnelle de couple finisse par se figer. Concrètement il s'agit de laisser de l'espace à votre relation. Vous me direz qu'avec quelques sms dans la semaine et des rencontres uniquement le week-end, ce n'est déjà pas beaucoup ! Certes, quantitativement, ce n'est pas beaucoup mais le changement que nous vous proposons se situe sur un autre plan: malgré que vous "laissez une paix royale" à votre ami, s'il sent qu'en arrière-fond il persiste cette crainte d'une rupture, que vous restez très active dans le fait de nourrir votre lien, que vos attentes restent insatisfaites et que votre bonheur repose en grande partie entre se mains, alors quelle responsabilité et part active a-t-il pour lui aussi se soucier de votre relation? Autrement dit, c'est en vous débattant moins et en prenant de la distance, en essayant de vivre pour vous-même que votre ami sentira un vrai changement. Et ce changement pourra agir comme un électro-choc qui l'amènera à se poser la question de ce qu'il veut vraiment...

- Nous vous invitons à vous appuyer sur vos ressources qui sont bien réelles. Votre sensibilité, votre capacité de compréhension, les liens qui vous font du bien, mais également tout ce qui a changé depuis la dépression de votre  ami et votre première séparation.

Vous n'êtes pas au point de départ! Vous vous connaissez bien et votre vécu commun vous permettra de voir ce que vous êtes prête à accepter ou pas, et ce que vous pouvez tenter pour innover et expérimenter un autre type de relation.

Nous restons à votre écoute si vous souhaitez nous récrire et continuer cette réflexion avec nous, ou simplement réagir à cet échange.

Bonne réflexion et prenez soin de vous!

Telme 

Bonsoir, Actuellement et depuis plus qu'un mois j'ai pris écart aussi après plusieurs appels sans réponse . Je me demande si j'aurai la capacité...

Bonsoir,

Actuellement et depuis plus qu'un mois j'ai pris écart aussi après plusieurs appels sans réponse . Je me demande si j'aurai la capacité psychique à lui reparler au cas ou il décide de ré apparaître .. on me dit que le contact après des mois de rupture n'aura aucun sens puisque le contact ne reprendra pas le même rythme qu'auparavant .. est-cela vrai ? en quel sens ?

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous ne savez pas si vous aurez la force de reparler à ce garçon après un si long silence.....c'est compréhensible.

Vous vous demandez si ce que les autres vous disent d'une reprise de contact est vrai ou pas....mais ce qui compte c'est vous. Nous n'allons pas vous dire si les autres ont raison ou pas, car chaque situation est personnelle et l'important dans les choix ou les actes que vous posez, c'est qu'ils correspondent à ce que vous ressentez intérieurement. Si vous avez l'impression que vous souffrez moins en ne reprenant pas contact et que cela évite des chauds-froids qui vous replongent dans des incertitudes, alors ne vous forcez pas à recontacter ce copain, et continuez à avancer vers des relations plus faciles et confortables pour vous.

Utilisez votre boussole intérieure...c'est elle qui vous guidera le mieux ! Il n'y a pas de "juste" ou de "faux" dans la façon de gérer nos relations aux autres, l'important est que vous fassiez ce qui a vraiment du sens pour vous.

Nous restons à l'écoute et je vous souhaite une très bonne journée !

Telme

Bonjour, J'ai une copine depuis quelques mois et je suis confronté à un situation dans laquelle je ne sais pas comment réagir. On s'est rencontrés...

Bonjour,

J'ai une copine depuis quelques mois et je suis confronté à un situation dans laquelle je ne sais pas comment réagir.

On s'est rencontrés dans nos études supérieures... Elle s'appelle C. et a le même âge que moi (je tiens à ce qu'elle ne comprenne pas que c'est moi si jamais elle tombe par hasard sur cette page).

Elle a beaucoup de peps et elle est capable d'être très enjouée et attentionnée envers moi...

Seulement elle m'a raconté que depuis quelques mois, avant que nous nous soyons tombés dans les bras, elle a eu des phases où elle se sentait comme l'ombre d'elle même, où elle n'avait plus aucune envie et n'avait plus beaucoup de sentiments... Et depuis quelques temps ça s'aggrave...

A cause de ces vacances d'été on est séparés pendant plusieurs semaines... j'ai bien casé des week ends dans les vacances pour pouvoir se voir mais il y a eu de longues périodes où skype était notre seul moyen de se voir

Depuis quelques temps elle pleure pour des raisons inexpliquées... elle m'affirme ne pas savoir pourquoi elle pleure... ça apparaît à une fréquence d'une fois par quinzaine à une fois par semaine...

J'essaie d'être là pour elle au mieux de ce que je peux faire, je lui ai dit que je tenais à elle, que je la laisserais pas tomber et que je veux la soutenir... mais elle ne veut rien me dire et s'isole quand elle est dans cet état là.

Ce soir elle est dans un tel état qu'en pleine soirée elle s'est mise à pleurer puis m'a raccroché au nez plusieurs fois... elle qui est si adorable avec moi en temps normal a été à la limite de l’agressivité. Elle n'a pas dit un mot de la soirée...

Très sincèrement je ne sais plus quoi faire pour elle, malgré ma volonté de l'aider...

Moi même j'ai été dépressif pendant un an et pour ne pas rentrer dans les détails je suis allé assez loin, et donc j'ai peur qu'elle sombre là dedans... Il est hors de question que je la laisse tomber là dedans

Que puis-je faire pour l'aider? Très sincèrement je n'ai aucune idée mais je veux encore être là pour elle et l'empêcher de couler... et ça me fait mal de la voir dans cet état.

 

Réponse de TELME:

Bonjour, 

Vous êtes confronté à une situation difficile et un peu opaque face à l'attitude imprévisible de votre copine. Et vous tentez de la soutenir de votre mieux, mais ça n'apporte pas les résultats attendus. Votre amie a de la chance d'avoir à ses côtés quelqu'un qui est attentif et compréhensif !

Certaines variations dans son comportement vous plongent dans le doute et c'est difficile à supporter, ce qui est normal. 

Lorsqu'on ne va pas bien, il est parfois difficile de poser des mots sur ce qu'on ressent, car les mots supposent qu'on a compris ce qui ce passe. L'attitude votre amie reflète peut-être une certaine ambivalence: peut-être sent-elle un décalage entre ce qu'elle montre à l'extérieur et ce qu'elle ressent intérieurement...? et il se peut qu'elle n'arrive pas à formuler tout cela en mots ce qui, du coup, ne vous donne pas accès à ce qu'elle vit...vous vous trouvez si l'on peut dire en position de la deviner, d'imaginer ce qu'elle peut ressentir, ce qui n'est pas facile!

Son comportement peut sembler paradoxal: tantôt elle recherche votre présence et tantôt elle vous laisse à distance.

En situation de crise ou de stress, nous avons tous tendance à adopter certains comportements et à les répéter car ils nous semblent adéquats. Pourtant, lorsqu'on a l'impression qu'ils ne sont pas efficaces et que l'on tourne en rond, il peut être utile de tenter une autre façon de se positionner, bref d'être créatif!

Concrètement, je vous suggère de tenter à nouveau la piste du dialogue en essayant simplement de mettre des mots sur ce qu'elle vit.....sans rien n'exclure: même si ce n''est pas facile, je vous suggère d'aborder également l'éventualité que votre amie remette en question votre relation ou ait des doutes sur la suite de votre histoire. Même si ce n'est pas facile, il est important de laisser ouvert tous les possibles afin de ne pas occulter certaines probabilités. Même si cela peut être difficile pour vous, cela aura l'avantage de rassurer votre amie sur le fait qu'elle peut tout aborder au sein de votre couple, ce qui va bien mais aussi d'éventuelles remise en question.

D'autre part, je pense que vous faites au mieux pour votre copine, mais la suivre dans ses hauts et ses bas n'est peut-être pas le meilleur moyen d'être une ressources pour elle: avez-vous déjà tenté une attitude plus contenante, c'est-à-dire faire preuve de compréhension et empathie sans pour autant vous laisser enfermer avec elle dans ces moments chaotiques (tristesse, repli,..)? En gardant un peu de recul, vous la rassurez et vous vous protégez également car vous ne pouvez pas endosser un rôle de thérapeute. Si votre amie a besoin de soins, elle devra le trouver auprès d'un professionnel. En voulant être "soignant" pour elle, vous risquez de dénaturer votre relation amoureuse qui pourrait en pâtir.

Je vous souhaite de voir plus clair dans votre relation!

Telme 

 

 

 

 

Bonjour, Voila ma vie a toujours été assez compliquée J'ai une mère alcoolique que je ne vois plus depuis des années et un père qui ne s'est jamais...

Bonjour,

Voila ma vie a toujours été assez compliquée

J'ai une mère alcoolique que je ne vois plus depuis des années et un père qui ne s'est jamais occupé de moi,il est toujours chez sa copine heureusement

Il me laisse l'appartement. Ma soeur se drogue etc. Etc

Le problème c'est que du coup en couple je tourne difficilement la page un peu comme un dépendance affective...

Je suis sortie 3 ans avec un garçon et j'ai mis 2 ans et demi a l'oublier,grâce a un autre homme avec qui je suis sortie 3 mois...

Ce nouvel homme m'a couru derrière pendant 2 mois,mais je n'arrivai pas à m'attacher pour finir je me suis mise avec et je me suis très vite attachée et au bout de 3 mois il ma quitte du jour au lendemain pour une autre...Je suis restée que 3 mois avec et voila presque 2 mois que nous ne sommes plus ensemble mais il m'obsède,premier homme auquel je m'attache depuis mon ex et ça recommence. Je ne sais plus quoi faire il me manque et j'en ai marre de constamment souffrir...

Que faire ??

Merci d'avance bisous

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour !

Vous semblez avoir beaucoup réfléchi à votre histoire et à vos relations, ce qui vous permet de tirer parti de ce que vous avez vécu pour comprendre le présent et envisager l'avenir. Pourtant quelque chose vous freinte.

Je vous propose quelques pistes pour y réfléchir :

Par votre histoire, il se peut que vous ayez été, petite déjà, confrontée à un sentiment d'insécurité, d'imprévisibilité qui vous a amenée, consciemment ou non, à chercher vos ressources par vous-même, à devenir rapidement autonome avec peut-être même un sentiment de responsabilité marqué à l'égard des autres. Vous vous êtes construite de façon à combler les manques ressentis, tout cela s'est fait inconsciemment et a été très utile.

Adulte, certains comportements réflexes ne sont plus nécessaires et doivent être adaptés. Comment repenser votre manière de gérer le rationnel/émotionnel, vos forces/fragilités et éventuellement votre tendance spontanée à "réparer" ou à sauver le lien à tout prix? Poussée à l'extrême, chaque qualité finit par desservir...

Cela fait-il écho à votre situation? 

Avez-vous le sentiment d'évoluer et de pouvoir tirer parti de vos expériences ou, au contraire, vous sentez-vous dans une spirale répétitive ? L'important est que le regard que vous portez sur vous-même ne soit pas une étiquette qui vous enferme dans l'image de "dépendante affective", mais un moteur qui vous maintient en mouvement. Vous avez une part active dans ce qui vous arrive, vous n'êtes pas réduite à subir...

En regardant dans le "rétroviseur"  de votre vie, vous nourrissez peut-être des regrets, des rancoeurs plus ou moins ouvertement exprimés: dans quelle mesure votre image de vous-même vous conforte-t-elle dans une représentation de personne fatalement destinée à se sentir délaissée ou oubliée ? Croyez-vous en votre capacité à vous percevoir autrement ?

D'ailleurs, le fait que vous ayez pu vivre une nouvelle histoire après votre ex montre que vous avez en vous cette capacité à faire confiance et cette envie d'avancer. Ne perdez pas cela de vue...  

Que l'été vous apporte un peu de légereté !

Telme

Bonjour, Cela fait 11 ans que je suis en couple avec mon copain, on a toujours eu une vie sexuelle normale mais depuis un an, il ne se passe...

 

Bonjour,

Cela fait 11 ans que je suis en couple avec mon copain, on a toujours eu une vie sexuelle normale mais depuis un an, il ne se passe presque plus rien. Lui me dit que c'est à moi de tout faire pour l'exciter mais lui ne fait rien pour me donner envie, du coup j'ai laisser tomber, je sais qu'a un moment donné je n'avais plus envie du tout d'avoir de rapport, je me suis forcée, mais cela c'est arrangé. du coup j'aurais aimer savoir vers qui je peux me retourner pour nous aider a retrouver une vie sexuelle, ou comment faire pour que l'excitation revienne...

d'avance merci pour votre réponse

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Merci de votre confiance en abordant des questions liées à votre sexualité. C'est en parlant de ce qui se passe que vous donnerez à votre relation des chances d'évoluer vers quelque chose de plus satisfaisant.

L'intimité ne se limite pas à l'acte sexuel. Le désir se cultive dans les différents moments de la vie quotidienne. Avez-vous l'impression que votre couple a gardé sa complicité et son lien de confiance? parvenez-vous à partager des intérêts communs? à dialoguer? 

 

Dans un couple, chaque partenaire a ses propres représentations et attentes en terme de sexualité: ce qui est supportable pour l'un ne le sera pas pour l'autre. Le rythme de chacun-e ainsi que le désir sont fragiles et dépendants d'éléments extérieurs tels que stress, inquiétudes, tensions, changements. Avez-vous l'impression que vous ou votre ami êtes confrontés à des évènements qui peuvent affecter votre désir et votre disponibilité?

Il est difficile de se faire une idée complète de votre situation par écran interposé. Une consultation au planning familial de votre région (47, bd de la Cluse à Genève; 022 372 55 00; www.isis-info.ch) vous permettrait d'en parler en couple avec un-e professionnel-le en prenant le temps d'examiner les différents aspects de votre situation.

 

Nous espérons que vous trouverez l'écoute que vous cherchez, mais n'hésitez pas à nous récrire pour continuer cette réflexion ou poser une autre question.

Telme

 

 

Bonjour à toute l'équipe. J'espère que vous allez tous bien. Moi ça va; sauf que lle partage de l'héritage après le décès de mon mari traîne un peu...

 

Bonjour à toute l'équipe. J'espère que vous allez tous bien. Moi ça va; sauf que lle partage de l'héritage après le décès de mon mari traîne un peu et c'est lourd à penser. 

Ça fait quelques temps que je ne suis pas venue par ici et ça me fait toujours un grand plaisir de savoir que je peux toujours vous consulter dès qu'un soucis ou une difficulté se présente. 

Voici donc ce qui m'arrive en ce moment:

J'ai rencontré un jeune homme de 12 années de moins que moi, nous étions tous deux d'accord au début sur la qualité de notre relation. C'est à dire nous sortons ensemble mais rien n'est sérieux. Donc nous sommes plus ou moins libre tous les deux. Mais au fur et à mesure du temps qui passe les sentiments sont nés de deux côtés. En fin. Chez moi en tout cas c'est sincère et je pensais aussi bien chez lui si je me fie à ses propos et ses gestes.

Mais ce week end il c'est passé quelque chose d'inhabituel il était parti chez son père à 2h fe chez moi et le premier soir déjà il a oublié son téléphone dans la voiture er le lendemain il a passé toute la journée à la piscine et que la batterie de son tel était à plat et quand je lui ai dit qu'on s'appelle plus tard quand tout le monde sera couché il m'a répondu que non parce qu'il avait mal à la tête et qu'il va aussi dormir. 

Tout cela me paraissait bizarre car c'est tout le contraire de ce qui se passe habituellement. Même quand j'étais à 10000kms on discutait jusqu'à tard même s'il a passé la journée à skier. 

Il est passé chez moi en rentrant dimanche soir comme prévu ( il habite à 50kms plus loin depuis chez son père encore) mais la aussi il m'a demandé si j'étais toujours d'accord. Comme si il était entrain d'avouer qu'il a fait quelque chose de pas bien et que je suis fâchée. Évidemment l'atmosphère était pas normal. Nous étions très distants et personne n'osait pas aborder le sujet. 

Demain j'ai rendez vous chez mon gynécologue à sa demande pour que je prenne la pilule qu'on arrête l'utilisation de préservatif. Cela fait 2 mois que nous sommes ensemble. Mais après ce qui c'est passé e week end je suis dans le doute di cela est bien raisonnable d'arrêter les préservatifs maintenant. D'autant plus que d'être trompé n'est pas mortel mais c'est aussi intolérable. 

Donc, ma demande est ceci: quel conseil me donneriez vous sur la façon comment aborder ce sujet pour qu'il ne soit pas vexé s'il n'a rien fait de mal ce week end? Mais moi je suis sûre à 95% qu'il s'est passé quelque chose d'anormal. Quelle genre de phrases utiliser pour que la discussion ne vire pas? C'est une personne que j'apprécie et que j'aimerais garder mais sans les mensonges. 

Sur ce je vous dis déjà merci et vous envoie mes salutations les meilleures. 

A bientôt. 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

C'est avec plaisir que nous vous accueillons à nouveau sur notre site. Nous nous réjouissons que vous puissiez trouver en Telme une ressource lorsque des difficultés se présentent.

Vous soupçonnez que votre ami vous ait trompée. Vous précisez cependant que "rien n'est sérieux" et que vous êtes "plus ou moins" libres tous les deux. Si vous vous êtes mis d'accord sur un statut de relation non-officielle, votre ami peut considérer qu'il n'est pas en train de commettre un acte d'infidélité.

Clarifier les attentes réciproques semble nécessaire pour évoluer ensemble et non sur des palliers différents.

Le développement d'une relation de couple s'appuie sur un socle de valeurs, partagées par les deux conjoints. Ce socle comprend notamment l'établissement du statut de la relation et des paramètres qu'il implique (fidélité, honnêteté,etc). Bien que ces aspects puissent paraître formels, ils permettent un sentiment sécurisant au sein de la relation et évitent les malentendus.

De la même manière, la décision de la contraception devrait être commune. Si vous sentez une quelconque pression à ce niveau, si vous n'êtes pas à l'aise avec cette décision, il est important que vous n'alliez pas plus loin dans les démarches. La discussion que vous aurez avec votre ami permettra certainement de préciser cette question également, c'est interdépendant.

En vous souhaitant une belle histoire,

Telme

Bonjour,  Voilà j'ai besoin d'un conseil de votre part car je suis un peu perdue. Cela fait 2 semaines qu'un ami de longues dates a commencé à...

 

Bonjour, 

Voilà j'ai besoin d'un conseil de votre part car je suis un peu perdue. Cela fait 2 semaines qu'un ami de longues dates a commencé à m'écrire personnellement. J'ai trouvé ça louche au début et petit à petit, je me suis laissé aller. Il est très gentil, il me posait des tas de questions sur ma vie, mon travail, il me complimentait et chaque jour j'avais plusieurs messages de sa part. Je suis toujours restée un peu distante car j'ai eu une très grande déception amoureuse et depuis j'ai énormément perdue confiance en moi et en les hommes. Je pense que la plupart recherche juste des aventures d'un soir et pas d'amour. Mon ancienne histoire m'a beaucoup marquée car j'aimais ce garçon très fort et lui me trompait avec d'autres filles et me prenait que quand il en avait envie. Depuis je reporte facilement ça à tous les garçons. J'ai beaucoup de peine à me laisser de chance et je me pose beaucoup de limites. J'aimerai beaucoup pouvoir lâcher prise et me laisser aller, ne plus me prendre la tête, à me poser des questions. Pour en revenir à mon histoire, je m'étais promise de pas retomber dans le même schéma. On s'est écrit chaque jour, on s'est vu à plusieurs reprises et à chaque fois il montrait de l'attention envers moi, il me touchait le bras, il me regardait, il me parlait et il avait même tendance à être un peu jaloux lorsqu'un autre garçon s'approchait de moi. J'ai directement pensé qu'il devait éprouvé quelque chose pour moi. L'autre jour, on s'est revu et il m'a ramené à la maison, on est resté dans sa voiture et on a fini par s'embrasser, à se toucher mais sans avoir un acte sexuel. Mais depuis, il ne m'a pas réécrit de messages et je n'ose pas lui en écrire par peur d'être rejetée. Il m'avait dit qu'il ne voulait pas se remettre tout de suite avec une fille mais je ne sais pas quoi penser vu son comportement envers moi... Et je pense que je suis en train de ressentir quelque chose pour lui, car tous ces messages et cette attention, c'est comme si ça me complétait, on se sent bien ! 

Merci beaucoup pour votre réponse et d'avoir pris le temps de lire mon message !

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour et bienvenue sur Telme!

Les expériences que nous vivons laissent des traces et il est légitime que vous vouliez vous protéger pour ne pas revivre le même scénario douloureux. Vous commencez à développer des sentiments pour un garçon. Vos craintes refont ainsi surface et vous avez des doutes quant à comment vous devez vous comporter.

Lorsque l'on développe des moyens de défense trop envahissants, ils nous paralysent plus qu'ils ne nous protègent.

Il y a un juste équilibre à trouver pour que vous ne subissiez pas vos craintes et qu'elles ne soient pas vécues comme une pression. En voulant éviter à tout prix de retomber dans le même schéma, vous vous fixez une ligne directrice stricte et figée, qui s'oppose au concept même des relations amoureuses, qui demandent une certaine ouverture au changement, une spontanéité, un lâcher prise...

Il vous appartient de trouver cet équilibre. Il doit avant tout être confortable pour vous, pour que vous vous sentiez à la fois en confiance et qu'à la fois vous acceptiez de laisser place à une part d'inconnu et de découverte. Bien sûr, ce travail est interdépendant, il se fera en lien avec le comportement que vous renverra votre prochain partenaire. Mais pour que vos craintes diminuent et que la confiance revienne, il faut de votre côté aussi vous montrer prête à recevoir.

Chez ce garçon, vous percevez une incohérence entre son comportement (attention, affection, protection, jalousie) et son discours (ne pas démarrer une relation amoureuse). Cette incohérence mérite d'être clarifiée pour ne pas laisser trop de place aux doutes et aux questionnements désagréables. Nous vous encourageons à lui demander de s'exprimer sur ce qu'il ressent (qui n'est pas non plus figé), non pas par rapport à sa vie sentimentale en général, mais bien par rapport à vous et lui. Selon sa réponse, vous serez en mesure de vous faire une idée de plus en plus claire de la suite que vous voulez donner à cette relation.

La relation est un processus qu'il faut mettre à jour régulièrement.

N'hésitez pas à réagir à nos pistes de réflexion!

Telme

bonjour, pour vous donner de mes nouvelles, j'ai fait bouger pas mal de chose à la maison. J'ai réussi à faire comprendre à ma maman que son...

 

bonjour,

pour vous donner de mes nouvelles, j'ai fait bouger pas mal de chose à la maison. J'ai réussi à faire comprendre à ma maman que son comportement avec l'alcool ne pouvait plus durer... ça a été dur mais on avance petit à petit chaque un peu mieux. Quelques rechute parfois mais gérable. Du coup comme ma maman va mieux je vais mieux aussi. J'ai le moral au beau fixe et j'ai commencer de nouvelles activitées pour me changer les idées. Bref tout va pour le mieux, et cette bonne humeur à taper dans l'oeil de mon compagnon, et c'est pour lui que je vous contacte aujourd'hui.

Quand il était jeune, il a eu pas mal de difficultés et n'a suivi aucune formation et n'a donc aucun dîplome. Désireuse de l'aider dans ces nombreuses recherches qui restent infructueuses jusqu'à maintenant ma question est donc celle-ci que puis-je lui proposer pour qu'il puisse enfin travailler (peu importe le poste) et prendre l'independance qu'il désire ?

merci pour toute votre aide, vous avez fait bcp pour moi

bien à vous 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

 

Nous sommes heureux d'apprendre que ça se passe mieux à la maison, votre mère fait des efforts grâce à vos impulsions, de votre côté, c'est bien plus agréable. Merci de vos commentaires.

Maintenant vous aimeriez aider votre ami dans son parcours professionnel.

 

Vous avez pu constater que nos réponses sont assez directes et ne vont pas toujours dans le sens attendu par les internautes. Notre travail est ainsi, le recul que nous avons face à la situation présentée doit nous permettre de vous aider à vous repositionner, ce qui ne va pas forcément dans le sens de la réponse attendue.

 

Par rapport à votre nouvelle demande, nous remarquons que vous devenez plus dynamique et c'est vraiment positif, toutefois, nous vous encourageons à faire attention de ne pas vous "épuiser" à vouloir tant faire pour les autres. Votre mère fait son chemin et vous avez joué un rôle positif, il ne faudrait pas que votre qualité de vie soit dépendante de la maîtrise qu'elle a de sa consommation d'alcool, par exemple.

Même si elle rechute, gardez un peu de distance, protégez-vous, prenez acte du fait que les choses ne sont pas statiques, c'est déjà bien.

 

 

Par rapport à votre ami, c'est un peu pareil. Pourquoi ne réagirait-il pas lui-même davantage à sa propre situation?

Votre offrez une aide précieuse par votre présence, par votre ouverture au dialogue et votre disponibilité, mais ce n'est pas à vous de porter les soucis de votre ami. Il va devoir mettre toute son énergie dans des projets, s'adresser à des professionnels, c'est ainsi qu'il développera son indépendance.

L'indépendance ne se transmet pas par les autres, ce serait paradoxal... Voyez-vous ce que je veux dire?

 

Vous pouvez être une personne encourageante, proche, aidante, mais chacun doit s'occuper de sa place, de son avenir.

Prenez soin de vous!

Telme

Merci pour votre réponse ! Oui je suis consciente du gros manque de confiance en moi et mes expérience de la vie c'est allez sauf plus jeune quand je...

Merci pour votre réponse ! Oui je suis consciente du gros manque de confiance en moi et mes expérience de la vie c'est allez sauf plus jeune quand je m intéressait a un garçon il voulais ma sœur sa ma beaucoup fait souffrir et me suis toujours dit tu est une vaux rien enfin j ai subi quelque méchancetés mais depuis plus de 9ans sa se passe assez bien , je me fais souvent draguer ou aborder dans mon métier aide a domicile j ai tout les jours des compliment de mes patients ( vous êtes jolie vous avez un peu sourir vous dégager la douceur ) mais je me dit a chaque fois pourquoi moi qu'es c que j'ai de plus. Concernant mon mariage je tenais vraiment au mois de septembre oui j'ai peur de le perdre qu'il trouve mieux que moi du coup j aimerais tout faire vite et me dit 28ans c'est déjà vieille , mes motivations envie dans la vie c est mon travail que j aime par dessus tout qui est valorisant et m apporte beaucoup me marier et être maman ! En dehors de mon couple j ai pas de centre d intérêt tout est avec lui j aime être avec et voilà ! Consulter j y ai penser pour trouver confiance en moi mais c'est au dessus de mes moyens .

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Votre réaction à notre précédent échange apporte des informations complémentaires pour vous répondre aujourd'hui. Toutefois, les pistes que nous vous avons proposées restent valables.

Vous identifiez clairement un manque de confiance en vous....La conscience que vous vous mettez parfois vous-même certains freins va vous permettre d'y travailler et de ne pas vous tromper de "cible" en attribuant par exemple à l'extérieur des obstacles que vous vous mettez vous-même et inversément. Vous disposez là d'une ressource sur laquelle vous appuyer, ce qui est positif.

Vous mentionnez une expérience personnelle qui a peut-être contribué à fragiliser votre estime personnelle (le fait qu'un garçon ait été attiré par votre soeur et non par vous) mais, comme nous l'avons souligné, les expériences (non traumatiques) ont l'impact qu'on leur laisse...Or, une grande partie de votre message met en évidence combien vos qualités sont appréciées et reconnues. Pensez-vous à travers cela pouvoir regagner une vision plus positive et solide de vous-même? Tout évolue sans cesse, pourquoi pas vous ?

Même si la présence de votre conjoint vous comble, et c'est tant mieux, pouvez-vous envisager des moments et activités à vivre pour vous? En vous permettant d'exister pour vous-même, vous renforcerez votre capacité à croire en vous et en vos ressources indépendamment de ce que vous imaginez être les attentes de l'extérieur ou de votre conjoint. Même si elles vous demandent un effort, les occasions de vous différencier et d'assumer votre autonomie pourraient vous aider à retrouver confiance en vous.

Vous dites avoir peur de perdre votre conjoint, peur naturelle lorsqu'on sait  que la vie a un côté imprévisible et qu'aucune garantie n'existe que l'on ait signé ou pas un acte de mariage! Mais le fait que votre couple est arrivé jusque-là ne vous rassure-t-il pas ? Nous comprenons votre envie d'avancer dans vos projets, c'est un signe de dynamisme, mais le temps qui vous sépare de votre mariage ne doit pas être un obstacle à des réalisations et des rêves....

En ce qui concerne la possibilité de consulter, sachez que votre caisse maladie peut couvrir une partie des frais occasionnés par une démarche thérapeutique. Renseignez-vous !

Tout en restant à disposition pour poursuivre la réflexion avec vous, nous vous souhaitons un week-end ensoleillé et formons nos voeux pour la réussite de vos projets.

Bonsoir! Voilà j'ai un gros problème personnelle je n'ai aucune confiance en moi me compare a tout le monde de tout age et tout le monde est mieux que...

Bonsoir! Voilà j'ai un gros problème personnelle je n'ai aucune confiance en moi me compare a tout le monde de tout age et tout le monde est mieux que moi du coup sa engendre de la jalousie avec mon futur mari il ma demander en mariage au mois de mars apres 8 ans de relation sa sera pour avril 2015 j aurais aimer septembre 2014 mais il dit que c'est trop juste pour les préparatif je me trouve déjà vieille alors sa n'arrange pas mon problème j'aimerai trouver une sérénités intérieur ne plus me comparer a d autre fille tout cela me fais souffrir mais je n arrive pas a me dire tu es jolie alors qu on me le dit tout le temps comment prendre confiance en moi et ne plus être jalouse? Mon copain était très jaloux et possessif les 4premiere année et maintenant plus rien sa m'affecte beaucoup car pour moi être jaloux veux dire aimer la personne par dessus tout et tenir a elle svp aider moi j ai vraiment envie de trouver une paix intérieur avec moi même et surtout ne plus me comparer a qui que se soit

 

Réponse de TELME:

Bonjour !

Vous êtes consciente de votre manque de confiance en vous, du lien que cela peut avoir avec votre jalousie et vous êtes motivée à surpasser vos difficultés. Cela est très positif!

La jalousie n'est pas une preuve d'amour, même si elle semble l'être. La jalousie est inhérente à toute relation amoureuse c'est vrai, mais la place qu'elle occupe dans le couple peut poser problème. Si elle est excessive et qu'elle s'exprime par un besoin de contrôler l'autre alors, comme vous l'avez dit, elle peut cacher un manque de confiance en soi et une peur d'être abandonnée.
Pour éviter que ce sentiment ne devienne trop envahissant dans votre couple, nous vous encourageons à faire un travail sur vous-même en vous questionnant sur votre manque de confiance en vous. L'estime qu'on a de soi-même est influencée par les expériences que nous vivons. Avez-vous auparavant vécu des situations qui vous amènent à douter de vous aujourd'hui? Quelle importance avez-vous donné à ces expériences? Les expériences ont l'impact qu'on leur donne.

Se comparer aux autres est une démarche risquée. Les comparaisons mettent en évidence nos différences et nos défauts. Il y a certainement des différences entre vous et les filles auxquelles vous vous comparez, mais ce sont ces différences qui vous caractérisent et vous rendent unique. Il est plus souhaitable d'apprendre à reconnaître ses propres qualités plutôt que d'être sans cesse confronté à ce qu'on aimerait être. C'est cet écart entre vos attentes et votre vie réelle qui provoque un inconfort intérieur.
Accepter votre vie telle quelle est, avec ses aspects positifs et négatifs, est un premier pas pour être bien avec vous-même.

Vous nous donnez l'impression de ne pas être "sécure" dans votre relation amoureuse. Avez-vous peur de perdre votre mari en retardant votre mariage? Quelles sont les autres choses de la vie qui vous motivent? Qu'est-ce qui compte pour vous en dehors de votre couple?

Je vous souhaite de trouver en vous les ressources nécessaires pour faire face à cette situation.

Bonsoir à tous, J'aurais besoin de comprendre quelque chose... Voila, j'ai 20 ans. Et, ça fait 1 année et demie que je suis célibataire... (seul...

 

Bonsoir à tous,

J'aurais besoin de comprendre quelque chose...

Voila, j'ai 20 ans. Et, ça fait 1 année et demie que je suis célibataire... (seul quoi)

Et, je ne sais pas pourquoi, mais, on dirait que je suis presser d'avoir une nouvelle petite amie... :-/ Je ne sais pas si c'est à cause de ma malentendance... (je porte des appareils acoustiques) On dirait que j'aimerais tant avoir une personne à mes cotés... Revivre une histoire d'amour (une belle histoire cette fois ci..) Pas comme avec mon ex qui ma fait souffrir... Elle m'avait fait stresser pendant 9 mois. Résultat : j'avais fini à l'hôpital. Elle ma aussi trahie...

J'aimerais tant être heureux comme les autres gens qui sont en couplent que je croisent dans la rue... Quand je croise des couples, ça me fait mal... Parce que j'aimerais bien être pareil...

Mes parents me disent que j'ai le temps de trouver la femme de ma vie, etc.

Je les comprends... Et même ma sœur est célibataire depuis presque 3-4 ans. (elle à 23 ans)

Alors voila, je sais que c'est un sujet pas très bien... Mais, javais juste besoin de votre avis, et aussi d'être rassuré...

Merci beaucoup d'avance, et je vous souhaite un bon week-end.

Meilleures salutations

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Nous comprenons votre désir de vivre une belle relation amoureuse. Vous avez déjà vécu une relation qui vous a fait souffrir, il est donc normal que vous souhaitiez vivre quelque chose de nouveau. Vous vous sentez pressé d'avoir une nouvelle petite amie. Dans ce domaine, presser les choses peut installer une pression trop forte et contre-productive sur vous et sur l'autre. Chacun vit des expériences amoureuses à son rythme. Vous êtes-vous déjà posé la question de pourquoi vous êtes pressé

Nous vous invitons à nuancer votre perception du couple qui semble se décliner en positif/négatif. Développer trop d'attentes quant à sa future relation est un pari risqué. En se créant un idéal, on risque surtout de le mettre à mal si la future relation ne se déroule pas comme on l'imaginait. Cela peut entraîner la fragilisation de notre estime et déforme la représentation que l'on a des relations amoureuses. Laissez-vous plutôt guider par vos sentiments présents et garder votre spontanéité.

Vous dites que vous avez envie d'être heureux et vous avez raison de vouloir l'être. Nous avons cependant l'impression que, pour vous, le bonheur n'est accessible qu'au travers d'une relation amoureuse. Il y a certainement d'autres choses, en vous et autour de vous, qui vous apportent satisfaction et bien-être?! N'oubliez pas de profiter de tous ces aspects positifs qui participent eux aussi à  votre épanouissement.

Il n'y a rien d'anormal à être célibataire à 20 ans. Vous avez su relativiser vous-même en nous citant l'exemple de votre soeur. Vous êtes jeune et avez devant vous de nombreuses expériences à vivre, qu'elles soient amoureuses ou d'autres ordres.

Si vous désirez augmenter vos chances de trouver l'amour, il n'existe pas de méthode infaillible, mais pensez à toutes les opportunités que vous avez autour de vous pour faire de nouvelles rencontres, en développant vos activités sociales par exemple.

Bien à vous,

Telme

En effet vous avez raison je vois souvent les cotés négatifs de mon ami mais ne sais pas pourquoi. Coté qualités je pourrais dire gentillesse (mais se...

En effet vous avez raison je vois souvent les cotés négatifs de mon ami mais ne sais pas pourquoi. Coté qualités je pourrais dire gentillesse (mais se laisse trop faire d un coté), serviabilité, galanterie. Défauts je dirais mensonge++, instable niveau pro, pas du tout économe, bordelique... vu que sa situation pecuniere est au plus terrible ainsi que professionnelle et bien oui je n vois plus que ca du coup. Quand il tiendra enfin un emploi,meme a petit salaire,la je verrai + ses qualites je pense mais pour l instant ca me fait trop souffrir car a cause de ca moi non plus je nai plus rien je depense tout mon salaire dans les frais. Et quand je vois des hommes deja proprietaires ou bien avec un job stable tout simplement ca m embete beaucoup

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

 

Bien que vous releviez certaines des qualités de votre conjoint, vous restez focalisée sur sa situation professionnelle et ses problèmes financiers. Nous comprenons la difficulté de la situation et votre part de déception et nous pensons que ce serait bien de l'aborder avec lui.

Vous ne pouvez pas rester dans quelque chose de figé et d'insuffisant, ni pour lui, ni pour vous, ni pour votre relation. Utilisez cette déception et faites en quelque chose. Le fait de la partager avec l'autre permet de diluer le problème.

Vous êtes deux dans cette situation et il doit prendre acte de votre déception car la situation n'a pas à rester insatisfaisante

 

Enfin, comptez sur vous et sur l'autre pour retrouver un dynamisme, une énergie qui vous mène quelque part. 

Telme

Bonjour. A votre avis est on vraiment amoureuse quand on se sent attirée par d autres hommes ? Je suis en couple et maman mais avec tous les soucis de...

Bonjour. A votre avis est on vraiment amoureuse quand on se sent attirée par d autres hommes ? Je suis en couple et maman mais avec tous les soucis de mon ami notamment financiers et professionnels, quand je vois d autres hommes (amis de ma soeur par exemple) qui réussissent, et sont bien niveau salaire ou métier, et beau de surcroît, je me dis "je serais mieux avec untel" Et je culpabilise car je n veux pas detruire mon couple alors que je viens de donner un enfant a mon conjoint.

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Il est possible d'être charmée par d'autres hommes que celui avec lequel on a choisi d'être sans pour autant que la relation ne soit en danger. Il faut néanmoins être prudent avec ce premier contact car le charme d'un autre homme n'est ni la garantie d'une relation potentielle ni celle d'une intimité qui pourrait fonctionner.  En d'autres termes, ce n'est pas parce qu'un homme réussit mieux financièrement que votre conjoint que vous pourrez vous engager avec lui dans une relation intime à long terme.

Comment se fait-il qu'une attirance pour d'autres hommes qui réussissent mieux financièrement que votre conjoint remette soudainement votre couple en question?

Vous dites ne pas vouloir détruire votre couple et personne ne vous oblige à le faire. Vous semblez centrée sur les aspects négatifs de votre conjoint, mais nous vous proposons de réfléchir aussi sur ce que vous aimez chez lui, dans votre relation. 

Vous nous posez souvent des questions qui semblent relever une certaine insatisfaction chez vous, savez-vous d'où cela provient?

Telme

Bonsoir, Je vous écrit car je vis un moment très difficile, J'étais en couple avec mon amie et on s'est séparé il y a quelques moi car son...

Bonsoir,

Je vous écrit car je vis un moment très difficile,

J'étais en couple avec mon amie et on s'est séparé il y a quelques moi car son comportement étais devenu très difficile à vivre, méchanceté, nervosité, etc. Pour finir elle a du être hospitalisée en psychiatrie.

Hier je reçois un téléphone de sa famille et on m'annonce qu'elle a une tumeur au cerveau et que c'est la cause de tous ses ennuis de santé.

Elle veut absolument me voir après son opération et me dit qu'elle m'aime toujours.

Moi j'ai encore des sentiments mais j'avais réussi a faire le deuil de notre relation.

cela est dur a accepter car elle m'a fait beaucoup de mal mais maintenant je sais que se n'étais pas de sa faute.

J'ai soucis que si je la revoie elle ne soit plus la personne que j'ai aimé et de lui faire du mal en lui disant que je n'ai plus la force de recommencer une relation avec elle.

En plus elle habite maintenant le sud de la France et avant j'avais envisagé d'aller habiter las-bas mais je n'ai plus du tout envie de quitter mon pays, je ne me sans pas bien en France, la mentalité est trop différente.

merci d'avance pour votre aide

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Vous nous exposez une situation difficile pour vous sans nous poser une question claire. Il nous semble important de vous ramener à votre ressenti et à vos émotions.

La décision que vous allez prendre va dépendre de ce que vous éprouvez actuellement pour cette amie et nous vous invitons à vous connecter à vous-même, à ce qui vous anime pour faire votre choix. Que ressentez-vous pour elle? Est-ce de l'amour? de l'amitié? de la culpabilité? un sentiment de devoir?

La réponse à cette question est probablement la réponse à votre dilemme et il nous semble nécessaire que vous y réfléchissiez afin de pouvoir être premièrement clair avec vous-même, pour ensuite pouvoir être clair avec votre amie.
C'est cette compréhension de vous-même qui vous permettra d'être honnête dans cette décision.

Nous comprenons que ce choix est difficile à faire. Ce n'est pas le sentiment de culpabilité qui devrait vous faire quitter votre pays. En quittant votre amie il y a quelques temps, vous ne saviez pas qu'elle était malade, vous n'êtes pas responsable de son état!

L'amour, l'amitié ou votre désir pourraient être des motivations plus légitimes à une telle décision.

Bonne réflexion!

Telme

 

 

Vous m'avez demandé de parler en "je" donc c'est ce que je vais faire.  Avec mon copain je me sens bien, je n'ai pas peur de lui montrer qui je suis...

Vous m'avez demandé de parler en "je" donc c'est ce que je vais faire. 

Avec mon copain je me sens bien, je n'ai pas peur de lui montrer qui je suis vraiment et je ne me cache pas derrière un masque.

Depuis que ces questions sont survenues, j'ai du mal a chasser ces impressions. Celles de ne plus l'aimer, je ne ressens rien ou je suis mal a l'aise quand je pense a lui et j'ai reellement peur de me dire que de le quitter serait la meilleure chose a faire et que je ne l'aime plus. Je n'ai plus de papillons dans le ventre lorsque je le vois et je ne l'admire plus. Je me demande si cela ne va pas a cause de ces questions ou si je me pose des questions parce que cela ne va pas.

 

Réponse de TELME:

Bonjour...

Pensez-vous que le fait de vous poser des questions sur votre relation soit suffisant pour influencer à ce point vos sentiments?

Il est probable que vous vous posez des questions parce qu'un doute s'est installé en vous par rapport à ce que vous ressentez, ensuite, ces questions tournent en boucle et ne vous permettent plus d'y voir clair car elles amènent de l'angoisse. Ce ne sont certainement pas vos questions qui transforment vos sentiments, mais l'inquiétude qui naît de vos doutes qui perturbe votre confiance dans le couple.
Le résultat est le même, vous ne savez pas si cette relation doit se poursuivre ou non.

Comme nous vous l'avions dit, la relation est un processus. Ce processus peut aller dans le sens de développer la confiance et les sentiments, le processus peut aussi aller dans le sens inverse, et mener vers la séparation. Il est possible d'influencer ce processus et le sens que prend la relation; cela peut se faire grâce à un dialogue ouvert dans le couple, où chacun peut faire part de ses doutes, de ses besoins aussi, pour que les choses se passent mieux, pour qu'il soit possible de repartir sur d'autres bases.

Nous vous encourageons dans ce sens.

Telme

Bonjour, Cela fait un mois que je me sens mal. Je suis avec quelqu'un depuis 7mois, il a tout ce que je recherche et je l'ai voulu de suite. Mais du...

Bonjour,

Cela fait un mois que je me sens mal. Je suis avec quelqu'un depuis 7mois, il a tout ce que je recherche et je l'ai voulu de suite. Mais du jour au lendemain je me suis demandee si je l'aimais et les questions sont devenues incessantes. Du coup, a l'heure qu'il est je vis un enfer avec moi même. Je suis de nature angoisee, excessive, en proie aux doutes et aux questions. Comment savoir si je ne l'aime plus ou si cela decoule seulement de ma personnalité ... J'ai déjà ete diagnostiqué phobique d'impulsion, a l'heure qu'il est j'ai peur de le quitter

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Les sentiments ne se contrôlent pas, ils se vivent...

A partir du moment où vous commencez à vouloir qualifier, quantifier, évaluer la relation à votre partenaire, vous ne pouvez plus être à l'écoute de vous-même, et précisément de ce que vous ressentez. En outre, l'amour est vivant, ce n'est pas une chose statique qui existe ou pas, c'est souvent dans un processus que les sentiments s'installent, puis se développent...

Je vous encourage à cesser de vous poser mille questions pour être à l'écoute, passivement, sensiblement, de ce qu'il se passe en vous. Vous avez bien compris que votre nature angoissée vous pousse à analyser un peu trop ce qu'il se passe. Vous voyez aussi que cela ne vous rassure même pas, alors tentez de faire confiance, lâchez un peu de ce contrôle pour vivre les choses comme elles sont, sans essayer de les mettre en boîte.

Si vous n'y parvenez pas, il serait utile de faire une démarche de suivi psychologique.

N'hésitez pas à réagir à ma réponse.

Bien à vous

Telme

Bonjour, J'ai vraiment besoin d'aide et de conseil .... Voila sa fais pas mal d'année que je suis avec mon copain ( 8ans) Nous nous aimons tres...

 

Bonjour,

J'ai vraiment besoin d'aide et de conseil ....

Voila sa fais pas mal d'année que je suis avec mon copain ( 8ans) Nous nous aimons tres fortement , cela va faire bientot 3ans que nous sommes en ménage et beaucoup de chose on changer , je n'etais pas une personne jalouse avant et maintenant depuis quelque temps un peu plus de 2ans j ai une jalousie presque maladive.

Avant que nous habitions ensemble , il m'envoyais tres souvent de magnifique message qui me touchais et me fesais plaisir j avais beaucoup de petite attention petit mot sur la table de nuit une petite carte avec un petit present de temps en temps et depuis que nous sommes en ménage toute ces chose diminue fortement et cela m affecte beaucoup car j'aime les belles paroles les beau mot enfin tout sa est pour moi quelque chose qui me fais du bien et qui font que je suis unique pour lui , je lui en ai parler et il me dit qu il me l exprime autrement avec des geste, des bisous, des calin enfin en direct , mais je n'ai plus ou moins ces mots qui me rassurais et me fesait etre bien avec moi meme et dans mon couple comment ne plus demander sa et surtout ne pas souffrir du manque de sa ? je n arrive pas etre totalement heureuse car je me dit si je n ai plus sa c est que quelque chose a changer il m aime peut etre moins ou autre mais sa n est pas le cas.

Ensuite j'aimerais etre le centre de son attention etre la seule avec qui il fais des chose le garder que pour moi , il fais une activité ou une fois par semaine le vendredi il n est pas la durant 2h30 et des fois le week ou il as des sorti avec sa societé il me dit qu il a besoin d avoir une activité de ce defouler de sa semaine etc mais moi je le prend mal et ne supporte pas qu il me laisse pour un hobbies et ce sentiment de rejet me fais souffrir car il va la bat donc je ne suis pas sa priorité .

Il me dit que je suis sa priorité que je suis toute sa vie mais qu il as toujours eu une activité depuis enfant et qu il ne peut pas rien faire..

S'il vous plait donner moi quelque conseil pour pouvoir changer et vivre mon histoire sans trop de chose dans ma tete merci d avance

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Nous comprenons vos questionnements et la souffrance qu'ils peuvent susciter et nous vous proposons quelques pistes de réflexion.

-Vous décrivez un avant et un après la cohabitation: quand les couples emménagent sous le même toit il n'est pas rare qu'une certaine routine s'installe. On se couche et se réveille ensemble, il y a les petites tracasseries administratives à gérer en commun, la vie professionnelle qui amène son lot de fatigue, etc. Une certaine spontanéité dans la relation amoureuse peut donc diminuer et le jeu de la séduction prendre moins de place qu'avant..! Mais ceci ne signifie pars forcément que votre copain vous aime moins qu'avant. L'amour évolue sans cesse au fil des ans, il prend une forme différente et s'adapte aux contextes de vie....Je pense que vous pouvez croire votre ami quand il vous dit que son amour est intact mais qu'il l'exprime autrement.

-Il est très positif que vous puissiez parler de ce qui vous tracasse avec votre copain. Cela évite aux malentendus de persister et nous vous encourageons à continuer à exprimer vos sentiments.

-Vous parlez beaucoup des petites attentions reçues par le passé. Je comprends qu'elles vous confortent dans votre sentiment d'être aimée mais il est important de vivre votre relation avant tout dans les sentiments et moins dans les actes. Ce qui vous relie vous et votre ami est un sentiment spécial qui va au-delà des simples actes et qui se situe à un niveau moins "concret" mais tout aussi sincère.

-Vous vous sentez rejetée quand votre ami part faire ses activités sportives. N'oubliez pas que vous formez un couple certes mais que vous êtes avant tout deux personnes différentes et donc deux entités distinctes! Qu'est-ce qui appartient à votre ami uniquement et qu'est-ce qui n'appartient qu'à vous-même? L'amour ne se veut pas forcément fusionnel et ne présuppose pas qu'on s'oublie soi-même. Je trouve très sain le fait que votre compagnon ait des activités en-dehors de votre vie à deux et je vous propose d'en faire autant. Laisser l'autre libre de s'épanouir personnellement (en-dehors du couple) est aussi une preuve d'amour.

-La jalousie et le besoin de contrôler l'autre sont des sentiments bien souvent irrationnels qui peuvent cacher la peur d'être abandonné. Je vous souhaite de trouver en vous-même les ressources nécessaires pour y faire face mais il arrive que ce sentiment devienne trop envahissant et qu'il finisse par gâcher une relation amoureuse. Dans ces cas-là, un suivi psychologique peut être aidant.

N'hésitez pas à réécrire ne serait-ce que pour nous dire si ces quelques pistes vous ont aidé.

Bonne continuation!

Telme

Bonjour, J'aurais besoin de conseils pour une situation qui me dépasse entièrement et à laquelle je ne comprends plus rien. Voilà, je suis en...

 

Bonjour,

J'aurais besoin de conseils pour une situation qui me dépasse entièrement et à laquelle je ne comprends plus rien.

Voilà, je suis en couple depuis bientôt 3 ans avec un jeune homme super qui me valorise et me rend heureuse. J'ai toujours hâte de le retrouver le week-end pour faire des activités avec lui et partager des choses.

Seulement voilà, je ne comprends pas ce qui m'arrive, mais il y a des moments, sans que rien de particulier ne le laisse présager, où j'ai des "pulsions" de le quitter et où je ressens une très forte angoisse. J'ai peur de finir par passer à l'acte alors que ce n'est surtout pas ce que je veux, car je suis persuadée qu'on peut passer notre vie ensemble et mes sentiments sont toujours les mêmes qu'au début.

J'ai certes remarqué qu'il a certains défauts comme pour tout le monde, mais quand je suis bien, enfin dans mon état normal, j'arrive sans soucis à passer par-dessus car l'amour que je lui porte et ses qualités contrebalancent. Mais quand je suis dans cet état d'anxiété, je n'y arrive pas, je ne vois plus que ses défauts et de toutes petites choses me rendent angoissées, par exemple le fait qu'il soit parfois un peu trop économe ou qu'il soit végétarien alors que je mange de la viande.

Depuis une semaine, je me sens mal, j'ai régulièrement de grosses crises de "pulsion" de le quitter immédiatement, de focalisation sur ses divers défauts à tour de rôle, en alternance avec des phases où je m'en veux et où mes sentiments s'en trouvent décuplés. Je fais comme une obsession sur ma situation amoureuse et ses imperfections et n'arrive plus à me concentrer sur mon travail notamment. J'avais déjà eu ces pulsions par le passé mais ça avait disparu très vite car en le voyant mes craintes disparaissaient et mon cerveau finissait par passer à autre chose.

Quand je le vois et passe du temps avec lui, il me fait rire et me rend un peu de légèreté, mais il est triste de voir que je ne vais pas bien et je ne peux pas lui expliquer ce qui me passe par la tête, il ne comprendrait pas et je ne veux pas gâcher notre couple. Je veux tout faire pour le préserver, car cette relation est magique et que nous avons encore plein de super moments en perspective si j'arrive à me débarasser de cette angoisse et ces pulsions. Je ne comprends pas ces doutes car mes sentiments sont toujours là et nous n'avons pas de problème insoluble. 

Je suis sous traitement depuis 2010 pour de la dépression, de l'angoisse et des TOC, je pense que ça a un lien mais je n'en suis pas sûre. Je ne vais pas très bien depuis le mois de novembre environ, car j'ai commencé un nouveau travail qui fait que je suis seule en semaine. J'ai remarqué que ma libido avait disparu depuis quelque temps (je n'ai plus envie ni avec mon copain, ni avec quiconque d'autre, alors qu'avant j'étais assez portée sur la chose on va dire), et je me sens souvent déprimée. Là j'ai augmenté mon traitement par Cipralex (je passe de 10mg à 20mg), mais pour le moment je n'ai pas vu de différence. Depuis une semaine je vis un cauchemar, ma relation en pâtit car je ne suis pas bien et ai peur de perdre mon copain à cause de mes pulsions ou du fait qu'il finisse par en avoir marre que je fasse la gueule. J'ai perdu l'appétit et je dors moins bien, et surtout je suis en permanence tendue. Des moments je me mets à pleurer.

J'aimerais aller mieux sans devoir prendre un tas de médicaments pour oublier mes soucis, mais là j'ai pas trouvé comment faire, ça fait depuis le 7 mai que je ne suis pas bien...

J'ai pris rendez-vous chez mon psy mais il ne peut me recevoir que le 21, et j'ai besoin de comprendre ce qui m'arrive. Pourriez-vous m'aider?

Merci!

 

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

 

En quoi les "défauts" de votre copain vous font-ils peur? Êtes-vous inquiète que vos habitudes ne soient pas conciliables en cas de vie commune? Ces angoisses expriment quelque chose et il est important de comprendre quel sens elles ont pour vous et ce qu'elles représentent. Les difficultés que vous nommez ne semblent pas insurmontables, certes, mais elles pourraient quand-même poser problème, pour vous comme pour votre partenaire.

Il semble que vous contenez votre mécontentement comme un "tabou", bien confiné à l'intérieur, comme s'il n'était pas possible de l'aborder. Du coup, comme chaque chose que nous essayons de contenir, ne pensez-vous pas qu'il y a cet effet du refoulé qui revient à la surface, d'autant plus que vous l'avez réprimé?

Le lien peut être fait ensuite par rapport au fait que votre libido s'en ressent. Il y a quelque chose de contenu en vous dans cette relation qui ne vous permet pas de la vivre dans sa liberté (liberté nécessaire pour une bonne entente au plan mental et physique).

 

 

Que pensez-vous de discuter avec lui de vos différences et de vos inquiétudes, afin de voir ce qu'il en pense et comment vous pouvez vous accorder pour la suite, avec vos défauts?

Accordez-vous la légitimité de parler de ce qui vous dérange, pas forcément pour qu'il change, mais pour vivre votre ressenti avec davantage de fluidité, encore une fois, sans contenir votre malaise. Vous n'êtes pas parfaite, mais lui non plus, je vous propose d'éviter de vous positionner en "personne problématique" face à quelqu'un qui serait "dans le juste".

Il a sa part, il est aussi sensé vous comprendre...

En ce qui concerne la deuxième partie de votre message, nous ne sommes ainsi pas en mesure de nous exprimer sur ce point dans le cadre de cet échange par écrit. Nous vous encourageons à faire part de vos difficultés avec votre psychiatre pour adapter aussi la médication, si vous en avez besoin.

Considérez peut-être qu'il n'y a pas forcément d'urgence sur ce plan, alors que le dialogue avec votre ami peut démarrer dès que vous le souhaiteriez, et que cela peut déjà vous soulager de façon significative.

 

C'est ce que nous vous souhaitons, bon week end!

Telme

Merci Telme pour votre réponse et je remercie aussi ce site, il est vraiment super ! Pour répondre à vos questions, je doute qu'il y a une...

 

Merci Telme pour votre réponse et je remercie aussi ce site, il est vraiment super !

 

Pour répondre à vos questions, je doute qu'il y a une confiance au sein de notre couple. C'est sûrement parce notre relation débute et que nous sommes entrain de la commencer. Nous sommes jeune (22 ans) et à mon avis nous n'arrivons pas encore à gérer nos sentiments. Parce-que oui je lui fais confiance mais pas à 100% sinon je n'aurais pas ces crises irrationnel comme vous les mentionnés. On arrive très bien à passer des soirées séparées mais le lendemain on aime bien "tout savoir" sur le soirée de l'autre. Pour ma part c'est plus de la curiosité et de l'intérêt pour lui, mais je pose souvent des questions comme "tu as parlé à des filles ?" "tu as vu des filles que tu connaissais ?" ce qui arrive tout le temps mais ça ne me dérange pas puisque ces filles je ne les considère pas comme un danger. Alors que celle avec qui il travaille, c'est un danger étant donné qu'il l'a déjà apprécier et qu'il l'a voit tous les jours.

 

Oui nous sommes très présent l'un pour l'autre dans notre couple, il y a beaucoup de communication ce que je n'avais pas la chance d'avoir avec mon ex avec qui je suis resté 2 ans et demi. Mon copain me rassure énormément et j'ai beaucoup de chance. Lorsqu'il me rassure tout va bien, j'arrive à me calmer, je me rends compte que mon comportement a été excessif et je me dis maintenant tu arrêtes tes conneries, et tu ne recommences plus. Mais 1-2 semaines après c'est repartit et c'est un cercle vicieux. Il me dit que ça ne lui dérange pas de me rassurer qu'il le fera toujours mais il veut que je viennes lui en parler et non l'agresser ou être distante comme j'ai l'habitude de le faire :S il faut vraiment que j'arrive à me contrôler et je vais tout faire pour y arriver. Ce site m'a aussi aider à me rendre compte qu'il y a d'autres personnes dans mon cas et ça me rassure de me dire que c'est "normal" d'avoir ce genre de réaction.

 

En tout cas je vous remercie, et vous souhaite aussi un agréable week-end prolongé.

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Nous sommes heureux d'avoir pu vous aider à mieux vous situer par rapport à votre problème.

Il est très positif que vous ayez une bonne communication dans votre couple. Votre ami a raison de vous encourager à venir lui parler lors de vos « crises », sans attendre que le malaise ne s'installe trop longtemps et surtout sans rester dans le non-dit. Bouder ou devenir distante ne fera qu'accentuer l'incompréhension réciproque.

Chacun de vous devra amener sa pierre à l'édifice de la confiance mutuelle...Avec le temps et l'expérience, c'est une co construction qui prend tout son sens.

Enfin, nous vous encourageons parallèlement à travailler sur votre confiance en vous, avec l'aide d'un professionnel ou non.

Bonne continuation!

Telme

Je ne savais pas vers qui me tourner et je suis tombée sur ce site internet alors je me suis dit, "pourquoi pas". Je suis dans une relation...

 

Je ne savais pas vers qui me tourner et je suis tombée sur ce site internet alors je me suis dit, "pourquoi pas".

 

Je suis dans une relation amoureuse depuis 5 mois, et je suis vraiment folle amoureuse de lui. Pour moi il est parfait et il est tout ce dont je recherchais. Pourtant je n'arrive plus à me contrôler. Tous ce qui ne fait pas comme je l'aimerais je le prends mal et je me braque. Je deviens vraiment insupportable et je m'en rends compte. Mais c'est plus fort que moi. Pourtant je lui en demande déjà beaucoup et il fait tout pour faire des efforts. Mais ce qui me bloque c'est qu'il travaille avec une fille avec qui il a couché et qu'il l'a prend dans sa voiture matin et soir car ils habitent à côté. Alors oui elle a un copain et lui est avec moi, mais malheureusement ce n'est pas ce qui arrête les gens à tromper. Parfois je le crois, puis parfois je me fais énormément de film et il m'est impossible de m'arrêter. Alors je pleure, je m'énerve contre lui et à 5 reprises j'ai failli le quitter car je souffrais trop de cette situation et dans ma tête j'étais persuadée qu'il me trompait. Le problème c'est que quand c'est 17heure, ça me bouffe de les savoir ensemble dans cette voiture. Et il lui arrive d'oublier de me dire des choses par apport à cette fille alors je le prends tout de suite comme une cachotterie.

 

Pour vous aidez, mon papa a trompé ma maman pendant 4 ans lorsque j'avais 12 ans. Donc effectivement ça ne doit pas m'aider pour avoir confiance à un homme.

 

S'il vous plaît, j'ai besoin de vos conseils pour comprendre mon comportement et surtout que je devienne plus sereine car là, mon couple va droit dans un mur par ma faute et je me rends malade sûrement pour rien.

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour!

La jalousie est un sentiment normal, inhérent à toute relation de couple... c'est la place qu'elle occupe qui peut la rendre problématique.

Aujourd'hui, ces doutes vous rongent et affectent votre relation de couple. Il y a probablement une part de rationnel et une part d'irrationnel dans les craintes qui vous habitent. Différencier les deux peut être un début de réponse à la situation que vous vivez.

- La jalousie est parfois liée à la confiance en soi: si l'on a peu confiance en sa valeur personnelle, il peut être difficile de faire confiance à autrui.

- La confiance dans le couple n'est pas quelque chose qui se "prouve mathématiquement" mais quelque chose que l'on sent intuitivement. Sentez-vous cette confiance au sein de votre couple ? avez-vous l'impression que votre ami et vous-même êtes présents l'un à l'autre, non pas en quantité mais en qualité? 

Vous vous sentez peut-être seule aux prises avec des sentiments qui naviguent entre colère, culpabilité, tristesse... tout en étant consciente de la part que votre propre histoire familiale peut avoir dans votre perception de cette situation. Comment voir clair entre tout cela ?

Nous vous suggérons une réflexion à deux niveaux:

- Sur un plan personnel, avez-vous le sentiment d'exister pour vous-même, indépendamment de votre couple? qu'êtes-vous prête à réaliser en terme de changement pour canaliser cette jalousie qui envahit par moment toute votre vie? 

- Au niveau de votre couple, pouvez-vous parler objectivement de vos craintes à votre conjoint sans vous laisser déborder par vos émotions, qui risquent de diminuer votre crédibilité ? Vous prend-il au sérieux et qu'est-il prêt à apporter à cette situation pour vous rassurer?

Ceci est un début et ces pistes demandent à être approfondies ou même accompagnées d'autres... cela peut prendre place dans un prochain échange, si vous le désirez.

Nous restons à votre écoute et vous souhaitons une bonne continuation,     

Telme

 

 

 

Bonjour, Voilà cela fait 2,5 ans que je suis en couple avec un gars qui a le même âge que moi (20ans). Ces derniers mois voire plus, il ne...

 

Bonjour,

 

Voilà cela fait 2,5 ans que je suis en couple avec un gars qui a le même âge que moi (20ans).

 

Ces derniers mois voire plus, il ne pense à rien, oublie toujours tout, même des choses basiques du quotidien. J'ai essayé de le motiver à ce qu'il utilise des post-it, des pense-bêtes, agenda etc. Il refuse tout et dit qu'il y pensera. Je dois presque systématiquement tout lui rappeler. Je prends ça comme un manque de volonté ou un refus de grandir. Il préfère faire ses hobbys.

Sinon, je me suis beaucoup isolée ces derniers temps parce qu'il refuse toutes mes propositions pour sortir et aller voir du monde. Il préfère qu'on reste chez lui (habite chez ses parents encore) à regarder un film ou, lui seul, à bricoler (par ex)... Je ne supporte plus de m'isoler de plus en plus. J'ai l'impression qu'il ne veut faire aucun effort. Pourquoi refuser tout ce que je propose et ne rien proposer en retour alors que je suis ouverte à toutes propositions ? Il a récemment accepté des propositions de ses parents… J’ai beaucoup de peine à comprendre. On dirait qu’on n’a pas les mêmes attentes de « couple ».

Il se laisse aussi énormément influencer par les autres. Ses parents n'ont donc pas de difficultés à le faire changer d'avis en fonction de leurs avis. Il choisit très souvent d’être du côté de ses parents. Il a de la peine à mûrir je crois.

Désormais, je n'ai plus de "vraie" conversation avec lui. Il n'y avait qu'au début qu'on était ensemble qu'on avait de vraies discussions. Il a eu souvent des périodes de relâchement comme j'ai expliqué ci-dessus mais je lui avais conseillé qu'il prenne de la spagyrie et cela l'avait aidé mais au bout d’un moment, il a décidé de ne plus en prendre sous prétexte qu’il était de mauvaise avec les autres en prenant cela. Je ne remets pas en cause s’il dit vrai ou pas… mais j’ai cru comprendre que ses parents n’étaient pas pour. Cette décisison vient réellement d’eux ou de lui ?

Maintenant, je suis au bout de mes limites de patience parce que j’ai beaucoup donné pour l’aider et je lui ai proposé beaucoup de choses qui peuvent aider ; j’ai fait des recherches, proposé de voir qqn de professionnel, etc. Je n’en peux plus et je ne veux pas devenir de plus en plus mal… J’hésite à rester avec mais je n’arrive pas à prendre une décision. Je lui ai laissé plusieurs chances parce qu’il m’avait poussée à bout plusieurs fois et j’ai gardé patience mais tout en l’avertissant de mon état. J’ai parfois l’impression d’avoir un rôle de « psy » et de ne recevoir presque aucun soutien en retour, de sa part.

En ce moment, je ne vois plus de but au fait d’être en couple avec qqn, j’ai comme un poids et j’aimerais pouvoir avancer avec ou sans lui. Lui, ne semble pas vouloir grandir, il préfère jouer à des jeux de balles (par ex.) au lieu de faire des choses comme ranger, nettoyer (le quotidien quoi) etc. (Il ne fait jamais ce genre de choses). Lorsqu’on sort, il m’arrive parfois d’être mal à l’aise (plus ça avance) parce qu’il a des comportements qui ne sont plus de notre âge… Que faire ?

J’avais besoin de vous écrire parce que j’ai besoin d’avancer et je veux avancer. J’ai de moins en moins de sentiments pour lui et suis de plus en plus distante. (Il sait pourquoi et me dit : je ne fais pas exprès ou promis je ferai qqch., etc.).

Merci de votre soutien

Salutations

 

 

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Il me semble que vous déployez énormément d'efforts afin que votre ami se comporte en fonction de vos attentes personnelles, mais ce pourrait-il qu'il se trouve lui-même dans une période de doute par rapport au couple que vous formez? Ses résistances sont peut-être un moyen de défense pour se réapproprier un espace personnel de réflexion au sujet de votre relation... Qu'en pensez-vous?

Vous vous demandez si ses décisions proviennent de lui ou de ses parents. On pourrait vous retourner la question puisqu'en jouant au « psy » avec lui (selon vos propres termes) et en lui proposant mille et unes solutions pour changer, votre ami risque bien de se sentir dépossédé de sa part active et de ses moyens pour s'imposer. Qui essaye d'influencer qui?

Votre analyse de la situation donne à penser que votre relation se trouve à un carrefour: soit il change rapidement, soit vous le quittez. Malgré les apparences (on pourrait croire que vous êtes la seule à éprouver de moins en moins d'amour), il se pourrait bien que votre ami attende que vous preniez tout simplement l'initiative de rompre.

Quoiqu'il en soit, je vous encourage à garder le dialogue ouvert et à poser cartes sur table en invitant votre ami à se positionner franchement, comme vous le faites vous-même avec lui. Ceci afin que vous puissiez mutuellement exprimer vos attentes réciproques...Vous semblez naviguer dans des univers différents pour l'instant.

Bonne continuation,

 

Telme

 

 

Merci de vos conseils. En effet au niveau confiance je lui ai dis que c était dur de lui faire confiance s il continue à mentir. Surtout que nous...

Merci de vos conseils. En effet au niveau confiance je lui ai dis que c était dur de lui faire confiance s il continue à mentir. Surtout que nous allons avoir un bébé. Que dois je lui dire ou faire d après vous pour le "réveiller"? Car de nombreuses discussions ont déjà été échangées entre nous deux, j aimerais tenter quelque chose qui change.

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Comment susciter une prise de conscience et un changement qui sorte de la simple répétition de ce que vous avez tenté jusqu'à présent ?

Question importante pour vous, je le comprends, mais quête difficile : vous ne pouvez être thérapeute de votre conjoint, ce qui vous ferait sortir de votre rôle et risquerait de fausser votre relation de couple. Votre question semble aussi attendre une "solution magique" que nous ne sommes pas en mesure de vous donner.

Ce que vous exprimez en filigrane dans votre message est le souhait que votre conjoint se positionne plus en adulte... car mentir n'est pas une attitude d'adulte. Nous vous suggérons de privilégier chez vous des comportements et des prises de position qui vous situent tous les deux dans une communication adulte, à l'inverse d'une relation "parent-enfant" où l'un endosse un statut d'autorité et un autre qui s'y soumet.

Bonne suite !                               

 

Telme 

 

 

Bonsoir et merci de nos précédents échanges. J aimerais avoir votre avis sur une situation. Mon ami vient de m avouer (après que j eue insistée pour...

Bonsoir et merci de nos précédents échanges. J aimerais avoir votre avis sur une situation. Mon ami vient de m avouer (après que j eue insistée pour savoir) qu il avait perdu son emploi il y à deux mois. Fin à l initiative de l employeur. Il me disait que son patron n avait pas versé les salaires, que bref c était sa faute, car il n osait pas m avouer qu il s était fait licencier. Pendant 2 mois jai angoissé, jai attendu que son patron daigne le payer. Alors qu en réalité mon ami ne travaillait déjà plus. Ce n es pas la première fois que ça arrive et qu il me ment sur ça. On à DÉJÀ discuté, je lui ai dis que ça me faisait du mal, pourquoi il faisait ça. Il répond qu il ne supporte pas l échec, trop fier pour avouer qu il à perdu un job. Jai tenté de voir d ou ça pouvait provenir, de l enfance etc, mais même lui ne sait pas répondre avec précision. Il dit juste que depuis toujours l échec lui était un peu reproché. Bref je lui ai dis que je préférais savoir quand il à un problème, pour l aider au mieux, plutôt que le découvrir. Et que je serai fière de lui s il est honnête, que être humain cest aussi avoir des problèmes de temps à autres. Mais ça fait trois fois en 5 ans qu il me fait le même coup. D ou cela peut il venir, et que faire pour que DÉFINITIVEMENT il cesse de mentir.

 

Réponse de TELME:

Bonjour,

Les raisons qui amènent une personne à mentir sont multiples et complexes. Persister dans le mensonge peut refléter une estime de soi fragile ou une difficulté à endosser une position adulte face à l'existence.

Nous vous proposons quelques pistes de réflexion:

Vous avez bien fait d'engager le dialogue et d'essayer de comprendre! Le fait que votre conjoint se sente responsable de procurer un apport financier à votre foyer peut, par exemple, expliquer sa gêne à vous avouer la perte de son emploi, mais il peut y avoir d’autres raisons, comme la fierté que vous mentionnez, ou la peur de votre jugement ou de votre réaction.

Mentir peut se rapporter à une stratégie d’enfance ou d’adolescence, utile dans certaines situations face à des figures d’autorité, comme les parents. En tant qu’adulte, l'enjeu initial n'existe plus et chacun devrait librement assumer envers lui-même et autrui ce qui lui arrive. Votre conjoint conserverait-il un comportement qui n’a plus lieu d’être et qui risque de porter préjudice à votre relation de couple ?

Au lieu de voir la situation que vous décrivez comme une "pierre" sur votre route, il vous est possible d'en faire quelque chose de constructif, à condition bien sûr que votre ami et vous-même discutiez de comment chacun vit cette situation et de l'enjeu de la confiance entre vous.

Bon week-end,                                       

Telme  

 

 

Bonsoir. J ai une situation qui me questionne. Vivant avec mon ami depuis presque 6 années, je me demande s il est kleptomane ou pas. Exemples : il y...

Bonsoir. J ai une situation qui me questionne. Vivant avec mon ami depuis presque 6 années, je me demande s il est kleptomane ou pas. Exemples : il y à 2 ans, étant dans une situation financière difficile et donc pas trop d argent, il me prenait un chèque par ci par là pour régler des frais automobiles, et je m en rendais compte par moi même car lui ne me prévenait pas. Ou il me retirait de l argent en disant qu il en avait besoin pour le gazole ou les courses. Mais pas de preuve. Aujourd hui pareil, il ma retiré des sous (il travaille mais à cause d un retard de paye il n avait pas assez, ça je lai vu) et cest encore moi qui l ai découvert, il ne me dit rien. Pire, ça lui ai arrivé de dire non cest pas moi, puis en insistant il m avouais. On à déjà discuté plusieurs fois, que ça me faisais souffrir, le pourquoi il faisaisai ça, les raison, et visiblement il ny en à pas. Je lui ai même fait le même coup une fois, pour qu il se rende compte, mais cest pareil . Que faire s il recommence. Nous allons avoir un bébé en plus. S agit t il de kleptomanie ou pas. Il ne me vole rien d autre. Pensez vous qu il culpabilise ou pas. Car il sait que cest mal, il s excuse mais je doute. Cest pour ça que j attends que vous m eclairiez. Merci

 

Réponse de TELME:

 

Bonjour,

Ce que vous décrivez relève plus, me semble-t-il, d'une question de confiance que de cleptomanie mais laisse en vous l'impression d'être "volée", ce qui est une raison bien suffisante pour y réfléchir !

 

Ce qui fait problème me semble être moins le fait que votre ami prélève de l'argent sur votre compte puisqu'il s'agit apparemment d'un consensus entre vous, mais plutôt vos doutes liés à son attitude floue concernant ces prélèvements. Le fait qu'il ait nié par exemple avoir pris de l'argent pour ensuite le reconnaître fait penser à l'image connue du "petit garçon pris la main dans le pot de confiture et qui dit d'abord que ce n'est pas lui avant d'avouer lorsqu'il se sent démasqué".

Cette réaction de votre conjoint laisse chez vous un malaise car au lieu d'une attitude claire et précise qui n'aurait sûrement éveillé aucun soupçon, ce comportement flou vous donne l'impression qu'il n'est pas sûr de lui et, du coup, fait naître des doutes peut-être infondés.

 

Nous ne pouvons bien sûr pas déterminer si votre ami a une attitude honnête ou non à votre égard. Le moyen de clarifier cette situation est le dialogue. Faites-lui part de vos doutes et de votre malaise et convenez avec lui de ce dont vous avez besoin pour que la zone floue qui entoure ces prélèvements financiers soit dissipée (justificatifs, préavis,..).

Bonne journée!     

Telme

 

 

 

 

 

 

 

Je suis en couple depuis bientôt 6 ans. Mon compagnon et moi on a acheté une maison. Nous sommes tout les deux stable professionnellement. Lui a 25...

Je suis en couple depuis bientôt 6 ans. Mon compagnon et moi on a acheté une maison. Nous sommes tout les deux stable professionnellement. Lui a 25 ans ; moi bientôt 27 ans. Ça fait au moins deux ans que je souhaite à avoir des enfants, il le sait, il en voudrait mais il veut attendre. Attendre que nous soyons prêts tout les deux (alors que là il parle pour lui, moi je me sens prête) , attendre que l'on est au moins 30, voire 35 ans. Or moi je ne veux plus attendre, ma mère a déjà fait des fausses couches , mon compagnon a été très difficile à concevoir ( 7 ans de tentatives par fécondation in vitro), et j'estime que le temps que j’arrête la pilule, il faudra forcément du temps pour que les choses arrivent( ça fait 9 ans que je prend la pilule). Je ne veux pas avoir un enfant tard. Mes parents et ses parents me donnent raison. Il n'y a que lui qui bloque. Je me sens dans l'impasse, car j'ai l'impression d'accepter pas mal de choses pour lui (il a voulu un furet alors que moi j'en voulais pas, par amour j'ai accepté), et que lui , et bien, ce que je demande, et bien j'ai l'impression que je ne l'aurai pas de sitôt. Je sais pas quoi faire, parfois je lui en parle , j'essaie d'espacer ma demande pour ne pas le brusquer, mais j’ai l'impression que si je n'en parle pas , il pensera que finalement il a gagné, et que j'aurai oublié. Que me conseillez vous?

 

Réponse de TELME:

Bonjour....Pour commencer!

Il n'est jamais facile de vivre sur des longueurs d'ondes différentes quand on est en couple et d'autant plus quand cela concerne des sujets importants comme le désir d'enfant! Vous et votre compagnon disposez cependant de deux avantages indéniables, à savoir le fait d'avoir un passé de couple solide et sur la durée ainsi que la faculté de dialoguer. C'est déjà un bon début!

Le chapitre « bébé » dans la relation de couple est toujours délicat. Il présuppose un désir clair et assumé de s'engager, dans un futur proche, dans une nouvelle vie relationnelle à trois avec tout ce que cela implique: nécessité de faire des concessions, bouleversement de la vie quotidienne, deuil de la relation fusionnelle à deux....En ce qui vous concerne, vous vous sentez prête pour cela mais il en va autrement pour votre compagnon. Peut-être pourriez-vous lui demander en quoi il souhaite se sentir « prêt », ce que cela signifie pour lui plus précisément? Se peut-il (ou non) que son désir d'attendre puisse cacher des peurs qu'il n'ose pas ou n'arrive pas à exprimer? Qui sait. Dans tous les cas, il me semble important voir fondamental que ce type de décision soit prise dans un accord commun, sans que l'un ou l'autre ne se sente mis sous pression. Il me paraît essentiel que votre ami puisse trouver un sens à une éventuelle paternité proche dans le temps, un sens qui lui soit personnel. C'est seulement ainsi qu'il pourra s'engager psychologiquement dans cette grande aventure, car, rappelons-le, les pères vivent la grossesse par la force des choses plus à distance que la future mère.

J'aimerais vous rendre attentive à un autre point, à savoir l'implication de vos parents respectifs dans un problème qui relève avant tout de la sphère intime du couple. Il est humain et normal que la famille proche donne son avis mais jusqu'à un certain point, à défaut de quoi votre compagnon pourrait se sentir envahi dans un choix qui concerne fondamentalement sa vie privée et de couple. Il peut s'avérer nécessaire dans certaines situations de redéfinir des frontières claires afin que le couple puisse se réapproprier un espace qui lui soit propre.

Enfin, vous parlez des difficultés rencontrées par vos parents respectifs pour procréer. Je comprends donc vos craintes que cela puisse se répéter, bien que seuls des médecins pourraient s'exprimer à propos d'une éventuelle répercussion générationnelle. Si ce point vous inquiète, pourriez-vous par exemple envisager d'effectuer des tests médicaux avec votre ami afin de vous assurer de votre capacité à procréer? Si tout devait se révéler en ordre de ce côté là, il se pourrait que vous vous sentiez rassurée et que vous soyez mieux disposée à diminuer la pression sur votre ami...?

Voilà quelques pistes de réflexion qui pourront peut-être vous aider.

Nous restons bien entendu à votre écoute en cas de besoin et vous souhaitons une excellente continuation.

Telme